AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
Every moment is an opportunity [Livre I - Terminé]
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageSujet: Re: Every moment is an opportunity [Livre I - Terminé]   Every moment is an opportunity [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptyDim 22 Fév - 14:47


L'ancien braqueur venait de mettre fin à tout ça. A moins que ce soit Miria qui l'ait fait en se mettant à pleurer contre lui. En quelques secondes, ça lui avait fait réaliser ce qu'il était en train de faire : une énorme bêtise. Pourtant, vous pouvez le croire, coucher avec une fille n'a jamais été une erreur pour lui. Depuis toujours, il se fiche des sentiments, la seule chose qui comptait c'était le sexe et rien de plus. Avec elle, c'est différent, car il a des sentiments et il refuse de les écouter. Tout est embrouillé en lui, mais il sait que quoi qu'il arrive, il lui fera du mal. Alors, plutôt que de lui faire du mal plus tard, autant le faire maintenant tant qu'elle n'est pas accro à lui. Les sentiments deviennent plus douloureux avec le temps, non ? Il lui dit une fois de plus que ce n'est pas possible, qu'il veut mieux en rester là, car il ne veut pas la faire souffrir, bien que ce soit déjà le cas. Mais qu'importe, au final, c'est lui qu'il protège, égoïste comme il est. C'est sa façon de se protéger, elle ne peut pas le savoir, elle ne connait pas son passé et c'est mieux ainsi. Javik n'a pas besoin qu'elle ait de la pitié pour lui.

Alors qu'il venait de remettre son t-shirt, elle l'avait suivi près de l'escalier. Visiblement, elle était une fois de plus en désaccord avec lui. Elle refusait de le croire quand il disait qu'avec lui elle ne sera jamais heureuse. Pourtant, c'est la vérité. Le peu de sentiment qu'il ressent sont surement passager. C'est peut-être une envie, l'envie de se l'approprier, de la posséder. Mais une fois que ça arrivera, est-ce qu'il aura encore envie d'elle ? Voyez-vous, c'est justement sur ce point-là qu'il en doute. Lawson est ce qu'on pourrait qualifier d'un homme à femme, il ne peut pas se contenter d'en avoir une seule. La fidélité ce n'est pas son truc. Croyez-vous que Miria acceptera de la voir coucher avec d'autres femmes ? Avec Morgane par exemple ?

La jeune femme continue. Est-ce qu'elle est en train de rejeter la faute sur elle, là ? Ou cherche-t-elle a apitoyer Javik en agissant de la sorte ? Elle se sous-estime, elle se traine d'idiote et de simplette. Ceci devient pitoyable et ridicule. Il ignore comment il y est parvenu, mais la carapace autour de son coeur vient de se réparer, emprisonnant et enfouissant à des années lumières ce qu'il avait pu ressentir pour elle il y a quelques minutes. Miria se fait vraiment des films, le fait qu'il ait été doux avec elle lui fait penser qu'elle lui ment. Bon, c'est vrai, elle n'a pas totalement tort, mais là c'est trop tard. Ça ne risque pas d'arriver de nouveau. Elle tente même d'éveiller chez lui de quelconques sentiments en le touchant. A présent, il la trouve misérable, c'est fou ce qu'elle lui fait pitié à pleurnicher de la sorte. Ça lui rappelle qu'il n'aime pas ce genre de personne. Elle lui rabâche qu'elle l'aime, mais il reste impassible et froid. Avant de faire céder une nouvelle fois sa carapace, elle va avoir du boulot. Sans grande sympathie, il retire la main qu'elle avait posée sur son torse."Comment faut-il que je te le fasse comprendre, Miria ? Je ne suis pas amoureux de toi !" Peut-être que redire ce qui doit être la vérité lui fera enfin comprendre que c'est impossible entre eux. "J'ai jamais aimé personne de toute ma vie et ça ne risque pas de commencer aujourd'hui. Je me fiche de ce sentiment ! Il rend faible et je refuse d'être faible !" lâcha-t-il avec ce visage froid et impassible. "Tu crois que parce qu'un homme est doux et gentil avec toi ça veut dire qu'il t'aime ? Réveille-toi, Miria ! Je sais juste comment m'y prendre pour avoir ce que je veux. Tu crois que jusqu'ici, j'ai mis des femmes dans mon lit comment ? Suffit d'être un brin manipulateur, de faire croire ce que vous voulez et hop vous écartez les cuisses !" Et bim, prend ça dans ta face la rouquine ! Si après ça, elle ne le voit pas comme un salaud, c'est un cas totalement désespéré. "Je te l'ai dit, j'suis qu'un salaud. Et j'ai mes propres envies à satisfaire." déclara-t-il avec un petit sourire en coin plein de perversité. "Alors, si malgré tout ça, t'as encore envie de baiser avec moi. Va si !" Après ses mots, il retira son t-shirt et le lâcha sur le sol et se rapprocha d'elle."Qu'est-ce que tu attends ? Je suis tout à toi !" déclara-t-il en écartant légèrement les bras de son corps comme pour se montrer. "Mais ne t'attend pas à la moindre once de sentiment !" ajouta-t-il durement. Au fond de lui, il était en train de se détester, mais c'est le seul moyen pour lui faire comprendre. Si après tout ça, elle veut aller plus loin, alors il n'y comprend vraiment rien aux femmes.

Points de vie restants : 26/26
Munitions restantes : 22
Gains des fouilles : ...
Endroit où je me trouve : dans la cave/réserve sous la maison
Endroit où se trouvent mes ennemis : ...

_________________
In the deep
Les règles morales sont, chez l'être doué de raison, l'équivalent pratique des règles de l'instinct. Seules elles permettent la survie.
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr

Every moment is an opportunity [Livre I - Terminé] - Page 2 VRKokp0
Javik Lawson

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 26
Javik Lawson
Messages : 5602
Membre du mois : 0
J'ai : 29 ans
Je suis incarné(e) par : Bob Morley
Crédit(s) : Nono
Je suis un(e) : Lucky Luke
Mes hauts faits : Every moment is an opportunity [Livre I - Terminé] - Page 2 Surviv10
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Every moment is an opportunity [Livre I - Terminé]   Every moment is an opportunity [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptyDim 22 Fév - 20:01

Je ne sais pas si j’essaie de le convaincre lui ou moi. Oh, c’est sans doute moi oui. Optimiste devant l’éternel, j’essaie désespérément de me raccrocher à quelque chose. Même si je sais que j’ai tort. Même s’il a été clair. Même si je sais qu’au final, quoi qu’il se passe, c’est moi qui souffrirais.
Mais une partie de moi, infime, sait pourtant que je n’ai pas totalement tort… mais je ne veux pas l’entendre, je refuse. J’ai déjà bien du mal à me dire qu’il faut que j’arrête, que je me trompe, pour ne pas écouter ce truc en plus qui me martèle que j’ai raison…

Mais je sens encore la douceur de ses lèvres, la délicatesse de ses mains, la peine ressortant du dernier baiser.
Ma main sur lui me brûle. Mais je vois son visage se fermer à nouveau. Comme la dernière fois. Il revêt son masque de distance et d’indifférence. Qui te dit que c’est celui-là le masque ? C’est plus probablement celui d’avant tu ne crois pas ?
Je sais d’avance que ça va faire mal. Je le vois dans son regard qui se remplit d’arrogance, sa posture qui se raidit. J’essuie mes larmes alors qu’il retire ma main sèchement et qu’il commence à parler.

Je sais bien que je n’arriverais pas à m’en remettre, c’est trop. Trop d’un coup. Trop dur à entendre. Trop dur à accepter. Trop froid. Trop douloureux.
Mais bizarrement, bien que toutes ses paroles, tous ses mots, toutes ses intonations brisent le peu qu’il me reste, je ne pleure pas. Je le regarde. Et inconsciemment, je sens mon visage qui se ferme lui aussi.
Je me dis que j’ai déjà entendu et vu pire. Je lui ai dit qu’il ne serait jamais mon principal regret, ou remord, peu importe. C’était vrai. Même pour moi, même avec lui, il est des choses bien pires que de se faire laminer le cœur.
Peut-être que John a déteint sur moi et que j’arriverais à être un minimum narquoise même quand ça me touche. Peut-être que j’arriverais parfois à ne pas tout laisser paraître. Peut-être que j’arriverais à me barricader… je sourirais presque à cette idée tant c’est stupide quand il s’agit de moi.

Je me mens. Oui, évidemment. Mon cœur est en lambeaux, se fissurant sous son regard hautain, son sourire en coin, comme de la glace trop fine pour supporter un tel poids.
Je sers la mâchoire en l’écoutant. Il cherche à faire quoi ? Me mettre en colère ? Qu’on s’engueule comme la dernière fois ? Juste voir à quel point il peut me blesser et me démolir ? Il n’a pas besoin de tout ça. Je suis déjà à terre. Comme si je n’existais plus. Ou comme s’il ne restait rien de moi.
La souffrance, le désastre sont bien là, je les sens. Mais, ils sont oblitérés pour ne pas que je sois anéantie sur place. Plus tard sans aucun doute. Là, ne reste que le vide. Qu’il se montre délibérément odieux et haïssable ou non, peu importe. Il fait trop mal. Il va trop loin.

Je ne me pose plus de question. Cette fois, je ne vais pas l’embrasser, mais j’ai tout de même blackouté tout ça. Je ne pourrais pas sinon. Je secoue la tête, et j’arrive même à esquisser un sourire amusé. Ou triste. Je ne sais pas.

«  Je suis sans doute stupide, et trop émotive, et trop faible, et trop gentille, mais je ne suis pas totalement innocente ou crédule. Pas totalement non.
Tu crois qu’aucun garçon n’a jamais joué avec moi ?
Tu crois que je suis naïve au point de ne pas me rendre compte de ce qu’un mec attend ?
J’ai 25 ans, tu crois réellement que j’ai attendu de te rencontrer ?
Tu as été doux et tendre pour me baiser contre le mur, et quoi ? Tu as juste changé d’avis ? »


Oh seigneur. Ne pleure pas. Reste froide, tu peux le faire aussi. Je détourne les yeux, avant de les reporter sur lui. Je suis tellement triste. J’ai tellement mal. Pas seulement pour moi, plus seulement.

« Si tu crois réellement qu’aimer c’est être faible, je suis vraiment désolée pour toi. C’est horriblement triste de penser ça.
Mais je ne chercherais pas à te faire changer d’avis. Cela n’a aucune importance. Reste comme tu le souhaites. Un salaud avec des envies à satisfaire.

Et tu sais quoi ? Je te retourne l’invitation. Si t’as tellement envie de tirer ton coup, je t’en prie. Montres-toi un peu gentil et tendre, et j’écarterais sans doute les cuisses pour toi. »


J’écarte les bras à mon tour, en le fixant, toujours en soutien-gorge.

Je souris, tristement, et secoue à nouveau la tête. Je me détourne de lui et vais récupérer mon t-shirt. J’ai froid.
Et s’il te prend au mot ? Peu importe. Je ne pourrais pas avoir plus mal, il ne pourra pas plus m’atteindre qu’il ne vient de le faire.
Je suis déjà détruite.

_________________

Aujourd'hui, l'optimisme est une nécessité pour sauvegarder sa santé mentale.
Miria Graham

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20
Miria Graham
Enjoy the little things
Messages : 2806
Membre du mois : 0
J'ai : 25 ans
Je suis incarné(e) par : Holland Roden
Crédit(s) : Shereen
Je suis un(e) : Calamity Jane
Vos Liens :
Every moment is an opportunity [Livre I - Terminé] - Page 2 VRKokp0

Mes hauts faits : Every moment is an opportunity [Livre I - Terminé] - Page 2 Surviv10
Enjoy the little things
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Every moment is an opportunity [Livre I - Terminé]   Every moment is an opportunity [Livre I - Terminé] - Page 2 EmptyDim 22 Fév - 21:48


Pourquoi tout tourne mal avec Javik ? C'est vrai, qu'est-ce que cette pauvre Miria lui a fait ? Elle est adorable, gentille, bienveillante et tellement jolie... En somme, elle est "presque" parfaite, car nous savons bien que personne ne peut être parfait. Le bonheur doit faire peur à Lawson, il le fuit comme la peste, ça doit être ça. Non, ça n'a rien à voir avec le bonheur, car il a déjà été heureux. Tout ceci à avoir avec l'amour. C'est vrai que personne ne lui a appris à aimer et les souvenirs qu'il a de ce sentiment son plutôt moche. Un psy vous dira clairement que c'est un traumatisme qui remonte à son enfance. Hélas, il n'y a pas de psy dans le coin pour déceler ceci. Pour l'heure, on continuera de la prendre pour un connard égoïste et opportuniste comme il le dit si bien. A force de penser ça, il a dû finir par le devenir.

C'est sans vergogne qu'il lui a encore craché des phrases horribles au visage, toujours pour se faire détester un peu plus. C'est vrai, les choses pourraient être tellement plus simples si elle l'évite. Contre toute attente, elle resta plutôt calme et plutôt que de voir de la tristesse sur son visage, elle resta assez neutre. Dans le fond, elle devait être blasée de tout ça. Le voir sauter du coq à l'âne sans raison apparente. Sauf que dans sa tête à lui c'est un sacré foutoir, il ne sait pas vraiment ce qu'il veut. Le plus profond de son être la désir, mais il ne peut pas. Alors, l'enfoiré qu'il est reprend toujours le dessus pour la repousser. Ça ressemble à une sorte de cercle infernal sans fin... C'est à peine s'il l'écouta parler. Sa tête se secoua très légèrement de droite à gauche tout en levant les yeux aux ciels. C'est marrant, il se comporte presque comme il l'avait fait avec Morgane quand elle voulait parler d'eux deux.

Quand elle lui retourne la soit disant invitation qu'il avait fait, Jav' est surpris. Sincèrement, il ne s'attendait pas à ce qu'elle lui retourne ça dans la gueule. Puis, il se met à rire, tout ceci était tellement stupide. Il la laisse aller ce rhabiller et en fait de même. Si jamais Danny apprend qu'il s'est comporté comme un salaud, il va avoir le droit à un oeil au beurre noir. "Pense ce que tu veux de moi Miria, ça m'est égal !" fini-t-il par dire alors que c'était faux. Il ne voulait pas qu'elle le déteste. Bon sang, pourquoi est-il aussi compliqué. Le jeune homme ramassa son sac et son arme. Rester plus longtemps ici ne servira à rien. "Prend tes affaires, on rentre !" indiqua-t-il en la regardant. Sans le savoir, il ne lui avait pas lancé un regard dur ou méchant, mais désolé et rempli de tristesse. Son visage n'indiquait pourtant pas des excuses ou la moindre once de tristesse, il était toujours fermé. Mais on ne peut pas contrôler totalement son corps et sur le moment ses yeux le trahissaient sans en avoir conscience.

Lawson ne tarda pas plus et monta les escaliers, s’arrêtant sous la trappe et prêtant une oreille attentive afin de voir s'il entendait quoi que ce soit. C'était calme, par de râle indiquant un ou plusieurs zombies. Avec prudence, il ouvrit la porte et se retrouva à la surface. Le petit jardin était toujours vide. D'un signe de main, il fit comprendre à la jeune femme que la voie était libre et qu'elle pouvait monter elle aussi. Le temps qu'elle le fasse, il s'approcha du grand portail en bois à l'arrière du jardin pour l'entrouvrir et découvrir une rue dégagée. S'ils continuent par-là, ils pourront rentrer sans problème avec un peu de chance. "C'est dégagé, on y va !"

Points de vie restants : 26/26
Munitions restantes : 22
Gains des fouilles : ...
Endroit où je me trouve :  dans la cave/réserve sous la maison
Endroit où se trouvent mes ennemis : ...

[Fin du sujet]

_________________
In the deep
Les règles morales sont, chez l'être doué de raison, l'équivalent pratique des règles de l'instinct. Seules elles permettent la survie.
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr

Every moment is an opportunity [Livre I - Terminé] - Page 2 VRKokp0
Javik Lawson

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 26
Javik Lawson
Messages : 5602
Membre du mois : 0
J'ai : 29 ans
Je suis incarné(e) par : Bob Morley
Crédit(s) : Nono
Je suis un(e) : Lucky Luke
Mes hauts faits : Every moment is an opportunity [Livre I - Terminé] - Page 2 Surviv10
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Every moment is an opportunity [Livre I - Terminé]   Every moment is an opportunity [Livre I - Terminé] - Page 2 Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Every moment is an opportunity [Livre I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» [UPTOBOX] Le Livre de la jungle [DVDRiP]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Une après-midi tranquille ? [PV Yuko] [Hentaï] [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall of Man :: 
Anciennes zones de jeux
 :: Coaticook et la Route vers le Nord :: De l'autre côté de la Rivière :: Ponts routiers et Piétons
-
Sauter vers: