AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
New Americana [Livre II - Terminé]
MessageSujet: New Americana [Livre II - Terminé]   Dim 7 Aoû - 17:16





Frozen



Miria et Chloé partent en exploration afin de trouver des vivres. Elles ont beaucoup peiné et marché pour dépasser Trois-Rivières, il leur a fallu de longues heures de marche pour parvenir sur la rive sud. Elles croient apercevoir du mouvement au loin, et se rapprochent des faubourgs sud de la ville à proximité de l'autoroute.


Situation de départ:
- Il y a une route centrale, et 4 maisons de chaque côté.
- Les règles normales s'appliquent.
- A chaque fois que vous rentrez dans une nouvelle maison, vous pouvez demander un édit pour savoir ce qu'il se passe.




               

                   
© giphy


Dernière édition par Fall Of Man le Sam 29 Juil - 19:50, édité 1 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4461
Membre du mois : 6361
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: New Americana [Livre II - Terminé]   Mer 10 Aoû - 11:27

Je baille à m’en décrocher la mâchoire. Je me suis levée y a pas 4h pourtant. Mais je dors à nouveau mal. Ou pas assez. Et j’ai faim. On a tous faim, faut vraiment qu’on trouve à manger, ça devient plus qu’inquiétant là. Mon ventre ne gargouille plus, ne me fait plus mal, et croyez-moi, ce n’est pas bon signe. Javik est parti chercher de son côté avec Danny sans doute, ou Spoon, ou à la limite peu importe, tant qu’il n’est pas seul. De toute façon, même seul, s’il joue pas trop au con, je n’ai pas de souci à me faire. Tu parles… Jon, Léon et Jena sont allés essayer de trouver des trucs comestibles en forêt, mais vu la couche de neige, même moi je doute qu’ils puissent trouver quoique ce soit.  

Je finis de mettre mes gants et attrape mon sac et mon arme, avant de sortir du bungalow. Ou alors, je reste dans la chaleur relative du bungalow à attendre qu’il rentre. C’est vachement tentant quand même. Je souffle et secoue la tête en voyant la buée se former devant moi. Et donc, je rentre, et même s’ils trouvent quelque chose, ce ne sera pas assez, et on meurt tous de faim. Je souris et descend les quelques marches du petit bâtiment. Non, et puis, elle doit m’attendre en plus.

Je fais craquer la neige en marchant, et j’ai soudainement envie de faire une bataille de boules de neige. Bah quoi ? Ce serait carrément cool ! Bon, vu notre état, après deux boules dans la tête, on ne saurait plus tenir debout, mais… Je suis sûre que Léon serait partant. Mais oui, quand on aura à manger, ce sera plus fun…
Le côté positif, là, maintenant, c’est que j’ai quasiment plus mal à la jambe. On va éviter de courir ou de trop forcer quand même, mais je parviens à marcher sans souci, sur plus de distance, donc c’est chouette.

Oui, chouette, je pourrais mourir de faim avec la jambe remise. Super. Bon, le but du jeu étant de survivre, on va tenter de le faire correctement. J’ai trouvé un plan à peu près en bon état. Y a des lotissements un peu plus loin qu’on n’a pas été voir. Je crois. Je n’en sais rien. On verra bien, faut bien tenter non ?
J’aperçois Chloé plus loin qui m’attend, déjà prête. Je lui souris en arrivant à sa hauteur, alors qu’elle me rejoint et qu’on commence à marcher. Je ne sais pas si c’était une bonne idée. Elle n’est pas plus vieille que Léon ou John en fait… Je pense. Mais elle a l’air tellement… triste. Presque désespérée. Ou alors j’imagine. Ou exagère au minimum. Mais, même si c’est une sortie idiote, je me suis dit sur le moment que ça lui ferait du bien. Outre qu’on pourrait trouver à manger, et là, c’est le moment de prier, peut-être qu’en plus, elle irait mieux en se sentant utile, ou je ne sais pas quelle connerie.

Et si le trajet se fait dans un silence relatif, les bonnes habitudes ne se perdent pas, neige ou pas neige, je finis par lui lancer un regard alors qu’on se rapproche de notre destination.

« Alors tu… Vous étiez en voyage aux Etats-Unis ? En vacances ? » J’esquisse un sourire avant de grimacer. « Désolée, ce n’était pas une question très maligne… je ne voulais pas être aussi indiscrète. Enfin, pas aussi maladroitement du moins.
Je ne suis jamais partie, je me suis toujours dit que j’aurais le temps plus tard… C’est un peu raté pour le coup. Enfin, le Canada est plutôt chouette. »


Je regarde autour de nous, alors que la neige recouvre tout et cache tout sous son manteau blanc. Oui, vu d’ici et comme ça, c’est plutôt sympa mine de rien. Hormis la famine ouais…
Je désigne une des maisons sur la droite, tout en tendant l’oreille. Genre, je vais pouvoir entendre si y a des zacks dedans…

« On entre ? »

_________________

Aujourd'hui, l'optimisme est une nécessité pour sauvegarder sa santé mentale.


Dernière édition par Miria Graham le Mer 24 Mai - 15:55, édité 1 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20
Enjoy the little things
Messages : 2802
Membre du mois : 2
J'ai : 25 ans
Je suis incarné(e) par : Holland Roden
Crédit(s) : Shereen
Je suis un(e) : Calamity Jane
Vos Liens :

Mes hauts faits :
Enjoy the little things
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: New Americana [Livre II - Terminé]   Sam 15 Oct - 15:40

Il fait toujours aussi froid et j'ai toujours aussi faim. C'est plutôt ennuyeux, au final, on pourrait presque même dire lassant. Sauf qu'au final, on en souffre toujours autant, toujours un peu plus, même en y étant habitués. Et puis, quoi que je puisse en dire ou en penser, on a toujours un peu d'espoir... Ce sale espoir. Sinon, pourquoi on continuerait à sortir en espérant trouver assez de nourriture pour tout le monde. A s'accrocher à la vie. Moi même, je le fais. Je sors. Des fois seule, des fois avec d'autres gens du groupe. La plupart du temps, d'ailleurs, je sais que papa s'inquiète quand je suis seule. C'est normal, mais je m'en fiche. Est-ce que je suis vraiment plus en sécurité avec quelqu'un ? Enfin bref. C'est pas la question. Aujourd'hui, je ne sors pas seule. Des fois je me dis que ça ne sert plus à rien de sortir ; on connait presque tout ce qu'il y a autour de ce camping, on a l'impression d'avoir tout fouillé... Qu'est-ce qu'il reste encore à découvrir ? Sans compter qu'on ne doit pas être les premiers survivants à passer par là, loin de là, alors tout doit avoir été pris depuis le temps. Tout ce qu'il y a à manger. Et de toute façon, c'est l'hiver. Il reste peut être quelque chose à manger, mais une fois qu'on l'aura avalé, il n'y aura plus rien. Plus de nouvelle production, toute l'activité humaine s'est arrêtée. Donc concrètement, cette situation ne peut durer indéfiniment. Les zombies peuvent nous tuer, on peut espérer leur échapper. Mais la faim, ça non. Elle nous tuera de toute façon.

Et pourtant, oui, je retourne dehors fouiller pour voir s'il y a quelque chose qui peut nous aider à tenir. Et je ne sais pas pourquoi, mais je suis pas aussi désespérée que d'habitude. Je suis restée plusieurs jours sans rien faire, enfin, sans sortir du camping, et je tourne encore plus que d'habitude en rond dans ma tête. Déjà que j'arrête pas en temps normal... C'est de pire en pire. Alors peut être que sortir du périmètre ne me fera pas de mal.. Et puis Miria est gentille. Elle a toujours été gentille, dès la première fois, quand elle n'était qu'une inconnue croisée alors que nous fuyions avec papa. Et joyeuse. Peut être pas autant qu'elle l'était ou que je l'étais avant la grande panique, mais elle l'est toujours un peu. Plus que moi à l'heure actuelle. Alors ouais, je l'aime bien. Peut être que ça me mettra un peu la pêche... Ouais, ça va pas être facile, mais bon. Qui sait, peut être qu'on va trouver quelque chose d'intéressant ? Ca peut arriver. Ca peut encore arriver. Peut être. On va bien voir. Je me pointe donc dehors, emmitouflée dans ma veste, mon sac sur le dos – comme si on avait une chance de trouver quelque chose à ramener – et mon arme. Ca me rassure toujours de la porter, et ce constat me dégoutte toujours autant. Mais c'est comme ça. Il faut être armé, si on veut survivre. Depuis le temps, avec tout ce que j'ai vécu, avec tout ce qui m'a fait changé, ça ne devrait plus me poser de problème moral... Pourtant, c'est le cas. Je sais pas si c'est bien. Je me dis que oui, parce que ça veut dire qu'il reste encore un peu de l'autre Chloé, mais peut être suis-je trop attachée à ce passé qui ne pourra plus jamais être et qui me fait souffrir ? Ou peut être, sûrement, que je me pose tout simplement trop de questions et que je devrais arrêter et me concentrer un peu sur... Sur quoi ? La discussion ? Je sais presque plus quoi dire, parce que quand j'essaye d'être drôle ça marche pas, et le reste du temps la discussion dérive toujours sur des sujets sensibles, douloureux. Mais bon, je vais faire un effort. Et peut être qu'elle même saura mieux s'y prendre que moi ? Mouais, pas sûr. Elle me rejoint, on commence à marcher... Et puis quand elle brise le silence, ce sont pile les bons mots qui sortent de sa bouche. Je me mords la lèvre, mais me force à esquisser un sourire. Elle essaye de faire un effort. Je hausse les épaules.

« Ca a l'air un beau pays, oui. Même si j'aurais préféré le connaître autrement qu'à moitié détruit et grouillant de zombies. Oui, j'étais en vacances aux Etats Unis. On a pas pu prendre l'avion pour rentrer en France, donc on est montés vers le nord. Enfin... Je suppose qu'on peut s'estimer heureux par rapport à d'autres. Tu as toujours une partie de ta famille avec toi et moi aussi. Même si c'est pas toujours facile. On est pas totalement seuls. C'est déjà ça. »

Oui, je le pensais. C'était délicat, ça n'avait plus rien à voir avec avant. Mes relations avec mon père... Tout avait changé, indéniablement et durablement. J'acquiesce, lorsqu'elle désigne une des maisons. Je suis déjà fatiguée. On a marché longtemps, sans rien trouver, sans rien voir. Et enfin, quelques maisons, au loin. Peut être même un peu de mouvement. On se rapproche. Rien pour l'instant. Je préfère ça qu'une horde de zombies... C'est parti, donc.

« Allons-y. »

   
Type d'action Je tente d'entrer dans la maison la plus proche



   
Points de vie restants : 14/20 (famine)
       Munitions restantes : 20
       Gains des fouilles : X
       Endroit où je me trouve : Première maison sur la gauche
       Endroit où se trouvent mes ennemis : ...

_________________
all nightmare long ∆
Crawl from the wreckage one more time, horrific memory twists the mind. Dark, rugged, cold and hard to turn, path of destruction, feel it burn. Still life. Incarnation. Still life. Infamy. Hallucination, heresy, still you run, what's to come ? What's today ? ∞

Awards&co':
 
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20/20
Dans toutes les larmes s'attarde un espoir
Messages : 2171
Membre du mois : 20
J'ai : 19 ans
Je suis incarné(e) par : Emma Watson
Crédit(s) : Avatar (c) ?? || Signature (c) quiet rot/tumblr/Kanala
Je suis un(e) : Docteur queen femme médecin
Vos Liens :
Spoiler:
 



Mes hauts faits :
Dans toutes les larmes s'attarde un espoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: New Americana [Livre II - Terminé]   Sam 15 Oct - 15:40

Le membre 'Chloé Esclavier' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Mouvement' :


Vous pouvez fouiller les deux étages, rez de chaussée et chambres en haut (qui comptent chacun pour une zone) et si vous tombez sur un zombie, le résultat devra bien être pris en compte. Il y a des inscriptions en lettres de sang sur un mur et tout est renversé, abandonné depuis longtemps.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4461
Membre du mois : 6361
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: New Americana [Livre II - Terminé]   Lun 31 Oct - 17:50

Le plus difficile en fait dans tout ça, c’est d’arriver à se repérer. Plus de boulot, plus de jours fériés, plus de fêtes, plus de gamins qui courent pour dire que les vacances sont arrivées… Et sans repère, c’est compliqué. J’ai trouvé une montre, qui donne l’heure, oh surprise oui, et la date. Et selon mes estimations, elle a l’air de marcher correctement. Et donc on est bientôt en mars. Oh joie. Tout ça pour dire, que déjà se repérer dans la journée, ce n’est pas évident. Surtout en hiver au canada. Mais savoir quand on est, c’est chaud aussi. Et on en a besoin quand même. Enfin, en tout cas, personnellement, psychologiquement, j’ai besoin de savoir. Même si c’est un peu idiot. Même si pour le coup, ça aurait plus tendance à me déprimer qu’autre chose. Normalement pour mon anniversaire, on aurait fait une super sortie en famille… et j’aurais eu droit aux sempiternelles rengaines concernant mon célibat.
J’esquisse un sourire. Ouais, au moins, plus de soucis à se faire de ce côté-là. Et oui, je vais éviter de rappeler aux autres que c’est bientôt censé être mon anniversaire. J’espère juste qu’ils ne vont pas tilter. Parce que je devrais me forcer à sourire, que je verrais aussi bien les ombres dans leurs regards que dans le mien, et que ça n’amènera rien de plus en vérité.
Bref ! Tout ça pour en revenir au temps qui passe donc. Le bon côté, c’est qu’on va arriver sous peu au printemps, et donc à la possibilité de chasser et cueillir à nouveau… et de voir les zacks se relever sans doute. Oui, bon, On ne peut pas tout avoir et comme on dit, chaque chose en son temps. on avisera le moment venu.

Pour l’instant, je me retrouve à crapahuter dans la neige avec Chloé, pour essayer de trouver de quoi manger, et pour tenter de lui changer les idées accessoirement.
Je lui jette un coup d’œil, avant d’acquiescer.

« J’aurais préféré aussi oui… Même si c’est plus facile de voir un endroit inconnu dans cet état qu’un lieu où on a passé toute son enfance. C’est moins… choquant, ou traumatisant… » Que de devoir abattre ses parents dans la cuisine familiale par exemple… Mauvais exemple ça. « Et oui, mine de rien, vous avez eu de la chance. On a tous eu de la chance, même si on a tendance à l’oublier avec tout ce qu’il se passe et tout ce qu’on subit. On est vivants. On est entourés, protégés. Un tant soit peu. Assez pour toujours être là. Tu as toujours ton père. J’ai toujours… les miens. Et le groupe… commence à ressembler à un vrai groupe… un peu plus soudé… »

Pas tout le monde, à commencer par certaines personnes de ma connaissance, mais il ne faut sans doute pas trop en demander. Et puis, tant que je suis là, ils ne feront pas, trop, de vagues non plus… Ou peut-être m’accordais-je trop d’importance… Même si j’ai raison en partie au moins.
Je désigne une maison, et on s’y rend rapidement, y entrant sans trop de mal. Bon ou mauvais signe ? Les deux sont possibles. Tout est possible maintenant.

Type d'action Je fouille le rez-de-chaussée

Avec précaution, je commence à fouiller, même si plus rien n’est à sa place et que quelqu’un semble s’être amusé à tout foutre en l’air. Et j’ai autant peur de faire du bruit et d’en attirer un que d’en trouver un planquer sous une couverture. Parce que c’est toujours quand tu t’y attends pas que ça fous les boules oui. Pourtant rien. Sauf… Je repousse une table renversée et m’agenouille en saisissant un sac en toile. J’esquisse un sourire en l’ouvrant, sentant les formes des légumes secs sous mes doigts, et en plongeant ma main dedans pour le montrer à Chloé.

« Hé, regarde ! Y a quelques mois, je t’aurais dit que j’aimais pas ça, mais là, des fèves, c’est carrément le bonheur. C’est super bon en plus… Enfin, pour la santé, tout ça, en tout cas… On n’est pas venues pour rien… Reste qu’à espérer que les autres baraques cachent aussi quelques trucs et on aura un joli stock à ramener. »

Type d'action Je tente de lire le message en lettre de saaaang

Je lui souris avant de reporter mon attention sur le mur face à moi. Et je déglutis en voyant le nombre de bâtons. Ils sont vraiment tous tracés en sang ou c’est juste… Non, je préfère ne pas savoir effectivement. Surtout qu’il y en a trop, beaucoup trop.

« Ils sont passés où ceux qui ont écrit ça ?... Ils sont restés enfermés durant des mois et pouf… plus rien ?... »

Bon, j’aurais peut-être dû garder ça pour moi, parce que ce n’est pas vraiment rassurant. Du tout même

Type d'action Je monte à l'étage

« On monte ? »

Je me relève, rangeant la nourriture dans mon sac, avant de secouer la tête en inspirant et en me dirigeant vers l’escalier que je commence à monter. Je me fige en entendant du bruit… qui semble assez loin, mais… Je soupire. Une chose à la fois. On peut fouiller l’étage, et après on sort sans s’attarder. Ça me parait bien comme plan ça.

Points de vie restants :14/20 (famine)
Munitions restantes : 13 balles
Gains des fouilles : Nourriture *1
Endroit où je me trouve :  Au premier étage de la première maison à gauche
Endroit où se trouvent mes ennemis : Un à deux zones

_________________

Aujourd'hui, l'optimisme est une nécessité pour sauvegarder sa santé mentale.


Dernière édition par Miria Graham le Mer 24 Mai - 15:56, édité 4 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20
Enjoy the little things
Messages : 2802
Membre du mois : 2
J'ai : 25 ans
Je suis incarné(e) par : Holland Roden
Crédit(s) : Shereen
Je suis un(e) : Calamity Jane
Vos Liens :

Mes hauts faits :
Enjoy the little things
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: New Americana [Livre II - Terminé]   Lun 31 Oct - 17:50

Le membre 'Miria Graham' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Fouille' :


--------------------------------

#2 'Dé Action' : 9

Les inscriptions sont relativement lisibles; c'est le décompte de jours... Avant quoi? Les batons sont assez nombreux, il y en a pour plusieurs mois si on les compte un par un.

--------------------------------

#3 'Mouvement' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4461
Membre du mois : 6361
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: New Americana [Livre II - Terminé]   Mar 28 Fév - 22:44

On a tous eu de la chance. La tirade de Miria résonne à mes oreilles. J'esquisse un léger sourire, empli de tristesse. Je me le demandais souvent, si on avait vraiment eu de la chance, je me le demandais de plus en plus. Je me répétais toujours que oui, mais c'était surtout parce que je n'avais pas le choix. Parce que je devais continuer, avancer, coûte que coûte. Et si je répondais non je n'avais plus aucune raison de le faire. Oui, nous avions eu de la chance. La chance d'être en vie. Mais à part ça ? La chance de fuir, la chance de voir ceux qu'on a aimé mourir déchiquetés sous nos yeux, la chance de mourir de faim, de froid, d'être terrorisé au moindre bruit ? Quelle chance était-ce que cela ? Je n'en savais rien, mais je continuais à me répéter qu'elle en valait la peine, qu'elle était bien suffisante pour continuer. La chance du survivant. Comme elle le soulignait, nous n'étions pas seuls, et c'était peut être cela, la seule et unique chance que nous ayons réellement. Ce groupe, aussi compliqué et atomisé soit il, était bien le seul lien me rattachant encore à une vie, à une humanité. Parce que sans les autres, nous ne sommes rien... Surtout moi, qui, de part ma personnalité, ai de tout temps aimé le contact avec autrui. Et regardez moi aujourd'hui... Discrète, réservée, presque timide. Presque écœurée. Pourquoi, alors que j'étais si jeune, avais-je l'impression d'être bien plus déprimée et atteinte par ce qu'il se passait que les autres ? On dit qu'on est plus résistants et endurants quand on est jeunes, non ? Je sais pas, je ne sais plus. Je ne sais plus rien. Plus aucune certitude ne tient aujourd'hui, de toute façon.

Alors je ne réponds rien. Je me contente de ce demi sourire, ce sourire qui n'en n'est pas réellement un, car il cache plus de larmes que l'émotion de joie qu'un sourire est censé illustrer. Que pouvais-je ajouter ? Les discussions tournaient toujours autour du même sujet, et ça m'énervait. On rabâchait les mêmes choses, encore et encore. On se plaignait, mais on se rappelait aussi notre chance. On s'inventait une chance, plutôt. On listait ce qu'il nous restait pour nous aider à nous y accrocher. J'en étais laisse. J'aimerais avancer, vraiment. Me détacher de tout ce qui me tord l'esprit nuit et jour. C'est si dur. Et ressasser, à haute voix en plus, ne m'aidera en rien.

Mes pas suivent les siens dans la maison. Je reste figée un instant, devant les bâtons sanguinolents peints sur le mur. Je tente de les compter, mais le frisson d'horreur qui me parcours en imaginant le pourquoi et le comment de leur présence m'arrête bien vite. Mon regard se perd dans toute l'étendue du rez de chaussée : tables, chaises renversés, placards ouverts. Et presque plus rien. Seule Miria trouve quelque chose, et je souris un peu plus sincèrement qu'il y a une minute. Je m'approche d'elle et échange un regard avec elle.

« Wow, y'en a pas mal en plus ! Enfin, y'a quelques mois, moi je t'aurais dit qu'il n'y en a même pas assez pour moi, mais bon, on s'adapte. Il devrait y en avoir à peu près pour tout le monde là. Et franchement, je t'avoue que des choses bonnes pour notre organisme, on en a bien besoin. Tout ce que j'ai mangé ces derniers jours, c'était une barre chocolatée. »

Elle s'attarde elle aussi quelques instants sur l'inscription, mais elle semble lui procurer le même frisson qu'à moi. Je regarde la jeune femme, muette, alors qu'elle s'interroge sur les auteurs de cette magnifique peinture murale. Interdite, je lui adresse un signe négatif de la tête.

« Je ne préfère pas y penser. Après tout ce qu'on a traversé, on a tendance à imaginer rapidement les scénarios les plus morbides. Pas toi ? »

J'acquiesce lorsqu'elle me demande si on monte, emprunte les escaliers pendant qu'elle finit de ranger la trouvaille. Je me crispe en montant les marches, sur la pointe des pieds, retenant mon souffle. Comme si cela allait faire une différence. Enfin, bref. Arrivée à l'étage, une série de portes, entrouvertes pour la plupart. J'aperçois rapidement l'intérieur : les meubles ont l'air dans le même état. Je pousse lentement la première porte, qui émet un léger grincement. Je me mords la lèvre.

   
Type d'action J'entre dans la pièce


Enjambant la table de nuit tombée en travers du seuil de la porte, j'entre dans la chambre. Les draps gisent au sol, et je crois même y déceler quelques traces de sang. Mais c'est sûrement mon imagination, après ce que je viens de voir en bas.

   
Type d'action Je fouille la pièce.

Je fouille en tout cas, dans tous les recoins, sous chaque meuble, mais ne trouve rien d'intéressant. Me retournant vers Miria, je soupire.

« J'ai moins de chance que toi. On contin... »

Un bruit plutôt violent m'interrompt. Et merde. Vraiment, on ne pouvait pas être tranquilles. Reprenant le chemin de la sortie, je lui lance simplement :


« Mieux vaut ne pas trop traîner ici. »

   
Points de vie restants : 14/20
       Munitions restantes : 20
       Gains des fouilles :X
       Endroit où je me trouve : première maison sur la gauche, étage
       Endroit où se trouvent mes ennemis : un à une rones

_________________
all nightmare long ∆
Crawl from the wreckage one more time, horrific memory twists the mind. Dark, rugged, cold and hard to turn, path of destruction, feel it burn. Still life. Incarnation. Still life. Infamy. Hallucination, heresy, still you run, what's to come ? What's today ? ∞

Awards&co':
 


Dernière édition par Chloé Esclavier le Mar 28 Fév - 22:49, édité 1 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20/20
Dans toutes les larmes s'attarde un espoir
Messages : 2171
Membre du mois : 20
J'ai : 19 ans
Je suis incarné(e) par : Emma Watson
Crédit(s) : Avatar (c) ?? || Signature (c) quiet rot/tumblr/Kanala
Je suis un(e) : Docteur queen femme médecin
Vos Liens :
Spoiler:
 



Mes hauts faits :
Dans toutes les larmes s'attarde un espoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: New Americana [Livre II - Terminé]   Mar 28 Fév - 22:44

Le membre 'Chloé Esclavier' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Mouvement' :


--------------------------------

#2 'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4461
Membre du mois : 6361
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: New Americana [Livre II - Terminé]   Mer 24 Mai - 18:21

Je jette un coup d’œil à Chloé. Elle ressemble un peu à Jenna. Elle a l'air aussi fragile et déprimée qu'elle, ce qui n'est pas franchement la meilleure partie à prendre. Je sais bien que c'est plus que difficile. Que ceux qui restent sont ceux qui ont vu des choses affreuses, et sans doute commis des trucs tout aussi affreux. Que c'est de la survie, que rien n'est facile, que c'est moche, que c'est impossible, que c'est une lutte tous les matins de se lever. Et je me demande parfois comment je peux encore sourire et trouver le courage d'être aussi optimiste. Enfin, en vérité, ce sont surtout les autres qui se le demandent je crois. Je n'insiste pas, me contentant de son petit sourire triste. De toute façon, je ne peux guère ajouter davantage, à part me répéter en disant qu'on est vivants, qu'on se protège et que oui, malgré tout ce qu'on peut se dire, on a de la chance d'être toujours là, d'avoir notre famille... ou une partie du moins...

Alors je me contente de la suivre jusqu'à la maison et de fouiller. On est là pour ça non ? Et c'est cool, parce qu'on commence déjà par trouver de la nourriture. Et j'ai même le droit à un vrai sourire de la part de la miss, ce qui n'est pas négligeable. Je grimace un sourire.

« Le chocolat, c'est la vie. Mais oui, ça va nous faire du bien et y en a largement assez pour nous tous, en rationnant juste un peu. On va peut-être continuer de trouver d'autres trucs comestibles. »

Je me fige un peu, comme elle, en voyant les signes. Mais je secoue la tête et préfère passer à autre chose, plutôt que de me demander où sont passés ceux qui ont écrit ça, ou comment ils ont pu disparaître après avoir visiblement vécus en ermite ici pendant... longtemps. Je lui jette un coup d’œil.

« Moi ? J'essaie de continuer à être optimiste. Il n'y a pas de sang, à part sur le mur, ni de cadavre. Ils sont peut-être simplement partis... Même si c'est peu probable je te l'accorde. Mais on ne sait pas.
Mais tout n'est pas morbide. Des choses bien arrivent parfois, regarde, on s'est croisés, et retrouvés. J'ai ma famille, tu as ton père, et on se protège tous dans le groupe. C'est positif et chouette ça. »


Je lui souris. J'aimerais bien faire plus pour la rassurer et lui remonter le moral, mais je ne la connais pas assez pour... J'ai plutôt peur de trop en rajouter. Comme avec Jenna, avec qui je marche sur des œufs, pour des raisons quelque peu différentes, mais qui est tellement triste et abattue que je ne sais plus comment faire pour la faire sourire. Pourtant, ce n'est pas faute d'essayer. Parce qu'on ne peut pas s'en sortir en étant défaitiste, parce qu'on ne peut pas survivre sans le vouloir...
Je soupire tout en grimpant l'escalier, aussi silencieusement que possible. Je la suis sur le palier, regardant par les portes entrouvertes pour essayer de distinguer l'intérieur. Je tourne la tête quand elle ouvre une porte. Forcément faut que ça grince. J'esquisse un sourire quand elle reprend la parole, avant de regarder vers la source du bruit qui s'est fait entendre. Merde.

« Bouge pas, je vais voir. »

Mais non, je ne suis pas suicidaire, je suis simplement plus zen qu'elle.

Type d'action Je me déplace vers la source du bruit

Je pousse la porte de la pièce et voit une lampe à terre, sans doute la source du bruit, et relève la tête. Je déglutis en voyant un zack, les jambes coincées sous une armoire, et essayant d'avancer.

Type d'action Je tue le zack
Type d'action Je fouille la pièce

Je sors mon couteau et m'approche de lui, pour lui planter dans le crane. Voilà. Et surtout ne pas respirer trop, ou trop vite. Je sais pas depuis quand il est coincé, mais ça doit faire un certain temps vu l'odeur. Je secoue la tête. Allez. S'il était planqué là avant de mourir, peut-être qu'il avait de quoi manger. Alors autant fouiller, tant que je suis là. Non ? Et je soupire, fermant les yeux un instant, un sourire aux lèvres. Comme quoi, on trouve encore de tout, faut juste y croire...
Je me redresse et retourne vers la porte pour voir Chloé, ma trouvaille à la main, un immense sourire sur le visage.

« Hé ! Tu veux un pain au chocolat sous vide ? La date est dépassée, mais ils ont encore l'air bon, y a pas de verts ni rien, dooonc... Tu vois, un pain au chocolat ! La classe non ? »

Je lui en donne un, m'en prenant un au passage, avant de me diriger vers la sortie et de lui sourire.

« On continue sur une autre maison ? »

Points de vie restants :20/20
Munitions restantes : 13 balles
Gains des fouilles : Nourriture *2
Endroit où je me trouve : Première maison sur la gauche, à l'étage
Endroit où se trouvent mes ennemis : /

_________________

Aujourd'hui, l'optimisme est une nécessité pour sauvegarder sa santé mentale.


Dernière édition par Miria Graham le Jeu 13 Juil - 14:48, édité 4 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20
Enjoy the little things
Messages : 2802
Membre du mois : 2
J'ai : 25 ans
Je suis incarné(e) par : Holland Roden
Crédit(s) : Shereen
Je suis un(e) : Calamity Jane
Vos Liens :

Mes hauts faits :
Enjoy the little things
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: New Americana [Livre II - Terminé]   Mer 24 Mai - 18:21

Le membre 'Miria Graham' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Mouvement' :


--------------------------------

#2 'Arme Blanche' :


--------------------------------

#3 'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4461
Membre du mois : 6361
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: New Americana [Livre II - Terminé]   Jeu 22 Juin - 17:52

Plus je la regarde, plus je passe du temps avec Miria à côté, plus elle m'impressionne. Comme Laila, d'un certain côté. Toute cette bonne humeur, cet optimisme... Etait-ce une feinte, un masque pour se donner de l'assurance ? Ca avait été mon cas à un moment, et j'avais laissé tombé. Elles devaient bien être dans cette situation là elles aussi, et elles étaient forcément touchées par tout ce que nous traversions. Mais elles transpiraient l'optimisme, à tel point que j'étais sûre qu'elles y croyaient, au fond d'elles. Surtout Miria. Il fallait bien conserver un peu d'espoir de toute façon, et on devait déjà s'estimer heureux d'être en vie. Après ma période « je broie du  noir h-24 », je commençais à comprendre ces petites leçons. Ce « profiter des petites choses » qui m'avait si longtemps tapé sur les nerfs parce que je n'y arrivais pas. Sauf que je n'avais pas l'intention de me laisser mourir. Il me fallait donc quelque chose à quoi m'accrocher. Quelque chose qui puisse me convaincre qu'avancer en valait toujours le coup, bien que la lumière au fond du tunnel diminuait de jour en jour. Puisqu'on ne pouvait penser à demain, il fallait penser à l'instant présent, et donc profiter de ces fameuses petites choses. Comme le chocolat. Oui, ça me faisait mal au ventre quand j'en parlais, parce que c'était de la nourriture bien sûr, mais aussi et surtout parce que mon estomac se rappelait de ce si délicieux goût dont j'avais si longtemps été privée. Jusqu'à aujourd'hui. Là, devant moi, il y avait du chocolat. Il faudrait en laisser pour tout le monde, bien sûr, mais rien que d'en voir... S'il restait encore du chocolat en ce monde, tout ne pouvait pas être perdu, non ? Parce que comme le disait Miria, le chocolat, c'est la vie. Donc s'il y a du choc', y'a de la vie aussi. Ouais je sais, c'est con, simplet, naïf à souhait comme argument... Ca ne mérite même pas de s'appeler un argument d'ailleurs. Pas grave.

Je me contente d'acquiescer et nous passons à autre chose. De moins réjouissant. Parce que ces traces, ces traits rouges, ça n'a rien de rassurant, surtout quand a mon imagination. Imagination ou simplement expérience ? A force de crapahuter dans ce monde apocalyptique, on a vu pas mal de scénarios tous plus excitants les uns que les autres. Mais peu importe, n'est-ce pas ? Y'a rien qui ne veut me tuer pour l'instant, et ceux qui ont fait ça sont probablement morts. Flippant mais sans importance, donc. Et je suis plus que ravie de détourner le regard. Je me mords furtivement la lèvre alors qu'elle me rappelle que j'ai mon père, mais esquisse bien vite un léger sourire en haussant les épaules.

« C'est sûr. Même si c'est... plus comme avant avec nos familles, non ? Et ça ne pourra jamais le redevenir. Mais on est toujours ensemble, c'est l'essentiel. C'est juste que des fois, j'ai du mal à ne pas me laisser submerger par la masse des points négatifs de la situation. J'aimerai pouvoir y arriver aussi bien que toi. »

Je lève la tête vers elle et mon sourire se fit un peu plus franc, en réponse au sien. C'est pas grand chose, je sais bien que mon envie de sourire va vite me passer, mais c'est déjà ça. Faut bien respirer à certains moments, tant pis si je dois me forcer, tirer un peu sur mes traits pour qu'ils forment un sourire. Peut être qu'un jour, ça redeviendra naturel et spontané. L'avantage entre Miria et moi, c'est peut être qu'on a pas été assez longtemps dans le même groupe pour que chaque sujet soit sensible. Contrairement à Phil. Ou pire, Eva. Bref...

Forcément, le petit moment « sourions et relativisons sur notre merveilleuse condition » passe vite. Parce que quand je pousse une porte dans une vieille baraque, il faut qu'elle grince. Miria me dit de rester là, et non, ça ne me plaît pas trop. J'ai jamais aimé me tourner les pouces pendant que les autres supportent tous les risques pour mon petit cul. J'attends qu'elle ait fait quelque pas et m'ait oublié pour tenter de la suivre, mais je me ravise bien vite quand elle manque de se retourner vers moi. Je retourne en arrière sur la pointe des pieds et, après avoir entendu quelques bruits, je la vois revenir vers moi. Et elle n'a pas les mains vides. Là, oui, je souris. Genre, presque naturellement, presque un vrai sourire. Presque, parce que je sais qu'en vrai, je suis vraiment rouillée dans ce domaine. Les pains au chocolat sous vide, ça ne se refuse pas, tout de même.

« Punaise, c'est définitivement la fouille la plus rentable que j'ai faite depuis... Depuis longtemps. »

Je prends le pain et lui emboîte le pas, l'air pensif.

« J'avais un pote qui ouvrait le pain au chocolat, y rajoutait du nutella et le trempait dans son chocolat chaud pour le manger. »

Ne nous attardons pas sur ces souvenirs amers d'une époque à jamais révolue, n'est-ce pas ? Sauf qu'avec un tel truc entre les mains, c'est difficile. Heureusement qu'on ne chôme pas : ressorties sans peine, nous nous dirigeons vers la bâtisse en face, première maison sur la droite. Et c'est reparti pour un tour... Une sortie fouille, c'est comme une boîte de chocolat. On ne sait jamais sur quoi on va tomber en entrant... Non, arrête là Chloé. Chocolat plus vieilles répliques de films...  

Type d'action J'entre (1 relance)

Type d'actionSi tout va bien, je fouille


Points de vie restants : 14/20
   Munitions restantes : 20
   Gains des fouilles : 2x nourriture
   Endroit où je me trouve :  première maison sur la droite
   Endroit où se trouvent mes ennemis : X

_________________
all nightmare long ∆
Crawl from the wreckage one more time, horrific memory twists the mind. Dark, rugged, cold and hard to turn, path of destruction, feel it burn. Still life. Incarnation. Still life. Infamy. Hallucination, heresy, still you run, what's to come ? What's today ? ∞

Awards&co':
 
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20/20
Dans toutes les larmes s'attarde un espoir
Messages : 2171
Membre du mois : 20
J'ai : 19 ans
Je suis incarné(e) par : Emma Watson
Crédit(s) : Avatar (c) ?? || Signature (c) quiet rot/tumblr/Kanala
Je suis un(e) : Docteur queen femme médecin
Vos Liens :
Spoiler:
 



Mes hauts faits :
Dans toutes les larmes s'attarde un espoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: New Americana [Livre II - Terminé]   Jeu 22 Juin - 17:52

Le membre 'Chloé Esclavier' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Mouvement' :


--------------------------------

#2 'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4461
Membre du mois : 6361
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: New Americana [Livre II - Terminé]   Jeu 13 Juil - 14:49

Je ne cherche pas à les convaincre, pas plus elle que les autres. Je continue juste de sourire et de profiter de ce que j’ai. Parce que sinon, je ne pourrais pas tenir. Je ne sais même pas comment ils tiennent eux. Non pas qu’ils se morfondent tous, ce n’est pas à ce point-là, pas pour tous, mais ne voir que ce qui ne va pas et oublier le reste, parce que c’est moins important à leurs yeux, ce n’est pas une solution. Je sais. Je ne me leurre pas. Je suis tout à fait consciente qu’on a vécus la fin du monde… Survécus plutôt. Et qu’on a tous fait et subis des trucs plus ou moins horribles pour y arriver. C’est donc on ne peut plus normal de s’être endurci et d’avoir changé pour parvenir à tenir. Même moi, j’ai changé. D’accord, ça ne se voit pas forcément, pourtant c’est le cas. Ce n’est pas parce que je cherche toujours à prendre les choses bien et à voir le côté positif de chaque petite chose que je ne suis pas prête à faire le nécessaire pour protéger les miens. Enfin, ça, ça ne regarde personne et je m’étale rarement sur ce que j’ai déjà dû faire. Oui, je sais. A se demander si je suis encore totalement saine d’esprit à pouvoir être aussi positive et ce genre de trucs malgré tout ce qui arrive. On va éviter de trop s’appesantir sur la question…

Je me concentre sur Chloé et sur la maison qu’on visite. Pille. Bref, il n’y a visiblement plus personne de vivant, donc ce n’est pas vraiment du vol. Et puis on s’en fout oui. Je lui jette un coup d’œil et acquiesce doucement, avant de grimacer un peu.

« Non, ce n’est plus pareil, mais ça reste une bonne chose, un soutien… un réconfort même. Et c’est parfois difficile, je sais bien. Il y a trop de points noirs et douloureux, et ce serait presque tentant de se laisser glisser pour oublier… Mais ce serait une… offense pour ceux qu’on a perdu. C’est dans ce genre de situations qu’il faut justement profiter de ce qu’on a. Enfin de mon point de vue… »

Et j’arrive à la faire sourire. Pour de bon. Un vrai sourire. Je sais que ce n’est pas grand-chose, mais c’est toujours ça de pris. Petit à petit, elle le fera peut-être même sans devoir songer à le faire. Pas pour le moment étant donné que du bruit se fait entendre, mais au final, ce n’était rien de bien méchant. Oui, on apprend à relativiser et un zack coincé, ce n’est pas bien grave. Surtout pour ce que je finis par trouver et partager avec elle. Ce qui amène un autre sourire. Un peu plus spontané. Qu’est-ce que je disais. Ouais, bon, presque. Je souris en retour et croque dans celui que je viens d’ouvrir.

« Je suis sûre qu’on peut trouver du nutella, et avec le temps qu’il fait, il sera encore bon en plus… Le chocolat chaud par contre… Si avec de l’eau, c’est moins bon, mais c’est faisable aussi. Ça doit pouvoir se faire. »

Je sors de la maison et vais pour traverser la rue pour aller dans une autre maison. Et je tourne la tête, avant de me figer un instant et de grimacer en voyant quelques zacks plus loin dans la rue.

« Ou on rentre et on reviendra une autre fois. Parce que se faire piéger à l’intérieure d’une maison qu’on connait pas, j’ai déjà donné et ce n’est pas top. »

Ouais, surtout qu’ils nous ont vu. Ou pas. J’en sais rien, mais j’ai pas envie de tenter de devoir en tuer plusieurs en même temps là maintenant de suite. Je la regarde et soupire, avant de reprendre la route. Pour rentrer oui. Courageuse mais pas téméraire non. Mais dois-je préciser que je suis toujours en vie contrairement aux idiots casse-cous ?


Points de vie restants :20/20
Munitions restantes : 13 balles
Gains des fouilles : Nourriture *2
Endroit où je me trouve : Première maison sur la gauche, à l'étage
Endroit où se trouvent mes ennemis : /


_________________

Aujourd'hui, l'optimisme est une nécessité pour sauvegarder sa santé mentale.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20
Enjoy the little things
Messages : 2802
Membre du mois : 2
J'ai : 25 ans
Je suis incarné(e) par : Holland Roden
Crédit(s) : Shereen
Je suis un(e) : Calamity Jane
Vos Liens :

Mes hauts faits :
Enjoy the little things
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: New Americana [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
New Americana [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall of Man :: 
Rive Sud du Saint-Laurent, Canada
 :: L'Entrée Sud de Trois-Rivières :: Les Rues et Logements
-
Sauter vers: