AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Un jour j'irai vivre en théorie, parce qu'en théorie tout se passe bien
MessageSujet: Un jour j'irai vivre en théorie, parce qu'en théorie tout se passe bien   Mar 25 Avr - 18:12

Philippe & Brandon





Avant, pour passer le temps, Brandon se collait devant la télé, s’abrutissait devant un programme et attendait que le temps passe. A paresser sur le canapé. Ou à jouer aux cartes avec les membres de son unité, jusqu’à ce que de nouveaux ordres soient donnés. En taule, c’était la même, ou presque. Aujourd’hui, il tente de pêcher du poisson tout en lisant un livre.

Il avait trouvé ce dernier, abandonné parmi les décombres de ce qu’il restait du centre, avant qu’ils l’investissent et l’avait jeté dans un coin de son mobil-home sans plus y penser. Jusqu’à ce qu’il tombe dessus la veille. Brandon s’est clairement pas un littéraire, même à l’école il demandait à sa soeur de lire et de lui faire un résumé pour ses devoirs. Une fois le BAC en poche, il s'était dit “plus jamais”.

Le voilà aujourd’hui, face à la rivière avec 2 lignes, attendant de pouvoir ramener du poisson au campement avec un livre, un putain de bouquin, entre les mains. Pas n’importe quoi en plus, une romance à faire rougir une nymphomane. Ce n’est même plus de la romance à ce stade, mais de la pornographie littéraire. Comment les gonzesses pouvaient lire ce genre de chose ?

Pourtant, curieux, il persiste à parcourir les lignes, les sourcils froncés. Les mots couchés sur papier sont censés émoustiller les filles ? Il hausse un sourcil sur un passage particulièrement osé et se retourne vivement en entendant du bruit derrière lui. Il lâche le livre qui se fracasse au sol et se saisit de son couteau, prêt à poignarder un zombie. L’adrénaline s’empare de lui tandis qu’il attend que sa proie vienne à lui. Avec calme. Il perçoit nettement des bruits de pas, rien de trainant, des pas assurés.

Fausse alerte, c’est le français qui marche jusqu’à lui. Brandon lâche un marmonnement inintelligible et range son arme. Les mots échangés sont brefs, Phil sait qu’il peut compter sur lui en toute circonstance. Brandon est toujours volontaire. L’inactivité a tendance à le transformer en vieil ours bourru et grognon, en somme exécrable. Et franchement, on ne peut pas dire que la pêche améliore son humeur.

L’homme range tout son bordel, son bouquin et ses lignes improvisées et se dépêche d’aller ranger le tout dans son espace personnel avant de rejoindre le français. “Alors, on va où et on cherche quoi ?” Parfois, ils partent sans idées précises, si ce n’est ramener le plus de ravitaillement qu’ils peuvent, d’autrefois, ils savent exactement ce dont ils ont besoin et où le trouver. Chaque fois, ils prennent un gros risque. “Je cracherai pas sur des clopes.”
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Messages : 216
Membre du mois : 48
J'ai : 37 ans
Je suis incarné(e) par : Charlie Hunnam
Crédit(s) : avengedinchain
Je suis un(e) : Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un jour j'irai vivre en théorie, parce qu'en théorie tout se passe bien   Lun 1 Mai - 17:02

On ne pouvait pas toujours être au taquet. Le beau temps revenait, ou du moins, il s’était arrêté de neiger et il n’avait pas plu de cendres depuis quelques jours. C’était déjà une grosse amélioration par rapport à ce qu’il se passait auparavant. Cet hiver était le plus terrible que j’avais jamais connu dans ma vie ; ce n’était pas la faute au froid ni au vent, ni à un élément précis. En fait, c’était la faute à absolument TOUT ce qu’on avait vécu, cumulé et subi pendant tout ce temps. La faim bien sûr, avait sans doute été le plus terrible des fléaux subi dans cette période. On crevait la dalle depuis qu’on avait dû quitter Coaticook en pleine tourmente, sous le bombardement de l’aviation canadienne. On n’avait eu que peu de réserves sur nous et en plus de ça, on n’avait quasiment rien trouvé. C’était un peu comme si tout avait déjà été raflé par d’autres groupes de survivants… La faim ça avait été terrible. Mais toute seule, on aurait pu la gérer. C’était devenu compliqué à gérer avec le froid et l’humidité. On avait manqué de geler sur place et sans parvenir à nous sustenter, le froid mordant s’était avéré encore plus vif, encore plus insidieux. Terrible je vous dis. Et il y avait eu la solitude.


Je m’étais forcé de ne pas trop penser à Juliette pendant ce temps-là. Et j’avais essayé de faire pareil avec Eva, mais ça n’avait pas été facile. Certes, on s’habituait de plus en plus à perdre les gens qui nous entouraient, mais quand même. Je m’étais demandé pendant des semaines comment on pourrait s’en sortir, comment elle-même vivait de son côté. Où elle était. Avec qui. Les soirs où je craignais le plus pour elle, je me disais qu’lele devait déguster. Parfois, j’avais pu imaginer, bien malgré moi, les pires horreurs qui auraient pu la toucher. Mais je me retrouvais bien loin de la vérité, finalement. La vérité, la réalité que vivait la femme que j’aimais maintenant, c’était terriblement éloigné même des pires horreurs que j’avais pu imaginer. Une fois encore, la réalité dépassait la fiction.


Bref, les choses allaient mieux maintenant. On mangeait à notre faim grâce aux stocks très importants sur lesquels nous étions tombés lors des parachutages du gouvernement ou de ce qui représentait aujourd’hui une certaine forme d’autorité. Mais ça ne voulait pas dire qu’on était tiré d’affaire. Avec le dégel, les contaminés redevenaient actifs, et on avait déjà eu la preuve que les autres survivants pouvaient être un danger. J’allais vers le mobilhome de Brandon. Un dur, un type qui nous avait rejoint quelques semaines plus tôt lorsqu’on avait traversé la ville de Trois-Rivières. Il était temps de pousser nos reconnaissances jusque la ville.



| Salut. On va en ville. On a toujours le pick-up que Wilkins a tiré y’a quelques temps, et je pense qu’on doit savoir ce qu’il s’y passe, maintenant que le printemps revient. Et si on trouve des clopes, tu pourras les garder. Ou les partager avec Anna, je crois que notre toubib cracherait pas sur une tige. Ca va toi, tu te sens d’attaque ? |

_________________

Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Running After My Fate
Messages : 8110
Membre du mois : 120
J'ai : 38 ans
Je suis incarné(e) par : Christian Bale
Crédit(s) : Kanala
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

. :
Running After My Fate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Un jour j'irai vivre en théorie, parce qu'en théorie tout se passe bien   Dim 7 Mai - 11:20

Philippe & Brandon





D’accord, il s’agit donc d’une expédition à l’aveugle, on prend tout ce qu’on peut et on se barre. Et au passage on check l’ambiance. En ville, bien. Ca changera du cadre campagnard. En réalité, quand on sort de taule, n’importe quel cadre lui convient tant qu’il est libre. Dire qu’il en aurait eu pour encore 5 ans dans cette prison… Le monde a beau être tombé en lambeau, croiser un danger à chaque coin de rue, la liberté ça n’a pas de prix.

Brandon s’enfonce le bonnet sur le crâne, l’hiver a beau être terminé, il fait toujours un froid de canard dans ce pays. Le bonnet retient aussi ses cheveux qui commencent à être long et ne le gêne pas si la situation dégénère. “Si elle est sage, peut-être que je serais d’humeur au partage. Toujours d’attaque t’chef !” Qu’il répond avec un sourire on ne peut plus explicite. Le tour en ville va lui faire du bien, comme une bonne promenade de santé. S’ils peuvent dégommer des rôdeurs, ça ressemblera peut-être à l’un des entraînements de l’armée. Putain, ça aussi ça lui manque.

Il passe la sangle de son fourreau par-dessus la tête et l’installe bien en bandoulière. Un passage en ville ok, mais pas sans être armé. Il l’avait trouvé dans une maison lorsqu’il vadrouillait encore seul et ne s’en était plus séparé depuis. Une épée, c’est pratique pour trancher sans faire de bruit, même s’il est plus efficace avec une arme à feu, mais ces derniers ont tendance à rameuter les zombies. C’est pourquoi il s’est plutôt tourné vers les armes blanches.

“Et toi, tu dors bien en ce moment ?” Il est de bonne humeur pour une fois, et s’en donne à coeur joie pour taquiner le français. S’il croit qu’il n’a pas vu le rapprochement avec Eva, il se fourre le doigt dans l’oeil. Quand on vit dans un camp, perdu au milieu de nul part et en petit comité, avoir un secret est inespéré. Fin prêt, il suit Philippe jusqu’au Pick up. “Tu conduis ou me laisses l’honneur ?”

“Ce serait pas mal de trouver quelques couvertures en rabe, je sais pas pour toi, mais seul dans ma piaule, je me les gèle toujours.”
Et vu que c’est pas un pro de la lessive, ce qui lui tient chaud commence à moisir. Il n’a pas plus l’intention de laver ses plaids en sachant qu’il faudra au minimum 3 jours pour que ça sèche. Certes, le plus gros de l’hiver est passé, ils ont dû se contenter de ce qu’ils avaient. Maintenant que les estomacs sont pleins, il aspire a un peu plus de confort et de chaleur.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Messages : 216
Membre du mois : 48
J'ai : 37 ans
Je suis incarné(e) par : Charlie Hunnam
Crédit(s) : avengedinchain
Je suis un(e) : Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un jour j'irai vivre en théorie, parce qu'en théorie tout se passe bien   Sam 20 Mai - 21:49

Ok, je prenais des nouvelles de manière assez soft, presque de manière implicite. Je ne voulais jamais montrer mon inquiétude pour quiconque, ceci pour deux raisons. La première, c’est que je voulais éviter d’abaisser le moral de tout le monde par « contamination ». Il était toujours dix fois plus simples de foutre les jetons à tout le monde en laissant croire qu’il y avait un problème qu’en les confrontant directement à ce problème. Plus on parle, plus on se répand, et plus ça fait enfler l’angoisse liée à ce souci. Ensuite, parce que ça allait me rappeler aussi qu’on avait plein de souci, que j’allais le ressasser et contrairement aux autres, le prendre pour moi, car j’étais pour le moment celui qui était aux commandes. Cette blague. J’avais commencé cette route seul avec Chloé, en quittant Coaticook. Les autres avaient pris le train en marche et tout laissé à l’identique. Bref. Brandon n’est pas le plus ancien du groupe, mais je nourris une certaine confiance en lui. C’est moins une enflure que Lawson, moins un ado que Wilkins, et c’est pas une nénette. Considérez moi comme misogyne ou vieux jeu, mais j’étais comme ça. Besoin d’un rien d’instinct grégaire ou de solidairté masculine, peu importe comment vous choisirez d’appeler ça.


Brandon fait une plaisanterie grivoise à propos d’Anna, qui m’amuse mais qui quelque part, me gêne un peu. Je ne saurais trop dire pourquoi d’ailleurs, mais c’est comme ça. J’essaie de prendre la chose du bon côté avant tout.



| Ca dépend ce que tu entends par sage ; je crois qu’elle l’est vraiment beaucoup déjà avec Wilkins, si tu vois ce que je veux dire. |


L’homme se prépare pour être efficace et prêt à se battre dès le tout début de ce qui allait arriver. L’homme me demande comment je dors ces derniers temps et me taquine, je saisis l’allusion à Eva dans le ton de sa voix.


| Oh ouais, ça va… Je dors mieux maintenant. Et tu peux conduire, si je peux m’éviter ça je dis pas non. |


je lui offre un sourire satisfait.


| Agite un peu ta main droite, je suis sûr que t’arriveras à te donner un peu plus chaud. Bon allez, en avant. Et vas-y molo avec la voiture, reste en sous-régime au max’ qu’on dépense pas trop d’essence. |

_________________

Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Running After My Fate
Messages : 8110
Membre du mois : 120
J'ai : 38 ans
Je suis incarné(e) par : Christian Bale
Crédit(s) : Kanala
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

. :
Running After My Fate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Un jour j'irai vivre en théorie, parce qu'en théorie tout se passe bien   Mar 23 Mai - 15:52

Philippe & Brandon





Ah, Anna et Pelleas, c’est pas le bon sujet à aborder. Brandon ne voit pas ça d’un très bon oeil, au vu de leur différence d’âge. Il trouve cette relation déplacée, dérangeante. Il aurait pensé de même sans ce nouveau monde à chier. Que ce soit de la part des hommes, comme des femmes, il a une vision très carrée des relations entre hommes et femmes. On peut dire vieux jeu et ce n’est pas l’armée qui lui a donné des idées pareilles, mais bien son éducation, de part des parents stricts. Anna pourrait être la mère ou encore la tante du gosse. Il hausse les épaules pour toute réponse, tout avis n’est pas toujours bon à donner.

Le français confirme mieux dormir, le chanceux. Lui aussi aimerait bien avoir une petite femme, sous lui, sur lui, de côté, peu importe. La sienne en l'occurrence. Et pour une toute autre raison, son fils. Il a l’autorisation de conduire, ça fait un sacré baille qu’il n’a pas posé ses mains sur un volant. Solitaire pendant quelques mois, c’est sur un vélo qu’il se déplaçait, moins bruyant, quoique parfois, il se mettait à grincer, ça se faufile partout, en plus de ne pas consommer d’essence. Tout bénéf’ quoi.

“Bah tiens, qu’est-ce tu crois que je fais ? La droite, la gauche, pour ça, je suis ambidextre.” Plaisante-t-il. “J’ai même trouvé un bouquin que je ne mettrais pas entre les mains des filles. Heureusement que je suis tombée dessus avant elles.” N’empêche, qu’il l’envie ce type. Il a une femme pour lui tenir chaud et sa fille à ses côtés, sur qui veiller. Brandon aurait bien aimé avoir cette chance aussi. S’il ne s’était pas retrouvé en prison, il serait avec sa femme et son fils, ils auraient survécu à ce merdier et ils seraient ensemble à l’heure actuelle. Penser à eux lui fait mal.

Les deux hommes marchent jusqu’à la voiture, Philippe lui lance les clés et Brandon ouvre sans hésitation la portière côté conducteur et s’installe. L’humeur soudain morose, il songe à sa jumelle, ses parents, même son frère avec qui il a toujours eu une relation conflictuelle. P’tain il donnerait tout ce qu’il a pour les retrouver. “Dit moi le français, t’avais une femme avant tout ça ?” Chloé n’est pas sortie de nulle part, pas née dans les choux, pas transporté par des cigognes. Et il sait qu’Eva n’est pas sa femme.

Brandon entre la clé dans le contact et démarre le véhicule, ses mains glissent sur le volant, il enclenche la première et prend le chemin vers la sortie. La conduite, c’est comme le vélo, ça s’oublie pas. Comme le flic l’a demandé, il reste en sous-régime.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Messages : 216
Membre du mois : 48
J'ai : 37 ans
Je suis incarné(e) par : Charlie Hunnam
Crédit(s) : avengedinchain
Je suis un(e) : Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un jour j'irai vivre en théorie, parce qu'en théorie tout se passe bien   Jeu 8 Juin - 10:56

La discussion se fait somme toute assez légère, mais je sais qu’on touche à un sujet très important pour nous autres survivants. En effet, le soutien moral et affectif, même si ça passait souvent au second plan, était un sujet important. Ca me rappelait mes formations en France, sur les risques globaux, terrorisme, en cas d’isolement ou de quarantaine quelconque, il ne fallait pas négliger la puissance de la proximité humaine, afin d’éviter de sombrer. Le lien protège. Je ne savais plus qui m’avait dit ça, mais l’instinct grégaire de l’être humaine était sa meilleure protection contre la quasi-totalité des défis qu’il pouvait rencontrer dans son existence. Je ne savais pas trop comment Lachance se positionnait vis-à-vis de tout ça. Il me semblait à moi assez fermé, assez solitaire. Mais je pouvais me tromper. En tous cas il semble assez rebuté à parler d’Anna et Pelleas. Je ne savais pas pourquoi il ne semblait pas approuver, il se contenta alors d’acquiescer d’un vague haussement des épaules, qui veut tout dire et rien dire à la fois. Je ne vais pas le pousser dans ses retranchements sur ce genre de sujet, ce serait assez stupide de ma part de le brusquer comme ça, pour rien.


L’homme plaisante sur le fait de s’occuper de lui-même en personne, et je ne peux pas m’empêcher de sourire. Ambidextre, bien vu. Et il me fait franchement rire quand il me parle du bouquin qui « l’aide ». Personnellement, je ne sais pas comment il fait. Je n’en ai plus l’énergie, de ce genre de choses, et jusqu’au retour d’Eva je n’avais plus vraiment pensé à ce genre de sujet, empoisonné comme j’étais par la peur.



| Elles seraient choquées je pense, d’apprendre que tu fais ce genre de trucs en cachette comme ça. Je crois qu’elles imaginent que ce n’est réservé qu’aux dégueulasses... Elles sont naïves. |


Je sais que ce genre de sujet n’est jamais anodin pour un survivant dans le sens où il touche forcément, de près ou de loin, aux gens que nous avons perdu en cours de chemin. Pour moi, Juliette bien sûr. Et pour Brandon, je ne savais pas, mais il n’était sans doute pas le genre d’homme à vivre seul, vous pouvez me croire. Le silence s’installe, assez lourd de sens. Il me demande si j’avais une femme, rapport sans doute à Chloé. Je lui réponds, alors qu’il démarre et nous fait prendre la route.


| Je n’étais pas marié, mais j’avais quelqu’un, oui. Juliette. J’étais en vacances avec elle, son fils et Chloé quand tout a commencé. Un road trip de la Floride au Vermont. On s’est retrouvé à New-York, juste avant la bataille de Yonkers. Ensuite on a décidé de rejoindre le Nord avant l’hiver... Et on les a perdus en route. inutile de s’épancher sur les raisons de leur disparition... | Et toi ? |

_________________

Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Running After My Fate
Messages : 8110
Membre du mois : 120
J'ai : 38 ans
Je suis incarné(e) par : Christian Bale
Crédit(s) : Kanala
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

. :
Running After My Fate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Un jour j'irai vivre en théorie, parce qu'en théorie tout se passe bien   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Un jour j'irai vivre en théorie, parce qu'en théorie tout se passe bien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» kyran | un jour, j'irai vivre en théorie, parce qu'en théorie tout se passe bien.
» [Théorie] Psykokwak et la théorie du joyau rouge
» après la nuit, avant le jour, j'irai chercher les hautes lumières. (bartemius)
» GEM' - AGATE - ELEA ϟ Y a des jours comme ça où t'as envie de jouer le super-héros ϟ
» Ludmilla ♣ Vous n’êtes, après tout, qu’un minuscule individu dans le vaste monde...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall of Man :: 
Rive Nord, Trois-Rivières, Canada
 :: l'Est de la Ville :: Le Parc de la Rivière du Batiscan
-
Sauter vers: