AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
[Terminé - Livre I]I need you
MessageSujet: [Terminé - Livre I]I need you   [Terminé - Livre I]I need you EmptyMar 1 Mar - 17:54


    Morte.Elle était morte. Si jeune et déjà disparue. Le genre de nouvelle qui me ramenait brutalement à la réalité... Si notre petite expédition au centre commercial avec Alessio, Morgane et Katarina ne s'était pas trop mal passée, celle d'Arianne, Beth et Ryan avait été une catastrophe et s'était terminée dans des circonstances tragiques. Arianne était revenue seule... Ravagée de chagrin, traumatisée. Elle avait perdu ses deux compagnons dans cette morbide aventure. Ryan avait été mordu et Beth n'avait pas pu se résoudre à l'abandonner. Ils étaient morts ensemble. C'était tragiquement romantique quelque part. Mais mon cœur était de plomb. Et les larmes ne cessaient de dévaler sur mes joues une fois la nouvelle assimilée et l'état de choc passé. J'avais tellement apprécié la jeune Beth... j'avais trouvé en elle une amie et nous avions pu parler longuement, j'avais pu lui transmettre mes connaissances médicales alors qu'elle se vouait à soigner les autres également, comme Ryan. Après avoir perdu Miria, même si elle n'était pas morte, du moins, j'espérais que c'était encore le cas, je perdais deux autres personnes admirables... Les meilleurs d'entre nous... Les plus gentils et dévoués.Alors c'était ainsi que cela devait se passer ? Les loups comme Alessio et Morgane vivaient, quand les autres mouraient ? Combien de temps avant que cela ne m'arrive ? Et qui me pleurerait ? Je pleurais Beth et Ryan... Ariane les pleurait aussi. Mais les autres ? Les regretteraient-ils ? Trouveraient-ils leur mort triste ? Ou bien cela faisait simplement partie de la loi du plus fort et il n'y avait pas à perdre de temps à pleurer des morts... J'avais peur de connaître la réponse. J'avais rejoint une bande de loups et finalement, je n'étais là que parce qu'Alessio y était et me protégeait. Tout le monde savait qu'il m'avait prise sous son aile. Sans cela... j'aurais été abandonnée dans un coin depuis un moment. Heureusement que je pouvais au moins me rendre utile par mes compétences médicales et ainsi soigner petits bobos et maladies, dans la limite des moyens qu'on mettait à ma disposition, parce que sinon, j'aurais vraiment été inutile...Je m'étais isolée un long moment, pas trop loin cependant. Je n'avais pas envie d'être tuée, malgré mon chagrin et mon désespoir passager. C'était terrible de se dire que Ryan et Beth n'auraient pas de sépulture décente. Mais au moins, ils ne deviendraient pas non plus des zombies. C'était un moindre mal. Je frissonnais pourtant en imaginant les charognards déchiqueter leurs cadavres. Le froid allait les conserver pour le moment, mais ce ne serait que temporaire. Je frissonnais violemment alors que j'étais moi-même transie. Des bruits de pas me firent me retourner et je ne fus pas surprise de voir Alessio approcher. Naturellement, il ne pleurait pas la perte de deux compagnons... Il ne pleurerait même pas ma mort, malgré tout ce que nous avions traversé ensemble. Il ne tenait pas vraiment à moi. Il ne faisait que son devoir.Je me sentais si seule...« Ne dis rien. Je sais, c'est stupide, ils sont morts, et ce ne sont ni les premiers, ni les derniers... Cela aurait pu être pire, ils auraient pu être zombifiés. Et je devrais m'estimer, moi d'être heureuse. »Mes joues étaient encore toutes humides, ma voix tremblante. Je devais vraiment lui apparaître comme pathétique et faible. Je n'aurais pas du m'en soucier, mais son avis m'importait, étrangement. Et je craignais qu'il ne soit pas souvent favorable. Je me levais alors, avant de m'approcher d'Alessio.« S'il te plaît, ne dis rien. »Et je me lovais dans ses bras, sans lui demander son avis, juste pour avoir l'impression d'être en sécurité, que quelqu'un compatissait, que lui, tenait un peu à moi. J'avais enfouie mon visage dans mes mains, ma tête reposant contre son torse. Juste pleurer en silence dans sa chaleur. Je tremblais comme une feuille.

_________________
Be Human
I can't choose between survive and my humanity.
Moïra O'Brien

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Moïra O'Brien
I'm STILL human
Messages : 867
Membre du mois : 2
J'ai : 30 ans
Je suis incarné(e) par : Leighton Meester
Crédit(s) : © Classwhore & Hedgekey
Je suis un(e) : Docteur Queen
Vos Liens :
Spoiler:
 

I'm STILL human
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre I]I need you   [Terminé - Livre I]I need you EmptyMar 1 Mar - 19:10


    Pensif, je nettoyais mon petit bébé. Sous entendu mon flingue. De ce que je savais on venait perdre deux bouches a nourrir. Dans l'absolu, j'en avais un peu rien à battre, au moins, on aurait plus de bouffe. Ouais c'était pas une pensée sortie du cul de saint Pierre et j'en avais pas honte. Fallait pas se leurrer, c'est bien beau de crever par amour mais  c'était débile au possible. La gosse aurait mieux fait d'abandonner son mec et de se tirer. Mais après, j'avais pas de remède contre la connerie, tant pis pour eux j'avais envie de dire.  Je passai soigneusement un chiffon sur le canon de mon arme et je relevais les yeux.

    Moïra en pleine déprime. Elle n'avait toujours pas bouger de sa place, je retins un soupir presque agacé. Ca servait a rien de déprimer bordel ! Eux étaient morts et pas nous, je voyais pas le soucis. Enfin moi je le voyais pas, Moïra c'était autre chose. Elle était pas foutue de faire sa glacière, elle ressentait tout avec trop de sensiblerie, c'était sans doute la plus grosse différence entre elle et moi d'ailleurs. Elle était compatissante, avait des remords et des regrets quand moi j'en avais rien a foutre. Je ne réfléchissais jamais réellement aux conséquences de mes actes parce que je m'en moquais. Je faisais ce qu'il y avait à faire et c'était tout et ça c'était un truc que la toubib saisissait pas encore venant de moi. OU plutôt qu'elle faisait semblant de ne pas voir.Je fini par ranger mon arme dans la poche intérieure de mon blouson et me levai en soupirant avant d'aller la rejoindre.  J'esquissais un sourire en coin lorsqu'elle entama les hostilités. La vache, elle avait bien apprit a me connaître quand même, mais je compris le message, j'allais pas la faire chier avec mes petits discours cyniques. En fait, j'en avais même pas eu l'intention en fait. Je savais même ce que je foutais vers elle alors que j'avais horreur qu'on pleure dans mon giron. Mais elle je pouvais le lui permettre, d'ailleurs ça ne tarda pas et je posai une main sur son crâne et l'entourais d'un bras au lieu de la repousser. Je pense que je me serais manger une tarte si je l'avais fait. Bon j'étais un insensible selon ses critères a elle, mais ce n'était pas tout à fait le cas quand même. Juste que je savais quoi faire pour survivre.

    « Tu commence a trop bien me connaître toubib. »

    Je glissais sur son visage pour attraper son menton pour la regarder. Elle avait des yeux de lapin russe.

    « Ca va aller Moïra. »

    Tant qu'elle me collerais aux basques quoi..

_________________
Parce que ce monde est totalement pourri, j'en suis devenu un, mais honnêtement, a-t-il réellement suffit d'une pandémie ?
“Alessio.” .narnienne.
Alessio V. Gagliardo

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Alessio V. Gagliardo
Fuck this shit
Messages : 84
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Ben Barnes
Crédit(s) : Schizophrenic
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Fuck this shit
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre I]I need you   [Terminé - Livre I]I need you EmptyMer 2 Mar - 11:45


    Je hochais la tête contre la poitrine d'Alessio. Oui, je commençais à bien le connaître. Cela faisait un moment que nous baroudions tous les deux. Et j'avais eu tout le loisir de comprendre sa mentalité au fil de nos péripéties. Alessio ne s'attachait à rien, ni à personne. Il faisait son bonhomme de chemin, profitant des opportunités que pouvaient lui offrir les autres survivants, mais les abandonnant sans remords si sa peau était en jeu. Je ne pouvais pas attendre d'un mec qui avait grandi au sein de la mafia d'être... compatissant. Pourtant, il n'était pas foncièrement mauvais. Juste... individualiste. Quand il était dans la mafia, il devait forcément être loyal à sa famille, non ? Je l'imaginais bien leur être totalement dévoué. Mais de sa famille, il ne restait rien. Et personne n'avait su gagner sa loyauté. La mériter.

    Une petite voix perfide me souffla que moi, je l'avais. Que parce que je lui avais retiré cette balle et n'en avais jamais soufflé mot à personne, il avait une dette envers moi. Mais cette loyauté là n'était pas gagnée parce qu'il me respectait ou m'appréciait. Ce n'était qu'une histoire d'honneur tordue. J'en profitais pourtant, de sa protection. C'était bien grâce à lui que j'étais arrivée en vie jusqu'ici... Je n'étais absolument pas taillée pour la survie en milieu zombie ! J'étais une petite poupée aux goûts de luxe, avec un dressing rempli de vêtements hors de prix et de chaussures de toutes sortes, qui s'était noyée dans son travail. Autant dire, le fardeau inutile dés lors qu'il fallait éviter les morts vivants, voire leur exploser le caisson.

    Sans compter que même si j'avais un certain instinct de survie, j'éprouvais des difficultés à ne pas me précipiter sur quelqu'un qui avait besoin d'aide, au péril de ma vie... Un travers qu'Alessio avait bien du mal à supporter et nous en avions eu des engueulades à ce sujet, alors qu'il m'empêchait d'intervenir et me traînait derrière lui en me rudoyant violemment de ma bêtise. Pour lui, il n'y avait jamais rien à faire de toutes façons. Il serait pourtant bien heureux que je tente l'impossible si c'était lui qui se retrouvait blessé, non ?

    J'avais prit un risque en décidant de quêter sa tendresse. Il pouvait très bien ne pas me rendre mon étreinte, voire m'envoyer bouler. J'avais donc prit les devants, en lui faisant simplement comprendre que je n'exigeais rien de lui, sinon un peu de réconfort. Il n'avait même pas besoin de me serrer contre lui. Il pouvait très bien se la jouer balais dans le cul et ne pas bouger, raide comme un piquet. Alors je fus surprise, agréablement, de sentir sa main derrière ma tête et l'autre dans mon dos. Je me serrais plus étroitement contre lui, avide de sa chaleur. Avide de tendresse, même si, chez Alessio, ce n'était pas vraiment une qualité première.

    Il finit par se saisir de mon visage. Je devais vraiment avoir une mine épouvantable. Et dire qu'avant, je ne sortais jamais sans être impeccablement coiffée et maquillée, même après de longues heures de travail ou une nuit trop courte... Ma coquetterie en avait vraiment prit un coup. Mais Alessio m'avait déjà vu dans des états pires encore... Choquée, hystérique... Vraiment, il devait avoir une patience d'ange pour ne pas avoir décidé qu'il avait suffisamment honoré sa dette et m'abandonner dans un coin. Mais n'y avait-il vraiment qu'une histoire de dettes entre nous, après tout ce temps ? J'avais passé les premiers temps à le détester d'être si dur, à le maudire. Et puis... je m'étais attachée à lui. J'en étais même venue à l'apprécier. Désormais, je lui rendais coup pour coup dans nos petites joutes verbales. Je tressaillis quand il ajouta que ça irait... En prononçant mon prénom. Pas Toubib ou Doc, comme il le faisait souvent, mais Moïra, ce qui demeurait rare. Je hochais la tête, en reniflant.

    « Parce qu'il faut bien que ça aille... Et puis il y en aura d'autres... Encore et encore. »

    A quoi bon ? Je comprenais la stratégie d'Alessio de ne pas s'attacher. Au moins, il n'avait personne à pleurer... Oh certains du groupe pouvaient mourir, je surmonterais ma peine plus facilement. Mais pas des victimes innocentes comme Beth et Ryan...

    « Pourquoi est-ce qu'on se bat pour notre vie Alessio ? Qu'amène celle-ci hormis la peur, la mort et le désespoir ? Il n'y a plus de joie, plus rien de beau, rien à construire, aucun avenir... Alors pourquoi ? Qu'est-ce qui te pousse à vivre coûte que coûte ? »

    Je pouvais comprendre Beth... Sa seule source d'espoir était Ryan. Lui perdu, il ne lui restait rien...

_________________
Be Human
I can't choose between survive and my humanity.
Moïra O'Brien

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Moïra O'Brien
I'm STILL human
Messages : 867
Membre du mois : 2
J'ai : 30 ans
Je suis incarné(e) par : Leighton Meester
Crédit(s) : © Classwhore & Hedgekey
Je suis un(e) : Docteur Queen
Vos Liens :
Spoiler:
 

I'm STILL human
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre I]I need you   [Terminé - Livre I]I need you EmptyDim 6 Mar - 19:08


Un coin de ma bouche se pinça. Rha ! J'avais vraiment du mal avec les optimistes du genre de Moïra ! Bordel !

« Tu préfère que j'te mente Toubib ? Parce que ça j'peux le faire aussi, mais je suis pas sûr que c'est s'que tu veux entendre. »


Ouais enfin, même moi ça me ferait chier de déblatérer des mots aux quels je croyais même pas quoi ! Et puis je ne lui avais jamais mentit non plus, j'me voyais mal le faire maintenant, même si c'était pour qu'elle se sente mieux. De toute façon, elle ne me croirait pas, parce que c'était comme ça. On menait une putain d'existence de merde maintenant et fallait faire avec. Et elle continua sur sa lancée...Ok...

« T'es au courant que j'ai rien d'un psy ? Je me pose pas ce genre de question Doc. En fait, j'te dirais même que ça se posait aussi avant l'attaque des morts pour moi. Tu te d'mande pourquoi tu respire toi ? »

Je soupirai en effaçant une larmichette perdue sur sa joue. Paye ta meuf émotive quoi ! Mais bon, c'était peut être ce qui rendait Moïra attachante d'une certaine façon. J'avais jamais eu l'habitude des nanas dans son genre, collée montée, classe, voir même trop classe pour un type comme moi et pas prête a bouffer son voisin pour survivre. Parce que c'était clairement ce qu'on était obligé de faire maintenant. Buter le voisin avant qu'il n'ai la même idée que vous quoi. Alors ouais j'avais un mode de pensée primitif mais c'était le mien. Pour moi la ligne droite était la plus simple a suivre plutôt que se paumer dans des virages sans queue ni tête.

« Écoute Toubib, je sais pas gérer les dépressifs alors tu vas m'éviter ça ok ? Si je te dis que ça ira, parce que là au moins, je suis sûr de ce que je dis. Ouais la vie est une pute, mais elle l'était tout autant avant, sauf que toi, tu le voyais pas encore. Ouais ça fait chier pour ces deux jeunes et même que je serais moins cynique, je trouverais le sacrifice de la gamine très beau, mais faut pas se leurrer, ça n'a servir strictement à rien. J'peux comprendre que tu te sente mal pour eux, mais faut pas non plus penser a sauter d'un pont, tu saisis ? Je sais pas où on va, ni même si ça ira mieux dans quelques temps, mais j'vais pas me laisser crever dans un coin pour autant et si il faut que j'te botte le cul, je le ferais. »

Comme je l'avais déjà fait d'ailleurs, mais j'me faisais pas trop de soucis, Moïra était pas une dépressive. Enfin j'espérais quand même parce que j'allais pas aimé lui coller des tartes pour qu'elle mette un pied devant l'autre.

_________________
Parce que ce monde est totalement pourri, j'en suis devenu un, mais honnêtement, a-t-il réellement suffit d'une pandémie ?
“Alessio.” .narnienne.
Alessio V. Gagliardo

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Alessio V. Gagliardo
Fuck this shit
Messages : 84
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Ben Barnes
Crédit(s) : Schizophrenic
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Fuck this shit
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre I]I need you   [Terminé - Livre I]I need you EmptyVen 11 Mar - 15:03

    Qu'est-ce que je voulais entendre au juste ? Que tout irait bien ? Que les choses s'arrangeraient ? Alors même que je savais que c'était totalement faux ? Ou bien la vérité brutale : nous n'avions finalement aucun espoir et nous ne pouvions qu'avancer au jour le jour en nous estimant heureux d'être encore là ? Parce que cette vérité là... Elle ne me satisfaisait pas. L'être humain avait besoin d'un but dans la vie. Et il s'était avéré que survivre, n'était pas un but suffisamment important pour moi. J'aspirais à plus... A être utile sans doute. A avoir une place dans une société qui n'existait plus mais qui était à reconstruire. Oui, quelque part, j'espérais que les survivants finiraient par fonder une nouvelle civilisation, à l'abri de hauts murs solides, afin de laisser les morts dehors. Ce ne serait jamais plus comme avant, mais ce serait quand même quelque chose de construit, de structuré. Un projet. Et là, nous n'en avions aucun... Et je confiais à Alessio ce qui me troublait. Sans vraiment penser qu'il m'apporterait une réponse sur un plateau. Parce que lui et moi nous ne fonctionnions pas de la même façon.

    Il ne me rembarra pas vraiment d'ailleurs. Il me fit juste remarquer qu'il n'avait rien d'un psy, ce que je savais parfaitement. Parce que la psychologie et Alessio, ça faisait 50, au bas mot. Il n'avait pas une once d'empathie ou de compassion. Et moi, j'en avais beaucoup trop. Étonnant que notre binôme ai pu fonctionner dans ces conditions, n'est-ce pas ? Je ne pouvais demeurer indifférente face à la mort de quelqu'un. Sauf de mon pire ennemi... Mais sinon, non. Surtout quand c'étaient deux personnes jeunes et adorables, qui avaient la vie devant elles... C'étaient ces personnes là qui partaient les premières, je devais me faire une raison. Sans aucune surprise, il me répliqua qu'il ne s'était jamais posé cette question... Même avant. Je savais qu'à l'heure actuelle, il se montrait doux et patient avec moi. Même si ses paroles pouvaient être dures.

    « Tu n'avais aucun but avant ? Juste... Juste faire ton job pour ta famille et rien de plus ? Pas de rêves, pas d'espoir, pas d'aspiration ? As-tu seulement été heureux Alessio ? »

    Je ne l'enviais pas. Si ce qu'on vivait actuellement ne le changeait pas beaucoup de sa vie avant... C'était ce qui lui permettait de prendre tout cela sereinement et de nous permettre de nous en sortir tous les deux mais... merde, à quoi bon vivre si on n'en tirait absolument aucun plaisir ? Et en même temps, cela semblait tellement logique quand je le voyais. Je ne l'avais jamais vu se réjouir de rien, jamais sourire sincèrement, heureux de quoique ce soit. Même dans ce cauchemar, j'arrivais encore à avoir des petites étincelles de joie parfois, grâce aux autres... Grâce à des gens comme Beth... Penser à elle me rappela brutalement sa perte...

    « Non, son sacrifice ne lui a servi à rien, hormis souffrir de la perte de quelqu'un qu'elle aimait... »

    Et je pouvais comprendre qu'elle n'ai guère hésité à ce sujet. Avant... Avant il y avait des choses auxquelles se raccrocher. Avant faire son deuil était déjà difficile, mais désormais, quand les relations humaines étaient déjà si rares et si précieuses, il était encore plus difficile de s'en remettre. Certains choisissaient de ne plus s'attacher. Mais pouvait-on seulement faire un tel choix ? La tête pouvait-elle commander le cœur ? L'être humain était naturellement sociable... Même malgré lui. Quoiqu'en dise Alessio, lui aussi avait besoin de relations humaines, aussi froides puissent-elles être. Je laissais échapper un petit rire sarcastique, repoussant doucement Alessio en m'essuyant les joues.

    « Ne t'en fais pas va, je ne vais pas t'imposer ma compagnie dépressive. Mais j'ai quand même le droit de pleurer des gens que j'appréciais. Ne l'as-tu donc jamais fait ? Personne n'a-t-il donc jamais compté pour toi ? Si je me faisais tuer ou mordre, me balayerais-tu de ta vie aussi facilement ? »

    Oups... C'était la question de trop. Je n'aurais pas du, parce que je ne voulais pas l'entendre me répondre que je n'étais rien qu'un contrat à honorer pour lui, une dette d'honneur. Je détournais le regard, essayant de retrouver une mine potable.

_________________
Be Human
I can't choose between survive and my humanity.
Moïra O'Brien

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Moïra O'Brien
I'm STILL human
Messages : 867
Membre du mois : 2
J'ai : 30 ans
Je suis incarné(e) par : Leighton Meester
Crédit(s) : © Classwhore & Hedgekey
Je suis un(e) : Docteur Queen
Vos Liens :
Spoiler:
 

I'm STILL human
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre I]I need you   [Terminé - Livre I]I need you EmptyDim 20 Mar - 11:30

Je me retins de lever les yeux au ciel. Pourquoi Moïra s'obstinait elle a vouloir comprendre ce que je ressentais ou ce que j'étais ? Enfin si je pouvais comprendre évidemment mais les questions existentielles c'était pas pour moi. Je ne m'étais jamais posé de questions et je préférais que cela reste ainsi. Bon jétais partit pour être un exutoire a sa frustration, j'le sentais bien comme ça. Je pouvais supporter. Si, si, on y croyait.

« Moïra, arrête de vouloir me psychanalyser tu veux ? J'ai toujours fait ce que j'avais à faire, Toubib. C'était pas la panacé sans aucun doute même, mais c'était comme ça avant. J'ai repris le job de mon père et j'ai protégé ma mère, c'est tout ce que tu as a savoir. Si j'ai été heureux ou non ne rentre pas en ligne de compte. »

Rha c'était difficile de lui expliquer la chose ! Et a vrai dire, comment lui répondre si moi même je n'aimais pas ce genre de question à la con.

« Ecoute Toubib, je pense qu'on sera jamais réellement d'accord sur le sujet. »

Soupirais je. Bah, je pouvais pas lui en vouloir d'espérer mais je crois que c'était encore pire quand elle désespérait en fait. Évidemment, je ne pris pas vraiment de gants pour lui parler et je ne l'avais jamais fait. Ca servait à rien de commencer maintenant. Je la laissai donc m'échapper et me déverser son gentil fiel sur la gueule. Mouais, elle était mignonne quand elle s'y mettait. Je soupirais lourdement :

« Franchement, je suis pas un enfant de choeur Doc et je crois que je ne te l'ai jamais caché, mais si j'étais si sans cœur que ça, je t'aurais laissé crever une paire de fois. »

Je lui posai la main sur l'épaule avant de le retourner vers moi.

« Pleure tant que tu veux, Moïra, mais faudra se relever et tu le sais aussi bien que moi. Te poser des questions inutiles te fait peut être du bien mais faut pas que ça devienne une habitude. Oui c'est la merde et non je te balayerais pas comme ça de ma vie, ça te va comme ça ? »

Quoi ? Comment ça ça se voyait que j'étais agacé ? Ouais et encore j'étais calme comparé a d'autre fois et encore, je crois qu'elle ne m'avait jamais vu réellement en rogne et valait mieux pas. J'étais pas un tendre et ça n'allait pas commencer avec elle.

_________________
Parce que ce monde est totalement pourri, j'en suis devenu un, mais honnêtement, a-t-il réellement suffit d'une pandémie ?
“Alessio.” .narnienne.
Alessio V. Gagliardo

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Alessio V. Gagliardo
Fuck this shit
Messages : 84
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Ben Barnes
Crédit(s) : Schizophrenic
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Fuck this shit
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre I]I need you   [Terminé - Livre I]I need you EmptyLun 21 Mar - 10:37


    Je regardais Alessio, comme s'il avait parlé chinois. Et c'était un peu le cas alors que des considérations comme le bonheur semblaient lui passer totalement au dessus de la tête. Ce type était un ovni, une machine, je ne voyais pas d'autre explication. Non mais... sérieusement ? Voilà à quoi se résumait son existence ? Prendre la relève de son père, protéger sa mère et voilà tout ? Et ses désirs ? Ses ambitions ? Merde, la vie ce n'était pas simplement faire ce que l'on attendait de nous... mécaniquement ! Cela servait à quoi d'avoir des émotions, un libre arbitre ?

    « Mais bien sûr que si cela rentre en ligne de compte ! Enfin Alessio, c'est ce qui nous différencie des animaux, rien de moins ! »

    Et là, à l'entendre, franchement, il aurait aussi bien pu être un loup ou n'importe quel animal que son existence aurait été la même. C'était affligeant. Et si je n'arrivais pas à lui faire adopter mon point de vue, je n'arrivais pas davantage à comprendre le sien... J'essayais mais... Sa vie me semblait tellement triste... Sans attraits. Faire son job, tabasser des putes. Ouah, génial, vraiment génial. C'était aussi profond que de jouer à GTA tiens. Je fis la moue quand il conclut que nous ne serions jamais d'accord sur le sujet. Il avait raison.

    « Apparemment. Mais je comprends mieux que tu n'ai aucun mal à te passer de quelque chose que tu n'as pas connu. »

    Est-ce que je l'enviais ? Non en fait. A cet instant, je préférais avoir eu des moments de joie, de satisfaction, quitte à les pleurer aujourd'hui. Au moins, il n'y avait rien à regretter et j'avais tout de même vécu ma vie comme je l'entendais avec plus ou moins d'intensité. Et ces souvenirs me réconfortaient quand je n'avais pas le moral, même s'ils me déprimaient de prime abord. J'attaquais Alessio. Parce que je n'avais que lui comme cible, parce que je ne le comprenais pas, parce qu'il m'exaspérait à tout prendre sans émotions. Et moi là dedans ? Qu'est-ce que j'étais pour lui sinon une dette d'honneur dont il s'était déjà acquitté un nombre incalculable de fois ? Pourtant, il restait toujours à mes côtés... pas si sans cœur que cela, vraiment ? Je pinçais les lèvres.

    « Alors quoi, tu as pitié de moi ? »

    C'était cela que je lui inspirais, outre le devoir ? Me voyait-il comme un pauvre petit chiot abandonné dont il fallait s'occuper ? Pauvre petite toubib qui n'avait rien à faire dans ce monde là ! Je voyais déjà le truc... Et c'était humiliant d'être si dépendante d'un type. Un sale type. Un connard arrogant. Ah j'avais envie de le frapper. Et de l'embrasser aussi. De provoquer sa tendresse à mon égard, de trouver un peu de bonté en lui. Pauvre fille... Combien avaient du avoir ce désir et s'étaient cassées les dents sur son cynisme et son indifférence ? J'étais vraiment totalement déphasée et chamboulée avec tout cela. Je ne raisonnais plus clairement. Je luis fis face, alors qu'il m'y forçait plus ou moins, relevant le menton vers lui, bravement. Ou du moins, j'essayais d'être brave.

    « Des questions inutiles pour un esprit étriqué qui n'a fait que foncer droit devant lui sans jamais se poser de questions... Et qui comme ça, n'a pas besoin de s'appesantir sur la vacuité de sa vie, c'est commode. »

    C'était petit, mesquin et méchant. Et en plus, il n'en avait rien à foutre. Je soupirais.

    « C'est une question de point de vue. »

    Cependant, elle lui jeta un regard perçant quand il avoua avec sa délicatesse habituelle qu'il ne la balaierait pas si facilement de sa vie.

    « Pourquoi ? »

    C'était sans doute la question de trop. Il allait se braquer, m'envoyer chier et fin de la discussion. Je m'accrochais alors à son manteau, froissant le tissu entre mes doigts, l'empêchant de m'envoyer paître.
    .

_________________
Be Human
I can't choose between survive and my humanity.
Moïra O'Brien

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Moïra O'Brien
I'm STILL human
Messages : 867
Membre du mois : 2
J'ai : 30 ans
Je suis incarné(e) par : Leighton Meester
Crédit(s) : © Classwhore & Hedgekey
Je suis un(e) : Docteur Queen
Vos Liens :
Spoiler:
 

I'm STILL human
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre I]I need you   [Terminé - Livre I]I need you EmptyLun 21 Mar - 20:04


    Ah mais ! Je parlais chinois ou quoi ?! Il était clair que l'on avait pas la même façon de voir la vie, c'était inutile de vouloir me faire changer d'avis, tout comme je ne cherchais pas à lui imposer ma vision des choses !

    « Nan Doc, ce qui nous différencie des animaux, c'est notre tendance a l'autodestruction, désolé pour toi, je suis un pessimiste mais pas un suicidaire. Y a qu'a voir dans quel état tu te mets. »

    Trop de sensiblerie, ça vous tuait c'était tout ce qu'il y avait a comprendre et si je l'avais été, j'aurais sans doute pas dépassé l'âge de 16 ans. Mais ça, elle pouvait pas et ne voulait pas le comprendre dans sa petite vie de bourgeoise tranquille. Mais c'est qu'elle commençait sérieusement à me courir sur le haricot merde ! Et ça devait se voir a ma mâchoire crispée en prime. Rha bordel ! Elle m'avait déjà foutu en rogne avec ces caprices a la mort moi l'noeud mais là, elle franchissait allègrement mes limites

    « T'es mignonne Doc mais si t'en veux au monde entier, évite de t'en prendre à moi, sinon ouais là j'aurais pitié de toi c'est clair. Je suis pas un puching ball pour petite pétasse friquée, tache de pas l'oublier, tu commence a me taper sur les nerfs et tu m'aimera pas en colère. »

    Je croisai les bras sur ma poitrine, résistant a l'envie de la secouer comme un prunier. Je l'avais jamais baffé, bousculer ça oui, mais frapper nan. Mais avouons que là, ça me démangeait la mimine histoire de voir ses neurones reprendre leur place dans sa caboche de brune idiote.

    « Quoi pourquoi ? Tu préfère que j'te laisse crever dans la merde où tu as l'habitude de te foutre Moïra ? Nan parce qu'il suffit de demander hein ! »

    Je ne cherchais pas forcément a me défaire de sa poigne de mouche sur mon blouson, c'était pas come si je pouvais pas l'envoyer bouler d'une pichenette si l'envie m'en prenait. Néanmoins, je mêlais mes doigts a ses cheveux et les serra dans mon poing, la forçant approcher son visage du mien :

    « A ce que je sache, ça a pas eu l'air de te faire chier que je sois un esprit étriqué qui se pose pas de question quand il s'agissait de te sauver les miches, Doc, alors me pousse pas à bout avec ton petit jugement débile. Ils sont morts, toi pas, alors pleure les un bon coup mais t'en prends pas a moi. Capish ?»


_________________
Parce que ce monde est totalement pourri, j'en suis devenu un, mais honnêtement, a-t-il réellement suffit d'une pandémie ?
“Alessio.” .narnienne.
Alessio V. Gagliardo

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Alessio V. Gagliardo
Fuck this shit
Messages : 84
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Ben Barnes
Crédit(s) : Schizophrenic
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Fuck this shit
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre I]I need you   [Terminé - Livre I]I need you EmptyJeu 7 Avr - 10:38


    « Je ne suis pas suicidaire ! »

    Je prenais sans doute de travers ses paroles, mais en attendant, j'étais piquée au vif qu'il puisse penser cela de moi. Après tout ce que j'avais pu vivre, il me semblait avoir prouvé à ce mafieux de malheur que même si je n'avais pas été élevée avec un flingue dans la main, je n'étais pas non plus une petite chose fragile qui se mettait à pleurer à la moindre contrariété... Bon d'accord, il m'arrivait souvent de pleurer, mais c'était quelque chose de sain. J'évacuais ma colère ou ma tristesse, je me purifiais d'une certaine façon et après, je pouvais de nouveau relever la tête et continuer le combat. La question était de savoir le combat pour quoi ? Juste vivre, survivre, sans aucune perspective d'avenir... J'avais besoin d'un but un peu plus évolué que cela et Alessio ne le comprenait pas. Et nous étions en train de nous disputer... Sauf que je n'avais pas peur d'Alessio. Déjà parce que jamais il n'avait levé la main sur moi. Pour une raison qui m'échappait d'ailleurs, parce qu'il ne se privait pas sur les autres quand on le cherchait. Mais aussi parce que j'étais en colère et que je n'avais pas l'intention de me ratatiner devant lui.

    « Et je ne suis pas une pétasse. Petite et friquée, ouais, autrefois, mais pétasse jamais. Me confond pas avec toutes ces pauvres filles que t'a fréquenté. Si tu cherches une pétasse, il y a Morgane. »

    Alors c'était sûrement très arrogant, mais c'était vrai. Il n'avait fréquenté que la lie de l'humanité, la misère, le crime. Moi, j'étais d'un tout autre pedigree, même s'il trouvait cela ridicule, même s'il pouvait cracher sur la petite bourgeoise que j'avais été, qui ne connaissait rien à la vie et avait vécu dans son petit cocon douillet au point d'être incapable de survivre seule dans ce monde apocalyptique. Je prenais souvent ombrage de son jugement à ce sujet d'ailleurs. C'était ridicule, mais c'était ainsi. Je n'avais pas honte de ce que j'avais été ni de ce que j'étais. Je n'avais pas honte de désirer vouloir aider mon prochain, de vouloir sauver ceux que je pouvais sauver. C'était ma raison d'être désormais.

    Je lui demandais alors pourquoi est-ce qu'il s'encombrait avec moi puisqu'il avait une si piètre opinion de moi, puisque j'étais un boulet qu'il devait traîner et à qui il devait sans cesse sauver les miches. C'était vrai après tout, sa dette était payée depuis longtemps, alors pourquoi s'encombrer avec moi quand il lui serait aisé de continuer en solo, en se liant avec des nanas comme Morgane qui avait la même mentalité que lui et qui serait toute disposée à justement jouer les pétasses pour lui ? Sauf qu'il ne répondit pas à ma question, me faisant soupirer d'exaspération.

    « Bien sûr que non, idiot ! »

    Ce n'était pas ce que je demandais ! Ce qu'il pouvait être obtus, c'était affligeant. Il agrippa alors mes cheveux, rapprochant mon visage du sien et un frisson me parcourut. Mais ce n'était pas un frisson de peur non. C'était autre chose, de beaucoup moins normal dans cette situation. C'était de l'excitation. Voilà que je me mettais à être excitée par ce genre de rapport de force... C'était n'importe quoi. Je le défiais du regard quand il mit les points sur les i.

    « Putain, Alessio, ta dette est honorée et largement ! Tu m'as sauvée les miches plus de fois que je ne peux m'en rappeler. Je n'ai fait que t'extraire une balle, recoudre ta plaie et fermer ma gueule sous la pression d'un canon de flingue ! Tu peux retrouver ta liberté et cesser de te préoccuper d'un boulet dans mon genre ! Suis pas le genre de nana avec qui un mec comme toi fait équipe. J'suis pas une Morgane, qui sait se battre et n'a besoin de personne, t'aurais pas à risquer ta vie pour une nana comme elle ! T'aurais pas ce genre de discussion avec elle ! Elle te prendrait pas la tête avec ses états d'âme ridicules elle. »

    Pourquoi je faisais une fixette sur Morgane au juste ? Parce que cette nana était tout ce que je n'étais pas... Elle était forte, assurée, indépendante. Et tellement le genre d'un mec comme Alessio... Rien ne le retenait auprès de moi. Son histoire de dette, c'était du pipeau désormais.


_________________
Be Human
I can't choose between survive and my humanity.
Moïra O'Brien

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Moïra O'Brien
I'm STILL human
Messages : 867
Membre du mois : 2
J'ai : 30 ans
Je suis incarné(e) par : Leighton Meester
Crédit(s) : © Classwhore & Hedgekey
Je suis un(e) : Docteur Queen
Vos Liens :
Spoiler:
 

I'm STILL human
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre I]I need you   [Terminé - Livre I]I need you EmptyVen 8 Avr - 17:51

]

    Si y a un truc que je capterais jamais, c'était bien les gonzesses ! Je comprenais pas comment elle ne pouvait entrevoir mon mode de pensée plutôt simpliste selon elle et merde pourquoi je cherchais à me justifier bordel ! Je ne l'avais jamais fait, je n'allais pas commencer maintenant si ? Elle me tapait sur le système surtout en fait. J'aimais pas la voir à moitié dépressive surtout pour des guguss assez idiots pour se laisser bouffer comme des abrutis. La vie était déjà pas terrible si en plus on prenait des risques inutiles...Bon j'étais pas totalement un monstre hein, je pouvais comprendre la peine de Moïra même moi ça me faisait un peu chier pour ces deux jeunes, mais autant le dire, ils avaient choisis, on y pouvait plus grand chose. Seulement la doc sembla penser que je ferais un magnifique punching-ball, me foutant dans la gueule mon humanisme légendaire. J'étais pas d'accord moi, c'était clair ? Par contre je haussais un sourcil lorsqu'elle me parla de Morgane...Euh...Que venait foutre cette nana en plein milieu ? Oui bon c'était une pétasse ça, difficile de dire le contraire, mais d'un autre côté, elle agissait et pensait comme moi, c'était pour ça que je savais qu'il ne valait mieux pas compter sur elle en fait.

    « Si t'étais comme elle je t'aurais foutu sur le trottoir toubib, au moins tu m'aurais rapporter des balles ou de la bouffe, parle pas de ce que tu connais pas. »

    Lui assénais je sans avec une once de dureté, nan parce qu'elle croyait quoi au juste ? J'avais déjà dût foutre des poings sur des gueules pour sa tronche de friquée. Elle s'imaginait même pas combien de types m'avait proposé de la prêter. Tsss, c'était une ingrate, la prochaine fois elle se débrouillera sans moi. Ces petits airs de bourgeoise avaient aussi tendance à m'agacer que son attitude bravache quand je savais qu'elle pouvait être aussi terrifiante qu'une souris grise devant un gros matou. Néanmoins je pouvais lui reconnaître ça, je lui avais jamais foutu les pétoches. En même temps, je crois que j'avais jamais vraiment essayer de lui faire peur. Ni même en l'attirant à moi de cette manière tant elle me courait sur le haricot a chercher a comprendre quelque chose dont, au fond, on se moquait largement. Je cherchais pas à m'analyser c'était aussi simple que ça. Mais l'entendre parler de Morgane a tout bout de champ me gonfla, je sais pas ce qu'elle avait avec la brune et, honnêtement, je préférais même qu'elle s'en approche pas, cette pouffiasse serait foutue de se servir du bon cœur du doc pour son profit perso. Si Moïra se mettait en tête de lui ressembler autant la larguer sur le bord de la route, c'était clair.. J'étais pas tendre avec elle et je savais pas ce qui la piquait de vouloir se battre pied à pied avec moi. Si une autre se serait manger une mandale histoire qu'elle se la ferme je n'envisageais même pas cette possibilité avec Moïra.

    «Tu parle trop pour ne rien dire Doc. »


    finis je par grogner avant de plaquer mes lèvres sur les siennes. Au moins comme ça, j'étais sûr de plus entendre ses conneries songeais je tout en forçant le passage d'une langue impérieuse, l'obligeant à me répondre. Lorsque je détachais ma bouche de la sienne, mon regard n'était plus qu'un puits sombre et je collais mes lèvres a son oreille :

    « Ma dette, c'est moi qui décide lorsqu'elle est remboursée, Doc. »


_________________
Parce que ce monde est totalement pourri, j'en suis devenu un, mais honnêtement, a-t-il réellement suffit d'une pandémie ?
“Alessio.” .narnienne.
Alessio V. Gagliardo

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Alessio V. Gagliardo
Fuck this shit
Messages : 84
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Ben Barnes
Crédit(s) : Schizophrenic
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Fuck this shit
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre I]I need you   [Terminé - Livre I]I need you EmptyMar 26 Avr - 15:51


    Charmant. Ce type était vraiment charmant. Franchement, je ne voyais pas pourquoi je m'esquintais à discuter avec lui. Ni même pourquoi je demeurais à ses côtés. Bien sur, c'était ma meilleure chance de survivre, mais nous n'avions tellement pas les mêmes valeurs... C'était un tueur froid et égoïste, qui se servait des autres pour sauver sa pomme et n'hésitait pas à les lâcher quand ils ne lui servaient plus. Alors que moi... j'éprouvais le besoin de sauver les autres, de me rendre utile dans ce que je savais faire de mieux. Même si mes efforts étaient souvent vains, faute de moyens. Et c'était tellement frustrant d'avoir les connaissances, mais de ne pouvoir les appliquer faute de matériel... Je ne pouvais pas sauver grand monde ici. Les morsures de zombies étaient mortelles. Il n'existait aucun moyen de stopper la propagation du virus et d'empêcher de finir comme ces... choses. Existait-il seulement quelqu'un, quelque part, qui pouvait bosser sur l'élaboration d'un vaccin ? Ou bien tous les brillants chercheurs étaient-ils morts ou condamnés, comme nous, à errer, sans avoir à disposition de fabuleux laboratoires ? Si c'était le cas, alors l'humanité était fichue... Les morts gagneraient face aux vivants. Il n'y avait pas d'avenir ici. Rien à construire. Qui serait assez fou pour avoir un enfant en pleine apocalypse ? Qui serait assez égoïste pour infliger cela à un être sans défenses ? Les enfants mourraient. Les adultes vieilliraient et mourraient. Et il ne resterait rien.

    Alors oui, j'étais totalement négative aujourd'hui. Mais difficile d'être optimiste en étant dans une situation pareille. Ce n'était pas pour autant que j'avais envie de renoncer à me battre pour me laisser mourir ou pire, me tirer une balle dans la tête pour en finir. Je n'étais pas si lâche. Je m'étais découverte plus combative que je ne le pensais d'ailleurs. Cependant, je frissonnais alors qu'il évoquait le fait de se servir de moi pour de la bouffe ou des munitions. C'était horrible ! Et est-ce que cela marcherait seulement ? Les mecs avaient autre chose à foutre que de se séparer de ces précieuses denrées pour se faire une nana non ? Ils n'avaient qu'à user de force et le tour était joué. J'éprouvais un profond dégoût en songeant à ce genre de trafic absolument révoltant, mais qui avait du être d'actualité quand Alessio exerçait au sein de son clan. Avant, c'était pour le fric. Désormais, il n'avait plus lieu d'être, il ne restait que le troc. Nous avions sacrément régressé.

    Et pourtant, malgré les saloperies qu'il balançait, malgré ce que je savais de lui et surtout, ce que je pouvais deviner qui n'avait rien de reluisant, je ne le craignais pas. Je savais que c'était une ordure, je l'avais vu agir ainsi avec les autres, mais avec moi, il était protecteur, bien que salopard. Il ne me traitait pas vraiment comme une petite chose fragile et précieuse et n'hésitait pas à me balancer mes quatre vérités sans une once de tact ou de diplomatie, mais à côté de cela, il évitait qu'on vienne m'emmerder. Une sorte de garde de corps post apocalyptique en quelques sortes. Et malgré tous ses travers, je m'étais attachée à lui. Cela n'aurait jamais du arriver. Ce n'était même pas concevable dans ma vie d'avant, mais je n'étais plus tout à fait la même non plus. Ma petite vie de bourgeoise, comme il le disait si bien, était loin derrière moi. Désormais, j'étais sale, je sentais mauvais, j'étais habillée de fringues qui tenaient plus de guenilles... Moi qui avais été si coquette avant...

    Alessio était la cible de ma colère aujourd'hui. Sans que cela ne soit rationnel. Et le fait qu'il soit bien mieux avec une nana de sa trempe, dans le genre de Morgane, m'apparaissait limpide. Ils étaient fait du même bois après tout. Je savais que je poussais le bouchon trop loin. Mais ce ne fut pas une claque qui me fit taire, mais des lèvres violemment plaquées sur les miennes. Je me raidis, choquée par une telle possessivité, prête à reculer, sauf que mon corps me trahit et se plaqua davantage contre le sien alors que je gémissais sous la violence de son assaut. C'était terriblement excitant. Je devenais folle. Je n'avais jamais fantasmé sur des ébats violents, loin de là. Mais je trouvais cela terriblement viril. Je me rendis compte avec horreur qu'un homme ne m'avait plus touché depuis mon viol... Personne n'avait pu s'approcher de moi. Hormis Alessio. Et loin de ressentir de la panique comme je le pensais, je froissais son pull sous mes doigts pour le retenir, étourdie par ce baiser dévastateur.

    Je me sentis aussi faible qu'un chaton quand il cessa, me glissant à l'oreille que c'était lui qui jugerait quand sa dette serait remboursée. Que devais-je conclure de tout cela ? Qu'il me désirait ? Qu'il tenait à moi ? Qu'il jouait juste avec moi ? Je ne savais plus.

    « Alors pourquoi tu ne me dis simplement pas que même si je te tape sur le système, tu m'aimes bien ? »


_________________
Be Human
I can't choose between survive and my humanity.
Moïra O'Brien

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Moïra O'Brien
I'm STILL human
Messages : 867
Membre du mois : 2
J'ai : 30 ans
Je suis incarné(e) par : Leighton Meester
Crédit(s) : © Classwhore & Hedgekey
Je suis un(e) : Docteur Queen
Vos Liens :
Spoiler:
 

I'm STILL human
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre I]I need you   [Terminé - Livre I]I need you EmptyJeu 28 Avr - 18:02



    Ah tiens, je m'étais attendu a une bonne tarte de la part de Moîra sur le coup et certainement pas a ce qu'elle se colle contre moi sans prévenir. Oui, bon c'était moi qui avait fait le con au départ mais entre la gifler et l'embrasser, j'avoue que c'était tout vu. Sauf que ça fait un bail que je n'ai pas touché une nana et que même vêtue comme une pintade de la haute, Moïra m'avait toujours plu physiquement. Rha, ça allait être tendu bordel ! J'aurais du opter pour la tarte en fait. Cela dit, il était rare qu'elle me foute en colère. Réellement en colère s'entend. D'ailleurs je me demandais si ce n'était pas la première fois là d'ailleurs. Mais bref, si j'avais sciemment occulté le coté féminin de la doc, là je l'avais bien plaqué contre mon torse et si elle avait maigrit, il y avait deux jumeaux qui demeuraient un poil arrogant sur les bords collés a moi. Merde ! Elle faisait chier !

    Cela dit, elle trouva le moyen de me couper la chique avec sa question de merde. Je levais les sourcils d'un air étonné, parce que je l'étais en prime. Dégageant mes doigts de ses cheveux, je haussais un épaule :

    « Je pensais pas avoir besoin de le dire surtout. T'es chiante Toubib, un peu trop sensible pour moi, mais ça m'empêche pas de tenir a toi tu sais. »

    Le tout balancer avec désinvolture parce que j'étais persuadé qu'elle le savait. Enfin quoi ? J'avais la gueule du bon samaritain ?! Il fallait plus qu'une dette pour la supporter quand elle s'y mettait hein et même si j'avais toujours ça en tête, j'aurais pu décréter que j'avais largement remboursé la chose depuis le temps. Ouais c'était peut être ce que j'avais fait en mode contraire mais faut dire que je suis pas habitué a avoir des relations presque normales avec les femmes. Je la lâchais totalement pour aller reprendre ma place sur le rondin que j'occupais au départ, reprenant ma tache l'air de rien. En fait, je n'étais pas troublé outre mesure, enfin disons que je ne me posais pas vraiment de question, ouais j'avais outrepassé les limites avec elle, mais si elle s'attendait a des excuses, elle pouvait toujours courir pour en avoir. Je me sentais pas coupable déjà.

    « Maintenant que tu as bien passé tes nerfs sur moi, ça va mieux ? Je te préviens, je ne serais pas aussi gentil la prochaine fois que tu te pique de me prendre pour un punching-ball »


    Demandais je en démontant la culasse de mon flingue, m'assurant qu'il ne risquait pas de s'enrayer au plus mauvais moment :

    « Laisses ces gamins reposer en paix, ils ont pas besoin que tu les pleure. »


_________________
Parce que ce monde est totalement pourri, j'en suis devenu un, mais honnêtement, a-t-il réellement suffit d'une pandémie ?
“Alessio.” .narnienne.
Alessio V. Gagliardo

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Alessio V. Gagliardo
Fuck this shit
Messages : 84
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Ben Barnes
Crédit(s) : Schizophrenic
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Fuck this shit
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre I]I need you   [Terminé - Livre I]I need you EmptyDim 8 Mai - 12:58

    Je ne savais pas vraiment ce que je faisais. Je savais juste que j'aurais du me sentir offusqué de sa façon de m'embrasser sans sommation, avec cette brutalité latente qui le caractérisait, sauf qu'en fait et bien... j'adorais ça. Mon corps était tout entier tendu vers lui et cela réveillait en moi des sensations oubliées... Depuis que j'avais été violée, je n'avais plus ressenti le désir, j'avais plutôt fui le contact des hommes. Ils étaient dangereux, avides et cette fin du monde réveillait les plus bas instincts des pires pourritures que la terre ai porté. Naturellement, c'étaient ces mecs là qui s'en sortaient, à l'instar d'Alessio. Les gentils comptables, les gratte-papiers, eux, ils mourraient... A quelques exceptions prêt. Pourtant, Alessio avait toujours été le seul à pouvoir m'approcher. Je me rapprochais de lui inconsciemment quand je me sentais en danger. Pourtant, il avait assisté à mon humiliation, c'était lui qui m'avait arraché à mes bourreaux en les abattant sans états d'âme, récupérant ainsi une pauvre loque hystérique qui lui en faisait encore baver aujourd'hui...

    J'aurais du assimiler ce baiser à un viol. Quelque part, il me volait ce baiser. Sauf que je lui donnais librement. J'étais même prête à lui offrir plus. J'en prenais conscience dans un éclair effrayant de lucidité... Malgré son sale caractère, son passé sombre, ses manières brutales, je... l'appréciais. Et je n'avais jamais nié le trouver beau gosse. Il était égoïste, violent, dangereux, le contraire des hommes qui m'avaient toujours attiré. Pourtant, il était loyal, protecteur, fiable. Pour moi. Je ne savais plus où j'en étais. C'était absurde...

    Encore étourdie par la violence un peu désespérée de ce baiser, je lui demandais alors de me dire qu'il m'aimait bien. J'avais besoin de l'entendre en fait. Alessio était un mystère pour moi, je n'avais jamais fréquenté ce genre de mecs, j'étais bien trop prudente pour cela. Je savais ce que cela donnait de sortir avec des vilains garçons et je n'avais jamais été attirée par eux, ni n'avais fantasmé sur eux, comparé à certaines filles. Et là, je plongeais en plein dedans avec un ancien mafieux quand même. Qui n'avait pas hésité à me menacer d'un flingue pour me forcer à le soigner et lui extraire une balle. Il me regarda avec une vraie lueur de surprise dans les yeux, avant de m'avouer qu'il ne pensait pas avoir besoin de me le dire. Cette fois, ce fut moi qui le dévisageais avec incrédulité.

    « T'es sérieux là ? Tu crois que je suis télépathe ? Merde Alessio, t'es aussi ouvert qu'une huître morte, comment est-ce que je peux deviner ce que tu as en tête ou ce que tes actions peuvent vouloir dire ? »

    Alors ouais, je savais bien que ce n'était pas un beau parleur, mais bon, un minimum de communication quoi. Je me doutais bien qu'il ne faisait pas qu'honorer sa dette. Je ronchonnais.

    « T'arrêtes pas de dire que tu as ta dette à honorer, t'as jamais dit que t'aimais bien la chieuse que je suis. »

    Enfin là, j'avais compris et quelque chose me disait que j'avais intérêt à bien me souvenir de ce moment, parce que je n'étais pas prête de l'entendre de nouveau. Alessio était trop taciturne et surtout, il ne réfléchissait pas. Il prenait les choses comme ça venait, sans se poser de questions. Il me supportait, donc il m'aimait. Imparable. Je rougis légèrement quand il me demanda si je m'étais bien défoulée sur lui et me prévins qu'il ne serait pas aussi gentil la prochaine fois.

    « Ah mince, dommage, j'aime bien ta façon de couper court à la discussion... Mais ne pas être aussi gentil, c'est passé à l'étape supérieure ? »

    Alessio devait se demander si je n'étais pas tombée sur la tête. Je n'avais jamais fait de tels sous entendus avec lui, mais en même temps, je n'avais pas eu l'occasion de me montrer badine depuis qu'on se connaissait... Avant, je l'étais, adorant les sous entendus et les œillades coquines. Cependant, je me demandais brutalement si ce baiser avait eu de l'effet sur lui alors que je l'observais s'occuper de son flingue et me laisser en plan. Qu'est-ce qui ne tournait pas rond chez lui ?

    « Tu as tort. Moi, j'aimerais savoir que quelqu'un me regrettera, que je laisserais une trace de mon passage, même simplement dans quelques mémoires. Que je n'ai pas été... rien. »

    Je posais mes mains sur mes hanches en le regardant astiquer son arme avec amour.

    « Rassure-moi, ça t'a fait un petit quelque chose de m'embrasser ? Non parce que là, tu me roules une pelle et voilà que tu astiques amoureusement ton arme comme si de rien n'était. »

    Je n'étais toujours pas télépathe et je ne savais plus du tout où j'en étais. Je soupirais avant de me laisser glisser au sol, ramenant mes genoux contre ma poitrine et entourant mes genoux de mes bras, totalement perdue. J'étais triste par le décès de Ryan et Beth, perturbée par le baiser d'Alessio et son aveu, perplexe face à son comportement maintenant.

_________________
Be Human
I can't choose between survive and my humanity.
Moïra O'Brien

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Moïra O'Brien
I'm STILL human
Messages : 867
Membre du mois : 2
J'ai : 30 ans
Je suis incarné(e) par : Leighton Meester
Crédit(s) : © Classwhore & Hedgekey
Je suis un(e) : Docteur Queen
Vos Liens :
Spoiler:
 

I'm STILL human
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre I]I need you   [Terminé - Livre I]I need you EmptyDim 8 Mai - 19:33

Foutue. Gonzesse. Voilà. Ca résumait assez bien mes pensées du moment. Pourquoi est ce qu'elles avaient besoin de tout entendre, de tout rationaliser et de chercher une petite bête qu'il n'y avait pas. Je haussais donc un sourcil en silence devant le plaidoyer de Moïra.

« J't'ai pas butée, ça te va ça ? »

Bon pas sûr qu'elle comprenne et encore, c'était pas comme si j'avais mon propre mode d'emploi hein ! De toute façon j'en avais pas besoin, si je me mettais a me poser des questions existentielles, autant sauter du premier pont que je verrais. Les regrets, remords, grandes révélations quantiques, c'était pas pour moi. Y a un truc qu'elle captait pas dans la salade ou bien ? Par contre, je la regardais comme deux ronds de flamby lorsqu'elle me fit du rentre dedans...Euh...C'était bien la même nana que j'avais ramassée après qu'elle se soit faite passer dessus par trois types ça ?

« T'as bouffé quoi au p'tit dej Doc ? Nan j'me demande parce que j'ai l'impression que t'es en train de me faire un plan drague là. »

Ouais alors autant le dire, et d'une j'étais pas un habitué de la drague et de deux, surtout pas venant de Moïra. Elle avait pété un boulon ? Ouais ça, ça collerait vachement mieux pour qu'elle me sorte ce genre de connerie là maintenant tout de suite. Bon , ok je l'avais embrassé mais c'était ça ou la baffer, cela dit, j'allais pas dire que j'en avais pas eu envie hein, sinon j'aurais opté pour la tarte de cow boy. Une épaule se haussa....Allez, encore...

« Nan, tu aimeras plus rien parce que tu seras morte. Ca c'est bon pour les vivants et leur culpabilité. J'ai pas d'conscience et j'suis bien plus tranquille comme ça, si j'laisse rien, ben j'laisse rien et ça va pas m'empêcher de dormir. »

Et ouais c'était dégueulasse dit comme ça. Et je passerais pour un salop. En même temps, je cherchais pas à être autre chose et puis la doc ne se faisait plus d'illusion sur mon cas depuis un moment. Je soupirais lourdement. Oh bordel ! J'avais ouvert la boite de Pandore ou quoi ?

« Dis donc, t'es toujours comme ça ? »

Je fis claquer la culasse de mon arme pour m'assurer qu'elle était bien huilée avant de défaire le chargeur pour le recharger.

« Tu te pose franchement des questions totalement débiles. Ca change quoi que j'te dise que j'ai kiffé ou que t'embrasse comme un chacal en manque de calin ? Tu veux entendre que ma braguette est sur le point de péter ? Très bien, elle va péter, ça te va comme ça ? C'est bon ? »

Je fis claquer ma langue contre mon palais tout en faisant glisser les balles une à une dans le chargeur. C'était pas possible ça ! En fait, des fois, j'me disais que j'aurais mieux fait de virer tapette.

_________________
Parce que ce monde est totalement pourri, j'en suis devenu un, mais honnêtement, a-t-il réellement suffit d'une pandémie ?
“Alessio.” .narnienne.
Alessio V. Gagliardo

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Alessio V. Gagliardo
Fuck this shit
Messages : 84
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Ben Barnes
Crédit(s) : Schizophrenic
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Fuck this shit
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre I]I need you   [Terminé - Livre I]I need you EmptyLun 9 Mai - 14:21


    « Ah ben oui, suis-je bête, c'est éloquent ça ! »

    Je me tapais le front du plat de la main, comme si j'avais eu une illumination suite aux propos d'Alessio. Non, mais... Ce type était quand même grave. Il avait un mode de pensée ultra primitif. Je ne t'aime pas, je te bute, je t'aime bien, je te laisse en vie. Comment n'y avais-je pas pensé plus tôt ? Sauf que mes railleries n'avaient aucun effet sur lui. Et que j'avais parfois l'impression de discuter avec une chaussure. Aucun retour quoi. Alessio était buté, moi aussi. Il avait été élevé d'une façon, moi d'une autre, il appréhendait la situation d'une façon et moi autrement. C'était quand même un miracle que nous arrivions à fonctionner tous les deux. On s'opposait sur presque tous les points, mais on se complétait aussi d'une certaine façon. Il faisait des exceptions à ses principes pour moi, j'en faisais pour lui. Tout simplement.

    Et si lui, ça ne l'intriguait pas, moi, ça m’interpellait.

    Et la réponse me parut évidente après avoir été embrassée de cette manière. Il y avait du désir entre nous. On s'aimait bien et on se désirait. Il avait réveillé ma libido, mais lui, il ne semblait pas plus affecté que cela. Et surtout, il passait totalement à côté de mes allusions. Ou plutôt, il les entendait, mais me regardait comme si j'avais perdu la tête. Bien, bien,bien. Il me voyait comme la pauvre fille hystérique qui avait subi une tournante. Génial. Vraiment génial. Cela ne m'avait pas trop contrarié jusqu'à maintenant, mais désormais, ça me hérissait qu'il m'ait collé cette image. Ou celle de petite bourgeoise coincée alors que finalement, il ne me connaissait pas. Je soupirais à sa question.

    « Ouais, c'est l'idée. Tu crois que ça me fait rien de me faire rouler une pelle ? Surtout par toi. »

    Alors autant Alessio n'était pas très bavard de base, autant j'étais quelqu'un d'assez cash. J'étais plus que directe avec lui. Qu'y avait-il à craindre ? Qu'il m'envoie péter en se foutant de moi ? J'y survivrais. Autant c'était mortifiant à 15 ans, autant dans une apocalypse zombie, c'était le cadet de mes soucis de me prendre un râteau.

    Je haussais un sourcil quand il me reprit en le faisant remarquer que la prochaine fois que je le poussais à bout, je serais morte tout simplement. J'avais du mal à y croire maintenant. Cela sonnait comme une menace en l'air. Une menace qu'il devait avoir l'habitude de formuler. Et qu'il n'hésitait pas à appliquer normalement, ça, j'en doutais pas. Je faillis lui répondre que puisqu'il n'avait pas de conscience, ça ne le gênerait pas de coucher avec moi, mais je me retins. Quand même, un minimum de fierté... Je perdais la tête en fait, il avait raison... Je pleurais sur Beth et Ryan il y a une heure et voilà que j'avais envie de me taper ce salopard... Je débloquais en vrai. J'étais horrible.

    « Comme quoi ? »

    Je le regardais alors qu'il ne comprenait pas ce que je cherchais à entendre et m'avouait que oui, cela le faisait bander. Ben voilà, c'est tout, j'en demandais pas davantage. Je voulais juste savoir si je lui faisais un peu d'effet ou si j'étais aussi désirable qu'une motte de beurre.

    « Ben disons que quand je vois ton indifférence là maintenant, après m'avoir dévoré la bouche, je me demande quand même si la tuyauterie fonctionne bien. »

_________________
Be Human
I can't choose between survive and my humanity.
Moïra O'Brien

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Moïra O'Brien
I'm STILL human
Messages : 867
Membre du mois : 2
J'ai : 30 ans
Je suis incarné(e) par : Leighton Meester
Crédit(s) : © Classwhore & Hedgekey
Je suis un(e) : Docteur Queen
Vos Liens :
Spoiler:
 

I'm STILL human
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre I]I need you   [Terminé - Livre I]I need you EmptyMer 18 Mai - 6:23


Je ricanais légèrement en jetant au doc un coup d'oeil narquois :

"En fait, j'm'attendais à m'en prendre ou encore a me bouffer une pluie de hurlement."

Et pas vraiment a ce qu'elle me serve un plan drague a coup de sous-entendu aussi subtils qu'une bande de mère maquerelle sur le sentier du porno. Alors ouais, ça me surprenait venant d'elle, désolé. j'avais pas vraiment oublié dans quel état que j'avais récupéré. Alors ouais, elle avait bien remonté la pente mais autant le dire, m'envoyer en l'air avait bien été le cadet de mes soucis ces derniers temps, rapport a une invasion de zombie si vous voyez ce que je veux dire. Combien même, j'dirais que c'est pas la doc qui m'aurait sauté à l'esprit si l'idée de baiser dans un coin m'était venue. Allez savoir pourquoi. Pas qu'elle soit dégueulasse à regarder hein, j'avais encore des mirettes mais...bah..J'y avais juste jamais pensé et apparemment c'était pas son cas à elle. Rha ! j'avais pas assez de devoir nous sortir le cul de nos emmerdes, fallait encore que j'me prenne la tête pour...ça. En plus je n'étais pas sûr que ce soit l'idée du siècle, j'étais pas un type pour une nana comme Moïra, même si c'était que pour baiser.

"Comme ça. Y a deux minutes t'étais en larmes."

Soulignais je en me concentrant plutôt sur mon chargeur. Ca au moins, ça me compliquait pas la vie, ça me faisait pas des avances et ça ne me rappelait pas que, effectivement, ça faisait un moment que je n'avais pas touché une femme. La faim suffisait pas, la soif non plus, rajoutons joyeusement la frustration. Je soupirais lourdement en l'entendant limite insulter ma virilité. Ouais alors y a deux choses a pas faire avec un sicilien, insulter dieu et son costume trois pièces personnel, ça avait tendance a le rendre un poil revêche. Quoique, je me demandais si sur le coup elle ne le faisait pas exprès. Un sourire beaucoup aimable pour être honnête se peignit sur mon visage tandis que je rangeais posément mon petit bébé pétoire dans ma veste.

"Insulte pas ce que tu ne connais pas Doc…A moins que…Tu t'attends à ce que je me lève pour te baiser contre le mur Moïra ?"

_________________
Parce que ce monde est totalement pourri, j'en suis devenu un, mais honnêtement, a-t-il réellement suffit d'une pandémie ?
“Alessio.” .narnienne.
Alessio V. Gagliardo

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Alessio V. Gagliardo
Fuck this shit
Messages : 84
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Ben Barnes
Crédit(s) : Schizophrenic
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Fuck this shit
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre I]I need you   [Terminé - Livre I]I need you EmptyMar 24 Mai - 17:01

    Le ricanement d'Alessio me fit grimacer, avant que je ne me rende compte qu'il avait raison. N’importe quelle femme censée l'aurait effectivement giflé pour avoir voulu la faire taire d'un baiser. Sauf que... Cela avait réveillé un incendie dans ses veines, une douce et douloureuse chaleur au creux de mon intimité, ravagée il y a des mois par des hommes sans scrupules et sans morale... Alessio valait-il mieux que ces gars là ? Il n'avait jamais violé de femme, mais je savais que c'était un pourri... Qu'il avait du frapper des innocents pour des remboursements, menacer, voire tuer... Mais il n'était pas comme ça avec moi. Il était mon repère dans ce monde en perdition, ma planche de salut, ma façon de maintenir la tête hors de l'eau. Voilà. C'était pour ça que j'étais dans cet état là pour ce mauvais garçon. Il m'avait sauvé et je lui étais redevable. C'était cela qui me motivait à tenter cette drague débile.

    Sauf qu'Alessio me renvoyait violemment dans mes pénates et me rappelait bien que c'était complètement crétin comme réaction. Que j'étais une nana en manque de cul, rien que ça. Je passait des larmes au désir en l'espace de 10 minutes, tout cela parce qu'un mec trop sexy et vénéneux m'avait embrassé... pauvre fille pathétique. Je renvoyais vraiment une superbe image là... Je ne serais jamais à ses yeux que la nana violée et hystérique, petite pétasse bourgeoise perdue dans un monde où elle n'aurait pas du survivre. J'étais son bouler, la chaîne qu'il traînait. Un petit animal de compagnie auquel il s'était attaché, mais rien de plus. J'étais tellement stupide.

    Et mon amour propre venait d'en prendre un sacré coup... je m'étais brutalement enflammée pour lui et lui... Et bien, il s'en foutait complètement. C'était la frustration qui me poussait à le défier. La colère. La tristesse. La peur... Et tout un tas d'émotions contraires qui me mortifiaient en me faisant agir n'importe comment. Finalement, ce ne fut pas moi qui lui donnais une claque, mais lui. Par la seule force des ses mots. Une gifle violente qui me fit pâlir significativement. Dit comme ça... C'était insultant. Je voulais... quoi au juste ? Qu'il m'embrasse encore ? Qu'il le fasse l'amour ici et maintenant, contre ce mur délabré ? Mais de toutes façons, il n'y avait plus d'endroit adéquat pour ce genre de choses alors... Sauf que dans sa bouche, ces paroles sonnaient comme une condamnation. Je pinçais les lèvres, refoulant des larmes de rage. J'étais mortifiée et il venait de piétiner les dernières cendres d'amour propre que j'aurais pu avoir. Et je l'y avais bien aidé.

    « Non. En effet, c'est stupide. Je ne suis qu'une petite pétasse bourgeoise après tout. Pas du tout ton genre. Je préférerais qu'on me fasse l'amour dans des draps de soie, mais ça devient rare de nos jours. »

    Je parlais avec humeur, essayant d'atténuer la violence de ma déception en demeurant bien droite et en faisant un trait d'humour.

    « Astique là bien et ne perd pas la main, tu vas en avoir besoin en solitaire. »

    Et sur cette dernière saillie, je tournais les talons et m'enfuis, loin de lui, loin de mes propres incohérences, pleurer dans un endroit où personne ne viendrait me déranger, me juger et me rappeler que je demeurais une femme malgré toutes ces atrocités.

_________________
Be Human
I can't choose between survive and my humanity.
Moïra O'Brien

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Moïra O'Brien
I'm STILL human
Messages : 867
Membre du mois : 2
J'ai : 30 ans
Je suis incarné(e) par : Leighton Meester
Crédit(s) : © Classwhore & Hedgekey
Je suis un(e) : Docteur Queen
Vos Liens :
Spoiler:
 

I'm STILL human
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre I]I need you   [Terminé - Livre I]I need you Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé - Livre I]I need you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» [UPTOBOX] Le Livre de la jungle [DVDRiP]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Une après-midi tranquille ? [PV Yuko] [Hentaï] [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall of Man :: 
Rive Nord, Trois-Rivières, Canada
 :: Le Nord de la Ville
-
Sauter vers: