AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini)
MessageSujet: Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini)   Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) EmptyMar 29 Déc - 22:44

Sofia Bowen

Feat Zoe Saldana

Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) 952066876753ZoeAva5
Avant tout autre chose, rendons à César ce qui est à César. Mon avatar a été fait par : Yumita (avatar de profil) et Gentleheart (avatar pour la fiche)

Je suis né(e) le 17/12/1983 à Miami. Avant la Grande Panique, j'étais assistante vétérinaire On me décrit souvent comme étant franche - déterminée - volontaire - impulsive - rancunière - bornée J'ai décidé de me spécialiser dans un domaine. Appelez moi à présent : Black Widow Entre survivants, on doit se serrer les coudes. Ainsi, je fais partie du groupe des Égarés, enfin je vais très bientôt en faire partie ;) J’ai vu avec Philippe qui m’a dit qu’il était possible de ne rejoindre un groupe qu’en début de jeu Comme tout le monde, je fais partie d'une famille. Je vous les présente, un peu pèle mèle. Il y a donc: pour moi ma famille n’était constituée que de mon père, Harry, mort quand j’avais 8ans, et Daniel, mon amour, mort au début de l’épidémie Mon groupe de survivants est aussi constitué d'êtres humains. Je vous les présente : il y a donc Philippe Esclavier - Lucky Luke,  Chloé Esclavier - Docteur Quinn Femme Médecin,  Jonathan Dussault-Rivera - Arrow,  Laila Harrison- Black Widow,  Pelleas Wilkins - Flash




Comment avez vous réagi, en fin d'année dernière et au début de cette année, quand les rumeurs d'épidémies se multipliaient autour de vous ? Je me rappelle encore de ces images qui circulaient sur les réseaux sociaux, sur lesquelles on voyait des militaires tirer sur la foule, c’était en Chine je crois. A l’époque, on s’était contenté de penser qu’on était face à un nouveau débordement du gouvernement chinois.

Chacun se contentait ainsi de s’indigner, et reprenait sa petite vie alors tranquille. C’était entre autre mon cas. Et puis y’a eu de plus en plus de rumeurs bizarres qui circulaient, et certains parlaient de « rage ». Personnellement je dois dire que ça ne m’inquiétait alors pas plus que ça, probablement parce qu’à ce moment là c’était encore loin. Je sais, c’est totalement égoïste comme réaction, mais la vérité, c’était que j’en avais alors pas grand-chose à foutre…


Où étiez vous au moment où la Grande Panique a débuté début juillet, et comment y avez vous survécu ? J’habitais à Providence à ce moment là, avec l’amour de ma vie, mon sauveur : Daniel. Je crois que c’est à peu près à cette période là qu’on a pigé que tout partait en vrille, et qu’on était mal barré. Il y avait des attaques en pleine rue, on entendait hurler dans certaines maisons…

Ça devenait sacrément inquiétant, fallait bien l’avouer. C’était chacun pour soi, et pour ma part tout ce qui m’importait c’était de nous maintenir Dan et moi en vie. J’avais d’ailleurs renoué avec d’anciens contacts de la grosse pomme un ou deux mois avant le début de toute cette merde pour me procurer deux armes, et je pouvais dire que j’avais eu le nez creux !  On avait fini par se barricader chez nous, mais ça n’a pas suffi. Une nuit, ces saloperies sont entrées, et Dan y a laissé sa peau, me laissant seule, comme avant.

Franchement, je ne sais même pas comment j’ai fait pour m’en tirer cette nuit-là. Tout s’est passé si vite, ça a été si brutal de le voir se faire tuer comme ça… Que c’est comme si mes souvenirs avaient été en partie effacés. Tout est flou dans ma mémoire, et ça vaut sûrement mieux. Je me rappelle simplement m’être retrouvée dans la rue en chemise de nuit, n’ayant dans la panique emportée que mon arme. C’était le début d’une errance et d’un combat sans fin…


Comment êtes vous arrivé à Trois-Rivières et ses environs ? Quel est votre plan de survie pour passer l'hiver ? J’avais réussi à me dégoter une radio qui fonctionnait lorsque des messages disant qu’il fallait se diriger au nord étaient encore diffusés. J’ai pas réfléchi, j’en étais bien incapable de toute façon. Seul comptait mon besoin d’exercer ma vengeance, d’exprimer la violence présente en moi  et que Daniel avait jusqu’alors réussi à faire taire. J’ai entendu ce message, et j’ai avancé, un peu au hasard je l’avoue, rencontrant sur ma route d'autres survivants qui finirent de m'aiguiller, avant de se faire massacrer, pour la plus grande majorité d'entre eux.






Quand j’y pense, je n’arrive pas à croire qu’à l’heure actuelle, avec tout ce qu’il se passe, j’en arrive encore à écrire. Faut croire que c’est devenu une manie ! Enfin, pour être totalement honnête, je crois que c’est la façon que j’ai trouvé pour garder une forme de lien avec lui, Daniel, mon âme sœur, mon unique amour… C’était une idée à lui l’écriture, quand j’étais en taule. Il pensait que ça m’aiderait à canaliser ma colère, que l’écriture était le moyen idéal pour l’exprimer, la faire sortir, sans me faire péter les plombs. C’est aussi par la suite devenue notre façon à nous d’échanger avec calme quand on se disputait. Autrement dit, c’était un mode de communication privilégié, et, en l’employant toujours, c’est probablement un peu de lui qui continue à vivre auprès de moi. Oui je sais, c’est bizarre et un poil tordu comme raisonnement ! Parce que oui, c’est dans cet endroit des plus charmant qu’on s’est rencontré lui et moi. Je reviendrai sur notre rencontre et tout ce qui va avec un peu plus tard.

Quitte à commencer un nouveau cahier, autant débuter par le commencement… Alors chers lecteurs, vous qui un jour peut-être trouverez ce cahier, voilà mon histoire :

Je m’appelle Sofia, Sofia Bowen, et je suis née il y a 32ans à Miami, en Floride. Nom de Dieu, ce que je trouve ça nunuche de raconter toutes ces conneries ! Enfin bon bref, reprenons : mon père, Harry Bowen, était un militaire qui était parti avec ses potes de régiment fêter son 25ème anniversaire en République Dominicaine. C’est là bas qu’il a rencontré ma mère, Elena Ramirez, alors âgée de 20ans. Elle était jeune, belle…et elle ne désirait qu’une chose : quitter la misère dans laquelle elle vivait depuis toujours. Aînée d’une fratrie de 6 enfants et vivant dans La Barquita, quartier pauvre de Saint Domingue, elle avait perdu sa mère à l’âge de 10ans, et s’était ainsi retrouvée mère de famille et maîtresse de maison, devant s’occuper de tout et de tout le monde, y compris son père, si vous voyez où je veux en venir… Bref, le fait qu’un beau militaire américain craque pour elle arrangeait bien ses affaires, et ce fut sans aucun regret qu’elle quitta ainsi son pays natal, et l’ensemble de sa famille. Si mon père était raide dingue d’elle, elle de son côté n’a toujours vu en lui, j’en suis persuadée, qu’un billet d’entrée pour un « monde meilleur ».

Ils se marièrent à peine 6 mois après leur rencontre, et je vins au monde un an plus tard. Pour mon père qui désirait plus que tout fonder une famille, je devins sa petite princesse, et j’étais auprès de lui la plus heureuse petite fille du monde, bien que son métier l’amenait à passer le plus clair de son temps loin de nous. Pour ma mère, je n’étais qu’un moyen qu’elle avait trouvé pour que mon père lui « lâche un peu la grappe ». Dès qu’il partait en mission, elle passait son temps dans les bars, me laissant chez une voisine, ramenant régulièrement d’autres hommes à la maison. D’aussi loin que je m’en souvienne, je l’ai toujours détestée, et je crois que c’était réciproque. Enfin… Disons qu’elle ne me calculait pas, ou du moins juste ce qu’il fallait pour qu’elle ne soit pas accusée de négligence, et pour ne pas que mon père la laisse tomber. Je me suis ainsi forgée une carapace, et je laissais grandir en moi une colère et une haine dont je ne verrais les effets que plus tard. La seule chose qui me faisait tenir le coup, c’était la perspective de voir mon père rentrer de mission. C’est lui qui m’a tout appris, du la technique du lacet de chaussures au nettoyage d’une arme à feu (même si je ne pouvais que me contenter de regarder, étant donné mon très jeune âge). C’est aussi lui qui, en grandissant, m’a encouragé à pratiquer le krav maga, pour que je puisse me défendre seule, « comme une grande », comme il aimait à le dire. Il voulait que je sois forte et indépendante, et moi la dernière chose que je souhaitais c’était le décevoir. Mon père était tout pour moi.

L’année de mes 8ans, mon monde s’écroula. Harry Bowen, mon père, mon univers, trouva la mort lors de l’opération « tempête du désert ». Même si j’étais encore très jeune, j’ai eu l’impression qu’une partie de moi était morte avec lui. Progressivement, alors qu’auparavant ma colère et ma haine avaient été contenues, je devenais une jeune fille bagarreuse, agressive, totalement rebelle quoi. Les conflits avec ma mère étaient quotidiens, tant est si bien que, le jour de mon 16ème anniversaire, j’ai fait une demande d’émancipation. Comme ma mère était heureuse de se débarrasser enfin de moi, je partis sans peine, et restai quelques semaines dans un foyer pour jeunes en difficulté. C’est là bas que j’ai commencé à avoir de « mauvaises fréquentations », et que l’une d’entre elles, nommée Travis, m’a entraînée jusqu’à New York pour, selon ses termes « mener la belle vie ». Travis était un jeune homme de 2 ans mon aîné, et qui avait déjà un joli nombre d’antécédents judiciaires à son actifs. Il aimait se battre, se droguer, et faire des casses faciles lorsque l’occasion se présentait. Au foyer, toutes les filles voulaient sortir avec lui, aussi, lorsqu’il m’a choisie moi, j’étais on ne peut plus fière, bien que je ne ressentais rien pour lui. C’était comme… un trophée, même s’il devait surement penser la même chose que moi à mon sujet.

Les 3 années qui suivirent furent…je dirais « cataclysmiques », et je dois bien avouer que certains épisodes sont flous, voir carrément inexistants dans ma mémoire. « Grâce » à Travis, je touchais à l’alcool et à des drogues diverses et variées. Ce dernier connaissant mes capacités en sport de combat, il lui arrivait même de me demander d’aller « titiller » telle ou telle nana d’un groupe auquel il voulait se friter. Je participais aussi à des combats clandestins, et me faisais même un nom dans le milieu. Vous l’aurez compris, ces années ne sont pas des plus glorieuses, mais elles m’ont forgée, à leur façon.

A l’âge de 19ans, mon compagnon d’infortune m’embarqua dans le casse d’un supermarché qui a mal tourné. Travis a tiré sur un mec qui cherchait à s’interposer, et on s’est fait arrêter. J’ai écopé de 2ans ferme, Travis de 5. La prison ne m’a pas calmée, bien au contraire. Je passais la première année à déclencher des bagarres, organiser des combats clandestins, et provoquer les matons. Un véritable enfant de cœur quoi ! Mais au début de ma deuxième année de cabane, il est arrivé dans ma vie : Daniel. L’ancien conseiller de réinsertion que je me tapais, un vieux crouton du nom de Jerry Perkins, a fini par partir en retraite, et c’est Daniel qui a pris le relais. Non seulement ce mec de 10ans mon aîné était carrément canon, mais il se montrait aussi à l’écoute, présent, et respectueux, et…. Et bien ça a fini par atteindre mon tout petit cœur de glace.

Avec le temps, et pour la première fois de ma vie, je fondais devant un homme. Daniel était toujours resté très professionnel, alors que moi je cherchais carrément à le faire tomber sous mon charme. Mais il résistait, restait à sa place, et j’adorais ça.

Grâce à Daniel, je me calmais quelque peu, notamment en entamant ma « thérapie par l’écriture », au départ simplement pour lui faire plaisir et espérer lui plaire. Il me faisait aussi suivre une formation d’assistante vétérinaire. Franchement, j’en avais rien à faire des animaux, mais puisqu’il en avait décidé ainsi… Je rencontrais durant ma formation John, un vétérinaire qui donnait un peu de son temps pour former des filles pommées dans mon genre. J’ignorais alors qu’une fois sortie Daniel me proposerait de partir vivre avec lui à Providence, et que là bas John, qui y avait un cabinet vétérinaire, me proposerait un emploi. Je découvrais ainsi que non seulement Daniel éprouvait des sentiments à mon égard, ce qu’il avait très bien caché, mais aussi qu’il existait sur cette terre des gens généreux et totalement désintéressés. Je n’irai pas jusqu’à dire que ces hommes m’ont « changée », parce que je ne crois pas qu’on puisse changer quelqu’un, mais je dirais qu’ils ont su faire ressortir les meilleurs traits de ma personnalité. Aussi, les 10 ans qui suivirent furent une véritable bouffée d’oxygène, une sorte de renaissance.

Je travaillais avec John, et Daniel avait monté une petite société de coaching. Ok je restais tout de même une femme quelque peu « sauvage », étant quasiment incapable de me lier aux autres. Seuls Daniel, John, et Amy (la fille de ce dernier), faisaient exception et avaient su entrer dans ma vie et s’y faire accepter. J’étais plus apaisée, même si parfois je sentais cette haine et cette colère sourdes remonter. Et puis tout bascula, une fois encore…

En octobre 2014, des vidéos montrant des militaires chinois tirant sur les civiles commencèrent à circuler sur les réseaux sociaux. Bien évidemment, je ne pus m’empêcher de penser à mon père, et à ce qu’il aurait pensé de ce monde de dingue dans lequel on vivait. Je savais aussi qu’il m’en aurait voulu d’avoir ainsi merdé dans mon existence, mais ça c’était encore autre chose. Je commençais vraiment à m’inquiéter quelques mois plus tard, lorsqu’il y eut des premiers foyers de contamination recensés aux États-Unis. On parlait alors de « rage africaine », et je me doutais bien que le gouvernement devait minimiser la situation. Les choses se gâtèrent les mois suivants et, au grand dam de Daniel, j’étais partie le temps d’un week end à New York, renouer avec de « veilles connaissances » qui me procurèrent deux armes à feu ainsi que plusieurs chargeurs. Je sentais que ça allait de nouveau merder, et je comptais bien m’y préparer. Si mon père m’avait enseigné qu’il fallait se préparer au pire, ne compter que sur soi-même, et s’il m’avait montré comment nettoyer une arme, Travis m’avait lui appris à m’en servir, et rien que pour ça je lui en étais reconnaissante.

Quand ce qu’on a appelé « la grande panique » débuta, certains prirent la fuite, et d’autres, comme ce fut notre cas, tâchèrent de se barricader chez eux, tout au moins la nuit dans un premier temps. Je me rappelle encore de la toute première fois où je me suis retrouvée nez à nez avec ceux que le monde avait baptisé « les Zacks ». Dan et moi étions, comme à peu près toute la ville, dans le plus grand supermarché de Providence, histoire de s’approvisionner un maximum avant qu’il ne reste plus rien. On ne s’était pas rendu compte qu’ils étaient déjà partout… J’ai vu une mère et sa petite fille se faire attaquer par deux d’entre eux, avant que l’un ne se jette à notre poursuite. J’ai renoué avec mes vieux démons et, pour la première fois depuis des années, j’ai laissé la violence reprendre le dessus, et je me suis battue comme j’ai pu. On s’en était sorti de justesse, mais la guerre contre ceux qui se relevaient d’entre les morts était bien loin d’être terminée.

Daniel n’aimait pas que je sorte alors que la situation s’aggravait de jour en jour, mais il fallait bien chercher de la nourriture, des médicaments, des produits de la vie quotidienne. Et puis, pour être honnête, il y avait cette part d’ombre en moi qui adorait la violence que je déchaînais contre les Zacks. Ils étaient un peu… Mon exutoire.

Plus de temps passait, plus je me sentais à l’étroit, et plus je ressentais le besoin de partir. Mais je savais que le mieux était de rester, pour notre survie, et parce que c’était ce que Daniel voulait. J’aimais cet homme plus que tout au monde, et pour lui je m’étais toujours efforcée d’être « quelqu’un de bien », refoulant mon côté obscur. Et une nuit… Je ne sais même pas ce qu’il s’est passé exactement… Toujours est-il que tout est parti en vrille… Alors qu’on dormait, ils ont réussi à entrer chez nous ; j’ai attrapé mon arme planquée sous mon oreiller, et c’est là que j’ai vu… Daniel, attaqué, littéralement dévoré. On était bien loin de ces scènes de film tire-larmes dans lesquelles on a le temps de se faire une petite conversation d’adieu des plus émouvante. La réalité était bien plus brutale… dégueulasse…immonde. Je n’ai rien pu faire… Ils étaient de plus en plus nombreux…. J’ai pris mon arme… Et j’ai sauté par la fenêtre.

C’est ainsi que commença une très très longue période d’errance.

Dans les films catastrophes, quand les héros sont obligés de s’enfuir et se retrouvent à errer pendant des jours, des semaines, voir plus encore, ils sont toujours étonnamment frais et dispos, nickel en toutes circonstances et trouvant toujours de quoi survivre sur le chemin, et ce avec une facilité déconcertante. Dans la vraie vie, quand vous vous retrouvez à errer sans avoir eu le temps de prendre de quoi manger, vous laver, vous changer… Et bien… Et bien c’est pas très beau à voir figure-vous ! On finit par sentir le chacal, on crève de faim et de soif, bref, on est très vite dépassé. Les premiers jours, j’avais avancé sans but précis, ne cherchant qu’à laisser sortir ma colère et mon chagrin en éliminant tout les Zacks que je croisais sur mon chemin. Cependant, j’avais beau avoir fort caractère, la mort brutale de Daniel, cet homme qui était, depuis la disparition de mon père, tout ce qu’il me restait au monde, m’avait laissé sous le choc.

J’errais de place en place, entendant, comme bon nombre de survivants, parler du nord, où on serait soi disant plus en sécurité. Cette info m’a été confirmée quand je suis tombée sur la radio d’un flic qui venait de se faire bouffer. Le nord semblait être le « saint Graal » de la survie. Franchement, je ne sais même pas pourquoi j’ai continué à avancer, pourquoi je n’ai pas laissé une de ces choses me tuer, ou pourquoi après la mort de Dan je ne me suis pas tirée une balle en pleine tête. J’exerçais ma rage, et ça semblait être une motivation suffisante pour me laisser en vie. L’arme que j’étais parvenue à emmener avec moi avait fini par se retrouver sans munitions, et j’avais dû faire avec ce que je trouvais. Je tuais les Zacks armée de mes poings, de mes pieds, et d’une sorte de poignard que j’avais trouvé dans ce qui semblait être un ancien repaire de chasseurs. J’avais toujours cependant l’arme à feu avec moi, espérant tomber un moment ou un autre sur un cadavre qui aurait de quoi me renflouer, mais aussi et surtout parce que c’était encore une autre chose qui me reliait à Daniel.

Je passais des USA au Canada, n’espérant cependant pas de miracle. Les semaines, les mois passèrent, les saisons aussi, et autant vous dire que là bas la météo ne vous fait pas de cadeaux. Il m’arrivait de rester un temps (très court) avec de petits groupes de survivants, parce que, il fallait bien l’avouer, en cas de survie l’union faisait la force. Le fait était qu’on avait plus de chances de trouver des vivres, des vêtements et du matériel quand on était nombreux. Mais je restais toujours à distance, sauvage, refusant de me lier à qui que ce soit. De toute façon, ça finissait toujours de la même manière : chacun des groupes dans lesquels j’ai été finissait ravagé par les Zacks, et je poursuivais seule jusqu’au prochain. C’était la loi de la jungle, et ça le serait probablement encore longtemps.

Là, maintenant, je ne sais même pas avec exactitude où je suis, parce que le Canada, je ne connais pas. Je n’espère plus de solution, j’avance, je tue, jusqu’à ce que, un jour ou l’autre, mon heure soit venue…


Salut moi c'est Appelez moi V ^^ J'ai 30ans  et je suis passionnée de lecture surtout! Voici mon avis sur le forum : Franchement j'ai bien accroché. On sent qu'il y eu beaucoup de recherches pour le créer, il est très complet et surtout très bien écrit, et ça ça fait du bien!! Je finirais par vous donner le code du règlement :


Dernière édition par Sofia Bowen le Sam 2 Jan - 18:59, édité 7 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini)   Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) EmptyMar 29 Déc - 22:46

Ah je sens que cet avatar va me perturber xD What a Face Mais elle est tellement belle Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) 2667491445

Bienvenue ici ! Courage pour finir ta fiche Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) 4176695846
et moi je veux un lien d'office ! *pan*

_________________
all nightmare long ∆
Crawl from the wreckage one more time, horrific memory twists the mind. Dark, rugged, cold and hard to turn, path of destruction, feel it burn. Still life. Incarnation. Still life. Infamy. Hallucination, heresy, still you run, what's to come ? What's today ? ∞

Awards&co':
 
Chloé Esclavier

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20/20
Chloé Esclavier
Dans toutes les larmes s'attarde un espoir
Messages : 2199
Membre du mois : 1
J'ai : 19 ans
Je suis incarné(e) par : Emma Watson
Crédit(s) : Avatar (c) ?? || Signature (c) quiet rot/tumblr/Kanala
Je suis un(e) : Docteur queen femme médecin
Vos Liens :
Spoiler:
 



Mes hauts faits : Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) Surviv10
Dans toutes les larmes s'attarde un espoir
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini)   Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) EmptyMar 29 Déc - 23:01

Moi aussi Chloé Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) 2667491445

Bienvenue ici Sofia ! Et courage pour ta fiche ^^
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini)   Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) EmptyMar 29 Déc - 23:38

Bienvenue et bon courage pour ta fiche ! Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) 2222468414
Zakariah J. Griffin

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 18
Zakariah J. Griffin
"On s'habitue à tout, même à la fin du monde !"
Messages : 3106
Membre du mois : 1
J'ai : 13 ans
Je suis incarné(e) par : Dakota Goyo
Crédit(s) : Nao
Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) Fouill10
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini)   Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) EmptyMar 29 Déc - 23:41

bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuue


préviens nous quand c'est terminé :p

_________________

Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Philippe Esclavier

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Philippe Esclavier
Running After My Fate
Messages : 8670
Membre du mois : 11
J'ai : 38 ans
Je suis incarné(e) par : Christian Bale
Crédit(s) : Kanala
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

. : Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) Admin10
Running After My Fate
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini)   Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) EmptyMer 30 Déc - 0:19

Bienvenue sur le forum :D

_________________
In the deep
Les règles morales sont, chez l'être doué de raison, l'équivalent pratique des règles de l'instinct. Seules elles permettent la survie.
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr

Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) VRKokp0
Javik Lawson

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 26
Javik Lawson
Messages : 5602
Membre du mois : 0
J'ai : 29 ans
Je suis incarné(e) par : Bob Morley
Crédit(s) : Nono
Je suis un(e) : Lucky Luke
Mes hauts faits : Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) Surviv10
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini)   Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) EmptyMer 30 Déc - 0:57

Bienvenue parmi nous Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) 4176695846
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini)   Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) EmptyMer 30 Déc - 1:37

Bienvenue avec Zoé !

_________________

Nobody can understand us...
This world keeps on spinning, Only she steals my heart
She's my inspiration, She's my northern star
I don't count my possession, All I call mine
I will give her completely, To the end of all time
     (c)LUCKYRED.
     
Rafael Tyler

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Rafael Tyler
Messages : 1146
Membre du mois : 2
J'ai : 34 ans
Je suis incarné(e) par : Orlando Bloom
Crédit(s) : angel180886
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens : Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) Ah_l_a10

Mes hauts faits : Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) Surviv10
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini)   Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) EmptyMer 30 Déc - 10:46

Merci pour votre accueil Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) 4105402281

Je devrais terminer ma fiche au plus tard dimanche je pense ;)
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini)   Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) EmptyMer 30 Déc - 11:08

Super, hâte de jouer avec toi :p

_________________

Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
Philippe Esclavier

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Philippe Esclavier
Running After My Fate
Messages : 8670
Membre du mois : 11
J'ai : 38 ans
Je suis incarné(e) par : Christian Bale
Crédit(s) : Kanala
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

. : Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) Admin10
Running After My Fate
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini)   Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) EmptySam 2 Jan - 22:13

*pas du tout en retard c'est juste une impression*
Bienvenuuuue à toi !

_________________

   
   
Just relax, take it easy

Ethaniel M. Griffin

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Ethaniel M. Griffin
Just relax, take it easy...
Messages : 2553
Membre du mois : 0
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini)   Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) EmptySam 2 Jan - 23:45


 
 
Félicitations Sofia


 


● Points de vie total : 28

 ● Niveau de compétence Fouille : 0/5
 
 ● Niveau de compétence Défense physique : 1/5

 ● Niveau de compétence Tir avec Arme à feu : 0/5

 ● Niveau de compétence soin : 0/5

 ● Niveau de compétence Arme Blanche : 0/5

 ● Niveau de compétence Esquive : 0/0

 
Te voilà validé sur FOM. Je me présente, je m’appelle pas Henri, je voudrais quand même bien réussir ma vie mais surtout… Être détesté !  Vous allez le comprendre, je suis impitoyable mouhahahahahahahaha *ou pas* Arhem, donc dans mon immense bonté, j’ai décidé d’être votre guide  enfin c’est que, surtout, j’ai pas eu trop le choix ! On m’a forcé ! Si si je vous jure. Tous les liens ci-dessous sont à visiter Obligatoirement (oui avec un O majuscule en plein milieu de phrase ! C’est vraiment super important de le faire afin de pouvoir bénéficier de toutes les dimensions proposées par et sur le forum.  On compte sur vous ! Yes YOU CAN ! !
 
Poster

  Réserver son avatar Y poster même pour les scénarios
  Demander un rang Pour être plus beau !
  Réclamer des richesses Pour faire des achats
  Se recenser et/ou recenser un scénario Pour être inclus dans votre groupe
  Remplir son inventaire Car sans rien c’est dur de survivre
  La Parole aux membres En cas de questions ou remarques
  Faire un Scénario Et permettre à un futur membre d’être lié à vous !
 
Lire

  Les règles de jeu
  Etat des groupes
  Localisation des groupes
  Temporalité du forum
  Les nouveautés du forum
  Le hide en Rp

 
Voir

  Forum Carnets de survie
  Forum demandes de Rp
  Forum demandes de Liens
  Forum Flood&Jeux
  Forum Absences
  Forum des animations

 

 
Fall Of Man

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Fall Of Man
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini)   Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini) Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Sofia Bowen......Vivir la vida loca.... (Fini)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit Bain [|PV: Shina|]*Hentaî* [|Fini'sh|]
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall of Man :: 
Se Préparer pour Survivre
 :: Vos Présentations de Personnages :: Fiches de Présentations Abandonnées
-
Sauter vers: