AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
De mère en fille [Livre I - Terminé]
MessageSujet: De mère en fille [Livre I - Terminé]    Sam 18 Oct - 13:33

Chloé & Juliette
Le 15 Août 2014
 




Il faisait nuit depuis plusieurs heures à présent. Il était temps de rentrer. Je pris soin de bien refermer mon sac avec tout ce que j’avais récupéré au cours de cette journée. J’étais partie sans prévenir personne, laissant un mot à mon fils, en lui indiquant juste que je sortais. J’avais besoin d’être seule, et de réfléchir pour prendre la meilleure décision qui soit pour mon fils et moi. Je m’étais éloignée de notre refuge temporaire, et en avait profité pour ramener quelques éléments indispensable à notre survie et à un éventuel départ, que j’envisageais de plus en plus sérieusement. J’avais beau avoir pris soin d’éviter un maximum Philippe et Eva, ce n’était pas suffisant. Je passais de la colère à la tristesse,  et de la tristesse à la colère. Je ne pouvais décidément pas continuer ainsi comme je n’arrivais pas à me résoudre à partir avec Gabriel. Tout était si compliqué, et je ne savais plus où j’en étais. Cependant  si je restais, j’étais par contre, bien déterminée à leur faire autant de mal qu’ils m’en avaient fait. Ils ne s’en sortiraient pas aussi facilement. Pas après ce qu’ils avaient fait.

Je poussais la porte de derrière sans un bruit et m’engouffra dans la maison. Aucune lumière ne pénétrait dans la pièce. Aucun bruit ne semblait émaner de l’habitation. Je refermais la porte derrière moi et bloqua la poigné avec une chaise. Personne ne pourrait rentrer. Ou du moins, pas sans faire un vacarme monstre. Je ne déballais pas mon sac à dos, le gardant avec moi. Si nous devions partir en quatrième vitesse, nous ne perdrions pas de temps à récupérer notre nourriture, nos armes, ou encore nos médicaments. Vu le monde dans lequel nous évoluions à présent, il valait mieux se montrer trop paranoïaque que pas assez. Je montais les escaliers, en prenant soin de ne pas marcher sur la marche qui grinçait, et regagna la pièce qui servait de chambre à mon fils. J’y vivais à présent depuis que Philippe m’avait dit que lui et Eva… Je chassais ce souvenir de ma tête. Ce n’était pas le moment d’y penser. Je m’approchais du corps endormi de mon fils, et déposais un baiser sur son front. Il remua légèrement, mais ne se réveilla pas. Tant mieux. Je posais mon sac à dos juste à côté de la table de chevet puis ôta mes chaussures, ma veste et mon pull. Je posais ensuite mon couteau sous mon oreiller, le gardant à proximité au cas où, et m’allongea à côté de mon enfant, le visage tourné vers la porte que j’avais repoussé. Le sommeil me gagna peu à peu. Et puis j’entendis la marche grinçait. Je me levais d’un bond, et saisi mon arme. J’enfilais mes chaussures rapidement, avant de sortir sur mes gardes de la chambre. Je restais bien dans l’ombre, et vis approcher une silhouette qui n’était pas celle de Philippe. J’attendis le cœur battant qu’elle s’avance un peu plus, prête à bondir et attaquer. Et puis, je la reconnue.   Chloé ? Dieu merci tu vas bien  . Je chuchotais ces mots, avant de baisser mon arme et la ranger à ma ceinture. Et sans plus attendre, je vins enlacer la jeune femme dans mes bras, dans une étreinte très affectueuse.

_________________

Chewbacca a dit un jour : "Uuuuuuuuuuuuur Ahhhrrrrrrrrr Uhrrrrrrrrrrrrrr Ahhhhhhhhhrr Aaaaaaaarhg"... Je sais pas pour vous, mais moi, je suis complètement d'accord avec lui.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 23
Avant j'étais branchée et habillée à la dernière mode... Mais ça c'était AVANT
Messages : 905
Membre du mois : 0
J'ai : 23 piges déjà ! Le temps ça passe trop vite mon gars !
Je suis incarné(e) par : Marie Avgeropoulos
Crédit(s) : (c)Halloween
Je suis un(e) : Black Widow.
Mes hauts faits :
Avant j'étais branchée et habillée à la dernière mode... Mais ça c'était AVANT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: De mère en fille [Livre I - Terminé]    Sam 18 Oct - 17:20

La nuit recouvre les rues désertes de Coaticook, désertes et silencieuses. Trop à mon goût... J'ai si peur qu'il soit brisé par un gémissement, comme il l'a été tant de fois. J'ai peur, et pourtant je l'ai cherché. J'aurai pu rester bien sagement enfermée à la maison, dans ma chambre à laquelle je commence à m'habituer. Sans dire que je m'y sens bien, qu'elle me semble chaleureuse ou quoi, j'ai accepté ma condition. Plus ou moins. Il le faut bien, pour avancer. Mais cela ne change rien au fait que je ne veuille pas y rester enfermée, passer ma vie dans cette maison silencieuse, et où le seul bruit devient un crime, une promesse de mort. Oui, vous me direz, c'est pas bien différent dehors, Deux fois plus de probabilités de tomber sur Zack, et aucune planque. Mais que voulez-vous... J'avais besoin de sortir. De voir le monde en face, affronter la réalité de notre monde, ses horreurs, ses dangers. Même si on me protégeait, c'était bien dans ce monde que je vivais, c'était bien de lui dont je devais me défendre. On ne serait pas toujours là pour le faire à ma place. Et puis, il y avait peut être que j'avais envie de fuir. Partir loin. Très loin. Pas fuir les zombies, non. Fuir papa. Je ne voulais pas le revoir, je ne voulais pas à avoir à lui parler. J'avais... Peur ? Dans un sens, oui. Peur de devoir trancher, si il était ou non l'homme que j'avais cru connaître. Que j'avais cru aimer, comme une fille aime son père. J'étais dans le flou, dans le vague, et plus je réfléchissais, plus je me perdais. Bien sûr, je ne pourrais pas vivre éternellement caché, mais je voulais retarder notre prochaine discussion au plus tard. L'éviter, le plus possible.

Avec Violet, on étaient retournés à cette petite pharmacie, où je pouvais trouver des choses dont j'avais besoin. Toujours sans demander l'autorisation à personne, toujours en évitant tout le monde. Ca va bientôt me retomber dessus, mais j'y suis prête. Je sais ce que je fais, et je l'assume. Ils devaient voir que j'étais plus une petite fille, tous autant qu'ils étaient. Je devais le leur montrer, une bonne fois pour toutes. Violet et moi nous séparons, les derniers mètres. Elle rejoint la maison où elle loge tandis que je fais de même. J'ouvre discrètement et le plus silencieusement la porte, pénètre la maison plongée dans l'obscurité. Je ne risque pas de me cogner, je commence à bien connaître les lieux et ma vision s'est déjà habituée à l'obscurité de la nuit. Je commence à monter les escaliers. Première marche, pas de bruit. Idem pour la deuxième. La suivante, en revanche, grince dès que j'y pose le pied. Je serre les poings et continue à monter, quand, arrivée à l'étage, je me rends compte que j'ai réveillé quelqu'un. Sur qui vais-je tomber, papa, Juliette ? Gabriel ? J'ai presque l'impression de jouer à la loterie. Mais j'obtiens vite la réponse, alors que la personne en face, dans l'ombre, se jette sur moi, faisant voler sa chevelure blonde. Juliette.... Au moins, c'était pas Philippe. Je lui rends son étreinte, au fond beaucoup plus heureuse de la voir que ce que je voudrais bien avouer.

« Oui... ça va. Tout va bien. Je... je suis contente de te voir. »

Je l'embrasse sur la joue et me dégage d'elle, réalisant soudain que si papa est là, je ne pourrais pas l'éviter.

« Papa est là ? Tu es seule ? »

_________________
all nightmare long ∆
Crawl from the wreckage one more time, horrific memory twists the mind. Dark, rugged, cold and hard to turn, path of destruction, feel it burn. Still life. Incarnation. Still life. Infamy. Hallucination, heresy, still you run, what's to come ? What's today ? ∞

Awards&co':
 
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20/20
Dans toutes les larmes s'attarde un espoir
Messages : 2199
Membre du mois : 1
J'ai : 19 ans
Je suis incarné(e) par : Emma Watson
Crédit(s) : Avatar (c) ?? || Signature (c) quiet rot/tumblr/Kanala
Je suis un(e) : Docteur queen femme médecin
Vos Liens :
Spoiler:
 



Mes hauts faits :
Dans toutes les larmes s'attarde un espoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: De mère en fille [Livre I - Terminé]    Mar 11 Nov - 18:25

Chloé & Juliette
Le 15 Août 2014





Je relâchais la jeune femme pour lui laisser l’occasion de souffler un peu. Elle avait passé l’âge d’être prise dans les bras, largement même. Seulement… Bon sang, j’aimais Chloé et je tenais à elle comme si elle était ma propre fille. Lorsqu’elle n’était pas rentrée, je m’étais fait énormément de soucis. J’avais beau la savoir débrouillarde, elle était quand même toute seule dehors, sans renfort, à cause de cette garce, de cette minable, de cette foutue… Eva à la noix. Putain, j’avais des envies de meurtres à son encontre comme jamais j’avais pu en avoir dans ma vie. En même temps, avant que le monde ne tourne au cauchemar, je n’avais jamais tué personne, pas même envisagé de le faire. Mais à présent tout était différent. J’étais différente également. Œil pour œil, dent pour dent. Nous n’avions pas le choix de nous comporter autrement de toute façon. Si je la laissais me manquer encore de respect, et marcher sur mes plates-bandes, je passerais pour quelqu’un de faible et cela y compris aux yeux de mes proches. Je me vengerais, et je savais très bien comment j’allais m’y prendre, même si certains détails restaient encore à définir. Et l’un d’eux venait d’ailleurs de passer dans la catégorie « Ok ». « Tu es sûre ? Pas de blessures ? Rien ? » Bon elle m’avait dit qu’elle allait bien, mais je ne pouvais pas m’empêcher de la questionner quand même. D’ailleurs, je ne me contentais pas de mot. Je regardais si elle n’avait vraiment rien, et je la scrutais de part en part. j’avais besoin de le voir de moi-même, de vérifier, d’en avoir le cœur net. Une fois mon inspection terminée, je pris son visage entre mes mains « J’ai eu si peur pour toi. Bon sang, ne refait plus jamais ça Chloé, plus jamais. Tu m’entends ? Plus jamais. » Dans le rôle de la belle-mère anxieuse, on ne pouvait pas faire mieux, ni plus cliché. Je m’en rendais bien compte et… Je détestais ça. Mais on parlait de Chloé là. Je m’écartais d’elle en me faisant violence, et lui fit signe de me suivre, en silence, un doigt posé sur mes lèvres. Je la conduisais jusqu’à une pièce libre. Je tirais tous les rideaux sur les planches en bois qui étaient clouées sur les fenêtres Puis je récupérais une bougie chauffe plat et une allumette et j’allumais la première. Je la posais sur le sol, devant deux couvertures. Elle éclairait faiblement la pièce, assez pour qu’on se voit un peu, mais pas assez pour que, de l’extérieur, on puisse le voir. « Assis-toi ma puce. Ton père dort dans une chambre un peu plus loin. On peut discuter quelques minutes avant que tu ailles le trouve ? Enfin, si cela te va. »


_________________

Chewbacca a dit un jour : "Uuuuuuuuuuuuur Ahhhrrrrrrrrr Uhrrrrrrrrrrrrrr Ahhhhhhhhhrr Aaaaaaaarhg"... Je sais pas pour vous, mais moi, je suis complètement d'accord avec lui.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 23
Avant j'étais branchée et habillée à la dernière mode... Mais ça c'était AVANT
Messages : 905
Membre du mois : 0
J'ai : 23 piges déjà ! Le temps ça passe trop vite mon gars !
Je suis incarné(e) par : Marie Avgeropoulos
Crédit(s) : (c)Halloween
Je suis un(e) : Black Widow.
Mes hauts faits :
Avant j'étais branchée et habillée à la dernière mode... Mais ça c'était AVANT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: De mère en fille [Livre I - Terminé]    Mer 19 Nov - 21:00

Je suis fatiguée. Très fatiguée, plus que quand je rentrais d'une journée à la fac. Je savais pourtant que cette marche grince quand on y met le pied dessus, pourtant je ne l'ai pas sautée. Logique que quelqu'un soit alerté, voire tout le monde dans la maison, alors je suis extrêmement soulagée quand je reconnais Juliette. Bien que je sache qu'elle va me faire la leçon... Je ne veux pas croiser mon père. Je ne veux pas le voir, pas me retrouver seule avec lui. Je n'ai pas peur de lui, j'ai juste peur d'affronter encore la vérité en face. Ma belle mère me relâche finalement et s'empresse de regarder mon état, et j'ai beau lui dire que tout va bien, elle insiste. Je soupire. Franchement... j'ai plus trois ans, j'ai passé l'âge de ça... Mais bon, je suppose que c'est logique qu'elle soit aussi inquiète après ma petite disparition, même si elle n'est pas ma véritable mère, c'est tout comme. L'autre ne compte pas, elle n'a jamais compté. Juste une salope, une enfoirée et tout ce que vous voudrez. Ok, je suis peut être un peu dure avec elle, mais c'est pas maintenant que je vais remettre ça en question. Pas maintenant que j'ai bien d'autres problèmes. J'aime Juliette comme si elle était ma véritable mère, ce qui n'empêche pas que je lui en veuille de me traiter comme une petite fille. Je me laisse faire, je la laisse vérifier que je vais bien. J'ai pas la force, ce soir, de faire ma rebelle ou quoi que ce soit. Si j'avais réussi à remonter en silence, j'aurai pu m'enfermer tranquillement dans ma chambre et dormir, là j'allais encore devoir m'expliquer, en espérant que j'échappe à mon père. J'ai droit au 'ne refais plus jamais ça' presque cliché dans ce genre de situation, et qui m'agace un peu plus.

« Ok... C'était juste... J'avais besoin de sortir un peu, c'est tout. Je le referais plus. »

Mouais, c'était pas dit, mais toutes les filles normales répondent ça à leur mère, juste pour avoir la paix, même si j'estimais le faire sur un ton plus sérieux et concerné que la moyenne. Je ne cherchais même pas à expliquer la vraie raison de mon escapade. J'avais eu besoin de m'évader, comme une fuite, comme pour échapper à tout ce qui se passait autour de moi. Fuir des problèmes pour en rencontrer d'autres : Zack. Lui aussi, j'avais besoin de le voir en face. Je m'étais prouvée que j'étais capable de me défendre, ne restait qu'à le leur prouver. Je sentais que les choses n'allaient pas. Papa avait commencé à me le dire. Il m'avait peut être caché des choses, je n'en savais rien, mais je préférais me dire que non.

Je suis Juliette, tentant d'être plus discrète que tout à l'heure. On entre dans une chambre, elle me dit de m'assoir alors qu'elle allume une bougie. Je m'installe sur les couvertures et remonte mes jambes contre ma poitrine, repliant mes bras par dessus. Je ne peux pas m'empêcher d'afficher un air soulagé lorsqu'elle m'apprend que papa dort dans une autre chambre. Plus avec elle ? Je me retiens de justesse de poser la question.

« Oui. On peut discuter autant que tu veux, j'ai pas vraiment envie de le voir de toute façon. En plus si il dort, je vais pas le déranger »

Je haussais les épaules, comme si c'était sans importance. Ca ne l'était pas, et Juliette devait bien s'en douter. Mon père m'avait dit qu'il lui dirait la vérité, je ne sais pas si il lui avait aussi parlé de mon agression, mais le reste était déjà pas mal. Je me pince les lèvres. Je ne sais pas trop comment aborder la situation.

_________________
all nightmare long ∆
Crawl from the wreckage one more time, horrific memory twists the mind. Dark, rugged, cold and hard to turn, path of destruction, feel it burn. Still life. Incarnation. Still life. Infamy. Hallucination, heresy, still you run, what's to come ? What's today ? ∞

Awards&co':
 
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20/20
Dans toutes les larmes s'attarde un espoir
Messages : 2199
Membre du mois : 1
J'ai : 19 ans
Je suis incarné(e) par : Emma Watson
Crédit(s) : Avatar (c) ?? || Signature (c) quiet rot/tumblr/Kanala
Je suis un(e) : Docteur queen femme médecin
Vos Liens :
Spoiler:
 



Mes hauts faits :
Dans toutes les larmes s'attarde un espoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: De mère en fille [Livre I - Terminé]    Mer 26 Nov - 18:25

Chloé & Juliette
Le 15 Août 2014
 




En face de Chloé, assise, je cherchais mes mots pour arriver à lui dire ce que je devais lui annoncer. Ce n’était pas facile, et, je l’avoue, je craignais sa réaction et la réponse qu’elle donnerait à mes propos. Comment faire passer cela en douceur sans qu’elle ne l’interprète mal ? Je n’étais pas sure d’avoir la réponse. Quelques minutes se silences s’installèrent dans la pièce, alors que j’essayais tant bien que mal de chercher mes mots. Je me levais, fis quelques pas dans la pièce, avant de reprendre ma place initiale. Ces cents pas ne m’avaient absolument pas aidé à y voir plus clair et soyons honnête, j’avais fait que gagner un peu de temps. Ou en perdre, allez savoir. Je soupirais  une première fois, puis une deuxième fois, avant de me lancer. De toute façon, comme pour l’épilation, il vaut mieux y aller d’un coup. Ecoute Chloé. Tu comptes autant à mes yeux que Gaby, et même si je sais que tu as déjà une mère, que je ne veux d’ailleurs pas remplacer,  je t’aime comme une mère aime son enfant, sa fille.   Comme début, on ne pouvait pas faire pire. Ouais, pire, parce qu’après lui avoir entendu cela, elle s’en ferait forcément et appréhenderait la suite.  A chaque fois que quelqu’un nous rappelait l’importance que l’on pouvait avoir pour lui, c’était annonciateur d’une mauvaise nouvelle. Et c’était justement ce que j’allais faire, lui donner une mauvaise nouvelle. Elle allait être chamboulée, surement en colère, et peinée allez savoir. Ou tout simplement silencieuse, je n’en savais foutrement rien. J’avais beau la connaitre, je ne savais pas comment elle allait réagir à ça encore une fois. Car, à bien y réfléchir, il y avait comme un air de déjà vu, même si, lorsque je m’étais séparée de Philippe la première fois, je l’avais juste serré dans mes bras, en lui chuchotant que rien ne changeait entre nous, avant de partir. Là, je lui disais ce qu’elle représentait à mon cœur et combien elle m’était chère. C’était à la fois pire et meilleur, selon le point de vue duquel on se place. Je me levais et m’approchais d’elle, accroupie sur mes genoux. Je pris ses mains dans les siennes, et après avoir déglutis difficilement, je lui dis Je vais… Non, je dois m’en aller Chloé et… Je partirais avec Gaby, et uniquement lui. Je ne sais pas encore quand, ni même où j’irais, mais je dois partir. Lorsque que je ne serais plus là, j’espère que tu pourras me pardonner pour ce que je ferais en partant. Je sais que tout cela n’a pas de sens pour l’instant, mais tu comprendras plus tard.   Je m’étais un peu embrouillée en chemin, et je l’avais surement perdu, mais c’était dit à présent. Je venais de lui avouer que je comptais partir, chose que seul Gabrielle savait. Je n’avais pas vraiment eu l’intention de l’ébruiter, mais je ne pouvais pas m’en aller sans avoir parlé avant avec Chloé. Je ne voulais pas qu’elle pense que je l’abandonnais et que je ne l’aimais pas. La laisser derrière moi était affreusement douloureux, et mon cœur saignait à l’avance. Si je lui proposais de me suivre, elle serait tiraillée entre son affection pour son père et pour moi. Et quand même bien elle choisirait finalement son père, elle s’en voudrait pour son choix. Alors je ne lui avais pas proposé de m’accompagner pour lui épargner cela. Je partais avec Gabriel et elle n’était pas invitée. Je préférais qu’elle m’en veuille pour cela plutôt qu’elle s’en veuille à elle. C’est ça être parant après tout…

_________________

Chewbacca a dit un jour : "Uuuuuuuuuuuuur Ahhhrrrrrrrrr Uhrrrrrrrrrrrrrr Ahhhhhhhhhrr Aaaaaaaarhg"... Je sais pas pour vous, mais moi, je suis complètement d'accord avec lui.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 23
Avant j'étais branchée et habillée à la dernière mode... Mais ça c'était AVANT
Messages : 905
Membre du mois : 0
J'ai : 23 piges déjà ! Le temps ça passe trop vite mon gars !
Je suis incarné(e) par : Marie Avgeropoulos
Crédit(s) : (c)Halloween
Je suis un(e) : Black Widow.
Mes hauts faits :
Avant j'étais branchée et habillée à la dernière mode... Mais ça c'était AVANT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: De mère en fille [Livre I - Terminé]    Sam 29 Nov - 19:09

Assise sur le sol, au milieu de la couverture, je regardais Juliette. La faible lumière jaunâtre de la bougie dessinait des ombres autour de nous et creusait des traits sur son visage. Je ne savais pas quoi dire. Ou alors, j'avais trop de choses à dire. Mes yeux suivent mécaniquement ses pas à travers la pièce. Elle n'attend pas que je prenne la parole, non, elle cherche ses mots. Je retrousse mes lèvres, alors qu'elle revient vers moi. Je sens mon coeur se serre malgré moi, par l'appréhension. Qu'a t'elle donc à m'annoncer, qui demande autant de précaution ? Je n'aime pas ça. Ca sent mauvais. Ca sent toujours mauvais, de toute façon. Rien ne va plus, depuis la grande panique, ou même avant, depuis que nous avons quitté la france. Que peut il encore se passer ? Le silence se tend encore quelques instants. Lourd, pesant. Presque aussi inquiétant que celui du dehors, quand tout est calme, et que la peur d'un zombie me tient. Sauf que là, ma vie n'est pas en jeu, du moins je l'espère. Malgré moi, je ne peux m'empêcher de la dévisager lorsqu'elle ouvre enfin la bouche. Juliette me dit combien elle même, et combien je suis importante à ses yeux. Je ne sais pas quelle tête je lui renvoie, mais ça ne doit pas être très joli. De l'appréhension, de l'incompréhension. Je ne suis pas dupe. Tout ce qu'elle me dit, je le sais déjà. Si elle commence comme ça, c'est que la suite risque de ne pas être très agréable à entendre. Que va t'il encore se passer ? Les choses ne sont elles pas si compliquées comme ça, non ? Je soupire. Elle sait bien que c'est trop tard, qu'elle le veuille ou non, c'est elle que je considère comme ma mère. Pas l'autre enfoirée. Je la fixe. Qu'est-ce que je peux lui répondre ? Est-ce que je dois le faire, est-ce qu'il y a vraiment quelque chose à répondre à ça ?

"Je..."

Non, je rien. J'ai rien à dire. Ca vient pas, pas tant que j'ai pas la suite, l'explication, la raison de out ça. Et en même temps, j'ai peur de savoir, parce que je sens que tout va être bouleversé, une nouvelle fois. Quoi, comment, j'en sais rien, mais ça n'a pas d'importance. Je sens ses mains chaudes prendre les mienne. J'essaye de ne pas fuir son regard, mais d'arrêter tout de même de la dévisager. Elle a déjà l'air assez mal à l'aise comme ça.

J'ai envie de me boucher les oreilles, et de courir. Partir loin, et me cacher dans un trou en attendant la fin du monde.

"Quoi ?"

A peine un murmure, à peine audible. Je n'attends pas de réponse. Je reste interdite, j'ouvre la bouche, la referme. C'est une blague. Dites moi que c'est une blague, ou un cauchemar, et que je vais me réveiller dans une seconde. Tout ira bien. Avec un peu de chance, je serai même dans mon lit, dans ma chambre, à Lille, et tout ce bordel n'aura été que le fruit d'une mauvaise nuit. Oui, voilà, c'est ça, c'est tout. Ou alors, j'ai mal entendu ce qu'elle m'a dit, parce que c'est pas possible. Je retombe sur terre. Je ne dors pas, je ne dors presque plus de toute façon, et je n'ai jamais eu aucun problème d'audition. Mais ce que Juliette vient de me dire est tout de même impossible. Partir ? Avec Gabriel ? Et nous laisser, nous abandonner, moi, papa ? Soudain, je réalise. Papa. Ca doit être ça. Je déglutis, lentement, péniblement. Je ne dois pas pleurer. Je dois rester forte. Comment faire ? Je n'en sais rien, mais je dois faire.

"Non, arrête... Pourquoi tu veux faire ça ? C'est à cause de papa, c'est ça ? Tu... tu peux pas nous abandonner, Juliette.Tu peux pas... S'il te plait, je... Je veux pas te perdre. Ni toi, ni Gabriel. En plus c'est de la folie, vous allez vous perdre, le temps de trouver un autre groupe, vous... vous allez vous faire prendre par Zack et..."

Non, faut que j'arrête. Mes mots dépassent ma pensée. Ou le contraire. Pas d'importance. Ca va trop vite, c'est n'importe quoi, c'est insensé...

"Et qu'est-ce que c'est, ce truc que tu vas faire avant de partir ? J'ai 18 ans, je suis grande, j'ai le droit de savoir..."

Mes mains lâchent les siennes, ma voix tremble presque. Je fixe le sol. Je vais me réveiller, c'est tout.

_________________
all nightmare long ∆
Crawl from the wreckage one more time, horrific memory twists the mind. Dark, rugged, cold and hard to turn, path of destruction, feel it burn. Still life. Incarnation. Still life. Infamy. Hallucination, heresy, still you run, what's to come ? What's today ? ∞

Awards&co':
 
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20/20
Dans toutes les larmes s'attarde un espoir
Messages : 2199
Membre du mois : 1
J'ai : 19 ans
Je suis incarné(e) par : Emma Watson
Crédit(s) : Avatar (c) ?? || Signature (c) quiet rot/tumblr/Kanala
Je suis un(e) : Docteur queen femme médecin
Vos Liens :
Spoiler:
 



Mes hauts faits :
Dans toutes les larmes s'attarde un espoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: De mère en fille [Livre I - Terminé]    Dim 7 Déc - 11:48

Chloé & Juliette
Le 15 Août 2014





Je me doutais bien que ma décision ne ferait pas sauter au plafond Chloé. Elle avait de l’affection pour mon fils Gabriel et pour moi. Bien entendu qu’elle n’allait pas être contente que nous nous en allions. Je ne comptais pas réellement lui dire la raison de mon départ, mais juste qu’il fallait que je m’en aille. Elle était encore si jeune et surtout, je ne voulais pas la mêler plus qu’elle ne l’était déjà dans les histoires qui ne concernaient que son père et moi. J’avais déjà pris un risque en lui annonçant que je comptais partir alors je ne voulais pas en rajouter une autre couche. Bon sang, je l’aimais comme une mère aime sa fille. Ca me brisait le cœur de ne pas pouvoir l’emmener avec moi. Je voulais quitter Philippe parce que je ne pouvais plus vivre à ces côtés. C’était trop dur de le voir avec Eva. Je n’étais pas aussi forte que je le prétendais. Chaque fois qu’il partait avec elle, chaque fois qu’il lui parlait, je le voyais l’embrasser, la déshabiller, lui faire l’amour, et lui susurrer des mots doux à l’oreille. Je n’avais plus ma place ici, dans ce groupe. Il fallait que je me tire au plus vite avant de devenir complètement barge et foutre en l’air la sécurité du groupe, la sécurité de Chloé et la sécurité de Philippe. Si je l’aimais ? Toujours autant, et c’était d’ailleurs pour cela qu’il fallait vraiment que je trace ma route de mon côté et que je passe à côté. Parce que si lui était capable de s’en taper une autre alors que je me tenais à ses côtés, j’étais incapable de tourner la page alors qu’il était toujours présent dans ma vie. Il fallait que je m’en aille et plus rapidement possible surtout.

Chloé ne comprends pas. Bien entendu. Comment le pourrait-elle alors que je ne lui donne pas la raison de mon départ. Elle n’est pas stupide, elle doit bien se douter à qui cela est lié. D’ailleurs, elle évoque son père, avant de me dire que je ne pouvais pas les abandonner. Mon cœur se serre à ce mot. Non, je ne veux pas l’abandonner, mais je n’ai pas le choix. Bon sang, si cela ne tenait qu’à moi, je la prendrais avec Gaby et moi. Mais non, ce n’était envisageable ni possible, et je le savais très bien. Elle lâche mes mains, et sa voix tremble légèrement. Je la connais assez pour reconnaitre les émotions qui se bousculent en elle. Elle veut savoir la raison de mon départ. Bien entendu. Elle se dit grande à présent, mais bon sang, elle n’a que dix-huit ans. Si jeune. Si innocente. Nous nous en sortirons. Crois-tu que je mettrais en danger Gaby sur un coup de tête ? Première étape, la rassurer. Je n’ai d’ailleurs pas pris cette décision sur un coup de tête ‘Loé. Je sais ce que je fais et j’ai préparé notre départ ma chérie. Je ne veux pas que tu t’inquiètes pour nous. Et qui sait ? Peut-être nous retrouverons nous plus tard, d’ici quelques semaines, quelques mois ? Peu importe le temps de toute façon, tu resteras toujours celle que j’aime comme une fille… Je t’aime Chloé, et tu vas nous manquer, énormément… Mais ta place est avec lui en priorité et j’ai beau lui… « en vouloir ». Je m’arrêtais en plein milieu de ma phrase. Non, elle était trop jeune et innocente. Et elle aimait trop son père, avait trop besoin de lui pour que je lui dise la raison de mon départ. Si quelqu’un devait le faire, ce n’était pas moi, mais lui. C’était son erreur, et à cause de lui, notre famille avait volé en éclats. Il devait assumer les conséquences de ses actes une bonne fois pour toute et affronter la réalité. Je m’étais montrée compréhensive et clémente par le passé oui. Mais j’avais changé. J’avais beau l’aimer, je ne le laisserais pas me détruire. Gaby avait plus que jamais besoin de moi, et je ne lui ferais pas défaut à cause d’une grosse peine de cœur. Il comptait sur moi. . Peu importe. Ne m’en veut pas ma chérie s’il te plait… Mais je ne peux pas rester éternellement dans ce groupe. Je ne sais pas encore quand nous partirons, ni même si je pourrais te dire au revoir à ce moment-là. C’est pour ça que je te le dis ma chérie. Je ne veux pas que tu penses que je t’abandonne, que je ne t’aime pas, et que je te laisse de gaité de cœur car ce n’est pas le cas. Je suis très fière de la jeune femme que tu es. Tu es une battante, et je crois en toi. On se reverra, je t’en fais la promesse ma puce. Et tu le sais depuis le temps, je tiens toujours mes promesses. Je me levais et l’embrassais sur le front, avant de la reprendre et la serrer dans mes bras. Je posais ma tête sur l’arrière de sa tête, lui caressant légèrement les cheveux.


_________________

Chewbacca a dit un jour : "Uuuuuuuuuuuuur Ahhhrrrrrrrrr Uhrrrrrrrrrrrrrr Ahhhhhhhhhrr Aaaaaaaarhg"... Je sais pas pour vous, mais moi, je suis complètement d'accord avec lui.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 23
Avant j'étais branchée et habillée à la dernière mode... Mais ça c'était AVANT
Messages : 905
Membre du mois : 0
J'ai : 23 piges déjà ! Le temps ça passe trop vite mon gars !
Je suis incarné(e) par : Marie Avgeropoulos
Crédit(s) : (c)Halloween
Je suis un(e) : Black Widow.
Mes hauts faits :
Avant j'étais branchée et habillée à la dernière mode... Mais ça c'était AVANT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: De mère en fille [Livre I - Terminé]    Mer 10 Déc - 16:20

J'aurai tellement aimé me dire que j'avais mal compris ses propos, que j'étais encore plongé dans un de ces cauchemars qui peuplaient mes nuits et que tout allait s'arranger. Mais j'ai passé l'âge des contes de fées, de l'innocence et de l'insouciance. Quoi que l'on en dise, quoi qu'ils puissent en penser, eux tous, Juliette, papa, le reste du groupe, je n'étais plus une enfant. J'en avais déjà vu trop, ils avaient beau dire ce qu'ils voulaient, il n'en n'était pas autrement. Le cauchemar, désormais, était ma vie tout entière, chaque jour, chaque heure, n'était que le prolongement des nuits d'horreurs que je passais, où mes mauvais songes me réveillaient en sueur. Peut être n'étais-je pas assez forte pour cette et pour ce monde, finalement. Trop sensible, trop frêle.Tout ce que je désirais était de fuir, fuir vers une autre vie, fuir jusqu'à la fin du monde, jusqu'à la mort, mais m'échapper de cette existence, où tout n'était qu'éphémère. Chaque chose que je connaissais, que j'appréciais devenait cendre autour de moi. Et je voyais ainsi mon monde s'écrouler, tomber devant mes yeux, alors qu'impuissante, j'essayais vainement de retrouver l'espoir, le gout de la vie. Ou simplement un peu de force. J'allais finir par la perdre, totalement. J'avais l'impression d'être enfermée dans une cage, une prison aux barreaux d'acier, assistant, enchainée, à la destruction de mon univers. Et j'avais mal. Juliette ne pouvait pas partir. Je ne pouvais pas y croire, je ne pouvais pas la laisser faire, la regarder  m'abandonner... Je ne pouvais pas le supporter, tout simplement. C'en était trop. Comment allais-je faire ? Je cherchais, je ne trouvais pas. Mon imagination me la présentait déjà à des kilomètres d'ici, de moi, ou moi d'elle, dans un autre groupe, ou seule avec Gabriel. Ou pire, je voyais son cadavre, je l'imaginais en zombie, parce que le hasard l'aura eu, parce qu'elle n'aura pas été assez fort pour lutter contre un raz de marrée de Zacks... C'était inconcevable. J'avais l'impression de tomber en enfer. Ce n'était pas comme si nous vivions encore en France, qu'elle partait simplement avec Gabriel pour vivre autre part, dans une autre rue, une autre ville. Ce n'est pas comme si le monde conservait un semblant d'équilibre. Zack avait changé la donne. Je sais qu'une fois qu'elle serait partie, il n'y aurait plus de retour en arrière, plus de moyen de voir encore son visage, d'entendre sa voix ou de me réfugier dans ses bras. Il ne me resterait que ceux de mon père, alors que je ne savais toujours pas si j'arriverai à les supporter à nouveau. Non, je ne la croyais pas quand elle me disait que nous nous reverions peut être. J'étais réaliste, ce monde n'était plus celui que nous connaissions, et tout avait changé. Si elle partait, c'était une voie de non-retour. J'avais passé l'âge de m'accrocher aux faux espoirs. Même si... J'aurai tant aimé...

"Lui quoi ?"

Répondis-je dans l'instant à ses dernières paroles. Lui quoi ? J'en savais rien. Lui en vouloir ? Sûrement, mais pour quoi ? Pour ce qui s'était passé avant notre départ pour les USA, pour la vérité qu'il m'avait dit vouloir lui révéler ? Ou autre chose, quelque chose dont je n'étais pas au courant ? Peu importe. Je voulais savoir, je devais savoir. Juliette ne pouvait partir en me laissant ainsi, sur le doute, dans l'incompréhension, dans le flou et la douleur les plus complets. C'était impossible. Je me pince les lèvres. Je la connais, si elle a décidé de ne pas me mettre au courant, elle ne le fera pas. Ce n'était plus de belles paroles dont j'avais besoin, mais de raisons, de raisons valables pour qu'elle soit poussée à me laisser ici, m'abandonner.... Comment cautionner, quand elle ne m'explique même pas le pourquoi de sa démarche ? Je l'écoute à peine, car je m'en fiche, je sais que ce n'est pas ce que je veux entendre. J'en ai marre, je veux tout casser, m'en aller moi aussi, peut importe où, mais je ne peux plus. J'en ai marre. Je la laisse me reprendre dans ses bras, alors que je sens les larmes venir à mes yeux, la douleur, la rage et l'abattement, tout ces sentiments contradictoires m'envahir comme une marée.

"Non, on se reverra pas. Pas maintenant, pas avec ces zombies... C'est impossible. Tu ne peux pas partir... S'il te plait, dis moi au moins pourquoi."

J'estimais que c'était la seule chose qu'elle me devait. Une explication.

_________________
all nightmare long ∆
Crawl from the wreckage one more time, horrific memory twists the mind. Dark, rugged, cold and hard to turn, path of destruction, feel it burn. Still life. Incarnation. Still life. Infamy. Hallucination, heresy, still you run, what's to come ? What's today ? ∞

Awards&co':
 
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20/20
Dans toutes les larmes s'attarde un espoir
Messages : 2199
Membre du mois : 1
J'ai : 19 ans
Je suis incarné(e) par : Emma Watson
Crédit(s) : Avatar (c) ?? || Signature (c) quiet rot/tumblr/Kanala
Je suis un(e) : Docteur queen femme médecin
Vos Liens :
Spoiler:
 



Mes hauts faits :
Dans toutes les larmes s'attarde un espoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: De mère en fille [Livre I - Terminé]    Mer 4 Fév - 11:50

Chloé & Juliette
Le 15 Août 2014





Chloé ne pouvait pas comprendre. Je ne lui demanderais pas de toute façon d’entre être capable. Je voulais simplement qu’elle sache combien je l’aimais et que, lorsque je partirais, ce ne serait pas à cause d’elle, ou par manque d’amour. Je ne pouvais pas rester, non je ne le pouvais pas. Je n’étais plus la même femme. Ce monde m’avait changé inévitablement. J’avais tué des morts, et j’avais tué aussi des êtres vivants pour survivre. A chaque fois que je voyais Philippe en compagnie d’Eva… A chaque fois que j’entendais qu’il sortait avec elle plutôt qu’avec moi… J’avais une furieuse envie de le tuer, de planter mon couteau dans son cœur et de lui arracher. J’avais mal, si mal. Rester ici ne pouvait rien m’apporter de bon. J’étouffais et j’allais faire une connerie que je regretterais. Un jour, je tuerais Eva, ça ça ne faisait aucun doute. Mais jamais je ne ferais du mal à Chloé en m’en prenant à son père. Il fallait que je le blesse psychologiquement et non physiquement. Je voulais qu’il ait aussi mal que moi, qu’il comprenne ce que c’était d’être trahie par la personne que l’on aimait. Enfin, en partant du principe qu’il m’aimait encore, chose dont je n’étais pas certaine. Comment pouvait-il ressentir ce sentiment et me tromper avec une autre ? Ces explications ne valaient rien. Rien ne pouvait excuser son comportement rien. Ce n’était que de la poudre aux yeux, et il finirait par s’en rendre compte. Il ne m’aimait plus. Il ne me désirait plus. Il ne me voulait plus à ces côtés. Dans ce nouveau monde, je n’étais plus son idéale, plus celle qui faisait battre son cœur. Non, je n’étais qu’un poids, qu’un boulet qu’il devait trainer. Et je ne le supportais plus.
Oui, il était temps que je parte.
Mon plus grand regret serait de laisser derrière moi la jeune femme. Chloé, je l’aimais comme ma propre fille. Elle était tout à mes yeux et me séparer d’elle serait très difficile. J’aurais tellement voulu lui dire de me suivre, de m’accompagner, lui faire entendre raison et ouvrir les yeux sur son père. Mais je ne le pouvais pas. Je ne voulais pas qu’elle souffre, et être celle qui cacherait sa relation avec ce père qu’elle aimait tant. Je ne voulais pas être celle qui lui dirait tout ce qu’il m’avait fait subir, lui faire comprendre que si notre famille était brisé, c’était de sa faute à lui. Il n’avait pas su garder sa bite dans son pantalon. Il avait brisé notre famille pour une femme qu’il ne connaissait pas vraiment et qui n’avait aucune conscience. Elle avait accepté d’éclater une famille pour son simple plaisir personnel. Finalement, à bien y réfléchir elle et Philippe était fait pour s’entendre. Je n’étais pas bête. Je savais très bien qu’une fois que je serais partie, ils auraient le champ libre et s’en donneront à cœur joie. Il n’y aurait plus aucun obstacle entre eux. Allez, ils attendraient une semaine et encore, peut-être moins. Philippe sera blessé dans son orgueil par mon départ. Il sera en colère parce qu’une femme l’avait quitté. Mais au fond, il s’en réjouira. Il aura enfin la possibilité de faire ce qu’il désire, c'est-à-dire se taper l’autre salope.
Cette pensée m’arracha une grimace que je chassais bien vite. Ce n’était pas le moment de penser à ça. Je devais pour l’instant rassurer ma petite chérie, qui finalement, n’était plus si petite que ça. C’était bête à dire, mais je ne l’avais pas vu grandir. Je la voyais toujours comme la petite Chloé qui venait me voir après mes cours parce qu’elle n’allait pas bien. Je la voyais encore comme l’adolescente en détresse pour qui je m’étais prise d’affection. Je la voyais encore comme la petiote qui était venue chercher mon aide. Je ne peux pas de dire les raisons de mon départ. Seulement, je t’en fais la promesse Chloé, on se reverra. Peu importe les dangers et les difficultés. Je On se retrouvera ma chérie, ma douce petite fille. N’oublie jamais que je t’aime d’accord ? Je la serrais une nouvelle fois, une toute dernière fois dans mes bras. Je l’aimais tant. Je l’aimais autant que mon fils Gaby. Et c’était pour ça que je ne pouvais pas l’arracher à son père. Je ne pouvais pas me montrer aussi égoïste, pas envers elle. Elle comptait bien plus que ma petite vengeance.
Je déposais un baiser sur son front, avant de me lever. Il était temps d’aller se coucher et de mettre fin à cette discussion. Avant de quitter la pièce, je me retournais vers la jeune femme, et lui dit une nouvelle fois, le plus sincèrement du monde Je t’aime ma belle petite fille

[HJ : désolée désolée désolée je pensais avoir répondu >< Je clôture du coup vu qu’il s’est passé plein de trucs entre-temps. On se fera un autre rp du coup plus actuel <3 ]


_________________

Chewbacca a dit un jour : "Uuuuuuuuuuuuur Ahhhrrrrrrrrr Uhrrrrrrrrrrrrrr Ahhhhhhhhhrr Aaaaaaaarhg"... Je sais pas pour vous, mais moi, je suis complètement d'accord avec lui.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 23
Avant j'étais branchée et habillée à la dernière mode... Mais ça c'était AVANT
Messages : 905
Membre du mois : 0
J'ai : 23 piges déjà ! Le temps ça passe trop vite mon gars !
Je suis incarné(e) par : Marie Avgeropoulos
Crédit(s) : (c)Halloween
Je suis un(e) : Black Widow.
Mes hauts faits :
Avant j'étais branchée et habillée à la dernière mode... Mais ça c'était AVANT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: De mère en fille [Livre I - Terminé]    

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
De mère en fille [Livre I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chasse entre mère et fille
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» 02. Comme mère et fille.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall of Man :: 
Anciennes zones de jeux
 :: Coaticook et la Route vers le Nord :: Le Centre-ville :: Habitations :: Maison du groupe "Ordre" (Esclavier, Bourgeois et Lacroix)
-
Sauter vers: