AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Dommage que la vie ne soit pas aussi simple qu'une boite de chocolat [Livre I - Terminé]
MessageSujet: Dommage que la vie ne soit pas aussi simple qu'une boite de chocolat [Livre I - Terminé]   Sam 7 Mar - 23:42

(je considère que ce RP se passe avant la mini mission)


Un jour de plus au paradis... Ouais, si seulement ça pouvait être ça. Dommage qu'on ne puisse pas se persuader de cette phrase aussi facilement que les héros du film Oblivion. En même temps, leur monde n'était pas infesté de zombie... Javik était parti, seul, expliquant à Danny qui voulait absolument l'accompagner qu'il n'avait pas besoin de baby sitter. Il comprenait que son meilleur ami voulait le protéger et parler de ce qui lui arrive depuis l'arrivée de Miria. Mais vous croyez vraiment qu'il va se livrer comme ça à son pote. Un jour, peut-être qu'il lui parlera, qu'il lui expliquera le genre d'histoire qu'il y a entre la jolie rousse et lui. Pour l'heure, il a besoin d'air et seul. Ce n'est certainement pas une chose à faire, sortir seul en ville alors que les rues pourraient être infestées de Zack ou de connard comme lui voulant l'attaquer. Qu'importe, il a son arme avec lui, il sait se défendre, n'oublions pas qu'autrefois c'était un criminel.

Sa route le mena à travers les rues désertes, il ne croisa même pas l'ombre d'un semi-mort. Rien. Jusqu'à ce qu'il entende des pas derrière lui. Son premier réflexe fut de se retrouver, le canon de son arme levée pour voir que Danny ne l'avait pas écouté. "Putain Danny ! Tu veux te faire buter ou quoi ! Je t'ai dit que j'avais pas besoin de toi," s'énerva rapidement Jav' en n'appréciant pas du tout la présence du jeune homme. Celui-ci avait l'air triste de voir son pote s'en prendre à lui, mais il connait assez bien son caractère pour savoir que c'est à ce genre d'accueil qu'il allait avoir le droit. "Je sais que t'en a rien à foutre de ce que pense les autres, mais je m'inquiète pour toi. Depuis quelques jours, tu te tiens à l'écart, c'est à peine si tu adresses la parole à qui que ce soit. Il y a un problème ? C'est à cause de la nouvelle ?" Bordel, faut vraiment qu'il joue à ça maintenant. L'ancien braqueur leva les yeux au ciel en laissant son arme reposée sur le côté grâce à la bandoulière de celle-ci. "Ouais ! T'as raison ! Je n'en ai rien à foutre de ton inquiétude à la con. Je vais très bien. J'ai pas le droit d'avoir un peu d'air ?" grogna-t-il violemment à l'encontre de son ami. "Hey ! T'énerves pas comme ça. C'est pas parce qu'on est amis depuis des années que tu dois avoir le droit de me parler sur ce ton." C'était vraiment énervant. Jav' se mordit la lèvre pour tenter de ne pas balancer quelque chose qu'il allait regretter. "J'ai plus le droit de respirer c'est ça ? Ce groupe me casse les couilles... tu me casses les couilles ! Alors, fou moi la paix !" Ces mots eurent l'air de faire mal à Danny qui prit un visage sombre avant de secouer la tête. Il savait que ça ne se servait à rien d'essayer de faire quoi que ce soit. "Tu sais quoi... va te faire foutre, Javik ! J'essaie juste d'être sympa avec toi !" Et sans plus tarder, son meilleur ami tourna les talons et s'en alla sans même se retourner. "Danny..." souffla-t-il en faisant un pas, mais en s'arrêtant. Merde ! Comme s'il avait besoin de ce brouiller avec la seule personne à même de le comprendre. Un long soupire lui échappa et son regard se porta sur l'espèce de mur en planche et il donna un coup dedans. Le bois devait être à moitié pourri, car il le traversa. En contre bas, il pouvait voir la rivière, c'est vrai qu'il était juste à côté de celle-ci.

Avec un peu d'huile de coude, il retira assez de planche pour passer et descendre jusqu'à l'eau. L'endroit été dégagé, pas de zombie, rien, juste le silence et le doux bruit de l'eau. Toujours un peu énervé, mais uniquement contre lui-même à présent, il se laissa tomber sur l'herbe et caressa l'herbe avec la paume de sa main.

_________________
In the deep
Les règles morales sont, chez l'être doué de raison, l'équivalent pratique des règles de l'instinct. Seules elles permettent la survie.
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 26
Messages : 5602
Membre du mois : 0
J'ai : 29 ans
Je suis incarné(e) par : Bob Morley
Crédit(s) : Nono
Je suis un(e) : Lucky Luke
Mes hauts faits :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dommage que la vie ne soit pas aussi simple qu'une boite de chocolat [Livre I - Terminé]   Ven 13 Mar - 13:38

« Dommage que la vie ne soit pas aussi simple qu'une boîte de chocolat »
Javik & Alicia


Le temps était doux, le temps était gris. Le Soleil semblait ne pas vouloir se lever. Quand il le voulait, il devenait un vrai faignant celui-là ! Aujourd'hui, nous, nous ne pouvions plus avoir ce luxe de flemmarder. Aujourd'hui, nous avons juste à survivre. Survivre au mauvais temps, survivre à la faim, survivre aux Z, mais aussi survivre aux humains qui avaient perdu toute humanité en ces temps apocalyptiques.

J'avais besoin de solitude. Non pas pour réfléchir aux derniers évènements, non, ça, j'y avais déjà bien assez pensé, mais j'avais besoin de solitude pour me laver. J'étais d'un naturel pudique, même si je savais que c'était pour me protéger que je ne pouvais pendre de bain -car oui, c'était des bains dans des points d'eau en général- seule, je détestais ça, j'avais encore besoin d'un peu d'intimité.

Ce fut à l'aube que je me levais, j'observais et écoutais autour de moi. Personne ne semblait se lever. Je pris rapidement quelques affaires de rechange et sortie de ma tente. En effet, tout le monde dormait encore. Je soupirai de soulagement, et pris la direction de la rivière. Je n'avais rien d'autre sur moi que mes vêtements de rechange, aucune arme, je comptais sur mon ouïe plutôt développée et ma discrétion. De toute manière, j'étais tellement mauvaise au combat qu'une arme ne me servirai pas à grand chose.

La rivière était malgré tout assez loin d'une camp, il me fallut plusieurs longues minutes pour y arriver. De tête, je dirai une bonne demi-heure. Mais comme j'avais tendance à toujours exagérer les chiffres, n'ayant aucune idée du temps et de la distance qui passait, cela ne serait pas impossible qu'il n'y ait eu finalement qu'un quart d'heure de marche. J'étais aux aguets, écoutant le moindre son, tout en faisant attention là où je mettais mes pieds.

Je mis mes vêtements sur le sol, parsemé de pierres de toutes formes et tailles, et trempa le premier orteil. Je senti mon corps se contracter, mes poils se hérisser. L'eau était froide et me faisait frissonner. J'entendis alors des voix, plutôt graves, sûrement masculines.

« Merde. »

C'est en chuchotant que je jura. Avec le temps, on prend vite l'habitude de parler à voix basse. Je pris rapidement mes fringues qui traînaient par terre et me cacha derrière l'arbre le plus près, tout en espérant que son tronc serait suffisamment large pour me cacher. J'essayais de me rhabiller. Plutôt difficile quand on est en panique, qu'on doit faire ça vite fait, tout en restant discret, un véritable challenge ! Une fois chose faite, je sorti mon visage de ma cachette, pour voir ce qu'il se passait. Je pouvais voir un homme, seul, sur la rive en face de la mienne. Encore une fois, j'avais envie de jurer. Je passa ma tête derrière le tronc de nouveau. Je n'avais plus qu'à attendre que l'inconnu parte, l'endroit où j'étais actuellement n'étais pas assez discret pour que je puisse partir sans qu'il me voit.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dommage que la vie ne soit pas aussi simple qu'une boite de chocolat [Livre I - Terminé]   Ven 13 Mar - 20:50

Javik est un habitué des disputes, avec son caractère à la con, il n'est pas rare qu'il s'énerve presque pour un rien. Avec Danny, c'était très rare qu'une engueulade explose. Il faut dire que c'est un mec calme et qui n'aime pas forcément les conflits. On peut dire qu'il est bien plus sage que Jav', ça c'est sûr. Mais parfois, quand ça doit arriver, ça arrive. En ce moment, avec l'arrivée de Miria dans le groupe, le jeune homme n'est plus vraiment lui-même, il est perdu. Il l'avait fui la jeune femme s'en rien dire pour ne pas s'accrocher à elle et voilà qu'elle débarque sans prévenir. Comment-est-ce qu'il doit réagir ? Le pire c'est qu'elle lui a dit avoir des sentiments pour lui. Être amoureux, ça n'a jamais été son truc. Personne ne lui a appris à aimer et les sentiments qu'il éprouve à son égard lui font peur.

Assit dans l'herbe, au calme et seul, il espérait trouver une réponse, ou du moins un début de solution à son problème. Hélas, il ne voit pas comment faire pour en avoir. Il a beau réfléchir, il ne veut pas s'investir dans une relation et pourtant, il ne veut pas perdre la jeune femme. Arf, qu'est-ce que c'est dur de prendre une décision. Il soupira et attrapa un caillou avant de le balancer dans l'eau. Il continua avec d'autre pierre les lançant toujours de plus en plus loin. "Si tout pourrais être plus simple..." grogna-t-il en lançant les cailloux dans l'eau. Il pensa qu'avant cette épidémie, sa vie de braqueur était parfaite. Il avait de l'argent, il faisait ce que voulait et personne ne le faisait chier. Malgré son passé, il s'était forgé une vie pas si mal que ça.

Alors qu'il observait l'eau devant lui, son regard fut attiré par la rive juste en face. Il crut voir quelque chose bouger. Pour être plus attentif, il se redressa et regarda en plissant légèrement les yeux. Non, il n'avait pas rêvé, il avait bien cru voir une tête se pencher de derrière le tronc d'arbre. Il doute que ce soit un zombie, jouer à cache-cache ce n’est pas tellement leur truc. Javik finit par se lever et s'approcha du bord pour n'être qu'à quelques centimètres de l'eau. "Qui que tu sois, montre toi !" ordonna-t-il. Si la personne se cache, c'est peut-être quelqu'un qui veut l'attaquer. Quoi qu'avec la rivière qui passe au milieu ça va grandement la ralentir. Mais ne sait-on jamais qu'elle soit armée. Par mesure de précaution et pour riposter au cas où, il tenait son fusil fermement dans ses mains.

_________________
In the deep
Les règles morales sont, chez l'être doué de raison, l'équivalent pratique des règles de l'instinct. Seules elles permettent la survie.
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 26
Messages : 5602
Membre du mois : 0
J'ai : 29 ans
Je suis incarné(e) par : Bob Morley
Crédit(s) : Nono
Je suis un(e) : Lucky Luke
Mes hauts faits :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dommage que la vie ne soit pas aussi simple qu'une boite de chocolat [Livre I - Terminé]   Lun 30 Mar - 20:07


« Qui que tu sois, montre toi !

J'avais envie de rager à voix haute contre moi même, moi-même et mon inattention. Un jour, ça risque vraiment de mal se passer pour moi. Pour le moment, j'avais toujours eu la chance de rencontrer des gens suffisamment bien pour qu'ils ne me veuillent pas de mal, mais ça, ça ne durerait pas. Je soupirai, et décidais à sortir. De toute manière, rester cachée derrière cet arbre ne m'apporterait rien de bon. Je me déplaçais, les mains en l'air au niveau du torse, pour montrer que je n'avais aucune arme, je ne voulais pas que cet inconnu me méprenne.

- Je ne vous veux aucun mal, inutile de me menacer !

Phrase typique qu'on retrouve dans les films américains, souvent prononcés par les mauvais rôles... Mais bon, que pouvais-je dire de plus pour me protéger ? J'ose esquisser un léger sourire, espérant l'encourager à baisser un peu sa garde.

Le fusil qu'il tenait fermement dans ses deux mains me faisait froid dans le dos. Je ne connaissais pas cet homme. J'espérais qu'il était en position de défense, et non pas d'attaque. A cette distance, il ne pouvait pas me louper, et je n'avais rien qui pourrait retenir une balle si vraiment ça devait arriver.

- J'étais venue ici pour me laver un peu.

Sous l'affolement, mon accent français revenait en courant, je priais mentalement pour qu'il me comprenne malgré tout. Et pour illustrer mes propos, je lui montrais les vêtements que je portais, encore bien humides suite au fait que je n'ai pas eu le temps de me sécher. Puis je me remis en position piquet, en attendant une quelconque décision de la part du jeune homme. Puis mon ventre gargouilla. Ca faisait longtemps que je n'avais pas mangé de vrais repas, en ce moment, au camp, c'était un peu chaud la question de la nourriture.

- Vous croyez qu'on peut pêcher des poissons dans cette rivière ? »

J'osai un petit sourire gêné.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dommage que la vie ne soit pas aussi simple qu'une boite de chocolat [Livre I - Terminé]   Lun 30 Mar - 23:08

C'est normal que Jav se montre méfiant. Le monde est à présent truffé de monstre et de personne malhonnête... un peu comme lui en fait. D'ailleurs, c'est presque étrange de se méfier des autres. Javik devrait se sentir plus dangereux que tous ceux qu'ils pourraient croiser. Les hommes sont tous devenus des loups pour les autres. C'est donc bien un humain non contaminé qui sortit de derrière l'arbre. En plus, c'était une femme, il la regarda toujours méfiant. Il a beau être du genre à aimer prendre du plaisir avec les femmes, il ne va pas pour autant baisser sa garde. Elle ne devait pas être bête et tenir à sa vie, car elle avait mis ses mains en évidence pour montrer qu'elle n'était pas armée à l'inverse du braqueur. La phrase qu'elle lui sortit le fit doucement sourire. C'est typiquement ce genre de choses que dirait une personne braquée par une arme. "Ça c'est toi qui le dit, ma jolie !" rétorqua-t-il en ne la quittant pas des yeux.

Lui demanda les raisons de sa présence dans le coin, elle lui apprit qu'elle était juste venue se laver dans l'eau. Ses vêtements humides indiquaient qu'elle ne mentait pas. Mais ça ne prouvait pas la vérité à 100%, elle aurait tout aussi bien pu se verser une bouteille d'eau sur elle pour avoir le même résultat. Il décida de ne rien dire, gardant le silence pouvoir ce qu'elle va dire ou faire. Son arme était toujours braqué sur elle, au cas où. C'est là qu'elle lui posa une question à laquelle il ne s'attendait pas. Elle le prenait pour qui ? Pour le poissonnier du coin ? Qu'est-ce qu'il en sait si on peut pêcher du poisson dans cette fichu rivière ? A voir sa tête, est-ce qu'il donne l'impression d'avoir la patience de rester assit pendant des heures à attendre que sa morde ? Eh bien, non ! Javik n'a jamais pêché de sa vie et sincèrement, il n'a pas envie de commencer. Son truc c'est plus la chance, au moins, là il y a de l'action et quelque chose à faire. "Qu'est-ce que j'en sais ? J'ai l'air d'être en train de pêcher ?" demanda-t-il d'une manière assez peu sympathique. "Et tu comptes pêcher avec quoi ? Avec tes mains ?" ne tarda-t-il pas à demander se moquant presque un peu d'elle. Finalement, il baissa son arme, mais la gardant en main. Son regard resta rivé sur elle, mais son ouïe était attentive à tout ce qu'il se passe autour si jamais un zombie ou quelqu'un d'autre débarque. "T'es venue seule ?" demanda-t-il pour savoir si quelqu'un n'allait pas débarquer d'une minute à l'autre d'un autre arbre.

_________________
In the deep
Les règles morales sont, chez l'être doué de raison, l'équivalent pratique des règles de l'instinct. Seules elles permettent la survie.
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 26
Messages : 5602
Membre du mois : 0
J'ai : 29 ans
Je suis incarné(e) par : Bob Morley
Crédit(s) : Nono
Je suis un(e) : Lucky Luke
Mes hauts faits :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dommage que la vie ne soit pas aussi simple qu'une boite de chocolat [Livre I - Terminé]   Mer 22 Juil - 13:38


Je voyais le jeune homme me dévisager, de la tête au pieds, méfiant. Je ne pouvais pas le blâmer par les temps qui courent. Ma question, certes idiote, parut le mettre un peu en colère, mais aussi le soulager, je le vis en face de moi baisser son arme, je me permis de m'asseoir devant lui, mais de l'autre côté de la rive, les petons dans l'eau. Comme réponse à sa question du "comment tu comptes pêcher", je haussai les épaules.

« Avec les mains, ce n'est pas une si mauvaise idée quand on y repense, après tout, dans certains pays, ils ont longtemps pratiqué de cette manière, alors pourquoi ne pas essayer ?

Je souriais, ça pouvait semblait naïf aux yeux de quiconque, mais pour moi, cela me semblait normal de vouloir garder un maximum d'humanité en moi, je n'avais pas toujours bon caractère, mais j'ai toujours été une idéaliste, et même dans cette situation, cela ne changeait pas, au contraire. Qu'un tel malheur se produise, c'était peut être aussi l'ouverture d'une vie meilleure par la suite, si on arrivait à changer les mentalités. Et accessoirement, si on arrivait à survivre.

L'inconnu me demanda si j'étais venue seule, je hochais la tête, et lui expliquait que j'étais sortie discrètement, alors que tout le monde dormait encore.

- J'aimerai garder un peu de pudeur, je ne veux pas me laver avec les autres, même si ça peut me permettre de survivre en cas de soucis.

J'étais peut être encore trop immature, ou bien c'était du fait que je n'avais encore vu aucun de mes proches mourir pour le moment. Après tout, ma famille était en France, et mes amis n'étaient pas partis du même côté que moi. Même si j'appréciais les personnes avec qui je vivais pour le moment, ce n'était pas pareil en soit, c'était surtout des camarades de survie.

- Vous passiez ici par hasard ? »

Je baissai la tête, et observait la rivière. Je pense que pêcher ici allait se montrer compliqué, je ne voyais aucun poisson, juste de l'eau clair, et de la roche poli, ainsi que de la terre au fond.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dommage que la vie ne soit pas aussi simple qu'une boite de chocolat [Livre I - Terminé]   Jeu 23 Juil - 15:35

Autrefois ceci aurait pu paraitre assez courant de croiser quelqu'un au bord d'une rive, de l'autre côté de celle où se trouve Javik. Mais quand le monde n'est plus qu'une vaste cimetière ouvert où les morts déambules librement, voir un vivant devient surprenant. Cette fille était seule, elle n'avait pas l'air armée ce qui la rendrait presque folle aux yeux de l'ancien braqueur qui lui ne se sépare jamais de son arme. En même temps, même avant tout ce merdier, il se déplaçait rarement sans un pistolet ou un couteau. Pourquoi ? A cause de la police, des sales types qui se la jouent, par prudence et surtout si jamais il le recroissait lui... son abominable père qui le frappait tous les jours.

L'inconnue était venue se laver et par la même occasion pêcher... Ouais, avec les mains ça semble être laborieux. Peut-être que dans des pays il y arrive, mais l'eau n'a surement pas le même courant que dans cette rivière et les poissons sont surement plus gros. En gros, elle ne pêchera rien à moins d'avoir une canne à pêche ou une sorte de lance. Si ça l'intéresse de perdre son temps de cette façon, qu'elle le fasse, ce n'est surement pas lui qui va s'amuser à faire ceci. Son truc se sera plus la chasse, se cacher dans la forêt et abattre le premier animal qui passe, ou bien piller les autres, c'est ce qu'il faisait avant que son groupe soit décimé. "Eh bien bon courage... pour cette partie de pêche !" lança-t-il d'une manière quelque peu sarcastique.

La jeune femme lui demanda par la suite pourquoi il était là. Jav' la regarda sans lui répondre. Franchement, qu'est-ce que ça peut lui foutre de savoir s'il est là par un malheureux hasard ou juste par le miracle du saint esprit ? Un petit rire lui échappa alors, le genre légèrement moqueur comme à son éternel habitude. "Je crois que ça me regarde !" Oh oui, il était tellement sympathique notre Javik Lawson, mais on ne le changera plus, surtout après une crise de colère. Entretenir une conversation entre deux rives pouvait être assez risqué, parler trop fort alors que des zombies pourraient les entendre... Oui, il vaut mieux qu'il rentre, il passera ses nerfs sur une porte d'armoire. "Je crois que je vais vous laisser pêcher... J'aimerai pas faire fuir les poissons !" dit-il pour conclure tout en remontant la rive. Un dernier coup d'œil vers elle, histoire de retenir son visage si un jour il doit la recroiser. Puis, il disparut sans rien ajouter.

[Fin pour Javik.
du coup, je préfère clore le RP, il date d'un peu trop longtemps, j'suis plus vraiment dedans et vu qu'on est plus loin dans l'histoire du forum, comme ça, ça évite les bêtises]


_________________
In the deep
Les règles morales sont, chez l'être doué de raison, l'équivalent pratique des règles de l'instinct. Seules elles permettent la survie.
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 26
Messages : 5602
Membre du mois : 0
J'ai : 29 ans
Je suis incarné(e) par : Bob Morley
Crédit(s) : Nono
Je suis un(e) : Lucky Luke
Mes hauts faits :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dommage que la vie ne soit pas aussi simple qu'une boite de chocolat [Livre I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Dommage que la vie ne soit pas aussi simple qu'une boite de chocolat [Livre I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Une bonne communication est aussi stimulante qu'une tasse de café et empêche aussi bien de dormir après. » [Livre II - Terminé]
» Si seulement c'était aussi simple
» . le business reste le business . aussi agréable soit-il . [Dess']
» Dolfi' ~ Le bonheur c'est d'avoir des amis tous aussi fou que soit..
» PANPAN ▬ "Aussi froid que soit l'hiver, le printemps viendra. Après tous les chagrins, la joie renaîtra."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall of Man :: 
Anciennes zones de jeux
 :: Coaticook et la Route vers le Nord :: De l'autre côté de la Rivière :: Ponts routiers et Piétons
-
Sauter vers: