AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Philippe Esclavier - Il est plus facile d'être héros qu'honnête homme, héros nous l'avons tous été une fois. Honnête homme il faut l'être toujours.
MessageSujet: Philippe Esclavier - Il est plus facile d'être héros qu'honnête homme, héros nous l'avons tous été une fois. Honnête homme il faut l'être toujours.   Ven 22 Aoû - 17:34


Journal de Philippe Esclavier

Mémoires de l'Apocalypse


"Je ferais ce qu'il faudra pour qu'ils s'en sortent. N'importe quoi. Il peuvent me regarder comme si j'étais devenu fou je m'en fiche, tout ce qui compte c'est leur sécurité... De faire ce qui est nécessaire. Même si je dois en avoir les mains pleines de sang."
File:127CcC/Pesclavier[Mis]/Date:Y-27
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Running After My Fate
Messages : 8670
Membre du mois : 11
J'ai : 38 ans
Je suis incarné(e) par : Christian Bale
Crédit(s) : Kanala
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

. :
Running After My Fate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Philippe Esclavier - Il est plus facile d'être héros qu'honnête homme, héros nous l'avons tous été une fois. Honnête homme il faut l'être toujours.   Jeu 1 Oct - 16:38

New-York, juillet 2015


Le hurlement strident de voitures de police empli l'avenue alors que des véhicules passent en trombe sur le trottoir sur notre droite ; Gabriel lâche une exclamation et Juliette jure bruyamment en voyant l'étrange convoi passer. Plus loin, un tac-tac typique d'armes automatiques que je reconnaitrais entre mille. Quelque part dans une rue parallèle, quelqu'un s'amuse avec une kalachinikov. Le rouge et le bleu des voitures de flics se réverbère sur tous les pare brises, et découvre le visage angoissé de milliers de personnes bloquées comme nous dans cet embouteillage monstrueux. Le hurlement des sirènes se fait plus fort encore pendant un moment, avant que le convoi des forces de l'ordre n'emprunte le prochain embranchement à droite. Dans la voiture, c'est la panique. Juliette me dit qu'il faut qu'on trouve une solution, Gabriel hurle ses demandes d'explications sur ce qu'il se passe pendant que Chloé pousse un cri apeuré. L'instant d'après, un choc terrible contre la vitre arrière, du côté de ma fille qui hurle de terreur. Tout le monde se met à crier et je sors d'instinct, en tirant de ma main droite la canne anti-col pour bloquer les pédales de la voiture de location. Le bout mettalique à la main, je contourne à toute vitesse la voiture, pour constater un type portant une blouse d'hopital qui cogne de ses poings et de son visage contre la portière, derrière laquelle Chloé se débat avec sa ceinture.


Depuis des semaines se propagent des rumeurs toujours plus fortes de carnages et de disparitions, où la Rage aurait trouvé un nouveau rôle apocalyptique pour l'avenir de l'homme. J'en ai la preuve sous les yeux, et reste une ou deux secondes estomaqué par le type qui se presse contre notre voiture. Il a le nez visiblement déjà brisé, lorsque j'aperçois son visage qui se tourne vers moi. Et un œil durement amoché. Beaucoup de sang sur son visage. Je lâche une exclamation horrifiée lorsqu'il délaisse la voiture pour tendre les mains vers moi. Je lui assène en pleine tempe un terrible coup de la canne en ferraille, qui le fout par terre. Juliette sort de la voiture et crie aux enfants de faire autant. Du coin de l'oeil, j'aperçois d'autres infectés qui s'en prennent à d'autres véhicules. Je ne veux pas regarder, mais dix mètres plus loin sur le trottoir deux autres personnes en tenues d'hopital s'attaquent à pleines dents à quelqu'un qui hurle, se traînant sur le sol. Je ne peux pas aider tout le monde, je dois sauver ma famille. A peine commençons nous à nous enfoncer dans la rue suivante que je sens une main puissante m'attraper la clavicule. Je me retourne pour me défendre quand une mâchoire claque juste devant mon nez. Protégé de justesse par mes avant bras que j'avais élevé devant moi pour repousser l'assaillant, je mets en coup de tête d'intinct en plein visage de mon poursuivant ; le même infecté que précédemment qui chancelle sous le coup. Comment peut il encore se redresser avec le choc qu'il vient de prendre sur des os et du cartilage déjà en vrac ? Il se redresse encore, et je continue de courir à la suite des enfants et de Juliette qui tous ont pris leur sac, ballotant sur leur dos au fur et à mesure de leur course. Au coin de la rue suivante, une main attrape le col de Gabriel. Juliette la saisit, la tire vers le bas pour déséquilibrer l'agresseur et lui fracasse le talon en pleine machoire, brisant des os. Nous continuons de courir et pour aller plus vite encore, je tire Chloé par le poignet. Dans cette rue, c'est encore plus le Chaos. L'adresse où nous devions nous rendre n'est plus très éloignée. Pourtant, un flic nous barre la route. Il crie quelque chose en anglais, que je ne comprends pas, et pointe son flingue sur nous. Je n'ai pas le temps de ralentir ; la mort est sur nos talons. Je lui rentre dedans où moment où le coup de feu part. En l'air, car mon épaule rencontre son bras tendu. Nous trébuchons sur le sol et il m'empoigne, m'abat la crosse de son pistolet sur le front.


Je vois des étoiles et n'entends plus rien d'autre qu'un sifflement, la crosse me frappe à nouveau en pleine pommette. Je tombe. Je bloque un coup de pied et repose la jambe avec brutalité. Le type est destabilisé, je me relève, cognant de toutes mes forces en plein plexus solaire. Le type se plie en deux, et mon genou le cogne en pleine mâchoire. Il se reprend et me fonce dedans. Nous roulons au sol. Coup de matraque en plein ventre, puis en plein visage. Le sang me macule le menton et ça coule à front depuis mon nez. Coup de tête ; nous nous éloignons.


Et je me retrouve face à face avec un flingue.


Coup sec, dur et métallique. Juliette se tient derrière le flic au crâne ensanglanté qui s'effondre. Je prends sa main et nous courrons ; nous ne sommes pas encore à l'abris

_________________

Codage (c)Kanala // Gif (c) Tumblr
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 30
Running After My Fate
Messages : 8670
Membre du mois : 11
J'ai : 38 ans
Je suis incarné(e) par : Christian Bale
Crédit(s) : Kanala
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

. :
Running After My Fate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
 
Philippe Esclavier - Il est plus facile d'être héros qu'honnête homme, héros nous l'avons tous été une fois. Honnête homme il faut l'être toujours.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Philippe Esclavier - Il est plus facile d'être héros qu'honnête homme, héros nous l'avons tous été une fois. Honnête homme il faut l'être toujours.
» Guy Philippe a mis Himmler Rébu au pilori
» cake super facile
» L'étau se ressere sur Guy Philippe
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall of Man :: 
Se Préparer pour Survivre
 :: Les Chaînes de la Survie :: Carnets de Survie
-
Sauter vers: