AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Mar 28 Avr - 11:47

J’étais sur la route depuis si longtemps, trop longtemps. Les idées que j’avais en tête se chamboulaient les unes les autres, s’effondrant comme un château de carte. J’errais, comme une contaminé, glissant entre les arbres, me fondant dans ce décor apocalyptique qui n’en finissait pas. Je voulais pleurer mais je n’avais plus de larmes. Crier ? Je n’en avais plus la force tant ma gorge était sèche. Et pourtant j’avançais, je marchais, animée par un insatiable instinct de survie. Chaque jour soulevait son nouveau lot de questions. Pourquoi continuer ? A quoi bon se battre si l’on n’a plus rien à sauver ? Dans les bons jours, je pensais à Ciaran. J’imaginais ses bras se refermer autour de moi, sa main dégager mes cheveux défaits, sa voix douce à l’accent familier murmurer que tout irait bien maintenant, que je pouvais m’abandonner un instant, me reposer. Et puis je m’éveillais soudain, trempée de sueur au milieu de cet endroit dont je ne savais rien, entourée de ces mêmes râles sinistres qui me rendaient folle. Et alors je reprenais la marche pour oublier, pour ne plus penser.

Je voulais tous les tuer. La forêt rendait les choses plus faciles, les infectés y étaient dispersés la plupart du temps. Il suffisait de savoir préparer ses armes. J’avais affuté mon couteau, je n’avais plus de remord à les tuer. Ils n’étaient pas humains, ils ne méritaient pas de vivre, ils m’avaient tout pris. Nana si seulement tu pouvais encore être là. Je n’ai pas su te protéger, je t’ai laissé mourir, je t’ai laissé souffrir jusqu’à la fin parce que je n’ai pas eu le courage de t’achever avant qu’il ne soit trop tard. Pardonne-moi.

Je reprenais mes esprits, seule dans cet abri de bois où j’avais passé une énième nuit. L’intérieur de l’endroit était terrifiant, les fenêtres avaient été barricadées si bien que la lumière du jour ne suffisait plus à éclairer l’unique pièce de l’ancienne cabane de chasseur. L’un des murs était taché de sang, une large marque rouge qui indiquait quelqu’un s’était donné la mort précisément à cet endroit d’une balle bien placée. Sur le bureau, des bougies à moitié fondues étaient installées autour d’un petit pendentif en argent à l’image de Saint Jude, patron des causes perdues. Au-dessus du lit se trouvaient de nombreuses entailles dans le mur. Elles n’étaient pas désordonnées, laissées ainsi comme les traces d’un combat qui aurait mal tourné. Non ces marques étaient réfléchies, faites par la main de l’homme. En l’occurrence, la mienne.

Chacune de ces entailles représentait une croix, pas une simple croix comme celle que l’on faisait étant enfant pour jouer. Non c’était une croix comme celle que l’on voyait au-dessus des tombes, là où devait être nos morts. Et chacune de ces croix représentaient un mort qui allait le rester. Je les comptais. J’avais oublié quand cela avait commencé mais j’avais pris l’habitude d’attribuer à chacun des monstres que j’avais tués une croix. Autrefois lorsque vous commettiez un pécher, il vous suffisait de vous rendre au confessionnal pour réciter vos crimes à un homme d’église, qui pour soulager votre conscience, vous soufflait de prier autant de fois qu’il le fallait pour que le son de vos supplications dépasse l’ampleur de votre crime. Pour me repentir, j’avais trouvé ma propre voix et trois Ave Maria et deux Je vous salue Marie n’étaient pas suffisant. Je tuais et je survivais uniquement pour assister au meurtre suivant.

A ce moment-là de ma vie, je n’étais même plus sûre d’être encore humaine. J’étais une arme, une chasseuse et sur mon passage ne pouvait survivre le mal. J’avais parfois mis des jours entiers à me remettre de certain combat mais j’étais encore debout. Aujourd’hui encore je me levais avec pour seul et unique but de survivre un jour de plus.

La nourriture me manquait et j’avais clairement besoin de ravitaillement. Je devais abandonner cette cabane et avancer ou rester et mourir. Je récupérais mon pendentif, l’embrasant une dernière fois avant de prendre la route. Je marchais un bon moment avant d’atteindre des vergers. Je sentais les larmes me monter aux yeux alors que ma main s’enroulait autour d’une pomme. C’était la pleine saison avec l’automne qui commençait. Les arbres étaient tous garnis de ce fruit défendu que je dévorais à pleine bouche. J’avais presque oublié ce goût âpre et pourtant sucré qui coulait entre mes lèvres. Depuis combien de temps déjà n’avais-je pas mangé autre chose que des conserves ou de petits animaux presque crus … Mais les pommes ne nourrissaient pas assez, j’avais besoin de plus encore. Je continuais de marcher jusqu’à apercevoir les premières habitations d’une petite ville.

Je scrutais la première maison qui se présentait à moi. Elle avait été barricadée mais la porte principale était entrouverte. Je me plaçais dans l’encolure, tendant l’oreille, cherchant à discerner le moindre bruit, la moindre respiration. Il fallait être sûr… Je ramassais une pierre et la lançais à travers la maison. Sa chute raisonna dans la bicoque, trois fois pour finalement faire place à un silence de plomb. J’entrais sur la pointe des pieds, prenant soin de reclaquer la porte d’entrée en plaçant l’un des chevets du salon juste devant, au cas où les ennuis arriveraient. Je ne tenais pas à être enfermée là sans pouvoir ressortir. J’inspectais méticuleusement le rez-de-chaussée en vérifiant que j’étais bien la seule personne vivante dans les lieux. Je passais ensuite à l’étage. Une à une, j’ouvrais les portes qui s’offraient à moi. Deux chambres, une salle d’eau et un bureau. Toutes vides. Je m’asseyais un moment à la fenêtre de l’une des chambres.
C’était une chambre d’enfant avec de petites fées peintes à la main le long d’une tapisserie rose poudrée. Une petite table en plastique violette était posée au milieu de la pièce entourée de peluche et d’une bouilloire miniature pour préparer le thé. Au-dessus de la commode se trouvait la photo d’une petite fille au sourire angélique et aux cheveux roux, ondulant en cascade sur ses épaules d’enfant. Mercy. C’était son prénom. Il était inscrit sur la porte. Je sentis une vague d’émotion remonter en moi. Un cauchemar ancien me revint en mémoire. Celui de la mort de mes parents. Puis soudain je rouvris les yeux. Haletante, je posais ma main sur mon front, réalisant que je m’étais endormie un moment. J’étais décidément bien plus épuisée que je ne le pensais.

C’est alors que je le vis. Un homme … Un vivant. Je disparaissais instantanément de la fenêtre pour l’observer de plus près. Il était grand, avec un physique qui laissait deviner un certain entrainement. Il regardait un peu partout autour de lui sans vraiment savoir où poser les yeux. Il continuait d’avancer. Je reprenais mes esprits, descendant les quelques marches qui me séparaient du rez-de-chaussée. Je passais par l’arrière de la maison après avoir vérifié que le périmètre était dégagé. Je me postais un peu plus avant dans la rue, à l’angle de la maison que je venais de quitter. Je voyais sans être vue. Je décidais de le suivre de loin, et de profiter de son sommeil ou d’une de ses erreurs pour subtiliser ce qu’il avait avec lui. Après tout, il fallait bien survivre.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Mer 29 Avr - 14:33

Les feuilles rouges, oranges et jaunes commençaient doucement à joncher le bitume. La route serpentait lentement et quittait la ville de Coaticook pour s'enfoncer dans les bois. Une zone qui était effrayante non seulement par la densité de la forêt, mais par les râles incessants qui s'en échappait. Pourtant, il fallait la traverser pour rejoindre les habitations des environs. Quand on a besoin de manger, le cerveau va au plus logique. Pour moi il s'agissait d'aller fouiller des maisons un peu plus loin que la zone basique de recherche de tous les survivants du coin. S'il y avait encore quelque chose d’intéressant à gratter ce serait probablement là bas. Il faut que je ramène de quoi manger pour moi et si je peux même trouver quelques conserves pour le groupe qui m'a recueillis ce serait encore mieux.

Les nuages s'amassaient au dessus de ma tête, comme si le temps se préparait à jouer une mélodie pluvieuse. Je marchais à travers la forêt aux aguets. Évitant soigneusement les cadavres ambulants, je me faufilais sans trop de difficulté, le couteau sorti, paré à toute mauvaise surprise. Une fois à l'extérieur du bois, je progressais vers les différents lotissements qui étaient disposés ça et là de la route.

La rue principale est déserte. Je m'approche d'une maison furtivement. Je glisse le long du mur jusqu'à une fenêtre qui donne sur le salon. C'est un triste spectacle. Trois corps allongés les uns à côtés des autres, tous affublés d'un gouffre de sang séché au niveau du crâne. Le dernier corps était assis sur la chaise, et le reste de ce qui fut sa cervelle tapissait, à la manière d'un tableau contemporain, le mur blanc qui menait à la cuisine. Je regardais longuement le petit corps allongé à côté de ce qui devait être auparavant sa maman.

C'est ce que j'aurais dû avoir le courage de faire. Les tuer moi même. Leur éviter cette mort atroce. Avoir le courage de leur épargner la souffrance.. Mais j'ai cru en la survie. Dur comme fer. J'étais sûr qu'on allait vivre... Je ferme les yeux un instant, tant le souvenir est frais et douloureux, et j'entends à nouveau leurs cris déchirants.  
« Papaaaaaaaaaa aide moi !!!! »
Je me tape le crâne frénétiquement dans le creux de la main.
« Allez Az, c'est pas l'moment là ! Tu dois te ressaisir mon vieux ! »

L'auto-persuasion ne marchait pas des masses je dois dire, car James criait toujours à l'aide dans ma tête. C'est un bruit qui m'arracha de ce cauchemar mental. Quelque chose avait bougé, c'était dans le jardin. Je vais voir discrètement, pas à pas, je foule le petit chemin qui mène à l'arrière de la maison. Je lance un coup d'oeil à travers la palissade de bois qui faute d'entretien commençait à verdir. Je venais de découvrir la raison de ce bruit sourd, un zack coincé dans le grillage qui entourait ce qui fut un potager. Après m'être assuré qu'il était le seul du jardin, j'ouvre la petite porte, j'avance et me place face à lui.

C'était un homme. C'était un homme avant. Il lui reste quelques cheveux.. Maintenant ils sont collés à son crâne ensanglanté, ses yeux injectés se focalisent sur moi. Il tend ses bras décharnés en tentant de m’agripper . Sa mâchoire s'ouvre et se ferme lentement dans un mélange de râle d'agonie et de rage. Il n'a ni nez, ni oreille droite. Le menton s'est décomposé dans le sang et la puanteur. C'était un homme.. Avant. J'enfonce alors, sur cette pensée, profondément mon couteau dans son crâne. La masse bruyante et informe s'écroule, et le silence fait place. Le soulagement aussi. Un monstre de moins.

Je reviens par l'avant de la maison, et ouvre la porte d'entrée. Je donne des grands coups sur le mur pour attirer les morts vivants restants. Mais à part les 4 morts du salon, et qui eux, étaient bien morts, rien à signaler. J'avance, plus sur de moi et commence à inspecter la maison pièce par pièce avant de fouiller. Le salon était assez spacieux, les meubles en bois s'accordaient parfaitement avec le canapé d'angle blanc cassé et la décoration design contrastait avec une scène de meurtre comme celle là. Les trois corps allongés avaient tâchés le grand tapis qui devait à la base être blanc lui aussi. Je ne fouillerais qu'une fois la maison totalement inspectée, mais je repère déjà une malle en bois derrière le meuble de tv dans l'un des angles de la pièce. Il y aura sûrement quelque chose d'intéressant à l'intérieur. Je poursuis cependant vers la cuisine. Celle-ci est relativement grande, décoration noire et rouge cette fois. Très moderne, et d'ailleurs très propre, comme si les morts avaient décidés de faire le ménage et de tout ranger avant de s'éteindre. Étrange.. J'en avais visité des maisons et en général c'est le foutoir, causé par une panique et une terreur sans nom des habitants. Je reviens sur mes pas, rien à signaler dans les toilettes du bas.

Je passe à l'étage. Les escaliers grincent un peu sous mes pas. J'arrive sur un couloir constitué de cinq portes qui sont toutes closes. Le couteau à la main, j'avance vers la porte du fond, face à moi. J'avance tendant l'oreille, mais rien de parvint. Je prends la poignée de cuivre dans la main. Mais juste avant de tourner, j'entends du bruit au rez de chaussée. Soudain je réfléchis... Aurais-je été assez crétin pour laisser la porte d'entée ouverte derrière moi ? C'est bien possible, je ne me souviens pas avoir pris le temps de la fermer... Tant pis, je finis d'explorer le haut, et si zach s'est pointé en bas, il gouttera à ma lame. J'ouvre donc la porte devant laquelle je me tenais. Je ne sais pas pourquoi, je m'attendais à une chambre ou à la salle de bain, au lieu de ça, je tombe sur une penderie. A première vue, rien. Juste des manteaux et des paires de bottes. Je me retourne, prêt à continuer l'exploration, quand j'entends un léger râle derrière moi.

« Bordel de ...!!!! »

Un gamin se cachait et venait de m'attraper le bras alors que je faisais demi-tour. Sa main froide se plantait presque dans mon bras avant que je repousse ce mini zombie. Mais trop tard il avait eu l'effet de surprise, et j'en ai perdu l'équilibre. Dans ma chute avec le gamin, mon couteau est tombé. Mais comme j'ai toujours une chance extraordinaire, il a fallu qu'il tombe dans les escaliers. Le problème c'est que normalement je suis bien plus fort qu'un gamin, mais face à un zombie qui a faim alors que moi même je suis épuisé, le combat devient tout à coup plus équitable.

Défense physique Je veux lui donner un coup de poing pour qu'il me lâche

Argh !!! Mais lâche-moi sale bête !!!!!

Je tente de donner un coup de poing contre la tempe de mon agresseur, mais il est totalement sur moi et je n'arrive pas à dégager mon bras ! C'est qu'il serait lourd le bougre ! Sa main crochue déchire la manche droite de mon tee-shirt. Et je me cogne violemment la tête contre le mur en essayant d'éviter une morsure au cou. Je suis essoufflé, et je sens que le zombie lui a toujours toutes ses forces et qu'il me veut comme quatre heures !

J'suis dans la merde...




Points de vie restants : 21/25
Munitions restantes : ....
Gains des fouilles : ...
Endroit où je me trouve : Dans le couloir de la maison, premier étage, en face de l'escalier.
Endroit où se trouvent mes ennemis : ... Encore non identifié, peut être au rez de chaussée


Dernière édition par Azraël Foster le Mer 29 Avr - 14:52, édité 3 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Mer 29 Avr - 14:33

Le membre 'Azraël Foster' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Défense Physique' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Ven 1 Mai - 11:33

Appuyé contre la maison que je venais de visiter, je regardais l’homme qui se trouvait devant moi. Il marchait au milieu de la rue principale qui était étonnamment calme. Et je n’aimais pas ça. Voir les zombies me rendait plus attentive à leur présence, ne pas les voir c’était se relâcher et même si ce relâchement ne durait que quelque seconde, il pouvait nous coûter la vie. Je vérifiais mes arrières, quittant l’homme du regard quelque instant. J’apercevais un zombie mais il était encore bien trop loin pour m’inquiéter vraiment. Je revenais donc sur ce survivant qui était à présent sous le porche d’une des maisons un peu plus loin dans la rue. Tout comme moi, il vérifiait que l’endroit était désert. Il se pencha contre la fenêtre de ce qui devait être le salon et ce qu’il vit sembla le mettre malaise. Il recula légèrement pour frapper son crâne contre la paume de sa main.

Quelque chose l’avait troublé et j’ignorais quoi. Soudain, il se stoppa pour contourner la maison. Il avait sans doute entendu le râle d’un des infectés. Il fallait prendre une décision, risquer de le suivre ou partir de mon côté ? Sans l’ombre d’un doute, je m’avançais pour le suivre. Même s’il me repérait j’aurais au moins l’avantage de l’effet de surprise. Je ne connaissais rien de ce type et je n’avais pas envie qu’il me tombe dessus sans crier gare. D’autant que son attitude sous le porche faisait de lui un gars paumé et sans doute instable. Le genre de gars prêt à appuyer sur la détente au moindre doute. On avait tous perdu des amis, des parents, des enfants parfois durant la Grande Panique et cela en avait rendu plus d’un complètement cinglé. Et je n’étais pas un modèle. J’avais passé mes dernières semaines complètement seule dans les bois et j’étais donc devenue particulièrement parano. Je questionnais tout, ne faisant jamais confiance à qui que ce soit. Oui c’était peut-être idiot mais c’était comme ça. Je refusais de retourner vers un groupe, de m’attacher à des inconnus qui finiraient par mourir. Même m’attacher à l’espoir de revoir Ciaran me semblait peine perdue.

Je me glissais contre un pickup garé dans la rue, continuant d’observer le survivant. Il se trouvait face à un infecté en piteux état, coincé dans le grillage qui entourait la maison. L’homme s’en débarrassa rapidement, me permettant de découvrir qu’il avait un couteau. Il revint ensuite rapidement vers le porche me laissant juste le temps de me baisser contre l’enjoliver de la voiture pour ne pas être vue. Je reprenais mon souffle, en profitant pour scruter la rue. Le zombie que j’avais vu un peu plus tôt avait disparu. Le grincement d’une porte me rappela à l’ordre. Je me focalisais à nouveau sur le survivant qui se faisait une joie de frapper contre les murs pour vérifier que la maison était clean. Ce type n’avait vraiment rien dans le crâne ou quoi ! A frapper comme ça il allait rameuter tous les infectés du quartier. Mais le pire était à venir … J’en étais à me demander comment il avait survécu jusque-là. Sans doute à la force de ses bras car il n’avait clairement rien dans le crâne !

L’homme disparut dans la maison laissant derrière lui la porte grande ouverte. Je soupirais face à la situation, me disant que certaines personnes survivaient définitivement plus par chance que par force. C’était ce moment qu’avait choisi le jeune Zacharie pour entrer en scène. J’avais rarement vu des enfants transformés par l’infection. C’était assez étrange d’ailleurs car si l’on y réfléchit, ils étaient faibles, difficiles à protéger et donc bien souvent les premiers à mourir. Je le regardais son visage pâle qui avait pris une couleur verdâtre par endroit trahissant la date de sa transformation qui avait sans doute eu lieu des mois plus tôt. Il avait la bouche complètement déformée, claquant lentement des dents entre ses petites lèvres noires. Ses cheveux blonds collaient à son petit crâne d’enfant, le rendant presque plus terrifiant qu’un zombie adulte. Un frisson me parcouru lorsqu’il entra dans la maison, disparaissant à son tour de mon champ de vision.

Je me redressais alors un peu, et m’attendant à voir ressortir le survivant sous peu, je me décidais à revenir sur mes pas pour me cacher dans la première maison que j’avais visitée. J’entendis alors une voix retentir derrière moi, suivit d’un certain grabuge qui semblait provenir de la maison. Je me redressais donc complètement, m’apprêtant à courir le plus loin possible de cet endroit. Mais un second cri m’arrêta. Que faire ? Aider ce type ou le laisser mourir et récupérer un second couteau.

Je n’arrivais pas à me résoudre à le laisser délibérément mourir. Autant le tuer moi-même. Je fonçais en direction de la maison, prenant soin de refermer la porte derrière moi et de tirer un meuble de chevet devant celle-ci afin d’être alertée de toute nouvelle intrusion. Les bruits que j’avais entendus venaient de l’étage. Je sortais mon couteau, montant les marches quatre à quatre sans réfléchir. Lorsque j’arrivais à l’étage, je découvrais le survivant sur le sol, tentant de se sortir des mains de Zach.

Type d'actionJ'essaie d'en finir avec ce sale gosse 

J’agrippais violemment le gamin par les épaules, le forçant à lâcher prise. Je le plaquais ensuite sur le sol, mon avant bras calé sous la gorge, je plantais mon couteau dans son crâne d'un coup précis. Mon entrainement dans les bois n'était pas inutile. Je fis tourner la lame dans le trou que je venais de faire, m'assurant que ce gamin resterait bel et bien mort cette fois.Je retirais mon couteau de la tête du zombie et essuyais la lame sur les vêtements de son corps inanimé. Je regardais ensuite le gars au sol qui avait l'air sonné.

" Première règle de survie : toujours couvrir ses arrières."

Je ne l'aidais pas à se relever. Je ne voulais pas qu'il se sente redevable. Je ne l'avais pas vraiment aidé, j'avais juste fait une croix de plus sur mon mur. Un monstre en moins. Je tournais déjà les talons pour inspecter le reste de la maison.

Points de vie restants : 22/22
Munitions restantes ://
Gains des fouilles : //
Endroit où je me trouve : Au premier étage de la maison
Endroit où se trouvent mes ennemis : Pour l'instant aucun ennemi en vue


Dernière édition par June Harmon le Ven 1 Mai - 11:42, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Ven 1 Mai - 11:33

Le membre 'June Harmon' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Arme Blanche' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Ven 1 Mai - 12:50

Alors que ce zombie commençais sérieusement à m'énerver et que j'allais tenter une nouvelle manœuvre pour en venir à bout, voilà que sort de nulle part quelqu'un, qui en deux secondes tue le mini zombie d'un coup de couteau dans le crâne, net et précis. L'individu me regarde, je ne sais pas trop dire si c'est du mépris, du dédain ou de la pitié. Peut être un mélange de tout ça à la fois... En tout cas, cette femme vient sûrement de me sauver la vie. Mon crâne est douloureux. Je regarde un instant les restes de ce qui fut un enfant... La demoiselle ne dit pas bonjour, ne me propose pas de me relever, elle se contente de me donner un conseil sous forme de réprimande. Un peu comme une maîtresse qui gronderait son élève.

" Première règle de survie : toujours couvrir ses arrières."

Elle avait tout à fait raison, je ne sais pas ce qui m'a pris de pas fermer cette fichue porte. D'habitude, je fais toujours gaffe à ce genre de détail. Et encore ça aurait pu être bien pire... Je me masse l'arrière du crâne en grimaçant... A peine avait-elle prononcé ses mots qu'elle s'éloignait déjà, probablement pour inspecter la maison.

« Merci. »

J'imagine que c'est une baroudeuse, quelqu'un qui a force de tuer, est revenu à l'état sauvage, si elle tournait les talons c'est qu'elle n'avait probablement pas de temps à perdre en discussions futiles. Chacun sa façon de survivre, elle se la joue solo, c'est son droit après tout. Je me relève, sans savoir si elle a entendu ou non mon remerciement, et part de mon côté. J'en ai vu des survivants, et beaucoup sont agressifs en général... Je préfère donc rester sur mes gardes, rien ne dit que cette femme qui vient de me sauver ne va pas me tuer dans deux minutes. La confiance se fait rare ici, et je ne voulais pas faire de jugement hâtif.

Je décide de repartir au rez de chaussée, je récupère à la volée mon couteau tombé dans les escaliers  quelques minutes plus tôt. Un coup d’œil à droite à gauche, tout semble dégagé. Elle avait eu la présence d'esprit de mettre un meuble devant la porte. Cette fille était décidément très prudente, elle aurait pu être une alliée de taille dans la survie. Mais je chassais cette idée aussi vite que possible, je venais de faire piètre impression, elle ne m'imagine pas autrement qu'un parfait crétin inconscient du danger. Et puis je ne la connais pas... Je marche vers le salon, repasse devant les cadavres, et me dirige vers l'angle, là où j'avais repéré la grosse malle en bois.

Plus j'y pensais et plus je me disais qu'elle m'avait sauvé la vie et sans rien demander en retour. Juste parce qu'elle a entendu un cri, elle ne m'a pas laissé mourir. Elle aurait pu. A quoi bon jouer les héros pour quelqu'un qu'on ne connaît pas ? Risquer sa vie ? A la limite elle aurait pu m'aider puis finalement me demander mon couteau, et me dépouiller pour assurer au mieux sa survie à elle. Alors pourquoi ne l'avait-elle pas fait ? Je suppose qu'il reste encore une part de morale, et d'humanité chez elle. C'est bon à savoir, certains pour battre ces cadavres ambulants n'hésitent pas à eux même devenir des monstres... Je lui suis redevable, je voudrais bien lui rendre la pareille. Le truc c'est qu'elle semble n'avoir besoin de personne pour survivre. Pourtant en général les chances de survie augmentent sensiblement à deux, chacun protégeant les arrières de l'autre. Cela dit, jusqu'à maintenant je n'avais pas non plus besoin de qui que ce soit pour survivre. Une erreur suffit, si elle en fait une un jour, j'espère être là pour rembourser ma dette. Je garde toutes ces considérations pour moi et je m'agenouille près de la malle. Je jette un coup d’œil par dessus mon épaule, la jeune femme n'est pas dans la pièce, pas de menace directe. Je souffle sur le dessus du coffre, et une tonne de poussière tombe doucement sur le parquet. Le couvercle grince.

Type d'action J'ouvre la malle et fouille à l'intérieur

L'odeur de renfermé me prend les narines. Je trouve quelques magazines chasse et pêche, il y aussi un pull en laine pour enfant sur lequel on peut voir un petit renne, deux livres concernant l'éducation des enfants et un autre sur le handicap mental. Mmh rien d'utile pour le moment. Je me relève, je ne vois toujours pas l'inconnue, je vais vers la cuisine, qui sait, avec un peu de chance, je vais trouver quelque chose dans un placard.

Si jamais je trouve quelque chose d'utile et que c'est "partageable", je donnerai une partie de on butin à la jeune femme. Elle n'attend peut être rien en retour, mais elle va devoir accepter ma gratitude.



Points de vie restants : 21/25
Munitions restantes ://
Gains des fouilles ://
Endroit où je me trouve :  Dans le salon. Je me dirige vers la cuisine
Endroit où se trouvent mes ennemis : //


Dernière édition par Azraël Foster le Ven 1 Mai - 13:00, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Ven 1 Mai - 12:50

Le membre 'Azraël Foster' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Ven 1 Mai - 22:23

J’agissais bien souvent sur des coups de tête depuis que je vivais seule. Ce sauvetage en était un. J’entendis le type me remercier mais je ne me retournais pas. Je descendais les quelques marches qui me séparait du salon. Alignés sur un tapis maculé de sang, trois corps gisaient. Leur peau avait pris une couleur verdâtre, dégageant une odeur infecte de chair en décomposition. Leurs trois visages ne représentaient plus que l’ombre des humains qu’ils avaient été avant qu’une balle ne vienne se loger entre leurs deux yeux. Au moins, ils n’avaient plus à endurer tout ça. Je passais les corps des précédents propriétaires en inspectant soigneusement les mains du mari. L’une d’elles était restée crispée et pourtant elle était désespérément vide. Pas de trace de l’arme qui leur avait ôté la vie. Je haussais les épaules en me demandant si l’autre survivant avait récupéré l’arme avant moi ou si la maison avait déjà été dévalisée avant.

Peu convaincue de trouver quoique ce soit, je faisais tout de même le tour des lieux pour vérifier que nous étions toujours seuls. Je me demandais s'il ne valait pas mieux que je passe à la maison suivante. Après tout, si les armes avaient été prise c'était sans doute qu'il n'y avait plus grand chose à trouver dans le coin. J'entendis le type redescendre tandis que j'avançais vers la cuisine. Il se stoppa dans le salon, fouillant lui aussi les lieux. Je gardais un œil sur l'inconnu tout en fouillant de mon côté. J’avais désespérément faim et trouver quoique ce soit de mangeable aurait été d'un grand réconfort.

Type d'action Je décide de fouiller la cuisine

Comme je m'y attendais, la cuisine était vide. Je tombais sur quelques assiettes, des verres, mêmes les couteaux avaient disparus. Ce n'était décidément pas mon jour de chance. Je revenais dans le salon, constatant que l'autre survivant n'avait pas eu plus de chance que moi. Sa rencontre avec le zombie avait laisser des marques. Son bras droit saignait c'était le genre de détail qui pouvait rameuter d'autres infectés, voire pire...

Je m'approchais de l'homme, déposant mon sac à dos sur le sol. J'en sortais une flasque de whisky et des bandes adhésives. Je ne savais pas vraiment ce qui me poussait à faire ça. Je crois que je me sentais responsable de sa vie. Le voir blesser et le laisser gérer ça seul comme il avait gérer le zombie... Je n'étais pas sûre que ce soit une bonne idée. Autant l'avoir laissé mourir. Je me demandais au plus profond de moi comment il avait pu survivre si longtemps en étant si peu attentif aux détails. Je le regardais dans les yeux et approchais la flaque de sa blessure.

" Ça risque d'être douloureux mais ce sera mieux que de la laisser s'infecter."

Type d'action Je tente de soigner sa blessure

Je versais un peu d'alcool sur la blessure, tenant son bras entre mes mains pour limiter ses mouvements. Je tentais ensuite de lui faire un pansement mais cela avait l'air pire que mieux. J'étais vraiment une piètre infirmière. Je me redressais en lui laissant la bande entre les mains.

" Vous avez besoin de meilleurs soins. L'une de vos plaies doit être recousue, elle n'est pas profonde mais elle cicatrisera mieux ainsi. Je vais aller à l'étage, je pourrais peut-être trouver quelque chose. "

Plus je le regardais et plus je me disais que ce type avait l'air épuisé. C'était sans doute pour ça qu'il n'était plus sur ses gardes. Je me demandais s'il vivait seul. Après tout, personne ne le suivait. En tout cas j'espérais qu'il n'avait pas de mauvaises intentions car même si je l'avais aidé, les retournements de situation pouvaient souvent aller très vite. Aussi, je restais sur mes gardes d'autant que nous étions loin d'être en terrain conquis. Ces maisons appartenait aux morts et une attaque pouvait survenir à tout moment.

Points de vie restants : 22/22
Munitions restantes ://
Gains des fouilles : //
Endroit où je me trouve : Au rez-de-chaussée, dans le salon
Endroit où se trouvent mes ennemis : Pour l'instant toujours aucun ennemi en vue



Dernière édition par June Harmon le Ven 1 Mai - 22:48, édité 2 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Ven 1 Mai - 22:23

Le membre 'June Harmon' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Fouille' :


--------------------------------

#2 'Soin' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Sam 2 Mai - 10:13

Je sentais que cette maison n'allait pas m'apporter grand chose. La jeune femme revint elle aussi bredouille, enfin ça en avait tout l'air, mais elle peut tout aussi bien avoir trouvé quelque chose d'intéressant et l'avoir gardé pour elle. Ce qui serait on ne peut plus légitime. Je l'imaginais déjà passer devant moi sans m'accorder un regard et poursuivre la fouille, mais à mon grand étonnement, elle posa son sac au sol et commença à fouiller à l'intérieur. Elle tenait à présent dans ses mains, une bouteille d'alcool, du whisky plus précisément, et quelques bandages. Je ne comprenais pas bien ce qui se passait... Elle n'a pas l'air blessée elle, ce serait donc pour moi ? Je lève un sourcil, décontenancé. Elle planta ses yeux dans les miens, et versa le précieux liquide sur ma blessure. Elle prévint du risque de douleur au moment où le liquide toucha ma peau. Mon bras ne bougea pas car elle avait prit la précaution de le tenir auparavant. Par contre, oui ça piquait pas mal. Je serrais les dents le temps que la sensation de brûlure passe un peu. Elle me laissa par contre avec la bande dans les mains. Et inspecta ma blessure de plus près. C'était pas spécifiquement grave, mais d'après elle, s'était tout de même ouvert. Il fallait donc recoudre. Je la regardais attentivement, ne comprenant toujours pas pourquoi tant de bonté envers moi. Elle pourrait passer son chemin, elle a quand même mieux à faire que d'utiliser son matériel de survie pour soigner mes petits bobos.

Avant que je puisse en placer une, elle me prévint qu'elle allait à l'étage, et voir ce qu'elle pouvait trouver. Je ne savais plus quoi penser, j'essaye toujours de cerner les gens le plus vite possible, histoire de savoir à peu près à qui j'ai à faire. Mais cette femme me laisse perplexe, elle donne l'impression de froideur, d'extrême distance et de solitude que ce soit dans son attitude ou même jusqu'à sa façon de parler. Et pourtant, elle s'occupait de moi. J'avais l'impression d'être un enfant à ses yeux, un petit garçon qui ne peut pas survivre tout seul, donc il fallait lui donner un coup de pouce. Je n'aimais pas trop cette idée. Je sais que je ne suis pas un As de la survie comme certain, mais je suis en vie, et donc un survivant. Ce qui prouve quelque part que je sais me débrouiller. Je lui suis plus que redevable, et je ne voulais pas qu'elle utilise ses propres ressources pour m'aider. Je me sentais coupable de ne pas avoir fermé cette foutue porte d'entrée derrière moi, à cause de ça elle utilise un bon whisky et ses propres bandages de soin sur un parfait inconnu. Je regarde la bande dans mes mains, tandis que la jeune femme s'éclipse à l'étage. Je n'aime pas l'idée d'être un fardeau pour qui que ce soit, et je suis assez débrouillard, pour lui prouver que moi aussi je peux être utile.

Je me lève, et je repose la bande adhésive sur la table basse. Je remonte à mon tour, tenant fermement mon couteau, il y avait quatre porte en plus de la penderie. L'inconnue bienveillante était en train de visiter la pièce sur la gauche, je partais donc à droite. Je tourne la poignée de cuivre doucement, et lève le bras devant moi, près à asséner un coup si le besoin s'en fait sentir. Je pousse la porte qui s'ouvre sur une grande chambre. La chambre des parents. Le lit double est recouvert d'une couette noire et de coussins blancs. Sur la commode à droite du lit repose un vieux réveil qui ne fonctionne plus. Il y a aussi un cadre, avec la photo de la famille à la plage. Le père tenant une pelle et mettant du sable sur les enfants dont seules la tête sortait du sable mort de rire ; la mère quant à elle, caressait la tête de l'un des garçons en souriant. Quelle ironie, s'il avait su que c'était vraiment lui qui allait enterrer ses enfants. La vie fait parfois de très mauvaises blagues. Je décidais de regarder sous le lit, rien. J'inspecte le placard, rien d'intéressant non plus. Je reviens vers la commode sur laquelle la photo reposait. Et décidais de fouiller un à un les tiroirs.

Type d'action Je fouille la commode tiroir par tiroir

Il y avait quatre tiroirs, et à part des chemises bien pliées et un stock de cravates, il n'y avait rien d'intéressant. Je passe quand même ma main jusqu'au fond des tiroirs au cas où. Et dans le troisième tiroirs, à ma grande surprise, je trouve une boîte de barres chocolatées entamée. Trop heureux, je regarde à l'intérieur pour voir s'il en reste. Et oui, sur une boîte de six, il en reste trois. Je me souviens que moi aussi, quand j'étais avec Anya, je planquais de la nourriture de mon côté parce que j'avais souvent un petit creux en plein milieu de la nuit, et que sortir du lit la réveillais. Je sortais de mes souvenirs, ma salive me rappelait à l'ordre. Du chocolat... C'est tellement luxueux ces temps ci que j'arrivais à peine à y croire. Je me relève et j'appelle l'inconnue.

"Hey ! J'ai trouvé quelque chose ! Je pense que ça peut vous intéresser !! "

Il y avait trois barres, une barre et demie chacun me semblait une bonne affaire. Mais en y réfléchissant bien, elle en méritait même deux complètes pour efforts émérites envers autrui.


Points de vie restants : 21/25
Munitions restantes : //
Gains des fouilles : nourriture : 3 barres chocolatées
Endroit où je me trouve : Étage, chambre des parents
Endroit où se trouvent mes ennemis : //


Dernière édition par Azraël Foster le Sam 2 Mai - 10:25, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Sam 2 Mai - 10:13

Le membre 'Azraël Foster' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Sam 2 Mai - 14:56

Je remontais à l’étage, passant à nouveau devant le corps sans vie de Zach. Devant moi, il y avait une penderie avec quatre portes de chaque côté. Des photos de famille ornaient les murs, montrant des clichés des enfants grandissant et des anniversaires. Ces souvenirs-là me manquaient, me rappelant qu’il ne me restait presque rien de celle que j’étais avant tout ça. Pas de photo de moi enfant, de mon premier bal de promo, ou de mes premiers pas de reporters en Alaska, mais au-delà de ça c’était Nana qui me manquait par-dessus tout. Je n’arrivais plus à revoir son doux visage et son odeur de jasmin qui se posait sur moi pour me raconter les meilleures légendes jamais écrites. C’était une femme patiente et beaucoup plus intelligente que la plupart de ses employeurs ne le pensait. Elle avait été ma bonne étoile durant des années et même à la mort de mes parents, elle n’avait jamais pu quitter mes pensées. Pourtant la dernière image d’elle que ma mémoire avait gardé c’était le moment de sa mort. Je revoyais en boucle cet instant où je m’étais rendue compte qu’elle avait été mordue. Je me revoyais la transporter dans un bâtiment, boucler les issues et m’assoir avec elle, la main tremblante en tentant de la soigner. Je savais que c’était déjà trop tard mais je ne pouvais pas me résoudre à en finir. Je l’ai vue passer par toutes les étapes de la transformation et jusqu’à la fin, elle a tenté de sourire du mieux qu’elle pouvait. Ça avait pris moins de vingt-quatre heures, sans doute parce qu’elle était déjà fragile avant la morsure. Je caressais ses cheveux lorsque son souffle s’est arrêté. Et je n’ai pas tiré toute suite. J’ai attendu qu’elle revienne parce que je voulais croire qu’elle ne serait pas un monstre. Une femme comme elle ne pouvait pas devenir l’un d’entre eux, elle n’avait pas cette force en elle… Mais je me trompais, l’infection n’épargnait personne, pas même Nana. Si la voir mourir avait été un cauchemar, la voir revenir à la vie fut pire encore. J’entendais encore son râle incessant parfois en pleine nuit et cela m’empêchait de dormir. Oui, j’aurais aimé avoir une photo de Nana pour me rappeler de son visage radieux même avec l’âge et de la tendresse dont elle avait toujours fait preuve avec moi. Car au lieu de ça, c’était désormais mes cauchemars qui la gardaient vivante.

Je m’avançais sur le palier, passant une première porte qui était une chambre d’enfant. Sans doute celle du petit qui était étendu à quelques mètres de là. La porte était entrouverte sur un univers bleu et vert avec des posters de joueurs de baskets un peu partout sur les murs. Je passais mon chemin, continuant vers la seule pièce qui m’intéressait vraiment, la salle de bain.  J’arrivais à la seconde porte qui était fermée. Je posais une main sur la poignée tandis que je brandissais mon couteau de l’autre. Je tournais lentement le mécanisme dans ma main puis ouvrait la porte d’un geste vif, prenant le temps de me reculer et de me plaquer contre le mur au cas où un zombie sortirait de là. Heureusement pour moi, l’endroit semblait désert. Il s’agissait d’une autre chambre, un peu plus sobre cette fois avec un intérieur blanc et des posters de groupe de rock accrochés partout. Je laissais la porte ouverte et passais à la pièce suivante et cette fois, il s’agissait bien de ce que je cherchais.

Type d'action Je fouille la salle de bain

J’entrais dans la salle de bain et tentais de fouiller un peu partout à la recherche de quoique ce soit d’utile. J'ouvrais d'abord l'armoire à pharmacie mais celle-ci était désespérément vide. Je continuais mes recherches sur l'une des étagères faisant tomber une à une les serviettes sur le sol. Toujours, rien. Je me décidais à partir lorsque je remarquais une boite. Une boite métallique cachée sous une pille de vêtement. Je tirais la boite aux dessins de super héros de sa cachette. Elle était lourde et devait donc contenir quelque chose. Je l'ouvrais pour découvrir une brique de jus de fruit, un sandwich pas au mieux de sa forme, un paquet de chips et des biscuits. Pas vraiment de quoi faire un vrai repas, mais pour moi, c'était déjà bien assez.

C'est à ce moment là que le survivant choisit de monter. Je tenais mon couteau comme pour me défendre. La salle de bain étant dans le fond du palier, je ne pouvais pas le voir venir mais s'il essayait de me surprendre, je serais prête. J'attendis quelques secondes mais rien. Il devait simplement fouillé les autres pièces. Je sortis de la salle de bain pour revenir vers la chambre de l'adolescent lorsqu'une voix m'interpella. Il avait trouvé quelque chose. Moi aussi. Est-ce qu'on allait partager est-ce que c'était un piège pour m'attirer hors de la salle de bain et me tuer ? C'était bien pour ça que je haïssais les survivants, ils me faisaient me poser mille et une question sans cesse.

Je me dirigeais vers la dernière chambre dont je n'avais pas poussé la porte. Je tenais mon couteau, toujours prête à m'en servir. Le type était là avec des barres de chocolat alors que de mon côté je tendais une arme et une boite métallique à l'effigie de spider-man... Quel tableau ! Je baissais le couteau puisqu'il n'avait pas l'air menaçant. Au contraire, sa trouvaille avait l'air de le rendre plutôt heureux.

" Ne vous sentez pas redevable. Je n'étais pas là pour vous sauver. Je fouillais cette maison donc j'étais juste là au bon moment. "

Je m'arrêtais un moment de parler. Je ferais mieux d'y aller de toute façon. Je n'avais pas le matériel pour soigner ce type et l'envie de lui faire confiance me faisait encore défaut.

" On ne trouvera pas grand chose ici. Je vais continuer d'avancer et vous devriez faire de même, trouver de quoi soigner votre plaie."

Je commençais à tourner les talons lorsqu'un bruit venu du rez-de-chaussée m'arrêta net. La table de l'entrée venait de tomber sur le sol. Nous avions de la visite et j'aimais à croire que les voisins n'allaient pas être contents de nous voir.

Points de vie restants : 22/22
Munitions restantes ://
Gains des fouilles : une brique de jus de fruit, un paquet de chips et un sachet individuel de biscuits
Endroit où je me trouve : A l'étage, dans la chambre des parents
Endroit où se trouvent mes ennemis : Au rez-de-chaussée, j'ignore leur nombre


Dernière édition par June Harmon le Sam 2 Mai - 15:32, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Sam 2 Mai - 14:56

Le membre 'June Harmon' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Dim 3 Mai - 11:19

C'était des barres de chocolat donc du sucre donc de l'énergie. J'étais certain qu'elle allait apprécier le geste. Je l'attends sur le pas de la porte de la chambre parentale. Et là elle débarque avec le couteau à la main, et une boîte métallique. Je la regarde et tends vers elle deux des barres débusquées plus tôt.

" Ne vous sentez pas redevable. Je n'étais pas là pour vous sauver. Je fouillais cette maison donc j'étais juste là au bon moment. "
 
Pourquoi diable n'en voulait-elle pas ? Trop orgueilleuse pour accepter de l'aide ? Réellement gênée que je veuille rembourser ma dette ? Là encore, j'étais perplexe. Pourquoi non de zeus, c'est jamais simple les relations humaines. Je voulais lui donner ces barres en chocolat, c'était le moins que je puisse faire. Je décide donc d'insister.. Mais au moment où j'ouvre la bouche en tendant le butin vers elle, la jeune femme me coupe.

" On ne trouvera pas grand chose ici. Je vais continuer d'avancer et vous devriez faire de même, trouver de quoi soigner votre plaie." 

Ok message bien reçu. Elle ne veut pas de ma nourriture, ni de ma présence. Voilà que son côté solitaire et froid reprend le dessus au galop. En même temps accepter de la nourriture, c'est pas non plus un effort surhumain en théorie.

« Prenez en, au moins une, c'est pas grand chose et.. »

Un grand bruit m'interromps. Voilà qu'on avait de la visite maintenant. Génial! La table qui barricadait la porte venait de tomber dans un fracas pas possible. Il fallait réagir, vite et intelligemment.  Combien étaient entrés ? Peut-on en venir à bout à deux ? Mieux vaut un combat direct ou fuir ? Est-ce qu'il ne faudrait pas refermer cette porte au plus vite pour éviter que d'autres petits zombie se rajoutent à la fête ?
Tandis que mon cerveau tournait à pleine vitesse, je descendais les escaliers sans bruit. Ils ne savent pas où nous sommes, mais ils sentent probablement mon sang... Damn it ! Un coup d'oeil rapide pour un état des lieux. La table était tombée, et la porte d'entrée avait bel et bien été forcée. Trois zach sont déjà dans la maison, et j'en vois deux autres par la fenêtre qui se dirigent eux aussi vers la maison. Je chuchote à la jeune femme à mes côtés.

« Je prends les deux premiers en les attirant vers la cuisine. Tu pourrais t'occuper du dernier et de fermer la porte d''entrée à nouveau ? Sinon on risque d'être vite submergé. »

Je ne sais pas vraiment ce qu'elle en pense. Je ne suis pas à l'aise à l'idée de mener un combat avec elle. Pour l'avoir vu à l’œuvre je sais que tuer un zombie ne lui posera pas de problème, mais le truc c'est que je ne sais pas comment elle va réagir à l'idée de faire équipe le temps de se débarrasser des indésirables.  Elle ne me fait pas confiance, et moi non plus. La coopération va être compliquée. Mais je n'ai pas d'autres choix que de me fier à elle. Après tout elle m'avait sauvé la vie, m'avait soigné, je lui devais bien ça. Les râles se font plus audibles, les bestioles desséchées arrivent vers l'escalier.  Pas le temps donc d'avoir son avis, j'espère qu'elle m'aidera. Sinon j'aurais toujours la solution de briser une fenêtre et de courir, loin et vite. Sur cette pensée, je saute des escaliers, passe devant une zach, et me dirige dans le salon. Comme prévu les trois énergumènes me suivent. Avec une démarche lente mais déterminée.

Je rentre dans la cuisine, et je me plaque contre le mur, couteau tenu fermement en main, et j'attends que le zombie dépasse l'embouchure de la porte pour lui asséner un coup en plein crâne.
Cette situation me rappelle une des nuits dans l'ancienne maison de ma mère. James pleurait, il avait peur des monstres qui venaient de forcer notre barricade. Anya l'avait emmené dans la chambre et caché sous le lit, puis était revenu m'aider. On formait un sacré duo elle et moi, c'était une incroyable combattante. Elle s'était occupée de trois zombies à la suite et moi de deux, puis j'avais refermé cette porte en poussant cette fois une armoire devant. On avait eu de la chance. J'espère que la jeune inconnue se débrouille aussi bien que ma femme...
Sur cette pensée, j'entends le zombie arriver, puis je vois un bras avec une peau jaunâtre qui pendouille par lambeaux. Le crâne ne tarde pas à être à ma portée.
Type d'action Je veux asséner un coup de couteau directement dans le crâne du zack.


Je me retourne attrape l'épaule du zack et enfonce profondément mon couteau dans le haut de son crâne. Je retire le couteau aussi vite qu'il avait été planté et donne un coup de pied dans le corps qui allait s'écrouler en le projetant de ce fait dans le salon. C'était peut être rien mais un corps sur le sol, voilà qui pouvait gêner quelques secondes de plus les prochains assaillants. Un de moins pensais-je. Encore deux à l'intérieur. Et davantage qui arriveront si on ne se barricade pas très vite à nouveau. Je me demandais en me préparant à affronter le deuxième zack, ce qui allait se passer dans l'esprit de la jeune femme. Après tout la porte était ouverte, les deux zack dans le salon puisqu'ils m'avaient suivis. Elle aurait pu tout simplement courir et me laisser là... Qu'est-ce qu'elle va faire ? Voilà à présent la question qui me torturait.


Points de vie restants : 21/25
Munitions restantes ://
Gains des fouilles :3 barres chocolatées
Endroit où je me trouve : Cuisine
Endroit où se trouvent mes ennemis : deux à une zone (Salon), Deux  en approche de la porte d'entrée.


Dernière édition par Azraël Foster le Lun 4 Mai - 7:46, édité 3 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Dim 3 Mai - 11:19

Le membre 'Azraël Foster' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Arme Blanche' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Lun 4 Mai - 13:59

Et tandis que je m’en allais, l’inconnu me proposa l’une de ses trouvailles. Je me retournais vers lui autant surprise par son geste que par le bruit au rez-de-chaussée qui avait retenu toute notre attention. Mon alarme avait fonctionné et nous n’étions désormais plus seuls. Je me penchais par-dessus le palier pour tenter de voir combien d’infectés avaient forcé l’entrée. L’autre survivant me dépassa, pour descendre directement au rez-de chaussée. Bon sang, aucun sang-froid chez ce type ! Pourquoi n’avait-il pas attendu ? On aurait pu créer une diversion, discuté, enfin préparer un plan avant de foncer dans le tas … Je savais bien que cet environnement hostile pouvait vous faire prendre des décisions regrettables mais quand il s’agissait de votre vie, il fallait parfois réfléchir à deux fois. Surtout quand on venait déjà de vous sauver d’un zombie un quart d’heures plus tôt ! J’avouais que l’idée de me fier à ce type me plaisait de moins en moins. Je soupirais et vidais rapidement le contenu de ma boite métallique dans mon sac à dos, attrapant au passage les barres chocolatées laissées derrière lui  par l’inconnu.  Revenue vers l’escalier, il me murmura un plan que je ne contredisais pas. Si ce type préférait gérer deux zombies seuls, très bien. Je hochais la tête, replaçant mon sac dans mon dos, le couteau à la main.

Je descendais les quelques marches qui me séparaient du rez-de-chaussée. Le survivant passé avant moi avait attiré les zombies vers lui en passant par le salon. Devant moi, la porte était grande ouverte et je savais que les zombies ne me voyaient pas, du moins pas encore. Ils suivaient leur proie et l’odeur de son sang frais. Dehors, deux infectés approchaient mais si je courais assez vite, j’aurais le temps d’atteindre les bois, de disparaître. Après tout, j’avais de quoi manger et puis j’avais déjà bien assez aidé ce type. J’avouais que l’idée était vraiment tentante mais l’adrénaline était plus forte. J’aimais bien trop avoir l’occasion de rayer de nouveaux zombies de ma liste pour rater ça. Je refermais la porte pour nous éviter de nouveaux invités, poussant les vestiges du petit meuble que les infectés avaient détruit en entrant. Je me plaçais ensuite dos à la porte, ramassant ce qui ressemblait à un pied de table pour le lancer dans le dos du zombie numéro 3. Celui-ci prit alors ma direction, me dévoilant sa face de macchabée. C’était une femme habillée avec ce qui avait autrefois dû être une robe. Sa bouche était complètement déformée donnant à son visage un aspect à la dernière mode chez les infectés. Elle s’avançait lentement. Trop lentement pour moi qui décidait de délaisser mon poste pour aller à sa rencontre.

Type d'action J’essaie d’abréger la mort de cette pauvre femme

Elle essaya donc de se jeter sur moi avec son appétit mortel habituel mais je la repoussais contre le mur, nous entraînant dans un corps à corps dont je n'avais pas envie. Je n'aimais pas que les choses se compliquent surtout quand mes arrières n'étaient pas assurés. D'ailleurs les choses étaient vraiment en train de tourner au vinaigre. Le zombie numéro 2 avait lui aussi détourner le regard de son premier objectif pour rejoindre la charmante infectée qui était déjà en train de m'en faire baver. Génial. J'étais vraiment en train de regretter cette porte ouverte et cette échappée belle qui me semblait s'envoler très très loin. Ça m'apprendra à jouer les bonnes samaritaines. Il ne me restait plus qu'à espérer venir à bout du zombie numéro 3 assez rapidement pour enchaîner sur son ami le numéro 2 et tout ça sans oublier que la porte d'entrée n'était toujours pas fermée. Décidément cette journée allait être longue, très longue ...


Points de vie restants : 22/22
Munitions restantes ://
Gains des fouilles : une brique de jus de fruit, un paquet de chips et un sachet individuel de biscuits
Endroit où je me trouve : au rez-de-chaussée, dans le salon
Endroit où se trouvent mes ennemis : Un zombie au corps à corps, un second à une zone et deux en dehors de la maison


Dernière édition par June Harmon le Lun 4 Mai - 19:16, édité 3 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Lun 4 Mai - 13:59

Le membre 'June Harmon' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Arme Blanche' :


--------------------------------

#2 'Dé Action' : 4
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Lun 4 Mai - 20:35

Je décidais de me cacher à nouveau derrière le mur blanc de la cuisine. Après tout, si une technique marche une fois, pourquoi pas deux ? J'attendais quelques secondes.. Malgré sa lenteur, le zack aurait déjà dû être à portée de couteau. Je passe la tête dans l'ouverture de la porte et aperçois le second zombie de dos. Je n'avais pas prévu qu'il change de cible si vite. Je regarde autour de moi à la recherche de quoique ce soit qui puisse attirer l'attention. Ma main se pose sur une poêle. Je la lance sur a cible, mais pas moyen qu'il change de direction. En même temps, cela pouvait se comprendre, à sa place aussi j'irai au plus simple. Entre nous se dressait les 3 corps allongés des morts, plus un zombie que je venais de tuer. Aller vers la jeune femme était donc nettement plus rapide et plus simple.

Je voyais mon acolyte du moment se débattre avec un des deux zach restant. La lutte semblait complexe, et le corps à corps inévitable. Elle avait poussé son adversaire contre le mur avec rage, mais finalement ce n'était pas vraiment du gâteau pour elle non plus. Je voulais rayer du monde un deuxième zombie, et pour se faire je m'élance, et saute par dessus les corps afin d'être juste à côté de mon ennemi.

Le zombie allait atteindre la jeune femme et compliquer nettement sa situation, il était plus que temps de s'en occuper. D'autant plus que même si elle n'était pas d'accord, je lui étais quand même redevable. J'aurais pu la laisser se débrouiller avec ses deux zombies et fuir par une fenêtre quelconque afin de semer ceux qui attendent à la porte. Mais ce n'est pas mon genre non plus. Je jette un coup d’œil rapide vers la porte d'entrée. Les restes du meubles ne bloqueront pas longtemps les deux zombies qui s'empressent de nous rejoindre. Il allait falloir être efficace. J'ai aperçu la main d'un zombie dans l’entrebâillement de la porte. Voilà qui ne me disait rien qui vaille...

Type d'action Je veux en finir avec mon zack


J'attrape le zombie qui était de dos et le tire en arrière pour le mettre face à moi et loin de la jeune femme par la même occasion. Comme ça chacun le sien ! Mais le zack s'approche de moi avec virulence. Je tente de lui donner un coup de couteau mais son bras dévie au dernier instant la trajectoire.. L'arme blanche se loge dans son épaule et je rage intérieurement ! Je sors à nouveau ma lame prêt à subir son assaut. Je vois derrière mon adversaire, la porte d'entrée qui tremble sous les secousses. Il faut que je me débarrasse du zombie et que j'aille fermer cette foutue porte !

Points de vie restants : 21/25
Munitions restantes ://
Gains des fouilles : 3 barres chocolatées
Endroit où je me trouve : Salon
Endroit où se trouvent mes ennemis : 2 dans le salon, deux à la porte d'entrée


Dernière édition par Azraël Foster le Lun 4 Mai - 20:44, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Lun 4 Mai - 20:35

Le membre 'Azraël Foster' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Arme Blanche' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Mar 5 Mai - 20:54

Je continuais de me battre bec et ongle avec le zombie numéro 3, tandis que du coin de l’œil, je pouvais voir son acolyte rappliquer et lui aussi prêt à en découdre.  Parfait, comme si je n’avais pas déjà assez à faire avec ce zombie-là. Pourtant, une chose était très claire : hors de question d’appeler à l’aide. Je m’étais mise dans cette situation moi-même et c’était donc à moi de m’en sortir. Et puis j’aimais ça, ce danger, cette peur qu’à chaque instant ma vie puisse s’envoler, c’était ça qui me faisait me sentir encore vivante. Et puis, tant que j’avais encore la force de les tuer, je le ferais.

Alors que je me préparais à devoir repousser un second zombie, l’autre survivant fit son apparition. Il attrapa l’infecté par l’épaule, me laissant à nouveau en tête à tête avec ma partenaire cannibale. Il était grand temps de reprendre la situation en main. D’autant que la relève de l’armée zombie était déjà en marche. Même si nous venions à bout de ces deux-là, deux autres étaient déjà en train de rappliquer. Et ils étaient loin d’être les seuls dans le quartier. Compton avait beau être une petite ville, ses habitants n’en étaient pas moins nombreux. Si certains avaient réussi à fuir, la majeure partie d’entre eux erraient désormais de ça de là dans la ville et encore plus près des habitations qui étaient encore le refuge le plus prisé par les survivants. On ne pouvait pas toujours abandonner tout confort du jour au lendemain : la maison nous rappelle ce que nous avions, elle évoque la sécurité, la famille … Elle est un refuge pour beaucoup et il était hors de question que celle-ci devienne mon tombeau.

Type d'action Je me défends comme je peux contre le zombie numéro 2

Ce zombie était beaucoup plus coriace que je ne le pensais. Elle approchait sa bouche béante d'un peu trop près. Au prix d'un effort colossal, je parvenais à lui donner un coup de tête, la faisant reculer suffisamment pour que je puisse utiliser mon arme.

Type d'action J'essaie à nouveau d'attaquer

Je levais à nouveau mon couteau sur elle et une fois encore, je manquais ma cible. J'avais planté mon couteau dans sa gorge, bien trop bas. Je ramenais mon arme à moi, revenue au même point de départ. Putain, cette saloperie avait vraiment décidé de ne pas mourir ! Cette situation commençait réellement à me faire rager et les choses étaient loin de s'améliorer. Deux zombies arrivaient eux aussi pour se joindre à la fête. Bientôt nos vies ne tiendraient plus qu'à un miracle. Si seulement j'avais pu sceller la porte... Je serrais les dents, espérant que le survivant s'en sortait mieux que moi et que mon prochain coup serait le bon.

Points de vie restants : 22/22
Munitions restantes ://
Gains des fouilles : une brique de jus de fruit, un paquet de chips et un sachet individuel de biscuits
Endroit où je me trouve : au rez-de-chaussée, dans le salon
Endroit où se trouvent mes ennemis : Un zombie au corps à corps, un second au corps à corps avec Az et deux à deux zones


Dernière édition par June Harmon le Mar 5 Mai - 21:07, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Mar 5 Mai - 20:54

Le membre 'June Harmon' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Défense Physique' :


--------------------------------

#2 'Arme Blanche' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Mar 5 Mai - 21:35

C'était maintenant un corps à corps qui s'engageait aussi de mon côté.  J'essaye de le tenir à bonne distance de ma tête mais il a de la force le bougre, et faim d'après son claquement de mâchoire incessant ! Putain mais il va finir par me lâcher ce connard de zombie ! J'en avais marre de contempler son horrible bouche fétide et ses dents pourries. Ses yeux globuleux, injectés de sang  s'étaient posés sur moi et j'étais son futur repas si je n'en venais pas à bout rapidement. J'entends un craquement sourd au niveau de la porte. Elle est sur le point de céder... Elle tiendra encore peut être une minute, mais pas davantage.

C'est pas vrai, merde !!! Pas le temps de regarder comment celle qui m'avait aidé plusieurs minutes auparavant s'en sortait. J'entendais aussi des bruits de combats acharnés. A vrai dire, je veux bien être redevable mais à un moment chacun sa merde, je devais m'occuper d'une chose à la fois.Et ce zack là me donnais du fil à retordre. Voilà qu'il approche sa gueule de mon bras gauche, celui qui était légèrement ouvert. Haaa c'est le sang qui t'attire, petit enfoiré ! Tu vas voir si mon sang est bon ouais !

En parallèle j'entends la combattante et son zombie pousser à nouveau des grognements liés à la lutte.  Si je réussis à défoncer ce zombie, il faudrait que je ferme cette porte avant même de songer à pouvoir  l'aider. Enfin si je l'aide, parce qu'elle serait capable de m'en vouloir. Vu le personnage...

Enfin c'est pas mon problème, et j'y suis pas pour le moment. Le zack donne un coup de mâchoire !

Type d'action Je me défends face au zombie.

Et d'ailleurs ça risquait pas d'être mon problème tout de suite. J'évite son coup de mâchoire de justesse mais déséquilibré je tombe sous le poids du zombie directement sur la table basse qui cède sous le poids combiné de nos deux corps. Le choc est dur à encaisser mais pas le temps de se plaindre je serre les dents et continue de tenir le zombie à l'écart de mon corps.

Et comme si la situation n'était pas assez désespérée, les deux zach qui s'acharnaient sur la porte réussissent enfin à passer...

Points de vie restants : 17/25
Munitions restantes ://
Gains des fouilles : 3 barres chocolatées
Endroit où je me trouve :  Salon
Endroit où se trouvent mes ennemis : deux dans la pièce, deux à la porte ils entrent dans la pièce


Dernière édition par Azraël Foster le Mar 5 Mai - 21:43, édité 3 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Mar 5 Mai - 21:35

Le membre 'Azraël Foster' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Défense Physique' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Ven 8 Mai - 15:16

Je continuais de me débattre avec mon infecté lorsqu’un grand fracas attira mon attention. Apparemment, mon compagnon de fortune n’avait pas l’air de mieux s’en sortir que moi. Autrement dit, les choses se corsaient et les deux zombies que je venais de voir entrer n’allaient pas améliorer les choses. Pourquoi fallait-il qu’il en soit toujours ainsi ? Si seulement j’avais pu refermer cette porte… Je reportais mon attention sur mon zombie. Un mort à la fois et pour l’instant c’était celui-là qui requérait un retour à la tombe imminent.

Type d'action J'essaie d'achever mon ennemi [J'utilise ma compétence]

Lui aussi attirer par le bruit, le zombie détourna la tête me permettant enfin de lui porter le coup fatal. J'enfonçais ma lame dans son crâne sans aucune retenue, pouvant enfin me débarrasser de l'un de ces monstres. Son corps meurtri retomba sur le sol, venant rejoindre ceux des précédents propriétaires. Mais ce n'était pas fini. Deux autres zombies venaient de faire irruption dans le salon, attirés par le raffut causé par l'autre survivant. D'ailleurs il était loin d'être au mieux de sa forme, sa nouvelle chute lui ayant à nouveau fait perdre du sang, faisant de lui la nouvelle proie de tout le voisinage.

Que devais-je faire ? Aider ce type, me focaliser sur les deux nouveaux zombies, fuir ? N'ayant pas vraiment le temps pour de plus ample réflexion, je saisis le zombie qui se trouvait sur lui, le tirant vers moi par les épaules. L'infecté tourna la tête, cherchant à mordre main.

Type d'action Je me débats, essayant de jouer du couteau pour en finir

Heureusement je la retirais à temps, entraînant le zombie au sol avec moi. Je tâchais alors de le maintenir au sol, pour faciliter la tâche au second survivant qui avait maintenant une opportunité en or de tuer ce zombie qui lui avait donné tant de mal.

"Ressaisissez-vous et finissez-le sinon on y restera tout les deux."

Maintenant, il ne me restait plus qu'à prier que ce type mette dans le mille sinon nous finirions en steak pour zombie.

Points de vie restants : 22/22
Munitions restantes ://
Gains des fouilles : une brique de jus de fruit, un paquet de chips et un sachet individuel de biscuits
Endroit où je me trouve : au rez-de-chaussée, dans le salon
Endroit où se trouvent mes ennemis : Un zombie au corps à corps, et deux à une zone


Dernière édition par June Harmon le Ven 8 Mai - 15:37, édité 2 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   Ven 8 Mai - 15:16

Le membre 'June Harmon' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Arme Blanche' :


--------------------------------

#2 'Arme Blanche' :


--------------------------------

#3 'Défense Physique' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
I slithered here from Eden just to sit outside your door [Livre I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une journée éprouvante [PV Eden]
» Mickaël Eden
» Dimitri Payet (by Eden-Hazard)
» Inscription d'Eden Marshall
» Chambre d'Eden, Vesna et Chih-Nii

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall of Man :: 
Anciennes zones de jeux
 :: Coaticook et la Route vers le Nord :: Village de Compton :: Habitations
-
Sauter vers: