AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Don't shoot, I'm human ! [Livre I - Terminé]
MessageSujet: Don't shoot, I'm human ! [Livre I - Terminé]   Sam 10 Oct - 17:35

Epuisé, éreinté, exténué… Il n’y avait pas assez de mots pour décrire l’état de fatigue extrême dans lequel se trouvait Kyle, après des jours et des jours de marche ininterrompue. Ses jambes étaient si lasses qu’il lui fallait déployer des efforts considérables pour continuer à avancer. En fait, il avait l’impression qu’un rouleau-compresseur lui était passé dessus tant chacun de ses muscles était courbaturé. Il n’avait pas beaucoup fermé l’œil non plus, il n’avait pas osé baisser sa garde ne serait-ce qu’une seule minute. Si voyager avec sa bande s’était révélé relativement facile malgré les dangers de la route, aujourd’hui, il faisait moins le malin. Se retrouver seul dans ce merdier avait été un véritable enfer. Sans ses amis pour le couvrir, il n’avait plus osé prendre le moindre risque et ne s’était pas aventuré dans des endroits où il savait pourtant qu’il trouverait de la nourriture. Malgré tout, il était quand même parvenu à rassembler quelques provisions – non sans mal – et tout ça pour quoi ? Se faire voler son sac par une bande de dégénérés, contre lesquels il n’avait rien pu faire. Kyle n’en décolérait pas de s’être fait avoir comme un bleu ; à cause de ça, il était obligé de recommencer à zéro. Comme dans un jeu vidéo, mais il pressentait qu’il aurait moins de chance la prochaine fois, que le Game Over serait définitif, et il se promit de redoubler de prudence.

Il était arrivé à Trois-Rivières la veille. Il avait d’abord envisagé d’éviter la ville, mais son estomac vide le tourmentait tant et si bien qu’il avait décidé de tenter sa chance dans les parages. Le plan était simple, trouver rapidement de la nourriture et filer d’ici ni vu, ni connu. Au moindre danger, il s’enfuirait sans demander son reste. Il détestait ce sentiment d’impuissance qui le rongeait comme une gangrène. S’il avait encore sa bande à ses côtés, les choses se passeraient autrement… Tout serait plus facile, alors. Mais il était seul et il n’avait pas d'autre choix que de se débrouiller sans eux. Enfin, seul… Pas vraiment, puisque Canigou l’accompagnait toujours, mais ce vieux chien ne lui était d’aucune utilité. Il ne tenait même pas Zack à distance. Pourtant, la présence de l’animal le rassurait, d’une certaine manière. Et au moins, il avait quelqu’un à qui parler, même si le chien n’était pas très bavard. Kyle avait déjà fouillé plusieurs commerces sans grand succès ; certains avaient tout simplement déjà été dévalisés quand d’autres étaient bourrés de zombies et ils avaient alors préféré les éviter. Ce qui avait autrefois été une épicerie lui attira l’œil, et il décida d’y tenter sa chance. « Prépare-toi Canigou. , souffla-t-il au chien, à trois, j’ouvre la porte, tu restes derrière moi. Un… Deux… Trois… » Joignant les gestes à la parole, il tira tout doucement la porte vers lui, pour éviter de faire tinter le petit carillon pendu au-dessus. Il avait remarqué que le bruit semblait les attirer. La crosse de son arme bien calée au creux de sa main, il s’aventura dans la pénombre des lieux – les fenêtres avaient été barricadées. Aux premiers abords, tout lui sembla calme, vide ; il déambula dans le magasin à la recherche de quelque chose à se mettre sous la dent, mais au bout de quelques minutes, il finit par tomber sur une fille, cachée entre deux étagères. Il devina qu’en l’entendant arriver, elle avait pris peur, ce qu’il pouvait comprendre. Il la jaugea du regard quelques secondes avant de baisser son arme, mais pas trop. S’il avait appris une chose, c’est qu’il ne fallait jamais se fier aux apparences. La jeune femme ne semblait pas dangereuse, mais elle n’était peut-être pas seule, si bien qu’il resta sur ses gardes. « C’est bon, sors de là. Je ne vais pas te manger. », blagua-t-il pour lui-même. Il avait faim, mais pas encore au point de devenir cannibale. « Je viens de débarquer dans le quartier, et je cherche un restau sympa, tu connais un peu le coin ? Tu pourrais peut-être me renseigner. », plaisanta-t-il pour détendre un peu l’atmosphère et lui faire comprendre qu’il n’était pas une menace, tant qu’elle n’en deviendrait pas une non plus.

Mais un geste suspect de sa part, un seul, et il lui tirerait une balle en pleine tête.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Don't shoot, I'm human ! [Livre I - Terminé]   Mer 14 Oct - 15:51

Je baille et regarde autour de moi, faisant craquer mon cou. Je n’avais guère dormi cette nuit, moins encore que d’habitude. Trop de cauchemars, trop de pensées. Et je ne savais même pas pourquoi ça revenait, alors que ça avait eu tendance à s’atténuer dernièrement, il n’y avait rien de particulier. Je secoue la tête. Aucune importance. Je reprends ma route et me plaque derrière un mur en apercevant un mort. Il passe son chemin, sans prêter attention à ce qu’il se passe autour de lui. Non pas que je n’arriverais pas à me débarrasser d’un seul zombie. Mais le problème avec ces trucs, c’est que même quand tu crois qu’il y en a qu’un, il trouve toujours le moyen de plus l’être très rapidement. Et c’est galère. Je sais que les autres ne sont pas loin, mais bon, si je pouvais éviter de me faire encore remarquer, ce serait cool. Qu’ils ne trouvent pas encore le moyen de dire que je ne ramène que des emmerdes. Parce que c’est faux en plus. J’ai juste pas trop de chance en général.

Enfin bref n’est-ce pas. J’avance en silence, jetant des coups d’œil autour de moi.
Je grimace et hésite. On a déjà fait pas mal des petites boutiques du coin. Déjà toutes dévalisées et vandalisées, ou presque. Je regarde vers ce qui devait être une épicerie. Pas de vitres cassées. Regardant à travers les fenêtres, j’essaie de distinguer l’intérieur, sans trop de succès. Ouais, barricader, c’est bien, mais c’est chiant. Je tire doucement la porte, mon fusil contre l’épaule, et fais un pas en avant, retenant la porte pour ne pas qu’elle claque. Restant immobile quelques instants, je scrute les alentours et tends l’oreille, m’habituant à la pénombre ambiante. J’avance lentement, fouillant consciencieusement les premières étagères.
Et je stoppe. Je tends l’oreille. Une voix. Merde. Je ne capte pas ce qu’elle dit, mais je n’ai pas rêvée. Je fais quelques pas, mes chaussures glissant en silence sur le sol, et me réfugie dans une rangée. Au final, dans un sens, oui, je préfère les morts. Tu sais à quoi t’attendre avec eux. Etre seule face à des zombies, ça craint soit. Etre seule face à des vivants, c’est pire. Etre une nana seule… Okay, je sais me défendre. Et plutôt bien, même Javik ne pourra pas dire le contraire pour le coup. N’empêche que ce n’est pas cool. Oui, je sais. C’est toujours moi qui ai tendance à aller vers les gens, les vivants, et les autres qui râlent parce que je suis trop insouciante ou confiante. Mais ça ne veut pas dire pour autant que je suis totalement tête brûlée ou inconsciente quand je suis seule. Pas totalement non.

Je ferme les yeux et grimace. J’en entends qu’un, mais ça en veut rien dire. Et puis un, c’est déjà trop. Les mains sur le fusil, la crosse toujours contre mon épaule, que je ne lève pourtant pas, je tourne la tête en entendant les pas se rapprocher. Oui, bon, d’accord, peut-être un peu inconsciente…
Je me retrouve face à un pistolet, et pas un petit. Je le fixe, enfin, le mec derrière plutôt, la mâchoire serrée. Ma main se détend très légèrement lorsqu’il baisse son arme. Le mien reste plus ou moins dans la même position, pointé vers le bas, mes mains dessus. Je jette un coup d’œil à côté de lui. Un chien. C’est à lui qu’il parlait tout à l’heure ?

Je le dévisage alors qu’il parle. Pas tant qu’il me bouffe qui m’inquiète dans l’immédiat. Il n’a pas forcément bonne mine. En même temps, aucun de ceux que j’ai croisé ne pouvait se targuer d’avoir toujours la forme. Et oui, je ne dois pas être mieux. Enfin, si, peut-être quand même. J’espère. Lui semble presque limite à deux doigts de crever. De fatigue ou de faim, je n’en sais trop rien.
Je fais un pas en avant, sur le côté, restant hors de portée.
J’esquisse toutefois un sourire quand il poursuit.

« Oui, je connais un peu. Les meilleurs restos ont fermés y a un moment. Je crains qu’il ne reste pas grand-chose de bien intéressant malheureusement. »  

Si je me fais tuer ou pire, vous croyez qu’ils me détesteront ? Sans doute dans un premier temps ouais. Je hausse les épaules, faussement contrite.

« Désolée si t’as fait du chemin pour venir goûter aux spécialités locales. Au pire, tu peux peut-être tenter plus loin… »

Sérieux, on croirait presque entendre un des rabat-joie, ce n’est pas cool. Je jette un coup d’œil vers la porte, avant de rapidement reporter mon attention sur lui.

« T’es tout seul ? Enfin, je suppose qu’il t’accompagne lui ? Il s’appelle comment ? » Je désigne le chien, qui a l’air aussi mal en point que le maître. Je me mords la lèvre.
« Et je m’appelle Miria. »

_________________

Aujourd'hui, l'optimisme est une nécessité pour sauvegarder sa santé mentale.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20
Enjoy the little things
Messages : 2783
Membre du mois : 17
J'ai : 25 ans
Je suis incarné(e) par : Holland Roden
Crédit(s) : Shereen
Je suis un(e) : Calamity Jane
Vos Liens :

Mes hauts faits :
Enjoy the little things
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Don't shoot, I'm human ! [Livre I - Terminé]   Mar 27 Oct - 10:53



Hj : Désolée du retard, gente demoiselle  

Elle ne hurla pas, ni ne chercha à se débattre, ce dont il lui en était reconnaissant. Pour une fois dans sa vie, Kyle ne cherchait pas les ennuis ; il savait pertinemment que dans son état, il serait perdant à coup sûr. Ses muscles étaient trop ankylosés pour qu’il puisse se battre, et il était si épuisé que ses réflexes s’en trouvaient amoindris, et sa vigilance atténuée. Oui, dans cet état, même cette fille pourrait avoir le dessus sur lui, mais il tenta de faire bonne figure pour n’en laisser rien paraître. Après s’être fait voler son sac et tout son précieux contenu comme un blaireau, se faire avoir par une gonzesse serait l’humiliation suprême.

« Oui, je connais un peu, lui répondit-elle comme s’ils tenaient une conversation tout ce qu’il y avait de plus normale et de plus banale. Les meilleurs restos ont fermé y’a un moment. Je crains qu’il ne reste pas grand-chose de bien intéressant malheureusement. » Kyle haussa les épaules dans une attitude faussement nonchalante, alors qu’au fond de lui, il était dépité. « Désolée si t’as fait du chemin pour venir goûter aux spécialités locales, poursuivit-elle. Elle avait de l’humour et du répondant, et ce n’était pas pour lui déplaire. Au moins, elle ne semblait pas le craindre, et il se demanda s’il devait s’en réjouir ou s’en inquiéter. Il préférait inspirer la peur que la pitié, mais il devait reconnaître que la fille ne semblait pas spécialement effrayée du sort qui l’attendait. Soit elle cachait bien son jeu, soit son apparence piteuse ne jouait pas en sa faveur. Il opta pour la seconde solution. Au pire, tu peux peut-être tenter plus loin… » Le message était passé ; elle semblait vouloir l’envoyer ailleurs pour se débarrasser de lui, et il comprit alors à cet instant qu’elle n’était pas seule, sinon, elle aurait certainement sollicité son aide. Son groupe devait être là, quelque part, pas très loin, et il redoubla de prudence.

« T’es tout seul ? Enfin, je suppose qu’il t’accompagne lui ? Il s’appelle comment ? Et je m’appelle Miria. », se présenta-t-elle. Kyle arqua un sourcil en la dévisageant. Essayait-elle de le faire parler pour gagner du temps jusqu’à ce que son groupe la rejoigne ? Son instinct lui hurlait qu’il devait se tirer d’ici au plus vite, avant qu’ils ne lui tombent dessus. Bon, l’avantage c’est qu’il n’avait plus rien à se faire voler, mais ces gens étaient peut-être des meurtriers. Comme lui l’avait un jour été. Il pointa son arme sur le visage de la jeune femme, et s’efforça de rester calme. « Combien ils sont ? », lui demanda-t-il. « Les gens qui t’accompagnent. Est-ce qu’ils sont dans le coin ? Je ne te ferais aucun mal Miria, si eux ne m’en font pas. » Il n’avait rien contre elle, mais il devait avant tout protéger ses arrières, et ceux de Canigou. Il n’avait pas survécu tout seul dans cet Enfer pour se faire buter comme un con ici.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Don't shoot, I'm human ! [Livre I - Terminé]   Sam 7 Nov - 12:25

Pour le coup, je regrettais un peu d’être venue seule. C’est pas comme si c’était la première fois en même temps. Même si jusqu’à présent, je n’avais jamais fait de réelles mauvaises rencontres. Oui, il fallait bien que la roue tourne. Pourtant, il baisse son arme et m’adresse la parole somme toute normalement. Ce qui me fait légèrement sourire. Et m’aide un peu à répondre de mon côté en essayant de lui faire comprendre subtilement qu’il n’y a rien d’intéressant dans le coin et qu’il peut continuer son chemin. Bon, d’accord, ce n’est pas si subtil que ça, mais au moins, ce n’est pas si difficile à comprendre. Non pas que je ne veuille pas qu’il reste, mais même s’il a l’air à moitié mort de faim ou de fatigue, il a pas l’air super agréable derrière tout ça. Oui, je sais, je ne suis pas la mieux placée pour juger au vue de mes connaissances et de mon groupe. Mais bon, ce n’est pas ma faute hein au fond…

Et encore une fois, au final, je me vois jouer la gentille fille, curieuse et aimable. Chassez le naturel… Et bizarrement, c’est ma foutue gentillesse qui a l’air de le faire tiquer. Putain, mais sans dec, les gens se disent pas que ça existe encore les gens qui ne sont pas des enfoirés opportunistes ? Apparemment non. Carrément pas. Son arme se relève vers moi et mon cœur loupe un battement. Ou deux. Et mon sourire se fane aussitôt. Ouais, surprenant hein ?
Malgré moi, je fais un pas en arrière. Mon instinct, qui se réveille enfin, ou qui du moins se dit qu’il est enfin temps de paniquer, me hurle de courir. Ouais, il est con pour le coup j’avoue. Je déglutis et cligne des yeux alors qu’il me pose quelques questions, d’un ton calme. Mon cœur repart. Ça c’est plutôt cool. Il ne va pas forcément péter un plomb et j’ai donc une chance de m’en sortir entière. Il n’a pas l’air totalement taré, juste l’air du mec qui a traîné seul trop longtemps. Et je me dis que ça aussi, c’est un bon point. Pas fou, pas nerveux. Bien bien bien.
J’écarte mes mains, pour prouver que je ne suis pas une menace, me passant la langue sur les lèvres. Oui, ça me ferait rire aussi si je pouvais. N’empêche que…

« Parce que sérieux, je ne pourrais pas survivre seule ? Je me débrouille très bien toute seule. C’est quoi ces préjugés ?! »

Je me force à desserrer ma mâchoire serrée. Oui, bon, ce n’est pas le bon moment pour vouloir démontrer que je suis autonome ou autre… Parce que j’ai un flingue pointé sur moi oui entre autre. Et parce que bon, non, je ne suis pas seule. Franchement t’énerver contre un  mec armé, c’est le mauvais plan. Surtout pour ça… Mais si je n’ai plus la colère…

« Je fais partie d’un petit groupe oui. Et ils ne sont pas dans le coin non. Je suis venue seule parce que… parce que je n’arrivais pas à dormir et que… je voulais voir les environs avant qu’on ne débarque… » Je soupire, un sourire désabusé et triste sur le visage. « Et je me rends compte que c’était idiot oui. Ils vont me tuer… si tu ne le fais pas avant… Mais pour le moment, je suis seule. Avec toi…
Ils ne te feront donc rien. »


Ouais, lui dire que t’es toute seule et que les autres ne sont pas forcément au courant que t’es là, c’est le bon plan. Quoiqu’il ne va pas forcément me croire. Allez respires. T’es plus forte que ça non ?
Je le fixe.

« Ecoute, ce n’est pas que… Tu veux bien baisser un peu ton arme ? S’il te plait ? Je n’ai pas grand-chose sur moi alors… »

Je soupire en fermant les yeux. Ce serait vraiment con de mourir là comme ça. Oui, bon, mourir n’importe comment serait con je te l’accorde. Mais là… Personne ne saurait exactement… Ça craint. Et je ne les reverrais plus. Ça craint encore plus. Je refoule mes larmes. Sérieux, passer de la colère à ça, c’est nul aussi. Mais le canon face à moi est tellement énorme.

« Ecoute. Laisses-moi juste partir. Ou alors tu pars devant, je ne sais pas, comme tu veux. Je veux juste retrouver ma famille d’accord ?Si je ne suis pas là, ils finiront par se séparer, et je ne veux pas qu’ils… »

Merde. Pitoyable. Bon, je pleure pas encore, c’est toujours ça de pris.

« Ils ont besoin de moi. »

_________________

Aujourd'hui, l'optimisme est une nécessité pour sauvegarder sa santé mentale.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20
Enjoy the little things
Messages : 2783
Membre du mois : 17
J'ai : 25 ans
Je suis incarné(e) par : Holland Roden
Crédit(s) : Shereen
Je suis un(e) : Calamity Jane
Vos Liens :

Mes hauts faits :
Enjoy the little things
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Don't shoot, I'm human ! [Livre I - Terminé]   Dim 8 Nov - 16:47



« Parce que sérieux, je ne pourrais pas survivre seule ? Je me débrouille très bien toute seule. C’est quoi ces préjugés ?! » s’emporta la jeune femme, visiblement vexée que Kyle puisse sous-entendre qu’elle était incapable de survivre par elle-même, sans l’aide de personne. Cette réaction plutôt inattendue aux vues des circonstances le prit de court, si bien que l’espace d’un instant, il ne sut pas vraiment quelle attitude adopter. Kyle eut subitement l’impression de se retrouver face à une de ses anciennes conquêtes, qui avait tendance à lui piquer des crises pour un oui ou pour un non. C’était l’apocalypse, et malgré ça, il arrivait encore à tomber sur une hystérique. Il les attirait ou quoi ? « Je… J’ai pas dit ça. », se justifia-t-il pour tenter de la calmer. Pourtant, il peinait à croire qu’elle ait pu survivre toute seule jusqu’ici. Elle était dans un bien meilleur état que lui, ce qui lui prouvait à coup sûr qu’elle était accompagnée d’un groupe, qui veillait sur ses arrières. « Mais regarde ma tronche, et tu verras à quoi ça ressemble un mec qui voyage vraiment seul, et qui est obligé de se débrouiller avec les moyens du bord. »

« Je fais partie d’un groupe, oui. » finit-elle par avouer. « Et ils ne sont pas dans le coin, non. » Devait-il la croire sur parole ? Il préféra écouter le reste de ses explications avant de se faire une idée sur la jeune femme. « Je suis venue seule parce que… parce que je n’arrivais pas à dormir et que… je voulais voir les environs avant qu’on ne débarque. Et je me rends compte que c’était idiot, oui. Ils vont me tuer… si tu ne le fais pas avant… Mais pour le moment, je suis seule. Avec toi… Ils ne te feront donc rien.  » Il devina à ses hésitations qu’elle était une très mauvaise menteuse, ou alors particulièrement naïve. Avouer à un parfait inconnu qu’elle était seule et que ses amis n’étaient même pas au courant de sa petite escapade était un véritable appel au viol. Heureusement pour elle, Kyle ne mangeait pas de ce pain-là. Mais elle lui semblait plutôt sincère et il décida de croire à son histoire… pour le moment. « Ecoute, reprit-elle, ce n’est pas que… Tu veux bien baisser un peu ton arme ? S’il te plait ? Je n’ai pas grand-chose sur moi alors… » Cédant à sa requête, il baissa légèrement le canon de son arme, tout en restant sur ses gardes au cas où elle essayerait de le flouer. « Ecoute. Laisse-moi juste partir. Ou alors tu pars devant, je ne sais pas, comme tu veux. Je veux juste retrouver ma famille d’accord ? Si je ne suis pas là, ils finiront par se séparer, et je ne veux pas qu’ils… Ils ont besoin de moi. », lui confia-t-elle ses inquiétudes.

Kyle hésita quelques secondes sur la marche à suivre, mais il se laissa convaincre par son histoire et rangea finalement son arme dans son holster, cherchant à la rassurer sur ses intentions. Il en avait peut-être l’apparence, mais Kyle n’était pas vraiment un mauvais garçon. Enfin… Pas avec les femmes, tout du moins. « Ok. », dit-il en levant légèrement ses mains pour lui faire comprendre qu’il n’était pas une menace. « Je m’appelle Spoon. » Kyle avait l’habitude de toujours se présenter par son surnom, si bien qu’il n’y avait que sa famille et ses proches amis à connaître son prénom. « Et lui, c’est Canigou. », poursuivit-il en désignant le chien par un mouvement de tête. « Je l’ai trouvé sur la route, et depuis, je crois qu’il s’est mis en tête de me coller aux basques. » Kyle ne savait pas ce qui le poussait à lui raconter cette anecdote ; peut-être tout simplement le fait de pouvoir enfin parler avec quelqu'un d'autre que le chien et lui-même. « J’avais un groupe moi-aussi, mais on a été séparé, et depuis, tu vois, je joue les aventuriers solitaires. »

Des mouvements dans son dos attirèrent alors son attention, et il se retourna pour constater que pendant leur bref échange, une dizaine de Zach s’était rassemblée devant la petite épicerie, comme s’ils savaient que deux humains appétissants les y attendaient à l’intérieur. Il s’approcha doucement de la fenêtre barricadée et observa la rue à travers les interstices entre les planches de bois. « Merde. », jura-t-il entre ses dents. « Ils sont en train de se rassembler, à croire qu’ils savent qu’on est là. Faut se tirer d’ici tant qu’ils ne sont pas trop nombreux, sinon ils vont nous coincer ici, et on sera forcé de cohabiter l’un avec l’autre… Jusqu’à ce qu’on crève de faim. » , jugea-t-il bon de préciser.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Don't shoot, I'm human ! [Livre I - Terminé]   Ven 13 Nov - 15:42

Mon cœur bat trop vite, mais bon, j’ai une arme pointée sur la gueule, ça me parait une réaction saine et normale. Pourtant mon premier réflexe, c’est de hausser le ton. Enfin, façon de parler, parce que je ne parle pas vraiment plus fort hein. Mais bon, non, je m’offusque qu’il pense que je me ne puisse pas me débrouiller seule. Réaction saine et normale aussi… ou pas, on est d’accord. Mais se mettre en colère c’est toujours mieux que de se mettre à pleurer ou à paniquer hein ? Et puis, le bon côté, c’est que ça a l’air de le perturber un peu. Bien. Mais il n’a pas tort.

« Oui, t’as une sale gueule, c’est vrai… Et j’aurais sans doute la même effectivement. »

Au point où j’en suis de toute façon, je n’ai pas trop le choix, je suis bien obligée de lui dire que je ne suis pas seule. Bon, je ne suis peut-être pas obligée de lui dire que personne ne sait que je suis ici. Mais ça sort tout seul. Et puis bon… autant rester franche et idiote jusqu’au bout non ?

Mais bon, le principal, c’est qu’il a l’air de me croire, ou un peu du moins. Il baisse son arme. Il ne la range pas, mais ne plus avoir le canon en face des yeux, ça fait franchement du bien.
Et la colère m’abandonne petit à petit. Et ce n’est pas cool. Parce que ouais, du coup, j’ai l’impression de devenir larmoyante et affligeante. Ce que je suis sans doute. Je déteste être comme ça. Ça donne trop l’impression que je suis fragile. Et j’ai bien trop lutté et subi pour l’être.
Mais encore une fois, il a beau hésiter, il finit par ranger son arme. Je ferme les yeux et soupire.

« Merci. »

J’esquisse un sourire. Bon, ok, c’est pas encore gagné, mais c’est en bonne voie non ?
Il lève les mains, comme moi un peu plus tôt. Sauf que moi, je fais 1m60 et 50kg toute mouillée, je suis pas super impressionnante à mains nues quoi. Ni armée soit. Mais bon, le geste y est. Et je n’ai plus d’arme pointée sous le nez. Il se présente, puis son clebs, et continue de parler, mais je ne l’écoute plus vraiment. Je le fixe en clignant des yeux. Spoon ? Genre Spooner ? Y en a beaucoup des gens qui s’appellent comme ça ? Ou alors c’est une putain de coïncidence ? Je souris malgré moi quand il dit qu’il a été séparé de son groupe. Oui, bon, de ce que je sais, ce n’est pas le grand amour avec Javik, mais, ça reste son pote non ? Ou du moins quelqu’un de son groupe d’origine… Qui okay, n’était pas vraiment super sympa comme groupe…
J’ouvre la bouche, pour dire quoi, je ne sais pas trop. « Oh, youpi, c’est Javik et Danny qui vont être heureux de te retrouver ? » Mais je n’ai pas vraiment le temps d’y réfléchir que je tourne la tête vers la vitrine en suivant son regard. Merde, oui, ça bouge dehors, et pas qu’un peu. Je m’approche et regarde à mon tour. Je le regarde en ouvrant de grands yeux, alors qu’un sourire amusé apparaît malgré moi.

« Non sérieux ? » Je secoue la tête. « On a fait trop de bruits… Et ils sont déjà trop nombreux pour sortir par là. »

Je désigne l’arrière de la boutique.  

« Il doit y avoir une sortie à l’arrière. On aura toujours moins de monde qu’ici… »

Je désigne ladite fenêtre, avant de me diriger vers l’arrière aussi silencieusement que possible.

Type d'action J’ouvre la porte

Je me mordille la lèvre, ouvrant la porte avec précaution. Et miracle, elle s’ouvre ! J’avance et rien ne me saute dessus. Bien. Super.

Type d'action Je fouille rapidement les alentours

J’en profite pour fouiller un ou deux cartons trainant dans le coin. Non, sans déc ? De la bouffe ? Qui laisserait de la bouffe trainer derrière une vieille épicerie ? On s’en fout. Je sors du carton une boite conserve, en sale état et sans étiquette, mais encore une fois, on s’en fout. Je la range, avant de reprendre la route un peu plus rapidement, souhaitant m’éloigner des zombies massés devant. Oui, j’ai pris le temps de fouiller. Et alors ?

Une fois un peu de distance parcourue, je m’arrête derrière un mur pour souffler, avant de m’agenouiller et caresser un peu Canigou.

« Sans dec, Canigou donc ? T’avais pas mieux ? »

Je me relève et hésite une seconde.

« Tu viens avec moi ? On n’est pas loin. »
Je lui souris. « On a à bouffer. Et tu pourrais te reposer. Et Je crois qu’ils voudront te voir… Pour certains d’entre eux en tout cas. »

Oui, bon, il pourrait prendre le peu que j’ai sur moi. Je le fixe un instant, avant de faire un ou deux pas et de me tourner vers lui.

« Allez, vaux mieux pas trop traîner par ici. »

Points de vie restants : 20/20
Munitions restantes : 15
Gains des fouilles : x1 nourriture
Endroit où je me trouve :  A quelques dizaines de mètres de l’épicerie
Endroit où se trouvent mes ennemis : A l’épicerie, trop loin pour nous suivre :face :

_________________

Aujourd'hui, l'optimisme est une nécessité pour sauvegarder sa santé mentale.


Dernière édition par Miria Graham le Jeu 26 Nov - 1:23, édité 2 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20
Enjoy the little things
Messages : 2783
Membre du mois : 17
J'ai : 25 ans
Je suis incarné(e) par : Holland Roden
Crédit(s) : Shereen
Je suis un(e) : Calamity Jane
Vos Liens :

Mes hauts faits :
Enjoy the little things
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Don't shoot, I'm human ! [Livre I - Terminé]   Ven 13 Nov - 15:42

Le membre 'Miria Graham' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Mouvement' :


--------------------------------

#2 'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4402
Membre du mois : 6291
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Don't shoot, I'm human ! [Livre I - Terminé]   Mer 25 Nov - 12:10

« Non sérieux ? », s’exclama Miria, aussi peu réjouie que lui de se retrouver en tête à tête avec un inconnu dans cette épicerie pour le restant de ses jours. Qui, sans nourriture ni eau, risquait d’arriver beaucoup plus vite que prévu. Pas question. Kyle refusait de mourir aussi stupidement, et il n’était pas très emballé à l’idée que Canigou puisse bouffer son cadavre après sa mort. Finir dans l’estomac d’un chien était encore moins glorieux que de finir dans celui d’un Zach. « Et ils sont déjà trop nombreux pour sortir de là. » Kyle secoua la tête. Pas nécessairement. Il avait déjà été confronté à ce genre de menace par le passé ; si leur nombre faisait leur force, il suffisait de ne pas se laisser encercler pour s’en sortir. Ils étaient ridiculement lents, et donc extrêmement faciles à esquiver et à semer – si l’on avait encore assez de force pour taper un petit sprint. Il n’y avait que les hordes que Kyle craignait tout particulièrement. Il s’apprêtait à faire part de ses conclusions à Miria pour la convaincre de le suivre, mais il n’eut pas le temps d’ouvrir la bouche que la jeune femme avait déjà une autre idée en tête. « Il doit y avoir une sortie à l’arrière. On aura toujours moins de monde qu’ici. » Une issue de secours. Le magasin était si petit que Kyle n’avait pas envisagé un seul instant qu’il puisse y avoir une autre sortie que la porte principale. Ce manque d’analyse et de réflexion lui fit comprendre à quel point son cerveau était engourdi par la fatigue. Bon sang, il avait vraiment besoin d’une bonne nuit de sommeil. Effectivement, dissimulée dans un recoin sombre, une issue de secours semblait le narguer, et se moquer de sa stupidité. Prudemment, Miria poussa la porte, qui s’ouvrit sur une petite ruelle sans opposer de résistance. Aucun comité d’accueil ne les y attendait. Parfait. Miria profita même de ce moment d’accalmie pour fouiller les alentours, et dénicher une boîte de conserve, qui même sans en connaître le contenu, le fit saliver intérieurement.

« Allez viens, faut pas s’attarder. » l’encouragea-t-il à le suivre, alors qu’elle rangeait la boite de conserve dans son sac. Les deux jeunes gens s’éloignèrent prudemment et ne s’arrêtèrent qu’une fois certains d’être en sécurité. « Sans dec, Canigou donc ? T’avais pas mieux ? » lui balança-t-elle, sarcastique, ce qui lui arracha un sourire amusé. « J’ai jamais eu de chien. », répondit-il en haussant les épaules comme si cette excuse justifiait à elle-seule son manque d’imagination. « Et je crois que ça lui plait. » Enfin, pour ce qu’il en savait… Après tout, il ne parlait pas le chien. « Tu viens avec moi ?, lui proposa-t-elle subitement. On n’est pas loin. » Son sourire était d’une telle sincérité qu’il lui était difficile de croire qu’elle lui tendait un piège. « Alors t’es comme ça toi, du genre à inviter les mecs chez toi dès le premier soir ? Franchement, je ne l’aurai pas parié. », plaisanta-t-il en lui lançant un clin d’œil complice. Il ne connaissait absolument pas cette fille, mais il décida qu’il l’aimait bien. Il y avait quelque chose chez elle, ce petit je-ne-sais-quoi qui le rassurait, le mettait en confiance, qui lui donnait envie de la protéger. « On a à bouffer. Et tu pourrais te reposer. » « Tu sais parler aux hommes. » Il mourrait de faim, quant à dormir… Il tuerait quelqu’un pour pouvoir se reposer plus de cinq minutes d’affilée. « Et je crois qu’ils voudront te voir… Pour certains d’entre eux en tout cas. », reprit-elle, mystérieuse. Kyle arqua un sourcil, perplexe. « Qu’est-ce que tu veux dire par-là ? », s’enquit-il. Mais elle ne lui répondit pas tout de suite, lui suggérant de reprendre la route.

Sur le chemin, ils discutèrent de leur situation, de leur passé, et de ce qui les avait amené jusqu’ici, tout en évitant les quelques Zach qu’ils rencontrèrent sur le chemin, ou en tuant ceux qui s’approchaient de trop. Une fois le campement en vue, une bouffée d’appréhension envahit Kyle ; il se demandait quel genre d’accueil l’y attendait, et s’il allait être considéré comme une menace ou comme un allié. Si on allait lui prendre ses armes, son chien, ou l’accepter à bras ouverts. « Pas de plan foireux, hein ? » , demanda-t-il à Miria, vaguement inquiet
.
Points de vie restants : 26/26
Munitions restantes : 9
Gains des fouilles :
Endroit où je me trouve : Près du campement de Miria
Endroit où se trouvent mes ennemis : Pas dans les parages, en tout cas


Dernière édition par Kyle S. Spooner le Ven 27 Nov - 22:09, édité 3 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Don't shoot, I'm human ! [Livre I - Terminé]   Mer 25 Nov - 12:10

Le membre 'Kyle S. Spooner' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4402
Membre du mois : 6291
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Don't shoot, I'm human ! [Livre I - Terminé]   Ven 27 Nov - 17:02

Je souris. Parce que ouais pour le coup, ils ne pourront rien dire pour mon escapade. Oui, je suis partie seule. Oui, un peu trop loin. Non, je n’aurais pas dû. Non, ce n’était pas forcément malin ou très prudent. Mais bon… Ils devraient savoir depuis le temps que je ne tiens pas compte de leur avis. Enfin si… mais pas pour me dire ce que je dois faire. Et j’aime bien sortir et fureter. Et là, en l’occurrence, je reviens les bras chargés de cadeaux. Non seulement, je ramène de la bouffe, mais en sus, je ramène leur pote. Bon, Oui, John râlera quand même… Mais j’ai de la bouffe. Et puis bon, ça se passera peut-être aussi bien avec Spoon qu’avec Danny qui sait.

Si on arrive au camp sans encombre. Ce qui a l’air bien parti, maintenant qu’on est sorti de ce magasin. Mon cœur reprend un rythme un peu plus normal à chaque pas qui nous éloigne des zacks.
Mon sourire s’agrandit un peu en regardant le chien.

« Ou il est juste content d’être tombé sur quelqu’un qui cherche pas à le bouffer… »

Et croisant les doigts pour que ce soit lui, oui, parce qu’on ne sait jamais, je lui propose de venir. Je n’aurais pas pu faire autrement sérieusement, je m’en serais voulu et même Javik et Danny m’en auraient sans doute voulu, même si j’avais mis en avant la sécurité. Enfin bref, le fait est que maintenant c’est fait. Et je sais que je rougis légèrement à sa plaisanterie.

« Et t’aurais eu raison, ce n’est pas mon genre. Je… » Je secoue la tête en souriant. « Même si ceux avec qui je suis me trouve trop crédule… Je suis trop insouciante qu’ils disent… » Je hausse les épaules. « J’essaye de leur apprendre à parler avant de tirer… ça marche un peu… »

Je souris et reprends de plus belle pour le convaincre. Je reprends la route, histoire de ne pas s’éterniser ici. Aucun endroit n’était sûr de nos jours, mais rester en pleine rue, c’était franchement trop, même pour moi.  Je hoche la tête, heureuse, alors qu’il me suit et acquiesce plus ou moins.

« Oui, j’ai pris le pli et je suis devenue convaincante, j’en ai plusieurs dans le groupe, tous plus chiants que les uns que les autres. »

Même si je ne suis pas sérieuse en le disant, je ne mentais pas pour autant en vérité. Je me contente de hausser les épaules et d’esquiver sa question en parlant de tout et de rien. Mais je le sens se tendre au fur et à mesure qu’on approche. Je m’arrête et me tourne vers lui.

« Promis juré. Ça devrait te plaire je pense. M’en veux pas si ce n’est pas le cas… Mais pas de plan foireux, c’est promis. »

Je le fixe en esquissant un sourire. Je fais un signe de tête vers le camp et reprend la route.
Je distingue des silhouettes et lève la main. Helloooooo… Bon, ils ont l’air de faire un peu la gueule. Mais ça va leur passer. Hein, dis ?

« J’ai ramené des cadeaux… » Je désigne Spoon d’un signe de tête, un léger sourire aux lèvres, les yeux rivés sur Javik. « Surpriiiiise. »

C'est le bon, pas vrai ?
Points de vie restants : 20/20
Munitions restantes : 15
Gains des fouilles : x1 nourriture
Endroit où je me trouve :  Au camp situé je sais pas trop où
Endroit où se trouvent mes ennemis : /

_________________

Aujourd'hui, l'optimisme est une nécessité pour sauvegarder sa santé mentale.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20
Enjoy the little things
Messages : 2783
Membre du mois : 17
J'ai : 25 ans
Je suis incarné(e) par : Holland Roden
Crédit(s) : Shereen
Je suis un(e) : Calamity Jane
Vos Liens :

Mes hauts faits :
Enjoy the little things
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Don't shoot, I'm human ! [Livre I - Terminé]   Dim 29 Nov - 16:16

Il y a des jours comme ça où il pourrait totalement étriper Miria ! Voilà qu'elle a disparu du campement, sans rien dire à personne. Nan, mais qu'est-ce qu'elle a dans la tête cette fichu idiote ? Ça lui plait de se tirer comme ça sans rien dire ? Ok, Javik l'avait fait autrefois, mais lui c'était pour partir pour de bon car il n'aurait rien apporté de bon à sa famille et à elle. Bon, petite erreur, car ils sont de nouveau ensemble. Bref, peut-importe ! C'est juste qu'il n'aime pas la savoir seule. Entre les hommes et les zombies, il y a trop de risques pour se promener seul. Le jeune homme décida de trouver Danny histoire de savoir s'il n'aurait pas quelques infos. Danny c'est le mec sympa, celui vers qui elle va surement plus facilement parler pour dire "hey, je vais faire une petite escapade solo, tu me couvres !". Connaissant Dan, il serait bien capable de la couvrir. "T'as vu Miria ? Si tu sais où elle est, dit le moi, je n'ai franchement pas de temps à perdre !" expliqua clairement Javik qui était en train de retirer le chargeur de son arme pour en vérifier le contenue, comme s'il se préparait à partir en guerre. "Salut Danny, ça va ! Ça t'arrive d'être un peu courtois de temps en temps, mec ?" demanda Danny pas vraiment étonné de l'attitude de son meilleur ami. "Je sais pas où elle est. Je ne l'ai pas vu depuis plusieurs heures. Demande à John ?" proposa Danny n'ayant pas plus de réponse pour lui. "En gros, quand j'ai besoin de toi, tu me sers à rien !" lâcha Javik sur un ton désagréable avant de tourner le dos à son ami et de s'éloigner. La colère a toujours le même effet sur lui, ça le rend désagréable et sacrément con.

Il se mit en tête de faire le tour du campement, de chercher seul en espérant ne pas tomber sur le corps de Miria. Au final, il ne trouva rien après deux longues heures de recherche, ce qui le fit rentrer au camp des fois qu'elle soit de retour. Ce n'était pas le cas, alors il alla ce caler contre un arbre en attendant. Le jeune homme ne l'avouera pas, mais il était inquiet, très inquiet. Quand il vit les frères et sœur de la demoiselle se lever avec un sourire soulager, il comprit qu'elle était de retour. Vous savez quoi ? Ça va être sa fête à cette petite idiote inconsciente ! D'un bond, il se leva puis marcha à vive allure vers elle. Aveuglé par la colère, il ne fit même pas attention qu'elle était accompagnée par quelqu'un. "Nan, mais ça va pas ? Depuis quand tu te casses toute seule sans rien dire à personne. T'aurais pu te faire tuer, est-ce que t'en est consciente ?" aboya-t-il sur un ton absolument pas sympathique et plein de reproche. Son regard glissa rapidement sur l'homme à côté d'elle avant de se concentrer sur elle de nouveau. "T'es vraiment qu'une idio...te" C'est à ce moment qu'il commença à réaliser le visage qu'il venait de voir. Rapidement, sa tête se retourna vers le nouveau. Spoon. Merde c'était bien lui. Spooner ! Javik n'en croyait pas ses yeux, ce vieux con était vraiment là devant lui. La bouche entre ouverte, il était abasourdi. "Oh ben merde alors !" murmura-t-il avant de s'approcher de son pote et de le prendre dans ses bras. Spoon est peut-être son rival, quelque peu son ennemi, mais ça reste un ami et il est comme un membre de sa famille. "Je te croyais mort !" dit-il en le lâchant et en le regardant plus en détail. Le pauvre avait une sale mine, il devait avoir vécu des choses toutes aussi horrible qu'eux.

_________________
In the deep
Les règles morales sont, chez l'être doué de raison, l'équivalent pratique des règles de l'instinct. Seules elles permettent la survie.
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 26
Messages : 5576
Membre du mois : 8
J'ai : 29 ans
Je suis incarné(e) par : Bob Morley
Crédit(s) : Nono
Je suis un(e) : Lucky Luke
Mes hauts faits :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Don't shoot, I'm human ! [Livre I - Terminé]   Lun 30 Nov - 12:21

« Ou il est juste content d’être tombé sur quelqu’un qui cherche pas à le bouffer… », conclut-elle à propos de Canigou. « Tu crois pas si bien dire. Je suis tombé sur des tarés qui voulaient s’en faire un casse-croûte. » Ses mâchoires se crispèrent à ce souvenir, quand il repensa à ces trois connards qui lui avaient tiré son sac, et toutes les précieuses rations qu’il contenait, et qui, par-dessus le marché, avaient voulu faire du mal à son chien. Son chien… C’était étonnant de voir à quel point Kyle s’était attaché à cette bête puante, inutile et un brin stupide. Pourtant, il en était venu à aimer ce chien, comme s’il l’avait toujours connu. De mémoire, il n’avait pas connu d’ami plus fidèle que ce labrador qui le suivait aveuglément, envers et contre tout.
Kyle se sentait presque redevable envers cet animal, qui l’avait empêché de sombrer dans la panique et la dépression quand il s’est retrouvé tout seul dans ce merdier. Tant qu’il vivrait, rien ni personne ne toucherait à un seul poil de cette bestiole.

Miria rougit à sa remarque, ce qui le conforta dans ses idées. Il était surpris qu’une fille de son genre ait survécu à cet Enfer, lui qui s’était fait à l’idée que seuls les humains les plus répréhensibles pouvaient s’en sortir. Elle semblait bien trop gentille pour pouvoir presser la détente, défendre sa vie au prix de celle d’autres survivants. Pour Kyle, les vivants représentaient une menace bien plus dangereuse que les morts. Pour survivre, être capable de tuer un autre homme lui apparaissait comme indispensable. Que l’on veuille ou non, c’était la guerre et le retour du chacun pour soi. Il devina que son groupe rencontrait quelques difficultés à la gérer, et il ne put s’empêcher de penser qu’elle finirait par les faire tuer un jour ou l’autre. Par les temps qui courraient, accorder sa confiance revenait à se tirer une balle dans le pied. Mais pour l’instant, Kyle ne se plaignait pas de l’altruisme de Miria, qui lui était venue en aide sans rien connaître de lui. Qui sait ce qu’il serait devenu si son chemin n’avait pas croisé le sien ?

A l’approche du campement, il lui fit part de ses inquiétudes, mais le sourire de Miria le rassura aussitôt. Il savait qu’il ne devait se fier à personne d’autre qu’à lui-même, mais Miria avait le don de le mettre en confiance. Peut-être se jetait-il tout droit dans la gueule du loup ; de toute façon, il était trop tard pour faire demi-tour. A leur arrivée, des silhouettes s’agitèrent, manifestement énervées ; qui était l’objet de ce courroux, Miria ou lui ? Oh putain de bordel de merde. L’apparition du brun lui coupa littéralement le souffle. Javik. Ici. Dans ce campement. Putain, il était en train de rêver, tout ceci n’était pas réel. Quand le brun incendia la rouquine, le doute n’était plus permis. C’était bien Javik, toujours aussi casse-couilles.  Ce qui l’agaçait autrefois le réconfortait aujourd’hui ; il n’était plus seul, il avait retrouvé un membre de son équipe, de sa famille. Il se prit à espérer que les autres l’accompagnaient. Obnubilé par sa colère, il ne remarqua même pas la présence de son vieil ami, jusqu’à ce que son cerveau comprenne enfin que Miria n’était pas seule. « Oh ben merde alors ! » s’exclama-t-il quand il le reconnut, avant de le prendre dans ses bras. Ok, c’était vraiment bizarre, et quelque peu gênant, mais Kyle lui retourna l’étreinte, en lui tapant dans le dos. « Je te croyais mort ! » « Que je crève, ça te ferait trop plaisir. », lui répondit-il dans un sourire, lui laissant entendre qu’il n’avait survécu à toutes ces horreurs que pour le plaisir de le contrarier. « Comment t'es arrivé là, putain ? Danny, Cooper ? Ils sont avec toi ? », s’enthousiasma-t-il.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Don't shoot, I'm human ! [Livre I - Terminé]   Lun 7 Déc - 10:53

Comme quoi le hasard fait bien les choses. Comme quoi être une idiote inconsciente et expansive amenée toujours de bonnes choses… Oui, bon, je sais. Jusqu’au jour où… Mais jusque-là en l’occurrence, tout ce qui se passait était positif et ça faisait du bien. Quelque part au milieu de la faim, de la fatigue, de la peur, ces petits trucs lumineux permettaient de continuer à avancer envers et contre tout.
Bon, et là, le petit truc faisait bien 1m80 et 80kg… enfin non, il devait faire beaucoup moins maintenant, vu comme ses joues étaient creusées. Mais à la base, ça devait être ça non ?
Mais avant les réjouissances, on va avoir le droit à une engueulade. Enfin on… moi. Je soupire d’avance en voyant Javik s’avancer d’un pas vif vers moi. Et il commence à gueuler. Sérieusement, il va me la faire à chaque fois cette scène ? Parce qu’on n’a pas fini dans ce cas… Se lassera-t-il avant moi ? Même pas sûr. Je le laisse parler, crier, sans vraiment y faire attention. Enfin si, il me gave un peu quand même. Même si dans le fond, il n’a pas tort, je le reconnais. Mais sérieux…

« Oh, Javik, c’est pas non plus la première fois ! La moitié du temps, je vais faire des tours toute seule, et je suis toujours là. Je suis prudente. » Ou pas. Mais bon, ça, il n’est pas censé le savoir. « Et tu n’as pas à me parler comme ça ! Si t’es inquiet, tu peux juste dire : "Merde, je m’inquiétais pour toi, préviens-moi la prochaine fois." … Et peut-être que je te préviendrais davantage… » Ou pas. Mais ça non plus, il n’a pas besoin de le savoir.

Et il finit par se calmer en se rendant compte que non seulement je ne suis pas seule, mais que oui, il le connait. Bien. C’est le bon. Cool ! Je me met à sourire comme une idiote alors qu’il le prend dans ses bras. Je reprends ma route, maintenant que l’orage est passé, allant à mon tour prendre ma famille dans mes bras. Laissant les vieux amis se retrouver, je sors ma trouvaille, et même John semble me pardonner mon escapade à cette vue.

HRP:
 

_________________

Aujourd'hui, l'optimisme est une nécessité pour sauvegarder sa santé mentale.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20
Enjoy the little things
Messages : 2783
Membre du mois : 17
J'ai : 25 ans
Je suis incarné(e) par : Holland Roden
Crédit(s) : Shereen
Je suis un(e) : Calamity Jane
Vos Liens :

Mes hauts faits :
Enjoy the little things
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Don't shoot, I'm human ! [Livre I - Terminé]   Lun 7 Déc - 21:10

Quand la colère vient embrouiller Javik, il est à fond dedans. Il faut croire que crier sur les autres est comme une passion pour lui. C'est surement un moyen de montrer qu'il peut avoir l'ascendant et surtout qu'il contrôle tout. Car avec son groupe c'est bien lui qui est à la tête et qui dit quoi faire, même si Miria à tendance à contester ou faire le contraire de ce qu'il dit. Ce n'est pas étonnant qu'il ne voie pas son ami tout de suite, trop aveuglé par la colère qu'il déverse sur cette inconsciente de Miria. Un jour, peut-être qu'elle comprendra qu'elle va vraiment finir par ne pas revenir ? A-t-elle oubliée de quelle manière elle a rencontré Javik ? Sans elle il serait mort. Si ça lui arrive, il ne sera pas forcément là pour l'aider. Bref, le visage de Spoon était suffisant pour lui faire oublier son mécontentement. Son vieil ami qu'il croyait mort était là, juste devant lui, vivant ! Dire qu'il commençait à perdre espoir. Ce n'est pas dans ses habitudes, mais il le prit dans ses bras, c'était le moyen de vraiment réaliser qu'il n'était pas mort, mais bien en chair et en os. La réflexion qu'il lui lâcha lui arracha un petit rire, c'était bien lui, ça c'est sûr.

Javik relâcha son ami et l'observa, c'était toujours le même, en plus maigre et en plus abimé, un peu comme tout le monde en fait. Les questions auxquelles on pourrait s'attendre furent posées. La manière dont il est arrivé ici n'est pour le moment pas très intéressante et plutôt longue à raconter. Il prendra le temps de lui en parler plus tard. "Danny est avec moi, il va être content de te voir ! Par contre, je n’ai pas de nouvelle de Cooper. Visiblement, toi non plus ?" C'est triste d'être réuni sans Cooper, le joyeux luron de la bande. Espérons qu'il soit au moins encore en vie quelque part et que leur route finira par se croiser. "Tu sais que t'as une sale gueule !?" observa-t-il, ce n'était pas méchant, mais il y avait un petit côté taquin tout de même. Ce n'est pas comme si tous les deux ne se comportaient pas comme chien et chat tout le temps... "Quoi que ça ne change pas beaucoup de ta tête habituelle !" ajouta-t-il histoire d'être fidèle à lui-même et toujours aussi chiant. Ce ne fut que quelques secondes après ses mots que Danny arriva rapidement. Il faut croire qu'il avait entendu l'arrivée de leur ami. "Spoon ! Oh bon sang, c'est vraiment toi ?" s'exclama-t-il en restant à plusieurs mètres comme s'il n'avait pas l'impression que ce soit réel.

_________________
In the deep
Les règles morales sont, chez l'être doué de raison, l'équivalent pratique des règles de l'instinct. Seules elles permettent la survie.
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 26
Messages : 5576
Membre du mois : 8
J'ai : 29 ans
Je suis incarné(e) par : Bob Morley
Crédit(s) : Nono
Je suis un(e) : Lucky Luke
Mes hauts faits :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Don't shoot, I'm human ! [Livre I - Terminé]   Mer 9 Déc - 11:45



Kyle jaugea d’un rapide coup d’œil son ami de la tête aux pieds, et constata qu’il n’était pas le seul à avoir morflé. Mais par les temps qui courraient, ils pouvaient tirer un trait sur les standards et les critères de beauté d’autrefois ; ici et maintenant, avoir une sale gueule semblait être devenu la norme. Mais qu’importe qu’il ressemble à Robinson Crusoé du moment qu’il était toujours en vie. Il n’allait pas faire le difficile. « Danny est avec moi, lui apprit Javik, il va être content de te voir ! » « Sûrement pas autant que ça. », répondit Kyle en haussant un sourcil, amusé ; après tout, Danny avait toujours été le médiateur entre les deux hommes prêts à se battre, et il n’allait sûrement pas être enchanté d’avoir à rejouer ce rôle bien malgré lui. Dans le fond, Kyle aimait bien Javik, mais ils ne pouvaient pas rester trop longtemps dans la même pièce sans que cela ne dégénère. Peut-être que le contexte apocalyptique arrangerait leur relation, mais pour être franc, Kyle en doutait. « Par contre, je n’ai pas de nouvelle de Cooper. » « Merde. », jura Kyle entre ses dents, dépité. « Visiblement, toi non plus ? » Le jeune homme se contenta de secouer la tête de gauche à droite. Comme à chaque fois qu’il pensait à cette nuit où le groupe s’était séparé, et où Ash et Rico avaient trouvé la mort, le chagrin le submergea avant qu’une vague de culpabilité ne le frappe de plein fouet. Sa faute… Tout était de sa faute. Et Cooper… songea-t-il, la gorge nouée. Son ami, le frère qu’il n’avait jamais eu. Même s’il était toujours en vie, ce dont il n’avait aucune certitude, il devait errer comme une âme en peine, à lutter seul contre les multiples dangers qui recelaient sur la route, comme lui l’avait fait. Il n’y avait rien de pire que de se retrouver seul dans ce merdier. Et soudain, il en voulut à Javik et Danny d’être parti sans eux, de les avoir laissés derrière, et surtout lui, coincé dans son arbre, cerné par les Zach. Il comprenait que la panique les aient poussés à s’enfuir, mais pas qu’ils ne soient pas revenus les chercher. Kyle avait attendu que les monstres se dispersent, puis était resté plusieurs jours aux alentours du campement à la recherche de ses amis, ou tout simplement au cas où l’un d’entre eux reviendrait. Mais quand personne ne se pointa, il comprit qu’il avait perdu son temps et qu’on l’avait abandonné. Et cette idée lui était restée en travers de la gorge.

« Tu sais que t’as une sale gueule ?, reprit Javik, sans doute pour lui changer les idées, ce dont il lui fut – secrètement – reconnaissant. Quoique, ça ne change pas beaucoup de ta tête habituelle. » « Oui, mais même comme ça, je reste toujours le plus beau des deux. », lui rétorqua-t-il un sourire aux lèvres, les vieilles habitudes refaisant rapidement surface. La menace de ce semblant d’altercation sembla attirer Danny comme la lumière un papillon. « Spoon !, s’exclama-t-il. Oh bon sang, c’est vraiment toi ? » « T’as besoin d’une paire de lunettes, mon vieux ? », le taquina-t-il en le prenant rapidement dans ses bras pour le saluer. « Je suis venu avec un ami. », ajouta-t-il en désignant Canigou couché à ses pieds d’un mouvement de tête. « Bon, les connards, c’est pas parce que c’est la fin du monde qu’il faut en oublier les bonnes manières. Vous êtes des hôtes pitoyables, plaisanta-t-il. Ça fait des jours que j’ai rien mangé, ou presque, vous n’auriez pas un petit quelque chose à se mettre sous la dent ? » Kyle n’aimait pas quémander, mais pour cette fois, il mit sa fierté de côté pour demander de l’aide ; sérieusement, il avait l’estomac si vide qu’il commençait à s’auto-digérer. « Hey les mecs, reprit-il plus sérieusement, je suis super content d’être tombé sur Miria, mais cette fille finira par tous vous faire tuer. Elle fait confiance trop facilement. Même si pour cette fois, je ne vais pas m’en plaindre. Faut juste faire gaffe. J’ai croisé des tas d’enfoirés sur la route, des gens vraiment pas recommandables, dix fois pire que nous. C’est dire. » Javik, Danny et Kyle savaient qu’ils pouvaient compter les uns sur les autres, qu’ils ne se laisseraient pas tomber, plus jamais, et de nos jours, pouvoir accorder sa confiance à quelqu’un n’avait pas de prix.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Don't shoot, I'm human ! [Livre I - Terminé]   Dim 13 Déc - 22:47

Ca faisait longtemps que je les avais pas vu sourire comme ça les deux. C’est plutôt cool. Et même s’il a vraiment une sale gueule actuellement, et qu’il semble à deux doigts de carrément clamser, je me dis que c’est pas plus mal d’avoir un troisième mec qui impressionne un peu… Quand il ressemblera moins à un zack ouais.
Je les laisse parler quelques minutes, histoire de rassurer de mon côté. Et même si je sais que ça lui plait pas tout ça, même s’il a beau jouer les rabats joies et les emmerdeurs parfois presque au même niveau que Javik, c’est John qui me tend un truc à bouffer. Je le regarde et souris. Soit il sait que je gagnerais quoiqu’il arrive, soit il est plus compréhensif qu’il ne le montre. Je dirais moitié-moitié…

Marchant en silence, depuis le temps, c’est un des premiers trucs que tu acquiers, sinon tu fais partie des casse-croûtes, je rejoints les trois idiots. Idiots oui. Je fronce les sourcils. Putain, qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? Pourquoi le seul qui rattrape un peu tout ça, c’est Danny qui se montre un peu moins con ? Je sers la mâchoire, et je sais que Javik, ou même Danny, peut le voir. Spoon lui me tourne le dos et continue. Je soupire.

« Cette fille comme tu dis, viens de te sauver la vie. » Je fais les deux-trois pas qui me sépare d’eux. « Et en plus d’être naïve, elle est une vrai perle en tant qu’hôte. » Je lui tends la pseudo assiette.
« Et cette fille qui fait confiance trop facilement, non contente d’avoir sauvé ton postérieur de connard, a aussi sauvé le cul de celui-là. » Je désigne Javik.

Je le toise. « J’ai croisé pas mal de personnes aussi. Et tu sais quoi ? Bizarrement, contrairement à vous, aucun ne m’a fait du mal. Alors ouais, soit j’ai une chance de cocue… quoique vu la difficulté à l’être, ça m’étonnerait… Et y a pas intérêt de toute manière. Soit, le fait que je sois positive et sympa change la donne. Quand on ne se comporte pas comme un connard arrogant, on a parfois des bonnes surprises. Tu devrais essayer aussi Spoon, je suis certaine que tu peux y arriver toi aussi. » J’esquisse un sourire. « C’est gentil de t’inquiéter pour moi. Pour nous. Ou même juste pour tes potes. Si, jsuis sincère, c’est promis. C’est cool de savoir qu’y a encore des personnes en vie qui les apprécient assez pour ça… » Je secoue la tête et continue tout aussi séchement. « Mais on survivait très bien, même avant de tomber sur eux. Alors si jamais vous voulez vous barrer parce que je représente un danger en étant trop gentille… Je vous en prie. Grand bien vous fasse. »

Ouais bon. Je sais. A peine sorties, je regrette ces paroles. Non, on parviendrait tout aussi bien à s’en sortir hein, sérieux. Mais… Je regarde Javik. Merde. Non, il ne partira pas. Il est aussi idiot que moi parfois. Je souris, d’un sourire plus grand et plus franc.

« Sinon, tu es le bienvenu parmi nous Spoon. Je serais ravie de te démontrer que je ne suis pas si dangereuse que ça. Et tu pourras dormir, et manger. Et on trouvera même à bouffer pour Canigou. Parce qu’on est horriblement trop généreux et sympas. »

_________________

Aujourd'hui, l'optimisme est une nécessité pour sauvegarder sa santé mentale.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 20
Enjoy the little things
Messages : 2783
Membre du mois : 17
J'ai : 25 ans
Je suis incarné(e) par : Holland Roden
Crédit(s) : Shereen
Je suis un(e) : Calamity Jane
Vos Liens :

Mes hauts faits :
Enjoy the little things
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Don't shoot, I'm human ! [Livre I - Terminé]   Lun 14 Déc - 23:15

Les retrouvailles faisaient énormément plaisir à Javik. Ce n'est pas tous les jours qu'on retrouve un pote qu'on croyait mort. Spoon aurait très bien pu également ne jamais recroiser leur route. Après tout, le monde est vaste, il aurait suffi qu'il parte dans la direction opposée pour que leur chemin les éloigne à tout jamais. Le hasard a fait que non, Miria l'a retrouvé et ramené alors qu'elle n'avait entendu que son nom. Cette femme a vraiment trop de bonté et un jour ça la perdra surement. Si Javik s'est mis à l'engueuler tel un poissonnier à son arrivée c'est bien parce qu'il n'aime pas les petites excursions solos qu'elle peut faire... tout comme le fait de ramener un inconnu. En l'occurrence, là ça va, car l'inconnu n'est autre que Spoon. Les deux amis venaient à peine de se retrouver que les vannes volaient déjà entre eux. Au moins, il n'a pas changé, ça fait plaisir à voir. Danny était également heureux de revoir un gars de la bande, la famille se reconstitue tout doucement, mais surement. Bien sûr, ça ne sera jamais comme avant, mais c'est mieux que rien.
Avec ce lot d'émotion Jav' et Danny n'avait pas pensés que Kyle pouvait être fatigué et avoir besoin de se reposer et manger quelque chose. Le jeune homme lui fit signe de les suivre pour se rapprocher des autres. En même temps, Spoony parla de Miria et du fait qu'elle ne soit pas assez prudente. Ses mots ne tombèrent pas dans l'oreille d'une sourde puisqu'elle avait entendu en lui apportant de quoi se restaurer. Houlà, il risque de réveiller la bête sauvage qui sommeille en elle à parler ainsi. Quoi qu'il en soit, elle ne se laissa pas démonter en lui expliquant qu'elle lui avait sauvé la vie et que c'est elle qui lui apportait de quoi manger. Il faut avouer, qu'elle a juste sur tous les points. En plus, elle jugea utile de dire qu'elle avait sauvé Javik. Merde, elle ne pouvait pas lui laisser un peu d'honneur ? Après ça, Spoony va surement le faire chier. "Même les meilleurs ont parfois un moment de faiblesse..." justifia-t-il avant d'entendre une réflexion. En même temps, il l'avait bien cherché, un groupe de sales types étaient venus pour le détroussé, ne s'étant pas laissé faire, il s'est fait tabasser... presque tuer si Miria ne serait pas intervenue. Pour les détails, il aura largement le temps d'expliquer tout ça plus tard.

Bien entendu, la jeune femme continua racontant qu'elle n'avait pas peur des autres et qu'elle avait croisé d'autre "connard" bien avant Javik et ses potes. Lawson leva les yeux au ciel, bon sang, il faut vraiment qu'elle se la joue "moi aussi j'ai des couilles les mecs !". D'après ce qu'elle disait, le fait d'être sympathique avait toujours fait en sorte que personne ne s'en prenne à elle. Ceci fit doucement rire le jeune homme, ouais, c'est sur ça doit marcher tout le temps. "C'est peut-être parce que t'es mignonne qu'ils ne t'ont jamais fait du mal !" En disant ça, il sous-entendait que ces personnes -du moins si ce sont des hommes- avaient des idées derrières la tête... Quoi qu'elle dise, Javik ne va pas partir, pas sans elle. "Installe toi dans un coin et mange. Je vais te chercher à boire, je te laisse en compagnie de Danny." Une tape sur l'épaule et il laissa son ami.

[je propose de mettre fin au sujet ici, si vous voulez faire une dernière rep, je vous laisse voir. Spoon, si tu es partant pour un sujet avec moi, c'est quand tu veux :D]

_________________
In the deep
Les règles morales sont, chez l'être doué de raison, l'équivalent pratique des règles de l'instinct. Seules elles permettent la survie.
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 26
Messages : 5576
Membre du mois : 8
J'ai : 29 ans
Je suis incarné(e) par : Bob Morley
Crédit(s) : Nono
Je suis un(e) : Lucky Luke
Mes hauts faits :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Don't shoot, I'm human ! [Livre I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Don't shoot, I'm human ! [Livre I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]
» Les démons de minuit [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall of Man :: 
Rive Nord, Trois-Rivières, Canada
 :: Le Port de Trois-Rivières :: Les Commerces
-
Sauter vers: