AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Old ages have died. [Livre I - Terminé]
MessageSujet: Old ages have died. [Livre I - Terminé]   Lun 19 Jan - 14:13

❝ Old ages have died. ❞
Violet & Eva

 Journée de merde. Sale, putain, de journée. Ma participation est un échec, un fiasco total. Putain de Z à la con. J’ai regardé longtemps autour de moi, en réfléchissant à tous les plans possible qui s’offrait à moi. Et en regardant le groupe, moi et la horde qui s’étendait devant moi. J’avais rapidement fait le tour. Impossible de les rejoindre sans crever. Et j’étais pas du genre à me lancer dans une entreprise qui allait me diriger vers une mort certaine. Même si on pouvait penser le contraire aux vues de cette première mission qui était quand même à la base, loin du concept de sureté. Non ? Cette odeur fétide me déconcentre. J’ai déjà pas mal à faire abstraction des gémissements. Je déchire un bout de tee-shirt  avec mon couteau. J’allais, il est certain, pas mal regretter cette action plus tard dans la saison. Mais pour l’instant, le plus tard n’était pas vraiment dans ma ligne de pensée. Il fallait que je m’en sorte, et que je retourne à Coaticook sans me faire bouffer une jambe ou un bras. Ou me faire bouffer tout court si ce n’était que ça. J’ai réussi à me planquer, Je sais pas trop où. J’ai retiré la sureté de mon arme, et je suis pas sereine. Parce que je me mets pas dans des situations pareilles. Je les entends, et je reste silencieuse. J’entoure la partie inférieure de mon visage dans le bas de mon tee-shirt. Très franchement, je vois pas comment je vais pouvoir me sortir de cette situation de merde. Il en suffit d’un qui me voit, et je suis dans la merde. Alors j’attends… j’attends qu’il passe, des minutes, je regarde ma montre et les secondes ne semblent plus vouloir passer. Le temps ralenti au rythme de leur marche, et je me demande bien comment j’allais pouvoir m’en sortir. Autant suivre les directives de Phillipe les attirer vers la direction, qui nous vaudra du calme. Et dans ces cas là je les sème, je me mettrais à courir, et après, grand détour. Mon plan en place dans ma tête, je décide à sortir de mon trou, et faire du mieux que je pouvais pour m’en sortir.

Pendant que je courrais à foulée régulière et à allure assez rapide pour semer les Z. Je réfléchissais à Gia, je me refusais à penser à ma soeur, pour moi une pensée est un souvenir, et le souvenir découle et dégouline dans ma tête pour créer un espoir. Et si pour certain c’était l’espoir qui les faisait avancer aujourd’hui, pour moi, c’était plutôt le contraire. Regarder au chaque coin de rue, voir une chevelure brune, où des yeux clairs, non, j’étais pas foutue capable d’accepter ça. Gia était morte, ainsi que tout le reste de ma famille. C’était mieux comme ça, c’était mieux pour moi. Au moins je n’aurais certainement pas à leur foutre une balle entre les yeux, et je m’en estimais bien chanceuse. Je décide que plutôt de m’épuiser à courir dans les bois, je vais m’arrêter une petite heure, sur le toit du premier véhicule assez haut pour ne pas être atteignable. Je ferme ma veste. « L’armée prépare à la vraie vie et aux situations les plus extrêmes. » C’était ce qu’adorais dire mon père pendant nos réunions familiales. Surtout quand j’étais là, avec mon demi-frère qui était Marines. On comprenait ce qu’il disait, mais je ne m’étais jamais rendue compte à quel point il avait raison. Je ne voyais ni ma mère ni ma soeur survivre dans ce genre de contexte, cette obligation d’être toujours au taquet, ne dormir que d’un oeil. Je m’allonge sur le toit, je pense pas avoir aider à grand chose, mais je suis en vie. C’était peut être pas le plus important, mais va pas croire que c’état simple d’être sortie de ce merdier. Mes fringues sont dégueulasses, je suis en âge, un coup à chopper une bonne crève, je me suis blessée à la cuisse  et au visage, sortant par un des grillages, mon jean en a pris un sacré coup. Je retire mon coup de tee-shirt et j’entoure ma cuisse qui saigne sur mon jean.

Ma montre bipe au bout d’une heure, je me redresse, et je descends du camion, en grimaçant. Et je retourne vers Coaticook sans me poser de questions. De toute façon, valait mieux que je retrouve le reste du groupe. S’il en restait quelque chose, je suis pas dupe. Mais bizarrement, j’avais pas spécialement envie qu’il soit tous crevés, j’aime bien la fille Esclavier. J’avais pas pleuré, parce que l’inévitable reste inévitable. Mais je suis quasiment sure que je suis à retardement, et que je vais craquer à un moment. Je suis réaliste, mais ça m’arrêtera pas. Je rentre dans la première maison que je vois, je passerais la nuit là. J’entre. Je suis crevée. Encore une nuit bien pourrie au pays des Zombies. Je me retourne. Dans un mouvement rapide et circulaire, prête à tirer.

 - Eva.. ?  

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Old ages have died. [Livre I - Terminé]   Dim 15 Fév - 15:10

Trois jours. Trois longues journées, depuis le semi-fiasco, semi-réussite, avec les zombies. On les avait éloignés, ce qui nous permettrait de rester un peu plus longtemps à Coaticook, peut-être. Mais putain, nous avions été décimés. Littéralement, et symboliquement. Plus de Juliette, plus de Gabriel, Violet disparue… non, morte. Elle ne pouvait avoir survécu, pas après tant de temps. Ce qui n’était qu’une courte période dans un monde normal, une bagatelle, n’avait plus du tout la même importance dans une apocalypse zombie absolument hallucinante ? C’était une éternité. Chaque jour était une victoire, et un risque de plus en plus prégnant. Un pas de plus vers la mort. Je ne parvenais pas à voir le futur, à voir l’avenir. Les Zack proliféraient, prêts à nous bouffer sans état d’âme – ils n’en avaient de toute façon pas. Tout avait empiré, depuis l’expansion de l’épidémie, et ces quelques jours davantage encore. Et pourtant, je ne faisais que faire mon métier, inlassablement, indéfiniment, sans m’autoriser à flancher un seul instant. Endiguer le trouble, défendre la veuve et l’orphelin, protéger les autres en veillant à me protéger… Et si je devais flancher, jamais devant les autres. C’était impensable. Hautement impensable. Surtout quand nous n’étions plus que quatre, quand il suffisait d’un instant d’égarement pour que le découragement revienne en flèche, que nous baissions les bras. Peut-être avais-je une trop haute opinion de l’importance que j’avais, mais je craignais que Chloé ou Philippe ne finissent par péter un câble, et tout envoyer valdinguer, et quant à Marina, elle n’était pas la plus affirmée ou responsable.

En attendant, je ne pouvais pas rester là, dans la maison où j’avais pris mes quartiers. Trop de tension, rien à faire, trop de possibilités de tourner en rond, et de péter un câble. Seule, ça n’avait rien de prudent, mais autant que je m’assure que les maisons alentours étaient encore sécurisées. A tort, peut-être, je n’en savais vraiment rien. Mais il m’arriverait ce qui devait m’arriver. Je n’avais qu’à espérer que ça soit le plus tard possible. Je sortais discrètement des lieux qui m’avaient vue rester recluse une partie de la journée, et m’avançais tout aussi silencieusement vers un autre pâté de maisons, à quatre rues de celle que j’occupais. Je ne pouvais pas risquer aussi gros en restant à proximité, mais je ne pouvais pas m’éloigner plus sans être certaine de pouvoir revenir demander de l’aide en courant. J’ouvrais la porte sans un bruit, ou en essayant du moins, me figeant en l’entendant grincer. Sans un souffle, j’attendais le râle rauque ou l’odeur pestilentielle qui m’indiquerait la présence de Zack. Rien. Poussant un soupir, j’entrais plus au delà, et m’apprêtais vers un bas meuble pour le fouiller.

J’adoptais un mouvement de recul, en voyant la porte finir de s’ouvrir toute seule, et le putréfié en sortir. Putain, mais qui pourrait avoir eu l’idée de se planquer dans un putain de minuscule meuble ?! Vu sa taille, et son faciès pourtant adulte, je restais un instant figée devant le nain, perplexe. Avant de me reculer précipitamment et de sortir ma matraque pour la mettre entre lui et moi. C’est à ce moment que la porte s’ouvrit, et qu’une voix que je pensais à jamais éteinte parvint à mes oreilles. Je n’attendais qu’une bonne nouvelle dans cette fin du monde ambiante, et la non-mort de Violet en était une.

« C’est moi. Par contre, je suis dans la merde, alors toute aide est la bienvenue… »


Dernière édition par Eva McAllister le Dim 15 Fév - 15:13, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Old ages have died. [Livre I - Terminé]   Dim 15 Fév - 15:10

Le membre 'Eva McAllister' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Old ages have died. [Livre I - Terminé]   Mer 18 Fév - 21:27

❝ Old ages have died. ❞
Violet & Eva

J’étais au bout du rouleau. J’ai envie de me soigner, de dormir… J’étais tellement heureuse de voir Eva, que je pourrais la serrer dans mes bras. Un visage connu est toujours une bonne nouvelle dans ces cas là. Je ne pensais pas tomber sur quelqu’un, je pensais que j’allais devoir continuer ma route seule pour retrouver quelqu’un, un autre groupe. Je m’y étais résolue, comme je m’étais résolue à ne plus jamais revoir ma soeur. Sur la route, y’avais plus grand chose qui me disait que j’allais retrouver des visages connus, et j’aurais été à leur place, je me serais dis que je pouvais pas y avoir réchappé. J’étais dans un piteux état et un peu repos n’était pas refus. L’idée de me retrouvé seule, je m’y était résolue, mais je ne l’avais pas réellement accepter. Revoir du monde et interagir avec autre chose que ces zombies, ça avait un côté salvateur. Je ferme la porte derrière moi.

J’avais passé les pires heures de ma vie, rien n’était allé dans mon sens. Heureusement que j’avais eu l’ensemble de mon équipement sur moi, car sinon, je ne pense pas que je m’en serais sortie. Ma blessure à la cuisse commençait sérieusement à me faire souffrir, j’avais surtout peur qu’elle s’infecte, sans soin adapté. Ce n’était qu’une égratignure, mais ça pouvait sérieusement m’handicaper si je ne m’en occupait pas dans les heures qui suivaient. J’avais ce qu’il fallait dans mon sac, mais bon, il fallait pas penser que j’avais du temps devant moi, et des heures pour me soigner. J’étais vraiment reconnaissante de mon entraînement de militaire, et de mon expérience avec les Zack, sinon… non vraiment, je m’en serais pas sortie aux camps des zombies réfugiés, j’aurais pas fait dix mètres, faut être réaliste.

Je restais un peu bête face à Eva, ce qui n’était en soit pas une réaction des plus surprenante, ni même bizarre, mais c’était une réaction qui prenait du temps, et actuellement, Eva n’en avait pas. La voilà prise au moins avec Zack, décidément, aujourd’hui, ils avaient tous les dalles ces enfoirés. C’était pas encore le moment des retrouvailles, et de savoir ce qui était arrivé aux autres. Car à en juger par la seule présence d’Eva, la seule chose qui me traversait la tête c’était qu’elle était seule, et qu’elle avait, elle aussi perdu les autres. Mais au moins elle était en vie, c’était tout ce qui importait au final. je sortais rapidement de mes pensées pour l’aider. Un tas de choses s’étaient bousculé dans ma tête quand je l’avais vu, il était vrai que je ne la connaissais pas très bien, mais j’étais réellement contente de la voir en vie, dans la galère d’accord, mais ou moins, j’allais pouvoir supporter la galère à deux.

  Excuse moi...  

Type d'action J’aide Eva à se débarasser du zombie

Ma lame s'enfonce directement dans l'arrière du crâne du zombie, l'os du crâne crâne sous mon effort et le zombie tombe raide mort. Je regarde Eva.

Je suis tellement ... contente que tu sois en vie... putain... mais ... putain....

Je me laisse tomber au sol. Il fallait vérifier le reste de la maison, mais franchement, j'avais besoin de souffler, j'avais besoin de souffler.


Points de vie restants : 30/30
Munitions restantes : 11
Gains des fouilles : ///
Endroit où je me trouve : Dans le hall d'entrée
Endroit où se trouvent mes ennemis : Dans le hall d'entrée
 


Dernière édition par Violet S. Colin le Mer 18 Fév - 21:32, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Old ages have died. [Livre I - Terminé]   Mer 18 Fév - 21:27

Le membre 'Violet S. Colin' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Arme Blanche' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Old ages have died. [Livre I - Terminé]   Ven 27 Fév - 2:50

Violet avait l’air déphasée, et assez mal en point. Ca n’était pas surprenant, vu que nous l’avions perdue de vue, alors que nous étions aux prises avec des dizaines de Zack que nous cherchions à éloigner de Coaticook, de notre lieu de vie, pour rendre notre survie plus viable. Rien d’évident, mais la seule solution que nous avions trouvé. Je ne m’attardais pas sur la jeune femme, le zombie en face de moi requérait mon attention immédiate. Les retrouvailles se feraient dès que cet enfoiré serait mort. Je faisais de mieux en mieux abstraction de l’idée qu’ils étaient, avant, des êtres humains comme la militaire et moi, et que ça aurait pu être n’importe lequel de nos proches. Nous n’avions pas, pour autant que je sache, de remède à cette infection – à moins que des scientifiques n’en aient et n’en contrôlent la distribution, ce qui serait stupide étant donné que les gens encore en vie doivent être les plus redoutables personnes, avec le moins de scrupules -, et nous ne pouvions que prendre leur vie pour conserver la nôtre.

Je me détendais légèrement, quand Violet abattit le zombie, avec ce qui semblait son dernier sursaut d’énergie. Je m’alarmais de la voir glisser au sol, et me précipitais vers elle. Etait-elle blessée plus sérieusement qu’il ne le semblait à première vue ? Bien évidemment, encore plus maintenant, toute blessure pouvait être fatale et il n’en faudrait que peu pour qu’elle ne succombe ou ne se zombifie, et je ne pouvais qu’être prudente à ce niveau-là, mais elle n’avait pas l’air si mal en point, uniquement épuisée. Je m’approchais, et la prenais sur une impulsion dans mes bras, bien que je ne sois pas familière de ce genre de contacts. Une impulsion, suite à ses propos décousus qui vibrent d’une détresse surprenante, d’une sincérité inattendue, peut-être. Je ne sais pas.

Je la garde là, de manière un peu maladroite, dans mes bras. Je ne sais réellement que dire. Par quoi commencer ? « Moi aussi. On a cru qu’on allait y passer, et que c’était ton cas… Philippe et moi, on a sorti Chloé de là. Gabriel et Juliette se sont cassés. Marina est encore là, saine et sauve. Comment vas-tu ? Tu n’as que cette blessure ? Tu as de quoi te soigner avant que je ne puisse t’amener à Chloé ? »

Je parlais à toute vitesse, disant tout ce qui me passait par la tête. Je regardais sa jambe, pas trop salement abimée mais qui devait quand même la faire souffrir. Je prenais une bouteille d’alcool dans mon sac – elle allait douiller, mais je comptais sur elle pour prendre sur soi.

Points de vie restants : 30/30
Munitions restantes : 4 balles
Gains des fouilles : Rien
Endroit où je me trouve : Dans l’entrée
Endroit où se trouvent mes ennemis : Aucun
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Old ages have died. [Livre I - Terminé]   Dim 1 Mar - 22:48

❝ Old ages have died. ❞
Violet & Eva

Un sentiment de soulagement, c’était exactement ce que je ressentais à cet instant. J’étais tombée au sol, exténuée. Je regardais le cadavre putride à côté de moi, et je ressens un violent dégout. J’arrive pas réellement à savoir comment j’ai réussi à m’en sortir. Je commençais à ressentir l’adrénaline qui retombait, et la douleur à ma cuisse se fit beaucoup plus forte, et bien présente. Mais rapidement, Eva me prit dans ses bras. Si le sursaut fut bienvenue, j’en était la première suprise. Mais … j’aurais fait la même chose si elle ne m’avait pas prise de court. Je n’avais jamais été la personne la plus proche des différents membre du groupe, mais j’appréciais le geste. Si ma réponse n’avait pas été immédiate, mes bras prirent le temps de serrer Eva, jusqu’à ce qu’elle étouffe c’était sur. Le contact humain apaisait ma frustration et ma colère. J’étais contente, véritablement contente de retrouver Eva, même si j’étais dans un sale état.

Elle parle vite, m’annonce ce qui s’était passé. Comme quoi il pensait que j’y étais passé, je hoche la tête. Je pensais que j’allais y passer, j’étais pas du genre à abandonner sans me battre, mais je pensais réellement que j’allais y passer quand j’ai perdu le groupe de vue. Elle m’annonce que Juliette et Gabriel se sont cassés, je la regarde, ne comprenant pas vraiment où elle voulait en venir. Je pensais que Juliette était avec Phillipe, enfin vous voyez le topo non ? La survie en couple, l’amour plus fort que les morts vivants ? A croire que c’était plutôt trouble au paradis… Mais choisir un moment comme celui ci … Je continue de l’écouter, ne comprenant pas vraiment ce qui avait bien pu se passer. Je n’avais jamais réellement parlé à Juliette, elle devait avoir ses raisons je suppose.

 Comment ça Juliette et Gabriel sont partis ? … Je pensais que tout le monde avait clamsé… tu n’as pas de nouvelles des autres ? Je… J’arrive pas à croire que vous… que tu … sois en vie …Bordel, la seule putain de bonne nouvelle de la journée.    

Elle regarde ma jambe. Ouais, c’est pas beau à voir, j’ai un rire nerveux. J’ai l’habitude des blessures, mais celle ci, elle était franchement dégueulasse. La tache de sang devenait de plus en plus grande. Je retire les bretelles de mon sac pour le placer devant moi. Elle me demande si j’ai quelque chose pour me soigner, je hoche la tête alors qu’elle sort une bouteille d’alcool. Je la regarde, avec ça j’allais m’en prendre plein la tronche.

  Je me suis retrouvée coincée, je pensais vraiment que j’allais y passer, j’ai fait ce que j’ai pu pour me sortir de là… je me suis  bien amochée avec un des grillages d’enceinte… A part la jambe et le visage j’ai rien… J’ai une trousse de recours militaire dans mon sac.  Faut que je mette un truc dessus.

Je sors de mon sac la trousse de secours militaire qu’on nous file pour les missions. Y’a de toute la dedans, assez en tout cas pour se remettre sur pied le temps de trouver quelqu’un pour vous soignez correctement. Je me redresse, grimaçant, ça y’est j’en étais au point où il allait s’occuper de mes blessures sinon j’allais passer une sale nuit, pire que d’habitude. Je la regarde, elle avec sa bouteille d’alcool, qu’elle tient comme une arme, elle a bien raison, parce que désinfecter avec ça… ça n’allait pas me faire plaisir. Je me traîne jusqu'au salon. Je retire ma veste avant de déboutonner mon pantalon. Allez... on s'y met, autant ne pas perdre de temps, et commencer tout de suite, tout était dans l'urgence, mais on n'avait pas vraiment le choix, on savait jamais ce qui allait débarquer dans la minute suivante.

Points de vie restants : 30/30
Munitions restantes : 11
Gains des fouilles : ///
Endroit où je me trouve : Salon
Endroit où se trouvent mes ennemis : 1 Mort dans le hall
 
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Old ages have died. [Livre I - Terminé]   Lun 23 Mar - 2:08

Violet s’accrochait à moi, me rendait avec force mon étreinte. Ca n’avait rien de surprenant, elle avait du vivre l’enfer, seule, au milieu d’un grand nombre de Zack, bien trop grand. Elle me serrait presque trop, mais je ne m’en formalisais pas. Il était rassurant de la retrouver, de la savoir là, de là sentir suffisamment en forme pour donner une telle étreinte. Même si elle était blessée, même si elle semblait lasse, même si elle semblait atteinte par ce qui s’était passé pour elle, de son côté. Je ne laisserai pas se reproduire une telle chose. Plus aucun de nous ne sera laissé seul, à la merci des autres. Désir de protéger les Esclavier ou pas. Notre nombre faisait notre force, et je ne comptais pas abandonner ceux avec qui nous évoluions depuis le début sans tenter tout ce qui était en mon pouvoir pour les protéger et les faire survivre. Je l’avais dit à Chloé avant tout ça, et je le pensais encore. Davantage même, maintenant. Après le départ de la moitié de sa famille. Ma seule tâche était de mener les autres à la survie, que ça implique la mienne ou non. Mais il n’était guère temps de penser à ça.

Je ne comptais pas ajouter quoi que ce soit sur le départ de Juliette et Gabriel. Ca n’était pas à moi de le faire. Et je n’étais pas la plus objective, loin de là, malgré tout ce que j’avais pu dire à Philippe. Comment réellement justifier les actes d’une garce qui m’avait menacée ? Non, j’avais beau avoir tenté de convaincre l’homme de l’amour que l’un ressentait pour l’autre et de la réciprocité de ce sentiment, c’était principalement pour l’éloigner de moi et ne pas fauter. Et pourtant… Bref. Sujet auquel ne pas penser non plus. « On est tous en vie. Tous. Ils ont pas voulu rester. Chloé est secouée mais saine et sauve, Philippe est hargneux, mais il n’est que plus déterminé à en découdre. On est tous en vie, ensemble, et on va continuer à essayer de s’en sortir. Avec toi. Plus question de laisser qui que ce soit derrière. » Par… compassion humaine, dirons-nous, que par besoin d’elle, soyons franc. L’un et l’autre entrait en jeu, il ne s’agissait pas uniquement de pure gentillesse.

Je me levais, suite à sa réponse, et allais fouiller dans son sac à la recherche de ce qu’il faudrait pour bander sa jambe amochée. Si elle cachait des choses… Eh bien, tant pis. Elle n’avait qu’à pas me donner l’info. Je récupérais de la gaze et deux bandes, et sans attendre, lui fourrait sans ménagement une des bandes dans la bouche, pour la contraindre à se taire, avant de placer l’alcool sur elle sans plus de ménagement, et sans aucun avertissement.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Old ages have died. [Livre I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Old ages have died. [Livre I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall of Man :: 
Anciennes zones de jeux
 :: Coaticook et la Route vers le Nord :: De l'autre côté de la Rivière :: Habitations
-
Sauter vers: