AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Sam 4 Oct - 16:47

Ca y est j’y suis. Ma première sortie du camp de réfugiés qui m’a accueilli. Bon en même temps il fallait bien que ça me tombe dessus à un moment ou à un autre. Je peux pas rester indéfiniment à profiter de leurs ressources sans rien apporter en échange, même si j’aurai kiffé. Il faut que je me rende utile, et Ken a décidé que le moment était venu. Je le soupçonne un peu d’avoir fait exprès de m’envoyer en mission pour que sa fille soit éloignée de moi. J’ai vu qu’il me regardait un peu de travers depuis quelques jours. Pourtant je fais ce que je peux pour rester en bon termes avec lui. C’est Eileen qui me suit partout, et qui joue de ses charmes. C’est chaud des fois, surtout quand on est que tous les deux. Elle a beau être jeune, elle est quand même plutôt mignonne. Et elle a l’air d’avoir envie, donc pourquoi pas? Mais je sais que c’est un plan foireux. Je sais pas pourquoi j’ai ce pressentiment, mais je suis sûr que si je me la tape, ça va mal se terminer pour moi, même si c’est elle qui me chauffe. Ken croira jamais que c’est sa fille chérie, probablement pure, chaste et innocente à ses yeux, qui m’a cherché.

La mission qu’on nous a donné, c’est d’aller fouiller le motel touristique dans l’espoir d’y trouver de la nourriture. Même une boite de conserve ça peut être bien. Les gens ont dû laisser des choses sur place en désertant les lieux. Il faut qu’on refasse les stocks. Il nous reste encore de quoi tenir, mais ça ne va pas durer éternellement. J’ai pris une arme en partant. Enfin une arme... C’est juste une longue barre en fer que j’ai trouvé dans le village qu’on occupe. Eileen m’a conseillé de viser le crâne en tapant le plus fort possible, si on croise des zombies. Je vais essayer de suivre ses conseils. Je suis capable de buter un zombie, je l’ai fait une fois déjà. J’espère juste que mes vieux réflexes vont pas reprendre le dessus et que je vais pas me barrer en courant si il y en a un qui nous tombe dessus. Ca ferait moyen pour ma réputation dans le groupe.

Au moins c’est pas avec elle que je pars en mission. Ca fait toujours une tentation de moins. A moins que ça fasse plutôt une tentation de plus. La fille avec qui je pars n’a pas l’air hyper bavarde, et les regards qu’elle me lance régulièrement me motivent pas à lancer la conversation. Mais elle est jolie. Peut-être que faire une mission tous les deux en équipe va la radoucir un peu à mon égard ? Puis si je me tape une autre nana du groupe, ça devrait refroidir Eileen, et j’aurai plus de problèmes. Elle voudra pas d’un mec qui couche à droite et à gauche, donc elle arrêtera de me chercher, et je ne risquerai pas de me faire virer du groupe à chaque fois qu’elle vient se coller à moi. Ouais ça peut être un bon plan de me rapprocher de ma collègue de mission. Pendant qu’on marche en silence, se rapprochant de notre but, j’essaie de me rappeler de son prénom. Emma ? Amy ? On me l’a dit au moins 2 fois pourtant. Je suis sûr que si je lui demande elle va super mal le prendre en plus. Tant pis, vaut mieux que ce soit maintenant que plus tard.

«Heu... Au fait, j’suis désolé, je sais qu’tu me l’as déjà dit mais... C’est quoi ton nom ?»
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Sam 4 Oct - 22:59

Voilà, cela fait maintenant un petit moment, combien de jours ? Je ne saurais le dire exactement, mais j'essayais au moins de ne pas avoir trop de marches d'erreur. Je dirais que cela faisait quatre jours, en ne comptant pas le premier où j'étais inconsciente. J'étais passée par une béquille, offerte par Chris – je me demandais toujours comment il avait pu en trouver une aussi parfaite – puis une rééducation de ma propre personne. Je m'en sortais pas trop mal finalement, j'avais encore une douleur, je sentais ma cuisse faiblir par moment, preuve que ma blessure n'était pas totalement cicatrisée, mais j'allais bien. Physiquement, tout se remettait dans l'ordre, je n'osais pas parler du reste, mon état psychologique notamment. Je préférais omettre, c'était bien plus facile. Quoiqu'il en soit, je m'étais permise de quitter seule le camp, d'aller faire un tour aux alentours du village de Barnston, tout simplement pour prendre mes repères, et aussi pour analyser mon état physique. J'avais du mal à faire de longue distance, à courir également sans boiter. Je ne pouvais pas me permettre de partir tout de suite, car j'étais bien trop sûre de moi pour me dire que j'allais y arriver. J'étais loin d'être idiote, je n'allais pas partir sous prétexte que je me devais de ne pas rester longtemps dans le camp. Je ne voulais pas penser non plus aux enfants que j'avais vus, au fait que j'appréciais finalement d'être entourée de gens. Non, c'était mal dans un sens, je me devais de me protéger, de fortifier cette carapace.

Ce matin, j'étais restée sur le camp, j'aidais à droite à gauche, ayant l'air peu courtois, mais je n'étais pas du genre à ne rien faire, à me tourner les pouces. J'avais ça dans le sang, toujours le besoin de m'occuper l'esprit aussi peut-être. Je voyais bien qu'on me regardait bizarrement, aux travers de leurs yeux, je percevais très bien leur curiosité. Pourtant, personne n'osait vraiment me poser des questions, je restais toujours distante, même si je pouvais tenir une conversation. Tout dépendait de la teneur de la conversation, du sujet également. Mais je voyais aussi les tourments des gens présents, les atrocités qu'ils avaient dû vivre, tout autant que moi. Je ne me jugeais pas seule victime dans ce monde en destruction, je me voyais comme un être n'étant pas à sa place, cherchant constamment un but alors qu'il n'y en avait pas. De l'espoir ? Je n'en avais plus depuis que j'avais perdu la seule famille qui m'était chère. Et voilà qu'on m'appelle, en début d'après-midi. Ken veut que l'on sorte. Par on, je vois un autre homme que je serais obligé de surveiller. Aux premiers abords, je me dis qu'il va me ralentir, mais j'essaie de ne pas y penser. Surtout que je ne suis pas moi-même en pleine forme. Disons plutôt que cela fait bien longtemps que je n'ai pas travaillé en équipe. Serais-je capable de recommencer ? Je n'y pensais plus, me contentant de lui dire qu'on allait bien voir ce qu'on pouvait faire. Après tout, partir de ce camp m'allait tout aussi bien, et puis, j'étais loin de vouloir me prélasser, je voulais me fondre dans la masse, histoire qu'on ne me voit plus, même si j'étais encore une étrangère, une nouvelle arrivante dans cette ville un peu étrange. Est-ce que cet homme, Peleas, me voyait comme étrange ?

Je suis partie avec tout mon attirail. Ceinturon avec mes couteaux et mon poignard, et mon sac à dos qui contient tout ce dont j'ai besoin. Je ne boite plus en marchant, c'est plutôt positif, j'espère que l'on n'aura pas besoin de courir sur une longue distance, même si je force, ma cuisse pourrait bien lâcher. J'évite de penser à cela, pour le moment, nous sommes sur la route et j'ai ouvert la marche. Je veux toujours éviter cette route alors on passe par champ et bosquet pour arriver à cet hôtel. Je ne me presse pas, mais mes sens sont en alerte et mes yeux observent les alentours avec attention. C'est là que Peleas brise le silence. Je me suis déjà présenté, mais apparemment sa mémoire lui fait défaut. J'essaie de ne pas m'irriter et réponds calmement.

« Emily, c'est pourtant plus simple que ton prénom. D'où te vient ce prénom d'ailleurs ? »

Ce n'était pas méchant, je ne savais même pas pourquoi je lui demandais les origines de son prénom, pour entamer la conversation. Après tout, il était mon coéquipier, nous n'allions pas faire la route dans un silence de mort. J'étais loin d'être associable, peu amène mais quand même.

« Dis-moi, tant qu'on y est, et surtout avant que l'on rentre dans cet hôtel. » Je m'arrêtais pour lui montrer du doigt le bâtiment que l'on pouvait difficilement voir au loin, mais qui était identifiable. La force de l'habitude, et j'avais de très bons yeux également. Je me retourne vers lui, mon regard glisse sur son arme blanche avant de revenir sur son visage. « Je veux juste savoir si j'ai besoin de protéger mes arrières ou si tu es capable de le faire. Hésites-tu avant de tuer un zombie ? » Je devais savoir, pour ma propre sécurité. Autant qu'il soit sincère, je m'en fichais qu'il me dise qu'il n'y parvenait pas, bien que cela pouvait paraître étrange vu qu'il était encore vivant. Il me fallait juste mettre les choses au clair avant de pouvoir continuer. Et même s'il me disait qu'il assurait, je ne saurais dire si je lui laisserais vraiment mes arrières.


Dernière édition par Emily Ayleward le Sam 11 Oct - 19:22, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Dim 5 Oct - 13:35

Comme prévu, la fille s’irrite un peu de mon oubli, même si je vois qu’elle fait des efforts pour pas me le montrer. Ouais mais c’pas ma faute aussi. La première fois qu’on me l’a dit je venais d’arriver, et avec les prénoms de tout le groupe, il y en a forcément que j’ai oubliés. Et les fois suivantes, ben c’est au moment où j’ai appris qu’il fallait qu’on parte en mission tous les deux. Du coup mon cerveau a bugué sur le fait que j’allais devoir sortir, et donc risquer de croiser des morts-vivants, plutôt que sur le prénom de la beauté qui allait m’accompagner.

« Ma mère. Elle était fan de l’histoire de Pelleas et Melisande. Du coup je me retrouve avec ce prénom pourri pour toute une vie.»

Je sais pas pourquoi j’avais donné mon vrai prénom à Eileen quand je l’avais vu. D’habitude, je donne Paul aux gens que je connais pas. Surtout aux nanas. Pour pas qu’elles se foutent de ma gueule. Mais là... Eileen c’était la première personne vivante que je croisais. J’étais dans un sale état, et je venais de tuer pour la première fois quelqu’un quand on s’est parlés. J’ai donné mon vrai prénom, parce que je devais être soulagé de ne plus être seul. Évidemment du coup elle m’a présenté comme ça au groupe. Pas moyen de mentir. Mais d’un sens, ce prénom, il me vient de ma mère. Et je vais probablement jamais la revoir. Alors il est peut-être temps que je me mette à l’assumer... Je sens une espèce de vague d’émotions en pensant à mes parents que je n’ai pas réussi à joindre depuis la panique. Je la refoule pour me tourner vers ma compagne de route, qui vient de reprendre la conversation.

Ah. Je sens la question piège là. On voit les collines qui abritent l’hôtel au loin. Même si je ne vois pas encore vraiment de traces qu’il y a eu de la vie là-bas, on doit approcher de la zone à risques, et ma coéquipière a quelque chose d’important à me demander. Je devine déjà sa question lorsqu’elle regarde la barre que je tiens dans la main. Elle va me demander si j’ai déjà tué des zombies, et si elle peut compter sur moi pour assurer ses arrières. Bon c’est pas tout à fait ces mots qui sortent de sa bouche, mais quasi. Le but est le même, savoir si elle peut me faire confiance. La réponse est non. J’ai laissé mes amis crever dans cette forêt le jour où j’ai rencontré mon premier zombie. Et j’ai fui comme un lâche à chaque fois que je sentais le moindre danger. Mais ça elle le sait pas. Je regarde moi aussi la barre de fer dans mes mains, et essaie de m’imaginer l’enfoncer dans le crâne d’un mort-vivant, comme je l’ai fait lors de ma rencontre avec Eileen.

« C’est-à-dire que j’en ai pas encore tué beaucoup. Mais je l’ai déjà fait. Je peux le refaire. »

Pas tout à fait la réponse à sa question, pas tout à fait la vérité, mais pas tout à fait un mensonge non plus. Est-ce que je serai capable de tuer de nouveau un zombie ? Aucune idée. J’imagine que oui, si j’ai pas le choix. Est-ce que ce sera différent de la première fois ? Je sais pas. J’espère. Parce que j’étais vraiment pas bien après la dernière fois.

« Et toi ? Je peux compter sur toi ? Vu ton attirail, j’ai l’impression que oui, mais bon si ça se trouve c’est juste pour te la pêter et tu sais pas t’en servir. »

Je la taquinais, évidemment. Pour détendre l’atmosphère, et surtout me détendre. J’étais pas super à l’aise à l’idée de recroiser une de ces créatures. Moi j’étais bien mieux au camp. Protégé par les autres. Je change rapidement de sujet, pour pas qu’elle me pose trop de questions.

« Tu penses qu’on trouvera quelque chose là-bas ? Il y a peut-être d’autres survivants qui sont passés avant nous. »
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Dim 5 Oct - 22:25


Je ne sais pas pourquoi je peux facilement m'énerver. J'ai l'habitude pourtant de travailler en équipe, que ce soit en duo ou plusieurs personnes en même temps. Mais ce n'est pas pareil, rien n'est plus pareil. Je n'aurais pas peur de laisser mon flanc droit ou gauche à un soldat, ni même la couverture de mes arrières. Mais là tout est différent, ce sont des femmes, des enfants, des hommes qui n'ont peut-être jamais tués et qui en ont été forcés. Ce sont des zombies, ceux ne sont plus des humains, mais le geste reste le même, on tue quand même une personne. Je ne dis pas que c'est facile pour moi, ça ne l'est jamais et ne le sera jamais. Mais le geste est de plus en plus sûr et précis, et très vite, on oublie que ces abominations appartenaient à l'espèce humaine. La survie avant tout, sinon je serais déjà morte, comme beaucoup. Je gardais pour moi le fait d'avoir tué un groupe de cinq hommes, mais je n'allais pas les laisser me maltraiter davantage et me violer à tour de rôle. J'ai laissé leur corps derrière moi, sans aucun remords. Suis-je devenue une machine à tuer ? Peut-être bien, mais je n'en étais qu'une moitié, j'arrivais encore à dialoguer un minimum avec les gens, à éprouver de la bienveillance, à vouloir protéger des gens. Je me disais que j'étais encore à moitié humaine, que je possédais encore un peu de mon ancien moi, mon ancienne personnalité. Car oui, ce chaos vous change d'une certaine manière, et parfois pas la meilleure.

Je l'écoute d'une oreille, tandis que l'autre est attentive aux moindres bruits extérieurs suspects. Je ne sais pas de quoi il parle, peut-être d'un livre, d'une pièce de théâtre, quoiqu'il en soit, il n'avait pas l'air d'apprécier son prénom.

« Donne-toi un autre nom, un surnom peut-être ? Comme ça, je ne t'appellerais pas par ton prénom. »

Les mots viennent tout seul, mais la preuve est que j'ai encore un cœur quelque part, que j'arrive à m'en servir. Je ne suis pas contre qu'il me donne un surnom ou un tout autre prénom, après tout, je serais la même chose si mon prénom me déplaisait à ce point. Et je serais ravie de ne pas entendre constamment les gens m'appeler par un prénom que je détestais. Je devins encore plus sérieuse alors que je lui demande de manière assez directe s'il a déjà tué et s'il hésiterait s'il se retrouvait devant un zombie. Je lui épargnais de lui poser la question sur le sang-froid, je verrais par moi-même, mais j'espérais qu'il n'était pas du genre à paniquer et à s'enfuir en laissant tout derrière lui. Ou alors, comme certains le font, à courir n'importe où pour se retrouver manger vivant sur un groupe de zombie. La peur peut faire faire des choses absolument absurdes, tout comme elle peut révéler quelqu'un. Moi, je l'utilisais dans ce sens, car j'avais appris simplement à la contrôler.
Sa réponse ne me plait pas, je sens une légère hésitation, pas que j'aimerais qu'il me dise qu'il aime tuer, mais son hésitation me laisse à penser qu'il n'a pas dû survivre seul, sinon il serait un peu plus combatif et survivant que cela. Je fronce très légèrement les sourcils alors que je l'observe plus attentivement.

« Tu peux ? Tu dois le faire, car compte pas sur moi pour avoir ta mort sur la conscience, c'est clair ? »

Très impulsif, je n'avais pas réfléchi, mais je ne voulais pas d'une autre mort sur la conscience. Je voulais avoir quelqu'un à mes côtés qui puissent être capable de pallier à une situation critique si elle nous tombait sur la gueule. Je ne voulais pas non plus crever parce que je voudrais le sortir de la merde. Je gardais pour moi tout ça, alors que je me calmais intérieurement. Puis, il me retourne la question, et je me surpris à lâcher un petit rire nerveux. Il avait vu mon ceinturon avec mes couteaux, bien... observateur en plus de ça. Il avait au moins cette qualité-là.

« Me la péter ? Depuis le départ, ses chers couteaux ont dû tuer bien plus de zombies que tu ne l'as jamais fait, non pas que ça importe le nombre, mais je te rassure, je sais m'en servir. Je ne me serais pas fait mon propre ceinturon, sinon. » Je savais que dans un sens, il me taquinait. Je n'étais pas non plus méchante, disons que je voulais être claire, c'était nos vies que l'on jouait si jamais la situation dégénérait. Je me remis en marche alors qu'il me demande si nous aurons de la chance.

« Nous verrons bien une fois sur les lieux, je ne suis pas là depuis fort longtemps. Je découvre les alentours de Barnston autant que toi je pense. Il faut surtout vérifier s'il n'y a pas un groupe de zombie qui accapare les lieux. Sinon, ce sera plus délicat... » Et surtout plus emmerdant avec lui à mes côtés. Je verrais en temps et en heures, mais je rebrousserais chemin si jamais ils étaient en trop grands nombres. Je n'étais pas téméraire au point d'être suicidaire, pas lorsque j'étais accompagnée dans tous les cas.


Dernière édition par Emily Ayleward le Sam 11 Oct - 19:23, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Mer 8 Oct - 21:10

Elle suit la discussion, me répond, me pose des questions, mais je sens qu’elle y prête un intérêt très limité. J’ai l’impression que je suis flou, comme si son attention était focalisée sur autre chose. Elle essaie sans doute de surveiller que des zombies ne sont pas en train de nous coller au train. J’écoute, moi aussi les bruits de la forêt. J’y suis habitué, en quelque sorte. Et je pense que si un zombie s’approche, j’vais l’entendre arriver comme si c’était un éléphant dans un magasin de porcelaine. Après je ne sais exactement combien de temps à fuir, on garde des réflexes. Du coup je continue à discuter. J’apprécie toujours d’avoir de la compagnie, encore plus quand elle prend un visage aussi agréable à regarder.

«Ben en fait la plupart de mes potes m’appellent Paul. Tu peux m’appeler comme ça si tu veux.»

Alors que la conversation prend un tournant plus sérieux, je me sens un peu mal à l’aise. Je sens qu’elle me scrute, et j’ai du mal à me dire qu’elle n’a aucune raison de connaître ma faiblesse. Si j’en ai l’occasion, je lui prouverai que je ne suis pas un lâche. Ca a plutôt bien marché avec Eileen en plus. Motivation supplémentaire pour jouer au héros une nouvelle fois. Elle se radoucira peut-être quand je lui aurai sauvé la vie. Je me force à sourire et j’agite ma barre en fer comme pour combattre un ennemi imaginaire, que je pourfends avant de placer la barre contre mon épaule, en mode soldat, et de mettre ma main sur ma tempe pour imiter le salut militaire.

« A vos ordres, chef. Z’aurez pas ma mort sur la conscience, chef. »

Je lui lance un sourire en coin accompagné d'un petit clin d'oeil avant de lui demander la même chose, plus par taquinerie qu’autre chose. Elle lâche un petit rire que je ne peux m’empêcher de trouver mignon. Je suis sure qu’elle ferait un bon parti une fois qu’elle aura laissé tomber un peu ses barrières de protection. Je garde mes réflexions pour moi cependant. Pas sûr qu’elle les approuve ni ne les apprécie. Sa réponse confirme en tous cas ce que je pensais. Elle est bien plus expérimentée que moi pour tuer des zombies. Heureusement en même temps. Parce qu’avec deux froussards comme moi en mission en duo, on n’aurait pas été dans la merde.

On reprend notre marche, un peu plus prudemment à l’approche de notre but. Mieux vaut éviter d’attirer les zombies si il y en a dans le coin. Je baisse la voix, et lui montre le petit kiosque en bois abritant les tables.

«Je pense qu’on devrait contourner le lac par ce côté pour atteindre les premières chambres du Motel. Comme ça on peut rebrousser chemin vers les arbres si il y a besoin, et on a le lac entre nous et les potentiels occupants du Motel pour le moment ou on est à découvert.»

 
Points de vie restants :100% / à déterminer
   Munitions restantes : 0
   Gains des fouilles : Rien
   Endroit où je me trouve :  Encore sous couvert des arbres. Devant moi le kiosque avec les tables à une case, et la première chambre à 2 cases.
   Endroit où se trouvent mes ennemis : Pour l'instant rien à signaler.

HRP:
 
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Dim 12 Oct - 20:40


Il doit s’apercevoir que j’ai acquis quelques réflexes, notamment celui d’être à l’écoute, le sens de la vue et de l’ouïe en alerte. Même si je n’avais pas ma main sur le manche de mon couteau, j’étais prête à ‘’dégainer’’ s’il le fallait. En tout cas, nous étions chanceux que les zombies ne piquent pas des sprints comme bon leurs semblaient, déjà qu’ils étaient coriaces et n’avaient pas besoin de se nourrir. Ils n’étaient pas fatigués non plus, ils pouvaient nous pourchassés des heures, des jours, des mois durant sans qu’il n’éprouve la moindre fatigue. Le manque de sommeil ne les affectait pas, tout autant que les blessures. Si on ne visait pas la tête, on était mort. J’étais en train de me demander si mon partenaire le savais. Je l’écoutais d’ailleurs d’une oreille, toujours à côté de moi, alors qu’il m’indiquait que je pouvais l’appeler Paul. Il me demandait même mon avis mais je n’allais pas aller non plus à son encontre s’il n’aimait pas son prénom. Ce serait Paul un point c’est tout.

« Peu m’importe, du moment que tu réagis à ton prénom, cela me va. »

En effet, s’il avait l’habitude que les gens l’appellent Paul, ça m’allait. Car si je devais l’appeler ou quoi que ce soit d’autre, il fallait qu’il puisse réagir. Même si j’imaginais mal qu’on puisse se retrouver avec d’autres personnes humaines. Mais je restais toujours prévoyante, dans n’importe quelle situation. Je lui jette un coup d’œil, et un de mes sourcils s’arque alors que je le vois faire une espèce de salut militaire. S’il savait que j’avais ça dans le sang, que j’avais l’entrainement derrière moi et que je connaissais que trop bien ce salut… Pour autant, je supprimais cet air de surprise sur mes traits, l’observant attentivement alors que je savais très bien que lui, n’avait rien à voir avec un soldat. Non pas que je lui faisais le reproche, mais cela se voyait dans ce qu’il avait voulu interpréter.

« Ne m’appelle pas chef, je ne le suis pas. Contente toi d’être concentré et après on pourra plaisanter. » ajoutais-je simplement, même si je doutais pouvoir réellement plaisanter. Je le sens un brin charmeur, mais tout ce qu’il entreprendrait envers moi ne fonctionnerait pas. Il allait s’en rendre compte facilement s’il ne l’avait pas déjà supposé. J’étais loin d’être de celles qui souhaitent s’éclater ou juste combler leur solitude parce qu’elles tombaient sur un mec comme Paul. La solitude m’entourait, m’englobait, mais j’en faisais une force, sinon pourquoi être aussi mal à l’aise dans ce camp ? Néanmoins, je fus soulagée qu’il ne se demande pas trop pourquoi je lui demandais de ne pas mourir. Il me renvoyait l’ascenseur, et je lâchais un petit rire. Je n’étais pas prête de laisser la faucheuse m’emporter.

Nous reprenons notre marche, et le silence est presque pesant. Je nous entends marcher, beaucoup plus bruyant les pas de Paul mais pour le moment nous n’étions guère en danger. Nous approchons du motel et je constatais qu’il n’était pas du tout commun. Un espace troglodyte, au moins cela nous permettrait-il de fuir rapidement si la situation devenait critique.  Avant même que j’entreprenne de parler, Paul le fit à ma place. Il parait à voix basse, et dans ma tête je me disais déjà qu’il avait un bon point. Ou en tout cas, il ne pourrait pas baisser dans mon estime, mais nous n’avions encore rien entreprit. Pas encore.
J’observais les lieux alors que je l’écoutais en même temps, traçant le chemin de mes yeux au fur et à mesure qu’il me le dictait. C’était judicieux et réfléchi, j’aurais analysé le terrain de la même manière.

« Contournons le lac oui et commençons par ces chambres. Je passe la première, tu me suis, ouvre l’œil et pas de bruit. » ordonnais-je tout naturellement, sans que j’ai un ton hautain. Je restais préventive, et je préférais que tout soit clair, même si cela restait évident. Je quittais donc l’orée de la forêt.


Type d'action Je longe le lac, en direction du kiosque.

Arrivée à destination, je me fige complètement voyant un peu plus loin un zombie qui fait son apparition. Impossible de passer inaperçu. Ma doigts s'enroulent tranquillement mais fermement sur le manche d'un de mes couteaux.

Points de vie restants : 30/30
Munitions restantes : 0
Gains des fouilles : Rien
Endroit où je me trouve :  Près du kiosque
Endroit où se trouvent mes ennemis : J'ai attiré un zombie à deux zones de moi.

Hj:
 


Dernière édition par Emily Ayleward le Dim 12 Oct - 20:44, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Dim 12 Oct - 20:40

Le membre 'Emily Ayleward' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Mouvement' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Ven 17 Oct - 23:21

Je remarque comme une expression étrange sur le visage de ma «chef» alors que je lui fais mon petit numéro de soldat. Je lui pose pas de questions, je sens qu’il y a comme un truc personnel derrière le petit air de nostalgie teinté de douleur qu’elle a très vite effacé de son visage pour me signaler que mes traits d’humour ne doivent pas m’empêcher d’être concentré.

« T’inquiètes, j’ai beau être un mec, j’arrive à faire de l’humour et à réfléchir en même temps.»

Ce que je lui prouve d’ailleurs rapidement en lui exposant mon analyse de la situation, et mon plan pour approcher du motel sans prendre trop de risques. Elle approuve après avoir analysé à son tour le terrain, et décide de partir devant, ce qui me convient plutôt bien. Si danger il y a, vaut mieux que ce soit elle devant, elle a quand même l’air un chouilla plus exercée que moi, faut pas se voiler la face.

On commence donc à s’avancer en suivant le chemin prévu. Je la suis à un petit mètre de distance, essayant de me faire le plus discret possible. Je ferai bien un commentaire sur la vue sympathique que j’ai en marchant derrière elle, mais elle le prendra probablement mal. Elle aurait raison d’ailleurs, je la blâmerai pas pour ça. Mais moi ça me ferait marrer, puis c’est pas faux en plus. Elle a une silhouette sportive, c’est pas désagréable à regarder. Je commence à m’imaginer toutes les autres choses pas désagréable que je pourrai faire avec un corps comme le sien à disposition du mien, oubliant un peu de surveiller les alentours. On approche du kiosque de toute façon, et j’ai encore rien entendu de suspect, autant en profiter pour faire plaisir à mes yeux, ils ont pas non plus tant d’occasions que ça.

Mais j’entends un bruit qui me ramène à la réalité. Mes yeux quittent le postérieur d’Emily qui vient de se figer, et je vois ses doigts venir s’emparer de l’un de ses couteaux. Je lève la tête dans la direction du bruit désagréable, et la vue d’un corps sensé être mort vient s’incruster dans ma rétine, réveillant mes souvenirs de mon premier zombie. Mon estomac se soulève un peu, et j’ai qu’une seule envie, me mettre à courir. Heureusement il n’a pas l’air de nous avoir spécialement remarqué. Il vient de sortir de la forêt, et semble se diriger vers nous, mais il peut très bien changer d’avis, si on arrive à s’éloigner discrètement, on peut sans doute encore l’éviter.

«Tu sais les lancer tes trucs, là? Parce que sinon je pense qu’il vaudrait mieux qu’on essaie de s’éloigner. Il est encore loin, si on fait pas de bruit il nous oubliera je pense. Suis-moi.»

Je commence à me baisser pour me dissimuler un maximum derrière les tables de pic-nic qui se trouvent entre l’ennemi et nous.

Type d'action Déplacement vers le Motel en longeant le lac pour s'éloigner du zombie repéré près de la lisière du bois.


Avec prudence, et résistant à l'envie de courir qui me secoue les tripes, je me faufile le plus rapidement possible entre les tables de pic-nic, et parvient à atteindre la première chambre, et le petit jardin qui se trouve devant. Je me place contre un arbuste pour me tourner vers le kiosque, et vérifier que le zombie ne nous a pas repéré.

 
Points de vie restants : 20/20
   Munitions restantes : 0
   Gains des fouilles : Rien
   Endroit où je me trouve :  Devant la première chambre.
   Endroit où se trouvent mes ennemis : 1 zombie à trois cases en lisière de forêt (donc semé en ce qui me concerne).

HRP:
 


Dernière édition par Pelleas Wilkins le Ven 17 Oct - 23:27, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Ven 17 Oct - 23:21

Le membre 'Pelleas Wilkins' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Mouvement' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Lun 20 Oct - 18:20

Il me fait de nouveau une remarque d’humour. C’est dans son tempérament, mais en même temps, je trouve ça bien qu’il reste des personnes qui arrivent un tant soit peu à prendre un ton aussi léger. Je n’y parviens pas personnellement, ou disons plutôt que dans ces circonstances, c’était plutôt difficile. Je n’arrivais à être que sérieuse, peut-être aussi avais-je trop de chose en moi pour pouvoir être d’une aussi légèreté. Quoiqu’il en soit, même si je n’avais rien contre lui, les choses étaient plus ou moins claires. Je savais que je devrais quand même faire attention à lui et à mes arrières, je ne pouvais pas complètement lui faire confiance. Pas pour le moment en tout cas, je verrais comment il s’en sort sur le terrain même, bientôt, ce que je n’espérais pas. Mais j’avais assez errée pour me dire que nous n’étions jamais complètement seuls. Parfois, on se laissait surprendre par un ou deux zombies, parce qu’ils ne font presque pas de bruit et que nous manquons de sommeil et, de ce fait, notre concentration s’amenuise. Je pouvais me permettre de m’appuyer sur mes réflexes de combat, mais tout le monde ne pouvait pas en faire autant. Et même pour moi, il me suffit d’un millième de seconde pour qu’un zombie vous morde, ou que la malchance pour poursuit. Je me souvenais très bien de ma chute et ma blessure à ma cuisse alors que j’avais voulu fuir un groupe de zombie qui m’avait surpris. Je m’étais dit bien toute seule, mais il fallait voir comment se passait les choses au camp. Pour le moment, même si j’ai besoin d’évasion, je reste. Je ne suis pas totalement rétablie non plus. S’il faut courir ou se défendre physiquement, je me surpasserais car c’est dans mes gènes, mais je doute que l’adrénaline fonctionne très longtemps si jamais la douleur me prend violemment.

Je pars la première, comme je lui ai confirmé et m’élance vers le lac en direction de ce kiosque et donc de cette première chambre. Je ne me rends pas compte que je suis observé de près, ou plutôt, mon royal fessier. Je suis loin de me sentir reluquée, j’ai d’autres choses en tête, comme le fait de ne pas nous faire voir par des zombies ou même surprendre. Au moment où j’arrive, je tourne la tête et aperçoit un zombie qui ne nous a pas encore vu. Réflexe presque automatique, ma main s’enroule sur le manche de mon couteau, je le retire lentement pour pouvoir le lancer vite si jamais la situation s’aggraverait. Contrairement à mon partenaires qui se fige de peur, je me fige avec agilité. Je n’ai pas peur, pas pour le moment en tout cas. La situation n’est pas critique, je me suis mise accroupie pour qu’il ne nous discerne pas nettement, même si le principal est de ne pas faire de bruit. Je regard Pelleas à côté de moi alors qu’il me parle, je lui fis signe de baisser le ton à l’aide de ma main portant le couteau.

« Oui, je sais, mais là ça ne servirait à rien. Il ne nous a pas encore vu, donc oui, prenons la solution la plus évidente. »

Il m’indique de le suivre, et par réflexe également et s’en m’en rendre compte, ma main agrippe le tissu sur son dos, à défaut de pouvoir m’agripper directement sur son pantalon. C’était ce que l’on faisait en mission lorsqu’on était obligé d’avancer par deux ou par groupe. Pendant que l’un s’assurait du front, l’autre derrière ‘attaché’ à lui sécurisait l’arrière. Je le suis donc, baissé comme lui alors que je jette un œil derrière nous. Je le lâche avant qu’il atteigne cet arbuste et me faufile également à ses côtés, le laissant regarder ce qu’il se passe.

« Rien à signaler ? » lui demandais-je alors que j’observe la porte à quelques mètres de nous. Je vois également une fenêtre qui est cassée. Bon ou mauvais ? Je tapote l’épaule de mon partenaire avant de faire quelques mètres pour arriver en dessus de la fenêtre. Tranquillement, je me redresse pour regarder à l’intérieur. Tout est parfaitement calme, trop même je trouvais, mais il est temps de pénétrer à l’intérieur. Je fais quelques pas pour arriver devant la porte, je jette un œil à Paul et lui fait signe de me suivre. Je reste sur le côté de la porte, et ma main empoigne la poignée de la porte.

Type d'action J’essaie d’ouvrir la porte de la première chambre.



Points de vie restants : 30/30
Munitions restantes : 0
Gains des fouilles : Rien
Endroit où je me trouve :  Dans le jardin de la première chambre, en face de la porte.
Endroit où se trouvent mes ennemis : Zombie à trois cases : semé.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Lun 20 Oct - 18:20

Le membre 'Emily Ayleward' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé Action' : 2
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Mar 21 Oct - 21:24

Je ne peux pas m’empêcher d’être un peu impressionné quand elle m’annonce qu’elle sait lancer ses couteaux. Clairement si je m’y essaie, je ferai un mort. Elle a vraiment l’air de gérer niveau méthodes de déglinguage de zombies. Je ferai mieux de pas me fâcher avec , ça peut être utile d’avoir une pote qui sait tuer les zombies. Même si Eileen est plutôt douée pour ça, je sais pas si je vais pouvoir la garder dans la case «amis» pendant très longtemps. Elle commence à vraiment mal prendre mes tentatives subtiles de freinage de notre relation. Et Kentigern ne va pas apprécier qu’elle me tourne autour très longtemps. Il va falloir que je fasse quelque chose, et rapidement.

Alors que je pars devant pour montrer à Emily ce que je sais faire de mieux (fuir), je sens sa main agripper mon manteau dans mon dos. Je résiste pas, malgré mon stress, à chuchoter entre mes dents.

« Si tu veux me déshabiller y a pas de soucis de mon côté, mais je pense pas que ce soit le moment.»

Quelques mètres à parcourir seulement, et pourtant ça paraît infiniment long. Le stress de la fuite, et la concentration extrême pour ne faire aucun bruit amplifie le moment. Pourtant je me rend compte d’une chose, fuir les zombies, c’est vachement mieux à deux. Sentir la présence de ma partenaire derrière moi me rassure, d’autant plus avec le contact physique qu’elle a établi. Je n’ai besoin que de réfléchir au chemin le plus discret et le plus rapide. A elle de s’assurer qu’on n’est pas repéré, et qu’il ne faut pas qu’on accélère la cadence. On atteint enfin le petit jardin devant la première chambre, qui nous offre un abri grâce à la présence d’arbustes. Je me place contre un buisson tandis qu’Emily me dépasse, et je jette un oeil à notre copain amateur de chair fraîche. Il erre, visiblement sans but, et apparemment seul.

« Il ne nous a pas repéré, on devrait être tranquille. Ce serait pas de bol qu’il vienne par là par hasard.»

Alors que je suis encore en train de finir ma phrase, il retourne sous le couvert des arbres, de sa démarche automatique flippante, et je le perds de vue.

« D’ailleurs je le vois déjà plus. Il est retourné cueillir des champignons dans la forêt.»

Je sens un tapotement sur mon épaule, et je ne peux pas empêcher un micro-sursaut. Plus une contraction de mes bras contre mon corps qu’un vrai bond sur place ceci dit. Je ne suis pas sûr qu’elle l’ait senti. J’espère qu’elle n’a rien grillé. Qui ça aurait pu être à part elle ? Les zombies tapotent pas les épaules des gens pour leur demander gentiment si ils peuvent leur grignoter un bout de bras, ils se servent.

Je regarde la jolie blonde s’avancer jusqu’à la fenêtre, cassée et jeter un oeil à l’intérieur. Apparemment elle n’a rien repéré, puisqu’elle rejoint la porte pour essayer de l’ouvrir, sans succès. La porte a-t-elle été verrouillée par les occupants avant qu’ils quittent les lieux ? Ou alors il y a des survivants à l’intérieur, qui ont bloqué la porte avec un meuble pour éviter que les zombies ne viennent leur lécher les orteils pendant la nuit. Après un dernier coup d’oeil vers la forêt pour m’assurer que nous sommes toujours seuls, je franchis les quelques pas qui me séparent de la fenêtre.

Type d'action J'essaye de passer par la fenêtre.


L'un des carreaux est cassé, et je remarque des débris de verre à l'intérieur, sur le rebord de fenêtre. Je passe le bras par le trou, en faisant gaffe à ne pas me couper la main au passage. A priori avec l'épaisseur de vêtements que j'ai sur les bras, je ne devrai pas avoir de problème pour ce qui est de m'entailler le bras. J'allonge le bras pour essayer d'atteindre la poignée, malheureusement trop loin pour moi. Je n'arrive pas à plier mon bras assez pour la chopper. J'y suis presque pourtant, il me manque à peine quelques centimètres (que je préfère avoir autre part d'ailleurs). Je retire mon bras, en faisant bien gaffe à ma main, et jette un oeil à Emily.

« Tu devrais peut-être essayer, je suis vraiment pas loin d'atteindre la poignée. Par contre tu devrais enfiler mon manteau pour protéger ton bras, je suis pas médecin. Si tu pisses le sang ça serait emmerdant. »

Je commence à retirer mon manteau en prononçant ces mots, et le lui tend une fois celà fait. Je remarque au passage l'odeur du vêtement, que je n'ai pas encore lavé. Il va falloir que je le fasse, sinon je vais faire fuir tout le monde. C'est fou comme on remarque pas ce genre de détails quand on porte les vêtements sur soi.

Type d'action Je fouille la pièce
Deuxième lancer annulé pour cause d'échec du premier.

 
Points de vie restants : 20/20
   Munitions restantes : 0
   Gains des fouilles : Rien
   Endroit où je me trouve :  Devant la première chambre.
   Endroit où se trouvent mes ennemis : Aucun


Dernière édition par Pelleas Wilkins le Mar 21 Oct - 21:35, édité 2 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Mar 21 Oct - 21:24

Le membre 'Pelleas Wilkins' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Mouvement' :


--------------------------------

#2 'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Jeu 23 Oct - 11:51


Je ne sens pas et ne vois pas dans les yeux de Paul qu'il est impressionné. Je suis juste concentrée sur la situation, je ne vois rien d'autre. Et loin de moi de penser à charmer un homme, tout autre chose ou même à pouvoir l'admirer autrement que dans la neutralité la plus totale. J'aurais peut-être été très agacée voire irritée si je l'avais vu me reluquer plus tôt. Comme si la situation si prêtait... il fallait qu'il reste concentré, sinon avec un homme comme lui, nos deux vies étaient en péril. J'avais gardé dans un coin de ma tête déjà que je ne pouvais pas lui faire confiance en ce qui concernait tué des zombies. Je devrais sans doute me débrouiller seule, et faire qu'il soit encore en vie ou pas infecté tout du moins. Je laissais cela pour plus tard, car pour le moment, je ne devais pas m'évader dans mes pensées et réfléchir à tout un tas de choses. Je savais où j'allais, je savais à peu près avec qui j'étais, restons concentré. Ce pourquoi, mon geste quant à lui tenir son manteau alors que je le suivais ne prêtait à aucune confusion dans ma tête. Je l'entendis souffler quelques mots et me contentais de rouler des yeux intérieurement alors que mon regard ne faisait que percer les alentours et surtout ce zombie plus loin. Je ne voulais pas l'avoir sur le dos, si on pouvait contourner, je le faisais toujours. Je n'étais en rien adepte de me mettre dans des situations critiques. On ne savait même pas s'il n'y en avait pas d'autres qui allaient apparaître à l'orée de la forêt.

À l'abri, ou du moins derrière un arbuste, je l'entendis me répondre après lui avoir demandé si tout était ok. Je reste impassible quant au reste de ses mots. Mes sens sont toujours en alerte, je suis méfiante pour m'éviter tout problème. Je préférais croire qu'il y en avait d'autres plutôt que de m'appuyer sur un espoir mince et qui pouvait me tuer, nous tuer. Je lui tapote l'épaule, un réflexe de plus, mais je n'ai pas senti son sursaut, je suis déjà parti. Nul besoin de rester éternellement dans ce jardin, il nous fallait entrer et commencer à fouiller. Mais encore fallait-il s'assurer qu'il n'y ait aucun danger. Par danger, je pensais autant à des zombies qu'à des personnes bien humaines. Ma tentative pour ouvrir la porte échoue, elle est verrouillée. J'observe Paul qui rejoint la fenêtre que j'ai quitté plus tôt. Je le vois essayer d'atteindre le loquet qui doit verrouiller la porte de l'intérieur, en passant par la vitre cassée. Je le rejoins alors qu'il n'a pas l'air d'avoir réussi. Il me tend son manteau et je dois avouer que le mien est loin d'être aussi épais.

« Je ne sais pas si ça va changer grand-chose, je ne suis pas sûre d'avoir quelque centimètres de plus au niveau des bras par rapport à toi. Mais autant essayer avant d'employer la manière forte et de rameuter tous les zombies du coin. » Par manière forte, je voulais dire foutre un coup de pied ou d'épaule dans cette porte, qu'elle s'ouvre une bonne fois pour toute. J'enfile donc son manteau et fais abstraction de l'odeur. Disons que tout le monde était dans le même bateau, personne ne sentait vraiment très bon. À quand remontait une vraie douche ? C'était un rêve éphémère désormais, un luxe que l'on ne pouvait pas s'offrir. Désormais, on se décrassait comme on le pouvait.

Type d'action J’essaie d’accéder au verrou avec mon bras pour ouvrir la porte de l’intérieur.

Je force tellement que je sens sous mon aisselle les débris présents. Sans le manteau de Pelleas, je me serais à coup sûr couper profondément. Je réussi, non sans difficulté, à déverouiller la porte et j’enlève mon bras avec un léger gémissement d’effort, mais de soulagement aussi, qui m’échappait. J’enlevais son manteau pour le lui rendre.

« En effet, sans lui, je pense que je me serais déjà entaillé. » Concluais-je alors que j’observais avec une de mes mains un petit trou dans le tissu. « Merci. » Puis je repartais devant la porte, prenais la poignée et ouvrais enfin pour accéder à l’intérieur. Nous arrivions dans la cuisine, après avoir rapidement fait le tour de la pièce pour être certaine que je n’entendais rien ou que l’on aurait une mauvaise surprise, je remettais mon couteau sur mon ceinturon avant de regarder Pelleas qui venait d’entrer.

« Referme la porte, histoire qu’on n’ait pas de mauvaise surprise et fouillons déjà cette pièce. » ajoutais-je rapidement avant de me diriger vers un placard en hauteur.


Type d'action Je fouille le lieu.

J’en faisais un, puis deux, et trois. Je désespérais de trouver quelque chose mais ma persévérance était toujours, ou presque, infaillible. Le quatrième… et c’était le bon ! Je trouvais deux conserves, une d’haricots et l’autre des fruits. Je retirais mon sac de mes épaules et l’appuyait sur le plan de travail avant de l’ouvrir et d’y mettre les deux conserves. « Bon déjà, deux conserves, tu as été aussi chanceux ? » Je refermais mon sac et me retournais vers lui.



Points de vie restants : 30/30
Munitions restantes : 0
Gains des fouilles : Deux conserves.
Endroit où je me trouve :  Aux côtés de Pelleas, devant la fenêtre.
Endroit où se trouvent mes ennemis : Aucun.


Dernière édition par Emily Ayleward le Jeu 23 Oct - 12:05, édité 2 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Jeu 23 Oct - 11:51

Le membre 'Emily Ayleward' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Mouvement' :


--------------------------------

#2 'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Ven 24 Oct - 21:50

Heureusement elle ne fait aucun commentaire sur l’odeur du manteau que je lui prête. Pas que ça me dérange vraiment, mais bon c’est pas agréable de se faire dire qu’on pue. Enfin c’est pour tout le monde pareil. L’eau courante n’est plus vraiment chose facile à trouver depuis quelques temps, et les douches sont un peu un luxe, sans parler de laver les fringues. Je note qu’il faudra quand même que j’aille donner un coup de propre à mon manteau, histoire de pas me payer la honte une nouvelle fois la prochaine fois que j’aurai à le prêter à quelqu’un. Surtout quand ce quelqu’un est une fille, potentiellement pas encore contre un rapprochement.

Je regarde Emily passer son bras par la fenêtre. Elle ne fait pas semblant, c’est certain. Je me retiens de lui dire de laisser tomber en voyant comment elle force. Elle va se couper c’est sûr. Et je sais vraiment pas ce qu’on est sensé faire si quelqu’un se coupe au niveau de l’aisselle. Au niveau du bras encore ça se tente. Un garrot avec une ceinture ou une lanière bien épaisse comme celles de mon manteau, et ça évite que la personne se vide de son sang en théorie. Je dis bien en théorie. Parce que dans la vraie vie tu appelles l’EMT et ils interviennent assez vite, ou au moins ils t’expliquent. Là c’est même pas la peine d’y penser, à l’EMT. Quand bien même mon portable aurait de la batterie, il n’y aurait personne au bout du fil, c’est presque certain.

Elle finit par réussir à atteindre le verrou, et je suis soulagé de la voir ressortir son bras de la fenêtre. Je n’aurai pas besoin de jouer aux apprentis urgentistes. En tous cas pas pour le moment. On sait pas ce qui peut arriver, si ça se trouve il y a un survivant devenu dingue à l’intérieur qui nous attend planqué derrière une porte de placard avec une scie. Ouais ok, mon imagination est débordante, j’avoue. Mais le fait est qu’il pourrait nous arriver n’importe quoi. On n’est plus sûrs de rien concernant le futur maintenant.

Je remarque le petit trou dans le manteau lorsqu’elle me le rend, mais ça ne m’énerve pas. J’y tiens pas spécialement, à ce manteau. Il me tient juste bien chaud, c’est tout ce que je lui demande. Au moins elle ne s’est pas blessée. Si ça implique qu’elle ait abîmé mon manteau, beh tant pis. C’est pas le plus important.

« De rien. J’allais pas te laisser te tailler les veines juste pour ouvrir une porte. »

Je suis Emily à l’intérieur et ferme la porte pendant qu’elle commence à faire le tour de la pièce. Sans doute pour s’assurer qu’un fou ne nous attend pas avec une scie derrière un meuble. Bref elle commence à fouiller dans les placards de la kitchenette, et je m’attaque du coup au coin salon.

Type d'action Je fouille la pièce

Après un dernier coussin soulevé, je me résouds à répondre à Emily.

« De loin. Malheureux au jeu, heureux en amour ? C'est ça le proverbe ? Parce que là va falloir que je rééquilibre la balance. A part si on considère qu'un vieux paquet de chips ouvert et une télécommande, c'est une fouille réussie. »

Ca me fait chier qu'elle ait trouvé des trucs et pas moi. Mais bon d'un autre côté j'ai fouillé le salon, j'avais moins de chances de trouver un truc utile. Mais j'avais quand même espoir de trouver une boîte d'aspirine ou des pensements dans le tiroir à côté du fauteuil. Même des mouchoirs de poche, ç'aurait été bienvenu.

« On tente la salle de bain, au cas où ils auraient laissé des médocs ? »

 

  Points de vie restants : 20/20
   Munitions restantes : 0
   Gains des fouilles : Rien
   Endroit où je me trouve :  Devant la première chambre.
   Endroit où se trouvent mes ennemis : Aucun

HRP:
 


Dernière édition par Pelleas Wilkins le Ven 24 Oct - 21:57, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Ven 24 Oct - 21:50

Le membre 'Pelleas Wilkins' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Ven 31 Oct - 19:32

Le silence est pesant, mais étrangement relaxant. Cela ne me fait pas peur, j’ai l’ouïe fine, j’entendrais si jamais il y avait un problème. Pour le moment, le silence est notre ami, il nous indique qu’il n’y a possiblement pas de petits Zack qui nous attendent derrière une porte. S’ils nous auraient entendus, ils tambourineraient déjà sur une porte. Mais j’étais quand même encore alerte, moins que dehors, mais quand même. Mes couteaux étaient à portée de main alors que j’avais rengainé en faisant le tour du salon pour être certaine que le lieu était clean. Pelleas ne m’avait pas tenu rigueur du trou dans son manteau, heureusement en effet que je l’avais eu, sinon je pense que j’aurais déjà une coupure bien nette. Mes yeux s’arrêtent un instant sur la vitre cassée, alors que j’étais en train de penser qu’elle était peut-être ouverte, nous n’avion spas vérifié. Je soupirais, j’étais fatiguée, cela m’affectait et affectait surtout ma capacité à réfléchir. Il fallait dire que ce partenaire n’y avait pas pensé non plus. Je me surpris à rire nerveusement alors que je retrouve un semblant de concentration dès qu’il répond à ma question. Nouveau soupire, mais qui exprimait de la déception. Mes paumes de mains vinrent englober le rebord du plan de travail, mes yeux glissèrent jusqu’au sol et mes fesses reposaient en partie sur le plan de travail. Je gigotais ma jambe gauche, plissais légèrement les yeux avant d’inspirer et de me redresser rapidement et de mettre l’anse de mon sac sur l’épaule gauche en la maintenant dans ma main. Mon regard se pose de nouveau sur Pelleas alors que je repense à ses mots. Je ne veux pas qu’il s’aperçoive que le mot amour m’a fait passer un voile de tristesse dans les yeux, alors je préfère aller dans son jeu.

« Va falloir que tu trouves parmi les femmes du groupe dans ce cas, à moins que tu n’es déjà heureux en amour. » J’enfilais l’autre anse de mon sac avant de me diriger vers Pelleas. « Ce n’est pas grave, on continue. » ajoutais-je alors que je pointais du doigt la porte juste en face de moi. « Apparemment, la salle de bain oui… » Le petit écriteau était fort sympathique. « … j’espère qu’elle sera fructueuse. Prêt ? » Je me remets à l’encadrement de la porte, vers la gauche, alors que mes doigts s’enroulent autour de la poignée pour la pivoter et ouvrir la porte.

Type d'action Je tente d’ouvrir la porte pour accéder à la salle de bain.

Non verrouillée, je parviens à l’ouvrir et je mets une impulsion pour qu’elle s’ouvre totalement, nous faisant découvrir la pièce vide. Elle n’était pas très grande, il y avait une douche avec les vitres brisées, un miroir également avec un éclat et deux meubles au mur et un en dessous du lavabo. Je m’infiltre alors m’accroupissant. « Fait ceux du dessus, je regarde celui-là. » Autant aller au plus vite et à l’efficace même si l’espace était restreint. Je sentais le verre se briser sous mes chaussures, puis j’ouvris le placard.

Type d'action Je fouille la salle de bain.

Que des produits d’entretien, quelques bidons ouverts et qui fuyaient m’avait fait reculer la main brusquement. Inutile de préciser que j’étais un peu sous tension, j’avais senti quelque chose de froid et je l’avais assimilé à un souvenir peu joyeux. J’essuyais mes doigts sur mon pantalon, faute d’avoir mieux et me redressais en évitant de cogner Pelleas. « Cette fois-ci, c’est à mon tour de ne pas avoir de chance. » Je sortis de la pièce. « Et toi ? » Je jetais un coup d’œil par la fenêtre, vérifiant que c’était toujours calme avant de revenir sur mes pas, m’appuyant sur l’encadrement de porte. « Je ne sais pas encore si c’est bon signe, mais c’est calme dehors. »


Points de vie restants : 30/30
Munitions restantes : 0
Gains des fouilles : Deux conserves.
Endroit où je me trouve :  Dans le salon, devant la porte menant à la salle de bain.
Endroit où se trouvent mes ennemis : Aucun.



Dernière édition par Emily Ayleward le Ven 31 Oct - 19:47, édité 2 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Ven 31 Oct - 19:32

Le membre 'Emily Ayleward' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Mouvement' :


--------------------------------

#2 'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Sam 1 Nov - 18:49

Sa question me surprend un peu. Depuis le début elle ignore toutes mes petites piques d’humour. J’avais plutôt parlé par réflexe qu’en m’adressant vraiment à elle. Mais j’ai une réponse pour une fois, et la demoiselle me demande plus ou moins si je suis heureux en amour.

« En règle générale, j’ai pas à me plaindre, mais j’avoue que depuis que les zombies ont fait leur apparition, c’est un peu le néant, niveau relation.»

Bon il y avait cette histoire avec Eileen, mais je ne savais pas trop comment qualifier cette relation. Elle était bien roulée, c’était certain. Et elle me courait après. Donc je devrai être content et soulager mes pulsions en sa compagnie. Mais son père aurait certainement pas apprécié. Je la sens pas cette fille. Elle est jeune en plus. Sans doute mineure, même si elle ne m’a jamais répondu clairement quand je le lui ai demandé. Et j’ai vraiment pas envie de me faire jarter du groupe juste parce que j’ai pas su tenir ma bite dans mon pantalon. Si le papa apprend que je me fais sa fille, je suis cuit. Donc j’essaie de l’éviter le plus possible, sans non plus la rejeter complètement parce que si elle se vexe vraiment, elle va me pourrir la vie. Et si elle mentait à son père en racontant que je l’ai violée, juste pour se venger parce que je l’ai rejetée ? Bref, c’est pas vraiment la joie, cette histoire. Je cracherai pas sur quelque chose de plus simple. Genre un plan cul sans prise de tête.

« Pourquoi tu demandes, intéressée ?»

Une pique, encore une fois. Mais une vraie question aussi. On sait jamais, elle peut aussi avoir des besoins. Et je suis pas contre si elle veut que je l’aide avec ça. Pas de doute sur le fait qu’elle soit majeure, et c’est pas la fille du chef de groupe, donc pas de conséquences fâcheuses si ça finit en eau de boudin. Je sais bien qu’il y a peu de chances qu’elle me réponde, et encore moins de chances qu’elle me réponde positivement. Ca n’a pas l’air d’être le genre de fille à s’envoyer en l’air avec un type comme moi.

Je fais signe avec mon pouce levé que je suis prêt, avant de placer mes deux mains sur mon arme improvisée. Elle ouvre la porte sur une petite salle de bains, heureusement vide de toute créature entièrement ou à moitié vivante. Emily y entre la première, s’accroupissant pour fouiller les placards sous le lavabo, et me demandant de fouiller ceux du dessus. Je rentre donc dans la salle de bains, et je pose ma barre en fer sur le lavabo, histoire d’avoir les mains libres pour fouiller.

Type d'action Je fouille les placards au-dessus du lavabo.

« Rien non plus pour moi. »

Je me redresse, et vais pour sortir, afin de laisser la place à Emily pour se relever. Tiens, j'avais pas un truc dans les mains tout à l'heure ? Je me retourne avant de sortir complètement et demande à Emily.

« Euh... Tu peux me passer ma barre de fer, s'il te plait ? Sur le lavabo. »

Type d'action Je sors de la suite.

Je récupère mon arme et retraverse la grande pièce principale. Avant de sortir je jette un oeil par la fenêtre. Tout est calme. Je lève mon pouce vers Emily, et sort. Coup d'oeil circulaire pour vérifier, mais non. Personne à l'horizon, ni zombie, ni survivant. Même pas un renard qui trainerait pour fouiller les poubelles.

« Bon on fait quoi du coup. On essaie les autres chambres ou on rentre ? »

Perso j'avais pas envie de pousser la chance trop longtemps, mais je voulais pas non plus passer pour un dégonflé. Donc je la laissais décider.

 

  Points de vie restants : 20/20
   Munitions restantes : 0
   Gains des fouilles : Rien
   Endroit où je me trouve :  Dehors, devant les chambres.
   Endroit où se trouvent mes ennemis : Aucun


Dernière édition par Pelleas Wilkins le Sam 1 Nov - 19:01, édité 2 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Sam 1 Nov - 18:49

Le membre 'Pelleas Wilkins' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Fouille' :


--------------------------------

#2 'Mouvement' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Dim 2 Nov - 12:45

J'ai dû le surprendre, j'ai vu passé dans ses yeux une légère étincelle de surprise. Il valait mieux que ce soit le cas, comme ça, il n'avait pas dû voir que ça me pesait profondément finalement. Mon cœur était blessé, brisé par un souvenir affligeant qui ne cesse de me tourmenter. Dans un sens, ce n'est pas plus mal qui prenne cela à la légère, sur le ton de la plaisanterie. Je voyais aussi qu'il restait un homme, avec des pulsions inassouvies, avait-il envie d'amour ou de sexe ? Là était bien la question, mais quoiqu'il en soit, je ne préférais pas argumenter ou supposé dans ma tête en le dévisageant, ça allait être suspect et j'étais loin de pouvoir me concentrer sur autre chose que notre propre sécurité. Pour le moment, tout était calme, nous n'avions pas eu de surprise et cela me convenait très bien.

« Tu n'es certainement pas le seul tu sais dans cette situation et les gens sont loin de penser à trouver l'âme sœur en ces temps. »

Je ne relevais pas le fait qu'il avait du succès envers les femmes, s'il avait l'air aussi sûr de lui, très bien pour lui. S'il ne posait pas de problèmes au camp ça me convenait parfaitement. Si par contre, il se mettait à malmener des femmes, là, je serais moins tolérante à son égard, il ne méritait pas plus de pitié que ceux qui m'avaient tripotée et m'auraient violé si je n'avais pas eu mes capacités dues à mon entrainement militaire. J'aurais été doublement meurtrie. Un seul choc post-traumatique me suffisait, même si en réalité, j'avais encore en mémoire la purge dans ma tête. Je ne préférais pas me lancer là-dessus, et fort heureusement, la voix de Pelleas me ramena de mes songes bien rapidement. Je dus réfléchir plusieurs fois à ses mots avant de les comprendre. Je fronçais légèrement les sourcils. Il était sérieux ? Je décidais de répondre le plus naturellement possible.

« Si jamais je suis intéressée, je te le ferais savoir. » répliquais-je non sans mal alors que j'ouvrais la porte de la salle de bain, soufflais parce qu'il n'y avait pas de danger et soupirais dans les minutes qui suivirent car je n'avais rien trouvé. J'entends Pelleas me dire que sa fouille n'est pas non plus fructueuse, je ne baisse pas les bras, jamais. Sinon comment serais-je arrivée jusqu'ici vivante ? Je connaissais les fouilles de maison en maison, de pièce en pièce, parfois on arrivait à trouver beaucoup de choses, et plusieurs fois d'affilée, il n'y avait rien. Ce n'est pas pour autant que je baissais les bras, j'étais de nature persévérante, cela tombait bien. Je me relevais une fois que Pelleas soit sorti et allait faire de même avant qu'il ne s'arrête et que je me stoppe aussitôt lorsqu'il se retourne vers moi, l'air surpris. Dans ma tête, je roulais presque des yeux, je tends mon bras vers l'arrière pour ensuite lui tendre sa massue.

« J'espère que tu n'as pas oublié ta tête au passage. »

C'était gentillet, mais aussi pour lui faire savoir qu'il fallait qu'il reste concentré tout de même. Je le suis alors qu'il regarde par la fenêtre, chose que j'avais déjà faite, mais valait mieux être certain. Parfois, les zombies arrivaient bien plus vite que prévu. Il lève son pouce pour me dire que tout est ok, je lui fais un signe positif avant qu'il ne sorte. Je lui emboîte le pas, observe aussi les horizons. Rien, une sérénité à toute épreuve, même le zombie que l'on avait vu à l'orée de la forêt n'était plus présent. Je me place au même niveau que Pelleas alors qu'il semble me demander ce que l'on fait. Pourtant, dans ma tête, c'est très clair, pas tellement dans la sienne apparemment.

« Rentrer ? Tu le veux ? » Je fais une pause, n'attendant pas de réponse finalement. « On n'a trouvé que deux boîtes de conserve, on ne va pas aller loin. Et si à chaque expédition on ne fait pas le maximum, on ne s'en sortira jamais. En plus, il n'a pas l'air d'y avoir masse d'abomination, alors on continue. » Je m'avance, avant de m'arrêter et de me retourner vers lui. « Tu as le droit d'avoir peur, mais reste concentré. » Je voulais qu'il le sache. S'il me disait ne pas ressentir la peur, il se mentait à lui-même. Tout le monde ressent la peur, à plus ou moins grande intensité et de façon propre à chacun. Moi, je la maîtrisais, mais je n'étais pas à l'abri de la panique, malgré mon entraînement. J'étais réaliste, nous étions tous humains.

« Aller, on se fait celle d'à côté. » concluais-je alors que je m'avançais pour contourner les buissons et aller dans l'autre jardin.

Type d'action Je coutourne la haie pour me diriger vers le deuxième jardin.

Je balance mes jambes par-dessus la clôture après m'être assurée qu'il n'y avait personne. Pas un bruit de nouveau et rien à l'horizon. Je fais signe à Pelleas de me suivre et me dirige de nouveau vers la porte en contournant la table retournée et les quatre chaises éparpillées. J'attends que Pelleas me rejoigne.

« A toi l’honneur, tu auras peut-être plus de chance. »


Points de vie restants : 30/30
Munitions restantes : 0
Gains des fouilles : Deux conserves.
Endroit où je me trouve :  Dans le second jardin.
Endroit où se trouvent mes ennemis : Aucun.


Dernière édition par Emily Ayleward le Dim 2 Nov - 12:48, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Dim 2 Nov - 12:45

Le membre 'Emily Ayleward' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Mouvement' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Dim 2 Nov - 23:18

« Oui tu m’étonnes. L’âme-soeur, c’est un peu surfait quand ton âme-soeur est susceptible de se faire contaminer et de vouloir te bouffer. Ca refroidit un peu c’est sûr.»

Ma petite remarque sur le fait qu’elle soit intéressée ne fait pas tout à fait le bide auquel je m’attendais. Elle ne me dit pas non plus qu’elle a envie de s’envoyer en l’air avec moi, mais elle répond, ce qui est déjà bien, et elle répond en me faisant certes comprendre que ce n’est pas le cas à l’heure actuelle, mais aussi en laissant la possibilité que ce soit le cas plus tard.

Notre petit passage dans la salle de bains ne s’éternise pas. Une fouille rapide des quelques placards suffit pour qu’on se rende compte qu’il n’y a rien d’utile dans cette pièce. On va pour repartir, et évidemment j’oublie mon arme improvisée sur le lavabo, là où je l’avais posée. Je demande à Emily de me la passer. Elle le fait, non sans se foutre un peu de ma gueule au passage. Enfin je vais pas me vexer, pour le coup je l’ai un peu mérité.

« Ouais je sais désolé.»

Une fois sortis de la première chambre, je demande à Emily ce qu’elle veut faire. Bon visiblement je suis le seul qui pense qu’il ne faut pas trop pousser la chance, et qu’il vaut mieux rentrer avant que des zombies nous tombent dessus plutôt que d’attendre de devoir se débarrasser de 10 morts-vivants parce qu’on a voulu faire le héros. Enfin bon, de toute façon j’ai pas vraiment le choix. Si je lui dis que je veux rentrer, j’vais passer pour un véritable froussard à ses yeux, et je peux être sûr que ça va se savoir au camp.

Alors qu’elle m’explique en long et en large pourquoi il faut continuer, je soupire légèrement, et me met à la suivre, en traînant un peu les pieds. Elle se retourne, et me lance que j’ai le droit d’avoir peur. Moi ? Avoir peur ? C’est faux, j’ai pas peur. J’aurai peur quand on se retrouvera nez-à-nez avec un zombie en ouvrant une porte. Là j’ai pas peur, je suis juste pas suicidaire.

« Je n’ai pas peur.»

Je relève un peu la tête, et me remet à marcher, un peu plus vite cette fois-ci. Alors qu’elle passe par dessus la barrière, je fais le tour et avance un peu plus loin pour passer par le portail. Je vois pas pourquoi je me fatiguerai alors qu’il y a un chemin fatigue. Je garde mon énergie pour quand il faudra fuir. Parce que visiblement Emily est motivée pour fouiller toutes les chambres jusqu’à ce qu’on rameute tous les zombies du coin. Et moi clairement si ils se ramènent, j’vais pas gentiment les attendre pour leur faire des câlins. Je vais juste me tirer loin et vite. Emily m’invite à ouvrir la porte. Chouette comme ça si il y a un zombie derrière c’est moi qu’il bouffera. Faut que j’arrête d’être aigri comme ça. Il nous est rien arrivé pendant qu’on fouillait la première chambre, y a pas de raison qu’il nous arrive un truc en fouillant la seconde. J’inspire un bon coup en mettant la main sur la poignée, et je commence à la tourner.

Type d'action J'entre dans la seconde chambre

La poignée de la chambre ne résiste pas. Porte non verrouillée. Je pousse légèrement la porte pour jeter un oeil à l'intérieur. Aucun bruit. J'ouvre la porte entièrement, en tenant fermement ma barre en fer au cas où quelqu'un m'attende derrière la porte. Personne.

« Ca a l'air safe. »

J'entre dans la pièce et regarde rapidement tout autour. Rien apparemment. Je me dirige vers la cuisine et commence à ouvrir quelques placards pendant qu'Emily me suit à l'intérieur.

Type d'action Je fouille la pièce

Rien. Visiblement quelqu'un est déjà passé par ici. Les seules choses que je trouve sont des trucs périmés. Genre ce sachet de pain de mie tellement vert que ça ressemble plus du tout à du pain de mie. Je referme le placard rapidement, pour essayer de contenir l'odeur qui s'en dégage.

« Rien de mon côté. Je me demande si on passe pas trop tard. J'ai l'impression que tous les trucs qui pourraient être utile ne sont plus là. Il ne reste que des trucs complètement pourris. On peut toujours essayer de s'en servir comme arme chimique. Vu l'odeur, ça peut marcher pour éloigner des gens malveillants. »

 

  Points de vie restants : 20/20
  Munitions restantes : 0
  Gains des fouilles : Rien
  Endroit où je me trouve :  A l'intérieur de la seconde chambre.
  Endroit où se trouvent mes ennemis : Aucun


Dernière édition par Pelleas Wilkins le Dim 2 Nov - 23:27, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   Dim 2 Nov - 23:18

Le membre 'Pelleas Wilkins' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Mouvement' :


--------------------------------

#2 'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Premiers Pas Dehors [Livre I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall of Man :: 
Anciennes zones de jeux
 :: Coaticook et la Route vers le Nord :: L'Ouest, vers Stanstead (USA) :: Motel La Source
-
Sauter vers: