AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
[Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Lun 11 Juil - 21:04

Comment je peux arriver à être encore énervé après elle ? Avec tout ce qu'elle balance là ? Enfin si, parce que ça me brasse, que ça fait remonter encore et toujours un tas de trucs que j'arrive pas à gérer, sans compter ce que je ressens pour elle. Et putain, dire que j'ai du mal est un euphémisme qui n'arrive pas du tout à représenter ce qui se passe dans ma petite tête.

Alors forcément je gueule parce que je sais pas faire autrement. Enfin c'est moins pire que quand je me la joue colère froide, là quand ça arrive c'est que c'est vraiment la merde. Genre avec Ashley quoi. Bref, je préfère éviter de m'énerver tout seul. Et le fait qu'elle soupire me serre le cœur. Je la saoule ou quoi ? Possible, je me saoule moi-même donc bon. Je lève les yeux vers elle et j'ai un pauvre sourire avant de souffler, dans un murmure.

" Au moins, je peux m'en prendre qu'à moi-même quand ça arrive et je peux gérer. Alors que quand ça vient des autres, je sais pas faire."

C'est un peu con de dire ça non ? Surtout que je vais encore jouer au caliméro quoi, ça craint un max. Enfin là, j'ai envie de la tarter un peu. Genre, je vais tomber amou… euh… non j'ai rien dit. Je vais pas … euh… oh merde. Bref, elle est pas rien, sinon je serais pas dans cet état quand même non ? Je veux bien être un peu con mais pas à ce point-là. Fait chier.

" Bien sur que oui t'es importante bordel. Tu crois que je mets dans des états pareils pour n'importe qui ? Je sais que j'ai tendance à me prendre la tête pour rien mais là c'est… différent quoi. Et j'ai pas envie de te gonfler justement donc oui, je peux envisager de me casser. Pour pas que ça te fasse chier. Et j'essaie de me convaincre que tu veux de moi mais je… j'en sais rien, c'est juste que ce serait trop… cool. Bien. Ou… bref. Tu vois ?"

Oui, je suis largué, pour changer. Et elle fronce les sourcils de plus belle, sans que je pige pourquoi. J'hésite un instant avant de lâcher, sans même réfléchir à ce que ça implique.

" Euh… j'ai dit une connerie ?"

Enfin, plus que d'habitude quoi. Je sais pas pourquoi mais je suis pas persuadé que je vais aimer la réponse en fait. Donc je suis plutôt content de changer de sujet, même si ça me rappelle des trucs pas cools. Ca va qu'elle insiste pas dessus et qu'elle se focalise sur les conneries plutôt que sur le reste. Et je ris, repensant à cette période, à Sid', espérant encore et toujours qu'il va débarquer la bouche en cœur et me tapoter l'épaule, comme si tout allait bien.

" Ouais, non évite, j'aimerais autant. Et il fait trop froid pour ce genre de conneries. Ou alors que si on est que tous les deux, là je dis pas…"

T'es con. Mais vraiment. Bref… elle arrive à me faire perdre mes moyens cte blondinette alors qu'elle me parle de se faire plaisir. Non mais, sérieux ? Enfin, pas qu'elle peut pas, elle fait ce qu'elle veut mais… bref… enfin… oh merde.

" … euh… je… tu veux vraiment qu'on discute de ce que ça me fait quand je pense à toi et que t'es pas là ? Mais je… ouais, t'as laissé la marque… c'est pas grave, c'est pas comme si j'avais pas grave kiffé quand t'étais en train de le faire."

Tout en parlant, je montre la marque sur ma clavicule et je toussote toujours aussi gêné avant de fixer le sol deux minutes, essayant de retrouver un semblant de contenance. Je secoue la tête au reste de ses propos et j'ai une moue alors que je cherche mes mots.

" C'est pas vraiment me fuir c'est juste… avoir du temps pour toi, un coin pour toi. Sans que personne débarque, que ce soit moi ou quelqu'un d'autre. Mais tu veux que ce soit notre coin à nous… nous deux ? Ce serait bien. Enfin, jusqu'à ce que tu me bourres de coups de poings pour que je me tire de là quoi."

J'ai essayé de prendre un ton léger mais avec un succès tout relatif, surtout avec le reste de ce que je raconte. Je garde le silence quelques secondes, serrant le poing si fort que je vois les jointures blanchir et j'ai un soupir.

" T'es sûre que ce sera suffisant ? Je veux dire, si j'y arrive pas ? Si ça continue de te gonfler hein ?"

Et si… et merde, ça recommence à tourner en boucle dans ma tête alors que là ça commence à se passer mieux non ? Je veux dire, je l'ai dans mes bras, on discute sans gueuler. Tout ça quoi. Bon je préfère raconter autre chose, me focaliser sur le reste et j'ai un sourire même s'il est pas totalement sincère. Enfin il l'est hein, mais je suis pas aussi enjoué que je pourrais l'être quoi.

" Ouais, Sid' a pu arborer une super cicatrice sur le bras pour faire tomber les filles…"

Je me rends compte qu'elle aime peut-être pas que je parle autant de son frère et j'hésite un instant à lui demander, avant de changer d'avis. Et mon sourire se fait plus large alors que je serre sa main.

" Cool. Après, tu choisiras où et quand pour le massage m'dame. Mais gaffe à pas m'arnaquer hein, attention. Sinon je porte plainte et tout."

Qu'est ce que je peux raconter comme connerie tiens. Mais elle le prend toujours pas mal, c'est cool. Tout roule.

" Pour la fille qui me plait, tu pourras lui demander et tu me diras !"

J'ai un clin d'œil avant de ricaner au reste de ses propos.

" Je vais faire un crédit à force en fait."

Et je me sens de nouveau pas du tout mal à l'aise, quand on évoque le reste, même si je fais mine de me marrer quand elle me frappe encore à l'épaule. Visiblement, elle a aimé quand j'étais pas classe, bon elle l'affirme en tout cas. Je devrais être content alors non ? Et je le suis, même si ça se mêle à plein d'autres conneries qui parasitent un peu le reste.

" T'as pas donné l'impression de pas avoir envie ou de pas aimer, sinon je serais jamais revenu pour ça. Mais donc… t'aimes bien quand je suis pas classe alors. Enfin pas tout le temps, mais… bref. J'ai pigé. Je pense. Avec moi quoi."

Ouais pas les autres. Pas touche quoi. Faut pas déconner. Ca va qu'on change encore de sujets et que j'ai des cadeaux. J'aime bien les cadeaux. Ouais c'est un peu con mais bon, surtout qu'elle a l'air d'avoir passé du temps pour les trouver donc je vais pas me plaindre. Mais je secoue la tête au reste de ses propos.

" Il était cool ce pull. T'as juste pas pigé en quoi. Et j'ai pas dit que tu ressemblais à rien avec des fringues, juste que je te préfère à poil. Ca se dit pas ?"

Bon ce que je dis est un peu contradictoire avec mon mouvement de recul. Qui est lui-même contradictoire avec la façon dont je la mate sans même chercher à m'en cacher. Faut dire que j'en serais incapable. Et j'ai du mal à me suivre moi-même donc je l'embrasse, parce que putain j'en crève d'envie. Mais je veux pas trop en faire alors je la relâche, un peu trop brusquement pour que ce soit naturel quoi.

Et voilà qu'elle parle. Comme je suis infoutu de trouver les bons mots, je la rapproche de moi et je m'installe sans la relâcher, sans la quitter des yeux. Je commence enfin à me sentir vraiment bien en fait, sans être envahi par toutes ces putains de questions. Son sourire, sa voix, sa présence me fait oublier le reste. Ouais jusqu'à ce qu'il revienne en force, plus tard. Comme à chaque fois.  J'ai un rire quand elle reprend la parole et j'arque un sourcil.

" Je crois ouais. C'est encore pas super clair dans ma petite tête tu sais, ça fait plein d'informations pour moi. Et ça fait déjà pas mal non pour quelqu'un qui n'attend rien non ? Si je vais pas bien, il se passera quoi ? J'ai pas envie que tu te prennes la tête pour ça aussi, que tu te mettes à imaginer que si ça arrive, c'est à cause de toi. Parce que tu serais foutue de le croire non ? Et c'est toi que je veux, dont j'ai besoin. Et à un point tel que ça me fait flipper. En plus du reste. Parce que j'ai eu un avant-goût de ce que c'est de pas t'avoir. Et j'aime pas ça du tout."

J'ai quand même glissé mes mains sous son pull en parlant, acceptant enfin de savourer sa présence. Un peu en tout cas. Je hoche doucement la tête à ses propos et je réponds, sur le même ton qu'elle.

" Si… enfin si ça va pas tu me dis ok ? J'arrête tout… et je… enfin, tu vois…"

Je me fige quand je sens ses mains sur moi mais j'ai un sourire alors que je la fixe sans ciller. Même si ses propos me font flipper aussi, encore plus que le reste. Tout en me faisant plaisir. Ok, tout va bien.

" Tu m'as manqué aussi Eliott. J'arrive déjà même pas à me passer de toi. Et j'ose même pas imaginer ce que ça donnera dans quelques mois."

Parce que c'est pareil pour moi mais je suis infoutu de lui dire à haute voix. De peur de passer pour un con si je reprends les mêmes mots qu'elle. Je préfère lui rendre son baiser avant de souffler, quand elle me retiens prisonnier de mon propre tee-shirt.

" Ton prisonnier ? Carrément ? Du genre, tu sous-entends que je suis à toi ?"

J'ai un sourire même si je peux pas m'empêcher de frissonner alors que je sens sa langue effleurer mes lèvres. Putain je devrais être habitué à ça quand même non ? Bon, visiblement pas ok, j'ai pigé. Je l'embrasse, doucement au début, avant de m'enflammer un peu alors que je la serre contre moi.

Et je la relâche, un peu, pour effleurer son cou. Non j'ai pas le cœur qui bat à 100 à l'heure, c'est juste une impression trompeuse. Non j'ai pas de nouveau l'impression d'être un ado de 15 ans qui sait pas s'y prendre avec les filles et qui va faire une connerie avant de ricaner comme un gros lourd. C'est quand même dingue que ce soit à la fois aussi évident et aussi flippant d'être avec elle.

Alors je souffle, les lèvres toujours contre son cou, pendant que mes doigts continuent de glisser le long de son dos, effleurant  sans s'y attarder son soutien-gorge.

"Tu me libères que je puisse te virer tes fringues Lancaster ? Ou alors c'est le moment où tu m'avoues que t'as des tendances un peu bizarres et que tu rêves de m'attacher ?"

Ouais, je suis hyper cool. Pas du tout stressé et paumé à pas savoir quoi faire après. Comme si j'avais oublié comment on faisait. C'est con quand même.

_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Mar 12 Juil - 14:35

Ca me fait mal au cœur de le voir comme ça et de l’entendre dire ce genre de conneries. J’essaie de rester en colère, au moins un peu, histoire de dire, histoire de pas avoir l’air trop cruche ou… J’en sais trop rien en fait pourquoi c’est si important, pourquoi il faut absolument que je le sois… Enfin, si, c’est plus facile de lui faire face quand je gueule. Et puis, il faut dire qu’il m’énerve tellement dans tout ce qu’il dit, c’est facile de s’emporter. Sauf que là, même si ça reste dans la même veine des trucs que j’aime pas… c’est juste… Merde. Ma voix s’adoucit alors que je le regarde.

« Ce serait pas mieux si c’était pas du tout ?
... Et je t’engueule souvent moi, sur des sujets que t’aimes pas en général… ça veut dire que tu m’en veux ? Beaucoup je veux dire ? »


Evidemment que oui. Et carrément que oui t’as dû lui faire bien plus mal que tu le voulais. Oui, une petite partie de moi se satisfait cruellement et odieusement d’être parvenue à lui faire mal un peu, comme un juste retour des choses. Et ouais, je m’en veux carrément de penser ça, même un peu. Parce que c’est vrai, je veux pas lui faire de mal. J’ai jamais voulu… bon, je veux plus maintenant en tout cas. Du tout.
Et il me fait sourire. Je hoche la tête, essayant de me montrer plus convaincue que je ne le suis.

« Je veux de toi Ethan… C’est trop cool du coup, non ?
Et j’ai pas dit que j’étais n’importe qui non plus… Et tu t’énerves presque aussi souvent que moi alors comment veux-tu que je… Et tu me fais pas chier. Enfin pas là… Mais c’est bien. Si je suis importante aussi pour toi… »


Je le fixe durant quelques secondes quand il me demande si… Sérieux, il s’est pas rendu compte de ce qu’il disait ? Ou de ce que ça pouvait me faire ? Ouais, pas étonnant en fait… Je soupire et esquisse un sourire en secouant la tête.

« Non, rien, t’en fais pas. »

Je vais pas taper à nouveau là où ça peut faire mal, alors que c’était, mine de rien, juste trop adorable. J’ai carrément pas envie de retourner le couteau dans la plaie, ni pour lui, ni pour moi. On avance là non ? Ce serait con de plomber le truc avec quelque chose d’aussi idiot et vieux. Ouais, donc on s’en fout. Ou presque. Bref.
Et malgré tout ce que je peux dire, ou penser, j’ai dû mal à passer outre, à passer outre tout ce qui s’est passé, récemment ou non. La preuve je me retrouve à mal prendre des trucs encore plus con. Non, je suis pas jalouse, ce serait ridicule. Et puis, je peux pas être jalouse. Sérieux.

« Ouais, le froid c’est pas vraiment avantageux pour les mecs dans ce genre de situations, j’avoue… Ah ? Oui, si y a personne d’autres pour te mater, ça me dérange pas non plus. »

T’es aussi con que lui. C’pour ça qu’on s’entend bien… Ouais, peut-être… C’est pas super flatteur dis comme ça en même temps. Non, mais ça doit être en partie vrai. Et mon sourire s’agrandit encore alors que je le dévisage. Hé, comme quoi, je suis plus à l’aise que lui pour raconter certaines conneries. Je pensais pas tiens.

« Non, je veux pas t’embarrasser… » Genre ! Oui, bon, je souris beaucoup trop pour être crédible, mais on s’en fout. « Tu penses à moi souvent ?... Enfin, je veux dire… dans ces cas-là ? » Je fais glisser un doigt sur la trace, grimaçant légèrement. Ouais, je l’ai bien marqué quand même. « Grave kiffé ? A ce point ? Je te savais pas que t’avais un penchant pour le SM… »

Bon, j’avais vraiment, vraiment beaucoup aimé aussi. Sinon, il serait pas tant marqué ouais. Et oui, si je suis vraiment sincère, j’aime vraiment beaucoup le voir avec une telle empreinte. MON empreinte. Je hoche la tête lentement.

« Oui. A nous. Toi et moi. Et si vraiment j’ai besoin d’un coin à moi… Sans devoir te cogner pour que tu sortes… Y a un bureau derrière, suffit de l’aménager, ramener quelques trucs, et voilà. Un coin à moi dans notre… Enfin en plus quoi. »

Je détourne les yeux, faisant style je regarde ledit bureau. Non, je suis pas du tout perturbée de penser à un chez-nous quand je parle de ça et d’avoir presque failli le sortir, notre chez-nous. Parce qu’on est d’accord, c’est super chelou et pas adapté hein ? Ouais, non, ça le fait pas.
Je passe ma main doucement sur la sienne quand il la serre, passant mes doigts entre les siens.

« Je veux juste que tu essaies, je sais bien que ça se fera pas du jour au lendemain. Et ce sera suffisant. Et t’y arriveras, parce que c’est mieux pour toi. Et tout me gonfle Griffin, alors tu sais… Mais, je t’aiderais j’ai dit. D’accord ? »

Bon, je parlais de l’aider sur le reste. Genre son père, Ashley, etc, etc… Mais si je lui prends la tête aussi… Enfin, pas moi, mais nous. Enfin bref, on s’en fout. Je veux pas qu’il se prenne et se monte la tête tout seul sur des conneries quelles qu’elles soient. Il retrouve le sourire, pas aussi sincère que tout à l’heure, mais ça reviendra. Quant à moi, je grimace en l’entendant parler.

« Ouais. Genre vous aviez besoin de ça pour qu’elles se pavoisent devant vous… Et si encore, ça avait la dernière, de cicatrices… Deux idiots irrécupérables. Je vous en ai voulu aussi pour ça. Je la trouvais classe cette bagnole. »

Oui, je m’étais inquiétée pour eux dans un premier temps. Et la colère avait rapidement pris le pas sur le reste quand j’avais su qu’ils s’en sortaient bien. C’est cool la colère. Et oui. Il me manque horriblement. Chassant ces pensées, je lui retourne son sourire, riant un peu, et je hoche la tête. Ouais, on verra ça pour le massage.

« Je te dirais quand je saurais oui. Ça a l’air d’être une chieuse, parce que je crois qu’elle était pas sûre, qu’il lui faudrait plus d’essais, de démonstrations, ou je sais pas trop.  
Et si tu fais crédit, ça t’engage pour combien de temps du coup ? »


Ah. Ça sonnait moins sérieux dans ma tête ça. Bonbonbon… ouais, bon, c’est pas comme si c’était le premier truc stupide ou autre que l’un de nous sortait hein. On s’y attarde pas, et zou, tout va bien. Ouais, c’est ça. Tout va bien… Même quand on parle de nos euh rencontres de nuit dans les couloirs. Je devrais me poser des questions à être hyper plus à l’aise sur des sujets comme ça que lui ? D’être plus à l’aise sur ce genre de sujet que quand ça devient plus sérieux ?... Naaaan.

Voilà. Avec toi j’aime. Que ce soit classe ou pas classe. Tant que j’ai un peu des deux et que tu… bah tant que t’es d’accord aussi et que t’aimes ça aussi quoi. Enfin normal. »

Et je me dis que ça va être amusant si j’arrive à le gêner sur des sujets comme ça. Parce que moi, honnêtement… bon, si, il devrait pouvoir aussi, et sans doute qu’il le sera pas toujours autant, gêné, mais en attendant, c’est rigolo.
Je le fixe, amusée, et hausse les épaules.

« Faudra que tu m’expliques alors, la coolitude de ce truc. J’ai jamais pigé comment on pouvait aimer ce genre de pulls ringards. Et si… Tu peux le dire. Enfin, à moi tu peux, et c’est même cool. Pas à quelqu’un d’autre, sinon je serais obligée de… la tuer c’est extrême tu crois ? »

Perso, je trouve pas, mais je dois sans doute exagérer un peu. Un peu. Et non, même si ça s’éclaircit, je vais pas chercher le pourquoi du comment, certainement pas même. Surtout alors qu’il ne semble pas plus décidé que moi, à s’écarter avant de me mater. Sauf quand il m’embrasse. Là, ouais, on semble tous les deux raccords. Et c’est trop bon. Et trop court.
Et comme ça suffit pas, je vais réclamer plus. ou quémander ouais… Et c’est exactement ça. Quand il me rapproche de lui, me prend contre lui, cette douceur, cette tendresse trop naturelle que j’aime autant qu’elle me fait flipper. Enfin, qui me fera vraiment flipper plus tard. Là, je suis trop bien pour y songer vraiment beaucoup. Je souris quand il rit, comme une conne, tachant de ne pas trop me focaliser sur ses mains qui me brûlent déjà. Je hausse les épaules, détournant une seconde le regard quand il parle de moi, avant de le regarder à nouveau. Un peu trop fixement.

« Je suis désolée. Non, je m’excuserais plus après, mais je le suis quand même. Et j’ai pas aimé non plus. Même si c’était moi la responsable je sais. D’un autre côté, je me dis que… sinon… je serais pas là. Enfin, j’aurais pas capté, ou je me serais pas rendue compte que… J’ai besoin de toi. Pour aller bien. Même si c’est pas super clair dans ma petite tête non plus pour l’instant…
Et si tu vas pas bien, je veux savoir quand même… Même si j’arrive assez bien à savoir quand il s’agit de toi… Et je m’énerverais parce que tu te prends la tête, encore, pour des trucs idiots. Qu’il s’agisse ou non de moi. Et j’essaierais de pas me dire que c’est de ma faute automatiquement promis. »


Bon, ça fait un peu récitation sur la dernière phrase, mais tant pis. Bien sur que ça peut être à cause de moi. Surtout si je suis aussi importante qu’il le dit. Genre, t’en doutes encore ?... Non, pas vraiment. Enfin, je crois. Ouais, bon, ça va, c’est pas super clair non plus j’ai dit hein.
Je déglutis et souris un peu en hochant la tête. Oui, si ça va pas, je dirais. Même si là, j’ai aucune envie qu’il arrête. Même si on a pas commencé… Et non, tu vas pas commencer à flipper… Enfin, à reflipper, pour quelques mots. Je cligne des yeux et grimace un sourire.

« J’arrive déjà pas à me projeter dans une semaine… »

Bon, d’accord, c’est pas par rapport à lui, ou pas que, plus à l’environnement, mais bon… Quelques mois…

« Tu crois que t’en auras pas eu marre ? »

Ça, c’était la bonne question à poser, avec le super ton sceptique. Ça, c’est pas du tout le genre de truc que j’aime pas, qui me terrifie, dont je veux pas avoir la réponse en fait. Alors plutôt que de m’inquiéter pour rien, je l’embrasse avant de sourire en lui enlevant son t-shirt. Non, ne te focalise pas trop, tu vas bugguer sinon. Je secoue la tête et répond, en faisant la moue.

« Pas besoin d’être mon prisonnier pour ça. T’es déjà marqué. Désolée, faudra t’y faire. »

C’est acté non de toute façon ? Non, j’ai pas trop de mal à accepter le fait que je le considère comme mien, aussi paradoxale que ce soit avec tout le reste. Il est à moi, c’est simple, c’est tout. Je l’embrasse à nouveau, et je passe mes mains dans mes cheveux quand il m’attire contre lui et que le baiser s’approfondit.
Et putain, qu’est-ce que c’est bon. Qu’est-ce que ça m’a manqué. Je penche la tête sur le côté sans même y penser quand ses lèvres descendent. Ça va aller. Même si mon souffle se fait déjà trop court. Respire bordel. Comment ça peut être à la fois trop et pas assez ? Bon, si j’arrive pas à calmer ma respiration, c’est même pas la peine d’y penser pour mon cœur. Ouais, ça fait déjà 1h qu’il bat trop vite en même temps. Enfin, depuis qu’il est là quoi. Et c’est encore pire depuis que j’ai senti ses mains. C’est quand même n’importe quoi sérieux.
Je ris un peu, une main perdue dans ses cheveux trop longs, l’autre effleurant son dos.

« Hmmm… ça pourrait être rigolo. Même si j’aime beaucoup trop avoir tes mains sur moi, et que ça m’a beaucoup trop manqué… Ce sera à tenter tiens. »

Je souris de plus belle en le regardant, avant de retirer pour de bon son t-shirt. Je le fixe une seconde, inspirant lentement. Ouais, il était déjà enlevé, je sais bien, c’est juste que… Putain, mais comment il fait pour être aussi sexy ?

« Content ? Avant que tu les vires, ils me vont bien les trucs ? »

Toujours souriante, je mets la capuche blanche avec les oreilles en le regardant, la tête penchée sur le côté. Et je vais mordiller son cou, mes doigts traçant des arabesques dans son dos.

« Et en plus, je me suis trouvée quelques jolis ensembles de sous-vêtements… Plus faciles à enlever… Normalement. »

Et je continue de descendre en faisant courir mes lèvres sur son cou et son épaule. Je gère t’as vu ? Ouais, nickel, je suis pas du tout terrorisée. Je suis super à l’aise. Ouais. Tout va bien.

_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.©️ by anaëlle.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1185
Membre du mois : 0
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Mar 12 Juil - 22:01

Quelle merde tout ça. Je sais pas gérer autant de trucs d'un coup, surtout avec elle. Y a trop de sentiments auxquels je suis pas habitué. Et à la colère se succède un sentiment bien plus compliqué à définir. De la tristesse ? De la lassitude ? J'en sais rien. Je sais que j'ai envie de la prendre dans mes bras, d'oublier tout ça plutôt que de me prendre la tête. Et c'est un peu dingue quand je me dis que cinq minutes plus tôt, j'étais sur le point de détaler, tellement énervé que j'étais.

"Mieux ? Je sais pas. Ce serait différent en tout cas. Faudrait que je m'habitue. Et… je t'en veux pas. Je… au moins ça montre que tu fais attention à moi. Que je suis pas invisible. Même si c'est pour me gueuler dessus c'est déjà mieux que rien."

Je baisse les yeux, me sentant un peu con. Faut pas être un génie pour deviner que toutes les conneries que j'ai pu faire étant ado sont liées à l'impression d'être inexistant pour ma famille. Je me rappelle m'être tiré quand une des filles avec qui je suis sorti me l'a balancé. J'ai claqué la porte assez violemment et ignoré ses appels jusqu'à ce qu'elle se lasse. Je fais bien le connard quand je veux. Enfin bref. Je me frotte l'arrière du crâne, grimaçant alors que je me rends compte que oui, mes cheveux sont beaucoup trop longs et j'ai un bref haussement d'épaules à ses propos.

"C'est cool ouais. Mais oui je m'énerve tout le temps, je sais pas faire autrement. C'est… désolé. T'as pas idée de l'importance que t'as pour moi on dirait hein…"

J'ai un pauvre sourire avant d'être un peu plus largué quand elle fait une drôle de tête. Surtout qu'elle soupire à ma question. Clairement, y a un truc qui cloche et le fait qu'elle ait pas envie de le dire me rassure pas des masses en fait.

"T'es… t'es sure ? Je veux dire, au point où on en est, si t'as d'autres trucs à balancer, c'est le moment non ?"

Ouais je suis un peu maso je crois. J'ai déjà du mal à encaisser tout ce qu'on raconte et j'en redemande. Je suis vraiment con. Enfin, ça va qu'on raconte des conneries, des trucs un peu plus légers qui nous font marrer tous les deux, même si c'est au détriment d'une histoire qui me met pas particulièrement en valeur. Bon faut dire que j'ai pas non plus masse de trucs à raconter où je suis hyper cool. Ca va mieux ces derniers temps mais le fait qu'il y ait vachement moins de monde sur terre doit jouer un peu.  Et je grimace à sa réplique, hochant vigoureusement la tête.

"Grave, ça met pas en valeur je confirme. Et tant que t'es là pour mater, ça me déplairait pas."

Subtil, délicat, tout ça. Ouais, c'est tout moi ça. Enfin là, elle en rajoute une couche et je sais juste tout simplement plus où me foutre. C'est parfait. Et je réponds quoi à sa question à la con ? Elle veut vraiment la vérité ? Ok. Quitte à avoir la honte de ma vie, je continue hein.

"Trop tard si tu voulais pas m'embarrasser et tu le sais… et euh… comment dire… je pense qu'à toi ? Depuis… bin depuis qu'on t'as récupérée chez Sid' ? Je… je te trouvais déjà vachement…  même si t'étais une sacré emmerdeuse, ça empêche pas que… bah que t'es bonne quoi. Hem… Mais t'es pas obligée de me dire à qui tu penses hein, je veux dire, c'est pas comme si t'étais obligée d'avoir fait pareil et euh… oh putain, je m'enfonce là non ?"

Mais j'arrive quand même à sourire en montrant la marque de ses dents sur mon épaule, frissonnant quand je sens ses doigts dessus.

"Nan pas de penchant SM. Je pense que j'aurais pu me péter une jambe à ce moment-là que je m'en serais même pas rendu compte en fait. Parce que j'étais vraiment ailleurs quoi. Enfin… bref… t'as encore d'autres trucs pour que je sache plus où me mettre là ?"

Je regarde autour de moi quand elle parle du coin qu'elle a trouvé, du fait que c'est à nous deux. Ca fait bizarre mais c'est pas désagréable. Et je souffle, avec une mine amusée.

"Un genre de chez nous ? Ca vaut pas la maison avec les barrières mais c'est un début."

Et mon regard se perd dans la contemplation de nos mains entremêlées, alors que je suis incapable de dire quoi que ce soit. C'est toujours aussi compliqué, plus encore vu que ça la concerne, que ça me touche, que j'arrive pas à être objectif la concernant.

"Essayer. Ok. Pour ce qui est d'y arriver on verra sur le moment hein. D'accord ?"

Parce que bon on sait tous les deux que c'est pas gagné. Je me traine tellement de casseroles que je saurais même pas par où commencer. Même si la prise de bec avec Ashley a, mine de rien, pas mal servi au final. Pour moi en tout cas. Elle, je sais pas trop.

"Vrai que j'en ai un tas de cicatrices de cette période. La pire étant celle sur la fesse droite, quand je me suis pris le piquet du drapeau de l'équipe quand… bref… c'était marrant. Et moi les filles qui pavoisent c'est pas mon délire, tu le savais pas encore ? Je préfère qu'on m'envoie chier, là y a du challenge au moins. Mais oui, je l'aimais cette caisse. C'était le premier cadeau vraiment perso du paternel depuis… je sais même pas quand en fait."

Le reste du temps, c'était Ashley qui les avait trouvés. Elle s'en était bien tirée hein, vu le contexte, mais c'était pas pareil. Ca l'a jamais été. Putain, c'était y a 15 ans, je devrais arriver à passer à autre chose non ? Mais j'arrive quand même à lui rendre un large sourire quand elle reprend la parole, soufflant, avec un clin d'œil qui me vient spontanément.

"C'est une chieuse ouais. Mais ça fait son charme. Plus de démonstrations ? Du genre ?"

Au reste de ses propos, je la regarde les yeux un peu ronds, sans bien savoir si elle déconne ou pas, ce que je dois comprendre, s'il y a quelque chose à comprendre, ou pas. Alors je balance, d'un ton aussi léger que possible.

"… je sais pas, je peux m'engager aussi longtemps que je veux ? Tu me feras pas payer des intérêts de malade ?"

Ouais, genre, je gère. On déconne, ah, ah, ah. Bref. C'est mieux de parler de quand je la baise dans un couloir ? En comparaison oui en fait. Même si c'est pas le truc qui me met le plus à l'aise du monde, j'avoue.

"Bien sûr que j'aime ça. T'avais encore des doutes ? Quelle que soit la façon, tant que t'es… à moi c'est … c'est tout ce que je veux."

C'est moi ou ça l'a fait marrer tout ça ? Ou alors c'est autre chose et je capte pas vraiment. Enfin, c'est pas vraiment important, tant qu'on reste détendus tous les deux. Et parler du pull moche aide pas mal, j'avoue. J'ai envie de l'embrasser, juste pour ce qu'elle raconte, parce que ça m'amuse, ça me détend, ça me fait penser à autre chose.

"Le coté décalé, kitsch assumé quoi. Tu vois pas le genre ? J'avoue, je suis plus tee-shirt de base-ball que ça mais pour le coup, il m'a fait marrer. Mais on tue pas les gens parce qu'ils penseraient que j'ai bon goût en le trouvant cool."

J'agite un index devant elle avant de bloquer un peu quand elle vire son pull. Ok, reste cool. Bon, ou pas. Je l'embrasse, parce que c'est ce dont j'ai le plus envie. Mais j'en ai trop envie alors que je m'arrête avant que ça dérape et je sais pas si c'est ce qu'elle veut. Bon, on dirait bien que si, au vu de son attitude, de ce qu'elle dit et tout. Et l'avoir contre moi comme ça, me fait oublier un peu tous les doutes que j'ai à propos de nous. Enfin presque. Surtout quand je glisse mes mains sous son pull. Et je soutiens son regard quand elle me répond. J'aime pas la façon dont elle me fixe mais je fais avec.

"Je… ok. T'as plus besoin de le dire, j'ai compris l'idée. Je veux pas que tu te sentes coupable pour ça. Mais quelque part, c'est bien, si ça t'a permis de piger tout ça. On va dire qu'on a une base, qu'on sait tous les deux qu'on a besoin l'un de l'autre. Après le reste, comprendre ce que ça implique pour nous deux c'est encore autre chose. Et je suis pas sûr que je suis vraiment prêt à ça. Je te dirais quand ça va pas… si tu fais pareil. Qu'on avance ensemble. Même si je garantis pas que je serais toujours aussi réceptif."

Bon je le serais nettement moins, c'est sûr. Surtout si on aborde les sujets qui fâchent. Mais bon, on y est pas encore hein. Là déjà, c'est un peu plus compliqué à gérer. Je veux pas lui faire mal, je sais pas si je serais foutu de me rendre compte si je déconne et elle a pas l'air hyper convaincue. Bon je merde un peu en imaginant ce que ça va donner dans quelques semaines ou mois, ou je sais pas. J'aurais du réfléchir avant de parler pour changer. Et je baisse la tête, un rien penaud avant de souffler, à mi-voix.

"Ouais je… désolé. Et tu crois pas que j'en aurais déjà eu marre ? M'est avis que ça risque pas d'arriver Lancaster."

Et elle me débarrasse de mon tee-shirt. Bon, pas entièrement et je peux pas m'empêcher de rire à ce qu'elle fait, quand bien même ça m'empêche de faire ce que je veux.

"Je suis déjà à toi alors ? Ok, je note. Mais te sens pas obligée de me marquer partout."

Je me perds dans le baiser. Dans un simple foutu baiser. J'oublie tout, y a plus qu'elle qui compte et je réalise qu'elle peut tellement me faire perdre toute notion de réalité que ça fait flipper putain. Je me retiens de lui dire que je serais prêt à tenter tout et n'importe quoi avec elle, du moment qu'on est ensemble, du moment qu'on est bien, que le monde extérieur nous oublie cinq minutes, mais je suis pas sûr que ce soit le truc le plus intelligent à balancer. Alors je lâche, quand elle me libère enfin, le plus naturellement du monde.

"Content ? Presque. Mais pour tes fringues… ouais, c'est mignon comme tout. Ca te va … bien. C'est… tout doux."

J'ai un peu de mal à parler, faut dire qu'elle me mordille le cou, ça aide pas à se concentrer Et je parle même pas de ses doigts dans mon dos. Là j'essaie même pas de faire genre, je frissonne à chaque dessin qu'elle fait et je déglutis tant bien que mal quand elle reprend la parole.

"Ah… des nouveaux sous-vêtements ? C'est… cool…"

Je prends une profonde inspiration et je glisse mes doigts sous son menton pour le relever et accrocher son regard. J'arriverais peut-être mieux à parler si je sens pas ses lèvres sur ma peau. Faut dire que putain, ça me fait un sacré effet, encore plus quand c'est elle et que je sais ce que ça donne après. Bon, on a dit qu'on essayait de garder un semblant de self-control. Hum.

"Je… j'ai vraiment envie de t'enlever tes fringues Eliott. Mais vu qu'on est au stade des grandes révélations ou un truc dans le genre… je flippe grave en fait. Et je sais pas pourquoi. A chaque fois ça c'est super bien passé et tout mais putain, j'ai l'impression d'être un ado de 15 ans qui a jamais touché une fille de sa vie. C'est con hein…"

J'ai un soupir et un rire un peu nerveux alors que je continue de la dévorer des yeux. Je gère. Ouais ou pas. Hum.


_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Mer 13 Juil - 11:47

J’ai un léger rire, teinté à la fois de tristesse et d’amusement. Même si, encore une fois, j’aime pas ni ce que je vois, ni ce que j’entends. Même si je suis infiniment soulagée qu’il dise qu’il m’en veut pas.

« Si y a bien un truc que t’as jamais été Griffin, c’est bien ça. T’as jamais été invisible, pas pour moi. Et si je gueule, c’est que tu m’écoutes pas sinon…Et que j’ai un caractère de merde aussi un peu ouais. Mais si tu fais un effort pour arrêter de te prendre la tête tout seul, j’essayerais de pas gueuler tout le temps… J’essayerais. »

Même si j’ai déjà envie de le cogner pour dire de telles conneries. Genre, lui, invisible. Abruti. Oui, je sais, il parlait pas de moi. Mais même. Idiot quand même. Et c’est bien parce qu’il a l’air mal que j’arrive à rester calme et à parler doucement, parce que je veux pas en rajouter.
Et le voilà qui hausse les épaules, style, ouais, c’est cool sans plus. Quoi ? C’est vrai non ? Je fronce légèrement les sourcils, avant de secouer la tête.

« Bah comme ça on est deux, on continuera de s’énerver, ça va être fun… »

Je fronce les sourcils de plus belle alors qu’il insiste. Et j’ai beau pas vouloir pour le coup, je m’emporte un peu vite. Ouais, je vais m’en vouloir je sais. Mais ma mâchoire se crispe et ça sort tout seul.

« Pourquoi j’en aurais une idée ? Comment je pourrais être aussi importante ? Tu me sors que tu sais pas comment… Merde. Comment t’as réussi à faire ta vie sans moi ? Sérieux ? Et moi alors ? C’est toi qui est parti et qui m’a laissé ! C’est moi qui ai dû me faire à l’idée que non, je n’étais pas assez importante pour te retenir ! C’est moi qui ai dû faire ma vie toute seule en me disant que j’avais personne sur qui compter, personne qui s’inquiétait pour moi, personne qui serait là pour moi ! Alors non, t’as pas le droit de me sortir ça, comme ça, aussi naturellement ! Je veux bien faire l’effort de me dire que ouais, je suis peut-être un peu importante aujourd’hui pour toi, mais m’en demande pas trop. Parce que j’y arriverais pas. »

J’essuie rageusement une larme, la mine butée, avant de croiser les bras en évitant son regard. Bordel de merde. T’étais obligée de gueuler ? De t’énerver et de sortir autant de vacheries ? Alors que ça allait mieux… Merde. J’avais dit que je m’en voudrais, bah j’ai même pas à attendre 2 minutes tiens. Mais c’est lui qui a voulu que je parle… Il fallait pas insister c’est tout. Et j’essaie de passer à autre chose, et j’y arrive plutôt bien, parce qu’on raconte des conneries, parce que c’est lui, parce qu’on est bien non, comme ça ? Carrément que je suis bien avec lui. Trop ? Je sais pas. Sans doute. Je veux pas savoir. Enfin si… Mais… Pas maintenant, là, je veux juste profiter. Et oublier. Je lui souris et ris un peu. Ouais, je serais là pour mater, pas de souci pour ça. Oui, bah si, parce qu’il est quand même super canon, même maintenant hein… Enfin, c’est Ethan quoi. Et je ne me défais pas de mon sourire, alors qu’on enchaine, et que je m’amuse visiblement plus que lui. Sauf que je reste un peu à le fixer comme une conne quand il répond. Depuis… Ah. Oh. Je cligne des yeux, et je ris malgré moi quand il termine.

« Léger ouais… Depuis… le début alors ? Et genre… que moi ? Enfin, je veux dire, t’as rencontré d’autres… Même Marina ou Charisma, elles sont plutôt euh jolies aussi… »

Je le dévisage une seconde, avant de secouer la tête en souriant. Bon, tant qu’à faire, il a été plus que franc lui aussi non ?

« Ethan, je suis tombée amoureuse de toi, j’avais même pas 12 ans… Comment te dire que t’as un peu été le seul… Enfin, que j’ai toujours voulu… Et que les autres ont jamais vraiment tenus la comparaison… Je te dirais pas à qui je pense, parce que sinon dans ce cas-là, je devrais te dire que ça fait plus de 10 ans que c’est le cas, même si j’étais vraiment en colère, et je saurais plus où me mettre de devoir avouer ça. Donc, je le dirais pas. »

Je relève les yeux que j’avais baissés vers lui, un léger sourire en coin, et je hausse une épaule. Peut-être que j’ai un peu rougi oui, même si je fais style que tout va bien et que je suis hyper à l’aise. Et le pire, en vérité, c’est que je m’en fous un peu oui de lui balancer ça… Bon d’accord, pas tant que ça. Mais c’est fait, donc osef. Surtout que j’oublie presque aussitôt en le sentant frissonner sous un simple caresse. Et je retrouve un grand sourire.

« Je dois pouvoir trouver si tu veux. Mais c’est plutôt cool de savoir que c’est si bon pour toi… »

Et rassurant, encore une fois. Et le fait de l’entendre dire lui ce que je pensais tout bas et n’osais pas dire, ce qui me faisait bizarre, me parait étrangement… normal. J’esquisse un très léger sourire et je souffle à mon tour en acquiesçant.  

« Un chez-nous oui… Un garage me parait plus qu’adapté comme début… pour nous. Non ? »

Après tout, c’est lui qui m’avait appris et… ouais, bref, ça on s’en fout, on le sait déjà. Et comme quoi, je suis pas du tout une nana  contradictoire, j’arrive sans souci à parler cul avec lui et à lui prendre la main, même si je flippe et que je suis incapable de tout un tas de trucs. Je hoche la tête, serrant sa main.

« Oui, au fur et à mesure. Ça me va. »

C’est pas non plus comme si ça faisait des semaines, voir des mois, que j’essaie un peu à chaque fois. Ouais, bon, j’ai aussi quelques petites difficultés… Mais bref.
Je hausse un sourcil, tournant par réflexe la tête, comme si j’allais pouvoir voir cette cicatrice. Oh, c’est bon, j’ai bien le droit de faire genre si c’est pour voir son cul non ?... Ouais, classe, je sais. Et je sens à nouveau la tristesse commencer à l’envahir quand il parle de son père. Merde. Je grimace.  

« Ouais, c’était un putain de cadeau. Il a dû se casser le cul pour la trouver en plus, surtout qu’elle était en super bon état. Tout ça parce qu’il savait que tu l’aimerais, je te jure, y a pas idée de vouloir tant faire plaisir… Et vous, paf, direct ou presque. C’était amusant de le voir gueuler, lui qui était toujours si calme… Y a qu’avec toi qu’il s’emportait autant en fait… un peu comme moi. C’est bizarre l’effet que t’as sur les gens sérieux. Mais bon, comme tu préfères qu’on t’envoie chier, tu dois le faire exprès… Ouais, un truc que tu dégages sans doute, comme si t’avais une affichette collée dans le dos avec ‘frappez-moi’ noté dessus… »

Je hoche la tête, convaincue. Ouais, je suis partie un peu loin, là, mais bon… Qu’il arrête de se prendre la tête avec les cadeaux quoi… enfin, je me comprends. ou pas. Je veux pas qu’il soit triste, c’est tout. Je préfère nettement le voir sourire comme ça.

« Son charme, carrément ? Je sais pas trop. Des câlins. Des bizous. Des chocolats. Des nuits de sommeil réparateur… ou de sexe endiable selon… Faudra voir avec elle directement. »

Et si je souriais aussi, il s’estompe un peu. Par ma faute oui. Je m’éclaircis un peu la gorge, nerveusement, quand il me fixe. Et j’essaie de répondre sur le même ton que lui, même s’il doit pas être plus dupe que moi.

« Les intérêts, je peux rien promettre. Ça risque d’être fluctuant… Mais ouais… sinon, y a pas de limites de dates… »

Voyez quand je disais que j’étais plus à l’aise sur des sujets à la con que sur des sujets plus sensibles ? Eh bah on y est, en plein dedans. Je le regarde et hausse les sourcils.

« A toi ? Je te savais pas si possessif… »

Moi, je le suis, mais c’est pas nouveau, donc bon… et si moi je le fais, j’ai jamais aimé qu’on dise que j’étais à quelqu’un, genre sa propriété privée… Pourtant, là, quand c’est lui… j’irai pas jusqu’à dire que ça me fait plaisir, mais… oui bon, un peu quand même.

« Ah je vois si, mais… Okay si tu l’aimais vraiment, j’essaierais de m’y faire…
Et je m’en fiche que d’autres aient aussi mauvais goût que toi. Je parlais du fait de me dire à moi que tu me préférais nue plutôt qu’habillée… Et que t’avais pas intérêt à dire ce genre de trucs à d’autres, parce que je serais obligée de sévir contre elles… »


Je lui tire la langue, avant de virer mon pull à mon tour, et que tout s’emballe un peu trop. Ouais, je devrais être habituée à force, que ça tourne aussi vite avec lui. Mais non. Mon cœur s’emballe et ma libido le suit de près. Merde. Ou pas. Plutôt cool même, là, contre lui, à sentir ses mains et ses lèvres, c’est juste… parfait. Et ça m’a horriblement manqué. Alors que sérieux, ça, un truc tout… mignon comme ça, on l’a fait… Ouais, une fois, la première fois. Comment ça peut me manquer du coup ? Chut, tais-toi, profites. Ouais, bonne idée. Je lui souris, acquiesçant à ses paroles.

« Ça marche. Je serais pas non plus toujours aussi… réceptive, ou cool, ou gentille, enfin, tu vois, alors ça me va. Je comprends. Je suis pas sûre non plus de… savoir. Ou de vouloir savoir ce que ça implique, ou à quel point, je… tu…
On avance ensemble. Et on se parle. Ouais, bon plan. »


Parler. Je sais pas pourquoi, mais j’ai un léger doute là. Enfin, on verra bien. Essayer, c’est déjà un début. Reconnaître tout ça aussi non ? C’est pas comme s’il était pas prévenu. Oui, moi aussi, mais, je le sais moi, que c’est un couillon quand il s’y met… Ou quand je parlerais des sujets qu’il évite soigneusement lui. Mais ça, ça sera plus tard. Là… On se concentre sur le présent, c’est ça. Je hausse les épaules à ses excuses, comme s’il avait besoin de s’excuser, et je secoue la tête.

« J’en sais rien. Et toi non plus. C’est pas comme si… enfin, comme si ça faisait longtemps qu’on était euh ensemble. Alors peut-être que je peux te saouler oui. Tu sais pas. Mais tant mieux. Si ça arrive pas. »

Il rit, ce qui me fait sourire. Oui, promis, un jour je parviendrais à supprimer ce réflexe à la con, parce que c’est chiant d’être aussi… J’en sais rien, mais c’est n’importe quoi.

« Oui. Note aussi que je te demande pas ton avis. Et j’aime bien te marquer. Y a pas de doutes comme ça. »

Pas de souci à avouer qu’il est évidemment à moi t’as vu ? Je suis tout à fait cohérente et logique… Tellement cohérente que son baiser me fait perdre le fil de mes pensées. Tellement logique que j’en ai plus rien à foutre du reste, des questions, des peurs, du monde entier juste parce que ses lèvres sont contre les miennes.
Alors plutôt que de m’interroger sur l’effet, les effets, qu’il a sur moi, je continue de faire comme si tout était normal et sous contrôle. D’accord, c’est aussi parce que j’ai envie de goûter sa peau, et pas qu’un peu. Et que j’adore ses réactions à chacune de mes caresses. Je souris contre sa clavicule, frottant le truc tout doux contre sa joue. Et je le laisse me relever le visage, le fixant alors qu’il rassemble ses esprits. J’esquisse un sourire, satisfaite qu’il ait autant de mal que moi.

Et si mon sourire s’évanouit un peu quand il parle, je peux pas m’empêcher de rire en même temps que lui, un peu nerveusement aussi.

« Tellement con que j’aurais pu te dire exactement la même chose. J’ai aussi envie de… enfin… J’ai envie de toi, de… Bref… Et je suis terrifiée à l’idée de faire une connerie, de faire un truc de travers, de pas savoir m’y prendre correctement… Alors que ouais, ça c’est super bien passé, c’était même carrément trop trop bon. Alors y a pas de raison… »

J’avais aussi peur les autres… enfin, la première fois, parce que les fois dans le couloir ou autre, je m’étais pas vraiment interrogée… Faut juste que j’arrive à faire abstraction de tout ça… alors qu’il est à moitié nu devant moi. Facile.


_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.©️ by anaëlle.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1185
Membre du mois : 0
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Ven 22 Juil - 16:24

Pathétique. Je suis simplement pathétique. Nan mais, le type il vient gueuler, passer ses nerfs, lui dire ce qu'il pense de sa façon de se comporter et voilà que je balance des trucs qui feraient probablement miroiter des dollars dans les yeux d'un psy. Et, au lieu d'essayer de reprendre un semblant de contenance, je me contente de baisser les yeux, de sentir mon cœur qui se serre quand elle répond et, pire encore, de laisser échapper un soupir.

"Tu sais bien que je pensais pas à toi. Même si c'est pour me traiter de con, au moins je sais que tu me voyais. Peut-être pas forcément comme j'aurais voulu mais c'est déjà bien. Et je t'écoute même si tu gueules pas, contrairement à ce que t'as l'air de croire. Pour le reste…"

J'ai une grimace et je hausse les épaules, essayant de prendre un air détaché en me foirant bien entendu totalement.

"Tu sais que je peux pas trop garantir un truc pareil hein. Ca fait des années que je me prends la tête tout seul, je vais pas arrêter en un clin d'œil, surtout que bon, le contexte est pas hyper favorable pour être totalement serein et faire genre que mes problèmes ont disparu en un clin d'œil."

Je lève les yeux au ciel et j'ai une ébauche de sourire à ses propos avant de souffler, presque amusé.

"Fun ouais. Au moins, ça nous changera des prises de tête classiques sur comment on va faire pour bouffer demain quoi."

Bon mon sourire disparait tout aussi rapidement qu'il est venu. Et je baisse les yeux, sans bien trop savoir où me foutre en fait. J'aurais bien reculé si j'étais pas déjà adossé contre le bureau et quelque part, c'est pas plus mal que je puisse pas, ce serait un coup à ce que je me tire sans demander mon reste. Je sais qu'elle a raison, je l'ai laissée tomber et je suis un abruti de penser qu'elle pourrait comprendre ce que j'ai voulu lui dire. Visiblement je suis aussi un connard aussi alors j'ai du mal à piger qu'elle puisse avoir envie de continuer à me parler ou plus encore. Je sens mes mâchoires qui se crispent encore plus quand je vois une larme couler et je me traite tellement intérieurement de con que j'arrive même plus à lever les yeux vers elle. Je sais que je dois répondre un truc mais j'en suis incapable alors je sors, d'une voix étranglée, sans quitter le sol des yeux.

"… ok. Désolé. Juste, c'était pas toi. je serais resté si j'avais su que j'étais aussi important pour toi. Mais pour moi j'étais juste le pote de ton frère et… bref. Désolé ouais. Et je… t'as pas été la seule à être toute seule sans personne sur qui compter pendant des années. Enfin… ok, je demanderais plus rien. Désolé."

Je me répète un peu là non ? Mais c'est chaud d'arriver à dire quelque chose de sensé, dire quelque chose qui arriverait à lui faire comprendre ce que je ressens. Surtout que c'est pas dit que ça marche vraiment. Je me frotte le visage d'une main, essayant de trouver un moyen de calmer le jeu. Et connement, tout connement, c'est sa présence qui fait tout. Autant elle arrive à me faire péter un câble sans souci, autant elle arrive à m'apaiser comme je l'ai jamais été. Ne serait-ce que la tenir dans mes bras comme ça, de sentir son odeur, de la savoir là, tout près, juste à moi, ça me permet d'arrêter de broyer du noir. J'aimerais débrancher mon cerveau et rester comme ça tout le temps mais ça marche pas il parait.

Elle arrive même à me faire rire, à profiter de ce moment alors qu'il y a deux minutes à peine, qu'est ce que je dis, trente secondes même, j'avais envie de tout envoyer bouler. Alors je hoche la tête, avec un sourire en coin, embrassant son épaule doucement.

"Ouaip, depuis qu'on s'est recroisés, même si t'avais envie de me cogner dès la première seconde. Et y a que toi. Tout le temps. Je sais qu'elles sont jolies, je te mentirais si je te disais que je l'avais pas vu. Mais y en a aucune qui m'ait donné cette… envie que j'ai de toi. Bref… là je pense que tu peux pas me mettre plus mal à l'aise c'est définitif."

J'ai une grimace avant de me rendre compte, quand elle se met à causer que si, elle peut me mettre plus mal à l'aise. Ok, ok.  Là, je suis sensé répondre un truc intelligent mais putain, y a vraiment rien qui me vienne à l'esprit. En plus je dois tellement avoir un sourire niais sur la gueule que niveau crédibilité je me pose là ouais. Et d'un autre coté, je comprends mieux pourquoi elle m'a gueulé dessus. Je souffle quand même, d'un ton amusé, en mode je gère totalement ce qu'elle vient de me dire alors que pas du tout.

"Vache, t'as du rencontrer des sacrés loosers pour pas qu'ils tiennent la comparaison. Mais ouais, tu fais bien de pas me le dire que ça fait 10 ans parce que j'aurais un peu la pression pour être à la hauteur de tes attentes et déjà que j'ai pas envie de me foirer, ce serait encore pire."

J'arque un sourcil au reste de ses propos alors que je viens de frissonner comme un con à une simple petite caresse. J'ose même pas imaginer ce que ça va donner après. Je vous le dis, incapable de me tenir quand je suis avec elle. Soit je gueule, soit je lui saute dessus. C'est chaud de trouver un juste milieu. Après je me dis que c'est parce que c'est les seules options qu'elle m'a laissé depuis 15 jours mais je suis pas sûr que ça s'arrange beaucoup avec le temps en fait.

"Je te trouve vachement satisfaite de voir que je suis aussi faible. Je dois prendre peur ou pas ?"

Ouais je prends ça à la légère, tout ça tout ça. Et je suis pas du tout en train de m'imaginer ce qu'elle pourrait faire d'autre, pas du tout. Je suis con, je sais. Bon, je vais pas me focaliser là-dessus hein, surtout que le reste est vachement plus intéressant. J'aime bien ce qu'elle dit alors que normalement ça devrait me faire flipper. Sauf que je flippe pas pour les bons trucs avec elle. La logique, depuis que je l'ai trouvée chez Sid', s'est barrée comme une connasse.

"Vrai que c'est un bon début. Vachement plus crédible que la baraque trop classe sur deux étages."

Et d'un coup, j'ai un tas d'images qui se succèdent, des regrets, des envies de croire que les choses pourront s'arranger un jour et qu'on pourra vraiment se dire chez nous, le tout partagé avec l'idée que tout ça va tôt ou tard se casser la gueule. Alors autant en profiter tant qu'on le peut non ?

J'embrasse ses doigts quand elle serre ma main et j'ai un mince sourire au reste de ses propos.

"Comme ça on se prendra la tête que quand c'est nécessaire. Ca me parait pas mal non ?"

Enfin, on trouvera toujours des motifs pour gueuler, je m'inquiète bizarrement pas trop pour ça. Je lâche un ricanement quand elle fait mine de vouloir regarder mon cul avant qu'elle n'embraie sur la caisse que le paternel m'a offert. J'ai un hochement de tête et je grimace quand elle me rappelle qu'il a bien gueulé. Vrai que je m'y étais pas attendu. Au moins pour le coup, je peux pas dire que j'étais invisible vu que j'ai cru qu'il allait me massacrer. Et, au reste des ses propos, j'ai un sourire amusé, même si une part de moi ne peut s'empêcher de se dire qu'en fait, je fais ressortir le mauvais coté des gens. Voilà le genre de trucs qui lui plairait carrément pas alors je préfère me taire. Enfin, ne pas dire ça quoi. Je peux quand même pas m'empêcher de lâcher, non sans sarcasme.

"Pas ma faute si vous avez tous des caractères de merde. C'est moi qui sait pas m'entourer en fait c'est ça ? A croire que j'aime les chieurs… et les chieuses."

Je la fixe un instant avant qu'on continue sur le sujet et que je secoue la tête, amusé.

"C'est le genre de programme que je peux faire qu'avec une chieuse. Faudra que je lui en parle quand je la croiserais donc."

Bon, pour avoir l'air détaché et faire genre on maitrise totalement les sous-entendus, y a pas à dire, on est pas vraiment doués. Mais alors tellement pas. Heureusement qu'il y en a pas un qui le pointe du doigt, sinon je sais pas trop où on pourrait se mettre tous les deux. J'arrive quand même à sourire et, je sais pas trop pourquoi, j'effleure doucement sa joue avant de souffler, d'un ton vachement plus assuré que je m'en pensais capable.

"Ok, je prendrais le temps qu'il faut pour les intérêts alors.  Mais c'est cool qu'li y ait pas de limites de dates…"

Bon, autre que les trucs qui essaient de nous bouffer ou de nous tuer dehors. Mais je vais éviter de plomber l'ambiance alors que là, clairement, ça se passe bien non ? Je sais que je suis con, mais pas encore à ce point là. Alors forcément, je toussote, un peu mal à l'aise, sans bien savoir si elle déconne ou pas.

"Je… c'est pas bien ? T'es du genre indépendante, je suis à personne, tout ça, tout ça ?"

Je la fixe, un peu indécis, sans bien savoir comment réagir en fait. Tout va bien quoi. Ca va qu'on déconne sur mon pull pourri, au moins là je peux raconter un peu n'importe quoi. Même si bon, dans le fond, ce qu'elle me fait un peu bizarre aussi. Bon ok, tout est sujet à interprétation j'ai l'impression et, bien évidemment, je suis pas sûr de piger où elle veut en venir. Mais là, c'est assez clair pour que je me marre et que je souffle, avec un sourire en coin.

"Et tu ferais quoi alors si je dis à une nana que je veux la voir nue ? Non pas que ça soit dans mes projets, mais je suis curieux. Surtout que là, y en a qu'une que je veux voir comme ça…"

Forcément, là elle vire son pull, donc ça dérape un peu. Enfin , ça commence. Et putain, ça me plait. J'ai un soupir de contentement alors que je la plaque contre moi en essayant de pas donner l'impression d'être en train de perdre pied totalement. Pourtant c'est le cas. J'arrive quand même à lui répondre, d'un ton aussi doux que possible.

"J'espère que tu seras pas tout le temps gentille. On sait tous les deux que ça me ferait chier. Mais on peut essayer de parler ouais. Et si ça marche pas, on gueulera. C'est bien aussi."

Pour une fois, je relève pas ses bouts de phrase, qu'elle arrive pas à finir, parce que ça m'arrange de pas pointer du doigt des sentiments qui me font flipper. Ou des sujets qui vont m'énerver. Parce que si elle est pas patiente, moi je sais que je me braque facilement. Au moins j'en ai conscience, même si je fais rien pour changer. Et pourtant, je la fixe en souriant sans rien dire, effleurant ses lèvres avant de souffler, dans un murmure.

"C'est con mais ça me fait bizarre de t'entendre dire qu'on est ensemble. Mais j'aime bien. Et je pense pas qu'on puisse se prendre plus la tête qu'on la déjà fait."

Et elle sourit. Ce qui ne fait que me faire encore un peu plus plaisir. Normal quoi. Faudrait être con pour préférer quand elle est de mauvais poil non ? J'arque quand même un sourcil à ses propos, jetant un bref regard à la marque sur mon épaule avant de rétorquer, toujours avec le sourire.

"Bon j'irais pas jusqu'à dire que j'aime quand tu me marques mais vu que j'aime bien le contexte… on va dire que je pourrais faire un effort si tu fais pas ça gratuitement quoi."

J'essaie de pas trop me focaliser sur tout ce que ça sous-entend de plus profond que le simple fait de prendre notre pied ensemble. Parce que déjà ça, ça fait bizarre alors le reste, j'en parle même pas. Et pourtant, elle vient de dire qu'on était ensemble non ? Et je me sens des instincts de propriétaire que je me soupçonnais même pas avant donc bon, y a un moment, faut arrêter de se leurrer. Enfin là, tout de suite, je préfère profiter du moment présent. Même si avant, je me sens obligé de mettre deux trois trucs au clair. Je me sens particulièrement con mais sa réponse me rassure, me fait rire, nerveusement alors que je l'embrasse sur la joue.

"Ouais la peur de mal faire, de me dire que ce sera pas aussi bien pour toi que pour moi, que tu trouves ça ridicule… ce genre de trucs."

C'est fou de flipper autant alors que bon, on a plus 15 ans et surtout, c'est pas comme si on l'avait pas déjà fait quoi. Voilà, j'ose même plus dire ou penser au mot sexe. Putain, ça craint Griffin, vraiment.  


_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Sam 23 Juil - 18:20

Je fronce sensiblement les sourcils alors qu’il baisse les yeux. Et je me répète, mais j’aime vraiment pas quand il fait ça. Quand il évite mon regard, comme s’il disait des conneries, comme si moi je disais trop de conneries, comme s’il pouvait pas me croire ou je sais pas quelle autre connerie encore. Quand il fait genre il s’en fout, comme si c’était pas important, comme si ça le touchait pas. Parce que c’est clair que ça fait partie des dizaines de trucs à la con qui lui trainent sans cesse dans sa tite tête. Parce que ça le fout en l’air et qu’il veut même pas s’en rendre compte… Enfin si, là, un peu…

« Je sais… Mais que tu le sois pas pour moi, c’est déjà bien… non ? Et je te traitais pas de con avant… Mais bon, j’avais 13 ans, j’étais naïve, je me rendais pas compte à l’époque. » J’esquisse un sourire. « … Et t’es plus tout seul, je suis suffisamment chiante et têtue pour que… pour t’aider à aller mieux, quel que soit le contexte… On a le temps… »

Je sais même pas s’il se rend compte en fait. D’à quel point il se rend malheureux tout seul. De combien j’aime pas le voir comme ça, que j’ai jamais aimé d’ailleurs, pas plus maintenant qu’y a 10 ans… Alors ouais, je sais bien que la situation est merdique, qu’y a des trucs qu’il pourra jamais récupérer ou réparer, mais bordel, faut quand même arrêter, c’est pas comme si genre on avait pas assez de soucis en dehors de ça.
Et si ça l’amuse quelques instants, qu’on soit aussi chiants l’un que l’autre, moi, là, ça m’énerve. Surtout quand il insiste, ou quand je réagis comme une conne surtout, parce que merde, en fait, j’avais carrément pas envie de dire tout ça. Enfin si. Je vais pas me leurrer, ouais, si je le dis, c’est que je le pense, mais il en a déjà assez non ?... Sérieux, depuis quand tu penses à lui avant de penser à toi ? Depuis quand le fait qu’il aille bien, ou même de pas vouloir en rajouter, c’est plus important que le fait de lui dire ce que tu penses et de l’envoyer bouler ? Merde, ça craint.
Et non seulement il évite mon regard, et pas qu’un peu, mais il a limite l’air de vouloir disparaître. Et ça me fait bien trop mal. Sa voix me serre le cœur et je secoue la tête. Je voulais pas ça. Je suis vraiment pas douée.

« Tu pouvais pas savoir… Tu serais resté, pour de vrai, pour la petite sœur de ton pote ? Arrête de dire des conneries. Et arrête de t’excuser. Et je t’ai pas dit de rien demander, juste… pas trop d’un coup… » Oh putain… Je lève ma main vers sa joue, que j’effleure doucement, avant de resserrer mes bras autour de moi. « C’est juste que tu… que je… qu’on aurait pu… être… enfin… Ne pas être… seuls… Enfin… » Ouais, j’empire le truc je sais. Je me force à lui sourire un peu en haussant les épaules et en essayant de croiser son regard. « Je suis là maintenant. Okay ? »

Ouais, pathétique. Pourtant, je lui en veux toujours, je le sais. Et c’est encore pire en imaginant qu’il aurait pu rester, que… putain, qu’on aurait quoi ? Qu’on serait restés ensemble ? Qu’il aurait fini par tomber amoureux de la gamine aux couettes que j’ai été ? Sans déconner ? C’est même plus pathétique à ce niveau, c’est carrément minable. Mais le pire, c’est que je m’en fous dans le fond. J’ai pas envie de le voir comme ça. Je veux pas qu’il soit si triste, si… mal. Ouais, surtout que c’est de ma faute. Ça pourrait être marrant de me dire qu’y a pas si longtemps, c’est ce que je voulais, l’envoyer chier et lui faire aussi mal que ce qu’il m’avait fait… Mais ça l‘est pas. Encore heureux qu’on parvient à passer à autre chose et qu’il retrouve le sourire, sinon j’aurais pas pu. Mais pour changer, j’arrive à oublier beaucoup de choses alors que je suis dans ses bras. Ouais, flippant, je sais. Mais il rit et c’est tout ce qui compte.
Je fais la moue, avant de sourire un peu, frottant mon nez contre sa mâchoire.

« Alors… Juste moi… tout le temps… c’est… bien. Tant mieux. Je suis la seule à te donner autant envie… Cool. »

Plus que cool. Chelou un peu quand même non ? Ouais. Sauf que tu souris quand même comme une idiote. Genre comme le sourire qu’il arbore là quand je lui réponds, son sourire de benêt. Oui, je suis un peu gênée, mais il l’est plus que moi non ? Ouais, bien sûr que ouais… Même s’il fait genre il gère… Il fait juste genre hein ?

« Non. Enfin, si, y avait des loosers, mais certains étaient… bien. Mais ils étaient pas toi.
Et ça ferait 13 ans, pas 10. Mais rassures-toi, même si durant tout ce temps, je t’aurais sans doute un peu idéalisé, et même si j’ai une imagination très fertile, y aurait pas de pression à avoir. Même si c’est vrai que je pourrais attendre beaucoup si tel était le cas… »


Je lui souris, amusée. Oui, ça m’aide de raconter des conneries… qui ne sont pas si fausses que ça. Je devrais peut-être lui dire qu’il se débrouille plutôt pas mal pour le moment. Malgré moi. Ou pas. Peut-être qu’il peut faire encore mieux. Ou peut-être que ça me semble parfait justement parce que c’est lui. Je sais pas trop en fait. Ouais, mais non, y a vraiment quelque chose, enfin, je veux dire, c’est pas seulement moi, c’est… enfin y a un truc entre nous, pour de vrai, non ?

« Faible ? C’est plutôt flatteur pour moi que t’oublies tout le reste, donc ouais, je suis vachement satisfaite. Quant à avoir peur… Je sais pas trop, je pourrais trouver des trucs pour tester ouais. »

Et à vrai dire, j’ai pas mal d’idées qui me viennent… Bon, ok, pas forcément pour tester, mais juste pour qu’on… Bref. Et oui, évidemment, j’ai des flashs ici même, ou là, ou là-bas ou… Oui, bon, on a compris l’idée. Et je suis même pas trop perturbée par ce qu’il dit. Ou ce que je dis. Ou pense. Enfin, si, mais bizarrement, moins que ce que je devrais. Ouais, bon, un peu quand même, même si je considère déjà cet endroit comme un chez-nous… J’ai jamais nié être un peu contradictoire hein.
J’ai un sourire, les yeux rivés sur mes doigts qu’il embrasse. Arrête de buguer pour rien s’il te plait.

« Que quand c’est nécessaire… Concept original. C’est pas mal oui. »

Et son rire disparait à nouveau alors qu’on parle de son père. Ça, ça va être le sujet plus que compliqué à aborder oui. Et le fait qu’il se sente si invisible et pas à la hauteur n’est qu’une partie du problème. Ouais, la partie émergée de l’iceberg. Surtout maintenant qu’il pourra plus lui gueuler dessus et qu’il va juste se sentir coupable pour tout et n’importe quoi. Encore plus qu’avant je veux dire. Et si je sais que c’est pas gagné, qu’il me dit sans doute pas ce qu’il pense, je ris malgré tout à sa réponse.

« Ouais, t’as un vrai talent pour t’entourer d’emmerdeurs, ça doit être ça. Mais heureusement. Tu t’ennuierais avec des gens trop gentils, tu le sais. Les chieurs, c’est bien. Et j’ai pas que un caractère de merde, je sais être cool aussi… parfois… »

J’esquisse un sourire et effleure ses lèvres des miennes.

« Oui, parles-lui-en, c’est une bonne idée. »

Et mon cœur s’accélère comme un con sous sa caresse, ou à cause de ses paroles, ou les deux. Pas de limites de dates. Je hoche la tête. C’est cool. Pourquoi ce serait flippant, c’est juste quelques paroles, ça veut rien dire, pas vrai ? Pas vraiment, pas comme si ça avait plus de valeur que… Ça va, tout va bien. Je le regarde alors qu’il semble hésiter d’un coup. Oui, tout va bien. Je le dévisage quelques secondes et hoche la tête.

« Quelque chose dans le genre oui. Je m’en suis plutôt bien sortie toute seule je crois, et j’en suis plutôt fière. Et jusque-là, j’ai jamais eu envie de… Enfin, ça m’a toujours gavé qu’un mec me considère comme sa propriété…
Mais… tu peux. Dire que je suis à toi. Toi, tu peux. »


La, voilà, c’est dit. Je suis pas certaine de capter moi-même, mais j’aime bien, venant de lui. Et puis, pour être tout à fait franche, je me sens légèrement possessive avec lui. Bon, oui, depuis un certain temps déjà j’avoue, même quand j’avais envie de le cogner. Donc qu’il le soit aussi, en quelque sorte, c’est un échange équivalent… Ou une connerie du genre. Ouais…
Je plisse les yeux.

« Curieux ? Tu veux savoir ce que je te ferais à toi ou à elle ? Tu te rends compte que je fais mal quand je frappe vraiment ? Et que je peux vraiment gueuler fort ? Et que je peux vraiment être une connasse ?
N’essaie pas avec d’autres, une seule, c’est très bien. Tant que c’est moi. »


Je souris, même si je suis assez sérieuse en fait. Et s’il veut plus de toi, tu feras quoi pour de vrai ? J’en sais rien, j’ai pas envie d’y penser, du tout. Surtout alors qu’il me serre contre lui et que je suis trop horriblement bien. Je souris, détournant un peu les yeux.

« Oui, c’est bien, très bien. Ce sera cool. »

Et j’ai pas du tout l’air assuré, contrairement à lui. Mais je suis pas la seule à flipper et à m’interroger, pas vrai ? Même si là, en l’occurrence, j’ai pas envie de connaître la réponse à toutes mes questions. Ou peut-être jamais, parce que ça implique trop de choses, et que je suis pas prête, que je veux pas, que je sais pas. Bref, on verra plus tard, c’est bien plus tard.
Je souris timidement.

« Je pense pas qu’on puisse non plus, mais avec toi, avec… nous, on sait jamais. Et ça me fait bizarre aussi, mais… c’est ce qu’on est… ensemble ?... Non ? »

Non ? Ou je me prends la tête pour rien. Ce qui est possible aussi. Probable même. Pourtant… j’aime bien aussi. Même si c’est bizarre oui. Dire nous, c’est… chouette. Dire qu’il est à moi aussi. Quoique ça sous-entende. Je ris un peu en le regardant.

« Faire un effort ? Trop gentil… Et genre, je pourrais pas te mordre là sans rien en échange ? C’est du chantage ? »

Non, j’ai pas envie de le mordre juste pour voir. Juste parce qu’il… est à moi. Non, je le ferais pas. je repousse tout ça dans un coin de mon esprit, avec tout le reste. Non, ni courage, ni franchise, mais je m’en fous, c’est trop et si j’y réfléchis trop, je vais juste prendre peur, et m’enfuir je crois. Encore. Et j’ai promis. Et en vrai, je veux pas m’éloigner de lui. Ni maintenant, ni plus tard.
Et c’est vraiment con, mais ce qu’il dit me rassure un peu. Même si on s’avoue être l’un et l’autre totalement crétin en vérité. Ou pire ouais. Mais je suis pas la seule dans ce cas, et j’en demande pas plus du coup. Et putain, je suis à califourchon sur lui, on a couché ensemble, et mon cœur s’arrête pour un bisou sur la joue ? non mais sérieusement ? Je grimace un sourire alors que je réponds dans un murmure.

« Ce genre de trucs ouais… Mais c’était bien hein ? Plus que bien même… non ? Et si ça peut te rassurer, rien de ce que tu as fait n’était ridicule ou mal. C’était… C’est parfait. »

Enfin pour moi. Mais il a aimé aussi non ? Donc… Mais vu qu’il doute autant, je sais pas. Oui, mais si, il l’a même dit que c’était tellement bon que… Bon bref, mais j’imagine rien quoi. Je flippe, il flippe, alors que c’est juste… Okay, un peu flippant, mais wahou quand même.


_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.©️ by anaëlle.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1185
Membre du mois : 0
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Dim 24 Juil - 18:33

J'aime carrément pas où cette conversation nous mène. Elle me fait dire bien trop de trucs et j'ai l'impression de passer pour le pleurnichard de service qui dit que de la merde et qui essaie de se faire plaindre. Pourtant, c'était pas vraiment ce que je voulais faire de base, mais vraiment pas. Je devais juste l'envoyer chier et me tirer. Bon et voir comment elle allait. Et si elle faisait pas trop la gueule, éventuellement la tirer tout court.

Putain, ça c'était hyper classe Ethan. Mais alors tellement. Pour un peu, j'ai envie de me foutre des baffes. Bon, pas qu'un peu en fait. Je réprime difficilement un soupir en me rendant compte qu'en plus, je me sens coupable de penser ça. Fait chier. J'arrive quand même à me bricoler un morceau de sourire et à hocher la tête au reste de ses propos.

"Ouais, ça peut pas être pire de toute façon non ? J'veux dire, je me sens plus vraiment invisible maintenant et… bref. Encore heureux que tu me traitais pas de petit con quand t'avais 13 ans. Non mais."

Bon et bien évidemment, j'en rajoute une couche en étant encore plus con que d'habitude. Putain mais ça va durer longtemps ou je vais enfin finir par réagir de façon à peu près cohérente ? Et là, clairement, ça tient du miracle que je me tire pas. Je pense que je l'aurais carrément regretté si je l'avais fait mais putain, c'est hyper tentant. Ca m'éviterait de me sentir hyper mal comme ça, d'avoir encore l'impression d'avoir mis les pieds dans le plat, ce genre de trucs quoi. J'ai carrément du mal à la regarder dans les yeux et je me contente de hausser les épaules, fixant ses chaussures, avant de répondre, dans un murmure.

"J'en sais rien. Mais j'aurais pas du dire tout ça. Je… désolé, je ferais attention à ce que je raconte. Même si ouais, on aurait pu."

On aurait pu quoi ? J'en sais foutrement rien en fait. Mais je me suis privé de plein de trucs en agissant comme ça. Encore des regrets à rajouter à cette putain de liste beaucoup trop longue à mon goût, surtout la concernant. J'arrive même pas à répondre quand elle a l'air d'attendre une confirmation de ma part, les mâchoires contractées, alors que j'essaie de reprendre un semblant de contenance. Ca marche à peu près et on arrive quand même à passer à autre chose. De grave gênant mais au final, tout est mieux que cette discussion. Et puis, elle est dans mes bras, je vais pas me plaindre si ?

"Ouais… et autant te dire que c'est la première fois que ce genre de trucs m'arrive. C'est un peu… perturbant. Ca va que je te laisse pas indifférent, sinon je me serais senti très con."

J'arque un sourcil au reste de ses propos. Ouais alors là, arriver à faire genre va devenir un rien plus compliqué quand même, autant le dire tout de suite. Ca me met pas du tout la pression d'avoir été dans sa tête tout ce temps mais bon, on va pas se rajouter des obstacles alors que je galère assez comme ça hein.

"Encore heureux que tu sois tombée sur des mecs biens. Enfin, ça va qu'ils étaient pas assez biens pour que t'aies eu envie de rester avec eux. Hum. Bref."

Ouais t'enfonces pas à nouveau sur ce terrain-là, ce serait intelligent.

"Pour ce qui est de l'imagination…"

J'arrive quand même à lui décocher un clin d'œil sans rien ajouter. Putain le miracle quoi. Enfin, au moins, je fais presque mine d'être détendu quoi. Ce qui est tout sauf le cas mais ça, c'est un détail. On raconte peut-être pas les trucs les plus intelligents du monde mais j'arrive à me sentir un peu plus à l'aise à mesure qu'on cause et que je la sens tout contre moi. Je pense que c'est surtout ça qui aide en fait à la réflexion.

"Ouais faible. Mais t'arrives effectivement à me faire oublier beaucoup de trucs Lancaster. A un point que ça me fait un peu flipper."

Je suis vachement plus sérieux que je l'aurais voulu mais c'est sorti tout seul en fait. Bon, avec elle, ça m'arrive un peu trop de balancer des trucs comme ça et de trouver ça naturel. Je devrais plus m'inquiéter à force. Et merde, on dirait que ça fait des mois, des années même qu'on est ensemble. Alors que pas du tout. Ca aussi c'est pas normal putain. Je prends une inspiration, me focalisant sur ce qu'elle raconte. Un chez nous. Ok, je suis pas le seul à bugguer un peu en fait. Autant aller jusqu'au bout alors non ? Je hoche la tête, malicieux quand même l'espace d'une seconde, avant que ça manque de déraper à nouveau. Forcément, on cause de mon père.

Mais ça passe. Elle est pas dupe mais elle insiste pas, se contentant de ma connerie et surenchérissant même dessus. C'est cool. Je pense qu'on a eu notre dose de prise de tête non ?

"Ouais j'avoue, les gens gentils, c'est chiant. Mais je sais que t'es cool des fois. Presque autant que moi, même."

Et j'ai un rire à sa répartie, laissant de coté tout ce qui me prend la tête l'espace d'une seconde.

"Je suis pas sûr que je penserais à lui dire, je serais trop occupé à vouloir l'embrasser."

Si j'arrive à rester à peu près stoïque, enfin si on peut dire ça, quand on parle de dates, je le suis un peu moins pour cette histoire de propriété. Je guette sa réaction, me demandant à quel point j'ai merdé mais en fait non, ça va. Je retiens un soupir de soulagement avant d'esquisser un sourire.

"Tu fais une exception pour moi donc ? C'est cool. Enfin, je suis pas vraiment habitué donc je sais pas trop ce que ça implique en fait."

J'ai une grimace pensive avant de ricaner carrément à sa réaction quand je parle d'une autre fille.

"Là, présenté comme ça, ça donne pas trop envie de tester en fait, j'avoue. Mais j'ai de toute façon pas envie d'essayer avec une autre, même pour la déconne."

Et puis, y a pas de raisons que ça se passe mal non ? Qu'elle en ait pas marre de moi par exemple ? Qu'elle se rende pas compte que je suis qu'un looser et qu'elle veuille pas aller voir ailleurs… ce genre de conneries quoi. Et merde, je peux pas juste profiter du moment sans me prendre la tête comme un con ? Surtout avec ce qu'elle dit. Si je dois m'inquiéter, ce sera plus tard, quand elle sera moins enthousiaste, quand elle voudra plus être dans mes bras, quand on fera que gueuler. Ou pire encore, quand elle arrêtera de gueuler. Là je pourrais m'inquiéter pour de bon.

"… ouais, on est ensemble. Mais genre, je dois parler de toi comme de ma copine… ou tu préfères un autre terme ? Ou rien du tout ?"

Ouais, question hyper importante hein. Qu'est ce que je suis con.  Enfin, pour le moment, ça a pas l'air de trop lui prendre la tête, pourvu que ça dure. Ou que je m'en rende avant d'aller trop loin. Ce qui, me connaissant, n'arrivera certainement pas. Normal quoi.

"Bin ça dépend du contexte si tu me mords. C'est pas du chantage, c'est un constat Lancaster, mélange pas tout."

Et si je me sens con en lui racontant le reste, ça va à peine mieux avec ce qu'elle me dit. Enfin, n'importe quel mec normalement constitué l'aurait déjà basculée sur le canapé sans chercher plus loin. Je suis carrément pas normal à lui parler comme ça en fait. Mais non, au lieu d'être logique, je continue de causer alors qu'elle est à moitié à poil, installée sur moi sans même que j'ai eu à demander quoi que ce soit.

"C'était carrément bien. Plus que bien. J'ai… bref, c'est pas le genre de trucs qui m'est arrivé souvent que ce soit aussi bien tu sais. Pour pas dire jamais en fait. Mais tu me croiras pas si je dis ça je parie. Enfin… c'est cool en tout cas si c'était parfait pour toi."

Et je la fixe, partagé entre l'envie de rire pour me foutre de notre situation à la con ou de l'embrasser pour qu'on arrête de se prendre la tête. Comme je sais pas quoi choisir, je continue de la fixer.


_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Lun 25 Juil - 12:47

Je le fixe, me mordant l’intérieur des joues, alors qu’il semble plus que mal à l’aise. Et oui, ça prendrait du temps de savoir comment on en est arrivés là, à limite marcher sur des œufs, alors qu’il était tellement en colère en arrivant. Et moi tellement mal. Et là, j’ai juste envie de le faire aller mieux lui. Non, c’est pas vraiment nouveau, juste que ces derniers jours, ça avait pas été au centre de mes préoccupations. Et j’arrive vraiment pas à piger comment on peut passer à de telles… confidences ouais, alors qu’on gueulait tellement chacun quelques minutes auparavant. Ça devrait pas être aussi facile, ou simple, non ? Bref ouais. Je hoche la tête, mon simili sourire toujours en place.

« Non, à l’époque, c’était plutôt le grand crétin ou simplet n°2… Enfin, ça marche encore ceux-là remarque… »

Parce que bon, il a pas trop changé sur certains trucs. Sur pas mal de trucs en vrai, et malheureusement, c’est un peu ses casseroles qu’il se trimballe. Mais bon, le bon côté, c’est que je dois déjà en connaître la majorité, alors je devrais pouvoir gérer. Et j’ai même pas envie de savoir pourquoi je dois savoir… pourquoi j’ai envie de savoir gérer ça. Parce que quoiqu’il dise, quoiqu’il fasse, y a toujours un truc qui cloche. Ouais, c’est peut-être un peu moi aussi qui prends les trucs mal j’avoue. Mais là, c’était un peu beaucoup, faut pas pousser. Même si j’y ai été fort aussi, et que je m’en veux. Non, ça, c’est moins commun avec moi. Je secoue la tête quand il répond dans un murmure, sans oser davantage me regarder. Merde.

« Non. Fais pas attention. Si tu peux pas me parler comme tu veux à moi, alors…  alors je sers à rien. C’est juste… Okay, on fera tous les deux un peu attention… Et si y a un problème, on gueulera… pour changer. Et ça ira. »

Et on va ignorer le ‘on aurait pu, si…’ parce que ça, c’est un peu trop douloureux, et carrément trop délicat. Parce que c’est plus sa spécialité à lui de vouloir refaire le monde avec des ‘et si’, mais je me rends compte que quand ça le concerne, j’en fais vachement facilement aussi des ‘et si’, et ça craint. Vraiment. Donc, on va se recentrer sur le présent et se contenter de ce qu’on a. Et c’est déjà beaucoup non ? Ouais. C’est même presque trop en fait. Mais c’est cool. Flippant, mais cool.
Je le fixe, clignant des yeux, perdant un peu la contenance que j’avais réussi à conserver avant.

« … La première fois ?… Enfin, je veux dire… Je euh… Je comprends que je te plais et je dis pas que je suis pas jolie, tout ça tout ça, mais euh… Sérieux ? »

Perturbant tu m’étonnes… Moins perturbant toujours est-il que de l’apprendre parce que bon, c’est un peu réciproque. Même si c’est pas tout à fait pareil pour moi. Je souffle un rire à sa réponse, retrouvant un peu de malice.

« Ils étaient jamais assez bien sur le long terme. Et je dois en conclure que tu es heureux d’apprendre que j’ai pu avoir le cœur brisé et que j’ai été célibataire trop longtemps ? »

Je lui souris, mes doigts glissant dans son cou. Ouais, je doute pas qu’il ait suffisamment d’imagination non plus. Cool. Enfin, j’en doutais pas vraiment, et en même temps, c’était pas vraiment ce qui m’inquiétait n’est-ce pas… Mais bon… Dire des conneries, c’est cool. Un peu une habitude avec lui, mais soit c’est ça, soit c’est des trucs plus sérieux et y a 8 chances sur 10 qu’on gueule, donc à choisir dans l’immédiat…
Quoique là, il redevient sérieux, et j’ai pas envie de gueuler plus que lui. Alors je me contente de répondre dans un murmure, comme si je pouvais parler de ça tous les jours.

« Comme ça on est deux aussi là-dessus. C’est dingue le nombre de trucs qui nous font peur qu’on a en commun… J’ai peur des clowns. Toi aussi ? »

Quoi ? Ça dédramatise un peu non ?... Bon, pas forcément, mais voilà… Mais au bout d’un moment, tu veux que je fasse quoi ? On s’engueule, on se balance des vacheries et on se raconte plus de trucs qu’à n’importe qui. Bon, d’accord, le seul à qui je parlais autant est pas là, mais quand même… C’est chelou. Je l’ai déjà dit l’autre fois. Trop rapide, trop naturel, trop tout. Flippant quoi. Et addictif ouais. Ou c’est lui qui l’est, addictif, mais ça revient au même au final.
Et c’est pareil, c’est bien le seul avec qui j’ai autant envie de gueuler, le seul à qui je veuille ouvrir les yeux sur pas mal de trucs, et le seul avec qui je sache autant passer outre ou sous silence quand il le faut.
Et je ris en l’entendant, secouant la tête.

« Presque autant hein ?… »

J’enfouis mon nez contre son cou quand il rit à son tour.

« Elle comprendra alors… »

Ouais, ça, je comprendrais. Contrairement à d’autres trucs, que je veux pas forcément comprendre non plus. Mais entre les dates et sa possessivité, là, je pourrais commencer à flipper un peu, encore, à nouveau, pour changer. Mais non, pas trop bizarrement. Même quand il ricane et parle d’une autre fille.

« Ouais, une exception. » J’effleure son sourire du pouce.
« Pas habitué ? À être possessif ? Moi je le suis vachement, mais je l’ai toujours été, alors j’ai l’habitude. Genre pour l’autre fille, heureusement que t’as pas envie d’essayer, parce que ça aurait vraiment tendance à m’énerver et à me foutre en rogne. »

Même pour la déconne. Mais il veut pas, alors pas de quoi être possessive non ? Ce serait con. Ouais, carrément. Parce qu’à force, il en aurait peut-être marre quoi. Surtout que je suis déjà plus possessive avec lui qu’avec n’importe qui d’autre. Même si, le bon côté en l’évitant autant, c’est qu’il a pas pu s’en apercevoir, ni lui ni les autres d’ailleurs. Et tu vas faire des efforts pour que personne ne s’en aperçoive, pas vrai ? Ouais, carrément.
Et alors que je flippais presque la seconde d’avant, je me retrouve avec un léger sourire débile en le regardant.

« Je sais pas. Pas rien non, je suis pas… rien. Mais je sais pas. Copine, ça fait… Oui, ce sera bien. »

Ça fait léger, copine, non ? Enfin, je suis plus que… Ta gueule, vraiment, tais-toi, parce que non, t’es pas plus, t’es même pas ça, t’es… Okay, j’ai compris, c’est bien copine…

« Et donc, ça fait de toi… mon copain ? Enfin, dans le sens… ouais, petit ami… okay… »

Tu flippes pour rien dès fois sérieux, ça en devient ridicule. Non, ça devient… réel, sérieux, factuel… flippant quoi. Je retrouve un semblant de sourire en parlant des marques, genre c’est moins grave de dire qu’il est à moi… Ouais, la logique et la cohérence hein, comme dit…

« Un constat… »

J’approche mes lèvres de son cou, et je descend jusqu’à sa clavicule en le mordillant, un sourire aux lèvres. Bon, en vrai, je suis contente qu’il parle, parce que ça me rassure et me permet de lui dire un peu les mêmes choses. Genre on s’avoue qu’on ressemble à des puceaux quoi, normal, tout va bien dans le meilleur des mondes possibles. Et même si je me sens moins seule, ça n’en reste pas moins ridicule. Je le dévisage, sachant pas trop quoi dire, ni comment.

« Si tu me dis que jamais une nana… Que ça a jamais été aussi bien avec une nana ? La première fois comme… le fait de te faire autant d’effet ?
J’en sais rien. Tu me croirais toi si je te le disais ? Si je te disais que je suis jamais senti aussi bien avec un mec ? Que ça a jamais été aussi… puissant et rapide ? Enfin, rapide, dans  le bon sens, pas rapide… Oh merde, t’as pigé quoi. »


Putain, j’arriverais presque à m’énerver toute seule à être aussi conne sérieux. Et t’as vraiment besoin de raconter ça ? D’en rajouter ? Je sais pas trop. Mais c’est tellement étrange, que dans un sens… C’est compliqué et… j’en sais rien, et le fait qu’il me dévisage comme ça m’aide pas.


_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.©️ by anaëlle.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1185
Membre du mois : 0
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Mar 26 Juil - 19:13

Non mais, va vraiment falloir que j'arrête de me prendre la tête comme ça, pour rien. Enfin, c'est pas pour rien, mais je me dis que j'ai déjà assez de raisons de péter un câble sans m'en rajouter quand y a pas besoin. Ok, mon cerveau fait des liens qu'il faut pas et j'ai des idées à la con qui me passent par la tête. Le plus intelligent que j'aurais à faire serait de me tirer même si, plus ça va, moins je m'en sens capable. Au moins je la laisserais en paix et j'éviterais de lui polluer le crâne avec tout ce que j'ai déjà moi à gérer. Mais non, je reste comme un con et je lui parle. Je lui balance plus de trucs que j'en ai jamais balancé à personne, des bons comme des mauvais trucs d'ailleurs. Bref, je me focalise sur elle en essayant de sourire à sa réplique. Je suis sûr que je suis presque convaincant. Bon, pas tout à fait mais Eliott est assez cool pour le coup pour pas trop le pointer du doigt.

"Numéro deux ? Genre, j'étais même pas le premier. C'est moche."

Et qu'il me vienne pas à l'idée que je puisse être le numéro 1 parce que Sid' est mort, ce serait moche. Bon, ok, ça me vient à l'idée. Et merde. Je cille un instant, essayant de mettre ça aussi de coté. Putain, elle a raison en fait, y a trop de sujets qui fâchent chez moi, ça craint à la longue. Enfin là c'est elle qui s'énerve un peu mais bon, c'est encore de ma faute en fait. Pour changer. Je peux vraiment rien dire ou faire de bien en fait ? Faut toujours que ça parte en vrille ou c'est juste une impression ? Je hausse les épaules après avoir laissé échapper un soupir et je réussis à lever les yeux dans sa direction avant de souffler, un peu indécis.

"C'est juste que je veux pas te… enfin te blesser. Je déconne déjà pas mal, j'ai pas envie d'en rajouter. Et je t'ai fait assez de mal comme ça. Et tu sers pas à rien, t'inquiète pas pour ça."

J'essaie de passer sur le reste, de pas m'enfoncer sur une route qui ne ferait qu'empirer les choses entre nous. Déjà qu'on s'en sort à peine sans trop de dommages, je vais éviter de trop déconner Alors ouais, gueuler c'est bien. Ca me donne l'impression de maitriser un peu la situation. Ouais, je sais, c'est ridicule, j'avoue. Mais au moins j'en ai conscience, c'est pas mal non ? J'arrive même à sourire en voyant qu'elle a l'air d'un coup un peu moins à son aise. Chacun son tour tiens. Ouais c'est petit mais je le vis bien pour le coup. J'ai un sourire en coin alors que je la regarde de bas en haut avant de rétorquer, d'un ton plus assuré que je l'aurais cru.

"T'es vachement plus que simplement jolie Lancaster. Mais oui, c'est la première fois que j'ai autant envie de quelqu'un."

Marrant, une fois que c'est dit, ça passe tout seul. Je peux pas faire pire de toute façon non ? Et puis, comme ça, je suis pas le seul à être perturbé, voilà voilà. Je me passe une main dans les cheveux au reste de ses propos, essayant de trouver une réponse acceptable. Je veux dire, ça se fait pas trop de dire que je suis content qu'elle se soit fait larguer si ?

"Bin… on va pas se mentir hein. Alors oui, je suis content qu'aucun de ces crétins n'ait réussi à capter ton attention assez longtemps et que t'aies pas fini avec. Sinon on serait pas là tous les deux et tu le sais. De là à dire que je kiffe le fait que t'aies eu le cœur brisé, je sais pas trop si ça te dit hein."

J'ai une grimace, guettant sa réaction alors qu'on continue de raconter des conneries. Même si je me fais plus sérieux, sans bien savoir pourquoi. J'ai un sourire à sa réponse. Faut dire que je m'attendais pas à ce qu'elle dise quelque chose en fait. Donc c'est cool, même si elle essaie de rendre le truc plus léger.

"Les clowns ? Ah ouais ? Tu sais d'où ça vient ? Moi chuis… cuniculophobe."

Et je la regarde, un large sourire flottant sur mes lèvres alors que j'attends de voir sa réaction une fois de plus. Là, niveau connerie, je pense que je suis pas mal. Surtout après avoir été aussi sérieux, ça fait un peu bizarre. Enfin c'est pas comme si mon humeur faisait encore et toujours des montagnes russes en sa présence hein. Et je continue, avec un rire, essayant de ne pas trop frissonner quand elle enfouit son nez dans mon cou. C'est fou comme elle arrive à me détendre juste en étant là, contre moi, juste parce que je sais qu'elle est là. Peut-être parce que ces derniers jours j'y ai pas vraiment eu droit, que je sais que là, les choses se sont enfin un peu calmées. Ou alors parce que j'aime ça, tout simplement. J'en sais trop rien en fait. Et je m'en fous. J'apprécie ce moment et pas qu'un peu quoi.

"Presque ouais. Je reste méga cool quand même, c'est dur d'arriver au niveau. Et j'espère qu'elle comprendra, parce que bon, j'ai du mal à piger moi-même de base."

J'embrase son pouce alors qu'elle rebondit sur le reste de mes propos, en essayant de faire genre je suis cool. Je suis crédible non ? Bon, pas tant que ça, j'avoue. Mais je pourrais faire tellement pire. Et je laisse filer un silence, baissant un instant les yeux avant de la fixer de nouveau.

"Je suis pas jaloux. Ou possessif. Je l'ai jamais été en tout cas. Mais avec toi, je sais pas, c'est différent. Enfin y a plein de trucs qui sont pas pareils de toute façon. Alors que pourtant, je gère normalement, mais là, je sais pas, c'est… enfin, c'est cool hein. Inhabituel mais cool. Donc autant dire que l'autre fille, je m'en cogne mais totalement."

A un point qu'elle imagine même pas je pense. J'ai de toute façon moi-même du mal à le calculer, alors, à moins qu'elle me cerne encore mieux que je l'aurais cru, je vois pas comment elle arriverait à faire mieux que moi… comment ça on peut pas faire pire ? Enfin bref… je sais pas pourquoi je parle de comment l'appeler, c'est pas comme si je comptais la présenter à la famille. Elle la connait déjà, tout ça et je suis sûr que le groupe entier sait déjà qu'on est ensemble. Ils le savaient probablement avant nous de toute façon.

"Ouais copine c'est bien. Même si c'est… un peu limité comme terme, c'est … enfin c'est pour dire qu'on est ensemble quoi. C'est cool."

Plus que cool, mais je vais éviter de trop m'emballer, sinon c'est un coup à ce qu'elle se case en courant. Et j'ai pas trop envie. Surtout maintenant que je l'ai dans mes bras. Quand elle mordille ma clavicule, j'ai un sursaut. Pas parce que j'aime pas ça, au contraire, parce que j'aime un peu trop. Mais j'ai un rire et je souffle, d'un ton amusé.

"Un constat ouais. Genre là, tu peux."

Bon, ok, elle peut faire ce qu'elle veut en fait, mais c'est un détail. Enfin, un de plus et, quand je vois ce qu'on se raconte, je me dis qu'on s'en fout un peu. Non mais sérieux, je lui dis que j'ai l'impression d'être un ado de 15 ans et ça la dérange même pas ? Pire encore, le fait qu'elle pense pareil me fait plaisir. Tout va bien quoi. On peut difficilement faire plus ridicule je pense. J'ai un rire à ses propos, même si je la dévore des yeux comme le crétin que je suis.

"Je te croirais. Vu que c'est pareil pour moi. Pas que je me sente bien avec un mec hein… enfin… t'as pigé."

Putain, je suis con. Mais tellement.


_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Mar 26 Juil - 22:58

Mon sourire s’agrandit un peu, se faisant un peu plus sincère, même si le sien ne l’est qu’à moitié. C’est déjà mieux qu’avant, et je vais pas trop lui en demander d’un coup. Bon, okay, je vais pas trop m’en demander non plus d’un coup. Mais lui là, il a tellement de trucs qui tournent dans sa tête, je suis sûre qu’il pourrait remplir des annales de conneries avec.

« Tu veux lui rafler sa place ? Le pauvre, il a déjà pas grand-chose pour lui sans dec… Ce serait vache de vouloir lui prendre ça aussi… »

Oui, bon, non, je voulais pas vraiment dire qu’il me piquait à Sid, mais… Ouais, bon, bref, on a compris. Et je ne reviendrais pas sur la possibilité de survie du numéro 1, parce que sérieusement, avec ou sans Ethan, j’y arriverais pas dans ce cas. Donc, pour le coup, on positive à fond. Parce que c’est obligé ouais.
Et il ose enfin me regarder, même si c’est avec hésitation. J’esquisse un sourire un peu triste quand il parle, et pour le coup, je discuterais même pas le fait qu’il dise que je suis pas inutile…

« Merci. » Je le fixe. « Je t’en ai fait aussi…. Et je… j’ai envie que tu puisses me parler. Tu comprends ? Peu importe de quoi. C’est… J’aime bien. Que tu puisses me balancer ce que tu veux, ce que tu penses, sans réfléchir, juste parce que c’est moi, plutôt que de… bah de chercher à pipoter ou mentir… Enfin bref, tu vois quoi. »

Ou pas. Mais moi, je préfère. Même si ça peut m’énerver ouais. Parce que ça m’énerverait bien davantage qu’il me mente ou me cache des trucs, même si c’était censé être pour moi ou je sais pas quelle connerie. Bon, d’accord, le mauvais côté, c’est qu’en vrai, je lui balance autant de trucs, sans vraiment plus de retenues, même si je fais gaffe quand même avec les sujets qui fâchent… qui le fâchent lui ouais. Enfin là, pour le coup, ça le fâche pas, ça le gêne. Et ouais, ça finit par me gêner un peu moi. Ouais, c’est moins cool ça. Et ça le fait marrer ce con. Et que moi, ça m’ait amusé juste avant n’est absolument pas comparable. J’arrive à retrouver un sourire, toujours un perturbé et perplexe, mais déjà mieux que rien.

« Cool. »

Ouais, on fait simple, parce que sinon, je vais encore m’enfoncer pour le coup. Non mais sérieusement, j’ai jamais eu de problèmes avec les mecs. Je sais que je suis pas la mieux foutue de la planète… quoique maintenant, je pourrais tenter de négocier ça…. Mais bref, dans l’absolu, j’ai jamais non plus doutée de moi. Je plais, je sais séduire, tout ça, tout ça. Mais avec lui là… ouais, retour à la gamine avec des couettes et un appareil, aussi hésitante qu’anxieuse. Le truc tellement con. Je le dévisage avant de répondre avec une moue et un haussement d’épaule.

« Je sais ? Peut-être… Et toute façon, je serais allée chez Sid quand même. Et toi aussi. Et j’aurais eu le même foutu caractère. Et toi aussi. Et tu, enfin, comme dit, ça fait 13 ans que je, enfin que t’es… Bref. Et si j’avais eu un mec, il aurait pu se faire bouffer… » Je grimace avant de sourire pour de bon. « Heureusement que j’avais personne ouais. Et toi non plus accessoirement. J’aurais été exécrable je crois… »

Non mais je sais, ça se serait pas passé pareil. Il m’aurait pas approché, moi non plus… Je l’aurais envoyé chier encore plus. Ou il m’aurait ignoré selon. Ou je sais pas quelle connerie. Ouais, ça aurait été moche… Okay. Oui, je viens d’imaginer que j’aurais été triste sans lui, je viens de penser que ça m’aurait manqué tout ça, que lui m’aurait manqué, je viens de me dire que j’aurais vraiment pas aimer que ça se passe autrement. Ouais. Mais tout va bien. Nickel. Pas de stress.
Je le fixe avant de froncer les sourcils, même si j’ai un sourire amusé. Il se fout de moi en fait, il le fait exprès… P’tit con.

« Tu vas t’offusquer ou te marrer que je ne sache pas ce que c’est et me laisser dans l’ignorance si je fais euuuuh quoi ? » Mon sourire s’agrandit. « Et les clowns, je sais pas. Ça m’a toujours fait flipper. Faudrait demander à Sid… le film ‘Ça’ peut-être… Sans doute… J’en sais rien.
Tu te souviens pas de la fête foraine où je t’ai presque arraché le bras en te faisant faire un détour de ouf pour rejoindre Sid ? Un clown, y avait une saloperie de clown… J’aime pas. C’est flippant. Tu vois Bienvenue à Zombieland ? J’affronterais pas de zombies clown. Jamais. Même pas en rêve. »
Même pas pour lui, qu’il se démerde avec… ouais, mytho va. Même pour Zak tu le ferais. J’ai un frisson rien que d’y penser, et je secoue la tête pour chasser cette stupide image.
« Et donc, je pose une question à la con en me demandant si c’est un truc sexuel pour te faire marrer ou tu me dis juste ce que c’est ? »

Ouais, je souris autant que lui, et ouais, je sais bien que ça a rien à voir, mais bon, je joue le jeu, c’est le but non ? Et c’est plutôt fun de parvenir aussi à parler de trucs légers et sans conséquences. Surtout après autant d’inquiétudes et autres gueulantes. Même si ça reste moins agréable que de l’entendre rire, moins plaisant que de le sentir frissonner contre moi. Mais le tout ensemble, c’est juste indescriptible. Merde oui tout à fait.

« Faudra m’apprendre, à être aussi méga cool alors. Et je t’apprendrais à être moins… limité pour que tu piges… Si j’arrive à piger moi-même. »

Je lui souris, même si je me rends compte que la moitié de ce que je dis n’a aucun sens. Mais vu qu’il fait pareil, on va dire que ça passe. C’est cool ouais. Ou pas. Je le dévisage quand il reprend après un silence, et encore une fois, c’est le genre de trucs qui me fait plus plaisir que ça ne devrait. Pas vrai ? J’en sais rien en fait. J’ai un sourire à la con sur le visage, ça je sais, à croire que c’est contagieux… Je cherche quoi répondre à ça, et pour le coup, c’est à moi de me retrouver à court de mots. Bon, d’accord, c’est pas la première fois.

« Donc tu gères pas, contrairement à d’habitude, avec… les autres filles. T’es possessif sans l’être normalement. Mais… c’est cool. Sûr ? Enfin, je veux dire… euh… okay, c’est euh… C’est normal que ça me fasse plaisir ? Question con pardon, c’est juste que ouais, c’est con… »

Oui, c’est intelligent et constructif, je sais, merci. Bon, d’accord, je gère plus que ça aussi normalement. Carrément mieux. Et je suis pas jalouse moi… Si ? Je sais pas, ça va avec la possessivité de base ? Bon, je le suis plus avec lui que normalement aussi, surtout que bah, on était même pas vraiment ensemble jusque-là… Non, en vrai, je le considère comme mien depuis chez Sid. Tout comme Zak un peu. Oui, flippant de s’en rendre compte. Même si ça a un peu changé d’optique avec lui, et que de ‘à moi, famille’, il est passé à ‘à moi’ tout court. Bref. Il s’en foutrait vraiment ? D’une autre fille ? Mais c’est quoi ces questions à la con que tu sors là sérieux ??
Bon, c’est pas pire que le reste, même si le reste, ça vient de lui. Oui, c’est ça, limité. Pour dire qu’on est ensemble… Okay.  Je lui souris en hochant la tête, parce que dans le fond, je m’en fous un peu de comment il peut m’appeler. Enfin, je crois. Si, je m’en fous, surtout quand il sursaute comme ça. Je souris de plus belle à sa réponse, mais je suis sage et me contente d’une dernière mini morsure, pour le principe.
Et je ris pour de bon. Achevez-moi quoi, c’était pas drôle… si ? Putain, je suis mal barrée.

« J’ai pigé. Et tant mieux si tu me crois, parce que pour le coup, j’exagère même pas…
Et oui, je te crois. Enfin… ouais, si. »


Bon, d’accord, j’en ai pas forcément l’air. Mais c’est juste qu’il est… bah c’est Ethan, il a quand même dû avoir pas mal de copines, non ?... Et ouais, on va éviter d’y songer à ça. Et ouais, je le crois. C’est le pire en fait. Qu’il dise qu’il a plus envie de moi que de n’importe qui, que c’était meilleur avec moi qu’avec n’importe qui, qu’il est possessif avec moi alors que… Ca craint non ? Que ce soit vrai ? Et que ce soit réciproque ?... Oui, ça craint à mort.


_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.©️ by anaëlle.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1185
Membre du mois : 0
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Mer 27 Juil - 16:19

Bon, je m'en sors pas si mal non ? Je veux dire, j'ai plus envie de me barrer, j'ai plus trop envie de gueuler et elle a plus l'air de vouloir disparaitre dans ce foutu canapé. Ou de me faire disparaitre, je sais pas trop. Peu importe, le tout c'est qu'on arrive à causer de nouveau, à peu près. Même si on marche un peu sur des œufs, ça va déjà mieux. Et je me rends compte que j'ai besoin de pouvoir parler avec elle. Peut-être parce qu'elle hésite pas à m'engueuler, qu'elle a l'air de dire ce qu'elle pense vraiment ou je sais pas trop. Parce que c'est Eliott tout simplement. Comme si ça voulait tout dire. J'essaie de pas réfléchir surtout à ce que ça peut vraiment signifier en fait et je laisse filer un rire, genre tout va bien.

"Ouais, c'est vrai que j'étais déjà le beau gosse et le mec cool. Je lui laisse le rôle de benêt numéro 1 alors, t'as raison."

J'aimerais bien que Sid' soit là. Mais vraiment. Même s'il m'en collerait surement une pour me taper sa sœur. Ou plutôt parce que je suis totalement accro, ce qui, dans le fond, est largement pire que de juste chercher à la baiser. Enfin dans nos critères d'ado attardés quoi. Je me demande vaguement ce qu'il pourrait penser de nous deux et j'hésite à demander son avis à Eliott mais j'oublie rapidement tout ça pour me focaliser sur une nouvelle source de prise de tête. Enfin là aussi ça se calme, même si j'ai du mal à la regarder dans les yeux. J'essaie en tout cas, c'est déjà mieux que de me barrer non ?

"Je me suis vraiment demandé si tu voulais que je reste en fait. J'aurais compris que tu me foutes dehors et euh… je sais même pas pourquoi je dis ça en fait. Peut-être parce que j'ai pensé à me tirer aussi en fait vu comment ça commençait à tourner entre nous. J'ai pas envie que te dire la vérité te fasse partir en fait. J'ai pas… envie de te perdre."

Pathétique. C'est le bon terme là non ? J'arrive à remonter un peu la pente en la mettant presque aussi mal à l'aise que je le suis moi. Et toc. En plus, je lui dis juste la vérité. Mais ouais, c'est cool, elle a raison. Enfin ça l'est parce qu'elle se fout pas de moi ou m'en colle pas une, sinon ce serait un peu la loose. J'ai un bref hochement de tête quand elle continue, essayant de m'imaginer ce qui se serait passé si elle avait débarqué avec un mec. Alors déjà, se sentir jaloux de quelqu'un qui n'existe pas, autant vous le dire, c'est passablement ridicule. Mais ça arrive. Eliott est à moi, c'est tout. Même si je me rends compte que je l'aurais probablement jamais approchée si elle avait pas été toute seule. Je me serais probablement même pas autorisé à penser à elle. Ca se fait pas quoi. Et j'aime pas cette idée. Je fronce les sourcils à cette pensée, même si j'arrive à esquisser un sourire à ses derniers mots.

"Exécrable ? Carrément ? Moi j'aurais probablement juste été encore plus con que d'habitude. Et j'aurais probablement trouvé que c'était un connard de première."

En fait, j'ai pas trop envie de savoir comment les choses se seraient passées s'il y avait eu quelqu'un d'autre. J'ai déjà du mal à réaliser qu'elle me veut moi et pas uniquement par défaut que bon, je vais éviter de me rajouter des obstacles. Alors, autant penser à autre chose non ? Je me marre ouvertement quand elle fronce les sourcils et je hausse les épaules avant de souffler, me penchant tout près d'elle.

"A ton avis, à quel point je suis un petit con ? Tu veux pas essayer de deviner ? Juste pour la déconne. Pour ce qui est des clowns, maintenant que t'en parles… Je pensais juste que tu trouvais que le mec déguisé en clown avait une sale gueule. Ce qui était vrai au demeurant. Juste je pensais pas que c'était le costume. Marrant. Enfin, je veux bien qu'on évite le clown zombie. Phobique ou pas, c'est juste dégueulasse dans tous les cas."

Et, quand elle demande de nouveau, Je l'embrasse sur le nez en lui décochant un clin d'œil. Avant de l'embrasser sur la mâchoire.

"Rien de sexuel Lancaster, désolé de te décevoir."

J'ai du mal à croire que je peux me sentir aussi bien, aussi détendu, alors qu'il y a deux minutes à peine, j'avais juste envie de tout péter, de hurler, de me barrer et j'en passe. J'ai envie, l'espace d'une seconde, de demander à Eliott si elle se rend compte de l'influence qu'elle peut avoir sur moi mais je me dis que ça risquerait de la faire flipper un peu. Déjà que moi j'ai du mal à encaisser. Enfin, on verra ça plus tard hein.

"Pas sûr que ça s'apprenne d'être aussi cool que moi. Mais bon, je peux toujours tenter le coup. Je suis quelqu'un de persévérant. Ou de têtu. Au choix. Y aura p'tet moyen de faire un truc intéressant de toi va. Et comment tu feras pour me rendre moins limité alors ?"

J'arque un sourcil, soulagé que la conversation vire comme ça. On se marre bien là non ? Enfin, se marrer… tout est relatif. Je balance quand même de sacrés trucs mine de rien, même si je me rends pas bien compte de ce que ça peut avoir comme incidences. Pas simple, moi je vous le dis.

"C'est plutôt bien ouais. Mais c'est une bonne chose. Parce que je … enfin je t'ai à moi. Et c'est plutôt bien que ça te fasse plaisir ouais, ça m'évite de passer pour le derniers des crétins à pas avoir ce que je veux. Mais pourquoi c'est con ?"

Je suis pas sûr de vouloir vraiment une réponse à cette question en fait. C'est encore un coup à se prendre un revers alors que bon, là on est clairement partis sur un truc plutôt cool. Je souris quand elle me mordille, pour le principe, avant de me marrer carrément devant sa réaction. Genre, je suis drôle ? Alors soit elle se fout de moi, soit j'ai carrément un putain de ticket pour qu'elle arrive à me trouver marrant. Dans les deux cas, je prends en fait. Et puis, l'entendre rire, c'est cool. Très cool même.

"T'as l'air hyper convaincue pour quelqu'un qui me croit Lancaster. Y a quoi qui te bloque ?"

Putain mais va falloir que j'arrête avec mes questions de merde, j'ai bien vu ce que ça pouvait donner. Et pourtant, je continue. Je dois être maso. Ou con. Voire les deux, c'est pas impossible en fait.


_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Jeu 28 Juil - 14:29

Et si son rire résonne moins  bien que d'habitude, c'est peut-être moi qui imagine, ou alors il se force un peu. Et sérieux, tu crois savoir distinguer son vrai rire d'un faux ?... Ouep je peux… Mais même si c'est pas le mieux, c'est pas grave, parce que c'est pas non plus un rire qui sonne faux ou triste ou dans le genre. Donc c'est cool et ça me va, pour le moment j'en demande pas trop j'ai dit.

« T'es en train de sous-entendre que mon frère est pas beau gosse ? Je suis censée râler parce qu'on se ressemble et que c'est pas cool du coup ou comment ça se passe ?
Et c'est simplet, pas benêt. Simplet en chef et toi... mon simplet. »


Bon, techniquement, je le reconnais, je les considère tous deux comme à moi, même si c'est pas du tout pareil on est d'accord. Et qu'il apprécierait sans doute pas Sid, qu'on en soit là tous les deux... Parce que ouais, même si on était à moitié bourrés, je me souviens on ne peut mieux qu'il m'a sorti que Sid lui avait interdit de s'approcher de moi à l'époque... ou un truc dans le genre. Je devrais en reparler de ça ? Enfin si... quand, quand je recroiserais Sid ouais, mais à lui là ? Ouais, non... Pas besoin d'en rajouter, on a déjà assez de problèmes ou emmerdes potentiels comme ça pour pas en chercher des inexistants ailleurs. Il serait capable de s'en vouloir encore ou une stupidité du genre.
Je le dévisage, et je devrais être habituée, mais mon cœur se serre encore. Pour que dalle ouais.

« J'ai jamais voulu que tu partes... et j'aurais été énervée si tu t'étais barré, j'aurais dû te courir après et ça aurait carrément pas collé à mon comportement précédent et... Bref.
La vérité me fera pas partir Ethan. Au pire, je gueulerais. Comme d'hab ouais... Et... tu préférerais me mentir ? Non, laisse tomber.
Tu me perdras pas. Promis. »


Ouais, ça me fait grave plaisir, et ouais, en même temps, ça me fait un peu flipper qu'il le dise comme ça. Reste que je suis un peu conne de faire ce genre de promesses. Et sérieux, par contre, j'aime pas me dire qu'il puisse penser devoir mentir ou autre pour éviter de me perdre... ou dans le genre... Je fronce les sourcils sans m'en rendre compte. Ça me plaît pas du tout en fait. Ça va qu'on passe à autre chose et que j'arrive à le gêner, c'est rigolo au moins. Bon, ça le devient un peu moins vu ce qu'il dit et vu que c'est à mon tour de pas trop savoir où me mettre. J'esquisse un sourire quand ses sourcils se froncent à son tour, sans doute alors qu'il imagine ce qui ce serait passé si... et ouais, ça aurait été moche...

« Juste plus chiante que d'habitude, donc oui, exécrable je pense que ça convient. Et ça aurait été une pétasse de première. Et je suis sûre qu'elle m'aurait pris la tête à chaque fois que je t'aurais gueulé dessus. Donc je lui en aurait collé une. Et j'aurais fini par me casser, parce qu'elle me prenait la tête et que tu... bah que t'étais avec elle...
Heureusement que t'as pas été assez idiot pour avoir une nana en fait. »


Je relève les yeux vers lui, presque étonnée de me dire que non, j'aurais clairement pas supporté de le voir avec une autre. Enfin, si ça avait été le cas, j'aurais pas eu le choix, et on en serait jamais arrivés là, mais... ouais, ça m'aurait fait mal de le voir à nouveau avec une fille, sans que ce soit moi. Ouais, ridicule.
Et s'il lit dans mes pensées la seconde suivante, et qu'il se marre devant mon ignorance, j'en viens juste à me dire que putain, ce genre de moments m'aurait encore plus manqué que le sexe. Et pourtant, ils ont été encore moins nombreux. Et pourtant, le sexe avec lui, c'est sans comparaison... Je plisse les yeux en le regardant, et bordel, même là, je le trouve craquant... Oui, bon, je l'ai toujours trouvé craquant quand il jouait au petit con justement...

« A mon avis ? Tu veux vraiment que je réponde à ça, sérieusement ? Et comment tu veux que je devine ? Et le mec avait une sale gueule, ce qui n'a rien arrangé, mais j'aurais pas eu peur de ça avec toi. Mais le clown... non, ouais, on évite, tout ça, tout ça, c'est impec. » Et je ferme les yeux quand il m'embrasse, avant de le regarder à nouveau. « ça enlève déjà pas mal de trucs amusants c'est con... Bon, des trucs à la con... La peur du beurre ? Des fruits? Du papier toilette ? Sisi, ça existe, je l'avais lu je sais plus où... Sinon, plus sérieux... Peur des fantômes ? Euh... Peur d'un animal ? De voir un mec à poil? »

Vu que je me prête si facilement au jeu, avec le sourire, pour la déconne, à quel point ça fait de moi une petite conne pour le coup ? Mais oui, vu comme il le dit, je suis sûre que c'est ridicule et que je vais me foutre de lui. Bon, pas trop, je crains le retour de flamme un peu, mais bon... et je ris un peu à sa réponse.

« Modeste, tu as oublié modeste en plus de persévérant. Et je suis honorée de savoir que je peux ptet devenir quelque chose d'un peu cool... Quant à toi... Je sais pas trop, parce qu'y a du boulot. Je sais pas, à force de répétition ou d'engueulades ? Je vais y réfléchir... »

Ouais, si encore, il avait vraiment une quelconque estime de soi... enfin, plus que ça quoi. Parce qu'en vrai, il avait plus tendance à se la jouer calimero et médiocre et pas assez bien et blablabla. Ouais, ce qui m'exaspère au plus haut point... Plus tard oui, à coup d'engueulades oui. Je lui souris.

« Et le fait de m'avoir suffit à justifier et compenser tout le reste ?... Et c'est pas vraiment con, c'est juste que... Je sais pas, je devrais pas être heureuse de savoir que t'as du mal à gérer ou ce genre de trucs, tu vois ? »

Donc ouais, c'est con... Bref. Il sourit, rit, et pour un peu, je pourrais presque oublier que je suis ridicule. Presque. Sauf qu'il rit parce que je ris pour rien donc, et du coup, ça la fout mal, mais bon, on s'en fiche. J'aime bien quand il rit. Plus que bien même oui. Je secoue la tête.

« C'est juste que ça fait beaucoup de premières fois non, pour un mec qui a eu tant de nanas qui lui tournaient autour ?... Et non en fait, y a rien qui bloque. Je te crois, c'est peut-être ce qui m'emmerde le plus. Te croire quand tu me dis que je suis... plus tout... Bref !
Et arrête de m'appeler par mon nom ! J'ai l'impression d'avoir fait une connerie à chaque fois. »


Ou d'en dire. Ce qui, l'un comme l'autre, n'est pas forcément faux, mais j'aime pas des masses en vrai, surtout quand je suis là dans ses bras. C'est comme si on en était toujours au même point, et c'est pas le cas... Il va te ressortir un Blondinette, ou autre princesse du coup. Fais chier...


_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.©️ by anaëlle.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1185
Membre du mois : 0
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Sam 30 Juil - 17:48

Je sais pas si je m'imagine des trucs ou si elle pige vraiment ce que je ressens, si elle se rend vraiment totalement compte que mon sourire et mon rire ne sont pas totalement sincères. Je sais qu'on se connait pas tant que ça pour de vrai mais, c'est con à dire, j'ai l'impression que si quelqu'un peut vraiment arriver à me suivre, à comprendre pourquoi je peux être comme ça, c'est bien elle. Alors que personne m'a jamais autant gueulé dessus de toute ma vie. A croire qu'il y a un lien entre les deux. Cette pensée me fait sourire, un peu plus franchement cette fois alors qu'elle reprend, entrant dans mon jeu pour qu'on arrive enfin à vraiment détendre l'ambiance.

"J'ai jamais eu envie de me taper ton frère Lancaster donc ouais, il est forcément moins beau gosse que toi selon mes critères. Après, je sais qu'il avait son petit succès quand même aussi, je vais pas le nier. Et je suis ton simplet à toi donc ? C'est cool…"

Et, de nouveau, je repense à mes discussions avec Sidney. Quand il m'a fait promettre de jamais toucher à sa petite sœur. Bon, je suppose qu'il s'attendait pas à… A quoi au juste ? Que j'ai autant le béguin pour elle ? Non, je vais pas utiliser un autre moi, je suis pas prêt pour ça et c'est beaucoup trop tôt. Mais je vais pas me mentir et dire que c'est purement pour le cul. Bon, ça entre en ligne de compte, j'avoue même si… bref. J'ai quand même du mal à garder la tête haute et à pas faire un peu la gueule quand on continue de parler. C'est pas contre elle et je pense qu'elle a compris mais ça reste compliqué. Parce que rester est plus difficile, ça implique de devoir l'affronter elle et surtout ce que je ressens. Et j'ai pas l'habitude, quoi qu'elle ait l'air de penser. Surtout quand c'est aussi fort et aussi rapide.

Je fronce les sourcils et je la fixe quand même quelques secondes sans rien dire avant de souffler, pas convaincu.

"Tu m'aurais vraiment couru après ? Même si on s'était pris la tête ? Et je… je te l'ai dit, j'ai pas envie de te blesser. Enfin, dans le fond, j'ai rien à te cacher en fait. Je crois que t'en sais déjà beaucoup trop sur moi hein…"

Et j'ai une ombre de sourire quand elle me promet que je la perdrais pas. Je me rends compte que c'est vraiment ce qui me fait le plus flipper, ne serait-ce qu'avec le bref aperçu de ce que j'ai pu avoir ces derniers jours. Je me suis habitué à elle, beaucoup trop vite et j'ai peur que ça ne fasse qu'empirer avec le temps. Et si elle change d'avis… je sens mes mâchoires se contracter mais j'essaie quand même de rebondir sur le reste. Elle est de meilleure composition, je vais pas tout foutre en l'air avec mes doutes non ? Pas maintenant en tout cas.

"Et pourquoi j'aurais forcément été avec une pétasse ? J'ai une tête à me taper des pétasses c'est ça ? Je sais pas comment tu dois le prendre alors hein…"

Je lui effleure le nez avec un clin d'œil avant de reprendre, d'un ton toujours aussi léger.

"Heureusement ouais. Comme ça, pas de risques que tu t'en ailles hein."

Hein Lancaster, rassure-moi. J'en ai besoin là. C'est con quand même. Elle l'a dit, elle va pas se tirer. Et puis on se marre bien là. C'est cool, tout va bien. J'ai presque l'air de pas être totalement en train de flipper non ? C'est même plus simple de jouer au petit con, surtout dans ce domaine-là, c'est vachement moins conséquent que le reste.

"Bah quoi, tu peux toujours tenter non ? Et genre, t'as moins peur quand t'es avec moi ou j'ai encore rien pigé de ce que tu racontes ?"

J'aime bien sa réaction quand je l'embrasse, je saurais pas dire pourquoi et je préfère pas trop y réfléchir en fait.

"La peur du beurre… c'est marrant ça. Bon, je t'aide. Tu te rappelles pas de Pantoufle ?"

Ce foutu lapin. Que je sais plus quel crétin avait ramené comme mascotte dans sa classe. A cette pensée j'ai une grimace mais je continue, toujours sur le même ton, content de la voir réagir comme ça. Pour un peu, j'aurais presque l'impression que tout est normal, j'en oublie un peu plus le monde de merde qui nous entoure.

"Ah oui modeste, je l'oublie toujours celui-là. Mais ouais, y a du potentiel. Et toi, t'as pas peur de trop te répéter ? Je dois être un peu buté quand même. Encore une de mes nombreuses qualités tiens."

Les engueulades. Voilà peut-être le seul qui arriverait à me convaincre qu'elle veut vraiment de moi. C'est con à dire hein, mais je sais pas, j'arrive pas à la dissocier des engueulades de toute façon.  Je fronce à nouveau les sourcils à sa question et je laisse filer, après un temps de silence.

"Ouais, ça suffit. Ca devrait pas ? Et je vois. Je crois. Enfin, pourquoi ça te rend heureuse en fait ? Parce que je suis pas en mode je maitrise totalement la situation ? Ca se saurait si je maitrisais quoi que ce soit…"

Et on se marre de nouveau. Le pire c'est que je serais même pas foutu de vraiment savoir pourquoi. Parce que je me sens bien ? Ouais, ça doit être ça. Les peurs, les prises de tête, ça reviendra plus tard, comme d'habitude quoi. Enfin, tant qu'elle change pas d'avis et qu'elle recommence pas à jouer les filles de l'air, moi ça me va. Je sais pas du tout comment je pourrais réagir si elle m'évite à nouveau. Mal probablement. Surement même.

"N'exagère pas, j'ai jamais eu tant de nanas qui tournaient autour de moi. C'est toi qui les as imaginée, je te garantis. Et ça t'emmerde de me croire ? Bah bravo. Mais t'as pigé, je t'appelle par ton nom quand tu racontes des conneries. C'était pas le cas là Lancaster ?"

Je lui décoche quand même un clin d'œil, histoire de dire. Et puis, c'est pas comme si je l'appelais comme ça aussi quand je suis mal à l'aise.


_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Lun 1 Aoû - 18:23

Il sourit de plus belle et parvient à me faire rire. Pour un truc stupide, pour changer, mais c'est pas grave, j'ai pas besoin de faire semblant avec lui. J'en ai même pas envie. Alors si je me marre pour un truc qui craint, tant pis.

« Tu me rassures, parce que ça aurait été un peu choquant et gênant sinon... Et pour une nana, on dit mignonne, jolie, sexy ou... ou autre, c'est mieux que beau gosse... Tu parles, à vous deux, c'était le duo de choc avec les nanas... même si vous étiez des boulets. Et tu... oui, le mien. »

Et pas que ça me dérange de parler de Sidney, mais il me manque. Grave. Même si là, en fait, j'aurais aussi grave envie de lui péter la gueule. Pour ce qu'il a pu dire comme conneries avec Ethan, parce que ouais, ça je m'en souviens aussi, comme quoi j'avais pas tant bu. Mais les trucs genre 'elle sera mieux sans nous, on est des boulets, laissons la seule', c'est juste pour que je leur démolisse leur jolie gueule en vrai hein ? Tout comme le truc aussi bidon 'la touche pas'. Sérieux ? De quoi je me mêle ? Connard. J'avais dit que j'en voulais en deux non ? Eh bah voilà. Pas que je sois rancunière, mais un peu quand même je crois ouais. Enfin, au bout de 10 ans, ça aurait été étonnant... Bref...
Pas que le sujet qu'on aborde soit plus facile ou plus cool, mais vu qu'on continue semble-t-il à se balancer tout ce qu'on pense et ressent... Flippant oui, mais je l'ai pas dit là... si ?
Je me dis quand même que j'ai dit une connerie quand il se tait avant de reprendre. J'hésite à mon tour une seconde.

« J'en sais rien... Je... Peut-être... Avant de te voir, je m'étais pas rendue compte... j'avais pas réalisée que tu m'avais vraiment manqué... Donc c'est possible ouais...
Et j'en sais pas trop, c'est tout juste assez. Je te connais, c'est tout. T'en sais beaucoup... énormément sur moi aussi. Non ? C'est normal non ? Enfin, je veux dire, on se connaît depuis longtemps, tout ça... »


Ouais, je sais, ça a pas forcément grand chose à voir. Enfin, si un peu, mais dans l'absolu, c'est aussi parce qu'on s'est pas mal parlé, au centre commercial quand... Ouais, bon, je savais déjà le décrypter avant ça non ? Enfin assez non ? J'ai toujours su ce qui lui prenait la tête ou ce qui lui plaisait ou... Merde. Là, tu te demandes depuis quand tu te souviens qu'il aime observer les étoiles, ou quand t'as réellement compris qu'il se sentait malheureux avec sa famille parce qu'il trouvait plus sa place, comme toi, ou à quel moment tu t'es rendu compte que lui demander de t'apprendre à bricoler un moteur lui changerait assez les idées pour le faire sourire. D'accord, il a toujours été important, c'est pas une découverte... Bordel, un peu quand même...
Je plisse les yeux en le regardant alors qu'on enchaîne les conneries.

« Et pourquoi j'aurais été avec un connard ? C'est la même logique...
Et non, t'as une gueule à être avec, et à supporter, les nanas si tu leur trouve un truc intéressant, même si c'est des connasses. Et ouais, j'en suis le parfait exemple. »


Je lui tire la langue, avant de sourire. Et de le fixer une seconde. C'était une question ou juste une remarque ? Idiot. Il se prend la tête ? Non, ce serait con... Vraiment...

« Tu te débarrasseras pas de moi aussi facilement Griffin, désolée. Être toute seule, ça me réussit pas des masses... Et puis... J'aime bien vous avoir auprès de moi. Pour surveiller que vous merdez pas trop évidemment. »

Je le dévisage en souriant. Ouais, et je supporterais pas de plus te voir. Mais je le dirais pas, pas après l'avoir tant évité... Si je l'ai déjà dit ? Merde, je sais plus, peut-être. En même temps, ça doit se voir un peu non ? Ou pas, mais bon, vu que je pense même pas à lui cacher vraiment... Après, il doit pas forcément s'en rendre compte, et c'est carrément tant mieux, alors qu'on continue sur des sujets légers.

« Et genre j'avais moins peur avec toi oui. T'avais 18 ans, tu faisais du foot, tu m'aurais protégé, donc carrément que ouais. Là, aujourd’hui, je sais pas trop si c'est encore le cas. »

Et je fronce les sourcils quand il parle de Pantoufle. Quoi ?

« Pantoufle ?… Oui, mais... » Je le fixe, et cligne des yeux. « C'était une boule de poils, il était adorable, comment tu peux... Et l'histoire où t'as libéré tous les lapins à la ferme ?... Ils ont essayé de te bouffer en vrai ? Et ça t'a traumatisé ? »

Et si mon froncement de sourcils s'est accentué depuis le début, si j'ai retenu difficilement un sourire au fur et à mesure, je me mets à rire alors que je l'imagine, lui et son mètre 80, 85 ?, en train de flipper devant un panpan. Je me mords la lèvre, le regard brillant, en essayant à nouveau de cacher mon sourire, sans succès, mais bon, comme j'ai ri de toute manière...

« Les lapins, t'es sérieux ?.. Pardon, je voulais pas me moquer... Enfin si, enfin pas vraiment. Je suis désolée. C'est euh... enfin, tu contrôles pas, mais euh... merde, ça doit être difficile. »

D'accord, sans ce foutu sourire, je serais vachement plus convaincante. Et je sais que les peurs sont totalement illogiques et parfois sans fondements, mais là, quand même... On va juste essayer de pas rire à nouveau, ce sera déjà bien. Enfin, s'il est déjà vexé, ce sera malin... et si je ris à nouveau, ça n'a rien à voir avec les lapins, promis. Et je hoche la tête, gardant le sourire.

« J'ai du potentiel, cool... Je fais que ça me répéter avec toi depuis le début Griffin, un peu plus, un peu moins... et t'es carrément super buté même, mais tu oublies que je le suis aussi sans doute tout autant. »

Voir même plus sur certains points. Ça changera pas du quotidien si on s'engueule tout le temps, c'est cool remarque. Je hausse les épaules quand lui fronce les sourcils.

« Si, enfin, je crois, tant mieux si ça te suffit.
Et ouais, parce que je suis pas la seule à être en mode 'je sais pas comment faire'. Tu maîtrises pas mal de trucs, enfin, tu t'en rends pas compte, mais ça c'est autre chose. Et sinon, ouais, avec les nanas, ou avec Donna du moins, tu maîtrisais à mort, donc... ça me rassure au final. C'est cool. »


Même si je garde l'impression persistante d'être une gamine qui rit pour n'importe quoi et qui sait pas comment séduire le mec qu'elle aime. Enfin, ça veut pas dire que je l'... ouais, enfin, non, c'était juste une comparaison à quand j'avais  12 ans quoi. Juste ça. Évidemment. Je secoue la tête, esquissant un sourire à son clin d’œil.


« J'ai rien imaginé ! C'est parce que t'étais obnubilé par ta copine, mais je peux t'assurer que les nanas gloussaient quand tu leur disais bonjour et qu'elles te dévisageaient en bavant quand tu passais à côté d'elles. Et joue pas sur les mots, arrête de me faire chier. C'est perturbant c'est tout.
… Et non, j'ai dit aucune connerie. Pas là en tout cas. »


Et puis genre, est-ce que je l'appelle Griffin moi quand il dit des conneries ? Non, sinon, je dirais plus souvent son nom que n'importe quel autre mot. Bon, je le dis quand il m'énerve ou quand il... merde, okay, peut-être quand il dit des conneries aussi. Enfin, des vraies conneries.


_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.©️ by anaëlle.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1185
Membre du mois : 0
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Lun 1 Aoû - 22:59

Je sais même pas comment je fais pour la faire rire mais putain, ça fait du bien. Bon, ok, ça élimine ni les doutes, ni les prises de tête mais putain j'ai l'impression de… pas de me sentir vivant, ce serait exagéré, mais plutôt de pas raconter que de la merde. Ou, en tout cas, que ça lui plait. Ou que ça l'amuse. Dans les deux cas c'est tout bénéf pour moi non ?

"J'avoue, ça aurait été gênant que je trouve ton frère aussi mignonne que toi. Et sexy donc. Et quoi de plus ? Mais oui, j'avoue, on en faisait des pas mal mine de rien. On se marrait bien."

C'était sympa. Je me demande si ça le serait toujours autant aujourd'hui. Cette putain de fin du monde a changé bien des trucs mais je sais, j'espère que ça aura pas altéré notre complicité. Le fait que je me tape sa sœur un peu. Potentiellement. Ou alors il pourrait trouver ça cool non ? Tout comme je trouve bien trop cool qu'elle soit aussi possessive me concernant. Je devrais flipper. Bon, je flippe un peu ok, mais je sais pas, ça me fait bien plus plaisir que ça devrait en temps normal quoi.

Le sien… t'enflamme pas non plus, c'est une figure de rhétorique. Et genre, je sais ce que veut dire ce mot ? Pour de vrai ? Ah oui c'est vrai, je peux pas jouer au total demeuré avec elle, je suis pas crédible.  Enfin bref, on continue de causer et si ça me fait plus gueuler, ça me met pas franchement à mon aise non plus. Ca implique beaucoup trop de trucs si je me mets vraiment à réfléchir dessus et je sais pas ce dont j'ai envie. Enfin si, j'ai envie d'elle, d'être avec elle, de l'entendre rire, de me prendre la tête pour des conneries. De tout ça. Mais je suis pas prêt à donner un nom à tout ça. Ca va beaucoup trop vite, comme tout ce qui se passe entre nous. J'ai beau jamais avoir eu de problème à gérer des relations amoureuses, là c'est un cran au-dessus. Et je sais pas faire.

"Je sais pas ce que j'aurais fait si tu m'aurais couru après. J'ai pu me rendre compte que tu me manquais mais quand je suis arrivé, j'étais trop énervé pour accepter que… que ce soit pareil pour toi. Je pensais juste que tu t'en foutais ou pire, que tu regrettais et… bref. Tu sais tout ça."

J'arrive quand même à esquisser un sourire au reste de ses propos, me passant une main dans les cheveux un peu nerveusement. Putain, ils sont beaucoup trop longs, je confirme.

"Ouais j'en sais pas mal sur toi. Pas assez à mon goût vu que j'ai encore grave du mal à capter comment tu fonctionnes par moment. Bon, presque tout le temps en fait j'ai l'impression. Mais toi, tu me connais bien ouais. Vraiment."

Je sais pas si c'est une bonne ou une mauvaise chose en fait. J'ai pas encore décidé. Mais, vu la tête qu'elle fait, pour le coup, ça a plutôt l'air positif. Maintenant quoi. On verra un autre jour. Quand elle me prendra la tête sur autre chose. J'ai un sourire amusé quand elle reprend la parole et je hausse les épaules, l'air de rien.

"Ca aurait pas été moi. Donc forcément un connard. Quoi, ça marche pas comme ça ? Non mais j'ai du bol, t'aimes les abrutis on dirait. Enfin, t'aimes bien quoi… je… bref. Je sais pas si t'es une connasse ou pas mais c'est certain que je trouve un tas de trucs intéressants, je confirme."

J'ai parlé d'un ton plus doux sur la fin et je me sens un peu mal à l'aise pour le coup. Surtout que je recommence à me poser des questions. Un tas. Beaucoup trop. Et ça me saoule, bien évidemment.

"Ca réussit à personne d'être tout seul. Mais c'est bien. Rester avec nous pour pas être seule et surveiller nos conneries. C'est… un truc sûr."

Voilà, encore un coup à ce que j'interprète mal ce qui, et une part de moi le sait très bien, n'est qu'une connerie pour alléger une ambiance que je suis allègrement en train de plomber. Mais je suis bien évidemment infoutu d'être objectif la concernant. A croire que j'attends toujours le moment où je vais me prendre une mandale dans la gueule, physique ou verbale. Et à ce moment-là, je pourrais être tout fier et dire que j'en étais sûr, c'était trop beau pour durer.

Crétin va.

Bon là, je dois dire des trucs un peu intelligents. Ou au moins cohérents. Ce serait pas mal.

"Quoi ? J'ai plus ma carrure de footballeur c'est ça que tu veux dire ? Ou alors c'est toi qui me protège maintenant. Ca me va aussi tu me diras, je vise comme un manche les 3/4 du temps."

Et je baisse les yeux quand elle tique pour le lapin. A chaque fois que j'en parle, ça fait marrer les gens alors j'ai pris le pli de le prendre à la déconnade. Et puis avec le mot savant qui va bien, ça passe toujours vachement mieux. Mais bon, j'ai toujours vaguement honte. Des putains de lapins quoi.

"Ouais, ouais adorable. Mon cul. Et je les ai libérés pour plus voir leurs têtes. Ils me faisaient trop flipper avec leurs tous petits yeux et leur nez rose et leurs oreilles chelou qui bougent dans tous les sens."

J'ai un frisson et je grimace, la fixant la mine franchement pas convaincue.

"Difficile ouais. Te fous pas de moi Lancaster. Mon plus gros flip c'était de me demander si les bestioles étaient pas devenues zombies. Pas dit que j'aurais supporter de voir le retour de la revanche de Caerbannog, je te le dis moi. J'ai été rassuré. Et Torby bouffe les lapins. Il est cool ce chien."

Mais elle se marre encore. Et ça me plait. Pour changer. Même si c'est pour se foutre de moi un peu plus encore. On s'en fout non ? Tant qu'elle a l'air heureuse. Enfin contente. Enfin… bref, z'avez saisi l'idée quoi.

"Buté ? Moi ? Je vois tellement pas ce qui te fait dire ça. Je suis totalement ouvert et à l'écoute quand j'ai envie. C'est juste une petite subtilité à ne pas oublier."

Mais ouais, on est des putains de têtes de mule tous les deux. Et pas qu'un peu. A croire que c'est pour ça qu'on s'entend aussi bien, même si je me rends compte qu'on arrive pour la première à avoir des vraies discussions sans trop gueuler. M'est avis que ça va pas durer mais c'est un détail ça.

"C'est bien si ça te rassure. Moi j'ai juste peur de merder à chaque fois que je dis ou que je fais un truc mais au moins, t'as un de nous deux que ça arrange cette histoire. Enfin, je me dis qu'avec le temps, ça s'arrangera non ?"

Ca pourra pas être pire de toute façon non ? En tout cas, pas pire que ces quinze derniers jours. Ah si, si elle décide de plus m'approcher du tout. Bon, autant dire que cette pensée me déplait et je dois tirer une sale gueule l'espace d'une seconde. Mais je me reprends et j'arrive même à balancer un clin d'œil. Je suis pas trop fort ? Ouais, ou pas.

"Je te garantis que si. C'était Sid' le tombeur, pas moi. Les filles étaient sympas, ça allait pas plus loin. Personne me bavait dessus, je l'aurais vu quand même non ? Et je joue pas sur les mots Lancaster, c'est toi qui accepte pas que j'ai raison."


_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Mar 2 Aoû - 13:37

Je hausse les épaules, faisant la moue, faussement contrite.

« Je me serais fait une raison et j’aurais été ravie pour vous deux. Ça aurait été une histoire magnifique... » Je souris de plus belle. « Mais ouais, c’était bien avec vous deux. On se marrait bien oui. »

Okay, il me manque plus qu’un peu. Et pas seulement pour que je puisse me défouler sur lui. Je sais pas si Sid avait besoin de moi, s’il avait vraiment eu besoin de moi à un moment donné, enfin si quand même, carrément que si, je sais bien. Et moi, j’avais grave besoin… D’accord, c’est pas trop le moment de penser à ça.
Pas alors que ça commence à aller mieux avec Ethan, pas alors qu’on gueule plus et qu’il parvient à me faire sourire. Trop facilement, mais je m’y attarde pas non plus, ce serait pas top que je commence à flipper pour rien. Enfin, pas que je flippe pas déjà, et pas pour rien, je me comprends, mais pas maintenant quoi, pas encore plus…
J’esquisse un sourire, avant de froncer à nouveau les sourcils.

« Ouais, je sais. T’avais... Tu as des raisons d’être en colère. Mais le reste, c’est des conneries. Comment j’aurais pu m’en foutre ou pire, regretter ? T’es quand même un peu con parfois. »

Bon, pas con, mais tellement pas sûr de lui… ou de moi ? Ouais, enfin, les deux sont possibles, vu que je lui ai donné pas mal de raisons de pouvoir douter oui… Et je grimace un peu.

« Ou c’est juste que t’es pas doué. Je suis pas si difficile à comprendre… Bon, d’accord, j’ai parfois du mal moi-même à capter, mais c’est pas une excuse… »

D’accord, je souris bêtement parce qu’il confirme que je le connais bien. Vraiment bien qu’il a dit. Et ça me rend bêtement heureuse. Même si lui a pas l’air convaincu que c’est cool pour le coup. Ou c’est juste parce que lui me comprend moins que moi ? C’est fun. Que j’arrive aussi bien à le comprendre, si c’est vraiment ça. Parce que ça veut dire que même quand je gueule, j’ai raison non ?... Mais si, ça veut dire ça… Carrément.
Je le fixe, avant de cligner des yeux, et de lui retourner son sourire amusé.

« Si, ça marche comme ça. D’où la pétasse pour toi… Et t’es pas un abruti. Enfin si, mais c’est pas pour ça que… Bref. »

La prochaine fois, tu te tais, et tu te contentes de lui sourire, ça sera carrément mieux. C’était juste pour dire que c’est pas un crétin, pas au sens où il l’entend, et que je l’aime bien malgré tout ou tout court… Merde. Ou ta gueule. Non. Vraiment. Hop, tu oublies ça, c’est stupide et ridicule. Voilà, là c’est mieux. Et il trouve un tas de trucs intéressants chez moi. Ouais, ça c’est cool. Même la façon dont il l’a dit est cool et me fait sourire. Ouais, je sais bien, je suis dans la merde.
Je hoche la tête quand il répond, genre évidemment que je suis là que pour les surveiller, veiller à ce qu’ils mangent équilibré et leur taper sur les doigts s’ils déconnent. D’accord, mon sourire s’agrandit un peu quand j’y pense.

« Disons que j’arrive plus à me protéger toute seule maintenant… et que je suis plus la gamine de 12 ans, qui était persuadée que vous pouviez la protéger de tout. Rassure-toi, t’as toujours de quoi impressionner Griffin. Et tu me protèges toujours, oublie pas les zacks du centre commercial. »

Ouais, et moi, je te protège des vivants, oh joie. Glauque. Démoralisant. C’est plus amusant au final de parler de lui et de ses peurs. Non, les miennes, c’est pas drôle. Non, y a aucune justice. Mais avouez, les lapins quoi, c’est quand même… Enfin… D’accord, dans l’absolu, les clowns c’est censé faire rire et c’est pour les gosses. Mais non, c’est flippant ces trucs. Mais les pinpins, c’est… mignon comme tout. Il baisse les yeux et je m’en veux quand même un peu, même si j’ai du mal à ne pas en rire. Bon, d’accord, j’arrête de rire quand je le vois frissonner et qu’il reprend. Même si j’ai toujours un grand sourire, mon regard se fait plus doux.

« Je suis désolée, je voulais pas… Le retour de la revanche… Perso, ça me ferait flipper aussi de voir ce genre de truc si c’était arrivé, si ça peut te rassurer. Et ouais, il les bouffe, je sais, il nous a piqué un repas un coup comme ça ce con de clebs. »

J’avais pas vraiment trouvé ça cool moi. Parce que putain, c’était déjà compliqué de bouffer, et peur ou pas, un lapin, c’est de la bouffe. Mais bon, c’est pas le sujet. On se marre, on est bien. J’aime beaucoup ça. Et j’ai l’impression de passer mon temps à rire pour des trucs idiots.

« Ah oui, j’avais oublié ce genre de subtilité. C’est clair qu’il y a pas plus compréhensif et ouvert que toi. »

En soi, si effectivement, il peut l’être. Mais il est clairement aussi têtu que je peux l’être. Sans doute pour ça qu’on s’engueule autant. Et qu’on recommence à chaque fois. D’un côté, c’est cool, sinon ça aurait juste clashé et on serait pas revenus vers l’autre… Enfin si peut-être… Je sais pas.

« Ca s’arrangera oui. On discute déjà sans s’engueuler, c’est du progrès non ? » Je passe une main dans ses cheveux. « Si tu dis une connerie, je t’engueule, ça marche comme ça. Et jusqu’à présent, t’as vraiment rien fait de mal… au contraire. Alors te prends pas la tête. D’accord ? »

Je m’en veux. Et pas qu’un peu. Mon cœur se serre en me disant que j’ai tellement merdé qu’il a peur de faire un truc de travers, parce que moi, je l’ai fui. Je flippe tellement que je lui fais du mal. Putain, je veux pas. Pourtant, j’arrive pas vraiment à faire autrement. C’est juste trop pour moi. Mais peut-être que ça s’arrangera oui. Il faut… non ? Surtout vu la gueule qu’il tire, même si ça dure pas.
Je secoue la tête, dépitée devant son aveuglement.

« Tout comme tu as remarqué la gamine qui te suivait partout, te dévorait du regard à chaque fois et essayait d’attirer ton attention… Bon, elle était pas très douée, je le reconnais. Mais t’as rien capté quand même, parce qu’y avait Donna. Dooonc… Qui a raison Griffin ? »

Je lui souris, même si okay, il a sans doute rien capté pour moi, parce que je n’étais que la petite sœur de Sid. Mais on va pas s’appesantir là-dessus, même si ça reste un peu vexant, ou déplaisant, ou je sais pas trop.


_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.©️ by anaëlle.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1185
Membre du mois : 0
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Mer 10 Aoû - 11:29

J'ai un sourire en coin à sa répartie et je hausse les épaules, faisant mine d'imaginer ce que ça aurait pu donner.

"Ouais, on aurait fait un couple du tonnerre. Et brisé plein de cœurs, j'en suis sûr. Surtout lui en fait."

Bon j'essaie de pas trop m'étendre sur Sid'. Outre le fait que ça réveille quand même un tas de souvenirs, bons comme mauvais, ça me fait aussi penser qu'il est pas là, qu'on sait pas ce qu'il a pu devenir et que la logique voudrait tout de même qu'il y ait peu de chances qu'il s'en soit tiré tout seul. Alors ouais, c'est un mec plein de ressources, mais à ce point-là, j'ai quand même quelques doutes. Au reste de ses propos, j'ai une grimace et je sais pas trop quoi lui dire en fait sans m'enfoncer encore un peu plus.

"Bin, je sais pas trop. Tu pouvais juste avoir envie de te faire sauter et rien de plus. Je sais que c'est pas le cas hein, enfin je pense. Mais voilà, tu pouvais regretter d'avoir pris ce que t'avais sous la main parce que c'était moi. Ce genre de trucs quoi."

Ouais alors là, pour m'enfoncer, je suis pas mal. Je suis pas sensé être fâché ou un truc du genre ? Putain, pour un mec qui se dit souvent en colère, avec elle, j'ai l'impression que c'est le sentiment qui fond comme neige au soleil dès qu'elle daigne m'accorder un regard ou un mot gentil. Ou un mot tout court en fait. Ca fait flipper quand même de voir à quel point mon humeur peut dépendre de la sienne. Surtout si c'est pas réciproque ou si c'est le genre de trucs qui pourrait l'emmerder. Et voilà que je me remets à penser comme une fille. Et merde. Je secoue la tête pour chasser toutes ces pensées mais aussi pour répondre à ce qu'elle raconte. Parce qu'il faut pas déconner.

"Alors, je veux bien ne pas être doué mais je confirme que t'es dure à suivre Lancaster. Et pas qu'un peu. Ca a toujours été le cas, je vois pas comment ça pourrait changer, surtout dans notre situation."

Et c'est quoi notre situation ? J'en sais foutrement rien et j'ai pas envie de réfléchir là-dessus, je me sens assez largué comme ça. Elle reprends, en écho aux conneries que je raconte et j'arque un sourcil en attendant une fin de phrase qui, pour changer, ne vient pas. Je laisse filer un silence, me contentant d'un bref sourire. Même si elle a pas pigé que je tique sur le fait qu'elle balance qu'elle reste là que pour veiller sur nous. Enfin, elle a pas dit ça exactement comme ça mais, enfin… en même temps je m'attendais à quoi au juste ? On est en mode déconnade, tout va bien, elle va pas balancer un truc sérieux en plein milieu si ? Y a que moi qui fait ce genre de conneries.

"Bon c'est toujours ça de pris si j'arrive encore à t'impressionner. Un peu. Mais ouais, je vous protège toi et Zak. Autant que je peux avec mes capacités de simplet."

On part sur autre chose et c'est tant mieux. Même si c'est pour se foutre de moi et de ma phobie des lapins. Vrai qu'on a connu plus classe comme peur. Mais bon, c'est pas comme si je pouvais choisir hein, sinon j'aurais pris autre chose. Genre les anacondas. Ou les mygales géantes. Ca au moins ça a plus de gueule que de flipper devant Panpan. Elle continue de se foutre un peu de moi-même si elle essaie de faire mine de se contenir. Je peux au moins lui accorder ça tiens.

"Je préfère perdre un repas et m'assurer que ces… trucs nous bouffent pas avant qu'on puisse le faire nous. Et toc."

Super réplique Griffin, mais vraiment. Je continue de plus belle mais au moins, elle sourit. Elle se marre même un peu et ça me fait du bien, presque autant que de l'avoir dans mes bras. Et le combo des deux est juste parfait en fait.

"Ah tu vois ! Compréhensif et… t'as dit quoi déjà ? Ah ouais ouvert. Je suis super open moi. T'as pas idée."

Je lui décoche mon plus beau sourire avant que la discussion ne reprenne un tournant vachement plus sérieux. Autant dire que c'est pas hyper agréable mais bon, je peux difficilement y couper vu le contexte dans lequel j'ai débarqué ici. Je me contente de hocher la tête, la fixant avec une pointe d'inquiétude. Bon, ok pas qu'une pointe mais bon, façon de parler quoi et je lâche, le plus naturellement possible.

"D'accord, on fait ça. Et on gueulera si on doit gueuler, ça me parait un bon programme."

Tu parles, si elle me fuit encore pas dit que j'ai de nouveau le cran de venir la voir, malgré tout ce qu'elle m'a dit. J'ai pas envie de la perdre mais je pourrais pas refaire la même chose. Je cille au reste de ses propos et je la fixe, un rien perplexe.

"Me dévorer du regard ? Carrément ? Je pensais juste que tu nous suivais parce que tu nous trouvais cool, pas parce que tu pouvais penser à autre chose. Mais c'était y a des siècles, c'est pas si grave si ?"

Je penche la tête sur le coté, la fixant quelques secondes, sans même lui dire si elle a raison ou pas. Je me dis qu'elle a sacrément mal vécu cette période alors que moi j'ai rien vu du tout mais que je vois de toute façon pas quoi faire pour arranger les choses. Enfin, si ça peu s'arranger quoi.


_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Jeu 11 Aoû - 11:54

Je le regarde, amusée, alors qu’il poursuit dans la lancée de trucs idiots. Tu parles, il aurait brisé autant de cœurs que Sid, dont le mien, mais bref. Surtout que ouais, au final, pour moi, le résultat avait été le même. Et voilà que je pars toute seule sur des délires chelous. On va dire que c’est parce qu’il me manque ce crétin. Et il va bien… pas vrai ? J’inspire et me concentre sur le reste. Je hausse un sourcil et secoue légèrement la tête.

« Ethan… Si j’avais juste voulu me faire sauter, j’aurais certainement pas choisi un mec avec qui j’avais un tel passif, aussi sexy qu’il soit. Y en a d’autres avec qui j’aurais pu… Bref !
Arrête de croire que je veux de toi parce que j’ai rien d’autre sous la main. C’est super vexant, même pour moi. »


Genre comme si j’avais pas eu le choix ou que j’étais trop conne pour savoir encore réfléchir… Ouais, il le voit pas comme ça, mais ça reste encore plus énervant qu’il puisse penser qu’il est juste pas assez bien. Sans déconner, j’avais presque oublié qu’il pouvait être aussi buté. Qu’il ait un égo proche de zéro, ça, non, je risque pas d’oublier, à chaque fois il arrive à sortir une connerie pour me le rappeler. Et c’est dingue comme ça m’énerve à chaque fois. D’accord, je sais, j’ai capté que ça veut bien dire que je tiens un peu à lui le fait que je supporte pas qu’il ait si peu d’amour-propre et qu’il se sente obligé de rappeler au monde oh combien il est nul… ouais bon, c’est presque ça. Bref donc !

« Genre ! J’ai jamais été difficile à suivre ! Enfin pas avant… là, c’est juste… enfin c’est pas pareil quoi. Et puis, tu peux parler, t’es pire que moi ! »

Ou pas. mais chut. Ou alors c’est juste que moi, je suis plus douée que lui pour… non, faut pas déconner. Peut-être qu’il l’est un peu moins que moi… un peu. Et y a pas de situation qui tienne. Ça veut dire quoi ça ? Je lui demanderais bien, mais j’ai pas envie de me prendre la tête, ou d’avoir des raisons supplémentaires de flipper, donc je le ferais pas.
Et pour le coup, il me demande pas de finir ma phrase, heureusement, ça m’évitera de trouver un truc à la con et de lui mentir. Comme si ça me gênait de… d’accord, ça me gêne et j’ai pas envie, de lui mentir. Et en soi, c’est bizarre, mais bon, on va dire que c’est parce que je le connais depuis super longtemps, de ma vie d’avant, non ? Ouais, ça doit être ça.

« Qui a dit que tu m’impressionnais moi ? » Je lui souris. « Et ouais, on sait bien que t’es là pour nous protéger… c’est pour ça qu’on se permet de faire des conneries… Pour que t’aies l’occasion de jouer aux héros, tout ça… »

Je lui adresse un clin d’œil, même si dans le fond, je suis sérieuse. Enfin pas pour les conneries, mais pour le fait qu’il nous protège. Même si oui, je suis capable de me protéger toute seule maintenant. Ça rassure quand même… Et oui, ça me fait plaisir… Mais ça, je le dirais pas. Pas plus que je l’ai déjà dit. et si son image de super héros se casse un peu la gueule à la mention des peluches, ça a au moins le mérite de me faire rire… Que je m’en veuille un peu de me foutre ouvertement de lui ne parvient même pas à me faire arrêter. Quoique si, un peu quand même.

« Et toc ? Sérieux ? »

Mon sourire se fait encore plus grand. Une partie perverse de mon esprit se dit que ce serait rigolo de voir à quel point ça le fait flipper de voir un lapin, ou d’en bouffer un, mais je la calme très vite, parce qu’il serait carrément foutu de fouiller toute la ville pour trouver un clown pour se venger ce con. Donc on va éviter ouais. Et les phobies, c’est pas drôle. Surtout quand c’est les miennes oui exactement. Et de toute façon, son sourire me fait oublier le reste. Normal…

« J’ai une vague idée si… J’ai presque envie de demander à quel point, ou sur quel sujet t’es super open, mais je suis pas certaine que mon esprit pur et innocent y résiste… »

Mais si je suis carrément crédible. Même avec mon sourire.
Et si on dépasse les conneries pour se faire plus sérieux et matures, ahah la bonne blague oui, j’arrive quand même à pas trop flipper et à continuer de vouloir… bah lui. C’est bon signe non ? D’accord, il a l’air inquiet aussi… Ma main quitte ses cheveux et passe sur sa mâchoire.

« On fait ça… »

Je dépose un baiser sur sa mâchoire, me sentant pas du tout coupable de le voir avec cet air-là. Merde. J’inspire contre sa peau, avant de l’embrasser à nouveau juste sous l’oreille. Je devrais pas aimer autant des trucs aussi cons pas vrai ? Non, on a dit qu’on arrêtait. J’esquisse un sourire quand il me fixe et répond.

« Evidemment que je vous trouvais cool. Et je suivais pas que toi okay, Sid y était aussi pour beaucoup, mais… mais ouais, c’était y a longtemps, donc on s’en fout. Et c’était cool, c’est le principal. »

C’était y a longtemps, c’est fait, donc voilà. Et puis, honnêtement, oui, même s’il captait rien, ça reste une période plus que chouette, donc… et heureusement qu’il a rien vu en fait pour de vrai… ça aurait été moins cool sinon, j’aurais même plus osé le regarder…


_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.©️ by anaëlle.


Dernière édition par Eliott Lancaster le Mar 16 Aoû - 12:53, édité 1 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1185
Membre du mois : 0
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Mar 16 Aoû - 0:38

C'est fou cette capacité que j'ai à déblatérer des conneries pour me mettre à stresser la seconde d'après. Dans le genre effet montagnes russes, elle se pose là Blondie. Dans d'autres circonstances, ça m'aurait clairement gonflé mais, bien évidemment, j'ai des réactions tout sauf normales la concernant. Sauf pour le quota de conneries, ça c'est comme d'habitude. Je crois.

J'ai quand même un bref haussement d'épaules à sa réponse qui me rassure, un peu.

"Je… ok. D'accord. C'est juste que c'est pas non plus comme s'il y avait un tas de mecs comme autres choix en fait et… alors en fait non, j'ai pas envie de savoir quels autres mecs tu serais susceptible de vouloir te taper, sinon je vais ruminer tout seul pour rien. Oublie ce que je viens de dire hein. Et donc tu veux pas de moi parce que t'as pas d'autre choix mais parce… c'est moi. En résumé. Je vais… je devrais m'en souvenir."

A force, ça va finir par rentrer non ? Bon, ok, je suis pas hyper convaincu et ça doit se voir, mais faut pas trop m'en demander non plus. Surtout après la prise de tête qu'on vient d'avoir. Je secoue la tête quand elle reprend la parole et j'ai un sourire en coin avant de souffler, d'un ton amusé.

"T'es une fille. Par principe t'es déjà compliquée à suivre. Et en plus, on a un… comment t'as dit ? Ah ouais, un passif. Donc fatalement, moi qui suis déjà pas doué, ça me fait un handicap supplémentaire. Alors, la plupart du temps, je suis largué quoi. Et je suis pas pire que toi. Donne-moi un seul exemple tiens !"

Non mais, c'est elle qui m'embrouille, pas l'inverse. Moi je suis basique. Enfin pas tout le temps ok, mais je fonctionne comme ça 90% du temps, c'est pas compliqué à suivre non ? Et puis, de temps en temps, je pars dans mes divagations. Là, même moi je décroche au bout d'un moment.  Je me sens un peu mal à l'aise par la suite de la discussion et je me rends compte qu'elle aussi. Alors j'insiste pas, j'ai pas envie d'en remettre un couche. Déjà qu'on s'en sort à peine comme ça. Mon sourire se fait alors plus large alors que je la fixe, en secouant de nouveau la tête.

"Comment ça je t'impressionne pas ? Je devrais pourtant, avec tous les trucs cools que tu m'as vu faire durant toutes ces années non ? Mais ça me va, jouer les héros, comme ça je peux donner l'impression d'être encore plus cool, c'est le super plan."

Comme si c'était ce qui m'importait vraiment. On le sait tous les deux de toute façon, mais ça fait partie du jeu pour détendre un peu l'atmosphère. Ca va bien mieux déjà, même si on marche encore sur des œufs rapport à certains sujets, au moins on gueule pas et j'ai plus envie de me tirer de là. J'espère que c'est pareil pour elle aussi. Et puis, elle est mignonne comme tout quand elle fait des clins d'œil. Oui, je sais, je suis un peu pathétique mais je le vis bien. Enfin non, pas tant, mais je fais avec quoi.

"Et toc, oui madame. Tu peux rien dire face à un argumentaire aussi balèze hein ?"

Bon, ça va qu'elle insiste pas trop pour ma phobie des lapins parce que j'aurais commencé à trouver ça encore moins marrant que maintenant. Et déjà que là, c'est pas terrible. Au moins ce qu'elle dit m'arrache un rire et je la fixe, le regard pétillant.

"Toi ? Pure et innocente ? T'es sure qu'on a la même définition du mot ? Et t'as tort de pas vouloir savoir pour quoi je suis open, tu pourrais être étonnée."

Ouais, c'est fin et subtil Griffin. Sérieux, je me demande vraiment ce qu'elle me trouve quand je balance des conneries pareilles. Et pourtant, elle reste et on arrive même à avoir une conversation un peu cohérente. Super sérieuse d'ailleurs et je recommence à m'inquiéter. Enfin j'avais jamais vraiment arrêté en même. J'ai quand même un sourire contrit quand elle m'embrasse la mâchoire et j'ai un bref soupir à sa réponse.

"C'est bien, on est d'accord donc."

Au reste de ses propos, je la regarde quelques secondes sans rien dire, en me demandant si j'ai pas raté un truc mais cette impression est bien trop fugace pour que j'arrive à mettre une vraie sensation dessus. Et puis, ça date d'il y a des siècles cette période, je me dis qu'on l'idéalise peut-être trop. Enfin les bons moments quoi. Au moins, je me dis qu'on en a eus, c'est déjà.


_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Mar 16 Aoû - 14:53

J’ai beau le connaître, je pige pas comment il peut passer d’un truc à la con qui nous fait rire à un truc qui le fout mal à l’aise à la seconde. C’est moi ou il part dans des délires tout seul ? Enfin, pas pire que moi, mais quand même. Et non, je fais pas pareil. Du tout.
Je le regarde, les sourcils à moitié froncés, parce qu’il a pas l’air du tout convaincu. Je secoue la tête, avant de sourire.

« Y a des mecs… Mais je veux m’en taper aucun Ethan. J’ai pas envie de juste me faire culbuter contre un mur ou dans un escalier. C’est parce que c’est toi oui. Et je te le rappellerais à chaque fois que tu diras des conneries, t’en fais pas. »

Il va quand même pas avoir plus de mal que moi à l’accepter ? Ça fait un peu pathétique, mais il est quand même la deuxième personne la plus importante pour moi depuis mes 10 ans. Okay, c’est carrément super navrant. Mais c’est juste… Enfin, juste que j’ai appris à pas m’attacher quoi. Donc forcément… Bref, ouais, on va pas s’attarder sur cette constatation un peu lamentable, et carrément effrayante. J’ouvre la bouche alors qu’il commence à parler, avant de serrer les lèvres et de plisser les yeux.

« C’est quoi ce machisme de base ? Les mecs sont pas plus simples à suivre je te signale ! Et le passif n’a rien à voir avec tout ça. T’es juste pas doué et t’es largué la moitié du temps avec tout le monde!... Un exemple comme quoi t’es compliqué et difficile à suivre ? »

Ouais, bon, faut que je cherche. Réfléchis. J’en ai des exemples, mais ils vont pas lui plaire, parce qu’ils font tous partis des sujets qui fâchent je suis sûre… sur le reste… okay, il est pas si difficile à suivre, j’avoue… Mais faut que j’en trouve quand même. Je peux pas le laisser avoir raison, ça se fait pas.
Et une nouvelle fois, on esquive le truc qui pourrait mal tourner, pour revenir sur des sujets plus légers. Mon sourire se transforme en grimace.

« Les trucs cools ? Tu veux parler du nombre incalculable de conneries que je vous ai vu faire ? Le nombre de conneries impressionnantes que tu as pu sortir ? Non, je crois que l’image a un peu été écornée à force… Mais oui, prends-le comme ça, tu as l’occasion de te la jouer superman et tout, ça finira peut-être par marcher. »

Fais donc style tu le trouvais pas carrément trop cool, c’est vachement crédible après tout ce que t’as déjà pu dire. Mais dans un sens, je mens pas, il m’a jamais vraiment impressionné… Enfin… je connais trop ses défauts pour… Et puis merde. On s’en fout. C’est pas super évident, mais on arrive à sourire et à rire, malgré certains sujets tendus, et ça, c’est vraiment agréable. Plus qu’agréable… Mais je vais quand même pas admettre que je me suis pas sentie aussi bien, aussi heureuse, depuis des mois, voire des années, pas vrai ? Et qu’il parvient à me faire rire avec des trucs tellement cons…

« J’avais préparé tout un exposé, mais là, effectivement, je sais plus quoi dire. C’est tellement percutant et solide… C’est d’avoir lu autant de bouquins qui te rend si éloquent et convaincant ? »

Je le regarde presque sérieusement et curieuse, avant de retrouver mon sourire. Bon, les phobies, c’est pas drôle, mais le reste si. Et j’arrive à le faire rire, même si je sais pas pourquoi. Jusqu’à ce qu’il réponde.

« Hé ! Bien sûr que je le suis ! C’est pas parce que tu as l’esprit tordu que tout le monde est pareil.
Et okay, surprends-moi. Sur quoi ou pour quoi es-tu super open ? Je suis toute ouïe. »


Qu’on soit d’accord, j’ai jamais été pure et innocente. Avec eux, ça aurait été mission impossible de toute façon, et il le sait très bien. Sans parler après de mes road trips avec des routiers et autres, ça a pas trop aidé à préserver mon esprit de jeune fille… Mais il pourrait faire genre. Et je suis certainement plus sage que lui… Ou pas ouais. Bref.

L’atmosphère redescend un peu, et je commence à capter que oui, presque à chaque fois, non seulement c’est de ma faute, mais que ça le rend triste. Ou inquiet. Un truc pas cool quoiqu’il en soit. Et j’essaie de le rassurer, sans véritable succès pour changer j’ai l’impression.
Et s’il me dévisage un peu, il répond pas. Pas qu’il y ait eu quoi que ce soit à rajouter de toute manière. Il le sait bien tout ça, que c’était cool et tout non ? Enfin, pour moi en tout cas. Et pour lui aussi. Même si la suite était moins cool ouais. Mais… si j’arrive à le dépasser, on va pas se prendre la tête hein ? Donc, ça va.


_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.©️ by anaëlle.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1185
Membre du mois : 0
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Mer 17 Aoû - 21:43

Un jour, juste pour voir, j'aimerais vraiment arriver à débrancher mon cerveau, au moins pour arrêter de penser à des trucs à la con qui me plombe le moral sans même que j'ai besoin de qui que ce soit pour ça. Mais est ce que c'est parce que ça me fait tellement flipper d'être avec elle ? Que je me dis que je mérite pas de me sentir aussi bien en aussi peu de temps ? Je galère quand même sacrément avec Eliott, ça compte non ? Mais qu'est ce que je raconte ? Je suis encore en train de m'embrouiller tout seul au lieu d'essayer de mettre les choses au clair avec elle, ou plutôt avec moi-même, la concernant.

Dire que je suis attaché à elle c'est juste un putain d'euphémisme et l'idée qu'elle puisse avoir envie de se taper un des mecs du groupe me fait juste bugguer. Même si elle me confirme le contraire sans la moindre hésitation, c'est juste… pas concevable. Mais d'où je sors cet instinct de propriétaire là ? C'est tellement pas mon genre en temps normal. Je sais pas trop si je dois lui dire ou pas, je me sens déjà assez con comme ça en fait.

"Ok, c'est… c'est cool. Que t'aies pas envie de te taper les autres mecs. Enfin, si ça t'arrive, j'aimerais autant le savoir quoi. Hum… Bref… Parce que c'est moi donc. Je devrais arriver à m'en souvenir, je pense."

Ouais ou pas, je sais. Faut dire que je continue à avoir du mal à piger pourquoi j'ai autant d'importance pour elle, surtout après tout ce qu'elle a pu me balancer et le fait qu'elle m'en voulait quand même sacrément quand on s'est retrouvé. Je vais pas me plaindre hein, juste, j'ai du mal à y croire vraiment. Je laisse échapper un ricanement à sa réaction quand même, lui dardant une œillade amusée avant de souffler, malicieux.

"Quoi ? Tu savais pas que j'étais un super macho ? Merde alors, je pensais que tu me connaissais bien. Les mecs restent plus simples à suivre, je maintiens ce que je dis. Par contre, effectivement, je suis un peu largué avec la plupart des gens, même si avec toi c'est pire."

J'arque un sourcil, voyant qu'elle trouve pas de réponse et je me demande si je dois insister. Avant de me rappeler ce que ça a donné quand je l'ai fait tout à l'heure. On va éviter donc hein et passer à autre chose. Des trucs marrants, pas conséquents, ce dont on a besoin tous les deux après tout ce qu'on vient de se dire. Même si, nous connaissant, c'est loin d'être fini.

"Ouais ce genre de trucs là. Allez, regarde-moi dans les yeux et dis-moi que tu trouvais pas ça super cool. Et puis bon, mon image arriverait même pas à être écornée, quand bien même tu te donnerais tout le mal du monde pour ça. Je suis trop cool pour ça je te dis."

Pas la peine de le dire, je sais que je raconte des conneries, encore plus que d'habitude. Mais ça devient nécessaire pour pas écouter tout ce qui tourne dans ma tête. En tout cas, je la fais rire et, après l'avoir entendue me gueuler dessus, ça fait un bien fou.

"T'as vu ça ? J'ai toujours été le meilleur dans les concours d'élocution à l'école, tu savais pas ? Même pas besoin de faire semblant de savoir lire. Enfin, rappelle-toi les bouquins, c'est juste pour me donner un genre, j'ai jamais regardé ce qu'il y avait dedans."

Si le coup des phobies me fait pas trop marrer, j'arrive quand même pas à pas trop mal m'en sortir. Ou alors elle a pitié. Encore que, elle sait que je serais foutu de débusquer le seul clown en vie du monde juste pour l'emmerder si elle insiste. Bon, j'avoue, en fait non, je lui ferais jamais ça. Mais qu'elle le croit, ce sera plus marrant.

"Moi ? L'esprit tordu et toi non ? Bin voyons… pour la peine, je te dirais pas pourquoi je suis open, je voudrais pas te choquer en fait. Tu sais pas ce que tu rates."

Pour le reste, je vois pas trop quoi ajouter en fait. J'ai peur de plomber une ambiance déjà fragile alors que, doucement, mais surement, ça commence à se tasser. Enfin pas qu'à se tasser. A l'avoir là, dans mes bras, je peux presque dire que tout va bien non ?


_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Jeu 18 Aoû - 22:53

Je sais pas ce qu’il imagine là dans sa petite tête, mais je sais pas pourquoi, je sens que c’est n’importe quoi, pour pas changer. Genre, il se prend pas assez la tête de base avec ses conneries, les histoires avec son père, Ashley et autres que je connais même pas, et il veut en rajouter ? Ouais, bon, je sais, j’aide pas vraiment… Mais j’y peux rien, je fais ce que je peux. Enfin, là, maintenant, je fais ce que je peux. Donc ouais, je peux comprendre qu’il ait du mal, mais… ça reste pas cool qu’il se prenne la tête par ma faute. J’aime pas. Même si je fais pareil de mon côté.
Et mon sourire se transforme en soupir.

« Ouais, tout comme j’aimerais le savoir si t’as envie de sauter Charisma ou Marina. » Non, carrément pas, plutôt mourir. « Tu t’en souviendras pas, je te connais, c’est pour ça, que je vais me faire chier à te le redire tout le temps. Je vais trouver un magnétophone… ça c’est une bonne idée ! » J’esquisse un sourire et passe ma main sur sa joue. « Juste toi Griffin. »

Même pas peur. Non, je veux rien entendre, c’est juste un pieux mensonge. Ouais, c’est ça, c’est… Pas de panique. Tu tiens à lui, c’est pas grave, c’est normal. Tout va bien. Je lui donne une pichenette quand il ricane, avant de sourire bêtement. Non, tout va pas bien, ça, c’est pas normal, mais c’est pas grave…

« Ouais, le pire macho que j’ai jamais rencontré. C’est une de tes plus grandes qualités d’ailleurs. Et non, les mecs sont… chiants. »

Quant au fait que ce soit pire avec moi, on va pas insister, parce que bon… comme il insiste pas plus de son côté concernant les exemples, c’est cool. On laisse les sujets pouvant dégénérer, et on passe à des sujets plus cools. Même si oui, avec lui, tout peut dégénérer.
Je secoue la tête.

« Ça va les chevilles ? Et j’ai pas besoin de faire quoique ce soit, tu te débrouilles très bien tout seul ! Et non… j’étais pas impressionnée et je trouvais pas ça super cool. Du tout. »

Et ça aurait pu être super crédible, si j’avais réussi à rester stoïque encore un peu. Mais non, je ris et dépose un rapide baiser sur ses lèvres. Et pour le coup, je sais pas lequel de nous deux raconte le plus de conneries… Quoique je me demande si ça commence pas à devenir une habitude quand on est à deux…

« Sérieux ? T’as eu des médailles et tout ? Là, je suis impressionnée.
Et c’est vrai, j’oubliais que tu cachais des picsous ou des playboys dans les bouquins pour faire genre… »


Pas comme si c’est lui qui m’avait donné goût à la lecture hein. Mais chut. Et maintenant on connait chacun la kryptonite de l’autre, ce qui de mon point de vue est super amusant. Ou pas. Mais bref.

« Oui toi ! Et genre ! C’est du pipeau, je rate rien du tout. »

Comme s’il pensait une seule seconde pouvoir me choquer. Il pourrait ?... Non, quand même pas. c’est juste n’importe quoi. Surtout que bon, je suis un peu dans la mauvaise position là pour vraiment faire illusion.


_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.©️ by anaëlle.


Dernière édition par Eliott Lancaster le Dim 21 Aoû - 13:10, édité 1 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1185
Membre du mois : 0
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Sam 20 Aoû - 14:45

C'est bizarre, j'ai l'impression en la regardant, qu'elle m'entend penser. Ou plutôt qu'elle entend à quel point ça tourne dans tous les sens dans ma tête et que c'est n'importe quoi. Ca va, je m'en suis pas repris une pour le moment, je devrais être content en fait. Bref, j'arque un sourcil à ses propos et je penche la tête sur le coté.

"Mais d'où je pourrais avoir envie sauter Charisma ou Marina ? Bref, t'auras qu'à le répéter, je préfère ça à un magnétophone à la con. Par contre, va falloir que je te répète que j'ai envie d'aucune autre nana ou toi c'est bon, c'est bien intégré ? Et donc, juste moi. Ok. Ca me va."

Pour le moment quoi. Avant qu'autre chose ne s'insinue dans ma tête et fasse encore tout foirer, comme j'en ai si bien l'habitude. Enfin, d'ici à ce que ça arrive, j'ai le temps d'en profiter un peu non ? Et de me dire que, pour une fois, ça se passe bien. J'arrive même à me marrer et à raconter des conneries, c'est que je m'en sors pas si mal.

"Et encore, je me retiens. Je peux faire largement pire niveau macho. Genre te dire que ta place est ta la cuisine femme et tu pourrais repriser mes chaussettes… hum… enfin je sais pas en quoi ça consiste de repriser mais bon, t'as du l'apprendre en cours de tenue de la maison non ? Mais les mecs ne sont pas chiants, je vois pas ce qui peut te faire dire ça."

On est doués pour éviter les sujets qui fâchent, enfin là tout de suite parce que sinon, on arrive à faire mouche ou presque à chaque fois. Mais là, je pense qu'on a eu notre dose et qu'on peut faire un break, même si on sait bien que ça va pas durer.

"Bah ouais, les chevilles vont bien. Attends, pour une fois que je me sous-estime pas, tu devrais être contente non ? Mais si t'étais impressionnée, comme tout le monde. Ou alors vous nous trouviez très cons. Ce qui n'est pas incompatible tu me diras."

J'arque un sourcil, vaguement dubitatif avant que mon sourire se fasse encore plus large.

"Nan j'avais que des médailles pour le foot, j'avais un standing à respecter quand même. Ah non, au temps pour moi, j'en avais eu une aussi pour un… truc en littérature. J'avais même gagné un séjour  à Washington et Sid' s'est foutu de moi et m'a traité de grosse tête pendant des semaines."

C'était marrant. Faut dire que j'avais clairement pas la gueule du mec capable de faire une dissertation sur la littérature américaine pendant la guerre de sécession. Mais je crois que pour le coup, ça a été une des rares fois où j'ai été fier de montrer un truc à la maison.

"Et il me piquait tout le temps mes playboys, c'est scandaleux."

J'ai un large sourire avant de pencher la tête sur le coté, me faisant malicieux.

"Je nie tout. T'as aucune preuve de mon esprit tordu déjà de base. Et t'en auras pas. T'es punie pour la peine. Et retoc."

Je me demande si je pourrais vraiment réussir à la choquer. Parce que bon, avec le recul, c'est pas comme si je pouvais pas vraiment lui apprendre quoi que ce soit dans ce domaine, j'en ai assez vu pour pas avoir de doutes là-dessus. Et … bref, on va éviter de trop réfléchir là-dessus hein.


_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Dim 21 Aoû - 17:53

Je le regarde, les sourcils légèrement froncés. Lui faire la morale tout en pensant plus ou moins la même chose, ça le fait pas. Enfin, je fais pas vraiment la morale, je me contente d’asséner un fait. Mais le concernant lui… ? Pourquoi il aurait pas envie des autres hein ? Surtout que c’est loin d’être des laiderons… Je vais quand même pas commencer à faire comme lui et à me prendre la tête pour rien sur des trucs débiles ? Il a pas envie d’elles, c’est cool, bien sûr que je le crois, même si elles sont canons, et moins chiantes, et… Non, il aime bien que tu sois chiante… Allez, ça suffit.

« Non, juste moi. C’est… C’est bon, ça me va. »

Tu admets que tu tiens à lui, un peu, ça peut bien être réciproque non ? Un peu quoi… même si c’est flippant et idiot. Et puis, à se retrouver à dire n’importe quoi et à rire ensemble, c’est que ça va bien. Je hausse un sourcil dubitatif.

« Les cours de tenue de la maison… J’ai dû les louper en même temps que les cours de courtoisie et ceux pour t’apprendre à marcher avec ces foutues escarpins… Essaie donc une fois de balancer un truc du genre pour voir. »

Et après, il me sort que les mecs sont pas chiants. Bien sûr que si ça a à voir, les mecs sont prises de tête aussi. Surtout lui en fait. Bon, pas là en fait, là ça se passe bien, carrément, et on continue de délirer sur n’importe quoi donc.
Pour une fois oui… Mon sourire se fait plus sûr alors que je le dévisage. Ou que je le dévore du regard oui.

« Oui c’est vrai, ça change, tu devrais tester plus souvent d’être objectif sur toi-même, c’est plutôt agréable. Et oui, j’étais impressionnée… Mais je devais bien être la seule. Les autres, c’était plutôt l’autre solution effectivement. »

D’accord, j’avais jamais été particulièrement objective le concernant. Que ce soit en totalement positif ou négatif selon les périodes… Mais ça avait toujours été… Ethan.
Je hausse un sourcil, clignant des yeux, avant de sourire à nouveau.

« Sans déconner ? Un séjour ?... Je m’en souviens pas. Et il te chambrait tout le temps cet abruti, alors que c’était le premier à me féliciter de suivre ton exemple…
Enfin bref. J’avais failli oublier que tu étais le sportif simplet de base pour tout le monde… »


Son standing… Crétin… Oui, je comprenais dans un sens, mais c’était tellement débile bordel. A quoi bon chercher à tout prix à s’intégrer si c’était pour faire semblant et pas être soi-même ? Triple crétin.

« Je veux pas savoir ce que vous faisiez avec vos playboys. »

Ni lui, ni Sid. Je souris de plus belle en secouant la tête.

« Tu avais déjà l’esprit tordu à 17 ans, ça a pas pu aller en s’améliorant, j’ai pas besoin de preuve. Et toc toi-même. »

Je vais pas non plus en m’arrangeant je confirme. Ça doit être son influence, c’est pas possible autrement, j’ai jamais été aussi… nunuche. Et le pire, c’est que je m’en fous.


_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.©️ by anaëlle.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1185
Membre du mois : 0
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   Mar 23 Aoû - 12:41

Putain si j’avais pensé qu’un jour, je pourrais avoir ce genre de discussion avec Eliott, je pense que j’aurais pris un fou-rire à n’en plus finir. Je dis pas que je l’aimais pas avant hein, je l’adorais même quand on était gamins. Mais là… c’est totalement autre chose quoi. Et j’ai l’impression que tout a changé tellement vite que j’ai grave du mal à suivre. Enfin, ça au moins, ça change pas trop de d’habitude, j’avoue.  Si elle arrive pas vraiment à me rassurer, je suis pas plus doué dans l’exercice, autant le dire tout suite. Je reprends quand même, d’un ton un peu hésitant, sourcils froncés.

"Nan parce que si j’ai fait ou dit un truc qui aurait pu te faire croire que t’es pas la seule, faut me dire hein, c’est vraiment pas voulu et euh… parce que ouais, y a que toi quoi."

J’ai un sourire en coin quand elle reprend la parole et je suis obligé de balancer une connerie, je peux pas rester comme ça sans rien dire.

"Je me disais bien que t’étais du genre à te vautrer avec des talons. Et avant que tu poses la question, oui, j’ai déjà marché avec des talons, je sais que ça fait. Et non, je pense pas que t’aies envie de savoir dans quelles circonstances."

Mon sourire s’est fait plus large avant que je rajoute, toujours sur le même ton.

"J’ai vu un super bouquin qui devrait te plaire. Genre le guide de la parfaite épouse des années 50. Ca t’irait comme un gant."

… oui j’ai dit épouse. Non je pensais à rien d’autre qu’à déconner. On se calme. Même si j’aime bien comment elle me regarde là, de suite. Enfin, ça veut rien dire, pas la peine de me focaliser là-dessus. Elle est bien avec toi, cherche pas plus loin on a dit.

"Arrête si je suis tout le temps comme ça, tu vas finir par plus me supporter, je te le garantis. J’ai beaucoup de mal avec le concept d’auto-satisfaction Lancaster, je vais pas changer en un clin d’œil hein. Mais ouais, tout le monde nous trouvait con, j’avoue."

Je fronce les sourcils, essayant de me rappeler plus en détail l’histoire du séjour avant de reprendre, la mine pensive.

"C’était… quand t’as été opérée de l’appendicite si je dis pas de conneries. J’y suis resté quoi ? 3 jours ? 4 ? Je t’avais ramené une boule de neige dégueulasse avec la Maison Blanche dedans, tu pourrais te rappeler de ce splendide cadeau quand même."

Comment je me rappelle de tout ça moi ? J’en sais rien du tout. Peut-être parce que quand je suis rentré, c’est là qu’ils m’ont dit qu’Ashley était enceinte. C’est fou comme on peut arriver à se rappeler de détails qui servent à rien dans des moments pareils. Et, un peu perdu dans mes pensées, je me contente d’un bref haussement d’épaules au reste de ses propos.

"C’était plus facile. J’ai pas dit que c’était intelligent de faire ça, mais je crois qu’on a déjà prouvé que niveau intellect, je me pose là quand je veux."

Plus facile de finir en retenue parce que j’avais fait des conneries que d’avoir des récompenses ?  Même pas en fait. Je galérais à faire de la merde et j’avais de temps en temps des sursauts d’intelligence. Sinon j’aurais passé mon temps en colle de toute façon. Un peu comme Sid’ qui lui avait totalement lâché l’affaire. Alors qu’il était loin d’être con.

J’ai un large sourire quand elle parle des playboys et je souffle, amusé.

"T’es sûre ? Et pour reste… je maintiens que non, j’ai pas l’esprit tordu. Et tu me voles pas mes tocs, non mais."

Ouais, y a du niveau-là, je sais. J’ai aussi envie de m’en coller une, vous en faites pas.


_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Terminé] C'est un jeu dangereux qui mêle chair et cœur
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Haïti : Un dangereux précédent par Patrick Elie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall of Man :: 
Rive Nord, Trois-Rivières, Canada
 :: Le Port de Trois-Rivières :: Batgarage
-
Sauter vers: