AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Un pain pour l'un, un calin pour l'autre
MessageSujet: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Lun 29 Fév - 16:31

Un vrai lit. Avec un vrai oreiller et une vraie couverture. Et un vrai petit déj, avec café, croissant et jus de fruits frais. Je suis sûre que si je me concentre assez, je peux retrouver les odeurs. Ouais, sauf que le retour à la réalité sera encore plus dur. Dans la réalité, c’est un vieux truc informe qui me sert de matelas, dans la réalité, mon petit déj se résumera à un barre de céréales, dont la date de péremption est passée depuis un certain temps déjà…
Je grimace en m’étirant. J’ai mal. Va vraiment falloir que je trouve un endroit où me poser. Et vite, sinon, je vais mourir de froid. Ce serait quand même le truc qui craint. Mourir parce que t’as pas de vêtements chauds ou de chauffage… Ce serait moche… Bon, en même temps, ça doit être vachement moins douloureux que finir bouffé… mais à choisir, j’aimerais autant pas clamser tout court.
Je me redresse et me passe les mains sur le visage en baillant, avant de jeter un coup d’œil par la fenêtre. Il fait encore sombre. Youpi, j’ai encore même pas dormi plus de quelques heures, tu m’étonnes que je sois fatiguée...
Je me lève avant de doucement serrer la main, grimaçant à nouveau en sentant la douleur se répandre dans mon bras. Faudrait que je change le bandage. Sauf que j’ai plus rien de propre, donc tant pis. Vu que ça saigne plus, ça devrait aller non ? C’est pas comme si j’avais le choix en même temps.

Je soupire avant de rassembler mes affaires et de sortir, ma batte à la main, mon pied de biche attaché à ma ceinture.  J’avance dans les rues en silence, évitant de loin tout ce qui est ou semble être mouvant. Je suis fatiguée, j’ai faim et j’ai froid, j’ai franchement pas envie de me prendre la tête. Tuer du Zacks, c’est cool, ça défoule. Mais pas avant d’avoir mangé. Et je suis trop naze en vrai pour avoir envie de perdre du temps et de l’énergie dans des conneries.
Je fais le tour du bâtiment pour pas avoir de mauvaises surprise, et grimpe sur le muret qui borde le phare. Je m’installe alors que le soleil commence à se lever, si c’est pas de la synchronisation ça… Je sors ma barre que je grignote doucement, les yeux fixés au loin. Ouais, c’est super romantique et joli un lever de soleil... Enfin, en l’occurrence, c’est plutôt pour me dire « Hé ! T’as survécu une journée de plus ! Enjoy ! » et puis même si c’est psychologique, j’ai l’impression d’avoir moins froid. Et puis ouais. C’est joli. Beaucoup plus que tout ce qu’on peut voir ailleurs en ce moment.

Je sais pas combien de temps je reste là. Pas mal de temps, vu que le soleil a un peu avancé dans le ciel. Faudrait que je bouge. Ouais, ce serait une bonne idée. Mais si je me concentre uniquement sur les rayons du soleil, je suis bien là en fait.
Je fronce les sourcils quand j’entends du bruit. Me redressant et sautant à terre, je fais le tour, à moitié planqué derrière le muret. Putain, on peut pas être tranquille deux minutes sans déconner ?! C’est pas toi qui te plaignais d’être seule et qui commençais à parler toute seule ?
Je stoppe et me fige quand je vois deux silhouettes. Quand j’entends les voix. Putain, mais sans déconner, qu’est-ce que j’ai pu faire dans ma putain de vie pour mériter ça ?! Ma mâchoire se crispe et je serre ma batte. Je les vois passer, toujours planquée. Au moins, le gamin a l’air d’aller bien. Changeant ma batte de main, je sors et les rejoins en quelques pas.

« Hé sale con ! »

Il se retourne, comme quoi il se reconnait. Y a personne d’autres ouais, et alors ?
Je sers le poing et franchis le dernier mètre qui nous sépare avant qu’il dise quelque chose. Et mon poing s’écrase sur sa mâchoire. Putain que ça fait mal. Mais ça fait du bien.
Je secoue la main en reculant, le fusillant du regard.

« Ravie de savoir que vous êtes pas en train de pourrir dans un trou ! »

Je jette un coup d’œil au p’tit.

« Salut le môme. Contente de te revoir. »

Avant d’à nouveau reporter mon attention sur le grand con. J’ai encore envie de lui en coller une. Même si j’ai suffisamment mal pour m’en dissuader pour l’instant…

_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.©️ by anaëlle.


Dernière édition par Eliott Lancaster le Lun 7 Mar - 19:34, édité 3 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1185
Membre du mois : 0
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Mar 1 Mar - 12:25

Il fait beau. Pour changer.

Alors, plutôt que de tourner en rond « chez nous », j’embarque Zak pour une balade. Ca nous fera du bien de prendre l’air, quand bien même il fait super froid et que je m’écouterais, je resterais au fond de mon lit jusqu’à la fin du monde. Ah mais en fait, c’est déjà la fin du monde. C’est con. Donc, autant promener le clébard et se remplir les poumons de ce bon air pur et frais canadien, ou une connerie dans le genre.

Bref, Torby sautille de partout, Zak me parle, j’ai comme une vague impression de déjà vu mais, au final, ça fait du bien. Comme si on commençait à prendre nos propres habitudes, de celles qui donnent un sens à tout ça. Putain, je vais pas me mettre à faire de la philosophie, surtout le matin, au réveil ou presque. En fait, j’ai la dalle. On crève pas de faim hein, pas encore en tout cas, mais je tuerais pour un burger. Alors, à défaut de penser à la bouffe, je laisse mon esprit s’évader et ça donne pas forcément quelque chose de très intelligent ou de très cohérent. Heureusement, je profite aussi des bouquins que Zak m’a trouvés, il a vraiment eu une idée de génie ce gosse. Pourquoi je pense à ça en fait ? J’en sais trop rien.

Je glisse en direction du môme, alors que je montre le phare pas loin.

"Faudrait qu’on aille y faire un tour à l’occas’, ils ont peut-être des stocks de nourriture planqués dans un coin qui aurait pas été bouffé par des rats."

Nan parce que bon, les zacks, ok, ça se gère. Mais trouver des trucs vides parce que d’autres bestioles sont passées par là, c’est franchement pas terrible.  Ca va que le froid a l’air de les dissuader un peu.

J’ai pas le temps de rajouter quoi que ce soit que j’entends quelqu’un m’interpeler. Enfin je sais pas si c’est moi qu’on appelle comme ça même si je serais presque habitué à me retourner en entendant les mots sale con, par réflexe. Et puis, je sais pas, ça fait tilt dans mon esprit.

Je me fige. Cette voix m’est foutrement familière mais je pensais plus jamais l’entendre de ma vie. Comme quoi, tout arrive. Il me faut quand même bien quelques secondes pour arriver à intégrer qui peut bien m’avoir appelé comme ça et je finis quand même par me retourner, non sans méfiance.

Et mon visage s’illumine d’un sourire ravi. Putain, Eliott est en vie quoi. Ca c’est une bonne nouvelle. Enfin je crois.

Bon, c’était avant de me prendre son poing dans la gueule. Je me masse la mâchoire, plus par réflexe qu’autre chose, on peut pas vraiment dire qu’elle fasse vraiment mal et, pour le coup, j’avoue que je sais pas trop quoi lui dire. M’est avis qu’un « salut » me vaudrait une nouvelle baffe. Lui balancer un truc comme moi « merde, t’es vivante » est particulièrement con.

Je reste donc, bras ballants, continuant de la fixer comme si j’avais un fantôme devant moi, guettant le moindre de ses faits et gestes alors que les quelques mots qu’elle balance en me regardant comme si j’étais le mal incarné résonnent dans mon esprit.

Elle a l’air de s’adoucir un peu quand elle s’adresse à Zak avant de me fusiller à nouveau du regard, comme si c’était de ma faute. Enfin, elle va être foutue de me dire que oui, je suis responsable de tout je parie. Alors je souffle, sans trop savoir pourquoi, probablement pour pas rester comme un con sans rien dire.

"T’as une sale gueule. Même si je suis aussi ravi que toi que tu sois pas crevée quelque part après avoir disparu."

Très intelligent Ethan. Mais vraiment. Je me demande si je pouvais faire pire. M’est avis que non. Mais c’est pas comme si on était les meilleurs amis du monde, ça aide pas. Enfin, à la longue, je vais vraiment finir par me persuader que je suis devenu un putain de cas incapable de savoir parler aux gens, ou un truc dans le genre.

_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Dim 6 Mar - 18:26

Il y a des jours où je regrette de m'être découvert un frère, genre typiquement quand il vous tire du lit le matin pour lâcher une connerie du style : Allons nous revigorer avec un bon bol d'air frais ! Non mais sérieusement, qui croirait encore à une chose pareille, surtout après la fin du monde ? Et puis, on dirait qu'il sort ça tout droit d'un des bouquins qu'il lit. Merde, et c'est moi qui lui ai offert. J'ai peur que ça lui donne des grandes idées bien bizarres maintenant... Il manquerait plus qu'il se sente dans l'obligation de remplacer p'pa pour compenser où je sais quoi...
En même temps, je préfère pas le vexer. Il paraît que c'est très mauvais de contrarier les personnes un peu dérangées. Alors je me suis contenté de grommeler, puis de me lever pour me préparer. J'ai pas pris ma console. J'espère que Rafael ne me la piquera pas en mon absence, à vider mes précieuses piles ! Je me contente du flipper qu'il m'a offert à Noël, vu qu'il en a pas besoin. Ca a un côté bien pratique, surtout quand on est à l'extérieur et que les écouteurs sont proscrits. Ce serait con de rater un grognement d'un des potes Zack qui s'est réveillé du mauvais pied quoi.

Après une dizaine de minutes à marcher dans le froid, j'émerge totalement. J'en oublie presque pourquoi on est venu... Enfin pour rien, en fait. C'était pas ça, justement, le truc ? Bref, je me contente de parler pour deux et de vérifier si Torby ne trouve pas quelque chose d'utile... Ou surtout de la bouffe. Ce chien ne peut pas s'empêcher de sautiller et bondir partout, pour renifler aux quatre coins. C'est plutôt bon signe quand il fait ça... Les Zack ne sont pas au rendez-vous.

J'hausse les épaules quand Ethan parle de visiter le phare. De la bouffe, là-dedans ? Mouais...

- Je sais pas trop hein. Mais on aurait une super vue de là-haut, du genre à rapidement voir s'il y a encore des militaires qui risquent de... Voilà quoi, ou des groupes survivants en dehors de nous. Peut-être même qu'on pourrait repérer des bateaux ou des trucs utiles ! Donc ouais !

J'oublie rapidement le phare quand il devient évident que nous ne sommes plus seuls. Oh merde ! Je me recroqueville et m'écarte quand j'entends une voix lâcher un juron dans notre dos, avant de croire la reconnaître... J'ouvre de grands yeux, comme si je voyais à nouveau un revenant. Eliott ! Le truc... Pas possible quoi ! Putain on en a des sacrés surprises ces derniers t... Ah, Ethan vient de se manger un pain en pleine tronche. Je rigole, sans pouvoir trop me contrôler. Bon, je suis pas à l'applaudir, il y a du progrès non ?

- Eliott ! Bah ça alors !

J'oublie immédiatement toute ma méfiance pour me jeter dans ses bras et lui faire un gros câlin. Ouais, parce que comme d'hab', Ethan a toujours rien compris. Je me détache d'elle avec un grand sourire, enchaînant sans tarder :

- Bah t'étais où tout ce temps ? Hey, tu sais, il s'est passé plein de trucs fous en ton absence ! Quand on est parti faire les courses là, ben on est tombé en pleine mêlée. Il y avait des survivants qui cherchaient à attirer l'attention de militaires pour fuir la horde qui était sur nos talons, et tout. Ils avaient rien compris à la vie, et ils se sont fait mitrailler en représailles comme tous les Zack qui traînaient derrière ! Bon Ethan aussi, hein... Moi j'ai coupé à travers bois. Et puis en fait, on s'est retrouvé blessé avec d'autres types qui avaient l'air sympa, enfin ils nous ont aidé et on s'est mis à l'abri. Puis dès qu'on allait mieux, ben j'ai trouvé une bagnole pour qu'on aille te chercher, mais t'étais plus là ! La horde, hein, c'est ça ? Qu'est-ce qui s'est passé ? Torby était toujours là lui. J'ai cru que t'étais morte et tout ! J'ai grave flippé quoi ! En plus on pouvait pas rester tellement c'était infesté... Donc on est parti avec ces types pour continuer vers le Nord comme on avait dit quand on était tous les trois hein ? Bah en tout cas tu m'as trop manqué. J'arrêtais pas de dire à Ethan qu'on était trop bien juste tous les quatre avec Torby, mais finalement ils sont super sympa et ça se passe trop bien. Dis tu nous en veux pas hein ? On reste ensemble et on se sépare plus maintenant ? A chaque fois qu'on s'est séparé de gens, on les a plus jamais revu... T'es vraiment une warrior Eliott !
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 18
"On s'habitue à tout, même à la fin du monde !"
Messages : 3106
Membre du mois : 1
J'ai : 13 ans
Je suis incarné(e) par : Dakota Goyo
Crédit(s) : Nao

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Lun 7 Mar - 19:48

Y a des journées cool. Il fait beau, les oiseaux chantent et tout va bien. Perso, ces journées-là sont rares, encore plus dernièrement…
Y a des journées qui démarrent mal. Un truc qui merde, le temps qui vous fout le moral en l’air, votre ex qui vient vous emmerder, votre boss qui vous gueule dessus sans raison. Là, en général, vous avez juste envie de hurler, cogner, pleurer, envoyer chier et faire quelque chose qui vous fasse sentir mieux. C’est journées-là sont pourries, mais vous savez qu’elles peuvent aller qu’en s’améliorant. En général ouais…
Et puis, y a les journées cool. Il fait beau, vous avez votre café préféré à la main, vous avez une soirée prévue avec des potes, tout va super bien. Et puis, au milieu de cette journée qui s’annonçait fantastique, une tuile. La voiture qui tombe en rade, un crétin qui renverse votre café bouillant sur votre chemisier tout neuf, ce genre de truc. Et ce qui s’annonçait comme une magnifique journée est en fait pire que la veille quand vous êtes rentré trempé, après avoir croisé votre ex dans les bras d’une magnifique brune, les bras chargés de dossiers que votre boss vous a ‘demandé’ de finir pour demain. Parce que vous pensiez passer une super journée et qu’en fait… bah non…  Voyez le genre ?

Ouais, bah là, c’était définitivement la dernière option. Tout n’était pas parfait. J’avais faim, froid, mal, etc,etc,… Mais je fais avec tous les jours, donc on s’en fout. Mais là… On touche le fond non ?
Je vois Ethan se figer et Zak s’éloigner instinctivement. Par réflexe ou parce que c’est moi ?
Et quand il se retourne, il sourit. Il est sérieux là ?? Et voir son putain de sourire idiot me donnerait juste envie de le frapper plus fort. Mais tant pis, ça soulage quand même. Et j’aurais presque envie de sourire à mon tour en entendant le môme s’esclaffer. Mais je suis trop en colère, trop énervée pour y songer sérieusement. Je préfère amplement le fusiller du regard.
Je le dévisage alors qu’il me répond. Ouais, j’ai ouvert les hostilités, et okay, c’est pas vraiment ce qu’il dit. Pourtant, il se fout de moi là non ? Une sale gueule ? DISPARU ??

J’ouvre  la bouche pour répondre quand Zak se réveille et me fait perdre pied en quelques secondes. J’écarquille un peu les yeux, déstabilisée par sa soudaine attaque. Merde. Je pose le regard sur lui, avant de soupirer doucement. Je tapote sa tête, me penchant pour l’enlacer maladroitement à mon tour. J’sais pas comment il fait, mais il y arrive. Et un léger sourire m’échappe malgré moi en voyant son grand sourire ravi alors qu’il s’éloigne.
Je cligne des yeux et essaie de me focaliser sur lui et sur ce qui sort de sa bouche. Ce qui semble être des phrases cohérentes et ayant un sens. Mais je sais pas trop, parce que j’avais oublié l’option mitraillette du gosse et que je me retrouve un peu étourdie par tout ça.
Je retiens quelques trucs, genre militaires, horde et bordel général. Je jette un coup d’œil à Ethan alors qu’il mentionne qu’il s’est aussi fait tirer dessus. Ouais, m’en fous, il est toujours vivant quoi. Et le putain de clebs. Qui est de nouveau avec eux. Je le regarde, un sourcil dubitatif haussé. Saleté de chien. Et qu’ils ont trouvé un groupe. J’ai tout suivi, c’est ça ?
Je serre la mâchoire. Ouais, tu parles qu’ils m’ont cherché, ils ont trouvé un groupe sympa et osef de la chieuse. Ma main se crispe malgré moi sur la batte, que je rechange de main, cachant une grimace parce que ça me fait mal.

Je le fixe alors qu’il m’interroge. Merde. Trop bien ensemble… Merde. Ne pas leur en vouloir ? Ne plus se séparer ? Venant de l’autre idiot, je l’aurais méchamment envoyé chier, mais lui là…

« T’es insupportable le môme. J’avais oublié que tu t’arrêtais jamais de causer et à quel point c’était usant sérieux…
A se demander comment tu fais pour avoir autant d’énergie… »


Mais j’ai un léger sourire alors que je finis de parler. J’ai pas spécialement envie d’être méchante avec lui alors qu’il a l’air vraiment heureux de me voir. Ouais, ça me surprend vraiment. Mais… ça fait plaisir. Même si ouais, je suis encore en colère. Et que ouais, j’ai légèrement du mal à le croire. Et que non, j’ai pas envie d’y croire, c’est tout.
Je secoue la tête, les yeux toujours posés sur lui. Je préfère, parce que sinon, je vais encore m’énerver.

«  Je savais que t’étais coriace, mais sérieux des militaires et des Zacks hein ? » J’ai un sourire plus amusé et lui fait un clin d’œil. « Tu te débrouilles mieux que certains idiots en vérité… Mais on le savait déjà pas vrai ? »

« Vous vous en êtes tirés comme ça ? En tombant sur un groupe de mecs sympas en plus ? … Si c’est pas être cocu ça… » Sourire qui se transforme en grimace quand je regarde Ethan. « T’as l’air d’aller bien pour quelqu’un qui s’est fait tirer dessus. »

Ouais, tout comme moi… Ta gueule…
Mais rester avec eux… avec lui… Je devrais rester pas vrai ? Toute seule, je tiendrais pas longtemps. Pourtant, j’ai pas envie. Ils m’ont déjà lâché une fois, c’est bon, j’ai donné merci bien.
Je secoue la tête et fais un pas en arrière.

« Non pas la horde. Je… J’en ai juste eu marre de vous attendre, alors je me suis cassée. Désolée de t’avoir fait des frayeurs gamin, mais je me suis rendue compte que j’étais mieux toute seule.
Donc non,je vous en veux pas, t’as pas à t’en faire Zak. »


Je lui souris. Qu’ils m’aient laissé crever toute seule me reste pas du tout en travers de la gorge. Ouais, ils avaient peut-être des excuses. De bonnes excuses même maintenant que mon cerveau s’est mis en marche et a analysé l’immense laïus du gamin. N’empêche que… Ouais, je leur en veux. Même si j’ai plus trop de raisons valables. Et si je reste et qu’à nouveau ils se barrent hein ?

« Et je… Ecoute. J’suis pas certaine que ce soit une très bonne idée que je vienne. Vous avez trouvé des gens sympas, vous avez l’air d’aller bien. Donc c’est cool. Je suis vraiment contente de savoir que vous êtes pas morts ni rien du genre.
Mais ma sale gueule et moi-même, on va continuer de notre côté, et t’inquiètes pas Zak, comme tu dis, je suis une vraie warrior, je vais pas mourir comme ça. »


Je lui ébouriffe les cheveux et le fixe un instant. Jamais revu… Merde, d’ailleurs, en parlant de ça… Ouais, y a combien de temps ? Et si depuis, il leur est arrivé quelque chose hein ? Ouais, mais quand même. Oh et puis merde.

Je ramasse mon sac, grimaçant malgré moi.
C’est une mauvaise idée je sais. Mais je m’en suis très bien sortie toute seule jusque-là. J’ai pas besoin de… d’eux.

_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.©️ by anaëlle.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1185
Membre du mois : 0
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Dim 13 Mar - 20:39

J'ai jamais su sur quel pied danser avec Eliott. Ca date pas d'hier hein, je crois que ça a commencé le jour où je l'ai rencontrée et qu'elle avait encore des couettes. Une vraie teigne cette môme. Mais j'avais fini par m'attacher à elle malgré tout, jusqu'à ce que je sois obligé de me barrer. Pas comme si j'avais bien eu le choix en fait.

Quand le monde est parti en couille, que je suis allé chercher Sidney, tomber sur elle bin, c'était presque pareil. C'était sa frangine, je savais à quel point elle était importante pour lui. Bon, visiblement, elle pouvait pas me blairer et c'était même pas la peine d'essayer d'avoir l'air sympa avec elle. Mais, à une époque où Zak pensait comme elle, sa présence a été hyper importante pour lui.
Elle lui a probablement servi de repère quand moi j'étais encore qu'un gros con de looser. Bon, ok, je suis toujours un gros de looser mais au moins, il s'est habitué et m'aime malgré tout. Heureusement pour moi, sinon on serait mal barrés. Bref, perdre Eliott, ne pas la retrouver, ça m'a fichu un coup. Un truc de plus que j'avais raté alors qu'une part de moi voulait veiller sur elle, pour Sidney en tout cas.

Enfin j'avais encore visiblement tout faux, surtout quand je vois la gueule peu amène qu'elle m'offre. Oui, bon, ok, j'ai pas un sens de la répartie des plus terribles, je veux bien l'admettre. Mais on dit quoi à quelqu'un qui vous en colle une pour vous dire bonjour ? Je devrais la prendre dans mes bras ? J'avoue, l'idée m'a traversé la tête, avant que je me rappelle que j'étais pas encore totalement suicidaire.

Heureusement, Zak réagit pas comme moi. Il est ravi de la voir, c'est réciproque. Youhou, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Je peux me casser aussi si vous voulez hein, non pas que je me sens un peu de trop dans vos joyeuses retrouvailles mais un peu quand même. Super, voilà que je me remets à me parler à moi-même. Merveilleux. Je pousse un profond soupir avant que Zak ne reprenne la parole de plus belle.

J'arque un sourcil devant son monologue. Merde, une nouvelle pièce dans le jukebox. J'avoue, je décroche à moitié pendant qu'il parle, me contentant de le fixer d'un air vaguement perplexe, sans chercher à l'interrompre. De toute façon, ça n'aurait servi à rien.
J'ai un sourire à la répartie d'Eliott, que je masque rapidement quand elle lève les yeux dans ma direction. Pas envie de m'en reprendre une, même si elle cogne comme une fillette, question de principes.

Je hausse les épaules au reste de ses propos avant de répondre, d'un ton précautionneux.

"Ouais, j'ai eu de la chance, il savaient encore moins bien viser que moi. Mais je t'avoue que j'ai moins fait le fier quand j'ai vu qu'ils avaient touché Zak."

Je me tais, fixant le vide alors que je repense à ce moment. Quand le môme préférait me voir mort, quand j'ai cru qu'on allait bien finir comme ça. Quand c'était vraiment la merde. Paradoxalement, ça va mieux, malgré tout ce qu'on vient de traverser. Ou grâce à ça plutôt. Mais difficile d'expliquer tout ça à la jeune fille en quelques instants, d'autant que j'ai du mal à assimiler tout ça déjà moi-même.

Surtout que, là, d'un coup, je me rends compte qu'elle veut vraiment se casser. Et merde. Y a pas moyen. Pas avant que… que quoi au juste ? Bon, je verrais plus tard. J'hésite à peine un instant et je pose ma main sur son sac, cherchant le regard d'Eliott quelques secondes avant de souffler, à mi-voix.

"Ce serait bien que ta sale gueule et toi vous restiez. On a besoin d'une vraie warrior, capable de nous sauver les miches. Ca nous évitera peut-être de nous faire tirer dessus à nouveau. Et… enfin…"

Putain, comment je peux arriver à tourner ça moi ? Si je lui dis que je veux qu'elle reste, pour ce qu'elle représente, elle va juste totalement m'envoyer chier. Et je suis de toute façon incapable de trouver les bons mots, je suis déjà trop sur le cul de la voir sous les yeux pour être moins con que d'habitude alors faut pas m'en demander plus.

"… ça ferait plaisir à Zak. Il t'adore."

Je me tourne vers le dit-Zak et j'ajoute, un ton plus haut, espérant trouver un peu d'aide avec lui.

"Hein, tu serais content qu'elle reste avec nous, pour de vrai. Tout ça. Et tu peux pas être mieux toute seule, ça marche pas comme ça."

Moi aussi mais je suis pas persuadé que ça entre dans l'équation.

_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Mar 22 Mar - 14:22

Et voilà, je viens de l’assommer. Ethan devrait s’estimer heureux que j’ai détourné l’attention, comme ça, elle est plus en colère. Mais non, il fait la tronche, pour une raison qui m’échappe un peu. Ah, peut-être le coup de poing remarque… Ou alors parce qu’Eliott fait la tronche, donc effet miroir. Super ambiance quoi !

Je fronce le nez quand elle me tapote la tête comme le dernier des gamins. C’est à mon tour de faire un peu la tronche, mais ça me passe vite quand elle m’enlace en retour. Ouais, c’est assez rare pour être notable. Enfin chez moi aussi, je crois faire des câlins que pour dire « ah cool, t’es en vie » ou « ah merde, t’es mort », mais ça, c’est pas le même genre de câlins bizarrement. Je gratte l’arrière du crâne de Torby quand elle s’écarte et le foudroie du regard. Quoi, il a pas été sage avec elle ? C’est peut-être pour ça qu’on l’a retrouvé en fait… Il a toujours tendance à fuir la queue entre les pattes dès que ça devient dangereux, encore plus si les Griffin sont pas là, comme si… Il avait personne qui valait la peine d’être défendu quoi. Mais avec le temps, Torby aurait fini par comprendre qu’Eliott faisait partie de notre « meute ». Enfin… Si elle serrait sa batte comme ça dès qu’il aboyait un peu, je saisis mieux ce qui a pu aller de travers entre eux. Et là, c’est pas contre nous, si ?

J’enfonce ma tête dans mes épaules, pas parce qu’elle lâche quelques paroles méchantes… Ca, je m’en fous. C’est Eliott. Ca me passe au-dessus de la tête. Mais elle est un peu instable comme nana quand même. Bon, Ethan dirait peut-être bien que toutes les nanas le sont. C’est bien de lui que j’ai appris ça non ? Je sais plus, mais ça m’étonnerait pas.

- T’as pas attendu longtemps quand même avant de déguerpir hein ! Et t’as même pas pris Torby en plus. Nous, on est venu dès qu’on a pu. On aurait bien voulu rentrer direct sans se faire tirer dessus tu sais !

J’arrive pas à rester fâché bien longtemps, parce qu’elle se met à rire subitement. Qu’est-ce que je disais il y a pas une minute, hein ? Je rigole un peu avec elle. J’aurais du mal à réprimer ce sourire fier et volontaire alors qu’elle nous sort texto que je m’en sors mieux qu’Ethan. C’est pour ça que j’avais tout de suite bien aimé Eliott. Pour elle, je suis pas un boulet. J’ai pas eu à faire mes preuves pour qu’elle le sache, et elle se sent pas le besoin de me materner comme la plupart des autres nanas.

- Ben ouais, carrément ! J’ai même buté un ou deux zombies pour lui sauver les miches t’aurais vu ça ! Et ouais les mecs sympa enfin… On était tous dans le même bateau, à se faire mitrailler, pas trop en état et tout. ‘Faut pas exagérer. Je suis pas sûr qu’ils seraient allés loin sans nous non plus tu sais !

Et là, c’est le drame. Déjà, parce qu’elle m’ébouriffe les cheveux. Ensuite, parce que ça ressemble à de vieilles excuses qu’elle me lâche, à me préciser qu’elle nous en veut pas… Ok, donc tout va bien non ? Alors pourquoi j’ai l’impression qu’il y a un « mais » ? Je reste un peu con, les yeux ronds, à la détailler, alors qu’elle s’en va. On dirait un discours de… C’est bien, t’as refait ta vie sans moi blabla… Comme dans les séries télévisées. Ah ouais, mais ça doit être plutôt pour Ethan ce discours, en plus on a le soleil levant en fond donc c’est parfait. Je devrais peut-être les laisser discuter entre eux… Enfin ça, c’était avant qu’Ethan se foire lamentablement sur son discours et me demande du secours. Ouais, c’est facile de prendre Zak’ en excuse. Il a pas de couilles !

Je me précipite à la suite d’Eliott pour lui couper la route, c’est encore le plus efficace.

- T’es sérieuse ? Tu vas pas partir comme ça ! Tu nous fais un remix de Lucky Luke là ? On a une planque, une vraie base de James Bond où on peut dormir tranquille sans craindre que les zombies pètent la baraque. Il va bientôt faire trop froid pour pouvoir bouger en plus. Tu veux aller où comme ça ? Puis t’en as pas marre d’être toute seule ? Il y a pas qu’Ethan comme mec au monde tu sais, s’il te sort par les yeux hein… Dean il est pas mal aussi, c’est un militaire ! Puis tu t’entendrais bien avec sa sœur, ou avec Charisma. Elles sont marrantes. Et ce sont des gens sûrs, du genre… Beaucoup trop gentils pour survivre longtemps tu vois ? Alors ?
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 18
"On s'habitue à tout, même à la fin du monde !"
Messages : 3106
Membre du mois : 1
J'ai : 13 ans
Je suis incarné(e) par : Dakota Goyo
Crédit(s) : Nao

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Ven 25 Mar - 22:16

Je sais pas trop comment réagir sur le coup. J’étais en colère, pour de vrai hein, et il lui suffit d’un câlin et d’aligner les phrases pour me foutre en l’air. Encore plus efficace que de se faire tirer dessus. Mais… c’est mignon. Ça fait plaisir de savoir que je lui ai manqué. Même si je me serais bien contentée du câlin en évitant son interminable monologue.
Et pourtant… oui, je suis heureuse de les savoir en vie. Si sérieux. Que ce soit la pipelette sur pattes ou le grand dadais. Même si non, clairement, ça, je le dirais jamais. C’est mort. Il me prendrait trop la tête simplement parce que je suis pas la connasse égoïste qu’il imagine… ou que j’essaie d’être ouais. Et puis non, ça ferait genre je lui en veux plus, alors que carrément que si. C’est juste cool qu’il soit pas mort et que Zak soit pas seul du coup. Point. Pour le reste, il peut bien aller se pendre.

Et les voilà qui me parlent de militaires, de zacks et autres joyeusetés dans le genre. Je lance un coup d’œil à Ethan. Avant de cligner des yeux quand il répond. Merde.  Je le regarde à nouveau de haut en bas, même si je sens déjà que ça me gave.

« Tu t’es vraiment fait tirer dessus ? » Je regarde Zak, le détaillant des pieds à la tête. « T’as été touché ? » Je me tourne vers Ethan, les sourcils froncés. « Non mais sans déconner putain ?! T’es même pas capable de protéger ton frangin ? Tu te fous de moi bordel ? »

Laisses tomber. On s’en fout. Ils vont bien. C’est pas ton problème. Laisses tomber. Qu’ils se démerdent, ce sont eux qui sont partis après tout. Mais s’il avait réussi à m’attendrir en quelques secondes le môme, ben ils réussissent tout aussi bien à m’énerver à nouveau. Y a pas à dire, ils sont fortiches.

« Pas attendue… T’es sérieux le môme ? J’ai attendu une putain de semaine ! Tu sais ce que ça fait une putain de semaine toute seule à se demander ce que vous foutez, si vous êtes pas morts dans un coin, ou à essayer de bouffer un vivant, et alors que je crevais la dalle en plus ? » Je secoue la tête. « Et ton putain de clebs s’est cassé quand on m’a coursé et… »

Je serre la mâchoire. Merde. Je secoue la tête et essaie d’à nouveau, ne plus être en rogne. Histoire de fermer un peu ma grande gueule.
J’esquisse un sourire quand il reprend, tout fier, un peu forcé le sourire, mais il est là.

« T’en as tué deux ? Wahouuu… Impressionnant. Jsuis sincère hein, c’est même un peu flippant que tu te débrouilles si bien à ton âge. Mais c’est cool.
Et c’est bien. Pour votre groupe. Et je suis sûre que vous leur êtes indispensables va, ce serait même pas étonnant. »


Tellement pas étonnant que j’ai carrément envie de me casser. Parce que pas indispensable moi je le suis. Et loin de moi l’idée de me plaindre ou de faire ma mijaurée, j’ai juste pas envie de faire la 36ème roue du carrosse et de devoir m’emmerder pour des gens que je connais pas.

Sauf que forcément, faut que l’autre grand con fasse des siennes. Quoi, il veut jouer au chevalier servant maintenant ? Sans déconner ? Il agrippe mon sac et me fixe. Par réflexe, je tire pour le récupérer, ce qui me fait grimacer pour de bon. T’aurais dû tirer de l’autre main connasse.
Je lui rends son regard et fronce les sourcils. Il se fout de moi ?! Pour Zak ? Parce que Zak m’adore ?! Et il l’appelle à la rescousse cet idiot en plus ! Et le petit qui obéit et me bloque la route. Ils ont répétés en mon absence ou quoi ?
Et à nouveau, voilà le petit qui se remet à débiter un nouveau monologue. C’est pour m’achever en vérité ? Je le fixe et bloque un instant. James bond ?... Oh pitié… Je crispe les poings. Parce que merde, il a raison. Il caille. J’ai faim. Et ouais… j’en ai marre d’être toute seule. Et… Je cligne des yeux. Pardon ? Mais de quoi il parle le nain ? Qu’est-ce qu’il vient me faire chier avec Ethan et l’autre truc là… Dean. Qu’est-ce qu’il…

« Alors de un, qu’ils soient trop gentils pour survivre seuls, j’en ai absolument rien à foutre. Y a pas écrit saint maritain sur mon front. T’espère me convaincre de rester en argumentant que vous avez trouvé des boulets ? C’est foireux comme méthode le gosse.
De deux… »
Je regarde Ethan. « Je vous sauverais pas les miches. Je suis plutôt le genre à apporter les emmerdes, t’as oublié ? Vous vous êtes fait tirés dessus ? Bienvenue au club bordel !
Et je suis désolée pour vous, mais non, jsuis pas la gentille de l’histoire okay ? »


Je tire mon sac d’un coup sec, serrant les dents pour ne pas crier. Même pas mal. Je le passe dans mon dos et soupire, avant de me passer une main dans les cheveux. Je regarde Zak.

« Une planque à la James Bond hein ? »

Je le fixe quelques secondes alors que je réfléchis. Ce qui m’emmerde profondément, c’est qu’ils ont raison. Seule, je tiendrais pas. Pas avec le froid qui arrive. Je le pointe du doigt.

« Deux conditions. Déjà, si tu me saoules, je t’envoie chier, c’est clair ? Ça a pas changé et ça changera pas. De deux, me fait pas chier avec les autres. Que ce soit ton Dean, ou sa frangine ou l’autre au prénom chelou. »

Non mais sérieux, comme si me dégoter un mec était l’urgence quoi. Et je vois pas le rapport avec… Je secoue la tête et inspire profondément, avant de tourner la tête vers Ethan.

« Même si je viens, ça veut pas dire que je t'en veux plus.
Et surtout, je vous dois rien. C’est clair ? »


Et là, tu sens le piège se refermer lentement mais sûrement ? Moi ouais, carrément. Et j’aime pas.

_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.©️ by anaëlle.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1185
Membre du mois : 0
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Dim 27 Mar - 14:09

J'espère vaguement que Zak va réussir à l'assommer, mais vraiment, avec son débit de paroles. Ca a l'air de marcher, au début en tout cas, mais elle se rappelle bien vite de mon existence et se refait aussi aimable que dans mes souvenirs. Alors, je rétorque à ses propos, d'un ton un peu sec.

"Oui, oui, on sait, je suis pas foutu de veiller sur lui."

Je lève les yeux au ciel. Ca au moins, ça change pas, quand bien même ça fait des semaines, ou des mois plutôt, qu'on s'est pas croisés. Putain, elle sait même pas ce qu'il s'est passé et déjà c'est de ma faute. Bon, elle a pas entièrement tort mais c'est pas le sujet, elle pourrait au moins me laisser m'expliquer non ?

Je me contente de hocher la tête aux propos du môme qui résume bien la situation. On est allés la chercher dès qu'on a pu, c'est elle qui avait foutu le camp, qu'elle commence pas à inverser les rôles sinon on est pas sortis du sable. Je laisse filer un silence avant de répondre, à mi-voix.

"Je t'avais promis qu'on reviendrait. On est revenus. Je fais pas de promesse que je tiens pas. Peu importe, t'es en vie, c'est ce qui compte."

Je jette un regard au clebs qui a l'air de comprendre ce qui se dit et qu'il pourrait en prendre pour son matricule si on fait pas gaffe. Enfin, lui aussi il a fait ce qu'il faut pour survivre, on va pas lui en vouloir. Je fronce quand même les sourcils, tiquant sur le reste de ses propos.

"Tu t'es fait courser ? S'est passé quoi ?"

J'ai l'impression bizarre que c'est pas vraiment moi qui cause en fait. Je suis trop neutre, trop calme. Je sais pas. C'est bizarre en fait. Je secoue brièvement la tête, laissant échapper un sourire aux propos du gamin.

"Il est sacrément doué le môme. Une fois il m'a carrément sauvé la mise en visant direct un zombie dans la tête avec un couteau à genre cinq, six mètres de distance ? Alors que j'étais sur le point de me faire bouffer quoi. La grande classe quoi."

Et là, alors que j'ai presque l'impression que les choses pourraient s'arranger, voilà qu'elle décide de faire sa diva et de se tirer. Genre on a pas besoin d'elle, elle va partir loin de nous, tout ça tout ça. Evidemment, je trouve pas les bons mots pour la faire rester, ça se saurait si j'étais doué pour ça. Pourtant, j'en aurais des choses à lui dire si je savais comment. Elle nous en laisse pas le temps de toute façon et, heureusement, Zak s'en sort bien que moi pour pas changer.

Je le fixe quand même, un brin perplexe, quand il parle du fait que je suis pas le seul mec. Nan mais il croit vraiment que… nan, ce serait pas le genre. Et puis, Eliott quoi. Je pourrais de toute façon même pas tenter quoi que ce soit que je me ferais tabassera avant. Non pas que j'y pense hein. Enfin, ça m'a potentiellement traversé l'esprit, je dis pas. Mais… enfin… Bref, c'est pas le sujet de toute façon. Là pour le moment, elle commence à s'énerver après le monologue de Zak qui en aurait assommé et convaincu plus d'un en temps normal. Elle lui parle avant de me fixer et je soutiens son regard avant de froncer les sourcils et de souffler, plus sérieusement que je ne le suis en temps normal.

"Le coup des gentils, des méchants, de ceux qui apportent des emmerdes ou pas, on s'en fout. Ca a plus de valeur ici. Alors ok, tu veux pas nous sauver les miches, c'est noté. Mais n'empêche qu'on a besoin de toi quand même. Et qu'on peut pas te laisser partir comme ça."

Alors en fait, Ethan, tu tends le bâton pour te faire battre. Je pensais pas pouvoir faire pire mais en fait si. Je relâche la bride du sac à dos, vu qu'elle a l'air de vouloir se barrer dans tous les cas et j'ai un soupir avant de me figer au reste de ses propos.

Je retiens un sourire à la façon dont elle parle à Zak en le pointant du doigt et je cherche le regard du môme, essayant de lui passer un message silencieux. Il gère, vachement mieux que moi et j'ai comme l'impression qu'on va … bon ok, qu'il va réussir à la convaincre quoi.

Quand elle se décide à s'occuper de mon cas, je reprends un air aussi sérieux et impassible que possible même si je la fixe sans ciller à nouveau.

"J'ai compris. Mais ça veut dire que tu me donnes une autre chance ou c'est même pas la peine d'essayer ? Et tu me dois rien. C'est pas nouveau ça."

D'aussi loin que je me souvienne, elle a toujours fait en sorte de bien me faire comprendre qu'elle ne voulait rien avoir à faire avec moi. Là au moins, y a un net progrès je trouve, elle semble prête à discuter ou à ne pas trop me gueuler dessus en tout cas. Pas dit que ça dure de toute façon.

_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Mer 30 Mar - 6:58


Je me contente d’hausser les épaules, les mains dans les poches, quand Eliott part au quart de tour à propos de cette histoire de fusillade qui s’est mal terminée. Je devrais lui dire quoi ? C’est plus prudent de faire comme si j’avais rien entendu et les laisser se disputer, un peu comme quand les parents s’y mettent. Ouais, d’un coup, je suis plus là. Ben quoi ? Je vais pas me mettre à défendre Ethan alors qu’à l’époque, il m’écoutait pas et que j’avais totalement raison en plus. Bon depuis, il a fait pas mal de progrès et est moins boulet, donc je vois pas l’utilité de remuer le couteau dans la plaie.

Je souffle, quand elle se rebiffe. C’est elle qui est sérieuse là ? Non mais je vous jure !

- Ben ouais, j’ai bien passé deux mois tout seul à attendre les parents dans ma baraque moi ! Alors franchement, tu fais pas d’effort quoi !


Alors une semaine, franchement, c’est vraiment pas la mort. Je pose une main sur la tête de Torby quand il en prend à son tour pour son grade. Pauvre bête. Comment elle arrive à lui en vouloir, alors que t’as pas plus fidèle et con que lui, pire encore qu’Ethan ? Je lui confierais plus mon chien, c’est tout !

- Tu peux pas lui en vouloir alors qu’il fait ce qu’il faut pour rester en vie, vu que tu fais pareil ! C’est un bon chien, Torby !

J’avais oublié qu’il y avait pas qu’Ethan pour me taper sur le système par moment, Eliott en tient une bonne couche aussi avec sa mauvaise foi légendaire. Ils se sont bien trouvés tous les deux, il y a pas à dire ! En même temps, je me souviens pas une seule journée qui se soit écoulée sans qu’on s’engueule… Et c’est pas pour autant des mauvais souvenirs pour moi, c’est juste que ça a toujours été comme ça entre nous. Bon, les choses ont un peu évolué pour Ethan et moi, et je crois pas qu’elle encaisse bien le revirement d’ailleurs. Avant, on était deux sur la gueule du frangin, maintenant c’est pas toujours le cas.

Je commence à faire grave la gueule quand Ethan trouve le moyen de parler de mes exploits à Eliott pour détendre l’atmosphère. Je la trouve pas du tout sincère ensuite, mais apparemment, elle l’est. Ouais bah c’était un coup de chance quoi… Mais c’est certainement pas moi qui vais lui préciser.

- Ouais. Je sais plus combien en tout… Comment ça, avec mon âge ? C’est bon, je suis plus un gamin, j’ai douze ans et demi. Si on se met à compter les points, Ethan m’a sauvé la mise qu’une fois et moi… Ben j’ai arrêté de compter en fait !

Et quoi, maintenant, elle cherche à se barrer encore ? Du Eliott tout craché quoi. C’est vraiment moi qui me retrouve à lui vanter les mérites de rester en groupe ? Oh merde, les choses ont vraiment beaucoup changé depuis que je suis avec eux, il y a pas à dire ! Ouais, sauf que mon discours marche pas du tonnerre... 'Faut dire que je me montre un peu trop sincère avec elle de base, à lui annoncer la couleur avant même qu'elle se décide.

- Ouais mais... Des gentils boulets. On s'en fout ! C'était cool quand on était tous les quatre avec Torby, pourquoi ça pourrait pas continuer ?

Je m'en prends plein la gueule quand même, avec son doigt inquisiteur pointé sur moi là. Je lui rends un regard de défi, retenant tout juste un sourire quand je lance une œillade à Ethan par-dessus mon épaule. Ouais, c'est dans la poche !

- Ouais, et si tu me saoules Eliott, je t'envoie chier aussi hein. C'est pas parce que t'es une vieille que ça va pas dans les deux sens. Mais okay ! Je te saoule plus avec eux, donc marché conclu ? Tu viens ? Super ! Je savais que tu dirais oui !

Ethan tend encore le bâton pour se faire battre par contre... Sérieux, il en tient une couche. Et après il se demande pourquoi elle lui marche dessus. C'est comme Torby qui revient quand on lui met des coups de pied, la langue pendante et la queue qui s'agite. Ouais, c'est exactement ça.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 18
"On s'habitue à tout, même à la fin du monde !"
Messages : 3106
Membre du mois : 1
J'ai : 13 ans
Je suis incarné(e) par : Dakota Goyo
Crédit(s) : Nao

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Mer 30 Mar - 23:50

Je devrais pas m’énerver parce qu’ils se sont fait tirer dessus pas vrai ? Je devrais juste être inquiète. Oui, mais non. C’est pas normal. Ils auraient pas dû se faire tirer dessus. Alors ça me gave. Et sa réponse, sèche, avec son roulement d’œil, me fait crisper la mâchoire. Mais non, j’ai dit que c’était pas mon problème.
Je fixe un instant Ethan. Promis ? Et v’là que Zak si met aussi. Ah visiblement, ils s’entendent mieux qu’avant. C’est cool. Si promis. Juste une raison de plus de me barrer. Ils ont plus besoin de moi. Ouais, bon, c’est pas comme s’ils avaient vraiment eu besoin de moi ou envie de ma présence avant non plus.

« J’ai attendu aussi chez Sid okay ? J’ai attendu… sans doute aussi longtemps que toi. Sauf que vous, vous aviez dit que vous reveniez vite, genre le soir ou le lendemain. C’était pas vite. Une semaine, c’est pas vite. »
Je fixe Ethan et répond sur le même ton que lui. « Tu m’as déjà fait des promesses que t’as jamais tenu… Alors excuses-moi d’en douter. »

Je lève les yeux au ciel et jette un coup d’œil autour de nous, avant de reporter mon attention sur eux. Je soupire.

« Mais je lui en veux pas à ton clebs ! C’est juste que… j’ai cru qu’il s’était fait bouffer ou j’en sais rien… Et c’est une flipette. Tu parles d’un chien de garde… »

Je regarde à nouveau autour de nous.

« Une semaine, ça fait long. J’avais faim… Et je m’inquiétais pour vous. Un peu. J’suis sortie pour chercher à bouffer. Et y avait un groupe…. Aucune importance. »
Je secoue la tête. « Je suis en vie. C’est tout ce qui importe non ? »

J’ai été conne. Voilà ce qui s’est passé. Pas assez prudente, à m’aventurer trop loin de l’ombre des bâtiments pour les retrouver. Et pour trouver à bouffer. J’avais agi comme une conne, pour pas changer, et pour une fois, j’avais eu le retour de bâton. Quoique l’un dans l’autre, je m’en sortais plutôt bien au final. J’aurais préféré me flinguer plutôt que de les laisser mettre la main sur moi. Et ouais, s’ils étaient revenus à temps, s’ils m’avaient pas laissée derrière, ça serait pas arrivé. Non sérieux, c’est vrai quoi !
Mais j’essaie de chasser un peu ça alors qu’on parle du môme. Je regarde Ethan, puis Zak. Je siffle, avant de reporter mes yeux sur le gosse.

« Un couteau à 6 mètres, t’es sérieux ? C’est la chance du débutant ça… » J’ai un sourire moqueur, avant de lui faire un clin d’oeil.
J’ai un grand sourire.
« Douze ans et demi… T’es un gamin. Un gamin de 12 ans et demi qui assure grave, qui sauve le cul de son frère plus souvent que le contraire, et qui vise carrément bien, mais tu restes un tout petit troll. T’es plus petit que moi sérieux ! »

Sauf que malgré ça, même s’ils me font sourire, enfin, même si Zak parvient à me faire sourire, j’ai pas envie de retenter encore. Une fois m’a suffi. Mais sans déconner, ils sont super têtus quoi. Et maintenant qu’ils se soutiennent, c’est pire. Un vrai sketch à eux deux.
Je secoue la tête et agite le doigt.

« Me fais pas dire ce que j’ai pas dit ! J’ai pas dit que je voulais pas, mais que j’étais la première à foncer tête baissée et à foutre la merde, nuance ! » Ouais bon… ça veut pas dire que je risquerais ma vie pour eux, hein… Je regarde Zak. « Cool ? t’es sérieux Zak ?! Je suis pas certaine que ton frère ait trouvé ça méga cool lui. Et honnêtement, vous avez l’air de vachement mieux vous entendre depuis que je suis plus là, et tant mieux, mais permettez-moi de douter un peu du fait que vous ayez besoin de moi okay ?!
Et je vois pas pourquoi vous pouvez pas me laisser partir comme ça, même vos… »


Je ferme les yeux une seconde et inspire. Connasse.
Mais bordel, comment j’en arrive à accepter ? Oui, ils ont raison. Oui, je m’en sortirais mieux avec eux. Mais qu’est-ce que ça peut leur foutre ? Je fixe le môme et il me rend mon regard, aussi chiant et impertinent que dans mon souvenir. Oui, j’aime bien ça chez lui. Sauf que j’aime beaucoup moins le regard qu’ils échangent, genre ‘Youpi, on a gagné’…

« Vieille ? Vieille ?! Et il se calme le Pinocchio miniature ! Ton frère est vieux, pas moi, qu’on soit bien d’accord ! Et ouais…. Sinon ouais. Ça marche pas à sens unique. C’est déjà ce que tu faisais avant. »

J’ai un soupir désespéré. Ouais, youpi, il le savait. Mais je peux pas rester sans sourire en le voyant comme ça. Même si je perds ce sourire en me tournant vers Ethan, qui lui, contrairement à son frère, est super sérieux. J’ai pas dit que ça le faisait chier lui que je sois là ? Mais merde, il a cherché à me retenir aussi non ? Oh, il fait chier.
Je me mords l’intérieur de la lèvre. Sauf que après le ‘J’ai compris’, il merde à nouveau. A croire qu’il le fait exprès. Je réponds un peu sèchement.

« Une autre chance de quoi ? De compter sur toi et de me retrouver seule ? Je sais pas si ça marche une troisième fois ça… » Je soupire à nouveau et le fixe. « Ouais. Je vais faire un effort. Me fais pas à nouveau faux bond… Me fais pas regretter encore. On est d’accord ? »

Je détourne les yeux et secoue la tête. Je suis trop conne. Vraiment. Genre, ça t’a pas suffit de te faire entuber à chaque fois ? Je me tourne vers Zak.

« Et elle est où ta super planque à la James Bond ? »

_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.©️ by anaëlle.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1185
Membre du mois : 0
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Mar 12 Avr - 19:56

Je me pince l'arrête du nez, essayant de rester aussi calme que possible. J'ai même pas le temps d'être vraiment heureux de la savoir en vie que déjà, elle commence à me porter sur les nerfs. Enfin, il faut dire qu'elle fait rien pour qu'on apprécie de la voir. Et pourtant, une part de moi a envie de la serrer dans mes bras, de lui dire que je suis heureux de la voir et qu'il est hors de question de la lâcher de nouveau des yeux, même une seconde. Mais je sens qu'elle le prendrait mal. Alors je raconte de la merde et je réussis à me dépiter moi-même.

Quand elle parle du fait qu'elle a poireauté chez Sid, je fronce les sourcils sans rien dire. De toute façon, je vois pas trop quoi répondre d'intelligent, c'est pas comme si on avait prévu de la récupérer là-bas ou je sais pas quoi dans le même genre. Par contre, à son histoire de promesse, je tique et je lève un index dans sa direction.

"Euh va falloir m'expliquer ton délire de mes promesses non tenues hein, parce que là… je vois pas."

J'ai un regard en direction de Zak, me demandant s'il en sait plus que moi avant de reporter mon attention sur Eliott.

"On te l'a dit, on a pas fait exprès de ne pas revenir tout de suite. Mais on est revenus dès qu'on a pu, dès qu'on a été en état de le faire. Je te l'accorde, c'était une connerie de te laisser ça, mais ça se saurait si j'avais que des bonnes idées non ?"

Là, voilà, au moins elle pourra en rajouter une couche et se dire que c'est totalement ma faute. Si ça peut lui permettre de passer à autre chose, comme le fait qu'on soit tous réunis, ce serait pas mal. Je les écoute parler de ce pauvre chien qui est effectivement la pire flipette que j'ai jamais rencontrée. Mais il veille sur Zak, c'est le plus important. Et il est finalement la dernière chose qui le rattache réellement à son ancienne vie en fait. Je fronce les sourcils, bloquant sur certains de ses propos et je souffle, d'un ton plus sérieux que d'ordinaire.

"Un groupe ? Il s'est passé quoi ? T'as rien eu au moins ?"

Je me rends même pas compte que je suis en train de l'examiner et, quand je le réalise, je baisse les yeux en toussotant.
Heureusement, ils se focalisent sur les exploits de Zak qui compense largement ma poisse bientôt légendaire.

"Hey au moins j'ai réussi une fois. Je peux continuer à laisser le troll me sauver la mise encore et encore sans avoir trop mauvaise conscience non ?"

J'ai un sourire en direction du môme et je le regarde non sans une pointe de fierté que je cherche même pas à cacher. Au moins, il assume son boulet de frère c'est déjà pas mal. Et nettement mieux qu'il y a quelques mois. Quand il rappelle qu'on était bien tous les quatre, je me rends compte qu'il a pas foncièrement tort. J'aime bien le reste du groupe hein, je me suis même attaché à eux mais, et ça ne change pas, s'il fallait que je les laisse derrière pour veiller sur Zak, j'hésiterais pas. Et je me rends compte qu'Eliott pourrait aussi faire partie des gens pour qui je ferais tout. Pour Sidney évidemment, pas pour autre chose.

Je retiens un rire aux propos de Zak et c'est encore plus difficile de rester stoïque à la répartie d'Eliott. Je dresse quand même un index en soufflant, d'un ton faussement vexé.

"Hey, je suis pas vieux ! Enfin, pas trop. Et si mon avis importe, je confirme que si, c'était cool quand t'étais là. Même si le fait que je dise ça doit t'étonner. Et pourquoi faudrait qu'on ait forcément besoin de toi pour qu'on ait envie que tu restes ?"

Je lui jette un regard en coin avant de chercher à nouveau Zak du regard. Vrai qu'on s'entend bien mieux et que je sais pas trop ce que je pourrais faire de ma vie s'il n'était plus là. A dire vrai, je n'ai même pas envie de me poser la question. Il m'a obligé à changer, à prendre cette part de responsabilité que j'ai rejeté en bloc toute ma vie ou presque et j'avoue que si j'ai du mal à gérer, si j'ai du mal à savoir quoi dire ou quoi faire, j'ai bien plus besoin de lui que lui de moi.

Enfin, Eliott finit par céder… comme tout le monde avec Zak en fait. Au moins, si je sais que ma présence n'est pas un point positif pour elle, au moins elle est pas rédhibitoire. C'est toujours ça de pris. Au moins peut-être qu'elle arrivera à me supporter ce coup-ci. Ce serait cool.

Encore une fois, je pige pas trop de quoi elle parle quand elle reporte son attention sur moi, cette histoire de première chance que j'aurais foiré mais je la fixe dans les yeux avant de répondre, le plus sérieusement du monde.

"Tu le regretteras pas c'est promis."

Je ferais tout pour en tout cas. Enfin, c'est pas comme si j'allais arrêter d'être con du jour au lendemain, faut pas trop m'en demander non plus. Mais je fais des efforts déjà, c'est un début. Et j'ai même pas gueulé. D'ailleurs, en y repensant, ça fait tellement longtemps que j'ai gueulé sur personne ou que je me suis pas énervé que j'ai presque oublié comment c'est.

_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Sam 23 Avr - 22:23


- Putain j'y crois pas ! Mais comment tu fais pour toujours, toujours tout retourner à ton avantage sérieux ? T'es pire que moi en vrai ! On va pas encore t'expliquer qu'on s'est fait tirer dessus par une bande de militaires barges et que je pouvais plus marcher... Je te jure ! Tu veux voir la cicatrice peut-être ?

Bon, Ethan lui glisse la même chose, mais sur un ton plus calme et raisonnable, ce qui est marrant venant de lui. Il a toujours pas compris que c'est pas en évitant d'hausser le ton qu'il va obtenir quoi que ce soit d'elle. Enfin ça se saurait si le frangin savait comment faire avec elle non ? Il en serait pas là. Eliott est vraiment une fille chiante. Elle en tient une sacrée couche quand même. Ouais... On se gueule dessus, mais après tout, ça veut dire qu'on est content de se voir au final. Enfin, je crois. Quand elle est à l'aise et amicale, elle fout des coups de poing et elle gueule plutôt que de faire des câlins c'est tout. 'Faut s'habituer quoi.

Je fronce le nez quand elle me parle de mon chien, piqué au vif.

- C'pas une flipette, Torby. Il est pas con justement, c'est pour ça qu'il est encore en vie lui aussi.


J'ai un sourire goguenard quand elle sort à voix haute qu'elle s'inquiétait pour nous. Quoi ? Je peux pas la rater quand elle sort des trucs pareils sans s'en rendre compte !

- En fait, tu voulais pas le dire, mais t'es partie à notre recherche ? Et c'est pour ça que t'es à Trois-Rivières ? Ouais ! Tout ce qui importe, c'est qu'on est tous les quatre en vie !

Je lève les yeux au ciel quand elle me parle encore de la chance du débutant. Sérieux... Ils me gonflent. J'enfonce mes mains dans les poches de mon sweat et avise Torby.

- Eh ! Je suis pas un troll ! Et je suis pas un débutant, c'est lui qui sait pas y faire d'abord !


Je manque de protester à nouveau quand elle me traite encore de gamin, mais ce qu'elle lâche ensuite parvient à me rasséréner. J'ai un sourire qui me monte aux lèvres, n'empêche, je ne suis pas un troll. Puis je la vois agiter son doigt devant moi là, à croire qu'elle n'a pas encore conscience de s'être faite avoir, ou trollée plutôt.

- Mon frère compte pas ! Et t'es une fouteuse de merde qui assure grave, donc oui, c'est cool. Bah disons qu'on n'a pas besoin de toi mais qu'on sera content que tu sois là, okay ? Et t'as raté plein d'épisodes, sois pas jalouse comme ça... Vous serez super potes avec Ethan un jour aussi ! Et autres hein...

Comment j'aime trop les charrier là-dessus. En même temps, ils sont tous les deux totalement débiles, et s'ils croient qu'à douze ans et demi on sait pas déjà comment ça se profile... J'ai une moue dubitative à me faire traiter de pinocchio minature, mais on s'en fiche, elle a déjà accepté. Je lance un regard de biais vers le frangin, avant de souffler un rire.

- T'es sérieux là ? Tu pourrais être mon père je te signale hein ! Et Eliott pas loin... Non mais je vous rassure de suite, vous êtes tellement débiles tous les deux que ça vous rajeunit !

Bon, ils ont plus tellement envie de rire on dirait, c'est con, moi je suis en forme et je rigole bien. Eliott est plus à prendre Ethan entre quatre yeux là, pour lui faire promettre des trucs qu'on sait très bien qu'il respectera pas. Si elle a toujours pas compris qu'il marchait pas comme ça... Enfin pas en lui forçant la main en tout cas. Bref, je m'en fous, c'est leur problème. J'ai un sourire jusqu'aux oreilles quand elle se retourne vers moi pour parler de notre base secrète.

- A la régie portuaire, le long des quais ! Tu verras, c'est le super QG anti-zombie, il manque juste une batmobile en stationnement dans nos quais super secrets. Et si tu veux, je te décorerais ta chambre avec mes bombes de couleur, ça t'aidera à moins faire la gueule le matin direct en te levant... Ou pas !
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 18
"On s'habitue à tout, même à la fin du monde !"
Messages : 3106
Membre du mois : 1
J'ai : 13 ans
Je suis incarné(e) par : Dakota Goyo
Crédit(s) : Nao

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Dim 24 Avr - 1:45

Je secoue la tête et fais un simple geste de la main, comme pour chasser une mouche inopportune, quand il me demande de quelles promesses je parle. Il a qu’à se rappeler. Même si ça remonte. C’est pas mon problème…. Pas tant que ça. Mais le fait est que ouais, il m’a déjà promis des trucs qu’il a pas tenu… que ce soit récent ou ancien importe peu.
Je lève une main et essaie de répondre calmement, même si mon ton est toujours sec.  

« J’ai compris, vous vous êtes fait tirer dessus, c’était pas voulu, vous avez pas choisi, blablabla… » Je lance un regard à Ethan. « Oui, c’était une connerie de me laisser seule, tu devrais le savoir pourtant… Et oui, ça se saurait… Ce serait pas mal de changer ça soit dit en passant. »
Mais j’offre presque malgré moi un grand sourire à Zak. « C’est le talent. Et sois pas jaloux parce que je suis meilleure que toi. Je t’apprendrais… Et non, je me passerais volontiers de vous voir à poil, merci bien. »

Sérieux, et pourquoi je me justifie ? Ils ont dit qu’ils allaient revenir vite, ils l’ont pas fait, je suis sortie. Je veux bien leur accorder que ok, pour le coup, ils l’ont pas fait exprès, mais j’ai pas non plus à m’expliquer moi… et pourtant, me voilà, en train de le faire… et ni l’un ni l’autre ne loupe quoique ce soit. Et merde.

« Il est pas con, et tant mieux pour lui comme pour toi, mais ça reste une flipette. »

Et je me fige une seconde en serrant les dents, le regard fixé sur lui. Qu’est-ce que je disais ? Il en loupe pas une…

« J’avais faim. Je suis sortie chercher à bouffer… » Je secoue la tête et soupire. « Ouais. Je m’inquiétais un peu okay… Une semaine comme dit, c’est long, alors forcément, comme vous reveniez pas… Et non, j’ai juste continué vers le nord, parce que l’idée était pas conne…Si j’avais voulu vous retrouver, j’aurais suivi vos traces de petits poucets. J’ai juste poursuivi… plus loin… »

Parce que ouais, j’aurais pu… ou j’aurais pu rester avec leurs parents… ça craint.
Je fronce les sourcils, évitant le regard du grand dadais pour le coup.

« Y avait des mecs avec des flingues en ville… Jsuis une nana… Une chieuse ouais, mais encore plutôt bien… J’ai pas cherché à comprendre, je me suis cassée… et j’ai perdu Torby à ce moment-là… Je suis revenue… un peu… Mais il était pas là. Vous non plus. Alors je me suis barrée pour de bon. J’ai pas envie de finir dans un putain de… » Je jette un coup d’œil à Zak. « Bref. Je m’en suis sortie avec une jolie cicatrice comme les vôtres. C’est tout. »

On change de sujet, c’est bien, très bien même. C’est bon, j’ai déjà assez parlé de ça.
C’est bien plus amusant de parler des exploits de la miniature et du simplet. Surtout quand on voit au final que le petit se débrouille apparemment mieux que le grand.

« Une fois… Si t’arrives à t’en convaincre, tant mieux pour toi. Protéger son amour-propre, c’est super important… »

Enfin, je dis ça, mais je vois bien son sourire et son regard vers Zak. Il a de quoi être fier, même s’il y est pour rien. Mais c’est cool pour Zak qu’il se débrouille aussi bien.
Je souris d’autant plus, moqueuse, quand il se met à bouder en enfonçant ses mains dans ses poches, mais j’évite de répondre. J’ai raison, c’est tout. N’empêche que c’est à se demander comment Ethan a survécu dans l’armée en était si peu doué…
Je le regarde, le boudeur qui sourit, un peu adoucie, avant de cligner des yeux en le regardant. Il se fout encore de moi là non ? Enfin, de nous en l’occurrence.

« Super potes… Ouaisouaisouais. Euh écoute, que tu sois content que je sois là, c’est cool, je veux bien te croire. Mais ne va pas trop loin. Et si, mine de rien si je reste avec vous, et qu’on doit se croiser souvent, l’avis d’Ethan compte. »

Notez-le sureffort que je fournis ! Non seulement, j’admet que son avis est (relativement) important, mais je l’appelle par son prénom. Oui, je m’impressionne moi-même.
Et si j’aime pas leur échange victorieux de regards, j’aperçois tout autant Ethan qui manque de rire alors que je réponds à Zak. Oui, j’aime bien son insolence aussi… pour l’instant. D’ici quelques jours, j’aurais juste envie de lui en coller une. Et y en a pas un pour rattraper l’autre. Je l’ai déjà dit ? ouais, possible, mais ça se confirme. J’ouvre la bouche, avant de la refermer sans rien dire, secouant la tête. Je dévisage un instant le vieillard quand il confirme les paroles du nain. Cool quand j’étais là… Ah. Merde. Enfin, non, c’est bien. Surprenant, mais… bien… je crois.

« Pas loin ? Et tu crois que j’ai quel âge ?? Putain, l’arrogance des gosses ! Et je t’interdis de me comparer à ton frère, je suis certainement pas aussi débile que lui. Y a pas moyen. » Mais je crois que ma colère est un peu gâchée par mon sourire. « Et ton frère est assez idiot pour que oui, je le croie aussi quand il dit que c’était cool. » Je regarde Ethan. « Envie que je reste… Carrément ? Non, pas besoin de réponse. »

Et de toute façon, c’est trop tard. Le gamin est doué. Et j’ai pas envie d’être dehors, toute seule, alors qu’il fait de plus en plus froid et que j’ai plus rien à bouffer… Et ouais, c’était cool avec eux. Sauf que non, y a pas moyen que j’en rajoute. J’accepte, en souriant presque, c’est déjà beaucoup.
Même si je peux pas m’empêcher d’en rajouter une couche avec Ethan. Mais s’il a pas pigé les promesses tout à l’heure, il se souviendra pas de toute manière… Boulet… Mais… Okay, c’est promis… et je suis assez conne pour le croire. Pour vouloir le croire. Que je serais pas à nouveau seule. Même si ouais, je l’ai un peu décidé à chaque fois. Je me contente de hocher la tête, les yeux rivés sur lui, cessant de me mordre la lèvre quand je commence à avoir mal. Je me détourne et fixe le sourire monstrueux du gamin. Sourire contagieux. Ouais, je suis grillée, je sais.
Je plisse les yeux.

« Trouves-moi du café si tu veux pas que je fasse la gueule le matin… et évite que Torby me réveille à l’aube, ce sera cool aussi…
Mais ouais… Sinon les couleurs, ça reste une super idée. Et si tu me trouves des fusains ou des craies ou dans le genre, je te dessine les trucs et tu peints… ou tu balances juste tes bombes… »


Quant à sa batmobile, si tout va bien, j’aurais le temps d’essayer de lui en taper une… plus ou moins quoi, juste pour faire genre… ce serait marrant en vrai. C'est un bon plan, si je reste oui. Je suis super gentille oui je sais.

_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.©️ by anaëlle.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1185
Membre du mois : 0
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Dim 24 Avr - 19:56

J'arque un sourcil aux propos du môme et je hoche la tête, le plus sérieusement du monde. Il a carrément raison. D'aussi loin que je me souvienne Eliott a toujours réussi à retourner n'importe quelle situation à son avantage en bananant les gens. Mais là, pour le coup, elle a trouvé plus fort qu'elle. Et que ce soit un gamin de 12 ans, oh merde, je me rappelle de son âge, ça, ça me fait franchement marrer. Je préfère éviter quand même de me marrer ouvertement, surtout qu'elle continue de me jeter des regards un peu noirs mine de rien.

Comme d'hab', Zak réussit vachement mieux que moi à l'amadouer. Moi je sais pas si je l'énerve, si elle m'écoute, si ça fait pas juste "blablablaaaa" quand je lui cause. Pour ce que ça changerait au final. Pourtant, quand elle était môme, elle choupinette. Chiante comme pas permis, ça c'est toujours pareil, mais elle était quand même adorable. Bon elle est toujours mignonne comme tout mais ça a plus vraiment la même signification quand on la regarde. Me demande ce qui a changé tiens. Une voix me souffle qu'il y a p'tet un lien avec le fait que son frère ait fini en tôle et d'un coup, je la fixe en plissant des yeux, n'osant rien dire de peur que Zak commence à se faire des idées à la con.

Je me contente de lâcher, bien plus sobrement que je peux le faire d'habitude.

"Bon, on a compris, c'était pas volontaire, c'était une mauvaise idée, tout ça tout ça. Et il fait trop froid pour se mettre à poil Zak, j'ai pas envie de choper la crève pour lui montrer que j'ai un trou au niveau du bide."

Ouais bon c'était je sais même pu où et c'est juste une estafilade. Rien de bien dramatique. Je me demande s'ils m'ont déjà vu aussi calme quand on est tous les trois en fait. Mais j'ai encore mon cerveau qui disjoncte alors que je pense à Sid'. Je fronce les sourcils quand elle parle de ce qui lui est arrivé et je me fige un peu quand elle daigne enfin entrer dans les détails. Et merde, dans quoi on l'a laissée encore ? Je vais quand même pas avoir mauvaise conscience parce que cette cruche a pas été foutue de nous attendre non ? Et puis, je parie qu'elle s'est cassée genre cinq minutes avant qu'on débarque avec le bol qu'on a. Parce que Torby, il était pas bien loin. Mais je vais éviter de le dire ça hein, ça ferait tâche.

Je rétorque, avec un sourire en coin.

"Aller en direction du Nord, c'était pas con ? Ah ouais ? Bref, t'est en un seul morceau, c'est tout ce qui compte. Et t'as pu te soigner sans trop de soucis, c'est cool ça. Nous c'était un peu plus galère, on avait presque rien pour le faire."

Et je hoche la tête, appuyant les propos de Zak, ne cherchant même pas à minimiser ce qui n'a pas lieu d'être.

"Nan je confirme, il a rien de la chance du débutant. On peut compter sur lui autant que sur les autres. Plus que certains même. Et tu sais moi, il m'en faut pas beaucoup pour mon amour-propre, faut dire qu'il est tellement élevé…"

Je lève les yeux au ciel, croisant les bras et rajustant tant bien que mal la lanière de mon fusil alors qu'on continue de causer comme si de rien était, comme si on était pas au beau milieu d'une putain d'apocalypse zombie. Bon au moins, personne ne gueule et Torby est calme, c'est bon signe. On devrait pas se faire bouffer de suite. Aux propos du môme, je prends un air vaguement vexé avant de lâcher, un ton plus haut.

"Hey, d'où je compte pas ? Je sais que tu veux une chambre pour toi tout seul mais m'efface pas direct comme ça quand même. Mais ouais, on sera super potes, c'est ça. Ou alors Eliott pourra m'en coller une quand elle aura envie. Vu qu'elle cogne comme une fillette, ça devrait pas trop poser souci."

Ouais clairement là, ma baffe je la mérite, mais au moins ça vient de moi. Mais la réaction d'Eliott m'étonne un peu quand elle dit que si, mon avis compte. Enfin je l'avais déjà donné, que ça leur plaise ou non de toute façon. Donc bon. Je rends son regard au môme avant d'écarquiller les yeux.

"Mon fils ? Oh putain, j'ose même pas imaginer les dégâts que ça aurait eu si j'avais été ton père. Bon techniquement t'as pas tout à fait tort mais n'exagère pas non plus. Et on est débiles pour se mettre à ton niveau, t'es pas paumé comme ça."

Je sais, c'est très intelligent de rétorquer ça. Mais le coup de l'adulte responsable, ça va deux minutes. J'ai l'impression de faire que ça tout le temps ces derniers temps et je suis pas persuadé que ça me réussisse vraiment en fait. Faudra que je demande à Eliott si elle voit une différence tiens. La réponse serait marrante. Ou pas.

D'ailleurs, je lui rends son regard quand elle pose sa question, si j'ai vraiment envie qu'elle reste. Je me contente de hocher la tête avec un sourire. Elle imagine même pas à quel point. En fait, je suis même pas sûr d'en être vraiment conscient non plus. Et ça a l'air de faire plaisir à Zak. Ca c'est cool. Il aura d'autres gens sur qui compter s'il m'arrive une crasse. Le truc à jamais oublier ça, je préfère largement qu'il reste avec elle si je me fais bouffer. Elle trouvera toujours moyen de s'occuper de lui.

Je darde un regard en direction de Zak et je penche la tête sur le coté.

"Une batmobile, carrément ? Ce serait cool d'apprendre à conduire dessus hein ?"

J'ai un sourire aussi, difficile de pas me sentir de bonne humeur en les voyant comme ça tous les deux et je hoche la tête au reste de ses propos avant de grimacer à ceux d'Eliott.

"Du café ? Ouais si t'aimes les trucs lyophilisés dégueu là. Pour le réveil, t'auras ta chambre de princesse décorée par notre artiste votre altesse, tu devrais pas être dérangée par le chien, il pionce avec nous.  Et tu dessines toujours ?"

Marrant ça, je pensais que ça lui était passé avec le temps. Elle se démerdait bien. Bon ça vaut pas les prouesses de Zak sur notre mur mais je suis peut-être pas totalement objectif.

_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Ven 29 Avr - 20:30


Je lève les yeux au ciel. Ok...

- Ouais, blablabla. Au fait ! J'ai oublié de te dire un truc ! On s'est fait tiré dessus ! Dingue non ?


Moi ? Maîtriser le comique à répétition ? Sérieusement, elle cherche la merde depuis... Bah depuis qu'elle a enfoncé son poing dans la gueule d'Ethan, mais ça, c'était encore drôle. Je lui rends un sourire de travers quand elle nous sort qu'elle veut pas nous voir tout nu.

- T'es sûr ? J'aurais parié que tu crevais d'envie de voir Ethan à poil !


Ce rabat-joie, le frangin, quand même. Je crois qu'il s'arrange pas avec le temps. Pourquoi il est aussi sérieux, là ? On a retrouvé Eliott. On n'est jamais sérieux avec Eliott dans les parages, non ? Je pousse un profond soupir quand elle traite encore Torby de flipette. Je laisse couler. Je lui ferais un super argumentaire plus tard de pourquoi mon chien c'est le meilleur. J'écoute le résumé de ce qu'elle a fait ces derniers temps, vu qu'on était séparé, concluant sur un ton léger :

- Bon ben t'es en vie, c'est cool ! Nous aussi.


Comme si elle ne l'avait pas remarqué. N'empêche, je suis vraiment content de la voir... Je l'espérais plus vraiment. Quand on est arrivé au dernier repère avec la bagnole et qu'elle était pas là... Je pensais plus jamais qu'on la reverrait. De ce qu'elle dit, on dirait qu'elle a vécu quelque chose d'assez proche de ce que je vivais à la superette du coin, à Old Bridge. Je vois pas pourquoi elle précise que c'est une nana et une chieuse, genre comme si on le savait pas. J'ai raté un épisode ?

J'ai un large sourire, plein de fierté, à les regarder tour à tour parler de mes prouesses. Et même pas une mention de troll ou de gamin pour ternir le tableau maintenant que je les ai recadré ! Ca fait quand même super plaisir de pas être jugé comme un inutile parce que je fais deux têtes de moins que tout le monde. Bon, ok... Peut-être trois. Je laisse filtrer un ricanement alors qu'ils n'ont pas l'air d'apprécier que je parle d'eux en ces termes-là. Il y a un bel écho là !
Par contre, je rends un regard un peu sceptique à Ethan alors qu'il me sort que je veux faire quartier à part. Euh... Sérieux ? Il a pas dû faire gaffe à quel point je dormais mal s'il était pas dans le coin, ni tilter que si j'ai la place du fond et lui la plus proche de la porte c'est pas pour rien... Je voudrais pas dormir tout seul ! Ok, ça fait peut-être un peu gamin, mais c'est pas parce que j'ai peur du noir là. Ca compte ?

- Jamais dit que je voulais une chambre à moi tout seul ! Bon ok, tu comptes... Ca te va ? Et dis, c'est vrai qu'elle cogne comme une fillette ? Moi j'en sais rien, elle tape toujours que toi. Tu devrais peut-être te poser des questions quand même je dis ça ...

Bon la partie est déjà gagnée quand ils commencent à s'offusquer sur leurs âges et que je les traite de vieux. C'est que justice rendue vu le nombre de fois qu'ils me traitent de gamins... C'est marrant quand même, Ethan a du répondant en plus. D'habitude, il fait sa carpette, enfin du temps où je pouvais pas le blairer.

- J'en sais rien... T'as 30 ans, presque comme Ethan nan ?


Je me retourne vers Ethan en réalisant un truc.

- C'était pas la question piège qu'il fallait jamais poser à une nana, comme le poids, c'est pas ça ?

Je vais m'écarter avant qu'elle essaie de m'en foutre une pour rattraper le retard. Elle a sans doute dû réaliser depuis. Déjà qu'elle commence à vouloir poser ses conditions... Ethan me fait bien rire à la traiter de princesse tiens ! Même pas besoin de trouver une parade à ses arguments, on est deux contre elle. Par contre, son histoire de dessins, ça m'intéresse.

- Ah ouais ? Ce serait trop cool ! Bah tu sais, c'étaient des bureaux, on doit pouvoir trouver plein de trucs pour que tu dessines les contours et après... Bam ! J'envoie la couleur partout ! Et puis c'est déjà plus réalisable que d'avoir une batmobile hein... Tu me prends pour un jambon Ethan ? Bon alors, on bouge ou on prend racine ? Nous on venait visiter le phare, et après on repartait à la planque. Mais avant que tu changes d'avis on va t'amener à la planque et on reviendra au phare plus tard hein !
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 18
"On s'habitue à tout, même à la fin du monde !"
Messages : 3106
Membre du mois : 1
J'ai : 13 ans
Je suis incarné(e) par : Dakota Goyo
Crédit(s) : Nao

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Sam 30 Avr - 0:37

Je secoue la tête. Sérieux, ils vont réussir à me foutre une migraine à eux deux en quelques minutes… Je baisse par réflexe les yeux vers le ventre d’Ethan quand il en parle. T’es con ou quoi ? Tu crois que tu peux mater à travers les fringues ? Ce serait cool… Enfin, non, pas cool, mais… Non, ne ris pas.
Je plisse les yeux quand le gamin reprend de plus belle, avant de soupirer.

« Pourquoi je voudrais ? Tu veux voir à quoi tu ressembleras quand tu seras plus un nain de jardin ? J’ai déjà assez de cauchemars la nuit, on va essayer de pas en rajouter. »

Je secoue la tête. Non mais c’est bon quoi. Je suis compréhensive, il va continuer à en rajouter juste pour me gaver davantage ? Parce que ça peut aller très vite, y a pas de souci. Et… ah oui, c’était peut-être bien une idée à lui… d’aller plus au nord…. Je me renfrogne un peu davantage. Non, c’est pas puéril…
Je fronce les sourcils quand il me sort que c'est cool si j'avais de quoi me soigner. J’ouvre la bouche, avant de la refermer, et d’enchaîner sur autre chose. Il va bien falloir oui... Mais...  
Mais on finit par changer de sujet, et par parler de Zak et de sa chance phénoménale avec un flingue. De ce qu’ils disent. Enfin, si c’est pour contrebalancer le manque de pot d’Ethan, c’est encore plus amusant. Et ouais, le voir aussi content et aussi fier, c’est cool. Je lui souris.

« Ah mais j’ai toujours compté sur lui. » Bon, ok, peut-être pas pour faire joujou avec un flingue, plus pour emmerder son frère avec moi, mais ça compte non ? « Ouais, je suppose qu’avoir un amour-propre au ras des pâquerettes, ça aide… »

Non, tais-toi on a dit. Que ça aide à ne pas avoir la moindre once de fierté quand il s’agit de sauver sa peau, même au détriment des autres, c’est pas le truc à sortir. Pas encore, pas à nouveau. Enfin, pas de suite quoi.
Et le môme qui continue de nous charrier. Putain, je lui ai manqué tant que ça pour qu’il charge autant ? Ou c’est juste pour pas trop faire de jaloux avec son frère ? Quoiqu’il en soit, on va dire qu’on va pas trop le contredire. Je me tourne vers Ethan, la mâchoire crispée. Comme une fillette ? Sans déconner ? Je secoue la tête. Sale con. Laisses tomber. Ouais, mais non… et mon poing part à nouveau tout seul. Si promis, je voulais pas. Vraiment. Enfin, pas vraiment. Sinon j’aurais essayé de frapper plus fort que tout à l’heure non ? Bon, d’accord, j’ai cogné un peu plus fort, mais ça changera rien pour lui, pas vrai ? Venant d’une fillette. Connard arrogant. Et je me fous d’avoir à nouveau mal. Sérieusement, pour qui il se prend ?

« Rajoutes-en et je te promets que je vise plus bas. »

Quoi, je m’énerve à nouveau pour rien ? Non carrément pas ! Et voilà Zak qui reprend. Je note à peine qu’il a pas l’air ravi de ce qu’a balancé l’autre, ou encore qu’ils partagent la même piaule. Tant que moi, je suis pas obligée de le faire. Encore. Je lui lance un regard mauvais.

« On m’a toujours dit de pas frapper les nains, mais je peux faire exception si tu veux. » Je hausse les épaules.  « Après tout, on frappe pas non plus les simples d’esprit, mais Ethan a un traitement de faveur. »

Qu’est-ce que j’avais dit ? Ils sont épuisants bordel, comment ils font ? Ils sont désespérants. Et le pire, LE PIRE, c’est que je rentre dans leur jeu. Comme dans une horrible spirale infernale. J’arrive pas à faire autrement depuis le début, c’est grave.

« Les dégâts ? Il aurait eu de quoi se foutre en l’air… Quoique tu te serais sans doute barré en apprenant que t’allais être père non ? »

Oui, c’était gratuit, je vous en prie. J’ai un sourire mauvais alors que je vois Zak faire un pas en arrière.

« Si trésor, c’est exactement ça. C’est comme demander à un mec s’il sait bricoler ou s’il s’y connait en bagnole. En vérité, les réponses sont toujours les mêmes, ce sont des gros boulets, mais il faut préserver leur fierté, alors tu fais semblant.
Et non. J’ai PAS presque 30 ans. »


Je serais sans doute morte avant de les atteindre, mais c’est un détail… Bon, okay, pour lui, ça doit changer que dalle à son niveau, mais je m’en fous, y a une différence. Quant au poids, j’ai dû en perdre assez pour que ça me fasse chier, mais dans l’autre sens. Bref !
Malgré tout ça… Je sais pas comment ils font, mais ils ont l’air d’être contents que je cède pour de bon. Et oui, je sais pas non plus ni pourquoi, ni comment, mais j’en suis heureuse aussi. Non, je veux rien entendre !

Et ouais… ce serait fun une batmobile. Même si je doute qu’on puisse lui apprendre à conduire dessus… qu’Ethan puisse lui apprendre. Pas on. Et quand il commence à avoir l’air moins con, il en rajoute une couche. J’inspire, secoue la tête et esquisse un sourire. Sisi, je vous jure.

« Du café dégueu, c’est mieux que de la flotte dégueu oui.
Et depuis quand je ressemble à une putain de princesse ? »
Je grimace. « Ouais. Enfin si on veut. Je dessinais de temps en temps… Maintenant… Ça m’arrive. Quand j’arrive à trouver du matos intéressants… ce qui bizarrement est plutôt rare… »

Je lance un regard à Zak. Et retrouve mon sourire. Un peu.

« Ouais, ça ça devrait être faisable. Si votre planque à la James Bond est grande, on aura pas mal de possibilités en plus, ça pourra être marrant. »

Et ouais, il l’aura sa batmobile… Enfin, je ferais ce que je peux pour. Je hausse un sourcil, amusée.

« T’as peur que je m’échappe en courant ? Tu sais que si je veux me barrer, que ce soit ici ou à la planque, ça change rien ? J’ai dit que je venais. Vous avez gagné.
Je vais pas changer d’avis, vous seriez foutu de me courir après pour me baratiner à nouveau. Ce serait horrible. On va éviter ça.

Allez en avant petit scarabée montres-moi le chemin. »


Y a un nom pour quand vous avez autant envie que pas envie ? Quand vous êtes autant en colère que contente ? Non, parce que ce serait cool là…
Mais je stoppe. Si je le dis pas maintenant, je le ferais pas... Je regarde Ethan. Et inspire profondément.

« Quand je me suis fait tirer dessus... en vous cherchant... J’avais rien pour… pour soigner ou même nettoyer... ça a commencé à s’infecter je crois… »  

Je le fixe. Avant de jeter un coup d’œil à Zak. Merde.

« Mais je suis tombée sur hasard sur... vos parents il y a quelques temps. Un peu après Coaticook… C’est Ashley qui m’a soigné et qui m’a filé de quoi empêcher que ça s’infecte pour de bon… »

Voilà voilà. Au moins c’est dit. J’ai plombé l’ambiance là non ? Bon, en même temps, c’est pas comme si c’était la joie avec eux d’habitude, on passe plus de temps à s’engueuler qu’autre chose. Ouais, enfin là du coup… Merde.

_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.©️ by anaëlle.


Dernière édition par Eliott Lancaster le Dim 1 Mai - 20:15, édité 1 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1185
Membre du mois : 0
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Dim 1 Mai - 19:50

J'ai un rire à la mimique de Zak et je me mords la lèvre pour pas avoir trop l'impression de me foutre ouvertement de la gueule d'Eliott. Mais mon regard pétillant doit me trahir de toute façon et, quand je sens le regard de la demoiselle sur mon ventre, je fais mine de soulever mon pull.

"Quoi, tu veux vraiment qu'on fasse ça ici ?"

Et je secoue la tête avant de poser une main sur l'épaule de Zak, la mine faussement solennelle.

"Cherche pas elle avouera jamais qu'elle rêve de me voir à poil. Ca a toujours été mon problème avec les filles et celle-là c'est la pire de toutes. Tu sais que la première fois que je l'ai vue, elle avait ton âge ? Et des couettes. Des putains de couettes avec un élastique rose. Y avait même des nuages en plastique dessus."

Je finis par croiser à nouveau les bras en hochant la tête aux propos du gamin. Il a bien résumé. On est en vie, c'est cool. Parce qu'on partait pas super bien mine de rien il y a quelques mois. Bon on est pas toujours prêts de nous en sortir mais c'est déjà mieux que quand on a débarqué là non ? Et puis elle a pas l'air de vouloir développer sur la façon dont elle s'en est tirée, grand bien lui fasse.

Le fait de parler de Zak nous fait sourire tous les trois, probablement pour des raisons différentes. Mais impossible de pas voir la mine fière du gamin, totalement justifiée d'ailleurs et, à la répartie d'Eliott, je souffle, avec un haussement d'épaules.

"Je te garantis que l'amour-propre c'est grave surfait. Surtout ces derniers mois. Mais vu que je pratique depuis longtemps j'ai pas eu à m'habituer. C'est cool."

Le pire c'est que c'est pas totalement faux. Et puis on parle d'où va dormir Eliott. Fatalement, ça dérive sur la chambre que je partage avec le gamin et j'ai un sourire à sa remarque avant de répondre, en parfait miroir de ses propos.

"Bon ok, je compte, ça me va. J'espère bien que tu veux pas ta chambre, je suis pas prêt à me retrouver tout seul. Au moins avec Torby, je me dis que je pas le plus flippé de la pièce quand il fait nuit."

Bon en soit, je m'en fous, mais je compte plus le nombre de fois où je me suis réveillé et que la seule chose qui m'a calmé c'est de regarder le gosse dormir. Je suis même pas sûr que j'arriverais à faire une nuit complète sans l'avoir sous les yeux. Enfin, un semblant de nuit complète parce que bon la grasse mat' c'est cramé depuis longtemps. Dormir 4 ou 5H par nuit c'est déjà cool. Les ombres nous laissent tranquilles un petit bout de temps, suffisamment pour qu'on soit capables de se lever le lendemain.

Je toussote au reste de ses propos même si, fatalement, je m'en prends une. Alors je souffle, me frottant l'épaule, faisant mine d'avoir mal avant de hausser les épaules.

"Nan, je confirme, t'as rien à craindre gamin. Et pour viser plus bas chérie… faut qu'on redéfinisse ta notion de préliminaires hein. Même si ça serait déjà bien plus que ce que j'ai pu avoir ces derniers temps."

Et, quand Eliott se vexe rapport à notre âge, j'ai un ricanement avant de hocher la tête.

"Ouaip. Même si niveau poids, Eliott risque pas de se vexer. Mais là aussi c'est risqué. Tu peux pas dire qu'elle est grosse mais si tu lui dis qu'elle a un beau cul, elle peut quand même mal le prendre. Tu vois ce que je veux dire ? Pour le reste…"

Je prends une mine pensive alors que je jette un regard au gamin.

"Putain, je me tire tout le temps à t'écouter. Faut pas non plus exagérer hein."

Je réponds pas vraiment parce que bon, je sais pas ce que j'aurais fait si j'avais appris que j'allais avoir un gosse à 18 ans. Et puis un gosse comme Zak, ça se lâche pas. Même si c'est un peu ce que j'ai fait d'une certaine façon, même si c'était pas le mien. Alors je vais éviter de trop en faire hein, ça vaut mieux pour moi.  Tiens, on rebalance une pièce dans le jukebox quand on parle de dessiner et ça marche pour les deux. Va falloir que je leur trouve du matos à l'occas', pour qu'ils puissent s'éclater tous les deux. Je cherche parmi les boutiques que j'ai fouinées pour trouver les cadeaux du gamin pendant qu'il parle et essaie probablement de nous embrouiller, même si je vois pas trop comment.
Mais il fait toujours ça.

"Hey te plains pas, j'ai pas dit que tu ressemblais à une sorcière. Les princesses sont mi… euh… ouais donc on a du café et du thé. Ca donne presque l'impression d'avoir un truc dans le bide, c'est l'avantage."

J'écoute leurs derniers échanges, non sans sourire. Elle a vraiment rendu les armes, c'est cool et puis, même si on se prend la tête, j'ai presque l'impression d'être vraiment en famille. Et puis, alors qu'on commence à marcher en direction de la super base, elle reprend la parole en me fixant.

Et je me fige quand elle raconte ce qu'elle a fait. Les parents ? Ashley ? Et elle balance ça comme ça, comme si c'était pas important ? Putain mais elle le fait exprès ou quoi ? Je plisse des yeux en la fixant d'un air mauvais et je me retiens de la traiter de conne pour le coup mais, quand je reprends la parole, c'est mâchoires serrés et avec un regard noir.

"On a croisé notre père dans un Mcdo il y a quelques jours. C'était devenu un putain de zack. Et … bref… on l'a enterré. Il était tout seul."

Merde. Ca veut dire quoi ? Qu'elle est par là aussi ? Encore en vie ? Ou déjà morte ? J'ai même pas envie de l'interroger, je veux pas risquer d'entendre des réponses qui pourraient péter le peu d'espoir du gamin. Le pire c'est que l'espoir peut être le pire des poisons du monde. Il peut aider à avancer comme il peut paralyser. Et là, je sais pas quelle réaction va avoir Zak. J'ai déjà du mal à savoir quoi penser de ça.

Il va vouloir poser des questions sur sa mère, demander si elle va bien, à ce qu'on aille la chercher Non ? Ou pas en fait. J'en sais rien. Je détourne mon regard d'Eliott pour fixer le gamin pour voir sa réaction. Je suis inquiet pour le coup et pas qu'un peu.

_________________

   
   
Just relax, take it easy



Dernière édition par Ethaniel M. Griffin le Jeu 19 Mai - 11:28, édité 1 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Mer 18 Mai - 21:24

- Hein ? Je compte pas lui ressembler moi plus tard !

Je leur rends à chacun un regard, alors que je ne suis plus tellement leur cheminement de pensées. Franchement, qu'est-ce qui a pu lui faire penser ça ? Et puis c'est quand même pas sympa pour Ethan, de dire qu'elle fera des cauchemars la nuit après l'avoir vu à poil... A moins qu'elle parle juste de sa blessure qu'on a recousu un peu à l'arrache. Quoique, elle a été recousue ou pas en fait ? Bah on s'en fout, ça change pas l'histoire. Parce que c'est cool de se montrer ses blessures de guerre ! Enfin sans Eliott qui joue les rabat-joies bien sûr.

Ca valait tout de même le détour pour voir le frangin avoir de la répartie. Genre, le truc qu'il a jamais avec moi. Je pouffe de rire quand il me fait une description d'Eliott du haut de ses treize ans, et je la regarde d'un œil nouveau. Elle vient de perdre toute crédibilité d'un coup.

- Sérieux ? Des élastiques roses ? Avec des nuages en plastique dessus ? Mais il y a que des gamines de cinq ans pour porter un truc pareil... C'est super ringard !  

Je pensais pas déclencher un nouveau coup d'Eliott en parlant à mon tour de ces coups de poing de fillette, mais on dirait qu'elle est un peu à fleur de peau... Quoi ? C'est justement pour ça que c'est marrant de la charrier là-dessus, surtout que c'est encore le frangin qui prend ! J'ai quand même le droit à quelques menaces en l'air. Je préfère lever les mains en signe de reddition, avec néanmoins un sourire de travers.

- Ouais nan ça ira, je laisse ce privilège à Ethan moi.

Surtout qu'ils commencent à parler de préliminaires et que ça devient vraiment louche. Je fronce le nez, à les détailler tout deux sans rien dire, parce qu'il y a quand même anguille sous roche non ? Surtout quand là ça parle subitement de la capacité proche du néant d'Ethan à gérer un gosse... Ouais, j'ai pas oublié non plus que j'ai pas existé avant mes onze ans et demi pour lui, et une fin du monde en prime... En plus, il esquive la question ce con, de quoi me doucher un peu mon enthousiasme. Du coup, je me contente juste d'hausser les épaules quand il me sort être rassuré qu'on reste dans la même chambre.

- Ouais, ouais... Torby fait mieux le guet que toi, je te signale.

Je les regarde à nouveau tour à tour. J'ai la première qui essaie de m'enseigner les travers des mecs et le second des nanas. Ok... On est bien parti là. Surtout qu'ils m'embrouillent totalement et que je finis par lâcher en réfléchissant même pas deux secondes :

- Moi je m'y connais pas en bagnole mais je sais bricoler... Je vois pas le problème. Enfin si, les filles, sérieusement c'est trop compliqué et prise de tête !

Je secoue la tête et lève les yeux au ciel. Bref, j'abandonne. C'est plus simple de se préoccuper de ce qui est vraiment vital dans la vie. Du café, une chambre, de la bonne déco... Et pourquoi ils parlent de princesse là ?

- Mais non, t'es pas une princesse... T'es Lara Croft toi !

J'hoche la tête, très convaincu, avant de prendre le temps de la réflexion.

- ...Avec moins de poitrine et de fesse, et un caractère de merde, mais c'est ça sinon.

J'ai un large sourire en réponse, surtout quand elle me confirme qu'elle va bien nous suivre et arrêter de faire sa diva. Génial ! Donc, on rentre tous à la maison, et c'est pour de bon cette fois ! J'espère qu'on aura plus à se séparer pour nous éviter un nouveau drame. J'ouvre la marche, bien résolu... Jusqu'à ce que je l'entende prononcer le nom de ma mère distinctement. Je me fige sur place et me retourne d'un bloc, subitement blanc comme un linge.

- Qu... Quoi ? Qu'est-ce que tu viens de dire là ? T'as vu... Maman ?

J'ai la voix qui se brise, sans rien pouvoir faire contre. C'est simplement que de prononcer à nouveau ce mot me fait un coup. Je prends une longue inspiration pour me donner du courage et poser cette question qui me brûle les lèvres, mais qui ne veut pas sortir :

- ...En vie ?

Et Ethan qui se met à parler de p'pa, ce qui ravive tout. Il a pu s'en passer des choses depuis... Ca se trouve, ils étaient encore vivants il y a quelques jours à peine et... Et...

- Où ?! 'Faut qu'on la retrouve !

Je me précipite vers Eliott pour me planter devant elle. Je cherche son regard, sans savoir ce qu'elle peut lire dans le mien. De l'espoir ou l'inverse ? Je ne sais pas. Je ne sais plus rien ! Mais si on a une chance de la retrouver, même si ça risque de me faire une déchirure encore plus immense si elle est... Je ne dois pas y penser. Je dois simplement saisir cette chance, et ne pas la gâcher, parce qu'il n'est peut-être pas trop tard pour m'man. Et pour nous.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 18
"On s'habitue à tout, même à la fin du monde !"
Messages : 3106
Membre du mois : 1
J'ai : 13 ans
Je suis incarné(e) par : Dakota Goyo
Crédit(s) : Nao

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Dim 22 Mai - 21:35

Je fronce les sourcils alors qu’il soulève son pull, se marrant à moitié, même s’il tente de le cacher. Il a fumé, même pas en rêve. Je réponds pas, ça sert à rien avec lui.

« T’inquiètes, tu seras toujours plus malin que lui. » J’ai un sourire. « Et tu seras beau gosse toi. »

Je reporte mon attention sur le grand, quand il reprend comme l’idiot qu’il est. Je secoue la tête.

« Mais ça va pas ? T’es tellement en manque que tu t’imagines avoir une touche avec chaque nana ? T’avais un problème avec les filles toi ? J’ai pas souvenir qu’y en ai eu beaucoup à vouloir te voir à poil… »

Je pointe mon doigt sur le nain qui se marre… Non mais me voilà bien, avec les deux qui me prennent pour une bille...

« Continue de te marrer tant que tu peux le nain. C’était pas ringard, c’était cool, j’avais 10 ans, j’étais mignonne. Point.
Et c’était un cadeau. Sans doute volé. Du second demeuré en chef, okay ? Donc ouais, j’avais des élastiques roses avec des nuages. »
J’ai un sourire. « Et devines qui m’en a acheté avec des papillons pour me faire plaisir ? Tu veux qu’on parle de ton frère ? De sa coupe de cheveux ? De ses sweat qui brûlaient les yeux ? » Je regarde Ethan. « Arrête de te foutre de ma gueule et de mes couettes toi. »

Oui, non, parce que s’il voulait partir là-dessus, j’avais du dossier aussi. Bon, le mauvais côté, c’est qu’il allait s’en foutre. Et dans le fond, mise à part ses conneries de vouloir le voir à poil, je m’en fous aussi. J’aimais bien ces élastiques moi.
Et c’est gavant un peu qu’ils soient aussi chiants. Juste un peu ouais… Pas comme si c’était déjà difficile de les revoir… Même si ils se sont pas cassés, blablabla, j’ai compris. Mais même, je suis quand même un peu en colère et… je sais pas, contrariée, ou j’en sais rien…
Je hoche la tête quand le nain le fait un peu raisonnable, laissant son frangin profiter de mes coups de gueule. Enfin, de mes coups tout court… Mais il cherche aussi.
Je sais pas, c’est cool s’ils s’entendent mieux. Sisi. Même si du coup, je me sens de nouveau comme le vilain petit canard de trop, mais bref passons. Le fait est que je suis contente de revoir le môme. Surtout pour entendre qu’il se débrouille super bien et voir sa mine réjouie.
Je le regarde, lui là, le grand simplet.

« Ouais, je te crois sur parole… Pourtant, t’en avais une sacré dose d’arrogance avec les nanas non ? Et c’est encore le cas, à croire qu’on rêve toutes de te voir à poil… »

Je secoue la tête, avant de soupirer en silence. Ils vont m’achever avant les zacks. Pas prêt à se retrouver tout seul. Je retiens une grimace. Oui, il a peut-être dit ça pour le môme, mais bon, c’est pas comme si moi je venais de passer des semaines à… Laisses tomber.
Ah, et visiblement, y un truc que le môme a pas dû aimer, de prolixe il devient presque réticent. Parce qu’Ethan a critiqué Torby ? Ouais, ou parce qu’il a pas aimé une de tes remarques… Je plisse les yeux. Oh, et puis je m’en fous, c’est pas mon problème. En plus, visiblement, pour le coup, c’est pas pour ma pomme, alors c’est encore mieux.
Et mon air renfrogné ne s’arrange pas quand cet abruti se trouve super malin. J’ai un sourire en coin et hausse un sourcil.

« Quoi, vous avez que des mecs dans votre groupe ? Pas une seule nana pour t’aider ? Oh, c’est moche. Mais comptes pas sur moi trésor, je fais pas dans l’humanitaire. »

Je le fixe, alors qu’il arrive encore et toujours à trouver un truc pour m’emmerder encore.

« Ouais, c’est super bizarre comme les nanas n’aiment pas être traitées comme des bouts de viande. » Quoi on fait pareil ? Absolument pas… « C’est fou. Mais tentes donc qu’on rigole va. » Je regarde Zak.  « Et non clairement, là, tu pourras pas dire que je suis grosse… »

Non que je l’ai jamais vraiment été, mais là ça devenait limite problématique quand même. Et je le fixe. Ouais, et l’autre allait en rajouter une couche, c’était sur.

« Je te donnerais des cours pour de mécano va. Et crois-moi, vous êtes aussi chiants et emmerdeurs. Vous vous en rendez juste pas compte. »

Pitié, mais aidez-moi à me sortir de ce traquenard… même si quand on parle de café et de dessins, de suite, ça se passe mieux. Ou pas. Parce qu’il persiste en plus. Les princesses sont quoi ? Mignonnes ? Genre encore heureux que j’ai pas un nez de sorcière et la verrue qui va bien avec ? Sale con.
Je regarde le gamin, et mon esquisse de sourire est balayée par le reste de sa phrase. Petit con aussi lui.

« Lara Croft, c’est comme les barbies. En vrai, elle existe pas. Ou elle tiendrait pas debout sans un putain de mal de dos. Et il faut bien un caractère de merde pour vous supporter tous les deux, sinon je me serais déjà flinguée.
Alors on reste sur le café, les dessins et roule ma poule. Hophophop. »


Pourtant, avant de partir, il faut bien que j’en parle non ? De leurs parents qui les recherchent et ce genre de trucs… Et au fur et à mesure que je parle, je vois Ethan s’assombrir et se foutre carrément en rogne. Je fronce légèrement les sourcils, alors que Zak se retourne comme une bille et m’interroge. Sauf que… Et là le petit con redevient un môme qui espère juste…

« Euh oui… Y a quelques semaines, je sais plus exactement. Un peu… Pas mal de temps après que vous… qu’on ait été séparés. Elle allait bien oui. Elle m’a soigné, et elle a insisté pour que je reste manger avec eux… »

Que je reste tout court… Mais bon… Je secoue la tête. Oui, bon, ils s’y attendaient pas, mais c’est plutôt cool non ? Je regarde Ethan, toujours aussi pas content, avant d’écarquiller les yeux quand il parle. Oh putain de merde. Et là, mon cœur s’affole un peu. Beaucoup. Quoi ?? Je cille un peu. Essayant de remettre tout en place. Ah là tu fais fort Lancaster. Pourtant, ils allaient…  et je tourne la tête vers Zak, alors qu’Ethan le fixe déjà. Oh putain de bordel de merde. Je crois que mon cœur s’arrête. Il vient se planter devant moi, comme si j’allais pouvoir le mener là maintenant de suite à elle… Oh putain, Michaël est mort. Et je le revois me tendre ce putain de poisson et… Ashley… elle…


« Zak, je… »

Okay, tu t’es foutue dans la merde toute seule, tu assumes. Tu lui as redonné de l’espoir, tu te démerdes. Mais le brises pas. Surtout…
Je le dévisage. Si jeune et si résolu. Si paumé et pourtant…

« C’était au nord de Coaticook Zak. C’était bien trop loin… Sans doute bien avant que vous… » Je jette un coup d’œil à Ethan. Non ne pleures pas. Je secoue la tête, les yeux toujours écarquillés. « Je suis vraiment désolée. Je… Je savais pas… »

Je secoue la tête, me passe la langue sur les lèvres et me mets à genoux devant Zak.
« C’est bien trop loin. Mais… Je… On la cherchera. » Je cherche son regard et le fixe. « D’accord ? Tous les jours. J’irais avec toi. Avec vous. Et je… C’est promis. Je suis désolée pour ton père Zak. » J’effleure sa joue rapidement, et retire ma main avant qu’il puisse me repousser. « Mais je te promets que je vais t’aider. Je te laisserais pas. Okay ? »

_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.©️ by anaëlle.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1185
Membre du mois : 0
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Lun 30 Mai - 18:47

J'arque un sourcil devant leurs réparties et je sais pas pourquoi je souris. Peut-être parce que l'espace d'un instant, je me dis que tout est normal, tout roule. Ou une connerie dans le genre . Bref, je râler, pour le principe, parce que c'est mon job. Je dresse donc un index en direction du gamin et je le secoue, l'air vaguement sérieux.

"Hey, tu pourrais tomber plus mal, contrairement à ce que dit la blonde là. Bon ok, niveau intelligence, t'es mieux parti, je te l'accorde. Mais pour le reste, je m'en sors pas mal, quoi qu'elle en dise."

Pour le reste, il a l'air un peu largué et, vu les sous-entendus, c'est pas plus mal. Si je peux éviter d'avoir à lui parler de ce genre de trucs avant un moment, ça m'arrange lâchement. Surtout si c'est pour lui dire qu'en fait, je trouve Eliott plutôt… euh… voilà quoi, et qu'elle me montre bien que c'est pas réciproque. Ok gamin, donc, là, c'est un râteau. Ou une veste. Bref, je garde l'exemple pour plus tard, ça servira toujours.

Je me recentre sur la conversation. Ah ouais, les couettes. Forcément, je me marre un coup et Zak en rajoute une couche. Ce gamin est cool, vraiment. Bon c'est moi qui prend le coup, le contraire aurait été étonnant mais vu qu'elle fait pas mal, je m'en fous un peu. Je hoche quand même la tête et je réponds, après leur avoir jeté un regard à tous les deux.

"Alors si, c'était ringard. Et oui, on avait piqué ces élastiques. Sid' avait fait le guet, je les avais pris pour qu'il te les donne. On a failli se faire choper, c'était la misère. Bref. Mes sweats étaient très bien, je vois pas de quoi tu parles. Et puis, je vois pas comment tu pourrais t'en souvenir, c'est pas comme si mon look pouvait t'intéresser, si ? Et aussi, mes bouclettes étaient hyper classes."

J'ai du mal à accrocher au reste de la discussion, j'avoue, ça fuse un peu de partout et je me fais tailler, pour changer. Mais c'est pas grave si ? Tant qu'on est là, que tout va bien et que Torby continue de faire sa gueule de gentil chien concon. Et je lâche, sans même y réfléchir, avec une grimace un rien blasée quand même.

"T'en fais pas pour moi ma grande, il faudra vraiment que je sois désespéré pour faire appel à toi, donc ça devrait aller, t'auras pas à m'envoyer encore chier."

Ah ouais, faudra que j'explique au gamin que ça, par exemple, c'est pas un truc à dire à une fille qu'on envisageait de draguer. Bon, j'y pensais pas vraiment. Peut-être deux minutes, mais bref, ça reste un peu con à dire. Je me pince l'arrête du nez et je soupire. Pour un peu, je vais me filer mal au crâne tout seul en fait. Alors je préfère ne pas trop insister et je dresse une oreille quand elle parle des cours de mécano en réponse aux paroles du gamin, sans faire plus de commentaires.

Et quand Zak la compare à Lara Croft avant de mettre en avant les différences, je réprime un rire que je camoufle vaguement en toux histoire de pas m'en prendre une de plus. Vu le regard que je jette à Eliott quand il la décrit, elle voit que j'en pense pas moins.

Mais j'ai pas vraiment le temps de songer à une connerie qu'elle balance un truc qui nous assomme tous un peu. Enfin, beaucoup. D'un coup, je sens la colère grimper d'un cran, sans que j'arrive à le contrôler et je serre les poings en gardant le silence pour pas dire tout ce qui me vient à l'esprit. Surtout quand j'entends le gosse. Son ton de voix, cette lueur d'espoir, d'inquiétude, de je sais pas quoi qui me coupe la respiration quand elle se brise. Evidemment qu'il faut qu'on la retrouve. Mais on va tomber sur quoi ? Et on va commencer par où ? Et … putain, je vais pas commencer à croire aussi qu'elle est en vie non ? Si c'est pas le cas, il va lui arriver quoi à Zak ? Quand il le saura, il va être dans quel état ? Je le vois encore, quand p'pa est mort et, je me rends compte que j'ai totalement décroché, que j'ai les mains qui tremblent.

Mon regard croise celui d'Eliott. Je vois bien son regard embué et j'hésite. Vraiment. A l'envoyer chier. Je sais même pas pourquoi en fait. Et là, je me dis que j'ai deux options. Jouer au con ou… ou je sais pas trop quoi en fait. Alors je me rapproche et je pose une main sur l'épaule d'Eliott, la serrant un instant avant de la relâcher et j'arrête enfin de la fixer pour reporter mon attention sur Zak. Je toussote un peu avant de lâcher, d'une voix plus assurée que je l'aurais cru.

"On va la chercher ouais. On va s'organiser. Si… p'pa était dans le coin, elle devait l'être aussi. Elle doit se planquer, rester au chaud quelque part. Si on se débrouille bien, on la trouvera."

J'aimerais rajouter un truc mais j'y arrive pas. Je regarde à nouveau Eliott, sans bien savoir quoi faire en fait. Fais chier. Vraiment.

_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Ven 3 Juin - 22:28

Ils sont marrants, tous les deux. On croirait presque que tout est revenu à la normale, à les entendre s'insulter et s'emmerder mutuellement. Ils en mènent une sérieuse couche quand même à ce jeu-là... Bon je suis pas en reste non plus, c'est justement ce qui est drôle, avec cet effet balle de flipper. Et puis c'est encore mieux quand ils s'enfoncent en me prenant pour témoin ou point de comparaison ! J'ai un large sourire, fier, parce que ça leur vient quand même très naturellement.

- Ouais, je sais lire une carte moi, et j'espère pas pouvoir le faire sans boussole, ou retrouver mon chemin sans carte. A moins que c'était un coup monté pour qu'on te retrouve jamais Eliott... Ca aurait pu marcher si Ethan était parti tout seul ouais !

Et bim, deux d'un coup. Non sérieusement, j'ai pas su quoi faire d'eux quand Ethan m'a sorti, genre normal, qu'Eliott avait gardé la boussole et qu'il avait pris que la carte. Les boulets. Quant à être beau-gosse ou pas, je m'en fous un peu... Il y a plus école, et je suis entouré d'adultes. Ca sert plus à rien de vouloir crâner !

- Ouais ben quand on me fait des cadeaux pourris, je dis merci avec un grand sourire, parce que je suis bien élevé, puis je le fous à la poubelle hein... Trop bonne trop conne. Et je suis sûr qu'Ethan en a acheté des plus ringards encore que pour se foutre de ta gueule ! Moi c'est ce que j'aurais fait !

Je la regarde avec de grands yeux, vivement intéressé parce qu'elle me sort ensuite.

- Oh ouais, oh ouais ! Je veux tout savoir ! Sweat, coupe... Il y a de quoi rire pendant des mois je parie ! Ca serait encore mieux si t'avais des photo. Sérieux, il avait des bouclettes ?

Je me retourne vers le frangin, avec une grimace. Je fixe ses cheveux comme s'ils allaient subitement se mettre à rebiquer, puis je rigole tout seul rien qu'à l'imaginer. C'est trop cool de les avoir tous les deux en même temps en fait, on apprend plein d'anecdotes sur des trucs qu'ils voudraient surtout pas dire pour rester crédible. Je les garde dans un coin de ma tête pour les ressortir plus tard.

Mais bon, toutes les bonnes choses ont une fin... Ca commence à parler de nana, et ça m'ennuie profondément d'un coup, surtout que je comprends pas la moitié de ce qu'ils veulent sous-entendre là. C'est d'un chiant ! Qu'ils se fassent des bisous baveux, ça ira mieux après. Je raccroche les wagons quand Eliott me parle de cours de mécano, ce qui est quand même bien plus intéressant d'un coup.

- Tu l'as dit ! Je te le répéterais jusqu'à ce que tu t'y tiennes je te préviens ! Et c'est pas sympa de dire que les filles comme Lara Croft existe pas, je suis sûr que c'est pas vrai. Les filles en classe nous faisaient déjà chier à nous maintenir que les licornes ça existe alors que non hein... Donc c'est pas l'un ou l'autre.

J'allais rentrer dans un véritable argumentaire quand elle lâche subitement une bombe dans la conversation. Elle aura attendu un moment avant de nous confier avoir vu M'man, comme si c'était pas crucial comme information quoi ! Je retiens mes larmes alors qu'elle en parle, rien qu'un tout petit peu, parce que ce qu'elle dit, c'est la maman que je connais, la vraie, qui faisait tout le temps des pancakes maison le dimanche matin et supportait pas que je joue à Call of Duty. J'ai peur. Je me souviens encore de la tête de p'pa avant... Qu'elle m'explose au visage. J'ai un haut le cœur rien qu'à y repenser, alors je déglutis pour le faire passer, sans arriver à lui répondre. C'est plus facile quand les informations deviennent réelles, tangibles, alors qu'elle donne une direction à suivre... Enfin, avant de me dire que c'est pas la peine. Elle m'énerve, sérieux !

- Je m'en fous ! On peut retourner à Coaticook, c'est pas un problème non ?

J'ai la gorge qui se serre quand elle se baisse pour se mettre à ma hauteur. J'ai pas envie de l'écouter. Elle a retrouvé m'man et a décidé de tracer la route sans elle... Sérieux ! J'aime pas quand elle me touche la joue, encore plus après s'être excusé pour p'pa alors que j'ai pas envie d'en entendre parler là, et elle doit s'en rendre compte parce qu'elle retire sa main avant que j'esquisse un geste dans sa direction. J'arrive pas à rester en colère contre elle alors qu'elle est... Comme ça, et encore moins quand Ethan en rajoute une couche en confirmant ce qu'elle dit, mais il a raison pour une fois. Si p'pa était dans le coin, elle devrait l'être aussi. Alors ça veut dire qu'on ferait mieux de chercher par ici...

Je lâche sans emphase, parce que j'ai encore du mal à parler, sur un ton vif et encore sous le coup de l'émotion :

- Ouais, tous les jours. T'as intérêt. Et t'as promis !

Je pleurerais pas. Pas maintenant. Pas avant ce qu'on sache ce qu'elle est devenue et... Même si je suis pas sûr de vouloir le savoir, je veux la retrouver. Parce que c'est m'man et le monde tourne plus rond sans elle.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 18
"On s'habitue à tout, même à la fin du monde !"
Messages : 3106
Membre du mois : 1
J'ai : 13 ans
Je suis incarné(e) par : Dakota Goyo
Crédit(s) : Nao

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Lun 6 Juin - 7:59

Je soupire et lève les yeux au ciel. Ils vont me rendre folles. Sérieux, j’ai vraiment des idées à la con. Bon, d’accord, lui en coller une n’était pas une idée à la con. Et en vérité, je suis contente de savoir que le nain va bien. Et oui, si je suis totalement honnête, je suis heureuse de pas avoir à continuer seule. Même si pour ça je dois les supporter. Enfin bon, tant que j’ai pas à les supporter h24…

« Hey, c’est ton frangin qui m’avait filé la boussole ! Et ouais, c’était sans doute pour me paumer pour de bon. Mais je suis comme le chiendent, pas de chance… »

Et non, je ne relèverais pas une énième fois les remarques du benêt. Plus j’insisterais, plus il pensera le contraire. Ou un truc dans le genre.
J’ouvre la bouche et regarde Ethan, avant de la refermer en secouant la tête, la mâchoire crispée. Ca y est, il me gave à nouveau.

« Vous êtes vraiment trop cons tous les deux. Et toi le nain, t’es mal élevé, on jette pas un cadeau, espèce de gosse pourri gâté. » Oui, bon, j’abuse un peu, mais disons qu’il avait pas eu à se plaindre le môme avant la fin du monde hein… « Et je vous emmerde. »

Ca se voit là un peu que j’ai pas aimé ? Ouais, c’était juste pour rire. Oui, mais non. Pas sur les trucs importants. Et ouais, c’est ridicule, mais c’était important. Bref !
Je hausse les épaules et esquisse néanmoins un sourire en regardant Zak.

« Des bouclettes BLONDES. Et je faisais pas particulièrement gaffe, mais c’est le genre de trucs qui te reste gravé dans la rétine que tu le veuilles ou non. »

Et si je devais avoir une ou deux photos… Mais ils pouvaient bien se gratter pour que je balance ça. Et j’ai un sourire moqueur quand je vois le regard de Zak sur les cheveux de son frère.
Désespéré… Connard. Ok, celle-là, je l’ai cherché. Mais bon, j’ai beau l’avoir provoqué, ça fait un peu mal à mon amour-propre là. Oui, je m’en tape, mais bon, quand même… autant l’ignorer n’est-ce pas, ça vaudra mieux, et ça m’évitera de m’énerver pour un truc que j’ai déclenché. Et j’aime autant me concentrer sur des trucs plus cools. Même si j’ai envie de cogner Ethan quand il se marre… Je souris en regardant Zak.

« T’en fais pas, t’auras pas à insister pour ça, c’est bien un des rares trucs que j’aime. » Je secoue la tête et le regarde. « Quoi ? Tu vas me dire que tu rêves d’elle la nuit et que je viens de te briser le cœur ? » Je grimace un sourire. « Mais je suis d’accord, les licornes, ça existe pas, ni les lutins, ni le père Noël et toutes les autres conneries. Bienvenue dans le monde réel le môme. »

C’est pas non plus comme si j’y avais cru un jour. Mais bon, lui sans doute que oui. Il avait quand même grandit dans un environnement vachement protégé et sain et heureux jusqu’à l’année dernière quoi. Bon, après, c’était parti en vrille, comme pour tout le monde. Mais sinon, à part son crétin de frangin, il avait eu la belle vie. Et tant mieux ouais, c’est clair.
Et parce qu’il faut bien que je foute la merde quand ça va à peu près bien, et que je fais ça très bien en plus, je leur balance quelques phrases. Comme ça. Et ouais, ça tombe un peu mal. Carrément très mal. et d’un coup, j’ai envie de disparaître sous terre. Et croyez-moi, ça m’arrive pas souvent. En général, j’ai plus tendance à ouvrir ma gueule et à me précipiter qu’à vouloir me planquer. Mais là… Trop d’espoir et d’attentes. Et je peux pas lui promettre quoique ce soit concernant sa mère.

J’aimerais, vraiment, mais… je fais déjà assez de dégâts pour pas en rajouter. Enfin, si, je peux juste lui dire qu’on la cherchera. Pas qu’on la retrouvera vivante... Mais… même ça… Comment je pourrais lui infliger ça alors que déjà ils ont perdu leur père ? Pourtant, c’est ce que je fais. Parce que c’est Zak. Alors je m’accroupis et j’essaie d’être la plus franche possible. Parce que c’est comme ça qu’on fonctionne non ?

« Elle n’est plus là-bas. Si vous avez trouvé Mickaël… dans le coin… Ils suivaient votre chemin. Alors… »

Et j’ai mal. Pour lui. Et pour Ethan. Et ma main va se poser sur la sienne quand il la pose sur mon épaule, la serrant un peu, alors que je le regarde. Je suis tellement désolée. Mais non, j’ai dit que j’allais pas chialer. Sérieux, si eux tiennent, ce serait moche. Et Ethan confirme tout ce que je dis.
Je rends son regard à Ethan quelques secondes, avant de regarder Zak de nouveau.

« Tous les jours. On se fera un plan du coin et on organisera ça en secteur, avec des zones délimitées histoire de savoir ce qu’on fait et où on va… » J’esquisse un sourire. « Et on laissera des message qu’elle seule pourra comprendre. C’est comme ça qu’elle… qu’ils sont arrivés jusque-là. Comme ça, si elle… Elle saura que vous allez bien et qu’on la cherche.
Et elle était tellement sûre que t’allais bien parce qu’Ethan veillait sur toi… »
Je jette un coup d’œil au concerné, avant de rajouter en souriant doucement à Zak. « Il faudra rétablir la vérité et dire que c’est toi qui le maintien en vie. »

Pourvu qu’on puisse lui dire. Ouais, on la trouvera.

« Alors, c’est promis oui, tous les jours.
Ça te va comme ça ? On fait ça ? »


Et si jamais elle… je serais là. Je peux pas les laisser faire ça encore. Je peux pas encore laisser Ethan… Bref. Non, positifs hein. Pour le nain. Ouais, bonne idée.

_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.©️ by anaëlle.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1185
Membre du mois : 0
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Mar 7 Juin - 20:54

Ah putain, la boussole, on y revient encore et toujours. Ok, j'ai pas été super malin pour le coup, qui a dit comme d'habitude ?, mais bon, ça va, on va pas en faire tout un foin non ? Bon visiblement si. Alors j'attends que ça passe, que ça gueule un coup et je me contente de lâcher, avec un sourire en coin.

"Ouais je vois ça, impossible de me débarrasser de toi. Mais je finirais bien par trouver."

Bon après, on continue de se fritter et heureusement que Zak pige pas encore toutes les allusions. J'ai un peu peur qu'il demande des détails mais ça va, c'est pas encore son détail. J'arque un sourcil alors que je lui jette un coup d'œil, me demandant ce que ça va donner quand il va commencer à trouver les filles à son goût. Parce que bon, pas qu'on soit limités dans le domaine, mais un peu quand même.

La réplique qu'elle balance à Zak me fait quand même tiquer et je souffle, les mâchoires serrées, perdant mon sourire à la con que j'aborde depuis qu'on la retrouvée.

"Hey, on se calme sur la façon dont il a été élevé. Il est poli. Point."

Je jette un regard mauvais au gamin aussi, faut dire que sa répartie était un peu conne. Mais bon il a quel âge déjà ? 12 ans ? Ouais un truc dans le genre. Il a des réponses à la con mais faut pas non plus monter sur ses grands chevaux pour ça quoi. Bref, ils vont me filer mal au crâne en fait et je vais encore passer pour le rabat-joie de la bande, vous allez voir.

Je louche alors sur mes cheveux à leur remarque et je souffle, avec un haussement d'épaules.

"Ils bouclent encore quand ils sont un peu longs. T'as du bol gamin, je tiens ça de ma mère. Tu devrais être épargné normalement. Mais vas-y Eliott, lâche-toi pour le dossier, j'ai honte de rien. Je crois. Sauf si t'as des photos de ma période foot américain, là c'est moche un peu."

Je me frotte les cheveux un peu nerveusement et je réprime un soupir. Je vous le dis, je vais vraiment péter l'ambiance à ce train-là. Bref, on s'en fout non ? Je continue de les écouter, me marrant quand même quand elle balance que Lara Croft existe pas et à la réplique de Zak. Je peux pas m'empêcher de lâcher, en direction de Zak.

"Si les Lara Croft existent. Elles ont moins de seins et c'est pas plus mal. Mais si tu kiffes le coté aventurière de l'impossible, tu devrais en croiser un paquet gamin."

Enfin pour le peu qui sont encore en vie quoi. Ambiance.

"Mais les lutins existent. J'en ai vu une fois. Bon, j'étais bourré, je sais pas si ça compte."

J'ai une moue sceptique, persuadé qu'elle va me balancer une vanne ou que Zak va me chambrer. L'un ou l'autre, ça revient presque au même pour le coup. Même si ça parait plus innocent avec le gamin. Et puis bon, c'est marrant cette impression qu'Eliott nous a jamais quittés, que c'était hier. Comme si la famille était réunie. Youhou.

Pour un peu, je me dis qu'on va rentrer tranquillement à la régie, présenter Eliott aux autres et que tout ira bien. Et puis, elle balance sa bombe. Si j'ai du mal à bien savoir quoi dire, Zak réagit exactement comme je l'imaginais. Son regard brillant d'un espoir qui avait disparu avec la mort de p'pa et qui revient, comme une mauvaise blague.

Eliott essaie de réparer sa connerie et, pour le coup, j'ai pas particulièrement envie de l'aider. Sérieux, à quoi elle a pensé ? Fait chier. Vraiment. Bon, au moins, le môme a l'air de l'écouter, c'est déjà pas mal. Faut dire que ses arguments se tiennent et je me décide quand même par me mettre de son coté.

"Elle a raison. Ashley serait pas restée du coté de Coaticook. Elle aura suivi p'pa."

Jusqu'à quand, c'est bien le problème ? Est-ce qu'elle a été transformée, est-ce qu'elle est morte ? Est-ce qu'elle s'est tirée ? Mais putain, si elle a l'a fait, elle savait pour notre père ? Elle l'aurait laissé comme ça, sans rien faire ? Les questions se bousculent et, autant le dire tout de suite, ce que je me mets à penser n'est pas pour me plaire. Vraiment pas. Aucune des options peut coller avec l'image que j'ai d'Ashley alors je suis infoutu de deviner ce qui a pu lui arriver.

Je pose quand même ma main sur l'épaule d'Eliott, histoire de lui dire que je lui en veux pas tant que ça. Parce que je pense qu'à ma tête elle a du voir que je l'avais mauvaise contre elle. Mais je pense que le môme a rien vu, faut dire qu'il est tellement focalisé sur ce qu'elle dit, à décortiquer la moindre de ses paroles qu'il m'a zappé. Enfin pas trop vu qu'il a l'air d'attendre que je confirme des trucs. Genre, je suis capable de ça ? Et il va me croire. On dirait que oui.

Je prends une profonde inspiration et je soutiens son regard quelques instants avant qu'elle reporte son attention sur Zak. Et je rajoute rien, je vois pas ce que je pourrais dire. J'y crois pas. Autant être honnête avec moi-même. Et en fait, pour l'être totalement, j'aurais aimé que ce soit notre père qui soit en vie. Pas elle. Si j'avais le choix. Et putain, ça se fait pas de penser ça. Surtout que bon, il se passera quoi si on la retrouve et qu'elle est dans le même état que lui ? Ou si elle va bien ? Je sais même pas ce que je préfèrerais en fait. En plus, elle en rajoute une couche l'autre conne, en disant qu'ils me faisaient confiance pour veiller sur le môme.

Mais je peux pas faire ça à Zak, j'ai pas le droit de penser ce genre de trucs. Alors je lui souris et je hoche la tête. Parce que c'est tout ce qu'il y a à faire.

"A plusieurs on aura plus de chances de la trouver."

Je rattrape mon fusil que j'avais à moitié laissé tomber et je grimace avant de regarder autour de moi.

"Ca vous dirait pas de continuer à la régie ? Qu'on note genre déjà les coins où on est allés, où Eliot est allée, qu'on sache par où commencer."

Voilà, je suis convaincant non ? Du genre j'ai envie de la retrouver, tout ça. Et je suis un connard. Un vrai.

_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   Jeu 9 Juin - 9:16


- A croire que c’est la boussole de pirate des caraïbes… Tu sais, celle qui t’indique le chemin vers ce que tu désires le plus et tout !

J’ai un large sourire, un rien moqueur. Bah quoi ? Je suis sûr que, même si c’est tout enfoui et qu’elle fait genre que non, elle nous kiffe trop pour nous lâcher à nouveau. Et pareil pour Ethan qui fait genre qu’il est pas content de la voir alors que sa première réaction était de lui décocher un sourire benêt quand elle c’était un poing dans sa gueule. Sérieux ils sont pas nets !

Mais c’est moi qui trinque cette fois. Je croise les bras et pousse un profond soupir alors qu’elle me traite de gosse pourri gâté. Et j’entends même pas Ethan corriger comme quoi j’ai bien été élevé, trop occupé à le contredire dans la seconde en renvoyant la réplique du siècle à Eliott :

- Moi aussi je t’emmerde !

Et je sens ce regard mauvais que me renvoie Ethan. Et quoi encore ? Ils me saoulent tous les deux, d’un coup. Ça me donne envie de les planter là et de rentrer sans eux plutôt. Toute façon, c’est moi que Torby suit ! Et je suis trop occupé à faire la gueule pour relever quand elle s’épanche sur les bouclettes d’Ethan, surtout vu ce qu’il répond... Ouais, finalement, rien à foutre de leurs anecdotes, surtout qu’on dirait des frères et sœurs à force. Et moi ? Personne en a, forcément, vu qu’ils étaient déjà barrés quand je suis né. Je devrais être content d’en être préservé, mais là j’ai pas envie. Quand le frangin se retourne vers moi pour contredire Eliott en me glissant que Lara Croft existe bien et qu’elle est même répandue dans le nouveau monde, j’ai juste un haussement d’épaule.

- Mouais. Sauf que les nanas en vrai, même les Lara Croft, ce sont des chieuses.

Je relève la tête avec une expression vaguement interrogatrice alors qu’il commence à vouloir rentrer dans le débat de l’existence ou non des lutins.

- Euuuh…

Mais bon, avant même qu’il songe à développer sa pensée ou qu’on se décide finalement à rentrer, Eliott nous glisse quelques mots sur… Sur m’man. J’ai l’impression qu’ils sont subitement tous les deux d’accord, alors que mon regard oscille de l’un à l’autre comme pour me convaincre de… Je sais pas quoi. Je retiens simplement qu’ils sont prêts à m’aider à la chercher dans tout le patelin, même s’ils veulent pas qu’on pousse jusqu’à Coaticook et qu’elle serait sans doute plus là-bas. En fait, on en sait rien. Peut-être bien qu’ils se sont retrouvés séparés avec p’pa, et peut-être bien que… J’ai pas envie d’y penser. J’ai ma gorge qui se serre et j’arrive pas à parler rien qu’à réfléchir à ce qui aurait pu arriver. Avant de voir p’pa dans cet état, j’aurais jamais songé que ça puisse leur arriver à eux. Et j’ai les yeux qui s’embuent sans raison alors qu’Eliott nous parle de laisser des messages pour qu’elle puisse nous retrouver. Je m’insurge violemment :

- Non, non ! Plus de messages ! Justement c’est comme ça que… Je fais plus de messages, c’est tout.

Je passe rapidement le revers de ma manche sur mes yeux, dans un geste agacé. J’en ai marre de pleurer pour rien. On sait pas encore ce qui a pu se passer, mais… J’avais abandonné l’idée de la revoir, moi, quand on a retrouvé p’pa dans cet état. Et Eliott là, elle remet tout en question d’un coup. J’hoche la tête vigoureusement quand elle me demande si le plan me convient.

- Ouais, on fait comme ça… Et je reprends la boussole et la carte cette fois !

J’ai un sourire de travers. J’essaie de faire genre que tout va bien, mais je suis content quand Ethan propose qu’on retourne à notre base secrète déjà pour planifier notre prochaine mission. Je me détourne, sans plus avoir à affronter ce regard de compassion que me renvoie Eliott et me met en peine. J’ai pas le droit de flancher avant qu’on sache vraiment ce qui est arrivé, non ? M’man, où que tu sois, on va te retrouver !
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 18
"On s'habitue à tout, même à la fin du monde !"
Messages : 3106
Membre du mois : 1
J'ai : 13 ans
Je suis incarné(e) par : Dakota Goyo
Crédit(s) : Nao

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un pain pour l'un, un calin pour l'autre   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Un pain pour l'un, un calin pour l'autre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall of Man :: 
Rive Sud du Saint-Laurent, Canada
 :: Port Saint-François :: Le Phare
-
Sauter vers: