AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
[Terminé] Promenons nous dans la ville pendant que les zombies sont partis...
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons nous dans la ville pendant que les zombies sont partis...   Sam 13 Aoû - 17:54

Peut-être que je devrais encore le frapper, et lui répéter jusqu’à ce qu’il l’accepte ou que je le soule trop, que non putain, je regrette pas d’être là, et que si j’ai passé les derniers mois à les chercher, c’est pas pour rien. Au moins, ça rentrera dans sa tête. Peut-être. « Je suis la seule à pas écouter ce que dit l’autre, c’est sûr. Et je veux faire que ça, en fait, t’as raison, me rouler dans ma culpabilité, et prendre mon pied. C’est tellement super et tellement agréable. Et ouais, t’as merdé. Parce que toi, tu voulais pas croire qu’on pouvait t’aimer. C’est ça que tu veux que je te dise ? T’es pas foutu de comprendre tout seul que je t’aime, putain ? Et si je m’y prenais comme un manche avec toi, toi tu me repoussais sans cesse ! Alors si ça te fait plaisir de croire que je m’en fous, grand bien t’en fasse. Mais c’est faux, totalement faux. Ton père a rien à te pardonner, parce qu’il t’en a jamais voulu, et quant à ton frère, tu as déjà rattrapé pas mal de choses – il t’adore, non ? En tout cas, c’est l’impression qu’il donne. »

J’aurai pu lui dire que pour moi, j’avais rien à lui pardonner, mais c’était faux. Pas que je lui en voulais, mais je pouvais pas dire qu’il ne m’en avait pas fait baver. Qu’il avait jamais cherché à comprendre. Non, je pouvais juste pas. Et il le prendrait encore de travers. « Tu fais exactement pareil. Tu me reproches d’agir de la façon dont tu agis. Alors tu sais quoi ? Remettons les compteurs à zéro. Admettons qu’on ne se connaît pas, et ça se passera mieux. »

Ouais, ou pas. Vraiment pas. Il avait passé tant d’années à me détester, alors pourquoi il voudrait repartir à zéro ? J’aurai bien envie de dire qu’on pouvait le faire pour Zak, mais ça changerait quoi, en vrai ? Pas grand chose, peut-être.

« Mais t’es con ou quoi ? Tu crois vraiment que je te déteste ? Putain, il aurait tellement, tellement, été facile de convaincre ton père que t’étais qu’un connard. D’arrêter de t’appeler, à Pâques, à Noël, à Thanksgiving, à ton anniversaire. Tu sais que c’était pas que ton père, hein ? À moins que tu sois sourd, la voix de femme, tu pouvais pas la confondre, si ? Arrête d’essayer de me repousser, de faire croire que je t’aime pas. Je voulais déjà être plus proche de toi avant, je veux toujours, mais c’est toi qui a jamais voulu. Alros décide toi, putain. Laisse moi t’aimer, accepte que je t’aime, et essaye de pas me détester en retour, ou dis moi tout de suite si c’est impossible, putain. Tu crois que je te veux comme punching-ball ? Si oui, c’est que des conneries. Et oui, je le dis, tu dis des conneries. Ça veut pas dire que tu dis et fais que ça. Mais ça, c’en est. Après, si tu préfères que ça devienne vrai, tu me dis, je serai fixée. J’arrêterai d’essayer de te comprendre et de peut-être me leurrer en me disant qu’en vrai, tu me détestes pas tant que ça. Que je suis pas le seul manche incapable de savoir comment agir avec l’autre. J’arrêterai de me comporter comme une imbécile. »

Voilà, c’était dit ; la balle était dans son camp. Je crois. Mais il serait encore foutu de comprendre n’importe comment. Les choses escaladent, les propos que je regretterais dans genre deux minutes aussi, et j’ai qu’une envie, me prendre la tête entre les mains, ou la frapper contre les murs. Ou les deux. Je sais plus, vraiment plus. Et je me casse, complètement paumée, à pas savoir quoi lui dire, sans même entendre le zombie qui s’approche. Sauf que quand je m’en rends compte, ça me glace les sangs, et je retourne vers lui. Et je sais toujours pas quoi lui dire, alors je finis par fermer la gueule, jusqu’à ce qu’il échoue encore. Quelle belle bande de bras cassés.

« Non. NON ! Tu te fourres le doigt dans l’œil, si tu crois que je partirai ! Moi aussi, je veux qu’on forme une famille, OK ? Je le voulais déjà avant, je le veux toujours, mais j’ai pas su le faire, j’ai pas réussi, alors ouais, tu peux t’en vouloir, tu peux m’en vouloir, en vouloir à la terre entière, mais c’est quand même la vérité. »

Je m’arrêtais juste avant de dire que même s’il était plus là, Mike le voulait aussi. Il trouverait moyen de me le renvoyer dans la gueule, encore. Je refixais le putréfié, à peu près sûre que j’allais encore le louper, mais je m’approchais pour le viser avec mon couteau – on avait vu combien les flingues fonctionnaient… Pas que je craignais de faire plus de bruit.

Type d'action Je le frappe à l’arme blanche (avec relance).

Je sais pas si c’est la peur, la colère, la crainte, le tout, mais surtout le premier je pense, mais j’achève l’horreur sur pattes. Et je sais pas quoi dire. Je tends ma main à Ethan. À lui de voir…

Points de vie restants : 20/20
Munitions restantes :
1 Glock (38 balles) - 1 fusil de chasse (1 balle)
Gains des fouilles : /
Endroit où je me trouve : Dans l’office du tourisme
Endroit où se trouvent mes ennemis : /

_________________

Work in progress





Dernière édition par Ashley Griffin le Sam 13 Aoû - 22:21, édité 1 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20
La vie est dure, et pourtant, tout le monde s'y accroche.
Messages : 3965
Membre du mois : 43
J'ai : 37 ans
Je suis incarné(e) par : Rachel McAdams
Crédit(s) : Shereen (avatar) + Amaaranth ♫♪ (code signature)
Je suis un(e) : Docteur Queen Femme médecin
La vie est dure, et pourtant, tout le monde s'y accroche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons nous dans la ville pendant que les zombies sont partis...   Sam 13 Aoû - 17:54

Le membre 'Ashley Griffin' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Arme Blanche' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons nous dans la ville pendant que les zombies sont partis...   Mar 16 Aoû - 11:20

Quelque part, je me dis qu'on a jamais autant causé avec Ashley. La plupart du temps, je me cassais quand la discussion, le sermon plutôt, commençait à me gonfler. Sauf que là, je sais pas, j'y arrive pas. A croire que je suis maso de rester là à l'écouter me balancer des trucs à la gueule. Ok, je suis pas en reste de mon coté non plus, je veux bien l'admettre mais putain, elle y va sacrément fort. A croire qu'elle a autant besoin de vider son sac que moi. A ses propos, je me fige et je lui jette un regard mauvais en secouant la tête.

"Et après tout ce que tu viens de balancer, faudrait que je te crois, la bouche en cœur quand tu dis que tu m'aimes et que t'as juste pas su t'y prendre ? T'es sérieuse là ? Et puis ouais, mon père il a peut-être rien à me pardonner comme tu dis. Faut dire que j'étais tellement peu important pour lui que ma présence a pas suffi à lui faire garder pied. Donc je vois pas pourquoi il aurait pu se soucier du reste hein."

Je laisse filer un silence avant de soupirer profondément et de reprendre, d'un ton las.

"Arrêtez de croire que Zak m'adore. C'est des conneries ça. Il me tolère, c'est déjà pas mal, surtout par rapport aux premiers temps. Quand je vois que son premier réflexe en me voyant ça a été de me tirer dessus, on est loin des supers rapports que vous vouliez hein. C'est con."

Je tique au reste de ses propos. Remettre les compteurs à zéro ? Elle le pense vraiment ? Genre, ce serait possible de repartir sur de vraies bonnes bases ? Tu parles, elle m'en veut trop pour ça et moi… bin j'en sais rien. D'un coté j'ai eu envie de sourire comme un con quand elle a dit ça, malgré son ton et de l'autre, y a trop de passif, je saurais même pas si c'est vraiment possible. Alors cette partie, je la passe sous silence, sans trop savoir quoi lui répondre avant de souffler, dans un murmure.

"Au moins, on est d'accord sur un truc. On se connait pas. Et on a jamais vraiment essayé de le faire en fait. A vouloir rester chacun dans nos cases."

Je sais même pas si je lui parle ou si je me parle à moi-même. C'est super bizarre en fait de se rendre réellement compte de ce genre de trucs. Dans ma tête, elle avait un rôle qu'elle a pas su tenir mais j'ai jamais cherché à savoir ce qu'elle aurait pu faire d'autre. Après tout, on a pas tant de différence d'âge que ça, on aurait pu être amis. On pourrait. J'en sais rien. C'est trop… bizarre. Et puis, c'est pas le moment en fait de se prendre la tête comme ça. Surtout avec ce putain de zombie qui veut me bouffer. Mais au moins, elle est revenue, c'est… enfin c'est une bonne chose non ? Je crois. Je sais plus trop en fait. Je commence à avoir les pensées qui se brouillent à mesure qu'elle me balance un tas d'informations dans la gueule et qu'on échoue lamentablement à tuer cette saloperie. A croire qu'il y a un lien entre les deux tiens.

"Bien sûr que le crois. Avec tout ce que tu viens de balancer, comment tu veux que je pense autre chose ? Et j'en sais rien moi pourquoi tu faisais ça, si j'étais tordu, je me dirais que t'as fait ça pour faire bonne impression à mon père. Après tout, pourquoi t'aurais insisté auprès du petit con ingrat que j'étais hein ?"

Ouais comme quoi, je peux encore faire pire hein, faut pas croire le contraire. Mais en vrai, je le pense pas une seconde parce qu'elle a raison. A ce stade, ça aurait été plus facile de couper les ponts pour de bon, j'aurais même pas insisté pour renouer un lien quelconque de toute façon. Et je reprends, toujours d'une voix bien trop tremblante, qui me plait pas du tout.

"J'ai jamais dit que je voulais pas qu'on soit proches. Je… c'était juste que tu voulais trop bien faire et j'étais pas prêt et… Bref… c'est toi là tout de suite avec ce que tu racontes là, on dirait que tu veux jouer au punching ball avec moi. Alors ouais, je commence à avoir grave du mal à te suivre."

Déjà que de base c'était pas fameux. Et en plus, je m'embrouille de plus belle. J'ai l'impression de répondre n'importe comment à ce qu'elle raconte, sans bien arriver à tout capter. Et je sais pas si je la déteste. Peut-être un peu. Pas tant que ça en fait. La force de l'habitude. On peut pas gommer autant d'années d'un coup, même avec la fin du monde, si ?

Je finis par lui gueuler dessus, vu que je me dis que de toute façon, j'arriverais jamais à me débarrasser de cette saloperie. Alors autant qu'elle se casse non ? Quitte à crever, j'ai pas envie de devoir en plus me prendre la tête avec elle. Même si tout ce qu'elle vient de dire fait son petit bonhomme de chemin et me touche plus que ça ne le devrait. Je vais finir par péter un câble en fait, si c'est pas déjà fait. Je lève les yeux vers elle et je lâche, d'un ton hésitant.

"Tu venais pas de partir là ? Pourquoi tu resterais ? Vous pouvez très bien former votre famille sans moi. Ca éviterait tellement de prises de tête."

Mais ouais, là, de suite, j'en voudrais presque à la terre entière, si j'en avais la force. Pour le coup j'ai juste envie de me rouler en boule dans un coin et … et je sais pas trop quoi exactement. Juste que ça se calme un peu pour changer. Et, alors que je pensais clairement que c'était foutu, elle finit par réussir à l'achever. Je reste con en regardant le zack au sol et je peux pas me retenir de le toucher du bout de la chaussure, comme pour m'assurer qu'il est bien mort et remort. Je vois pas tout de suite ce que fait Ashley et quand je lève les yeux vers elle, j'ai un mouvement de recul instinctif. Nan mais sérieux, je pensais quand même pas qu'elle allait m'en coller une ? Ou faire ché pas quoi avec son couteau quand même ? Surtout qu'il est pas dans cette main, je suis con.

Et pour une fois, j'arrête de réfléchir. J'ignore sa main tendue et je la serre dans mes bras sans rien dire, essayant sans succès de retenir des putains de larmes qui me restent en travers de la gorge depuis… je sais même plus depuis quand. Ca se fait pas de pleurer, c'est pour les gonzesses et les gosses. Mais là, on va dire que c'est les nerfs hein, pas autre chose. Je sais pas combien de temps je reste comme ça mais, quand je relâche mon étreinte, je garde les yeux rivés au sol. Je dois avoir une bonne gueule avec les yeux gonflés et le nez rouge tiens. Je renifle un coup avant de souffler, d'une voix tremblante.

"Je… les compteurs à zéro c'est bien. Mais là, me faut… je sais pas. J'ai besoin de rester un peu seul. Je crois. J'en sais rien. Tu devrais rentrer."

Et j'ai un profond soupir. Ouais, je suis totalement largué là.

Points de vie restants : 25/25
Munitions restantes :
1 M249 (27 balles) - 1 fusil à pompe (29 balles)
Gains des fouilles : *
Endroit où je me trouve :  Entrée de l’office du tourisme
Endroit où se trouvent mes ennemis : *

_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons nous dans la ville pendant que les zombies sont partis...   Jeu 15 Sep - 20:44

Il est vraiment idiot, quand il s’y met. Surement quand il raconte des imbécilités quinze fois plus grosses que tout le groupe entassé – et même si on a tous fondu, ça fait quand même pas mal. Je secoue la tête, incertaine de ce que je pourrais dire. Je n’étais pas là, et je ne peux pas vraiment affirmer quoi que ce soit, à ce sujet… Même si je sais qu’il a tort, que Mickaël aurait fini par s’en sortir, pour lui. Que ne pas savoir comment agir avec son fils a toujours pesé sur sa conscience. Mais ça ne sert plus à rien de dire ça. À part faire culpabiliser Ethan, et je suis pas sure que ça soit la meilleure chose à faire. Je soupire, alors qu’il surenchérit avec Zak.

« Arrête de croire que tout le monde te tolère, au mieux. Ouvre les yeux, et comprends qu’on t’aime. T’attends quoi d’un gamin, qui a passé des jours et des jours, seul ? Il a eu peur, et il te connaissait pas, c’est tout. »

Parce que je connaissais mon fils, le petit du moins, et si une chose était sûre, c’est qu’il tenait au grand. Pas autant qu’à Torby, mais quand même. Enfin bon, je savais au moins une chose à ne pas faire, et c’était à lui dire ça. Mais il m’aidait pas beaucoup, non plus, sur la conversation à avoir. Comment il voulait que je fasse le premier pas, si lui reculait dès que c’était le cas ? J’aurai pu insister, lui dire que c’était peut-être le moment qu’on essaie de se connaître. En réalité, c’était peut-être trop tard, mais bon…

Je marmonnais, sans vraiment être intelligible. « Faudrait savoir si je suis trop bienpensante et trop gentille et trop tout, ou juste trop une garce manipulatrice qui voulait attirer ton père dans ma poche. Mais je suis ravie de savoir que c’est ce que tu penses. Ravie. »

Je haussais le ton, plus. Je savais pas s’il avait réellement entendu ou compris ce que j’avais dit avant mais… peu importait. De toute façon, il avait visiblement une opinion toute pourrie de moi, ça changerait pas, hein. Si ? Mais il a l’art de souffler du froid puis du chaud, et ainsi de suite. Je sais plus où il veut en venir, ou ce qu’il pense vraiment. Si le froid prenait pas le dessus sur les autres douleurs, je crois bien que j’aurai l’impression que ma tête va exploser. J’ouvre la bouche, pour répliquer et… et puis je me tais. Mais il fait pareil. Je secoue la tête. « J’ai la même impression de ta part, tu sais. Alors moi je suis sérieuse, je te propose de repartir à zéro, pour de vrai. Et même si tu en veux pas, ou si tu en veux et que tu sais pas, ou je sais pas, Zak et moi on reste ta famille, et c’est tout. »

Oui voilà, c’était tout. Même s’il cassait tout avec sa phrase suivante… Oui, je venais de partir. Parce que j’étais en colère, et que j’avais pas compris le danger, pas vraiment. Je hoche la tête, juste contrite. Parce qu’il avait raison, et que j’avais merdé. Encore. Juste merdé. Et je m’en voulais, même si j’essayais de faire semblant. Je suis prise d’un rire nerveux, quand je tue le Zack, et que je le vois le tâter de la chaussure, pour vérifier qu’il est bien achevé. On a tellement lutté, aussi. Il me quitte aussitôt, alors que je le vois reculer. Putain, je lui fais si peur ? Il a si peu confiance en moi ? Ça me fait plus mal que tout ce qu’on a pu se dire, je crois. Peut-être que je devrais partir. Peut-être. Je laisse presque tomber mon bras le long de mon corps, quand il se relève seul et… me prend dans ses bras ? C’est le monde à l’envers. Mais je suis pas dans un meilleur état que lui, alors que je me mets aussi à pleurer. Sans retenue, j’en suis plus capable. Si j’en ai seulement été capable. Je suis complètement abasourdi, en tout cas, même si je suis soulagée de ses paroles. Même si je me sens encore super mal de son geste de recul. En fait, je sais pas vraiment trop ce que je ressens. Pas du tout, en fait. Je hochais la tête, doucement, à ses paroles. « Je suis devant, je suis pas loin. Tarde pas trop… » Je partais en avant, jetant un dernier coup d’œil, marchant doucement, pour l’inviter à me suivre.

_________________

Work in progress



avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20
La vie est dure, et pourtant, tout le monde s'y accroche.
Messages : 3965
Membre du mois : 43
J'ai : 37 ans
Je suis incarné(e) par : Rachel McAdams
Crédit(s) : Shereen (avatar) + Amaaranth ♫♪ (code signature)
Je suis un(e) : Docteur Queen Femme médecin
La vie est dure, et pourtant, tout le monde s'y accroche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] Promenons nous dans la ville pendant que les zombies sont partis...   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé] Promenons nous dans la ville pendant que les zombies sont partis...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû
» Promenons-nous dans le parc pendant que le lapin n'y ais pas... Oh wait...
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois... [Privé]
» Promenons nous dans le parc ♫ [PV Warren]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall of Man :: 
Rive Nord, Trois-Rivières, Canada
 :: Le Nord de la Ville :: Le Centre Commercial Les Rivières
-
Sauter vers: