Fall of Man
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
So Take This Night [Livre I - Terminé]
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptyVen 26 Sep - 21:05

Je n'ai de cesse de me répéter pendant toute la durée de l' « opération », que je n'ai pas trop ma place ici, à faire ce genre de choses. Chloé aurait été bien plus efficace, apprêtée et concentrée. Elle aurait su repousser toute l'horreur à laquelle elle venait d'assister pour retaper totalement la personne blessée du groupe. Je n'avais pas ce talent. Ma fille était forte ; jel'étais sans doute aussi je ne pouvais pas le nier. Et même en étant parfois si sensible, nous ne pouvions pas passer à côté de nos différences. J'avais bien plus de talents qu'elle en matière de douleur et de souffrance, surtout en ce qui concernait le fait de l'infliger aux autres. Ce que j'étais capable de briser et d'abimer, elle même avait le don de pouvoir le retaper. Bref. Eva s'impatiente, elle se laisse aller à la douleur et à la peur, même si elle fait mine de les gérer. Elle en devient irritable, ou alors est ce mon comportement qui la rend ainsi. Je ne sais pas, je ne saurais dire. Je me sens perdu, vidé et vanné. Tout ce que nous venons d'accomplir, la progression à pied dans la nuit, la fuite en véhicule, les combats au rez de chaussée et enfin cette espèce de bandage sommaire m'avait vidé la tête et le corps de toute énergie. Je sentais que si je m'arrêtais trop ici, je ne serais absolument plus capable de repartir. Je finirais par m'endormir dans un coin. Encore que je savais que ce que nous avions accompli était insuffisant. Z était encore dans le secteur, et en masse. Si on ne l'éloignait pas plus, il risquait de revenir sur ses pas et de menacer les nôtres à nouveau. Encore une rue ou deux en sens opposé semblait nécessaire...


Je repose les yeux sur Eva, qui dans la lumière d'un ciel nocturne sans nuage ne montre plus aucune couleur. Elle n'a pas perdu beaucoup de sang, et elle n'en perdra pas beaucoup plus. La douleur était plus handicapante que douloureuse, et restait superficielle. Mais nous sommes tous affaiblis par des semaines de marche, de combat et de privation. La jeune femme avale une gorgée, et réajuste sa position, mais semble ne pas se sentir très bien. Elle me demande ce que je désire pour la suite. Je réfléchis un moment, puis m'approche de la fenêtre.



| Z est dans la rue. En masse. Il va falloir qu'on l'amène plus loin... |


Je reportais mon regard sur elle.


| ... Mais pas tout de suite. Pour le moment, tu t'allonges cinq minutes, et tu te reposes. Je pense qu'on peut retenter le coup d'ici un quart d'heure vingt minutes, si tu te sens mieux à ce moment là. Moi aussi, j'ai besoin de reprendre mon souffle. |


Je retourne vers l'entrée de la chambre, m'asseois contre la porte fermée. Si jamais je pique du nez, nous ne serons pas submergés dans notre sommeil. Le bruit dans le couloir me tirera de ma torpeur avant ça, et personne ne pourra entrer sans bruit si je suis derrière la porte, mon poids la maintenant fermée. Je regarde Eva, ne sachant trop quoi dire d'intelligent.


| Putain, je les aurais méritées ces geisha à poils. | lâchais je dans un souffle


je soupirais.


| C'était juste tout à l'heure, trop juste. Je peux plus foncer tête baissée comme ça ; tu as été blessée par ma faute. Et après, ça a recommencé avec toi. Il faut qu'on arrête de composer au fur et à mesure. Il nous faut un plan, un vrai. Pas que pour ce soir, pour le reste de la semaine. On parlera de ça après, allonges toi d'abord. |


Points de vie restants :  30
Munitions restantes : .... 15
Gains des fouilles : ... ...
Endroit où je me trouve :  ... dans une chambre
Endroit où se trouvent mes ennemis : ...  

_________________

Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Philippe Esclavier

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Philippe Esclavier
Running After My Fate
Messages : 8670
Membre du mois : 11
J'ai : 38 ans
Je suis incarné(e) par : Christian Bale
Crédit(s) : Kanala
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

. : So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 Admin10
Running After My Fate
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptyVen 26 Sep - 22:47

J’ai l’impression que nos actions sont superflues, dérisoires, alors que je suis sur ce lit. Infructueuses, par ma faute. J’entrave le bon fonctionnement de ce que nous avons entrepris, parce que je me suis blessée stupidement. Et parce que, sans vraiment savoir l’étendue de ma blessure, je subis le contrecoup de jours de stress, de sommeil très léger voire inexistant, de la frustration de me savoir impuissante, et bien d’autres choses encore. Je me sens, sur le moment, inutile et un frein, alors que je devrais être un atout. Nous ne sommes pas réputés pour notre clémence et notre cohésion au point de conserver une personne qui ne nous apporte rien dans le groupe. Que suis-je de plus, en l’instant ? Un fardeau, un simple fardeau. Je ferme les yeux, un bref instant, comme pour repousser l’éventualité que Philippe reparte sans moi, si je n’arrive pas à me ressaisir, à retrouver la combattivité qui m’a valu ma place dans ce groupe. Ce n’est l’affaire que d’une seconde, juste pour reprendre mon souffle, et ensuite nous repartirons. Je ne sais pas bien ce que j’attends, toutefois. Un retour miraculé de mes forces ? Je ne suis pas stupide. Des créatures supposément mortes ont beau revenir à la vie, la magie n’existe pas. Je ne vais pas me sentir mieux d’un coup, sans raison. C’est impossible, et hautement improbable.

J’ouvre à nouveau les yeux, pour constater qu’il s’est dirigé vers la fenêtre, suite à ma demande. C’est notre seule ouverture sur ce qu’il se passe, sans pouvoir nous faire repérer, c’est logique. J’acquiesce à ses paroles, ce qu’il ne peut voir de dos. En d’autres circonstances, mon regard se serait arrêté sur la vision que j’avais de son corps. Plaisante, malgré les stigmates. Réconfortante, presque. Mais j’ai d’autres choses en tête, et si je le regarde, ce n’est que pour essayer de voir ce que sa posture peut révéler, en plus de ses mots, sur l’état des choses. Je soupire en l’entendant, je me crispe légèrement. L’idée me déplaît – qu’elle soit essentielle ou non. Rester au même endroit, c’est faire de nous des cibles. Et qu’il ait réellement besoin de reprendre son souffle ou non, ça n’est qu’une diversion, une tentative de me faire accepter plus facilement de nous avoir mis dans la merde.

« Ok. » Un simple mot, pour une constatation sans chaleur, ou sans colère. Juste morne, atone. De la résignation, au final. Je savais qu’il avait raison, ça n’en facilitait pas pour autant l’acceptation. Je soupirais un bref instant, alors que ma remarque qui aurait du être anodine me revint en tête. Quitte à perdre du temps, autant l’occuper… Je ne savais pas vraiment par où commencer. Peut-être le dire cash.

« Pour tout à l’heure… Ce n’est qu’un réflexe, une habitude de mon éducation. Je m’arrête, un instant. Il ne doit pas comprendre ce à quoi je fais référence. Je vais pas péter un câble, parce que j’estime qu’on subit une punition divine, je vais pas abandonner parce que je pense que l’on récolte ce que l’on a semé. Je n’ai jamais vraiment cru en quoi que ce soit. C’est un réflexe malheureux, voilà tout. Parce qu’on m’a enseigné que nos repas nous étaient offerts par… Peu importe, on s’en fout. Mais je vais pas me mettre à agir stupidement à cause de ça, ok ? »

Je ne savais pas s’il avait envisagé quoi que ce soit du genre, ou s’il avait juste trouvé ça stupide. Il avait eu une réaction, c’était sûr, vu son visage au moment, mais laquelle ? Aucune idée. Peut-être que j’étais à côté de la plaque. Peut-être pas. Mais au moins, c’était dit. Je détournais pas le regard. J’avais pas vraiment à avoir honte. Surtout pas d’un réflexe, d’un truc en quoi je ne croyais même pas. Et j’avais jamais laissé les autres me dicter ma conduite, mes convictions, ça allait pas commencer maintenant. Et quelle importance ça avait, de toute façon, dans un monde qui se détruisait petit à petit ? Je m’adosse un peu mieux sur le lit, pendant qu’il se recule jusqu’à la porte. Pour la bloquer, de toute évidence. Mais aussi se mettre dans la ligne de mire de ces cadavres, s’ils montent jusqu’à nous.

« Tu veux pas déplacer le meuble, plutôt ? Ca tiendra la porte. Je t’aide à… »

J’allais pas au bout de ma phrase, coupée alors qu’il tentait de… de quoi ? Il se faisait une plaisanterie, pour lui-même, ou tentais de détendre l’atmosphère ? Peut-être. J’en savais strictement rien, je n’arrivais pas à déceler le moindre humour, alors que j’avais à peine entendu ce qu’il avait dit. J’étais un peu gênée, du coup. Surenchérir, l’ignorer ? Plaisanter ? « On s’arrangera pour ça, si on sort d’ici vivants... » J’ouvris des yeux ronds, prenant conscience de mes propos. Mais qu’est-ce que je disais ? Peut-être bien que je devais me reposer, oui. Je refermais les yeux, comme pour prétendre que je n’avais rien dit. Je ne m’attendais pas à ce qu’il reprenne la parole, au contraire. Garder le silence aurait pu être tout aussi bien. Ou inconfortable. Je savais pas vraiment. Mais ce qu’il disait n’était pas forcément agréable à entendre. « Ecoute, j’ai été blessée parce que j’ai été trop empressée, j’ai pas fait suffisamment attention, t’y es pour rien. Ce que tu as fait, une fois de plus, c’est me mettre hors de danger. Comme quand je vous ai rejoins, blessée de partout, et que Chloé m’a soignée. Mais ça veut pas dire que t’as pas raison. Faut qu’on pense sur le long terme. Pas juste réfléchir à survivre, jusqu’à notre prochaine destination si on est chassés par les Zack. Même s’il est difficile de se projeter. »

Mes yeux semblaient se fermer, vraiment. La tension qui se relâchait, peut-être, aidait le sommeil à venir. A cause de la sécurité que je ressentais. Temporaire et fragile, mais bien présente. J’avais confiance en Philippe pour me protéger, même si je refusais de trop m’appuyer là-dessus. J’avais pas le choix, là. Et j’avais confiance, pour qu’il survive, et ne m’abandonne pas. Pour qu’on fasse en sorte que Chloé et les autres survivent. Que je sois pas seule. Je fronçais les sourcils, à cette pensée déplaisante, et me ressaisissait. J’avais encore la flasque à proximité. J’en rebuvais. Je savais pas si c’était très conseillé ou intelligent, mais j’avais besoin d’un remontant, d’un coup de fouet. Je pouvais pas céder, ni au sommeil, ni aux pensées déplaisantes. J’ouvrais les yeux, les posant sur Philippe.

« On peut essayer de passer sur le toit, par les toits. En prenant des objets bruyants qui peuvent se casser sur le sol. Suffisamment pour que les zombies suivent notre trace. C’est pas l’idée du siècle, mais c’est la seule que j’ai. » Elle était peut-être, surement, stupide. C’était même pas dit que les toits, dans cette portion de la ville, soient communicants. Mais il devrait s’en contenter, ou en proposer une meilleure.

Points de vie restants : 30
Munitions restantes : X.
Gains des fouilles : ...
Endroit où je me trouve :  Dans une chambre.
Endroit où se trouvent mes ennemis : X.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptySam 27 Sep - 14:36

J'essayais de réfléchir, d'anticiper. La vie est un jeu terrible, sanglant et mortel. Les erreurs se paient au prix fort, avec le sang des personnes que nous aimons et avec le nôtre de la même façon. Soit on était dedans et on se donnait à fond et tout le temps, soit on nous laissait au bord de la route, les tripes à l'air et le virus qui convertit nos cellules au fur et à mesure, en souffrant le martyr pendant que les contaminés nous dévorent vivants. Il semble assez logique de dire que c'était épuisant, mais qu'on ne pouvait pas faire autrement. La fatigue et la lassitude me rattrapaient, même ici et même maintenant, alors que j'avais pourtant l'habitude de semaines de filatures, d'interventions et de danger teinté de pressions permanentes. De temps en temps, votre organisme vous trahit un bon coup pour vous dire stop, il est temps de s'arrêter. Ce qui était cruel, c'était que je me sentais bien là, assis au fond de la pièce, dans le coin de l'entrée. Comme si le bois m'accueillait pour une bonne nuit de sommeil ; je ne ressentais ni sa dureté ni le moindre inconfort. Je me sentais tout simplement bien, et l'aspect cruel de la chose tenait au fait que j'allais avoir du mal à en décoller quand viendra le moment. C'était toujours trop tôt, mais je comptais bien sur mon organisme, mes réflexes et mon instinct de survie pour me faire repartir au quart de tour à ce moment là. Je souffle, ferme les yeux rien qu'une minute, sachant très bien que la résistance au sommeil sera douloureuse, captant des efforts qui auraient pu être mieux utilisés ailleurs. Je dois déjà lutter contre le sommeil qui arrive déjà.


Je rouvre les yeux en entendant la voix d'Eva s'élever doucement dans la pièce, comme un murmure soufflé par le vent. Elle m'explique son éducation, et je comprends de quoi elle me parle quand elle parle de punition divine. La jeune femme me parle de réflexe. Je ne lui en veux pas pour ça, et ne la jugerais pas. Je lâcherais probablement d'autres « nom de dieu » à l'avenir, ou alors invoquerais je son nom en moment de grand péril d'un « mon dieu » bien senti, alors que je n'avais pas moi même reçu la moindre éducation religieuse, et que je ne croyais pas en grand chose. Je souris faiblement.



| Je ne pense pas que tu sois capable de te mettre à agir stupidement pour n'importe quelle raison, Eva. Je me fiche que tu croies ou non en Dieu, et que tu penses à telle ou telle explication à ce que nous vivons ici. Tout ce qui compte, c'est que ton bras reste sûr et ton esprit affûté. Je n'ai besoin de rien d'autre. |


je vois la jeune femme qui se place un peu mieux dans le lit, et elle me demande si je ne veux pas bloquer la porte à l'aide d'un meuble. Ma pseudo blague tomba à l'eau comme un bébé à la mer, et elle me dit qu'on s'arrangera si on sortait de là vivant. Je la regardais, amusé. Se rendait elle compte de ce qu'elle venait de dire ? Transposé dans ma langue, ce serait un peu tendancieux.


| Bravo, belle mentalité, tu me pousses à profiter de ton état ! C'est du propre! |


ca, je l'avais dit en français même si elle n'y comprendrait probablement rien, pour la simple et bonne raison que j'aurais été bien incapable de le transposer dans une autre langue. Bref. Je me calmais rapidement ; je ne voulais pas attirer de zombies dans le coin. Lorsque la jeune femme reprend, elle me demande à ce qu'on se projette pour de bon. J'hésite un instant.


| Le plan, c'est déjà de partir d'ici. On en fera un avec les autres, demain. Il faut qu'on s'organise plus efficacement, pour les postes de garde, pour la fouille des environs et tout le reste. |


Oui, je voulais me projeter, sans visiblement être capable de le faire très loin. Eva me soumet une idée, que je ne peux pas retenir


| Faire, ça, c'est prendre le risque de tomber car il faudra sauter de toit en toit, et la distance est pas petite. L'idée de me retrouver une cheville cassée avec des dizaines de contaminés qui veulent ma peau juste en dessous me plait moyen. Non, décidément, je pense que le mieux c'est de passer par les jardins, comme à l'allée. Mais il faudra être plus consciencieux qu'à l'allée encore ; et faire beaucoup de bruit. |


Points de vie restants :  30
Munitions restantes : .... 15
Gains des fouilles : ... ...
Endroit où je me trouve :  ... dans une chambre
Endroit où se trouvent mes ennemis : ...  

_________________

Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Philippe Esclavier

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Philippe Esclavier
Running After My Fate
Messages : 8670
Membre du mois : 11
J'ai : 38 ans
Je suis incarné(e) par : Christian Bale
Crédit(s) : Kanala
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

. : So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 Admin10
Running After My Fate
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptySam 27 Sep - 15:42

Je le vois ouvrir les yeux, en m’entendant. J’aurai préféré qu’il les garde fermés. Que tout ce qu’il pense ne puisse pas transparaitre. C’était un peu lâche. Mais tout était bousculé dans ce nouveau monde que je ne comprenais pas, et je ne voulais pas voir le semblant de place que j’avais trouvé ravi, parce que nos convictions étaient différentes. Et si ça impliquait de me mettre quelques œillères sans importance… Je ne détournais pas le regard pour autant. Qu’il me juge ou pas à ce sujet n’avait, au final, que bien peu d’importance. Si j’en avais accordé, à lui, à Chloé, surtout, et aux autres, c’était tant pis pour moi. Mais ça ne nous empêcherait pas de travailler efficacement ensemble. Ca ne devait pas. Je savais que je me leurrais surement, que j’essayais de me murer sans grand succès mais… Ca n’était pas comme si j’avais qui que ce soit d’autre, dans ma vie, à qui me rattacher. Après tout, j’avais sciemment écarté toute distraction de ce genre de ma vie. Seule ma famille, que je n’avais pas choisie mais que je ne pouvais pas repousser, pas réellement, occupait cette place. Et maintenant, elle l’occupait trente-six pieds sous terre. Je l’espérais, en tout cas. Je frémis un moment, imaginant qu’ils s’étaient relevés. Une seconde fois. Mais ça n’était pas possible. Si ça l’était, on ne s’en sortirait jamais… Alors je devais croire fermement que ça ne l’était pas.

Je secouais la tête, pour chasser ces pensées terrifiantes, et voir l’esquisse d’un sourire sur son visage. J’avais retrouvé le silence. Il répondrait ou ne répondrait pas, y accorderait l’attention qu’il voudrait, mais c’était dit. Je me forçais à sourire aussi, mais ça ne venait pas du cœur. J’étais un outil, comme tout le monde, et si je ne me montrais plus fiable… Si. Il n’y aurait pas de si. Je le seconderai efficacement, comme depuis que j’étais rétablie. Et quand ça ne serait plus le cas… Je repartirais, simplement. J’errerai, seule, comme je l’avais fait depuis que ma ville avait été dévastée. Jusqu’à ce que je succombe, ou que je puisse me rendre utile à nouveau. J’acquiesçais, plus pour moi qu’autre chose, sachant pertinemment que je ne pourrais les abandonner à leur sort, que je ne baisserai jamais les bras, même si je refusais de le reconnaître. « Ils le resteront. » Ou je mourrais.

Je fronçais les sourcils, en voyant l’air rieur de son visage. En entendant le ton amusé de ce qu’il disait, sans le comprendre. Bien sûr, il faisait référence à ma remarque maladroite. Mais qu’avait-il compris ? Je les fronçais encore plus. « Foutue langue. » J’avais parlé à voix basse, marmonnant plus qu’autre chose, et peut-être ne m’entendrait-il pas ou ne comprendrait-il pas, mais ça m’indifférait. J’avais rien contre les français, ni contre leur langue, mais je comprenais pas, et ça me plaisait pas. Même s’il ne devait rien avoir dit d’important, vu le ton employé, vu la décontraction avec laquelle il avait dit ça. Mais quand même. « Il faudra que tu m’apprennes. Ta langue. Et qu’est-ce que tu viens de dire ? » Bien sûr, je savais que je n’apprendrais pas. On avait autre chose à faire, clairement. Surtout qu’on se retrouvait majoritairement pour travailler à notre survie, pas pour une chose aussi futile. Mais je n’aimais pas la frustration que causait le fait de ne pas comprendre. Alors je devais apprendre.

J’acquiesce, en l’entendant. De toute façon, nous étions trop tendus pour soumettre des choses cohérentes, en l’instant. Et si nous ne parvenions pas à les éloigner, nous n’aurions pas le moindre plan à construire, puisque nous ne serions plus là pour le voir. Je soupire. Il a raison, bien sûr. Surtout avec ma jambe, la plaie pouvant se rouvrir à tout moment. Et si ça arrivait, si ça s’envenimait… je ne préfère pas anticiper de conséquences funestes qui n’ont actuellement pas lieu d’être. Chaque chose en son temps. « Il y a beaucoup de façon de faire du bruit… Ne serait-ce que choper des casseroles dans la cuisine, et de les frapper les unes contre les autres. Mais si on descend, le zombie doit se trouver dans le salon. On va devoir le combattre, et sans bruit. »

Je me levais, m’appuyant sur le cadre du lit, en cas de déséquilibre, mais ça allait mieux. Un peu, au moins. J’allais pouvoir marcher à peu près correctement. Je m’avançais vers la porte pour l’ouvrir, alors que Philippe se relevait, et pour sortir. Sans bruit. Je devais faire attention, parce qu’il était fort probable que le zombie que nous avions entendu alors que nous montions soit dans le salon. Et si c’était le cas… nous étions sacrément dans la merde.

Type d'action Je sors de la pièce, et tente de descendre sans bruit.

J’abaissais la poignée, dans le plus grand silence je l’espérais, avant de poursuivre de la même manière, en empruntant l’escalier, m’efforçant d’équilibrer mon poids et mes pas au maximum. Je ne devais pas me trahir, surtout si le zombie se trouvait encore là. Je ne mis pas longtemps à y parvenir, et me penchant discrètement, pus le voir de dos à nous. Il ne nous avait pas encore repérés, mais ça n’allait pas tarder. Et je ne pouvais pas lui laisser cette chance.

Type d'action J'attaque le zombie (avec bonus arme blanche).

Je levais ma matraque sur lui, et d’un coup précis, lui ôtait définitivement la vie. C’était pas le plus propre ni le plus efficace, mais c’était fait. Prenant une couverture, j’essuyais les fluides qui m’avaient légèrement éclaboussée, et la jetais sur le corps à mes pieds, avant de me retourner vers Philippe.

« On en fait quoi ? »

Points de vie restants : 30
Munitions restantes : X.
Gains des fouilles : ...
Endroit où je me trouve : Dans une chambre.
Endroit où se trouvent mes ennemis : X.

|HJ| Ca ne m’aurait pas semblé cohérent qu’il y ait un obstacle au niveau de la porte, d’où le mouvement pour descendre et non pas sortir, mais s’il faut que je rajoute, dis moi ^^ Au pire, j’ai fait un mouvement de deux zones, donc ça couvre la sortie de la chambre et la descente. J’ai considéré que le zombie était là, ça me semblait plus cohérent. Si le fait qu’il les décèle pas direct ne colle pas, je peux modifier l’attaque par surprise ! ^^


Dernière édition par Eva McAllister le Sam 27 Sep - 15:53, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptySam 27 Sep - 15:42

Le membre 'Eva McAllister' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Mouvement' :
So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 MvtCla2

--------------------------------

#2 'Arme Blanche' :
So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 ArmeBla1 So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 ArmeBla4
Fall Of Man

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Fall Of Man
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptySam 27 Sep - 16:23

Je sais que ma réponse peut sembler un peu dure, sinon indifférente en tous cas. Je ne voulais pas résumer le lien que l'on partageait, ma famille et moi avec Eva, au simple rang de relation d'utilité. Nous n'étions pas comme ça, et si j'incitais tout le monde à considérer les autres comme des partenaires plus que des amis, nous ne pouvions pas rester de marbre devant la présence, le destin et le sacrifice de tous ces gens qui nous entouraient. Le dire maintenant aurait l'air maladroit, et pouvait peut être être mal interprété. Je ne voulais pas qu'Eva se fasse des idées, alors que notre compréhension mutuelle avait déjà fait en sorte de nous faire ressentir ce qui ressemblait à un lien d'amitié. Elle m'assure, comme rassuré, qu'elle restera fiable. Cela me fait un peu mal au cœur que l'on imagine que je juge définitivement les gens sur ce seul et unique critère. Si demain, nous trouvions un vieil handicapé en fauteuil roulant, aurais je le courage et la cruauté de l'abandonner, ou un bébé pleurant ? Je ne pense pas. Nous avons tous nos limites, et tant que les gens ne mettaient pas les autres en danger de manière irraisonnée et pire, volontaire... Les choses pouvaient continuer à suivre leur cours. Peut être aurons nous le temps de nouer de meilleurs liens quand les choses se calmeront, si seulement elles daignent le faire un jour. Un jour où nous pourrons enfin nous montrer humains, comme nous le sommes au fond de nous en cet instant précis. J'avais peur que ce jour précis n'arrive plus jamais, mais l'espoir maintient en vie...


J'entends Eva comme étouffer un juron alors que je me moque gentiment d'elle et de notre plaisanterie qui fait long feu. Je sens que ça la dérange de ne pas comprendre ; la jeune femme est de ces filles indépendantes qui ne supportent pas qu'on rie à leurs dépends ou pire, qu'elles n'aient pas le contrôle des choses. Elle me demande d'apprendre le français, et je la dévisage, étonné. Et me demande des explications. Je souris. La dernière fois que j'avais appris quelques rudiments de français à une jolie anglophone, c'était en échange de classe avec des écossais, et j'étais tombée sur une écossaise plutôt canon... bref, je reformulais.



| Je riais à propos de tes propositions obscènes, ma chère. |


Apprendre le français ? Je n'étais pas capable d'apprendre un truc aussi compliqué à qui que ce soit. Il valait mieux demander à Juliette je pense. Elle était très bonne pédagogue, son boulot était d'enseigner, après tout. Eva semble se ranger à mon avis, et son idée de faire du bruit, si elle éveille en moi des idées de plaisanterie plutôt perverses, est très loin d'être mauvaise ; elle est même carrément bonne !


| C'est super comme idée. Mais super dangereux. Si on doit fuir à toute vitesse, je te porterais peut être encore mais fais gaffe à pas trop y prendre goût. |


Dernier instant de détente avant la tuerie. Je pensais toujours que tuer ces morts vivants était un meurtre, pour la simple et bonne raison que c'était un virus qui les rendait ainsi. Qu'ils n'aient plus de cœur ne voulait pas dire qu'ils étaient morts et inertes, pas vrai ? On ne tue pas les animaux malades nnon plus, et s'il semble impossible de soigner nos infectés enragés, je considère quand même que je tue des gens. Des gens qui dans cette même pièce, avaient dormi ensemble, fait l'amour, eu des projets. Ce qui m'étonnait, c'était que les abattre restait facile pour moi, même si je gardais ces préoccupations en tête. Il y avait forcément quelque chose qui clochait, là haut... Bref. Eva et moi nous relevons et sortons discrètement de la pièce. Les escaliers sont vides, la porte toujours fermée. Parfait. Eva lève sa matraque et l'abat d'un coup sec, ce qui éclate le crâne du contaminé. Je murmure à son oreille.


| On le laisse là, ça nous fatiguerait pour rien de le déplacer. Et si des gens passant par ici peuvent se dire qu'il y a des tueurs sans pitié dans le coin, ça peut que les tenir à l'écart. |


En bas de l'escalier, je passe devant Eva. Je suis plus agile, la jambe qui n'est pas raidie par une blessure. Je me dirige vers la cuisine et de là, vers l'arrière de la maison.


Type d'action Je fais mouvement vers le fond du couloir


Nous arrivons dans la cuisine sans encombre, et sans avoir fouillé la maison ; nous n'avons pas le temps pour ça. Je prends la casserole qui traîne sur le feu éteint, et la tend à Eva tandis que je prends la poële d'a côté. J'utiliserais le manche de mes armes pour taper dessus.


| En attendant votre bon vouloir, madame... |


Points de vie restants :  30
Munitions restantes : .... 15
Gains des fouilles : ... ...
Endroit où je me trouve :  ... dans une chambre
Endroit où se trouvent mes ennemis : dans la cuisine  

_________________

Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr


Dernière édition par Philippe Esclavier le Sam 27 Sep - 16:25, édité 1 fois
Philippe Esclavier

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Philippe Esclavier
Running After My Fate
Messages : 8670
Membre du mois : 11
J'ai : 38 ans
Je suis incarné(e) par : Christian Bale
Crédit(s) : Kanala
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

. : So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 Admin10
Running After My Fate
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptySam 27 Sep - 16:23

Le membre 'Philippe Esclavier' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Mouvement' :
So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 MvtCla1
Fall Of Man

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Fall Of Man
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptySam 27 Sep - 18:01

Je ne suis pas particulièrement de bonne humeur, plutôt l’opposé, ce soir là. Les pensées qui me traversent ne me parasiteraient pas l’esprit, si tel n’était pas le cas. Je n’étais pas sereine, en temps normal, mais je refoulais bien mieux mes émotions. Je devais en tout cas me reconcentrer, rapidement, si je ne voulais pas aggraver la situation dans laquelle nous nous trouvions. Je m’efforce de ne rien laisser passer, rien de plus que le mouvement de tête que je fais pour m’inciter à ne plus me laisser dériver.

Je souris un peu plus franchement, en l’entendant traduire ce qui m’a laissé perplexe, parce que prononcé dans une langue que je ne maîtrisais pas. Mes propositions obscènes ? Personne ici ne savait rien de ma vie, et de ce que j’avais bien pu faire d’obscène, personne du tout en réalité, de vivant du moins, ne le savait. Philippe y compris. Mon sourire s’élargit, un bref instant. Je me taisais, malgré tout. Le temps de réellement réfléchir à un plan. Le temps de me rembrunir, légèrement, après lui avoir exposé le moyen de faire du bruit que j’avais en tête. Au moins, il approuvait. Même si l’idée de me faire porter me déplaisait. Je n’avais pas le choix, de toute façon.

« On a pas beaucoup de choix, de toute façon. A moins de dégotter une voiture avec de l’essence, un autoradio assez puissant… Mais chaque chose en son temps. Et si tu n’es pas assez musclé pour me porter, je me mettrais en boule et te laisserais me faire rouler dans la rue. »

Petite marque d’humour, un peu ridicule, mais nécessaire pour écarter le fait que je détestais cette idée de ne pouvoir être assez rapide. Sans un mot de plus, j’ouvrais la porte et m’apprêtais à descendre l’escalier, en me retournant un instant vers Philippe, un sourire particulièrement immature sur les lèvres.

« Concernant les propositions obscènes… Un simple malentendu, parce que je me suis mal exprimée. Mais je t’assure que si je t’en faisais, tu n’aurais pas le moindre doute sur la chose. »

Avant de repartir, sans lui laisser le temps de répondre, non sans jeter brièvement un regard à l’expression de son visage, tout en continuant à descendre. Il ne me connaissait pas comme ça, et je ne l’étais pas réellement. Plus vraiment. Très rarement, du moins. Mais j’étais presque sûre de l’avoir déstabilisé, et n’en étais pas peu fière. Ca ne dura toutefois pas. La réalité revint en force, alors que je remarquais le zombie encore présent. De dos. Ce qui ne m’obligeait pas à voir son visage, ses traits déformés mais encore légèrement humains. En un mouvement rapide et efficace, je lui ôtais définitivement la vie, ajoutant encore une victime à mon compte. Compte que j’avais perdu depuis longtemps, et qui me laissait indifférente depuis ma première confrontation avec eux. Avec tous mes proches, qui avaient adopté ces traits déformés.

Je prends une grande inspiration, alors que Philippe passe devant moi, ne tardant pas à le suivre dans la cuisine. Je saisissais sans attendre la casserole qu’il me tendait. Ca ferait parfaitement l’affaire. « Vous êtes bien brave, mon bon Philippe. » Je me moquais gentiment, et il ne le prendrait pas comme un affront, j’en étais certaine. Je pouvais voir de la fenêtre le porche sur lequel donnait la cuisine. A priori dégagé de toute menace. Nous devions sortir de toute façon, et faire face s’il y en avait une dissimulée.

Type d'action Je sors de la cuisine.

La porte s’ouvrit sans difficulté, Dieu merci elle n’était pas fermée, et, comme je l’avais suspecté, sur un jardin vide de population. Je m’avançais vers le fond de celui-ci, vers la palissade qui le séparait du jardin voisin. Nous allions devoir l’escalader. Des caisses se trouvaient dans un abri non loin, que l’on pouvait voir à travers la porte ouverte. Je les montrais à Philippe.

« On peut les entasser, pour monter dessus. Une fois de l’autre côté, on pourra commencer à faire du bruit. Ils sont pas là, et ils pourront pas passer les palissades. »

Points de vie restants : 30
Munitions restantes : X.
Gains des fouilles : ...
Endroit où je me trouve :  Dans le jardin.
Endroit où se trouvent mes ennemis : X.


Dernière édition par Eva McAllister le Sam 27 Sep - 18:18, édité 2 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptySam 27 Sep - 18:01

Le membre 'Eva McAllister' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Mouvement' :
So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 MvtCla2
Fall Of Man

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Fall Of Man
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptySam 27 Sep - 18:40

On y est. La deuxième partie de soirée ; l'after dans le jargon. Ca ne m'a jamais semblé aussi mortel qu'en cet instant. Je me revois, en planque, avec les copains. A attendre que notre cible se montre, pour l'embarquer de force dans nos locaux pour interrogatoire. On savait que les types qu'on était amenés à appréhender étaient souvent armés, sinon quoiqu'il arrive prêts à se défendre becs et ongles. Quoiqu'il se passe, quelqu'un dérouillait, et il y avait des chances pour faire partie du lot. De ce fait, je ressentais en cet instant précis le même genre d'appréhension. Le calme avant la tempête. Le rythme cardiaque s'accélère. La peur revient et mon esprit fatigué la domine du mieux qu'il peut. Je me concentre, je fais en sorte que les choses n'échappent en rien à mon contrôle. Eva sourit alors que nous tentons de plaisanter, apaiser un peu l'énorme pression que nous ressentons en cet instant précis. Je souris à mon tour.


| Oh, je sais pas si j'irais avec autant de finesse. Si tu n'avances pas assez vite, jeune fille, je te botte le cul. |


Si ça se trouvait, à faire le malin, c'est moi qui me péterait la gueule, et manquerait de me faire bouffer ou me ferait bouffer carrément. Il y avait souvent un moment, un endroit où les choses finissaient toujours par coincer. Quoiqu'il en soit, je ne remontais pas sur le principe de ne pas avoir assez de muscles, sinon les plaisanteries allaient encore devenir plus grivoises et je ne voulais pas mettre Eva plus mal à l'aise que je ne l'avais déjà fait. Et alors que nous avançons, elle se retourne et me lance ce qui ressemblerait presque à un défi. Je prends une mine consternée.


| Mince alors, moi qui était convaincu que mon sex appeal était toujours au beau fixe. Ces derniers temps, je n'attire plus que les zombies, c'est moche. |


plaisantais je, avant de me rembrumir. Là, j'en avais trop dit en plaisantant. Juliette m'en voulait à mort et les choses ne semblaient jamais vouloir se tasser. Je me taisais donc, plutôt que de redire de nouvelles conneries. J'enjambe le zombie au crâne démoli. Putain, faut pas l'énerver la gonzesse. Elle lui a fait de la marmelade avec sa cervelle et son crâne en décomposition, et je savais qu'il fallait une grande force physique en plus de bon matériel pour parvenir à un résultat aussi dévastateur. Je renchéris envers Eva, alors qu'elle prend l'outillage que je lui tends.


| Ca a dû te manquer, d'avoir une bonne casserole en main... |


Je la taquinais alors que je savais très bien qu'elle faisait partie de ces femmes qui avaient en horreur les plus petites traces de sexisme, mais je m'en fichais bien. Le but était qu'elle comprenne que je n'étais pas sérieux. Bon maintenant, fini de rigoler ; on se prépare et on sort. Personne dans le jardin, mais le retour de tous ces râles glauques à quelques mètres seulement. Je fronçais les sourcils, alors que son idée n'était pas mauvaise mais comportait une faille.


| Tu oublies que s'ils restent bloqués derrière la palissade, ils risquent d'aller voir ailleurs. On veut qu'ils nous suivent ; au moins pendant un moment. Attention. | lui dis je en lui indiquant de se décaler sur le côté.


Type d'actionJ'essaie de faire sauter plusieurs planches de la palissade


Je donnais un énorme coup de pied, talon en avant, dans les planches de la palissades. Encore, et encore. Les Z commençaient à se rapprocher, alors que je nous ménageais une entrée. J'avais retiré quelques plances, les déclouant à grands coups de lattes, et lui indiquais l'infractuosité.


| Les femmes d'abord... |


Décidément, quel plaisantin ! puis, je me retournais vers les Z qui commençaient déjà à contourner la maison, et tapais dans ma casserole avec la crosse de mon flingue ; j'avais sorti un équipement plus sérieux vu le danger.


| Allez les enculés, par ici ! Y'a de la viandre fraîche au menu ! L'éclopée d'abord, oubliez pas! |


Une manière d'atténuer la terreur que je ressentais, à l'idée de rester du mauvais côté de la barrière le temps que ma petite camarade soit passée. Les Z ne pourront jamais passer à plus de deux, et lorsque la palissade tombera, nous aurons pris pas mal d'avance....


Points de vie restants :  30
Munitions restantes : .... 15
Gains des fouilles : ... ...
Endroit où je me trouve :  ... dans le jardin
Endroit où se trouvent mes ennemis : sur le côté de la maison, innombrables  

_________________

Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr


Dernière édition par Philippe Esclavier le Sam 27 Sep - 18:43, édité 1 fois
Philippe Esclavier

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Philippe Esclavier
Running After My Fate
Messages : 8670
Membre du mois : 11
J'ai : 38 ans
Je suis incarné(e) par : Christian Bale
Crédit(s) : Kanala
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

. : So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 Admin10
Running After My Fate
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptySam 27 Sep - 18:40

Le membre 'Philippe Esclavier' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé Action' : 4


Philippe y arrive, mais tous les Z entendent le raffût et ont le temps de se rapprocher; ils sont à une zone des deux survivants !
Fall Of Man

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Fall Of Man
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptySam 27 Sep - 19:14

Dans quelques instants, la tension sera à nouveau à son comble. A nous envelopper, nous dévaster presque, si nous ne prenons pas garde de la tenir à distance. On est bien conscients, ou moi le suis-je du moins, de l’incongruité de nos propos, mais ça ne change rien à leur caractère indispensable. Si on ne veut pas perdre la tête, à cause de la peur, de la suspicion. « Tu ferais mieux de pas trop t’approcher de mon cul, si tu veux garder le tien en état, vieil homme. » Je m’efforçais de rester sérieuse, malgré tout. Il n’est nullement question de rire à ses propos, ou de hausser la voix, entrainée par la plaisanterie. Ce serait inconscient, et probablement annonciateur d’un problème à venir. On avait réussi à regagner un peu de contrôle, nous ne pouvions pas le perdre. Mon sourire ne disparaît pas, malgré tout, à voir sa réaction à mes propos. Pour peu, il aurait pu faire comédien… dans une troupe qui prônait l’exagération forcée, en tout cas. J’étais presque certaine qu’il n’était pas le moins du monde perturbé par ma remarque. Pas perturbé du tout, en revanche… Je ne relevais pas, mais le sérieux de sa phrase ne m’avait pas échappé. Pas plus que le fait que son visage se soit assombri. Une partie de moi, égoïste, ne parvenait pas à s’affliger de tout ce qu’il laissait entendre. Une autre, bien plus rationnelle en revanche, voyait ça d’un très mauvais œil… Qu’adviendrait-il du groupe, si les choses tournaient mal ? Au delà de mon attachement pour chacun, que je m’étais promis de dissimuler et de mettre sous clef quelques minutes plus tôt dans la maison, et du vœu que je m’étais fait de les protéger, notre cohésion et notre entraide étaient importantes. Je ne lui fis pas l’offense de le questionner à ce sujet, malgré tout. S’il voulait en parler… eh bien, il ne le voudrait pas, j’en étais persuadée. Et ça n’était guère le moment, de toute façon.

Je le suivis en silence, contournant l’obstacle que je préférais ne pas regarder, et remerciant Philippe qui m’accueillit en me tentant une casserole. Et en faisant une remarque grivoise, et misogyne. Pas la première, et surement pas la dernière. Mais ça ne la rendait pas acceptable pour autant - que je sache qu’il plaisante ou non. La casserole en main, je la plaquais contre lui, on ne peut plus sérieuse. « Je manie aussi bien la casserole que la matraque, j’en suis sûre, et je parle sans allusion aucune mais au sens réel de ces mots, et je peux t’assurer que si tu devais tâter de l’une ou de l’autre parce que tu fais une autre remarque comme ça, tu le regretterais. Mais si tu veux mettre en cause mon expertise, je t’en prie… » J’avais fini ma phrase sur un ton beaucoup plus léger, montrant que j’étais passée à autre chose. Je ne tairais pas mon mécontentement à ces remarques, qu’elles soient prononcées en petit comité ou non, pas plus que je ne m’appesantirai là-dessus. Ca n’entravera pas notre entente, de toute façon.

Je fronçais les sourcils à mon tour, en l’observant à l’extrémité du jardin. Il a raison, mais on risque de se retrouver coincés par les palissades des jardins à chaque fois. Et même s’ils passent a u compte gouttes, on pourra se retrouver submerger. J’ai pas le temps de lui dire, qu’il commence à péter la palissade, me laissant à peine le temps de paniquer. A grand renfort de bruit. Exactement ce que l’on veut provoquer, mais un peu trop rapidement peut-être. Peu importe, le temps n’est plus à la réflexion. Je m’engouffre dans l’ouverture.

Type d'action J’essaye de parvenir dans le jardin de la maison mitoyenne.

Je passe sans difficulté, me dégageant pour permettre à Philippe de me suivre tout aussi rapidement, alors que j’avance pour retourner à l’autre extrémité. Je l’imite, frappant sur la casserole dans ma main avec ma matraque, pour faire suffisamment de bruit. En espérant qu’ils nous suivent. Si ça n’est pas le cas… Je ne préfère pas y penser.

Points de vie restants : 30
Munitions restantes : X.
Gains des fouilles : ...
Endroit où je me trouve : Dans un jardin.
Endroit où se trouvent mes ennemis : Sur le côté de la maison à deux zones, innombrables.


Dernière édition par Eva McAllister le Sam 27 Sep - 19:18, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptySam 27 Sep - 19:14

Le membre 'Eva McAllister' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Mouvement' :
So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 MvtCla1
Fall Of Man

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Fall Of Man
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptyDim 28 Sep - 14:03

Je hausse un sourcil à la menace d'Eva. S'en prendre à mes fesses ? Juliette les définissait souvent comme à croquer, et ça m'avait d'ailleurs toujours semblé particulièrement étrange d'avoir plus de compliments en tant qu'homme sur mon postérieur que sur mon sourire, ma virilité, et tout le reste. D'ordinaire, j'associais plus naturellement un beau fessier avec une jolie femme... Une fille comme Eva, quoi. Je ne le notais pas vraiment d'habitude, car j'avais Juliette dans ma vie et je n'étais pas du genre à regarder ou m'intéresser à d'autres femmes. Franchement, quand je voyais les effets dévastateurs que ce genre de comportement avait eu sur la famille de mes collègues. La mienne n'avait pas besoin de ça en plus, ça au moins c'était clair ! Mais c'était vrai qu'Eva était une belle femme. Elle avait tout ce qu'il faut, là où il faut aurait dit mon père. J'avais rarement eu des partenaires féminines, et plus rarement encore des aussi bien roulées. Mais là, on était un peu beaucoup pris pour penser à ce genre de choses. D'autant que je l'avais gênée avec ma confidence bien involontaire sur l'état de ma relation avec Juliette, ce qui franchement me trouait toujours autant le coup. Si la jolie blonde de ma vie me voyait un peu, ce soir... Non, elle devait flipper de pas me voir revenir, me maudissant pour ces initiatives dangereuses. Alors que tout ça, c'était pour elle.


Eva se faufile par le trou pratiqué à grands coups de pied dans la clôture, et elle commence à tambouriner à son tour tandis que je la suis dans le jardin d'a côté ; Heureusement qu'elle est passée la première, en forçant avec ses épaules, elle a viré des restes de planches qui auraient pu me maintenir bloqué. Et ce joli cul qui plaisait tant aux gonzesses aurait fini en bavette à l'échalotte sans échalotte. Les Z nous suivent, bien sûr. Ils sont dans le jardin, et je commence à voir leurs silhouettes se glisser derrière. Je me rue vers la palissade suivante, commençant à faire le même ouvrage.



| Ils mordent à l'hameçon, putain ça marche! |


Type d'actionJ'essaie de faire sauter plusieurs planches de la palissade du second jardin à coups de pied


Ca marche ! Je défonce encore la clôture et fais signe à Eva de passer encore en première position.


| On repasse dans la rue ? Elle est large, et avec en plus les jardins de devant à découvert, on sera moins exposés qu'ici et on les emmenera plus loin ! Puis, quand tu le sens plus, on entre dans une maison, on ressort par derrière, et on quitte le coin ! Go? |


Points de vie restants :  30
Munitions restantes : .... 15
Gains des fouilles : ... ...
Endroit où je me trouve :  ... dans un jardin
Endroit où se trouvent mes ennemis : dans le jardin précédent, innombrables  

_________________

Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr


Dernière édition par Philippe Esclavier le Dim 28 Sep - 14:06, édité 1 fois
Philippe Esclavier

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Philippe Esclavier
Running After My Fate
Messages : 8670
Membre du mois : 11
J'ai : 38 ans
Je suis incarné(e) par : Christian Bale
Crédit(s) : Kanala
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

. : So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 Admin10
Running After My Fate
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptyDim 28 Sep - 14:03

Le membre 'Philippe Esclavier' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé Action' : 7
Fall Of Man

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Fall Of Man
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptyDim 28 Sep - 15:23

Je hausse les épaules, alors qu’il accueille ma remarque sur ce que son postérieur pourrait subir avec scepticisme. Peu importait, ce n’était qu’une remarque en l’air, comme la sienne avant ça. Il n’était pas question de s’attarder là-dessus, pas alors qu’une horde de zombies prête à nous submerger se trouvait à proximité, si l’on n’était pas extrêmement précautionneux, extrêmement prudents. Tout le reste, tous les propos échangés, devait être secondaire. On devait progresser et vite. Si elle était encore jeune, la nuit ne durerait pas éternellement, et il nous serait plus compliqué de leur échapper sans le masque que nous procurait l’obscurité. Bref. J’avançais à travers l’ouverture d’un pas énergique, le plus énergique possible compte tenue de ma blessure, pour parvenir à l’autre bout du jardin, et faire du bruit à chaque coin pour les attirer, alors que Philippe démonte un nouveau morceau de la palissade pour qu’on s’y fraye encore un chemin. J’aurai pu, du, le faire moi-même. La casserole ou ma matraque auraient bien servi à défoncer cette putain de clôture qui entravait notre progression autant qu’elle nous servait à entraver celle de Zack.

Je lui souris légèrement, alors qu’il se réjouit que ça fonctionne, à haute voix. Parler à voix modérée est le dernier de nos soucis, alors que nous faisons de toute façon un boucan à même de réveiller un dinosaure, enterré 36 pieds sous terre, disparu il y a bien longtemps. « Tu doutais de mon génie et de mon idée parfaite ? Petit clin d’œil, avant de reprendre, sur un ton plus sérieux. On forme une bonne équipe, alors continuons, histoire qu’on se retrouve pas piégés comme des cons. »

J’emprunte le passage de fortune créé, donnant un coup de pied de ma jambe valide dans une planche qui s’était pas pétée entièrement, me décalant une fois passée et me retournant vers lui. « Ok, mais on fait pas le tour, c’est pas grand, mais ça nous fera perdre du temps. Faut qu’on pète la palissade sur le côté là. »

Sans attendre de réponse ou son aval, devant notre seule solution, je m’approchais de la barrière latérale, et donnait de grands coups dedans, à l’aide de ma jambe puis de ma matraque pour dégager une ouverture, ayant posé la casserole un instant.

Type d'action Je donne à mon tour des coups dans la clôture.

Le bruit ambiant en serait presque effrayant, si ça n’était pas notre but. Une fois l’issue dégagée, je passe à travers elle, un peu plus silencieusement. Au cas où des zombies se trouveraient là, à nous attendre. Je pousse un soupir de soulagement, en constatant qu’il n’en est rien.

Type d'actionJ‘avance dans la rue.

Le but est de mettre le plus de distance possible, même s’il faut pour cela qu’ils ne nous perdent pas de vue, alors je ne perds pas mon temps, et me dirige vers l’artère principale, quittant l’allée située entre les maisons. Là non plus, rien. Parfait. J’attends que Philippe me rejoigne, espérant qu’il soit sur mes talons, pour recommencer le raffut. Hors de question de le laisser à la merci de nos assaillants. « Ca marche, on avance. Sois prudent, il peut y en avoir d’autres qui ne se seraient pas joints au troupeau ! »

Points de vie restants : 30
Munitions restantes : X.
Gains des fouilles : ...
Endroit où je me trouve :  Sur le devant d'une maison.
Endroit où se trouvent mes ennemis : Dans le jardin de la maison, à deux zones.


Dernière édition par Eva McAllister le Dim 28 Sep - 15:35, édité 2 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptyDim 28 Sep - 15:23

Le membre 'Eva McAllister' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé Action' : 8

--------------------------------

#2 'Mouvement' :
So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 MvtCla1
Fall Of Man

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Fall Of Man
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptyDim 28 Sep - 16:01

Le plan semble fonctionner. Il n'y a plus aucun obstacle à ce que l'on réussisse ce pourquoi nous étions venus ; il y avait dans l'air une odeur ténue mais tenace, que je décelais toujours avec satisfaction. L'odeur de la victoire. Plus de blessure, plus de zombies en face de nous. L'action, et la décision rapide. Maîtres mots du succès, et Eva et moi étions en train de le connaître, de partager cette réussite qui, nom de Dieu, faisait le plus grand bien. Je continuais d'ouvrir la route à grand coup de tatane ; y'a pas à dire j'avais peut être des vêtements usés par le voyage mais mes chaussures de marche étaient suffisamment solides et renforcées pour me permettre d'y aller brutalement avec elles, ce qui m'allait parfaitement bien. Eva sourit, et même si cette mimique est ténue je sais qu'elle aussi savoure notre réussite, à tel point qu'elle parvient à faire un bras d'honneur à la mort et à la peur en me lançant une autre petite pique, avant de continuer sur sa lancée mais de manière un peu plus sérieuse.


| Je ne doute de rien quand t'es dans les parages petite, on arrive toujours à trouver des solutions. |


Je laisse faire la jeune femme, quand elle nous ménage un passage à son tour. Je souris, amusé par la situation. Elle aussi aimait bien tout casser, et franchement, on pouvait pas dire que ça me dérangeait plus que ça, bien au contraire. Voir une femme tout dégommer à grands coups de bottines, franchement, ça se faisait pas tous les jours.


| Je te suis |


Craquements de bois, râles et grognements. Les zombies sont derrière nous, ils ont enfoncé la palissade précédente. Mais nous ne sommes déjà plus là pour le voir ; Eva ouvre la marche et je l'entends soupirer de soulagement alors qu'elle continue d'avancer. Pas de Z de l'autre côté ; mon cœur bat un peu moins vite. Vous nous imaginez vous, tomber sur une autre meute de ces horreurs ? Il ne resterait plus grand chose de nous, sinon une flaque de coulis de mûres. Et croyez moi, ça se serait pas fait sans douleur. Eva et moi commençons à avancer mais comme moi je ne suis pas handicapé par une blessure, je la laisse prendre encore la tête alors que nous foulons de nouveau le bitume de la rue principale ; je me retourne et surveille nos arrières, et la progression des contaminés derrière nous, qui essaient toujours de nous rejoindre. Je dépasse Eva, pour reconnaître le bout de la rue.


| T'en fais pas va ; je sens déjà le confort de mon lit, je vais pas en laisser un nous empêcher de faire de cette sensation une réalité. |


Type d'actionJe prends les devants pour nous ouvrir la route de la rue perpendiculaire, à l'opposé de là où nous venons, toujours plus loin...


Je découvre au coin de la rue... Un zombie solitaire, qui nous repère et marche dans notre direction. Il est plus loin que la meute derrière nous et il est seul. Pas le choix...


| Putain de merde ; il faut le démonter ce connard! |


Points de vie restants :  30
Munitions restantes : .... 15
Gains des fouilles : ... ...
Endroit où je me trouve :  ... dans la rue
Endroit où se trouvent mes ennemis : à une quinzaine de mètres derrière nous, innombrables
Un devant nous, à deux zones.  

_________________

Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr


Dernière édition par Philippe Esclavier le Dim 28 Sep - 16:05, édité 1 fois
Philippe Esclavier

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Philippe Esclavier
Running After My Fate
Messages : 8670
Membre du mois : 11
J'ai : 38 ans
Je suis incarné(e) par : Christian Bale
Crédit(s) : Kanala
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

. : So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 Admin10
Running After My Fate
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptyDim 28 Sep - 16:02

Le membre 'Philippe Esclavier' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Mouvement' :
So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 MvtCla3
Fall Of Man

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Fall Of Man
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptyDim 28 Sep - 18:38

Les débuts avaient été quelque peu chaotiques, le linge entourant partie de ma jambe me le rappelait et m’encourageait à être vigilante, toujours sur le qui-vive, mais l’arrêt forcé que nous avions subi nous avait permis de nous organiser un peu mieux, et de trouver une stratégie qui payait. Qui nous aidait, à avancer, et à mener à bien la tâche que nous nous étions octroyée. Cela appuyait, si ça avait été nécessaire, le besoin d’établir des plans, à courts et longs, souligné par Philippe. Nous n’en étions que plus efficaces, plus concentrés aussi peut-être. Nous avions agi dans la précipitation, quand il était venu me chercher, poussés par la force des choses, mais nous devions nous forcer à nous poser, à réfléchir. Ca n’était peut-être pas dans nos habitudes, dans nos cordes d’émettre des stratégies, mais c’était ainsi qu’il devait en être, si nous voulions savourer cet arrière-goût de victoire, et ne pas nous laisser gouverner par la peur. J’acquiesçais, en l’entendant. C’était réconfortant, d’avoir des preuves de sa confiance en moi, de ce qui nous liait… que j’avais remis en cause, quelques instants auparavant, me reléguant au rang d’outil. Je ne savais réellement qu’en pensant, mais je ne pouvais m’appesantir dessus. « Je ne doute pas non plus, on se débrouille plutôt bien, papi. »

J’étais loin de le considérer comme un vieux, il n’était même pas tellement plus âgé que moi. Enfin, je le supposais, je ne savais pas son âge exact. Mais il avait toujours l’air jeune, malgré les stigmates, malgré les traces indéniables que laissait cette situation impossible sur lui. Je ne devais pas en être épargnée non plus. J’étais même certaine de ne pas en être dépourvue. Mon visage, mon corps, devaient refléter toute la pression que nous infligeait cette situation, tout comme c’était visible sur Philippe. Mais cela ne l’en rendait pas moins attirant. Je secouais la tête. Je ne devais pas me disperser, à cause d’un sentiment temporaire de sécurité et de réussite. Pas pour une broutille comme ça, en plus. Le danger n’était pas éloigné, juste maîtrisé. Pour l’instant.

Je souris, pour moi-même, alors qu’il indique me suivre, après que je me sois défoulée sur la palissade. C’était pour nous permettre d’avancer, mais aussi un excellent moyen de me défouler, d’achever d’éloigner la tension, encore un peu plus. Je n’avais pas choisi de faire de la boxe, un sport relativement violent malgré tout, pour rien. Et même si je restais marquée par mon passé de ballerine, dans la fluidité et la discrétion de mes mouvements, la boxe m’avait aussi appris beaucoup. Je ne suis pas sereine, mais un peu plus tranquille, en constatant qu’aucun corps putréfié et mouvant ne nous attend, dans la rue. Si nous avions été pris en sandwich entre deux foules de zombies… je n’aurai pas donné cher de notre survie. La chance semble véritablement nous sourire, encore un peu. Pourvu que ça soit le cas jusqu’à demain, et jusqu’aux jours suivants. Difficile de me représenter un futur débarrassé de cette menace, mais il faut parfois conserver l’espoir.

« Je compte sur toi pour arriver à ton lit en un morceau. »

Je le suis, légèrement éloignée, mais pas trop, alors qu’il progresse le long de l’allée perpendiculaire à celle dont nous sortons. Je suis aussi son regard, qui se pose sur un zombie esseulé. J’acquiesce brièvement. On doit l’abattre, et en silence. Pas d’arme à feu, donc. Même si l’on veut se faire suivre par les zombies, qu’ils débarquent tous, et on va se retrouver dans la merde la plus totale.

« Je m’en charge. Suis moi… au cas où. »

Type d'action J’essaye de rejoindre le zombie.

Ma jambe allait beaucoup mieux, et c’est d’un pas rapide et plutôt assuré, que je parcourais la distance qui nous en séparaient, dans la rue dans laquelle on pouvait voir quelques voitures abandonnées, mais qui était sinon plutôt vide. Je n’eus aucune difficulté à arriver jusqu’à lui, matraque en main, prête à frapper.

Type d'action Je l’attaque.

C’était sans compter son imprévisibilité, et le coup qu’il porta à ma jambe, alors qu’il se mouvait pour m’atteindre. Je serrais les dents, sentant la douleur ressurgir. Je baissais la tête un instant, assez long pour constater que la plaie s’était rouverte. Putain. Je me plaçais en position défensive, espérant pouvoir contrer toute tentative d’approche ou de me mordre, le temps de trouver le meilleur moyen d’attaquer à nouveau.

Points de vie restants : 27/30
Munitions restantes : X.
Gains des fouilles : ...
Endroit où je me trouve : Dans la rue.
Endroit où se trouvent mes ennemis : Un au combat, les autres non loin, innombrables.


Dernière édition par Eva McAllister le Dim 28 Sep - 19:00, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptyDim 28 Sep - 18:38

Le membre 'Eva McAllister' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Mouvement' :
So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 MvtCla2

--------------------------------

#2 'Arme Blanche' :
So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 ArmeBla2 So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 ArmeBla2
Fall Of Man

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Fall Of Man
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptyDim 28 Sep - 20:07

On continue d'avancer, mais je commence à me rendre compte de l'énorme taille de la horde sur nos talons. Je ne peux absolument pas compter, ni évaluer de manière à peu près certaine le nombre de Z qui nous poursuivent, car il fait bien trop sombre pour ça. Je peux les évaluer à la louche, cependant, et je suis ébahi par le nombre de silhouettes en mouvement. Ils sont tout simplement trop nombreux. C'est dans des moments pareils où l'on craint le plus pour sa vie, et où l'on se dit que finalement les choix que nous avons faits ne sont pas tous si merdiques que ça. Genre venir jusqu'ici est clairement mauvais pour la santé, mais si ça peut aider à ne pas retrouver sa famille dépiautée et équarrie dans la maison où je les ai laissés... Ca m'arrangeait fortement, de penser ça. J'avais bien besoin de « preuves » qui établissaient mes compétences, pour éviter de me sentir en permanence comme le dernier des abrutis. La jeune femme à mes côtés me traite de papy. Je n'ai aucune idée de son âge. J'imagine, dans la trentaine, trente cinq ans max peut être. Moi, j'ai bientôt quarante ans. Bien peu pour les standards d'avant guerre, mais beaucoup pour les actuels. Ou pour ceux qui suivront. Dans ce nouveau monde, tous ceux qui n'ont pas des réflexes au top et une santé de fer se retrouveront bien vite relégués au rang de simple amuse bouche.


| Vieux mais encore vigoureux. |


Répondis je en français, bien incapable de le faire en anglais une fois encore sous l'effet de la pression et de la fatigue. Je souris à la remarque d'Eva sur le lit, remarque qui se voulait innocente mais que je ne tardais guère à identifier comme étant particulièrement dépravée. Peu importait, on n'avait plus le temps pour ça. Plus maintenant qu'il y avait des ennemis devant et derrière, la situation commençait à puer encore un peu plus. Bientôt, elle deviendrait proprement invivable, ça vous pouvez me croire. Eva se prépare à sauter à la gorge, ou plutôt au crâne, du zombie qui traîne dans notre direction. Elle galope presque ; elle a repris du poil de la bête ça me semble évident. Mais elle échoue. En la suivant, je tire mon pistolet. Tant pis pour la discrétion, nous devons passer.


Type d'actionJe tire un coup de feu


Je presse la détente et fait sauter le côté du crâne du putréfié dans un bruit de tonnerre, dont l'os et la cervelle gicle sur le côté. Eva est sauve. Je passe sa main par dessus mon épaule opposée et ma main sur l'autre extrêmité de son bassin, et l'aide à avancer le plus rapidement possible.


| On va y arriver, plus que quelques dizaines de mètres, et on se barre par une maison. Allez, on va y arriver... ON va y arriver... |


Derrière, la Meute grondait sa faim et sa haine des vivants.


Points de vie restants :  30
Munitions restantes : .... 14
Gains des fouilles : ... ...
Endroit où je me trouve :  ... dans la rue
Endroit où se trouvent mes ennemis : à une quinzaine de mètres derrière nous, innombrables, soit deux zones  

_________________

Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr


Dernière édition par Philippe Esclavier le Dim 28 Sep - 20:10, édité 1 fois
Philippe Esclavier

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Philippe Esclavier
Running After My Fate
Messages : 8670
Membre du mois : 11
J'ai : 38 ans
Je suis incarné(e) par : Christian Bale
Crédit(s) : Kanala
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

. : So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 Admin10
Running After My Fate
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptyDim 28 Sep - 20:07

Le membre 'Philippe Esclavier' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Arme à Feu' :
So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 ArmeFeu1 So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 ArmeFeu5
Fall Of Man

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Fall Of Man
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptyDim 28 Sep - 21:16

Il recommençait avec le français ! Pas possible… Je fronçais les sourcils, par contrariété de ne pas comprendre, mais ne disant rien. J’apprendrais cette foutue langue, tôt ou tard. Avec Chloé, peut-être. Si l’on avait un instant de répit suffisamment grand, pour qu’elle m’accorde ça. Enfin, ça n’allait pas se faire du jour au lendemain, de toute façon, et il faudrait un long moment avant que j’y comprenne quoi que ce soit. Si j’arrivais un jour à comprendre le moindre mot. Je soupirais, sans réagir autrement. Il savait que ça me perturbait de ne pas comprendre, alors il me dirait ce qu’il avait dit s’il le voulait. En attendant, nous avions du pain sur la planche, si on voulait, comme il l’avait indiqué, retrouver nos lits et essayer de dormir. L’idée m’était à la fois plaisante et déplaisante. Le manque de sommeil ne manquerait peut-être pas de refrapper, et l’inquiétude latente aussi. Même si on contribuait actuellement à enrayer une partie du danger immédiat.

Partie du danger immédiat, qui se présente sous la forme d’une horde de zombies bien trop grande derrière nous et de plus en plus proche, et celle d’un zombie, isolé mais pas moins dangereux quoi que bien plus maitrisable, devant nous. Je frappe, mais mon geste dévie, alors que Zack me déstabilise en rouvrant la plaie à ma jambe. Comme si je n’avais pas été un boulet suffisamment longtemps, pendant le début du trajet. Je jette un regard en arrière, pour voir Philippe le pistolet au poing. Je m’écarte, juste assez pour ne pas être en ligne de mire… Je l’espère, du moins. Je ne fais pas un geste, alors que la balle explose la tête du cadavre, pas un frémissement, rien. Juste la morne constatation que Philippe a fait ce qu’il fallait, une fois de plus.

Je regarde en arrière, voir où se trouvent les zombies. Pas bien loin, mais pas suffisamment près pour nous apporter des problèmes. Du moins, si l’on part de suite. Je suis le geste de Philippe, alors qu’il me permet de m’appuyer sur lui, tout en gardant une partie de ma liberté de mouvement. Bien mieux que de me porter. Peut-être moins rapide… Mais on doit partir, vite. On les a pas mal éloignés, et si on continue, on pourra repartir, vite.

Type d'action J'avance pour agrandir suffisamment la distance entre la horde et nous, et nous rapprocher du porche d'une maison.

C’était sans compter le zombie qui se détacha d’un jardin, sortant d’une maisonnette pour enfants, se dirigeant droit vers nous. Le coup de feu avait du l’attirer aussi. Nous étions dans sa ligne de mire, et si nous ne parvenions pas jusqu’au porche de la maison à quelques pas pour y entrer, on allait être dans une sacré merde. Ca serait pas joli à voir. Mais on devait avancer, et espérer le semer. Les semer. Et qu’ils rejoignent les siens, si l’on se soustrayait à sa vue. Je jurais rapidement, de façon probablement incompréhensible pour Philippe vu la vitesse à laquelle j’avais parlé, ce qui m’arrivait très rarement. Mais bordel, la situation s’était améliorée, et si ça pouvait continuer comme ça, ça serait beaucoup mieux.

« Traçons, et te préoccupe pas de ma blessure, on gèrera après. Si on perd du temps avec lui, c’est eux qui vont nous tomber sur la gueule. Et ça, on veut pas. »

Je reprenais la marche, ignorant la douleur qui irradiait ma jambe, sur laquelle je forçais.

Points de vie restants : 27/30
Munitions restantes : X.
Gains des fouilles : ...
Endroit où je me trouve :   Dans la rue.
Endroit où se trouvent mes ennemis : Un à deux zones, les autres à plus d’une vingtaine de mètres (trois zones), innombrables.


Dernière édition par Eva McAllister le Dim 28 Sep - 22:28, édité 2 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptyDim 28 Sep - 21:16

Le membre 'Eva McAllister' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Mouvement' :
So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 MvtCla3
Fall Of Man

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Fall Of Man
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: So Take This Night [Livre I - Terminé]   So Take This Night [Livre I - Terminé] - Page 2 Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
So Take This Night [Livre I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» [RS] Fright Night [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Le Livre de la jungle [DVDRiP]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall of Man :: 
Anciennes zones de jeux
 :: Coaticook et la Route vers le Nord :: Le Centre-ville :: Rues
-
Sauter vers: