AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Together, we are stronger | Alessio
MessageSujet: Together, we are stronger | Alessio   Dim 31 Juil - 22:17

    J'ouvris brutalement les yeux.

    Un instant, je me sentis engluée dans les affres du sommeil. Pas tout à fait réveillée, mais plus vraiment endormie... mon cœur battait la chamade. Un cauchemar... même si je n'avais aucun souvenir de ce qui avait pu me réveiller aussi brutalement... Autrefois, j'aurais sans doute hurlé et me serais brutalement redressée en cherchant la lumière... Un réflexe... Mais un réflexe perdu au cours des derniers mois. Parce que le bruit était synonyme de mort... Hurler pouvait rameuter des zombies... Je me rappelais alors que nous étions en hiver. Un hiver glacial... Cela gelait les corps putréfiés des zack. C'était le seul avantage. Parce que cela nous gelait également jusqu'à l'os... Je me souvenais avoir eu froid, avant de m'endormir, claquant presque des dents alors que j'étais incapable de fournir la chaleur nécessaire pour aller mieux. J'ignorais si cela avait agacé Alessio, mais il avait fini par se coucher à côté de moi, tout près et s'était collée dans mon dos, diffusant alors sa proche chaleur.

    Et je m'étais endormie.

    Je pris alors conscience de ce grand corps contre le mien. Nous n'avions pas bougé durant ces quelques heures. Il me tenait chaud et je lui tenais chaud. Je n'osais pas bouger, écoutant son souffle régulier. Il avait veillé à nous dénicher un abri à peu près sûr. Alessio ne laissait jamais rien au hasard et il ne se serait pas endormi s'il avait pensé que nous étions en danger... mais il avait besoin de dormir, comme tout le monde, aussi dur à cuire soit-il. Nous avions été séparés des autres... En fait notre groupe avait totalement explosé. Chacun s'était éparpillé et certains devaient même être morts... Je n'étais pas du tout rassurée d'être de nouveau seule avec Alessio. Pas à cause de lui, non, j'avais toute confiance en ses capacités à nous garder en vie, mais j'étais plus à l'aise en groupe. Nous pouvions veiller les uns sur les autres, nous relayer, nous compléter. A deux, nous étions plus plus vulnérables... Surtout que je n'étais pas d'une très grande aide...

    Et depuis quelques temps, mon corps me trahissait. Et mon subconscient me rappelait que l'homme derrière moi était séduisant et pouvait me donner ce que mon corps réclamait. Oui, c'était la fin du monde, la survie... je n'aurais pas du éprouver ainsi du désir. Mais si, quand j'étais éveillée, cela passait au second plan, quand je dormais, c'était une autre paire de manche... Mais Alessio ne semblait pas très sensible à mes charmes... C'était amusant de penser ainsi, parce que niveau charme, je frôlais le zéro absolu. J'étais dans un état épouvantable. Un vrai épouvantail. Moi qui avais toujours été apprêtée... C'était un cauchemar... Mes cheveux ne ressemblaient à rien et je les attachais le plus souvent, j'avais une tête de déterrée, j'avais perdu de mes formes pour être davantage anguleuse... Ouais, j'étais aussi attirante qu'une serpillière... Pas étonnant que cela ne titille pas Alessio.

    Finalement, je me tournais doucement, afin de me retrouver face à lui. Son bras était toujours passé au dessus de moi. Je profitais de cet instant pour nicher mon visage contre son torse, me gorgeant de sa chaleur, de son aura protectrice. C'était aussi une illusion de tendresse. Alessio n'en avait pas pour moi. Il ignorait ce que c'était. Il m'avait déjà prise dans ses bras ais c'était davantage un réflexe qu'un geste de compassion. Pendant qu'il dormait, il était moins... dur... Quoique... C'était le matin, il était un homme alors... Je rougis légèrement, fermant les yeux et faisant semblant de dormir, de simplement rechercher une source de chaleur et rien d'autre. Mais il avait le sommeil léger et cela ne manqua pas de le tirer du sommeil à son tour...

    Dommage, j'aurais bien profité de ce moment encore un peu... malgré moi, je frissonnais. Finalement, je n'avais pas si chaud que ça... J'avais l'impression de ne plus savoir ce que c'était depuis que l'hiver était arrivé. C'était un miracle que je ne sois pas encore tombée malade... Je devais être plus solide que mon corps chétif ne le laissait penser. Mais tomber malade risquait de me coûter très cher, cela ne pouvait pas arriver.

    Je chuchotais alors contre son torse :

    « Désolée, je t'ai réveillé ? »

    Je ne m'écartais pourtant pas pour autant.

_________________
Be Human
I can't choose between survive and my humanity.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
I'm STILL human
Messages : 810
Membre du mois : 19
J'ai : 30 ans
Je suis incarné(e) par : Leighton Meester
Crédit(s) : © Classwhore & Hedgekey
Je suis un(e) : Docteur Queen
Vos Liens :
Spoiler:
 

I'm STILL human
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   Mer 3 Aoû - 6:32

Je ne dors jamais très profondément. Parce qu’on ne sait jamais quand on va se faire enculer. C’est devenu une habitude a force et je n’aime pas être pris au dépourvu alors le moindre bruit est capable de me réveiller, c’est un peu chiant parfois parce que je ne me repose sans doute pas comme je le devrais mais c’est une question de survie…Alors on fait avec. A vrai dire, ma conscience a commencé à me faire des coucou la voilà dès que la respiration de la doc s’est accélérée sans raison. Enfin si devait bien y en avoir une et je paris mon flingue que c’est un cauchemar. De toute façon, elle en fait régulièrement, elle doit même cauchemarder pour moi c’est dire. Bref, je ne bouge pas pour autant, un rapide coup d’horizon m’apprenant qu’il n’y avait pas de danger immédiat autant essayé de se rendormir. Avec ce putain de froid. Et cette putain d’humidité. La couette que je nous avais dégoté suffisait à peine durant la nuit et ça commençait sérieusement à me les briser menu. Enfin au moins, on était plus que les deux, je savais pas où avait disparu le reste du groupe, et je m’en fichais notez-le, mais je préférais comme ça. J’avais pas à m’inquiéter que l’un d’eux me braque durant la nuit ou pire. En prime, moins de bouche à nourrir, cela étant, moins de bras pour chercher la bouffe, mais bon j’arrivais encore à me débrouiller, ce n’était pas la première fois et ce serait sans doute pas la dernière dans ce foutoir. Par contre, faudrait que je me magne de trouver un abri plus « sûr » que celui-là et si possible, sans courant d’air, ce serait bien.

La toubib me colle comme de la glue mais je suppose qu’elle crève de froid, j’avoue que je suis pas non plus sous les tropiques là, elle est tellement menu que j’arrive sans soucis à presque totalement l’envelopper et son murmure me fait ouvrir à moitié les yeux :

« Ouais. »

Je jetais un coup d’œil par l’espèce de lucarne à moitié défoncée et me rendit compte qu’on était encore en pleine nuit. La question était est ce que je prenais le risque d’allumer un petit feu de derrière les fagots ? Histoire quand même de nous réchauffer un poil, parce que la chaleur humaine, c’est cool mais celle du feu s’mieux.

« T’as tellement froid que j’ai l’impression de pioncer avec un marteau piqueur, toubib. Le ciel est sombre, qu’est-ce que tu dis d’un p’tit feu de bois ? Les nuages cacheront la fumée j’pense et j’ai pas envie d’me trainer une malade. »

Bon là j’étais à moitié sérieux, vu comment elle pouvait se vexer pour un rien j’avais glissé une petite pointe d’humour dans le reste de ma phrase, mais pas sûr qu’elle le comprenne sur le coup. Ah…Flemme de m’extirper de la couette…Fais chier, songeais je avec un soupir.

_________________
Parce que ce monde est totalement pourri, j'en suis devenu un, mais honnêtement, a-t-il réellement suffit d'une pandémie ?
“Alessio.” .narnienne.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Fuck this shit
Messages : 81
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Ben Barnes
Crédit(s) : Schizophrenic
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Fuck this shit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   Mer 3 Aoû - 18:12

    Je me mordis la lèvre à la réponse d'Alessio. On ne pouvait pas dire qu'il s'encombrait de délicatesse. Oui, je l'avais réveillé... mince. Je m'en voulais, parce qu'il était sans arrêt aux aguets et mine de rien ce n'était pas le sommeil vigilant dans lequel il plongeait une poignée d'heures qui pouvaient lui permettre un vrai repos. Je m'en voulais de ne pas être suffisamment digne de confiance et débrouillarde pour qu'il dorme sur ses deux oreilles quand je montais la garde... Mais une petit voix en moi me soufflait que même quand nous étions en groupe, il ne se laissait jamais vraiment aller. En fait, il se fiait davantage à moi qu'aux autres, pas pour mes compétences à le maintenir en vie (quoique, s'il avait un jour un problème d'ordre médical, je pourrais enfin me rendre utile... en espérant que cela ne soit pas trop grave, car je manquais cruellement de fournitures et de matériel...), mais parce qu'il n'avait nulle trahison à craindre de ma part. Je ne le poignarderais pas dans le dos pour lui voler ses affaires... Après, une voix désagréable me soufflait qu'il était parfaitement conscient que j'avais besoin de lui et que j'étais suffisamment intelligente pour ne pas abattre ma planche de salut... et non pas qu'il me faisait confiance parce que j'étais quelqu'un de bien et gentil. Ce n'était pas la même chose. Et je n'en tirais pas la même satisfaction.

    Je me demandais si le silence allait s'instaurer de nouveau. Alessio n'était pas très bavard. Et moi, si j'aimais discuter, me heurter à des silences ou des réponses sybillines avait parfois tendance à me décourage,r si bien qu'il pouvait s'écouler des heures sans qu'aucun de nous ne profère une parole... Cela dit, le silence était d'or pour survivre et ne pas se faire repérer. Si les zack étaient en sommeil, il demeurait des humains malveillants, je l'avais expérimenté et j'espérais bien ne plus jamais revivre ce cauchemar et ne plus jamais être réduite à l'état de pauvre victime amusante. Alessio m'apprenait à me défendre avec une arme à feu, mais je n'étais pas douée pour cela. Je soignais, je ne blessais pas... Cela allait à l'encontre de mes valeurs, de ma vocation. Mais je ne pouvais pas parler de cela avec lui, il se serait moqué de mes scrupules, alors que je ne m'adaptais pas à la situation.

    Je grinçais des dents quand il reprit la parole en me comparant à un marteau piqueur. Toujours aussi charmant. J'étais congelée ouais. Un peu d'exercice physique m'aurait sûrement réchauffé, mais Alessio n'était clairement pas intéressé par ce genre d'activité. Pour ma plus grande frustration. Il ajouta alors qu'il pouvait faire un petit feu... Je faillis protester que ce pourrait être dangereux, qu'il ne devait pas faire ça pour moi, mais je me ravisais en me disant que de toutes façons, il ne ferait jamais un truc stupide pour mes beaux yeux. Je hochais alors la tête, répliquant d'une petite voix :

    « Je dis que c'est une idée merveilleuse, j'ai l'impression de ne plus avoir eu chaud depuis une éternité... »

    Être gelée jusqu'aux os... Franchement, je comprenais enfin ce que cette expression voulait dire et ce n'était pas agréable du tout. Mais évidemment, il fallait qu'il tempère sa proposition qui aurait pu paraître gentille, en ajoutant qu'il ne voulait pas se traîner une malade.

    « Ah je me disais aussi... T'en fais pas va, je tomberais pas malade et si je te ralentis, tu pourras toujours m'abandonner dans un coin. »

    J'avais encore la force de faire du sarcasme. Même s'il y était souvent insensible. Je soupirais et le poussais doucement :

    « Bon, tu y vas ? Ou tu sors ta baguette magique pour le faire ? »

    Non, je n'étais pas toujours très sympa, pas quand j'étais fatiguée, frigorifiée et frustrée. Mais ma voix était teintée d'humour et douce malgré tout, alors que je le chambrais. Mais nous étions si différents que bien souvent, nous ne nous comprenions pas.

_________________
Be Human
I can't choose between survive and my humanity.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
I'm STILL human
Messages : 810
Membre du mois : 19
J'ai : 30 ans
Je suis incarné(e) par : Leighton Meester
Crédit(s) : © Classwhore & Hedgekey
Je suis un(e) : Docteur Queen
Vos Liens :
Spoiler:
 

I'm STILL human
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   Jeu 4 Aoû - 6:18

Je retins un soupir agacé. Que Dieu me préserve des femelles bordel ! Mais évidemment c’était sans doute un peu trop demandé hein ? Un jour je comprendrais pourquoi elle prenait tout ce que je disais de travers…Un jour…Si je crève pas avant bien sûr. Son sarcasme me passa clairement par-dessus la tête et j’estimais qu’il était même inutile de lui répondre, après tout qu’elle pense ce qu’elle veut tiens ! De toute façon, j’allais pas perdre mon temps à la contredire mais a sa place, je me demanderais pourquoi je l’avais pas laissé sur le côté de la route plus tôt si c’était mon genre. Mais bien sûr, le cerveau de Moïra analysait tellement de trucs inutiles qu’il n’avait pas le temps de faire preuve de logique en comparant acte et parole. Foutue gonzesse. Je grognais lorsqu’elle me poussa et d’une parce que j’étais pas motivé et de deux parce qu’elle appuyait pile sur un bleu que je m’étais fait en me prenant une porte d’armoire mal fixée :

« Potter est jamais là quand on en a besoin, faudra t’y faire Toubib, reste la dessous. »

Maugréais-je en repoussant tout de même la couette pour la rabattre sur la doc.

« Merde ! »

Jurais je entre mes dents alors que le froid me saisissait d’un coup. Putain de pays ! On aurait pas pu partir vers le sud bordel ? Et d’ailleurs pourquoi on le faisait pas hein ? Le seul avantage de ce froid de daube c’était bien que les zomzom se faisaient vachement rare et c’était pas plus mal, maintenant que j’étais le seul à savoir tenir une arme je préférais économiser mes munitions. M’ébrouant un coup, je soufflais dans mes doigts tout en observant un peu mieux la pièce où nous étions. J’avais repéré cette baraque à moitié en ruine depuis un moment, m’assurant que personne n’y avait fourré son nez avant d’y embarquer la Doc, une partie de mon choix venait de cette espèce de poêle en fonte contre un mur. Le tuyau était à moitié défoncé mais je pouvais toujours me débrouiller. Dans l’après-midi j’avais pris un malin plaisir à détruire un bureau, des placards et trois chaises, résultat, des tas de bois un peu partout. Mouais, ça le ferait. Je laisserais la porte du poêle ouverte pour un max de chaleur…ce qui m’obligerait a pas dormir. Fait chier.

Le bois était humide ce qui m’aidait pas vraiment non plus, mais après deux trois jurons éructés en italien et trois échardes dans le pouce, je finis par avoir gain de cause. Accroupi devant le maigre feu, je trifouillais dans l’âtre avant de tourner la tête vers la touffe de cheveux qui dépassait de la couette :

« Rapproche toi Doc, c’est pas l’enfer mais s’toujours ça de prit, par contre, une heure pas plus hein, on a pas des réserves de bois illimitée et si on doit encore squatter ici la nuit prochaine, faudra refaire la même. »

Je me détournais pour fouiller dans mon sac à la recherche des restes d’un paquet d’Oréo :

« T’as faim ? »


_________________
Parce que ce monde est totalement pourri, j'en suis devenu un, mais honnêtement, a-t-il réellement suffit d'une pandémie ?
“Alessio.” .narnienne.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Fuck this shit
Messages : 81
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Ben Barnes
Crédit(s) : Schizophrenic
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Fuck this shit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   Jeu 4 Aoû - 10:50

    Je hochais la tête quand il rétorqua, comprenant mon allusion. Était-ce de l'humour ? Non parce qu'avec Alessio, ce n'était jamais facile de savoir s'il était sérieux ou s'il plaisantait. Parce que franchement, ce mec n'était pas du genre à plaisanter... Il n'avait sans doute pas eu l'occasion de beaucoup travailler son humour durant sa vie. Ou alors un humour noir un peu glauque de mafieux. Il n'était pas idiot, loin de là, mais il n'était pas assez subtil pour comprendre certaines formes d'humour et je faisais parfois de sacrés bides avec lui... Sans compter qu'il passait souvent à côté de mes traits d'esprit. Il était terriblement terre à terre. Je frissonnais violemment quand il se leva, ressentant la morsure du froid. Et son absence... même s'il n'était pas aussi chaud qu'un bon feu, sa présence me manqua cruellement dés qu'il me quitta. Et même si je me roulais en boule, emmitouflée dans la couette, je ne parvins pas à retrouver sa chaleur. En fait j'avais tort, je pouvais avoir encore plus froid. J'étais épuisée de trembler autant en fait...

    Je le regardais avec indolence s'activer pour tenter d'allumer le feu, rassemblant les éclats de bois qu'il avait fait en détruisant le mobilier. Il jura alors que ses tentatives n'étaient pas couronnées de succès, mais finalement, le feu prit et se mit à flamber dans le poêle. C'était dangereux et j'espérais que l'évacuation était encore fonctionnelle, ce serait con de nous intoxiquer avec la fumée, n'est-ce pas ? Même s'il y avait des courants d'air, ce qui n'aidait pas à conserver la chaleur, évidemment. Je le regardais alors qu'il m'enjoignais de me rapprocher. Hum... j'étais furieusement tentée de rouler comme un nem jusqu'à sa position, afin de ne pas avoir à trop bouger et surtout à sortir de la couette. Mes muscles étaient ankylosés par l'immobilité et le froid. C'était une torture de bouger. Mais je ne pouvais pas faire ça... Non pas qu'Alessio avait une image très glorieuse de moi, mais j'avais encore quelques miettes de dignité quand même...

    Je pris sur moi et me décidais à me lever, dans un effort qui me parut surhumain... Mes muscles protestèrent devant cette brutale sollicitation, mais je serrais les dents et fis les quelques pas qui me séparaient d'Alessio. Je pus sentir la chaleur du foyer et finalement, je me laissais tomber juste à côté de lui et dans un dernier effort de volonté, j'écartais les pans de la couette pour la passer autour de ses épaules, afin de l'emmitoufler lui aussi, même si cela me mettait à découvert et m'exposait à la froideur de l'air.

    « Je crois oui. »

    Non, je n'étais pas sûre d'avoir faim en fait. La fatigue et l'engourdissement du froid primaient sur le reste. Mais même si je n'avais pas faim, il fallait que je mange, cela me permettrait de me réchauffer aussi... Même si quelques gâteaux n'allaient pas vraiment nous nourrir. Olala, je bavais rien qu'en imaginant un vrai repas... Savoureux... Chaud... Plein de sauce... Du gras. Je n'étais pas adepte de la junk food, mais là, franchement, cela me paraîtrait le nirvana. Je fis la moue en prenant un des biscuits.

    « Il va falloir qu'on reparte en chasse pour refaire nos réserves, on arrive au bout, hein ? »

    Je mâchouillais le biscuit, lentement.

    « Cela t'arrive de te demander ce qu'il est arrivé aux autres ? Et quels dangers plus grands que des zombies existent ? »

_________________
Be Human
I can't choose between survive and my humanity.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
I'm STILL human
Messages : 810
Membre du mois : 19
J'ai : 30 ans
Je suis incarné(e) par : Leighton Meester
Crédit(s) : © Classwhore & Hedgekey
Je suis un(e) : Docteur Queen
Vos Liens :
Spoiler:
 

I'm STILL human
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   Lun 22 Aoû - 15:02

Moira et la survie. Une grande histoire d'amour. Tsss...La couverture nous servait à rien comme ça et certainement pas a nous réchauffer. Bon, c'était pas la meilleure idée du siècle mais je voulais pas crever de froid. Nan si je devais crever, ce serait d'une balle entre les deux yeux bordel ! Pas bouffer par une paire de mâchoires pourries ni par un froid mordant, nan, par une bastos directement dans le cerveau. Ca c'était une mort digne pour moi et ma foutue vie.

« Avec le froid qu'y fait, pas sûr que j'te dégote de la viande, mais ouais, va falloir...Et putain Doc, tu réfléchis un peu ? Comment tu veux qu'on s'tienne chaud là ? »

Ni une, ni deux, j'empaumais la taille un poil trop fine de Moira pour la caler entre mes cuisses, refermant donc la couette autour de nous en l'enfermant entre mes bras. Ah....Ca allait mieux ! Au moins, ça coupait l'espèce de bise qui trouvait malin de venir me geler les couilles.

« Nan. Parce que pour moi ça a pas changé. S'pas les morts le pire, c'est les survivants. J'pense que tu en as déjà eu un aperçu. En vrai, j'me fiche des autres, sauf peut être mama, mais autant pas s'faire de faux espoirs, elle a dût y passer quelque part en Angleterre. »

Marmonnais je en posant mon menton sur l'épaule de la Doc, les yeux figés dans les flammes. Fait chier, j'aimais pas penser a ma mère. Parce que je savais que de toute façon, elle avait dût y passer. Même si elle était une carne, une vraie mama sicilienne...Elle restait une femme, une foutue gonzesse avec un sale caractère mais pas foutue de manier un flingue. Encore que moi j'ai le chic pour passer outre, je regarde pas derrière moi, mais la Doc, elle...J'suis sûr qu'elle pense a sa famille. Elle aussi devrait s'faire une raison mais bon, j'allais pas enfoncer le clou pour autant, après tout, je l'avais déjà pas mal bousculée.

« Tu devrais arrêter de penser au passé, Doc, ça apporte rien d'bon et ça sert a rien. Même si y a rien d'vant nous, mieux vaut regarder par là. »

Parce qu'elle avait le chic de se poser des question existentielles. Pas que je sois contre mais honnêtement, ça ne servait strictement à rien. Dans l'contexte, c'était même d'une débilité sans nom. Fallait survivre, même si ça servait a rien. Pensée primaire ouais mais c'était la mienne.

_________________
Parce que ce monde est totalement pourri, j'en suis devenu un, mais honnêtement, a-t-il réellement suffit d'une pandémie ?
“Alessio.” .narnienne.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Fuck this shit
Messages : 81
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Ben Barnes
Crédit(s) : Schizophrenic
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Fuck this shit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   Mar 30 Aoû - 11:19

    De la viande... Rien que d'y penser cela me faisait saliver, alors même que j'étais à peu près sûre d'en avoir oublié le goût. Cela faisait tellement longtemps que je n'avais pas prit un repas digne de ce nom... C'était terrible. Je n'étais déjà pas très épaisse auparavant, surtout parce que je faisais attention à mon alimentation et que je faisais du sport, afin de rester mince et désirable... Et mon dieu, que cela me semblait idiot maintenant que j'aurais aimé pouvoir manger à ma faim et me goinfrer. J'avais été terriblement superficielle. Quand Alessio me traitait de pétasse friquée quand on se disputait, je m'en offusquais, mais finalement, il n'avait pas totalement tort. Je ne m'étais jamais considérée ainsi, mais de son point de vue... Ouais, je devais être une petite bourgeoise inintéressante et totalement inutile et décalée dans un monde où je n'avais clairement pas ma place... J'avais adoré la mode, les vêtements coûteux, les soirées avec mes collègues médecins friqués aussi... Moi, la petite irlandaise, j'avais réussi à me faire une place en Amérique, à New-York, j'avais réussi... Mais pas tout. Ma vie professionnelle était une réussite oui, mais ma vie sentimentale avait été un vaste fiasco.

    Je lançais un regard surpris à Alessio quand il me demanda si je réfléchissais un peu. De quoi est-ce qu'il parlait au juste ? Ni une, ni deux, il se saisit de moi et je me retrouvais entre ses jambes sans avoir compris comment je m'étais retrouvée là. Mon dos reposait contre son ventre alors que sa chaleur m'enveloppait toute entière... Et malheureusement, ce n'était pas que sa chaleur humaine qui me réchauffait ainsi alors qu'un feu intérieur naissait brutalement en moi. J'étais trop consciente de sa présence et mon corps affaibli et affamé réagissait malgré moi. Le traître... Alessio m'avait déjà opposé une fin de non recevoir à ce sujet, ne masquant pas ce qu'il pensait de mes avances maladroites. Il ne voulait pas baiser avec moi. Ou du moins, s'il le faisait, je ne serais qu'une salope en manque de sexe à ses yeux. Charmant. Sauf que j'avais encore quelques miettes de fierté. Et que c'était avilissant d'être ainsi en manque de contact quand il semblait très bien le vivre. On aurait pu s'attendre à ce que ce soit plus difficile pour un mec. Mais non. Et je me faisais l'impression d'être un nymphomane. Penser au sexe dans un tel contexte, franchement... Il fallait être tarée. Mais pour ma défense, Alessio était sexy. Dans le style ours mal léché, évidemment.

    « Je n'aurais pas songé à venir me foutre là de moi-même tu vois. Je sais pas ce que je peux faire ou non avec toi. »

    Et c'était la vérité. Même si, en mode survie, Alessio pouvait tout accepter, même que je me colle contre lui. Mais quand même. Je préférais éviter un rejet brutal et une pique bien sentie parce que j'envahissais son espace, en fait. Sauf, qu'évidemment, cela ne servait à rien de lui dire, parce qu'il ne comprendrait pas mes états d'âme à ce sujet. Ce type me tuait à être aussi terre à terre et borné. Mais je n'avais que lui désormais. J'aimais bien être en groupe, parfois, il y avait des gens sociables avec qui je pouvais parler sans me faire rembarrer. Là, je n'avais que lui et je devais m'en contenter. Je me raidis contre lui quand il répondit à ma question, non sans évoquer le viol dont j'avais été victime au début de cette épidémie. Je hochais la tête.

    « Je parlais de ceux qu'on a laissé derrière nous : Morgane, Katarina... »

    Ceux qui avaient été à nos côtés les dernières semaines et dont nous nous étions retrouvés séparés. Non pas que je me fasse vraiment du soucis pour Morgane, je ne l'aimais pas spécialement. Mais je m'interrogeais quand même.

    « Si nous, nous avons pu survivre, peut-être que certains de nos proches aussi... j'évite de me raccrocher à cet espoir, de seulement m'autoriser à y penser, mais cela reste possible, même si peu probable. »

    J'esquissais un sourire et me permis de poser mes mains sur ses avant bras, m'y accrochant et cherchant chaleur et courage dans ce contact.

    « Tu sais, je me dis que si quelqu'un a de la ressource pour survivre, c'est bien la femme qui t'a élevé et s'est faite respecter dans un milieu aussi violent et masculin. Elle partait avec plus de chance qu'une petite bourgeoise précieuse... »

    Une mère sicilienne, qui avait du faire baisser les yeux à bien des italiens fiers et arrogants. La seule personne à qui Alessio semblait tenir. Cela devait être une sacrée bonne femme. Pas forcément une tueuse, mais une femme déterminée et qui savait imposer le respect. Peut-être suffisamment pour s'entourer des bonnes personnes et lui permettre de survivre à tout cela.

    « Ah désolé, je ne devrais pas dire cela, si la vie était juste, cela se saurait. »

    Et évoquer ce genre d'espoir, n'était pas très malin. Mais c'était une sorte de compliment. De l'admiration pour une femme que je ne connaissais même pas. J'espérais qu'Alessio n'allait pas me rembarrer cela dit. Je rejetais un peu la tête en arrière, ma joue effleurant celle du mec qui était derrière moi.

    « Mais dans le passé, il y a des souvenirs de jours meilleurs. Je ne veux pas les oublier, Alessio. Je ne veux pas oublier d'où je viens et ce qui m'a forgé. Je ne veux pas oublier les disparus, tout simplement. Ce n'est pas ces souvenirs qui m'empêcheront d'avancer. Ils peuvent parfois me paralyser, m'étouffer, mais j'y puise aussi du courage et la force de continuer. Quoique tu en dises, je suis certaine que tu n'oublies pas ton ancienne vie. Ni les gens qui en ont fait partie. Ne me dis pas que tu ne penses jamais à ta mère. »

    La preuve en était que si, même s'il s'en défendait.

_________________
Be Human
I can't choose between survive and my humanity.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
I'm STILL human
Messages : 810
Membre du mois : 19
J'ai : 30 ans
Je suis incarné(e) par : Leighton Meester
Crédit(s) : © Classwhore & Hedgekey
Je suis un(e) : Docteur Queen
Vos Liens :
Spoiler:
 

I'm STILL human
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   Ven 9 Sep - 14:20

Je baissai a peine les yeux a son commentaire. Ouais parfois, elle devait marcher sur des œufs avec moi. Ce que je comprenais pas. J'étais plutôt clair et pas compliqué. Si ça me faisait chier, je le disais. Point.

« J'te laisse me coller la nuit, Toubib, tu peux faire pareil la journée. Si tu m'emmerde, je te le dirais s'tout. Ca fait une paie qu'on traîne ensemble et t'as toujours pas compris ça ? Si tu veux quelque chose, tu demande.»

Fis je en haussant un sourcil. J'étais pourtant pas difficile a comprendre. Je le savais. Je me jugeais comme ça. J'étais loin des types torturé par leur passé parce que j'avais appris a m'en contrebalancer. Parce que c'était nécessaire pour ne pas offrir sa queue a une balle perdue ou une paire de dents sadiques. Jolie façon de penser nan ? En bref, qu'elle prenne des gants était débile, je le faisais pas avec elle. En même temps, elle m'avait vu foutre une beigne a un mec qui m'avait juste demandé de lui prêter des balles de flingue...Sans dire s'il te plait. M'enfin, mes limites avec la doc n'étaient pas les même qu'avec les autres. Je savais pas trop pourquoi, parce qu'en temps ordinaire, ce genre de pintade m'aurait vite gonflé...Peut être les circonstances, peut être parce qu'elle n'était plus une pintade, je sais pas vraiment.

« Ah...eux...Je regrette pas Morgane, c'était une belle enflure. Comme moi en fait. »

Je fronçais légèrement les sourcils mais n'épiloguais pas pour autant. De toute façon, elle savait que j'étais un connard, juste que je ne l'étais pas vraiment avec elle. Cependant, elle réussit a me faire sourire en coin en parlant de ma mère. Ouais, elle n'avait pas tord...

« Ma mère n'est pas foutue de tenir un pétard correctement...Mais j'me souviens que mon père filait droit, il avait même pas une foutue maîtresse dans un coin, faut dire que mama lui aurait sans doute couper le service trois pièces, faut pas chercher une sicilienne. »

Je soupirais. J'aimais pas penser a ma mère :

« Je sais pas Doc, elle en remontrait aux machos qui l'entourait mais là...J'ai juste eu le temps de la fourrer dans un avion vers Londres et je suis plus là. »

Et puis j'étais pas quelqu'un de particulièrement optimiste. Je pouvais pas m'payer ce luxe. Son excuse me fit rire. En silence, il y avait que ma poitrine se soulevant dans son dos pour en témoigner :

« T'excuses pas, je vais pas te bouffer parce que t'es trop optimiste. »

Même si j'étais le premier a balayé ses espoirs a la con. Juste parce que les espoirs, ça servait à que dalle, juste a te faire chialer dans un coin, te faire déprimer et par finir te tuer parce que t'en peux plus.

Je lui glissai un regard en coin, croisant le sien. Ouais alors autant parfois elle savait pas comment me prendre, autant là, elle y allait franco. Mais j'étais pas totalement con, je comprenais ce qu'elle me disait. J'étais juste pas fan. Un demi sourire carnassier ombra mon visage :

« Mon ancienne vie hein ? J'crois que tu en a eu un aperçu, Toubib. Des bons souvenirs ? S'bien pour les autres, te méprends pas, j'vais pas déprimer pour autant. Je suis s'que je suis et, franchement, au vu de la merde dans laquelle on nage, s'pas plus mal. »

Pour moi comme pour elle. J'avais commencé a la protéger parce que je lui devais bien ça. J'avais continué parce que...Je savais pas trop, d'une certaine façon, elle forçait p'tete mon admiration, parce que malgré sa manucure parfaite et son maquillage dernier cri, elle avait sortit les griffes pour pas crever. Et puis je m'étais habitué tout simplement... J'avais l'habitude qu'elle soit constamment derrière moi, qu'elle me colle, qu'elle chiale comme une gamine ou qu'elle se pose des question à la con. J'm'étais habitué a l'envie de la s'couer quand elle me faisait chier, a ses leçons de morale quand j'en avais rien a battre...Je m'étais même habitué a l'envie qui me prenait parfois de coucher avec elle, c'était dire. J'avais pas tenté d'le faire d'ailleurs, mais fallait croire qu'elle m'avait inculqué un rien de respect pour sa bouille de pétasse friquée.

_________________
Parce que ce monde est totalement pourri, j'en suis devenu un, mais honnêtement, a-t-il réellement suffit d'une pandémie ?
“Alessio.” .narnienne.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Fuck this shit
Messages : 81
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Ben Barnes
Crédit(s) : Schizophrenic
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Fuck this shit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   Ven 9 Sep - 19:38

    « Si je l'ai bien compris justement. Et j'aime pas particulièrement me faire envoyer chier, Alessio, ce n'est pas si difficile à comprendre. »

    Je ne pensais pas avoir un ego démesuré pourtant. Mais c'était normal que cela me blesse qu'on m'envoie balader, non ? Cela ne lui était jamais arrivé de se retrouver dans la même situation ? N'avait-il donc aucun amour propre ? Ou bien en avais-je de trop à m'offusquer de ça ? Pas la peine d'en parler avec lui, j'avais déjà la réponse de toutes façons. C'était moi qui étais susceptible. Merci, au revoir. Mais bon, je notais tout de même que je devais prendre sur moi et accepter un refus plutôt que de ruminer. C'était sans doute plus simple et j'y survivrais probablement.

    J'abordais alors le sujet des tous ceux que nous avions laissé derrière nous. Récemment. Alessio s'était mépris sur mes paroles, parlant de nos familles, amis. Ce qui me permit d'en apprendre davantage sur sa vie. Sur sa mère, qui semblait si importante à ses yeux. J'ignorais s'il avait des frères et sœurs, un père... Sans doute. Je ne lui avais jamais posé la question, parce que l'occasion ne s'y était jamais prêtée. Je recueillis donc ses confidences avec respect et satisfaction aussi, parce que c'était suffisamment rare pour être précieux. Je lui précisais alors le fond de ma pensée et ne fus pas surpris qu'il ne regrette pas Morgane. Elle lui ressemblait trop. Et moi, j'étais tout son contraire... Curieux.

    « Moi, je te regretterais... »

    J'avais murmuré ces paroles. Je n'aimais pas Morgane, mais je ne lui souhaitais pas non plus une mort horrible. Après tout, à moi, elle n'avait jamais rien fait. Quant à Alessio, je l'avais vu se comporter en parfait salopard avec les autres. Pas avec moi. Et je n'étais pas attachée à lui que parce qu'il me protégeait et me maintenait en vie. Il y avait autre chose, qui m'effrayait un peu, parce que dans une vie normale, jamais je ne me serais frottée à ce type de mec. Nous n'étions pas du tout du même monde. J'étais une fille de bonne famille, médecin respecté, altruiste et dévouée, bourgeoise. Il était de la mauvaise graine, élevé au son des flingues et au rythme du marché des putes, individualiste, débrouillard. Aucun point commun.

    La seule chose qui nous avait relié était qu'il ai jeté son dévolu sur mon cabinet pour se faire recoudre la couenne après une balle reçue, sans doute à raison. Je me souviendrais toujours de ce canon froid et menaçant pointé sur moi pour me forcer à la soigner. Je savais que c'était un sale type ailleurs et c'en était toujours un. Mais paradoxalement, il était d'une loyauté sans faille, protecteur, débrouillard, franc. Oui, il avait quand même quelques qualités. Et vachement beau gosse, il ne fallait pas l'oublier. Je fondais sous son regard sombre.

    J'osais parler de sa mère. Sincère quand je disais qu'elle avait pu s'en sortir vu le bout de femme qu'elle devait être pour avoir fait marcher tous ces machos au pas. Je souris à sa réponse, hochant la tête en imaginant la petite femme aux cheveux sombres et au teint ensoleillé.

    « Pas besoin de tenir un pétard quand on sait mener des gros durs à la baguette. »

    Ou qu'on en a un qui vous défend... Comme Alessio avec moi. Je me demandais, très stupidement, ce qu'aurait bien pu penser sa mère de moi. Elle aurait sans doute ri que son fils se trimbale une petite poule de luxe inutile. Et mes parents, moi, auraient été scandalisés. Mes pensées s'égarèrent loin, très loin, dans l'Irlande de mon enfance. Vers des jours meilleurs et insouciants, faits d'amour et de bonheur. Le retour à la réalité était violent. Je frissonnais. Alessio m'assura qu'il n'allait pas me bouffer parce que j'étais trop optimiste.

    « Ah bon ? T'es sûr ? »

    Non bien sur que non, il me traiterait juste d'idiote utopiste. Et écraserait mes espoirs du talon sans pitié. C'était violent, il ne s'en rendait peut-être pas compte lui même. Ou il s'en moquait. Je lui confiais pourtant mon point de vue concernant les souvenirs. Et ne reçus aucun sarcasme en retour. Je choisis alors d'accepter sa propre vision des choses sans chercher à discuter.

    « Tu n'as jamais de baisse de morale ? Il ne t'arrive jamais de te demander à quoi bon continuer ? Jamais jamais ? »

    Cela me paraissait incroyable quand même. C'était bien pour lui si jamais il ne doutait, si jamais il ne se posait ce genre de questions... mais il avait raison, nous n'avions plus que cette vie là et il fallait s'en contenter.

    « Tu as probablement raison... Pas de regrets, pas de scrupules, c'est ça ton crédo ? Ne pas penser au passé, ni à l'avenir, mais juste vivre le moment présent. »

    Je pris une brusque inspiration, avant de me retourner, m'agenouillant face à lui et le regardant droit dans les yeux, malgré le froid que ce mouvement avait provoqué.

    « J'étais bouleversée par la mort d'Elisabeth et Ryan la dernière fois. Mais cela ne change rien. J'ai envie de me sentir vivante malgré tout. Et j'ai envie de toi. Tant pis si je passe pour une salope à tes yeux. J'en peux plus de vivre avec cette frustration. Alors je ne suis sans doute pas ton type de femme, mais tu vas pas faire le difficile quand même. »

    J'avais parlé très très vite, de peur de me prendre un râteau mortifiant alors que je m'offrais à lui comme la dernière des catins. Ou salope, puisque je ne réclamais pas d'argent en échange. Juste qu'il comble enfin ce putain de vide en moi. Bien, voilà... maintenant, je pouvais malmener le bas de mon pull entre mes doigts comme une adolescente effarouchée... mon cœur battait un peu trop fort à mes oreilles. J'allais faire une crise cardiaque s'il continuait de me fixer comme si une deuxième tête m'avait poussé...

_________________
Be Human
I can't choose between survive and my humanity.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
I'm STILL human
Messages : 810
Membre du mois : 19
J'ai : 30 ans
Je suis incarné(e) par : Leighton Meester
Crédit(s) : © Classwhore & Hedgekey
Je suis un(e) : Docteur Queen
Vos Liens :
Spoiler:
 

I'm STILL human
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   Sam 10 Sep - 18:47

Un ricanement m'échappa. Ouais bon, c'était pas charitable. Mais je ne l'étais pas en même temps.

« Tu préfère que je t'envoie chier poliment ? »

De quoi elle se plaignait en fait ? J'étais pas prise de tête c'est tout. Bon, pas un tendre non plus, je suppose qu'avant les mecs devaient se plier en quatre pour pas la froisser, personnellement, pas que je m'en foutais hein, juste qu'au moins c'était clair dès le départ. Je pensais pas qu'elle s'en offusquait encore.

« Et encore j'prends des gants avec toi, Doc. Imagine quand j'en prends pas. »

On pouvait presque dire que je prenait soin d'elle. Bon c'était pas faux, par contre, j'aimais pas vraiment quand elle se morfondait un peu. Oh j'pouvais comprendre hein, juste que c'était pas ma philosophie. En même temps, j'aimais bien lui parler donc bon, disons que ça me gênait moins là tout de suite. J'engloutis le reste de mon biscuit, songeant à ma mama. En fait, je crois qu'avant Moira, c'était la seule femme que je respectais vraiment et auquel je tenais. Je sais pas, p'tete que j'ai un problème quelque part alle savoir. M'enfin j'avais jamais vraiment chercher de femme ou même d'amis. Dans mon milieu on en avait pas. Ou si mais dans le cas là, on se méfiait d'un coup de couteau dans le dos. Un sourire en coin accueillit sa confession, murmurée, tellement que j'ai dût tendre l'oreille :

« Ouais mais ça, Doc, c'est parce que t'es plus humaine que moi. Remarque, tu me manquerais aussi. »

Ce n'était pas vraiment une grande révélation. Fallait croire que j'avais fini par m'attacher à elle. Après tout, les épreuves, paraît que ça rapproche, avant j'trouvais que c'était des conneries sentimentales mais finalement, y avait p'tete du vrai dans l'tas. Dans un monde normal, elle aurait jamais fait partit du mien, ça c'était clair mais maintenant, y avait plus de monde normal.

« Ces yeux faisaient office de flingue. »

fis je un peu pensif, c'est vrai qu'elle avait le chic pour vous coller les foies rien qu'en vous regardant, le visage fermé, les bras croisés sur la poitrine. Encore maintenant, j'crois qu'elle me foutrait les chocottes. Mais bon, même si je pouvais espérer qu'elle était quelque part en vie, je me faisais pas d'illusions. J'entretenais pas ce genre de pensées. A la différence de la Doc. Bon j'avais jamais été tendre avec elle, lui fouettant le cuir pour qu'elle s'endurcisse....Avec plus ou moins de succès en prime. Mais je pensais pas qu'elle avait peur de moi, elle pouvait se méfier de mes réactions, mais elle avait jamais balisé devant moi.

« Ouais j'suis sûr. J'aime juste pas que tu t'accroche a des trucs débiles mais t'as le chic pour voir le verre a moitié plein. »

Alors que moi c'était plutôt le contraire. Et ça doit la surprendre. En fait, j'crois qu'elle s'imagine pas vraiment mon mode de pensée, ça doit la terrifier un peu p'tete, j'en sais rien. Ses questions me font hausser une épaule :

« T'sais Doc, quand tu sais pas quand tu vas te prendre une bastos dans la panse, t'as tendance a pas faire de projets à long terme. Le mariage, les mômes et la jolie maison de banlieue, s'bon pour toi. C'était pas pour moi. Quelque part, j'suis pas paumé maintenant, juste que je tire sur des trucs morts et qu'ils me doivent pas d'fric.. Je regrette peut être les pâtes de ma mère, parce que franchement, c'était un cordon bleu. Ouais ça je regrette. »

Ah putain, fallait pas que je pense à ça ou j'allais saliver comme le dernier des cabots de rue ! Mais merde, qu'est ce que je boufferais bien une plâtrée de pâte bolognaise faites maison. Ma mère savait les assaisonner comme personne. Ah... et spn café. C'était pas ce putain de jus de chaussette américain hein, nan, c'était du café italien, du vrai. Ouais en fait, mes regrets étaient basiques, mais j'me voyais pas m'étaler sur la voix de ma mère ou son sourire ensoleillé.

Je haussais un sourcil quand Moira bougea, réprimant même un frisson parce que putain, elle faisait rentrer un brin d'air froid là ! Allons bon, quelle grande révélation elle allait me faire là ? Nan parce que je la connaissais hein, le plantage regard dans le regard, posture limite solennel...Allé vas y crache le morceau...Et je suis pas déçu du voyage en fait. Autant dire que je m'attendais pas à ça, faut croire qu'elle avait de la ressource la p'tite et pas froid aux yeux, mais d'un autre coté, c'était un peu ce que je lui avais dit de faire avec moi. Donc, je ne pouvais m'en prendre qu'a moi. Le sexe. J'avoue, j'y ai pensé, je suis un mec normalement constitué et même avec des poches lui bouffant la moitié du visage, Moira n'était pas repoussante, loin de là.

Songeur, je scrute un instant ses traits, ignorant sciemment son malaise, mais j'me demande quand même si...Bon en fait, je vois pas pourquoi j'hésite hein, elle était majeure et vaccinée nan ? Juste que la dernière fois, elle m'avait carrément pris de court cette idiote, passer des larmes a un saute moi dessus...J'étais un connard mais pas un chien. Cette nuit par contre...J'ai failli rire quand elle m'a dit qu'elle était pas mon type partant du principe que j'étais mort de faim a ce niveau. Bon c'était pas faux mais quand même, y avait un truc de vexant la dedans, autant pour elle que pour moi d'ailleurs :

« T'as une manière spéciale de m'allumer toi. »

finis je par dire avant de tendre la main pour lui accrocher la nuque, l'attirant à moi. Quelque part, elle avait pas tord, tant qu'elle était consentante, qu'elle me faisait envie, y avait pas de raison pour que j'refuse. Et puis...Oublier un peu la merde dans laquelle on était...en se faisant du bien, c'était un bon deal. J'étais un mec passionné, et frustré depuis un bail. J'avais été trop occupé a survivre pour penser au sexe, mais avec elle, je craignais pas un coup en douce alors pourquoi pas et puis, c'était si gentiment demandé. Je trouvais immédiatement sa bouche, encore pulpeuse malgré les privations et putain...ça faisait du bien, j'avais pas oublié ce que c'était de l'embrasser, même si pour le coup, il n'y avait pas de colère. Ma paume trouva tout naturellement le chemin sous son pull , elle était maigre oui, mais franchement, elle possédait encore des courbes sexy. Merde ! Ca faisait combien de temps que je n'avais pas touché une femme moi ? Songeais je en empaumant un sein, en en titillant la pointe dressée. En fait, je kiffais le goût de sa bouche.

_________________
Parce que ce monde est totalement pourri, j'en suis devenu un, mais honnêtement, a-t-il réellement suffit d'une pandémie ?
“Alessio.” .narnienne.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Fuck this shit
Messages : 81
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Ben Barnes
Crédit(s) : Schizophrenic
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Fuck this shit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   Dim 18 Sep - 17:37

    « Je préfère que tu ne m'envoies pas chier du tout. »

    Mais ça, c'était sans doute trop demander. Il n'avait pas à céder à toutes mes demandes. Des caprices pour certains. Mais je ne pensais pas être spécialement capricieuse. Surtout maintenant. Je ne demandais pas grand chose à Alessio. Je voulais juste qu'il soit un peu plus... humain. Moins en mode gangster froid et insensible. Parce que j'étais une personne qui se nourrissait fortement de la chaleur des autres, des contacts humains. Et j'en étais cruellement privée, par la force des choses. Je me sentais terriblement seule, même en étant avec Alessio, parce que je ne savais pas comment l'atteindre. Je le regardais, dubitative, quand il ajouta qu'il prenait des gants avec moi. Ah... Sérieusement ? Mince, qu'est-ce que ça devait être alors ? Je préférais ne pas l'imaginer. Depuis qu'on se connaissait et que je savais que c'était un sale type avant, j'étais devenue douée pour ne pas trop imaginer comment il se comportait quand il était en activité. Tabasser les putes, flinguer un mauvais payeur... Tout ce qu'on pouvait voir dans les films du genre. Vérité ou fiction, peu importe.

    « Nan j'préfère pas imaginer. Suis une privilégiée alors ? Suis flattée. »

    Cependant, pour une fois, nous pouvions discuter à peu près tranquillement et de choses... anciennes. Alessio ne coupait pas court à la conversation alors qu'il évoquait sa mère, me disant toutefois qu'il ne regrettait pas le passé. J'en profitais pour lui glisser que moi, je le regretterais. J'aimais l'idée de laisser une trace de mon passage sur terre, même si cela passait loin au dessus de la tête d'Alessio. Je m'attendais à moitié à ce qu'il me sorte un truc concernant mon grand sentimentalisme, mais il ne le fit pas, pour mon plus grand plaisir. Mon regard pétilla de malice un instant alors que je lui jetais un regard en coin.

    « Ah oui ? Bien. Tu t'ennuierais sans moi. »

    Nous évoquâmes sa mère, petite dame sicilienne dans un milieu d'hommes qui les commandait d'un simple regard ou un claquement de doigts. Je n'avais pas de mal à imaginer la scène. Davantage à imaginer Alessio affectueux avec celle qui l'avait mis au monde. Ou se ratatiner sous son regard. Est-ce qu'il lui était arrivé de se faire pardonner par un sourire charmeur et un baiser sonore ? Peut-être... il avait bien été enfant non ? Il n'était pas né avec son cynisme et un flingue dans la main. Je ne pis retenir un soupir sarcastique à ses paroles. Le mariage, les mômes, la maison... Bon pour moi ? Oh oui, quelle réussite...

    « Tu as tort. Le mariage n'était pas pour moi non plus. Ni les mômes. Je n'ai pas été fichue de mener ma grossesse à terme. »

    J'étais divorcée. J'avais cru en l'amour. Je m'étais fourvoyée. Il s'était révélé alcoolique, violent, avait refusé que nous ayons des enfants... J'étais tombée enceinte et fait une fausse couche. Oh oui, quelle superbe vie j'avais eu là. Mais Alessio ignorait tout cela. Jusqu'à maintenant. Puisqu'on en était à parler un peu de nous...

    « On dirait que je suis douée pour tomber sur les mauvais garçons aux gueules d'ange... »

    Ça, c'était pour lui. Connor m'avait fait vivre un enfer. Mais je n'espérais rien avec Alessio. Il n'y avait pas d'avenir... Juste le moment présent. Alors pourquoi ne pas céder à ce désir qui me tenaillait depuis des semaines ? Je pris mon courage à deux mains et lui fis ma proposition, quitte à crever de honte ensuite. Finalement, il n'y aurait que lui qui saurait. Le silence était... assourdissant. Seul mon cœur résonnait à mes oreilles. Et enfin, il parla, me laissant perplexe jusqu'à ce qu'il m'attire à lui et s'empare de mes lèvres. Je gémis contre sa bouche alors que sa main trouvait ma peau, froide. Mais du feu coulait dans mes veines. Ma main glissa sur son torse pour venir caresser son entrejambe. Je ne voulais pas spécialement de tendresse. J'avais faim de lui, tout simplement.

_________________
Be Human
I can't choose between survive and my humanity.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
I'm STILL human
Messages : 810
Membre du mois : 19
J'ai : 30 ans
Je suis incarné(e) par : Leighton Meester
Crédit(s) : © Classwhore & Hedgekey
Je suis un(e) : Docteur Queen
Vos Liens :
Spoiler:
 

I'm STILL human
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   Mar 18 Oct - 0:00

En fait, j'avais du mal a l'imaginer mariée avec des mioches. Mais j'étais pas un foutu insensible pour autant, disons que j'étais doué pour entendre le cynisme surtout et le sarcasme, après tout, c'était mes armes de fabrique ça. Mais franchement, j'avais jamais pensé qu'elle aurait pu avoir des gosses en fait. Ni même qu'elle avait été mariée ou un truc dans l'genre.

« C'est marrant...J'ai jamais pensé que tu aurais pu en avoir...Des gosses. »

Pensif, j'me demandais quelle genre de mère elle aurait fait. Genre a les foutre en écoles privées et les fringués en trucs qui me coûterait sans doute les yeux de la tête ? Ouais sans doute. Une bonne petite bourgeoise quoi. Bien coincée. Ouaip.

Quoique coincée, ça c'était avant parce qu'autant le dire, elle mit autant de balais dans sa demande que moi je mettais de romantisme a y accéder. En même, j'étais pas sûr que c'était ce qu'elle attendait de moi et si c'était le cas, elle avait sans doute taper a la mauvaise porte. J'étais pas le genre a déblatérer des conneries sur la couleur de ses yeux ou la douceur de sa peau. Et pis de toute façon, elle y aurait pas cru venant de moi...Et puis ce n'était même pas ce qu'elle attendait de moi en fait. Un long frisson me parcourut lorsqu'elle me caressa au travers du jean. Et merde ! On ne pouvait pas dire qu'elle caressait du vide intersidéral c'était certain. Ma paume glissa autour de sa taille...Ne plus penser était facile, terriblement alors qu'elle m’entraînait avec elle. Elle avait été claire, même si j'me demandais si c'était une bonne idée en fait. Tant pis. Il fallait qu'elle assume aussi la conséquence de ses actes et réveiller mon désir en était une.

Et le moins que l'on pouvait dire était que je n'étais pas forcément un tendre énamouré...J'avais envie d'elle et elle ne m'émettait pas aucune résistance à ce fait. Je plongeais sans vergogne au cœur de la caverne veloutée de sa bouche, caressant sa langue de la mienne, l'allongeant sous moi. Une petite voix me disait d'y aller mollo mais c'était quand même délicat bordel ! J'étais sevré de femmes depuis un moment et même si je me contrôlais bien, fallait pas non plus me demander l'impossible. Même amaigrie, Moira demeurait attirante et savait ce qu'elle voulait. Mais cette foutue petite voix qui me disait d'y aller mollo me les brisait un poil.

J'ouvris son jean agilement, l'expérience sans doute, et ouais, j'étais pas un puceau non plus. Ayant dégagé le chemin, je plongeais entre ses cuisses. J'étais un connard, mais pas a ce point et puis ce serait frustrant si elle n'y prenait pas un minimum de plaisir n'est ce pas ? Il y avait une certaine brusquerie dans ma façon de l'explorer, sans lui faire de mal cela dit, ouais, le masochisme c'était pas ma tasse de café. Je repoussais son pull, tira, sur son soutient gorge, accédant aux monts jumeaux de sa poitrine dont je saisis le trésor entre mes dents.

« Demande le moi. »

Un ordre ? Une supplique ? Une simple demande ? Difficile a dire. Mais je voulais m'assurer encore une fois qu'elle serait capable de supporter ma passion la concernant.

_________________
Parce que ce monde est totalement pourri, j'en suis devenu un, mais honnêtement, a-t-il réellement suffit d'une pandémie ?
“Alessio.” .narnienne.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Fuck this shit
Messages : 81
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Ben Barnes
Crédit(s) : Schizophrenic
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Fuck this shit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   Mar 25 Oct - 11:10

Je regardais Alessio, plutôt surprise par son commentaire. Et pourquoi est-ce que je n'aurais pas pu avoir une vie de famille au juste ? Je n'étais pas une petite nénette de 20 ans. J'avais eu une vie avant tout ce bordel, comme lui. Et j'étais sans doute plus apte à avoir été maman que lui. Ma vie était rangée, bien calculée et programmée et pourtant, j'avais quand même réussi à me rater lamentablement sur ma vie privée. Bravo !

« Ah ? J'ai 30 ans, Alessio, largement en âge d'en avoir... Mais la nature en a décidé autrement. »

Le bébé que j'avais porté, je l'avais perdu. J'avais eu du mal à tomber enceinte. Pourtant, tout fonctionnait chez moi. Peut-être était-ce là une composante psychologique. Je savais que Connor n'était pas très chaud pour ça, alors mon corps m'avait refusée cette joie. Et quand enfin, j'avais pu porter la vie... tout était parti en vrille et j'avais fini par le perdre. Mais je ne m'épanchais pas sur ce sujet. Non pas que je craignais une quelconque pitié de la part d'Alessio, je doutais fort qu'il puisse faire preuve de compassion, même envers moi, mais parce qu'en plus, il devait s'en moquer totalement, donc aucun intérêt de lui raconter tout ça. Ce n'était pas mon psy... Mince, Alessio en psy... Quelle blague ! Ce type était totalement hermétique à ce niveau là !

Je laissais donc le passé où il était, pour me concentrer sur le présent. Sur lui. Sur ce que mon corps réclamait depuis un moment maintenant, même s'il m'avait envoyé sur les roses la dernière fois que je lui avais fait part de ce désir pour lui. Il m'avait vraiment donné l'impression d'être une salope en manque de cul. Mais je passais outre cette fois. J'avais envie de lui, j'étais adulte, en pleine possession de mes moyens. Alors merde, il n'allait pas encore m'envoyer bouler quand même ! Ni faire le difficile. C'était quoi le problème ? Je n'étais pas son genre ? Pas assez excitante ? Je décidais de ne pas trop lui laisser le choix, ma main venant caresser le renflement sous son jean. Là franchement, s'il me repoussait, j'allais vraiment me vexer.

Mais il ne le fit pas. Il céda. Assez facilement. Je me retrouvais vite prise d'assaut par son désir et soupirais de sentir mon corps enfin vivant et vibrant sous les élans passionnés d'Alessio. Je ne m'attendais pas à ce qu'il soit tendre ou patient. Ce n'était pas dons son caractère et s'il se mettait à se montrer gentil et attentionné, j'allais me demander ce qu'il fichait. Qui l'avait échangé ? Je n'attendais qu'une chose : qu'il comble ce putain de désir qui me consumait. Ce n'était pas trop demander de prendre son pied quand même ? Nous n'avions guère de source de joie ou de réconfort en ces temps de fin du monde. Baiser en était une.

Allongée sur le sol, j'ondulais sous lui. Sa main se glissa agilement et je réprimais un petit hoquet alors qu'il touchait cette zone sensible. Le froid mordit cruellement ma peau soudainement mise à nue. Le contact de ses dents me frit frissonner. Je tremblais, de froid, de désir... Mais quand sa main se fit plus aventureuse, je me crispais alors que de mauvais souvenirs remontaient soudainement. Non... Non, je ne voulais pas que ce viol m'empêche de vivre... Je m'en étais remise... je croyais m'en être remise. Mais un kaléidoscope d'images déplaisantes, traumatisantes, vinrent m'assaillir et je me crispais. J'étais en proie à mes propres démons alors que c'était Alessio qui me prenait d'assaut. A ma demande. A mon ordre plutôt. Ce n'était pas juste.

Sa voix perça pourtant les méandres de mes cauchemars. Je me débattais avec moi-même. Je rouvris les yeux pour le regarder., pour ancrer mon regard torturé au sien, assombri de désir. Avait-il senti mon hésitation soudaine ? Je hochais la tête, la gorge nouée.

« Efface-les Alessio. Fais moi oublier que cela peut faire mal. Rappelle-moi que la douleur peut-être agréable. Aime-moi. »

Je lui donnais la permission. Je lui rappelais que j'avais été violentée. Que se faire ravager par des hommes brutaux n'était pas bénin. Qu'il pouvait me faire mal, mais que cette douleur là pouvait s'accompagner de plaisir également. Je confiais mon corps à ses soins. Je lui faisais confiance... J'enfouis mes doigts dans ses cheveux, l'attirant à moi pour l'embrasser. Balayer les mauvais souvenirs, une fois pour toutes. Exorciser ces maudits fantômes...

_________________
Be Human
I can't choose between survive and my humanity.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
I'm STILL human
Messages : 810
Membre du mois : 19
J'ai : 30 ans
Je suis incarné(e) par : Leighton Meester
Crédit(s) : © Classwhore & Hedgekey
Je suis un(e) : Docteur Queen
Vos Liens :
Spoiler:
 

I'm STILL human
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   Mar 25 Oct - 14:19


_________________
Parce que ce monde est totalement pourri, j'en suis devenu un, mais honnêtement, a-t-il réellement suffit d'une pandémie ?
“Alessio.” .narnienne.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Fuck this shit
Messages : 81
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Ben Barnes
Crédit(s) : Schizophrenic
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Fuck this shit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   Lun 14 Nov - 18:08


_________________
Be Human
I can't choose between survive and my humanity.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
I'm STILL human
Messages : 810
Membre du mois : 19
J'ai : 30 ans
Je suis incarné(e) par : Leighton Meester
Crédit(s) : © Classwhore & Hedgekey
Je suis un(e) : Docteur Queen
Vos Liens :
Spoiler:
 

I'm STILL human
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   Mar 17 Jan - 19:28


_________________
Parce que ce monde est totalement pourri, j'en suis devenu un, mais honnêtement, a-t-il réellement suffit d'une pandémie ?
“Alessio.” .narnienne.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Fuck this shit
Messages : 81
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Ben Barnes
Crédit(s) : Schizophrenic
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Fuck this shit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   Lun 6 Fév - 17:01



« J'avais oublié... »

Ce que cela faisait. Je gardais encore l'empreinte de ses dents sur mes lèvres. Je sentais la douleur pulser en moi. Mais celle là, je l’accueillais volontiers... Cette étreinte serait-elle la seule ? Y en aurait-il d'autres ? Est-ce qu'Alessio saurait se lâcher avec moi à l'avenir ? Et qu'est-ce que cela faisait de nous ? Pouvait-on parler de... relation ? Je gardai pourtant toutes ces questions pour moi, consciente qu'elles allaient l'agacer fortement.

« Merci. Tu le prendrais mal si je te disais que j'ai été surprise que tu te montres... hum... délicat ? »

Quoique, ce n'était peut-être pas le terme adéquat, parce que sa façon de me faire l'amour n'avait rien de délicat et c'était bien ainsi.

« Ou prévenant plutôt... Bref... Tu veux bien rester contre moi ? »

Je ne le relâchai pas, je me sentais bien comme ça, me lovant contre lui, en quête de chaleur humaine. D'affection, tout simplement.

_________________
Be Human
I can't choose between survive and my humanity.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
I'm STILL human
Messages : 810
Membre du mois : 19
J'ai : 30 ans
Je suis incarné(e) par : Leighton Meester
Crédit(s) : © Classwhore & Hedgekey
Je suis un(e) : Docteur Queen
Vos Liens :
Spoiler:
 

I'm STILL human
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   Sam 18 Mar - 17:49

Je pinçais son oreille entre mes dents avec amusement. Putain de gonzesse, ça se sent toujours amoureuse après. Bah, ça me gênait pas vraiment pour une fois et pis me lever et me barrer....Disons que là c'était pas trop possible alors je me contentais de glisser sur le côté et de l'attirer contre moi. Ouais faut garder la chaleur quoi.. Délicat....Qu'est ce qu'il ne faut pas entendre franchement ! Prévenant mouais p'tete bien :

« J'suis peut être un connard arrogant Doc mais je suis pas insensible hein. J'ai vu une paire de pute tabassée par leur mac voir pire pour savoir que ça laisse des traces. »


Ouais autant je pouvais trouver ces nanas chiantes et en mépriser certaines, ben y en avait d'autre fallait voir ce qu'elles avaient bouffés dans la tronche. Même a mon pire ennemi, j'suis pas sûr que je lui aurais souhaité ça quoi. Bah mon monde était pas quelque chose de super de toute façon, j'en avais vu et p'tete un peu trop parfois. J'en avais fait aussi. Buter un mec ne m'empêchait pas de pioncer tranquillement sur mes deux oreilles le soir. Je glissai une main sous ma tête en regardant le plafond. Merde, j'ai pas l'habitude de rester avec une nana une fois l'affaire faite moi. Je sais même pas comment on se comporte....Tsss...Je sais même pas pourquoi je me pose ce genre de questions, ça servait a rien et j'avais plutôt intérêt a me demander comment on allait bouffer demain surtout.

« Demain va falloir se trouver un endroit où crécher....Ici c'était pas assez sûr, une cave serait l'idéal tiens. Comment tu te sens ? Que je sache si on reste un jour de plus ici ou si on peut mettre les voiles demain. »

Moi ça allait. Enfin presque, mais j'crois que j'avais plus l'habitude de la survie que la Doc. Bah si il fallait rester un jour de plus ici, on le fera, seulement faudra que je trouve à bouffer au alentours et ça, s'pas gagné.. Ma main sur sa taille m'apprend assez bien qu'elle mange pas assez, dans mes souvenirs, elle était déjà pas grosse mais là....

« Faut vraiment te remplumer. »

marmonnais je en pinçant légèrement sa taille.

« Dire qu'avant un kilo en trop et c'était la cata.... »

Moi j'avais jamais eu le temps de grossir de toute façon. Tracer dans les bas fond ça vous garde une ligne niquel. Botter quelques culs, ça entretenait. Mais maintenant....Putain monde de merde quoi !

« J'vais te dire...Heureusement que tu l'as pas eu ton gosse.... »

Parce que sinon il serait sans doute mort depuis longtemps. C'était p'tete cruel de balancer ça comme ça mais je savais pas prendre de gants.

_________________
Parce que ce monde est totalement pourri, j'en suis devenu un, mais honnêtement, a-t-il réellement suffit d'une pandémie ?
“Alessio.” .narnienne.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Fuck this shit
Messages : 81
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Ben Barnes
Crédit(s) : Schizophrenic
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Fuck this shit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   Mer 22 Mar - 17:07

Je frémis alors qu'il se faisait taquin. Oui, me mordiller l'oreille avec ses dents, c'était... excitant. Même alors que mon corps alangui et repus e faisait mal d'avoir été soudainement sollicité. Ce mec me rendait dingue... Il était froid, rustre, buté, violent, mais... Et bien, il m'attirait, comme le miel attire les abeilles. Il était beau à tomber par terre. Même quand il m'avait menacé de son arme pour que je le soigne, j'avais remarqué qu'il était beau gosse. Mais j'avais été suffisamment refroidie par la menace pour ne pas y prêter attention et me laisser juste guider par ma colère devant ses manières. Et un brin de peur aussi, parce que je n'étais pas totalement inconsciente non plus. Je me collai contre sa chaleur. Apaisée. Bien. Et ça faisait un bien fou !

Je me permis alors de glisser quelques mots, concernant mon ressenti. Je marchais toujours un peu sur des œufs avec lui, parce que nous n'avions pas du tout la même façon d'appréhender les choses et que ce que je trouvais normal était bizarre pour lui. Ou ce qui était gentil était mièvre. Il avait été élevé à la dure et nos monde se heurtaient régulièrement.

« Je ne parlais pas forcément de me taper dessus mais... Enfin, tu t'es montré prévenant, alors que tu aurais juste pu prendre ce que je te donnais, sans t'inquiéter de mes états d'âme... »

Et puis, ça faisait combien de temps qu'il n'avait pas couché avec une fille ? Longtemps. Depuis qu'il m'avait récupérée déjà. Et c'était long pour un mec. Peut-être même encore avant. Alors bon, la patience était mise à rude épreuve dans ces cas là quand même... Et bien, non, Alessio n'avait pas cédé à son empressement. Il ne m'avait pas écarté les cuisses sans ménagement et n'avait pas eu ce qu'il désirait avec brutalité. Il était plus doux dans ses gestes que ses paroles étrangement...

« Tu es plus doux en actes qu'en paroles... »

J'espérais juste qu'il n'allait pas se refermer et m'envoyer bouler après ces confidences. Mais très vite, la réalité nous rattrapa et il pensait déjà à ce que nous ferions demain, crevant la petite bulle d'insouciance créée précédemment, m'arrachant un soupir résigné. Allons ma fille, à quoi tu t'attendais de sa part au juste ? Alessio était Alessio. Et j'aurais tort de m'attacher trop à lui et de vouloir de lui une relation... de couple. On baiserait quand on en aurait envie et le reste du temps, ce serait chacun à sa place, tout simplement. Je devais me mettre ça en tête et ne pas succomber à l'envie d'avoir de la tendresse de sa part. Comment je me sentais ? Épuisée. Affamée. Comme tout le temps... je ne voulais pas ralentir notre route. Je ne voulais pas être davantage un boulet que je ne l'étais déjà.

« Ça ira. On pourra partir demain. »

Avait-on vraiment le choix ? Je tressaillis quand il me pinça la taille, prenant un peu de peau entre ses doigts alors qu'il n'y avait plus de graisse depuis un moment désormais.

« Le régime apocalypse zombie est d'une efficacité redoutable... »

Rien que de penser à de la nourriture mon ventre se mit à gargouiller et je posai ma main libre dessus, comme si cela pouvait vraiment étouffer le bruit...

« Désolée... »

Et là... Il balança une phrase qui me fit me redresser brusquement pour le dévisager, alors que je m'attendais pas à ça... C'était douloureux sur le coup. Mais... à la réflexion, il avait raison.

« J'aime ta délicatesse. »

J'avais répondu avec ironie, avant de hocher la tête, le regard dans le vide :

« Mais oui, sans doute... Pourquoi tu penses à ça maintenant ? »

Parce qu'on venait de coucher ensemble, sans aucune protection ? Je blêmis en songeant à cela... Tomber enceinte maintenant serait une catastrophe. Et mon arrêt de mort sans doute. Je n'étais pas en état de supporter une grossesse. Je ne pouvais pas me fier à mes règles, elles n'étaient plus régulières. J'étais trop carencée et fatiguée...

_________________
Be Human
I can't choose between survive and my humanity.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
I'm STILL human
Messages : 810
Membre du mois : 19
J'ai : 30 ans
Je suis incarné(e) par : Leighton Meester
Crédit(s) : © Classwhore & Hedgekey
Je suis un(e) : Docteur Queen
Vos Liens :
Spoiler:
 

I'm STILL human
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   Jeu 25 Mai - 14:18

La main derrière la tête, je haussai une épaule, le regard rivé sur le plafond lézardé. Ouais j'étais pas un enfant de choeur, mais quand même, je savais pas quelle image avait la doc de ma trogne mais si elle me voyait comme un violeur en puissance, on allait avoir un problème.

« J'vais être clair, Toubib, j'suis pas le chevalier blanc du coin c'est clair, mais j'ai quand même un minimum de conscience dans un coin. Forcer une femme ou j'sais pas ce qui te passe par la tête, s'pas tellement mon kiff. »

J'étais pas vexé. Enfin je crois pas. J'aimais juste pas ça. D'ordinaire, je m'en fichais comme de mon premier flingue mais, quelque part, j'm'étais dis qu'elle me connaissait assez maintenant pour au moins savoir ça. Ok, le monde dans lequel j'avais grandis était pas rose bonbon, s'en était même loin mais merde, mama m'avait tout de même inculqué certaines valeurs...Ok, pas le premier commandement tu ne tueras point, j'avoue, mais j'avais une certaine droiture. Selon mon point de vue. Qui décalait vachement des autres effectivement.

Je claquai la langue lorsqu'elle me dit doux..DOUX !? Non sérieusement...Finalement, autant en rire tiens, ce que je fis d'un ton bas et ironique.

« J'en connais une paire qui doivent se retourner dans leurs tombes là...Pas sûr qu'ils partagent ton avis. »

J'en avais explosé a mains nues, avec une barre, un pied de biche, qu'importe les méthodes tant que comptait le résultat. Ouais c'était dégueulasse et carrément borderline, mais c'était ce qui avait fait de moi un type qu'on craignait. Assez pour tenter de le buter une paire de fois, dont une qui avait bien faillit réussir. M'enfin ça m'avait rompu au genre de merde dans laquelle on pataugeait depuis le début de cette foutue maladie.

Le regard que je lui lançai était sceptique lorsqu'elle me dit que ça irait. Mouais j'étais pas convaincu du tout. On était affaibli et on crevait de faim, mais moi j'étais plus résistant qu'elle. Bon, on resterait un jour de plus. Décision que je pris confortée par le grondement que j'entendis de son ventre. Rha...qu'est ce que je donnerais pas pour des pastas...Je décoinçai mon bras de sous ma tête et le tendit vers mon sac. Devait encore y traîner un restant d'oréo et j'me voyais pas faire cuire nos flageolets là, autant les garder pour demain, surtout si je trouvais rien a becter. C'est que me sortit une pensée qui la choqua mais me laissait imperturbable. Ben quoi ? Fallait être rationnels, un môme dans ce bordel ? Au pire, on l'aurait bouffé, au mieux, on aurait eu un bébé zombie sur les bras.

« S'pas délicat mais c'est vrai. Tiens mange ça. »

Je lâchai le paquet sur ses genoux avant d'examiner sa mine déconfite. Allons bon, a quoi elle venait de penser là ?

« J'sais pas, ça m'a traversé l'esprit, c'est tout. J'me disais qu'on voyait aucun mioche, jamais, même dans nos groupes. J'me dis qu'a ce rythme, on est une race en voie d'extinction. »

_________________
Parce que ce monde est totalement pourri, j'en suis devenu un, mais honnêtement, a-t-il réellement suffit d'une pandémie ?
“Alessio.” .narnienne.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Fuck this shit
Messages : 81
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Ben Barnes
Crédit(s) : Schizophrenic
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Fuck this shit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   Jeu 25 Mai - 19:10

Mince, est-ce que j'avais vexé Alessio en me montrant si surprise qu'il soit attentionné alors qu'il me faisait l'amour ? Parce que là, c'était ça. Ce n'était pas juste... baiser. Je me serais attendue à ce qu'il soit davantage bestial. Rustre. Cela faisait un moment qu'il n'avait pas pu tiré son coup après tout. Et parfois, c'était difficile de se contrôler quand cela faisait longtemps. Et puis, c'était un mafieux, il me l'avait maintes fois répété. C'était un tueur, il avait du casser des gueules bien souvent, voire tuer des gens. Il ne devait pas être tendre avec les putes qu'il avait côtoyé. Alors oui, j'étais agréablement surprise de la façon dont cela s'était déroulé.

« Je ne parlais pas de me forcer mais... Je ne sais pas... Juste tirer ton coup et voilà. Sans... rien d'autre autour. »

Je n'étais pas forcément hyper à l'aise avec ce sujet ni ce genre de langage, mais je m'étais toujours montrée franche avec Alessio. Trop sans doute, alors que nous nous accrochions souvent, que nous ne tombions pas d'accords l'un avec l'autre.

« Je ne m'en plains pas, hein, c'était bien comme ça. »

Qu'il n'aille pas se braquer et me balancer une vacherie dans la tronche maintenant. J'avais eu besoin de ce contact humain et de ce semblant de tendresse de sa part. Un baume sur des plaies à vif en vérité. Même si j'ignorais avoir autant besoin de ce genre d'attention. Je pouvais toujours rêver pour qu'il ai des gestes gentils à mon égard. Il n'était pas du genre à me prendre dans ses bras, à m'embrasser, ou à me câliner quand je flanchais. Non, son truc, c'était de me coller des coups de pied au cul pour me remuer. De m'engueuler pour me faire réagir.

Et je souris quand il claque de la langue, agacé quand je le qualifiais de doux, non sans me lancer que je devais bien être la seule à le qualifier ainsi.

« D'où ils sont, leur avis, on s'en balance... Évidemment, je n'ébruiterais pas ton terrible secret. »

J'ajoutai, malicieuse :

« Tant que tu ne réserves cette douceur qu'à moi... de temps en temps... »

Mon sourire s'était fait moins franc à la fin, alors que cela sonnait presque comme une supplique. Une demande. Un espoir sans doute. Qu'il soit salaud avec tous les autres s'il le voulait, je m'en fichais. Mais qu'il me réserve ses rares élans de gentillesse ou de tendresse. Cela me convenait. Mais nous revînmes à des sujets plus terre à terre. Notre survie. Est-ce que je serais capable de reprendre la route en ayant le ventre creusé par la faim ? Je l'ignorais. J'avais sans doute besoin de reprendre un peu des forces... Je me lovai contre Alessio. Je ne voulais pas être un fardeau pour lui. Pas davantage que celui que j'étais déjà en temps normal quoi.

Et puis, il parla d'enfants. De bébé. Du fait que c'était bien que je n'ai pas eu le mien finalement. Avec dureté. Sans aucune précaution pour mon cœur encore meurtri. C'était Alessio dans toute sa splendeur. Il me fila alors un paquet de gâteaux que je regardais avec envie. Je résistai à l'envie de me jeter dessus et me forçai à manger le plus doucement possible.

« Il doit y en avoir... Mais peu... Déjà les adultes peinent à s'en sortir, alors les enfants... Si il n'y a plus personne pour s'occuper d'eux, ils meurent eux aussi. C'est horrible. Il y en a qui sont... des zombies... »

Je frissonnai en mangeant mon gâteau, avant de reprendre dans un murmure :

« Nous sommes une race en voie d'extinction... A moins qu'une communauté n'existe, quelque part, protégée de tout cela et pouvant vivre de ses cultures et tout... Et encore. Il faudrait des scientifiques pour trouver une parade, un vaccin, un remède. Honnêtement, nous n'avons aucun avenir. »

Ma voix mourut dans un souffle, alors que je retournais contre lui, effleurant du doigt la cicatrice laissée par mes points de suture, il y a une éternité de cela. Avant que tout ne parte à la dérive.

« Tu as le chic pour nous ramener brutalement à la réalité et ne pas nous laisser nous complaire dans la félicité toi... »

_________________
Be Human
I can't choose between survive and my humanity.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
I'm STILL human
Messages : 810
Membre du mois : 19
J'ai : 30 ans
Je suis incarné(e) par : Leighton Meester
Crédit(s) : © Classwhore & Hedgekey
Je suis un(e) : Docteur Queen
Vos Liens :
Spoiler:
 

I'm STILL human
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Together, we are stronger | Alessio   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Together, we are stronger | Alessio
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alessio - Barde et escroc [manque sorts]
» [VIIe Tournoi] .: Alessio du Griffon ~ Kraven de Zeta Prime :.
» ALESSIO FEDERICO DI CONTI ► Darren Criss
» what didn't kill us made us stronger.
» what doesn't kill you makes you stronger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall of Man :: 
Rive Nord, Trois-Rivières, Canada
 :: l'Est de la Ville :: Village de Ste-Geneviève-Du-Batistan
-
Sauter vers: