AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
MessageSujet: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Dim 8 Mai - 13:02

Je me redresse en sursaut, retenant de justesse une plainte. Ou un cri. Enfin un truc pas cool ni discret. Je m’assois, m’installant en tailleur, et essayant de reprendre ma respiration. Je tourne la tête et aperçoit un vague rayon de soleil. Je frissonne, ramène la couverture autour de moi, et hésite un instant. Je ne me rendormirais pas, comme chaque nuit dernièrement. Au moins le soleil se lève-t-il en même temps que moi aujourd’hui, même si je pense pas avoir dormi plus, j’ai juste dû m’endormir plus tard encore que d’habitude. Si avant je pensais dormir mal ou pas assez, je peux me rassurer, je dormais bel et bien comparé à maintenant… Maintenant, je commence vraiment à être épuisée. Je me passe ma main dans les cheveux en soupirant. Je sais même pas ce qui me perturbe le plus. Enfin si. De les avoir tués. Je revois mes gestes, je revois leur visage, j’entends encore… Je frissonne à nouveau, et pas de froid ce coup-ci. Même si je suis gelée. Et comme à chaque fois dernièrement, j’hésite une fraction de seconde à aller rejoindre Zak et Ethan. J’aurais plus chaud. J’aurais moins peur. Je serais moins seule… Et non. C’est même pas la peine d’y songer sérieusement. Il pourrait pas s’empêcher de sortir des conneries, alors que ce serait juste pour… pour tout ça… Même Ashley, je pourrais pas. J’ai déjà l’impression d’être, encore, la pièce rapportée, manquerait plus qu’elle essaie de se comporter encore en maman avec moi. Quelle horreur.
Je me passe les mains sur le visage, avant de me décider. Je me lève et m’habille en vitesse. Ma main se figeant une seconde sur le journal, avant que je ne me décide à l’embarquer, oui, je dois être un peu maso, je sais, en même temps que le carnet de croquis écorné que j’ai trouvé. Me faudrait autre chose qu’un simple crayon à papier, ce serait cool aussi. Je les fourre dans mon sac, immobilisant à nouveau ma main. Trainant au fond du sac, les trucs que j’avais trouvé et conservé pour eux… Je soupire et secoue la tête, prenant mon sac, ma batte et mes chaussures à la main. Je sors et descend en silence, croisant les doigts pour ne réveiller personne. Ouais, jsuis gentille, je suis pas la seule à avoir besoin de sommeil.
Et j’ai faim. Ouais, je sais, je sais. Je vais attendre et j’irais chercher un truc. Pas toute seule, on m’a assez sermonné… Même si ça me gave vraiment en vérité. Bon, et en fait en vérité, j’ai carrément envie de sortir et partir pour les chercher… les autres… Ouais, c’est con, je sais, tout seule…. Mais j’ai quand même grave envie de les retrouver et de leur péter la gueule… Vraiment.

Je me fige en bas en entendant du bruit, et je retiens mon souffle en apercevant une silhouette. Et de me détendre en la reconnaissant. Je fronce les sourcils. Il sort ? Je l’observe, dans l’ombre, alors qu’il se dirige vers la porte et la franchit, son sac sur le dos. Je cligne des yeux. Il fait quoi là ? Il se fout de moi ?? J’enfile rapidement mes chaussures, avant de mettre mon manteau et mon sac sur le dos. Je rejoins la porte, l’ouvre et jette un coup d’œil dehors. Mais il s’est vraiment barré ? Je sors, refermant la porte en silence, regardant à nouveau autour de moi. Merde. Je ressers mon manteau bien trop léger autour de moi en jurant à voix basse. Ah, là-bas ! Je suis la silhouette, et me dis un instant que j’aurais bien l’air con si c’était un zack… Mais non, c’est lui. Je reconnais sa carrure et sa façon de marcher et… Et ta gueule.
Mais sérieusement, il se casse vraiment alors qu’il fait tout juste jour ? Tout seul ? Après les pipeaux qu’il m’a sorti ? Ma mâchoire se crispe et j’accélère un peu le pas. Mais… et s’il se barrait juste ? Je m’arrête. Enfin, vraiment je veux dire ? Pour de bon ? Parce qu’il en a marre ? Et parce que c’est ce qu’il fait non, quand ça devient trop dur ? Et y Ash pour veiller sur Zak maintenant… et moi. Putain. Ouais, y a moi aussi, et il le sait. Mais et moi ? S’il est plus là… Qui va…
Je pose ma main sur la batte attachée à ma ceinture, comme pour me rassurer. Qu’il s’en aille si ça lui chante ! Je vais quand même pas lui courir après si monsieur se conduit encore comme un môme !

Je ferme les yeux et shoote dans la neige. Non, il lâcherait pas Zak, il l’adore… Même si on est là… Pas vrai ? Et toi, il te lâcherait ? J’ouvre les yeux. Mais je l’emmerde moi ! J’ai pas besoin de lui, ni des autres bordel ! Rentres, trouves un truc à bouffer et va faire un tour. Ou va faire un tour de suite. Ou essaie de trouver la planque de ces connards. C’est une idée qu’elle est bonne ça ! Si je suis discrète, je risque rien, pas vrai ? Et si je suis seule, je les mettrais pas en danger, pas vrai ?

Je reprends la route, mais pas celle que je voulais, et j’essaye de le repérer à nouveau. Je le rattrape, n’étant plus vraiment silencieuse, posant ma main sur lui alors qu’il se retournait vers moi. Je le pousse en arrière. Mauvaise idée sans doute je sais. Les sourcils froncés, la mâchoire contractée, je l’attaque sans même trop savoir pourquoi.

« On peut savoir ce que tu vas foutre dehors TOUT SEUL à cette heure-là ? T’avais pas dit qu’on devait pas se balader seul ducon ? »

Je détourne les yeux et croise les bras. Et il est tellement con cet abruti qu’il va penser que je m’inquiétais pour lui. Ou encore que je le… ouais, bon, je le suivais, mais, ça n’a rien à voir !

]« Tu comptes te casser avant que quiconque soit réveillé pour être sûr qu’on te retrouve pas ?? Toujours aussi courageux ?? »

Ouais, c’est gratuit aussi. Mais je m’en tape. Il m’énerve. Il est chiant. Et s’il me demande ce que moi je fous là toute seule, je lui en colle une.

_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.© by anaëlle.


Dernière édition par Eliott Lancaster le Dim 22 Mai - 9:46, édité 1 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1155
Membre du mois : 29
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Dim 8 Mai - 21:12


Bon, encore une nuit où j'aurais à peine dormi. C'est cool. J'ai fermé l'œil quelques heures mais je sens pas franchement reposé. Toujours à me poser les mêmes questions sur ce qui s'est passé, sur ce qu'on a fait, ce qu'on aurait du faire. Et ça tourne encore et toujours dans ma tête. Comme ont dit les autres on est entiers, c'est ce qu'il faut retenir. La blessure de Dean est pas grave et Ashley s'en occupe bien. C'est cool qu'elle soit là pour ça aussi. On manquait grave d'un médecin dans le coin.

On a encore du mal à discuter, à reprendre notre vie, à avancer mais il faut bien. Enfin après, ça fait quoi ? Trois, quatre jours ? Difficile d'oublier le sang qu'on a sur les mains et de ne pas penser à ce qui nous attend. Enfin, j'essaie de remonter le moral de Zak, qui a l'air d'être celui qui prend le mieux le truc. Je crois. Et j'évite un peu Ashley, sans trop savoir pourquoi en fait. Probablement parce que je sens la prise de tête en fait. Je préfère reporter autant que possible un tête à tête qui va forcément être merdique.

Eliott continue de tirer une drôle de tronche. Probablement à cause du journal. Elle doit se sentir coupable, comme nous tous, mais j'ai comme l'impression que ça la touche plus que les autres, sans bien savoir pourquoi. Et d'un coup, je me suis rappelé d'un truc. Enfin je m'en suis souvenu en lisant quelques extraits de ce foutu bouquin. Comment j'ai réussi à me rappeler de son anniversaire à la blondasse ? Aucune idée. Mais comme on avait déjà pas fêté Noël, je me suis dit que ce serait pas con de lui trouver un truc sympa. Peut-être que ça lui remonterait le moral, je sais pas trop. Ou alors ça va la saouler et elle me jettera je sais pas ce que je trouverais dans la gueule. Dans tous les cas, elle se focalisera sur autre chose, même si c'est pour me pourrir c'est toujours mieux que rien.

J'ai fait une première virée hier et j'ai trouvé un truc à la con. Elle aimait les hiboux gamine, je sais pas si c'est toujours le cas mais ce pendentif était plutôt … mignon. Et les filles ça aime les trucs mignons non ? Bon pour Eliott, je sais pas trop, mais bon. Bref, j'ai pensé aussi à lui trouver de quoi dessiner, je me rappelle en avoir vu dans le magasin juste à coté des jeux vidéos. Et, comme j'arrive pas à dormir, autant en profiter pour y aller et éviter d'avoir à lui mentir si elle me demande où je vais.

Les autres sont pas encore levés et je fais aussi silencieusement que possible alors que je m'emmitoufle pour affronter l'extérieur. Sérieux, se peler le cul pour une boite de crayons, faut vraiment être con pour ça. Je lève les yeux au ciel alors que je commence à marcher, d'un bon pas, fronçant les sourcils de temps en temps alors que j'ai l'impression d'entendre du bruit. Mais avec ce temps, pas un zack dans les rues, c'est l'avantage de se geler. Faut bien qu'il y en ait un non ?

Et d'un coup, le mouvement se fait plus clair. Je charge mon fusil et je me retourne, prêt à tirer, quand je reconnais la tignasse blonde et sa mine revêche. Et bin, elle a l'air de bonne humeur au réveil celle-là. Super.

"Putain Lancaster, tu m'as fait peur. Encore un peu et j'essayais te de flinguer."

Je me relâche un peu, en me disant que vu ma chance, je l'aurais probablement loupée. Ou touchée. Je sais pas trop en fait. Et je me pince l'arrête du nez alors que mon regard s'attarde sur la main qu'elle a posée sur mon bras et je laisse filer un silence, plissant des yeux, essayant de comprendre les conneries qu'elle me raconte.

"T'es sérieuse là ? Je mets les pieds dehors tout seul et ta première pensée c'est que je me casse ? Va vraiment falloir me dire c'est quoi ton putain de problème avec ça. Je compte pas me tirer dès que les autres ont le dos tourné je… j'avais un truc à faire. Et je voulais le faire avant que les autres soient debout."

Non mais vraiment, pourquoi j'ai voulu faire ça ? Si c'est pour avoir une foutue réaction comme ça j'aurais mieux fait de m'abstenir. Et puis pourquoi je me justifie au fait ? Je regarde autour de moi, toujours aussi énervé, me demandant si elle a pas attiré tous les zacks du coin avec son coup de gueule de merde. Surtout que j'ai parlé aussi fort qu'elle pour le coup. Fait chier.

"Et toi, tu fous quoi dehors ? Mis à part me suivre pour me pointer du doigt et me balancer des conneries plus grosses que toi ?"

Reste calme Ethan. Il parait qu'elle est sous le choc. Il n'empêche qu'elle est bien relou. Bon, ok, c'est un peu trop tard pour dire ça. Mais j'ai pas encore gueulé non ? C'est déjà pas mal.

_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2462
Membre du mois : 35
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Lun 9 Mai - 1:55

Je me demande ce que je fous là alors même que je le rattrape. Mais d’un autre côté, qu’est-ce que j’aurais bien pu foutre ? Tourner en rond comme une conne à attendre que tout le monde se réveille ? Mourir de froid installée dans un coin de la pièce en essayant de pas penser à comment je mourrais de faim et cherchant quoi faire ?
Non, j’aurais pas attendu, je serais allée faire un tour… J’aurais tenté de retourner au moulin, j’aurais essayé de retrouver leurs traces. Je voulais les retrouver et… et après, je sais pas. Je me sentais déjà assez mal quand je repensais aux mecs du moulin, et j’avais clairement pas envie de retenter… Mais c’était pas pareil. Eux, ils avaient rien fait. Eux, ils voulaient juste récupérer leur gosse. Alors que les autres… Il allait falloir faire quelque chose. Il était hors de question que Zak…
Et j’arrive à m’énerver toute seule. Enfin non, j’ai de bonnes raisons d’être en rogne. Et puis, c’est de sa faute à lui. S’il s’était pas barré, je serais pas là à me peler les miches, à me demander pourquoi, bordel de merde, je suis sortie pour le rattraper. Je ressasserais les mêmes questions, comme chaque minutes ces derniers jours, me retenant d’aller toute seule chercher une quelconque preuve, un quelconque indice, quelque chose qui m’aide à me sentir moins mal.
BREF ! Il me saoule, c’est de sa faute, cherchez pas plus loin !
Je grimace un sourire.

« Ouais, tu m’en diras tant. Si t’essaie aussi bien que d’habitude, j’ai pas trop à m’en faire hein. »

Je hausse les épaules. Ouais, il se débrouille pas trop mal avec un flingue, et alors ? Je dois lui décerner une médaille ? Et si j’arrive à lui faire peur, putain, on est mal barrés. Je le fixe, toujours crispée, alors qu’il s’énerve à son tour. Si, au moins un peu. Je l’ai déjà dit, j’ai cet effet-là sur les gens, c’est plutôt rigolo en général. Lui, ça m’énerve encore plus, va savoir pourquoi.
Je fronce les sourcils.

« Ça change quoi qu’ils soient debout ? Laisses-moi réfléchir… Ah oui, ça évite que les gens s’inquiètent quand ils savent où tu te barres espèce d’abruti !
Et si tu tombais sur ces connards hein ? Personne le saurait ! »
Je le repousse à nouveau. « On saurait même pas ce qui s’est passé, ni où t’étais bordel ! »

Je secoue la tête et inspire, posant mes yeux n’importe où, mais pas sur lui. Je soupire, grimace et hausse les sourcils.

« Non, ma première pensée, ça a été : ‘Hé, il t’engueule si t’as le malheur de vouloir aller pisser seule, et lui prend ses cliques et ses claques à peine le soleil levé, quand tout le monde dort encore, mais quel connard !’ … Parce qu’avoue quand même que c’est assez hypocrite quoi comme réflexion du coup.
Et puis après, en te suivant, je me suis dit : ‘Mais hé. Peut-être que ça devient encore trop dur ou trop compliqué pour sa petite tête et qu’il préfère tenter sa chance ailleurs en nous laissant dans la merde, pour changer’… »
J’esquisse un sourire sans joie. « Donc ça a été ma deuxième pensée. »

Je serre mes bras davantage autour de moi, l’air mauvais. Calmes-toi un peu, sinon tu vas finir par dire encore plus de conneries. Je soupire alors qu’il regarde autour de nous. Y a pas de zacks dehors putain, il croit qu’ils vont apparaître en faisant POC ou quoi ? J’inspire, et je l’avais dit, le coup part. à défaut de lui faire mal à l’épaule, j’y arriverais peut-être mieux dans l’estomac. On verra bien. Mais pour se calmer, c’est raté.

« Va te faire foutre Griffin ! Qu’est-ce que ça peut te faire ce que je fous dehors ?
Et fais pas ta malheureuse victime bordel ! Je te pointe pas du doigt, je pose des questions légitimes ! J’ai encore le droit ça ? Alors dis-moi. C’est pas ce que tu fais ? Te casser quand ça devient difficile ? En te foutant de ce qui peut arriver à ceux qui restent ? »
Je le dévisage et mon cœur se serre un peu trop à mon goût, et je poursuis même si je le sens mal. « Mais histoire de remettre les choses correctement, je me suis quand même dit que t’aimais trop Zak pour te barrer sans lui. Même si d’un autre côté en y réfléchissant je pensais pas non plus que tu pouvais te barrer en nous laiss… »

Mes lèvres se pincent et ma mâchoire se bloque. Merde. C’est vraiment le moment de parler de ça ? Genre j’en ai pas assez ? C’est sûr que penser à Sid et à ce connard qui m’ont laissé seule, ça va vachement m’aider. J’inspire profondément. Je secoue la tête, lui jette un regard et reprend avant qu’il ne réponde.

« Et puis merde. Laisses tomber. Tu comptes pas te tirer, c’est tout ce qui… »

Bon, maintenant, tu peux te casser hein. T’as dit pas mal de conneries, il a raison, même si on est pas forcément d’accord sur lesquelles.

_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.© by anaëlle.


Dernière édition par Eliott Lancaster le Dim 22 Mai - 9:47, édité 2 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1155
Membre du mois : 29
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Lun 9 Mai - 10:29

Non mais alors en fait, elle va vraiment me prendre la tête là ? Pour de bon ? Enfin pour le coup, quand elle fait mine de sourire à ma réponse, je me dis qu’elle va se calmer et je souffle, d’un ton presque calme alors que je hausse les épaules.

"Ouais, mais on sait jamais. Je pourrais avoir de la chance cette fois."

Si on veut. Mais je préfère éviter de développer le fait que j’ai pas particulièrement envie de la flinguer. Lui en coller une ouais, c’est une certitude. Mais quand même, lui tirer dessus ça se fait pas trop.
Encore que, une balle dans le genou, ça devrait la calmer un peu non ? Bon, on évite de penser à ça et on reste calme. Enfin autant que possible. Et putain, c’est pas gagné. Surtout vu la tête qu’elle tire. Je souffle alors, à contrecoeur, surtout que pour le coup elle pas entièrement tort et que se balader tout seul est pas super indiqué avec ce qui vient de se passer. Mais elle me gonfle quand même.

"Je voulais éviter que toi tu sois debout. Pour que tu évites de me voir partir et que tu me saoules avec tes questions vu que j’aurais pas pu te répondre sans te raconter des cracks. Et depuis quand le fait que les gens s’inquiètent pour moi te préoccupe blondie ? Ca t’est bien évidemment pas venu à l’idée que j’ai laissé un mot hein. Nan je suis juste un connard qui se barre sans rien dire."

Elle évite mon regard, ça m’énerve encore plus. Je commence à monter doucement mais surement en pression et, à ce rythme-là je vais vraiment finir par lui gueuler dessus. Rien à foutre des zacks surgelés. Et voilà qu’elle repart pour un tour. Pire que Zak dans le genre quand elle s’y met en fait. Je me demande presque si je préférais pas quand elle me parlait pas.

"On va se mettre d’accord sur un point Lancaster. Tu sais pas si c’est trop dur ou compliqué vu que dans ma petite tête t’y es pas. Alors tu vas vite arrêter de faire des plans sur ce que je pense ou pas, parce que t’es juste totalement à coté de la plaque. J’ai promis à Zak que je le laisserais pas tomber après avoir flingué notre père sous ses yeux et j’ai déjà manqué de foirer ma promesse pour te suivre dans ce putain de moulin pour qu’il t’arrive rien. Me balance pas que t’avais pas besoin que te suivre, que j’ai pas à le faire ou un truc dans le genre. Que tu le veuilles ou non, je m’inquiète pour toi, c’est comme ça. J’ai pas envie de te voir crever. Et depuis cette foutue histoire de zombies, j’ai jamais laissé personne dans la merde, ok ?"

C’est bon, son jugement, ses reproches, elle peut se le mettre où je pense. Sérieux quoi, elle va me rabâcher combien de temps cette histoire d’abandon là ? Je pensais qu’elle avait compris. Je vois qu’elle se renferme encore plus, je pensais même pas que c’était possible en fait et je prends une profonde inspiration avant de répondre, sèchement.

"Donc, tu me fliques, tu me demandes ce que je fous là et moi par contre je ferme ma gueule et je dois rien dire ? J’avoue là, c’est pas mal du tout.  Donc ouais t’as le droit de poser des questions si tu veux, mais si tu réponds pas aux miennes, ça va pas le faire. Faut pas me prendre pour un con."

Je prends même pas la peine de répondre à son énième accusation. Va vite falloir qu’elle se calme là-dessus, vu qu’elle sait pas de quoi elle parle. Et puis, d’un coup, je tique au reste de ses propos et je la fixe, yeux plissés. Elle serait pas en train de parler de… nan, quand même, elle avait quoi ? 13 ans ? Elle s’en foutait que je me barre à ce moment-là, elle avait sa super famille d’accueil et Sid’ m’avait dit de pas me faire du mouron pour elle. Mais si c’est ça, c’est vrai qu’on a un sérieux problème là.
Alors je rétorque, hésitant.

"En vous laissant Sid’ et toi ? C’est ça ?"

Et puis, ça me gonfle encore plus. Alors je lui file le fusil sans ménagement et je fouille dans mon sac, la mine mauvaise avant de trouver le petit paquet que je cherche. Et toujours sans rien dire, je reprends l’arme avant de lui balancer la petite boite.

"Voilà ce que j’ai fait. Bon anniversaire Lancaster."

Je laisse filer un silence, toujours aussi énervé avant de reprendre, sur le même ton.

"Et maintenant que t’es là, tu vas bouger tes fesses avec moi jusqu’à la papeterie pour qu’on trouve les foutus crayons que je voulais te ramener. Comme ça tu pourras pas te plaindre que je te ramène de la merde."

Ben, moi qui pensais lui faire plaisir, je pense que niveau foirage, ça se pose là non ?

_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2462
Membre du mois : 35
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Lun 9 Mai - 13:40

Je le regarde et souris. Enfin si on veut.

« Ouais, à moins d’un mètre, avoue que ce serait quand même lamentable de pas réussir ton coup. »

Ouais, j’avais failli dire tirer ton coup, mais j’ai pas envie qu’il continue à me sortir d’autres conneries du genre, je suis franchement pas d’humeur. Et l’un dans l’autre, j’ai pas non plus envie qu’il teste, parce qu’il en serait foutu ce con, rien que pour me donner tort.
Et puis merde, il a pas à se barrer comme ça. C’est tout. Ma mâchoire se crispe, à force je vais me choper une crampe à cause de lui sans déc.

« M’éviter moi ?... Super. Sympa, vraiment j’apprécie l’attention et le traitement de faveur. Mais si ça te fais si chier, tu sais, il suffit de le dire et je t’adresse plus la parole, ça me sera pas bien difficile. » Et ouais, okay, peut-être bien qu’il a laissé un mot… mais même. Il est seul. « T’as laissé un mot, bravo, tu veux un bon point ? » Et on va pas dire que moi je me suis sauvée comme une voleuse à sa suite hein. « Zak pourrait flipper, Ashley pourrait aussi, mais c’est vrai, qu’est-ce qu’on s’en tape ? Après, tout, je suis aussi une connasse qui s’en balance hein ? J’en ai rien à foutre qu’ils s’inquiètent pour toi bordel ! T’es content comme ça ? »

Et que ce soit moi qui m’inquiète, ça lui viendrait même pas à l’idée à cet abruti. Merde. Nonnonon. Pas moyen que je m’inquiète pour lui. Je détourne les yeux, toujours autant énervée, si ce n’est davantage encore. Je plisse les yeux et le regarde à nouveau. J’ouvre la bouche pour répondre, mais il me devance, parce que non, j’ai clairement rien demandé. Je le dévisage. Genre. S’inquiéter pour moi ? Depuis quand ? Tu viens pas de dire que tu t’inquiétais aussi pour… Non. Non. Je fronce les sourcils. Il m’énerve, putain, mais comment il fait pour être aussi casse-couille ?

« Super ! T’as appris à tenir tes promesses ! Il aura juste fallu une putain de fin du monde pour ça ! Et depuis quand tu t'inquiéterais pour moi hein ? Tu déconnes ? » Je secoue la tête.« Préserves donc les promesses que tu lui as faites. J’ai pas besoin de toi okay ? Je sais très bien me débrouiller toute seule ! »

Je me tais et le fixe en tiltant enfin sur ses paroles. Je cligne des yeux et reprends plus calmement.

« Je savais pas. Pour ton père. Que tu aies dû… et que Zak y ait assisté… Je suis désolée. » Je fais un geste vers lui, effleurant sa joue, avant de me raviser et de croiser à nouveau les bras. « Je suis vraiment désolée Ethan. » Mais oui, bon, okay… C’est pas forcément le genre de truc dont il doit vouloir parler. Encore moins à moi. Mais… pourquoi je me sens blessée ? « Pourquoi tu m’as rien dit ? »

Non, c’est franchement pas cool. Pas cool du tout. Mais qu’il me le balance comme ça à la gueule, en vrai, j’apprécie pas. Il me lâche ça comme ça, au milieu de ses autres conneries ? Il se fout de moi ? Et si la colère s’est effacée deux minutes, elle revient rapidement. Je suis désolée pour lui, sérieusement. Mais en quoi c’est une excuse pour ça ? Okay, il va pas se barrer, autant pour moi. Mais il sort quand même seul bordel ! Si c’est pas du foutage de gueule en bonne et due forme ! Et puis toute façon, j’arrive pas… j’ai pas envie de me calmer. Et le ton qu’il prend après ne m’aiderait pas de toute façon.

« Oh bordel ! Je te fliques pas ! Je descendais quand je t’ai vu sortir abruti ! J’ai pas réfléchi ! »

Merde. Je secoue la tête et détourne à nouveau les yeux. Merde et merde. Je savais bien que j’aurais dû me barrer. Ou carrément pas venir ouais.
Je me fige, mes yeux s’écarquillant légèrement alors que je le regarde.

« Qu’est-ce que ça peut foutre maintenant ? » Je cligne des yeux et tache de reprendre une voix plus assurée que cette saloperie de murmure qui vient de sortir. « Sid était plus là non plus toute façon… »

Merde. C’est pire en vrai non ? Putain sérieux, tu vas pas te démonter pour un truc qui s’est passé y a plus de 10 ans ? Même si ouais, c’est pour ça que tu lui en veux. D’avoir laissé Sid aller en taule, à cause de lui sisi, et de t’avoir laissé seule du coup. Ouais. Connard.
Je fronce les sourcils alors qu’il me fourre son fusil dans les mains et qu’il farfouille dans son sac. Il le reprend et me balance une boite, que je rattrape de justesse.
Hein quoi qu’est-ce qu’il raconte ?? Je reste comme une conne, la boite à la main, à le fixer. Je regarde la boite, avant de le regarder à nouveau. J’ouvre la bouche et la referme sans rien dire. Bon. Ça arrive pas souvent, mais là, je euh…. Je sais même pas quoi dire. Je regarde à nouveau la boite. C’est con. C’est juste une connerie hein ? Je murmure, les yeux rivés dessus, sans oser y toucher vraiment.

« Tu t’es souvenu… » Je relève les yeux vers lui. « Tu t’es souvenu de mon anniversaire ? »

Et non seulement ma colère a littéralement fondue comme neige au soleil, mais pour faire encore mieux, il parvient à… j’en sais rien. Pas m’attendrir, faut pas abuser, mais…

« C’est pour ça ? Que tu voulais pas que je sois réveillée ? Parce que c’était pour moi… c’était… »

Oh merde. Une surprise. Pour mon anniv. Je relève les yeux de la boite que je fixais à nouveau pour le regarder. Je souris et mes yeux s’illuminent.

« Des crayons ? T’as trouvé une papeterie ? Avec des fusains ? Et de l’aquarelle ? »

Je cligne des yeux et me passe la langue sur les lèvres. Putain, il a vraiment cherché un truc pour me faire plaisir… Je sais pas vraiment si ça me perturbe ou si ça me touche. Sans doute les deux en vrai. Et ça me gonfle un peu aussi du coup. Qu’il y ait pensé et qu’il soit… gentil. Et que ça me fasse autant plaisir. Ouais, en fait, ça m’énerve léger d’être aussi contente…
Je lève la boite.

C’est quoi ? C’est pas une bague rassures-moi ? »

Gentille, soit gentille. Je me mordille la lèvre, hésitante comme s’il avait pu foutre un crotale dans une si petite boite, avant de me décider à l’ouvrir. Un hibou. Je reste les yeux fixés sur le collier, avant de pousser un soupir et de l’effleurer du bout des doigts, un sourire aux lèvres.

« Tu t'es souvenu aussi....»

Rien qu'un souffle, aussi surpris et impressionné que je le suis. Je lui tends, un sourire jusqu’aux oreilles sans même m’en rendre compte et me tourne, relevant mes cheveux au-dessus de ma nuque.

« Tu le mets ? »

_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.© by anaëlle.


Dernière édition par Eliott Lancaster le Dim 22 Mai - 9:49, édité 1 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1155
Membre du mois : 29
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Lun 9 Mai - 21:02

J'ai un bref haussement d'épaules à sa remarque avant de répondre, impassible.

"Oh tu sais, j'ai failli me faire tuer par trois zacks parce que j'étais infoutu de m'en défaire, mon couteau glissait tout le temps. Sans le troll qui a fait un one shot à trois mètres de distance, je serais probablement plus là pour te causer. Donc tu sais, la chance, le coté lamentable, je m'en cogne un peu."

Voire complètement. Je relève même pas ce qui pourrait être une plaisanterie un peu salace parce que je sens qu'elle est pas d'humeur. Et moi non plus en fait. Elle a réussi à me taper sur les nerfs en trente secondes, un vrai record pour le coup. Enfin, elle a l'air aussi en rogne que moi, on fait une sacré paire tiens.

"Ah mais putain, t'as pas pensé que je pouvais t'éviter pour une raison précise ? Genre un truc que je veux pas que tu vois ou que tu saches ou… bref. Mais si tu comptes me gueuler dessus constamment, ouais on peut envisager cette option à force."

Je lève les yeux au ciel, clairement saoulé par ses propos et je me retiens de lui dire ce qu'elle peut en faire de son putain de bon point. Elle touche quand même au but à ses propos, même si hier j'ai dit à Zak ce que je voulais faire.

"Je comptais être rentré avant qu'ils soient debout. Pour qu'ils aient pas le temps de s'inquiéter. Mais là, ça va être cramé à ce rythme-là. Parce que ouais, je veux rentrer chez nous. Ca t'épate hein. Et ça me fait une belle jambe que t'en aies rien à foutre, surtout que niveau crédibilité, tu te poses là."

Sérieux, si elle s'en fout, pourquoi elle en parle alors ? Et qu'est ce qu'elle fout là ? Bon, l'autre option est qu'elle veut me faire chier et elle y arrive vraiment bien d'ailleurs. C'est moi ou elle est en train de monter d'un ton là ? Elle va me faire une scène au beau milieu de la rue ? Et après me dire qu'elle s'en cogne. Super la cohérence. Je repense à ce que m'a dit Ashley et ça m'agace encore plus en fait.

"Ouais, ouais, on sait, t'en as rien à foutre de ma gueule, tu t'en fous que je m'inquiète pour toi, t'as pas besoin de moi. Change de disque, celui là je l'ai un peu trop entendu. J'ai toujours tenu mes promesses, arrête de raconter n'importe quoi."

C'est d'ailleurs pour ça que j'en fais jamais ou presque. Je repense un instant à la promesse faite à Sid' concernant sa sœur et je grimace, me rendant compte que je suis bien en train de merder pour le coup. Quand je parle de mon père, elle se calme d'un coup, c'est vachement bizarre. Et j'aime pas sa question, même si je suis le mouvement de sa main des yeux, sans rien dire l'espace d'un instant.

"Pourquoi ? Parce que … je sais pas en fait. J'ai pas envie qu'on me regarde avec pitié, de repenser au fait que j'ai flingué mon père, même si c'était plus vraiment lui. Qu'il allait bouffer Zak. Et tout ce ça me rappelle. Bref…"

Je baisse les yeux et je déglutis. En fait, je préfère quand elle gueule, c'est plus facile à gérer. Ah bah justement, voilà qu'elle recommence. C'est fou comment j'arrive à la faire démarrer au quart de tour, j'ai peut-être un don pour ça tiens.

"Tu me fliques pas ? Mais tu m'as suivi quand même ? Sans réfléchir ? Mais pourquoi ?"

Et je pousse un profond soupir agacé, alors que je me passe une main dans les cheveux et que je grimace. Putain j'ai oublié de prendre un bonnet, peut-être qu'avec du tissu sur les oreilles elle serait moins chiante à écouter. Ca mérite réflexion tiens.

"Ce que ça peut foutre ? Ca revient tout le temps sur le tapis. Alors balance ce que t'as à balancer, qu'on règle le problème, qu'on se mette sur la gueule ou je sais pas quoi. Ou alors t'en parles plus et t'arrêtes de faire des allusions de merde."

Comme elle m'énerve encore plus, je finis par craquer et par lui dire pourquoi je me suis tiré. Enfin lui dire, façon de parler quoi. Je lui balance son cadeau sans ménagement, mâchoires contractées, m'attendant à ce qu'elle pique encore une crise.

Je me fige quand elle se met à murmurer, sans bien savoir comment réagir. Je hoche doucement la tête, cherchant mes mots et soufflant, un peu gêné.

"Bin ouais. Et puis, t'es arrivée après Noël, je trouvais ça con que t'aies rien pour les deux. Je sais que ça peut paraitre débile avec ce qu'il a autour de nous mais je me dis que ça fait du bien de … enfin bref."

Au reste de ses propos j'ai une grimace et je hausse les épaules.

"Ouais. Ca aurait été con de gâcher la surprise. Et si j'étais parti avec quelqu'un d'autre, t'aurais trouvé ça louche. J'avais pas vraiment d'autres idées pour pas que tu le saches. Mais je me suis un peu foiré."

Un peu ouais. Je fais ça bien de merder les grandes occasions tiens. Surtout les anniversaires. Je sais pas pourquoi je pense à ça d'un coup et je ferme les yeux quelques secondes avant de reporter mon attention sur Eliott.

"Ouais des crayons. Y avait un magasin pas loin d'où j'ai trouvé des jeux pour Zak, je me suis dis que je pouvais fouiner par là-bas. Je suis pas sûr qu'il reste grand-chose mais ça valait le coup d'essayer."

Les gens ont tellement piqué tout et n'importe quoi et j'ai beau pas savoir ce qu'ils pourraient foutre avec des crayons mais on sait jamais. Ce serait cool de lui trouver des trucs. Et des bombes de peinture pour le gamin aussi tiens. Bref. A sa question, j'ai un ricanement et je lâche, ironique.

"Le jour où j'ai envie de mourir je t'offrirais une bague blondie. Mais pas avant."

Sa réaction est encore mieux que ce que j'imaginais. Ou alors c'est parce qu'elle a vachement gueulé juste avant. Le contraste est assez impressionnant, j'en viens à me dire qu'elle est un rien bipolaire quand même cette blondinette. Et je souffle, un rien plus doux.

"… que t'aimais les hiboux ? Bah ouais. J'ai juste eu peur que ce soit passé en fait. J'aurais eu l'air con. Enfin, plus que d'habitude quoi."

Je préfère anticiper la vanne pourrie qu'elle risquerait de me lancer. Et quand elle me demander de l'aider à mettre le collier, j'attrape mes gants avec les dents et je m'exécute, posant un instant une main sur son épaule avant de la relâcher. Je les remets sans rien dire avant de reprendre, après lui avoir jeté un long regard.

"Bon. Tu ramènes tes fesses ? On a du matos à trouver."

Avant qu'elle trouve une nouvelle raison pour me gueuler dessus.

_________________

   
   
Just relax, take it easy

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2462
Membre du mois : 35
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Mar 10 Mai - 8:11

Je le fixe, me demandant une demi-seconde à quel point il est sérieux. Avant de me rappeler que ouais, ils m’en avaient parlé.

]« Ah, j’ai failli oublier ça ouais. Le nain a assez de chance pour deux faut croire. » Je hausse une épaule. « Faudrait quand même apprendre à te débrouiller seul un jour tu sais. »

Même s’il a l’air de grave s’en foutre ouais. Bah après, s’il se fait bouffer un jour parce qu’il est trop con, parce qu’il se balade seul, genre LA, c’est son problème. Ou pas totalement faut croire puisque je suis là.
Je fronce les sourcils et ouvre la bouche, avant de secouer la tête.

M’éviter parce que je t’emmerde, ça ouais, j’avais remarqué. Pour pas que je vois un truc, là j’ai du mal ? Pour pas que je te vois te palucher ? Si c’est le cas, je ne peux qu’approuver, j’ai déjà assez de cauchemars comme ça. »

Ouais, ouais, retour de flammes, je sais. Mais sérieux, ça veut dire quoi ça ? Des trucs qu’il veut pas que je sache ou vois ? C’est pas du foutage de gueule ?? Et qu’il lève les yeux au ciel quand je parle n’arrange rien.

« Avec tout ce qui s’est passé… Toi, tu… Tu te balades tout seul ! Putain ! Alors que tu viens de dire que t’étais une quiche !
Et me fous pas ça sur le dos ! C’est pas ma faute si c’est cramé ou si tout le monde va flipper !
… ET c’est toi qui me sors que j’en ai rien à foutre de ce que les autres peuvent s’inquiéter, c’est pas mon problème si t’es pas doué pour déceler l’ironie Griffin. »


Mais sérieux, il est bouché ou quoi ? Mais quel putain de con ! Et en soi, ouais, ça m’étonne. Pas tant qu’il veuille y retourner en fait au final. Je veux bien le croire pour ça. Et puis y a Zak. Mais qu’il dise ‘chez nous’, venant de lui, c’est chelou. Ou c’est juste moi qui m’y habitue pas. Oui, c’est probable aussi ça. Sensation désagréable pourrie et lancinante d’être la pièce rapportée.

« C’est pas ce que j’ai dit ! Non, j’ai pas besoin de toi, ni des autres, ça fait 10 ans que je me débrouille seule, j’ai l’habitude merci ! Ça veut pas dire que j’en ai rien à foutre de toi ou des autres bordel ! Et arrête de me prendre pour une conne avec tes foutues promesses ! »

Je me mords la langue. Mais que t’es conne oui clairement… Je me butte, les lèvres serrées, et détourne le regard, alors que le reste de ses paroles font lentement surface. Et ça me calme direct. Je secoue la tête une seconde en le dévisageant. Je peux comprendre ouais, mais putain… Respire, c’est pour lui que c’est pas cool. Ouais, mais quand même.

« Tu l’as fait pour sauver Zak ? Alors t’as bien fait. Cherche pas plus loin. T’avais pas le choix.  » Et là, le gout de bile qui remonte. Oui, mais non, ils étaient vivants ceux du moulin. Même si okay, je les connaissais pas. « Non, ce n’était plus lui Ethan. Et si tu veux mon avis, pour ce qu’il vaut, ça aurait été le premier à te féliciter d’en avoir eu le courage. » Et mine de rien, je l’avais assez vu pour… Ouais, bon, on va éviter de repenser à ça… ouais, je suis douée, je sais…
« Si t’as pas envie d’en parler, okay. Mais… Sérieux ? Parce que c’est mon genre d’avoir pitié ? De toi ? C’est pas parce que je suis désolée que tu aies dû affronter ça que c’est de la pitié… T’as jamais eu pitié de moi ou de Sid, malgré tout ce… Alors je vais certainement pas… »

Je secoue la tête et soupire. Et ma main refait le chemin et lui relève la tête pour qu’il me regarde. J’enlève ma main dès que mes yeux croisent les siens. Ouais, c’est super chelou comme situation…  

«  T’es pas obligé d’en parler. Surtout pas à moi… Mais garder pour soi, c’est pas forcément une bonne idée… Surtout si ça te travaille… »

Et je me sens mal pour lui. Non, c’est pas de la pitié. C’est juste que cet abruti est pas capable de se rendre compte qu’il avait pas le choix et que… bah tout ce que je viens de dire. Et ouais, il a perdu son père. Et tu y crois toi ? Qu’il a jamais eu pitié de la grande gueule d’orpheline que t’étais ? Non, j’y crois pas. Mais on s’en fout. Mais ça me gave quand même. Et je repars aussi vite. Non, y a aucune logique. Ça se saurait si je l’étais, logique.

« Parce que je m’inquiète espèce d’abruti ! Y a des connards qui trainent dans le coin et tu trouves rien de mieux que de te barrer tout seul ! Je t’ai vu partir, j’ai eu peur, je t’ai suivi. Non j’ai pas réfléchi. Je voulais juste pas que tu te barres putain c’est tout ! »

Je shoote dans la neige d’un coup de pied rageur. Il serait pas là, je sautillerais comme une conne pour évacuer ma colère. Il serait pas là, en même temps, je serais pas en colère. Et je m’en voudrais pas pour avoir dit que je m’inquiétais pour ce simplet.
Je le fixe. Et la colère le dispute à d’autres sentiments. De la rancœur, ce qui peut être cool, et du chagrin, ce qui est beaucoup moins cool. Je sens ma gorge se serrer et je sais que c’est totalement stupide. Je sais que c’est idiot, mais j’arrive pas. J’ai pas envie d’en parler, mais de là à arrêter mes allusions de merde comme il dit… Je secoue la tête, mais je commence à parler, si bas que je sais pas s’il m’entend.

« Tu t’es barré. Sid a été envoyé en prison à cause de toi. De vous, je m’en fous au final quel était l’abruti majeur des deux, c’était vous. Il a passé 10 putains d’années en taule pour ça. Et toi… toi tu t’es sauvé comme un véritable connard et t’as laissé tout le monde en plan. Tu as déjà pensé à ce que ça a été pour ton père ? Pour Ashley ? Tu te rends compte de ce que ça a été pour eux ? Tu te rends compte de ce que tu as causé ? » Et j’arrive plus à m’arrêter, alors que je commence à avoir du mal à respirer et qu’une partie lucide de moi me hurle d’arrêter. « Et moi... Pour moi ? Tu as une idée de ce que ça m’a fait ? Du jour au lendemain, je vous ai perdu tous les deux. Je me suis retrouvée toute seule. Je pouvais pas. J’ai pas pu… »

Je baisse les yeux et me force à respirer. Non, hors de question de pleurer. Mais putain, ça fait toujours aussi mal, c’est n’importe quoi. Et comme si ça suffisait pas, il en rajoute une couche. D’une façon super classe ouais, on change pas les bonnes habitudes. Ce qui aurait pu être adorable devient limite vexant… Bon, non, carrément pas. Ça aussi, ça me touche trop à mon goût.

« Non, c’est… gentil. Et surprenant… Et peut-être un peu débile ouais… mais bon, ça vient de toi, alors c’est normal… »

Je hausse les épaules et lui jette un coup d’œil. Et merde. Je me suis déjà excusée avec Zak, je vais pas recommencer avec lui ? Zak c’était justifié, je m’en voulais vraiment, mais lui là…

« T’es déjà parti avec d’autres, j’ai jamais posé de questions. » Si ? Je sais plus. « Comme je pars parfois avec Dean, ou les autres. C’est pas… »

Je soupire. On s’en fout. Je fronce les sourcils alors qu’il ferme les yeux. Pourquoi il a l’air si mal ? C’est quand même pas un drame quoi…

« Y a rien de foiré. » Non, je m’excuserais pas. « L’intention reste… et puis… T’as raison, ça fait plaisir. Même au milieu de tout ça… Et tu t’en es souvenu….  »

Ou surtout au milieu de tout ça… Et je pensais vraiment pas que quiconque se souviendrait de cette date. Enfin, en soit, en même temps, y avait que lui et Ashley qui pouvaient savoir, donc ça réduisait les possibilités.

« Ouais, avec de la chance on trouvera des trucs… Des crayons et des fusains ce serait cool pour les portraits, parce que là, ça rend que dalle… J’arrive pas à…  
On pourrait trouver des trucs pour Zak aussi tu crois ? »


On sait jamais. Et puis, ça lui ferait plaisir aussi au môme. Et je suis sûre qu’il y a déjà pensé lui en vrai.
Je plisse les yeux, réussissant à reprendre un peu le dessus, non seulement parce que ça me plait pas que ça me fasse autant plaisir, mais qu’il continue avec son surnom à la con. Ouais, je sais, les miens sont pires… Mais c’est pas la question.

« Appelles-moi encore blondie et t’auras pas besoin de bague pour ça c’est promis. »

Et après moultes hésitations, je me décide à l’ouvrir. Et à nouveau, je reste un peu sur le cul, n’osant pas vraiment y toucher, comme s’il n’était pas réel.
Je le regarde, un sourire idiot toujours scotché aux lèvres. Et je songe même pas à relever, enfin toute façon, il a déjà sorti la vanne, donc bon… Je lui tends et me tourne pour qu’il m’aide à le mettre. Je me fige légèrement en sentant sa main s’attarder sur mon épaule, avant de me retourner.
Je remonte la manche gauche de mon manteau jusqu’au coude et le tourne vers lui, haussant les épaules en souriant.

« Et j’aime toujours. »

Et ouais, je kiffe ce tatouage, il est trop magnifique. Je finis par remettre ma veste, un jour j’en trouverais une vraiment chaude, et le dévisage. Je frôle le collier.

« Il est magnifique. J’adore…
Merci. »


Je hoche la tête, presque heureuse de changer de sujet.

Type d'action Je rentre dans le magasin

La porte s’ouvre sans difficulté et je fais quelques pas à l’intérieur, ma main sur la batte. On sait jamais ouais. Mais pour le moment, c’est silence complet. Bien. Et il fait moins froid. Un peu. C’est déjà ça aussi. J’hésites une seconde avant de soupirer et de me tourner vers lui.

« Ethan ? »

Je me mords la lèvre. Bon allez, au moins ce sera fait. J’enlève mon sac et farfouille à mon tour dedans, avant d’en sortir 2 pseudos paquets, emballés avec des trucs Hello Kitty. Bon, si, ça, j’avoue, j’ai fait exprès de trouver celui-là…

« Je les ai trouvé par hasard à un moment et j’ai pensé à to… enfin que… Bref ! »

Je lui tends, à nouveau renfrognée. Il doit les avoir lu, mais bon, Lune noire et Tendre jeudi sont moins connus que les autres, alors… au pire, ça fera peut-être longtemps qu’il… Et on s’en fout. Ils sont cool, j’ai bien aimé moi.  

_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.© by anaëlle.


Dernière édition par Eliott Lancaster le Dim 22 Mai - 9:52, édité 5 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1155
Membre du mois : 29
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Mar 10 Mai - 8:11

Le membre 'Eliott Lancaster' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Mouvement' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4403
Membre du mois : 6291
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Mar 10 Mai - 18:55

J'ai une grimace à sa réponse. Moi je peux difficilement l'oublier. Autant en règle générale j'arrive assez bien à zapper mes rencontres avec les zacks autant là, c'était assez marquant. Je me demande l'espace d'une seconde ce qu'a pu devenir Morgane et j'ai un léger froncement de sourcils avant de me focaliser sur blondie.

"Ouais on va dire ça. Et que veux-tu, je dois être trop con pour savoir me débrouiller par moi-même. Au moins les gens autour de moi ont l'impression d'être plus intelligents comme ça. C'est pas merveilleux ?"

Faut que j'arrête de virer sarcastique, à la longue, je vais vraiment être aigri de la vie. Bon, ok, vu la vie de merde qu'on a en ce moment, ça serait pas non plus si déconnant. Mais bon, j'essaie quand même de tenir bon et de pas trop péter les plombs même si elle m'aide pas franchement sur ce coup-là. Et à sa répartie, je sens la pression qui monte d'un cran et je rétorque, plus sèchement que je le voudrais.

"Mais oui tu m'emmerdes. C'est pas nouveau ça. Et c'est pas non plus nouveau que t'as du mal pour certains trucs. Pour ce qui est de me palucher, t'inquiète, je vais pas envie que tu vois ça et que tu te mettes à t'imaginer que c'est toi qui me fait envie."

Même si elle est sacrément bien gaulée. On a beau pas bouffer comme des rois, elle a quand même gardé des formes là où il faut et…. bref, je m'égare un peu là, ça faisait longtemps tiens. Au moins, pour une fois, c'est pas pour un truc pourri. Je me rends compte quand même que mon regard a glissé sur elle et je détourne le regard l'air de rien avant de reprendre, toujours sur le même ton.

"Et tu m'écoutes quand je dis que je suis une quiche ? Je savais me servir d'un flingue que t'avais encore des couches Lancaster, alors viens pas me gonfler sérieux. Et comment tu veux que je sache quand t'es ironique ou pas, tu passes ton temps à dire tout et son contraire."

Et à m'emmerder. Mais vraiment. Enfin visiblement, je suis doué pour rien à l'entendre et ça aussi ça commence à me gonfler. J'ai l'impression de me retrouver des mois, des années en arrière à pas savoir où est ma place. Non pas que je l'ai trouvée mais j'avais presque l'impression que si. Ok, il aura fallu une foute fin du monde pour ça mais bon, je vais pas chipoter pour des détails.
Je continue, ne sachant pas trop si elle me blase ou si elle m'énerve. Les deux en fait je crois. C'est fou quand même à quel point ça peut vite partir en vrille avec elle.

"C'est peut-être pas ce que t'as dit mais c'est l'impression que tu donnes. Donc oui, clairement, pour moi t'en as rien à foutre de ma gueule donc je pige pas ta crise là. Et je vois pas pourquoi tu dis que je te prends une conne mais je suis visiblement trop con pour comprendre, c'est ça ?"

Mais pourquoi je lui parle de mon père ? Sérieux, c'est le moment de penser à ça ? J'ai limite l'impression d'être en train de me recroqueviller sur moi-même et je me secoue pour me redresser un peu alors que je sens mon dos se voûter malgré moi. Je mords la lèvre et je secoue la tête, lâchant, sans bien savoir pourquoi je continue.

"On était dans un McDo et on s'est retrouvés coincés contre un comptoir. Et il était là. Il a bondi sur nous et Zak était incapable de bouger. Et… bref…"

Ses propos me font tiquer mais je me contente de hausser les épaules avant qu'elle ne me relève la tête, me forçant à la regarder.

"Disons que ça m'emmerde un peu de me dire que le seul truc de bien que j'ai fait pour lui c'est de le tuer. Fait chier…"

Je secoue la tête, détournant les yeux. J'ai pas franchement envie d'en dire plus, ce serait aussi pathétique que pas franchement approprié. Mais je fronce les sourcils, songeant à un truc et je souffle, à mi-voix.

"Je vois pas comment j'aurais pu avoir pitié de vous, même une seconde. Tu m'en aurais collé une de toute façon, même si t'étais mignonne comme tout avec tes couettes."

Quand elle s'énerve de plus belle, je reste un rien perplexe. Elle veut pas, elle veut, elle s'inquiète, elle s'en fout. Putain, je suis largué là. Et pas qu'un peu en fait. Je secoue la tête, sans bien savoir quoi répondre avant de souffler, d'un ton plus las qu'autre chose.

"Tu vas quand même pas commencer à avoir… peur pour moi quand même ? Tu crois que t'as pas assez à penser ? Et je vais pas me barrer, c'est pas au programme."

Je dis pas que j'y pense pas des fois. Quand je me demande ce que je fous là, que je me dis que je suis pas forcément l'exemple à suivre, surtout pour Zak. Quand je me dis que si j'avais pas été là, les parents m'auraient pas suivi et p'pa serait pas mort. Et ça, je vois pas comment je pourrais me le pardonner. Je me rapproche quand elle se remet à parler, parce que j'ai l'impression qu'elle marmonne dans la barbe qu'elle a pas. Et je me fige à ce qu'elle dit. Pas le coup des parents, ou du pourquoi du comment. Je dirais pas que je m'en fous mais là, de suite, un peu. Enfin non parce que ça me travaille et ça continuera longtemps je crois.

"Ils étaient mieux sans moi. Et toi aussi. J'étais qu'un connard de 18 ans infoutu de faire quoi que ce soit de bien. Je dis pas que c'est mieux maintenant mais… bref… et je pensais pas que tu … enfin…"

Je sais pas pourquoi je lui dis pas ce qui s'est passé avec Sid'. Et puis, lui dire quoi ? Qu'on a pas réfléchi ? Qu'on s'est dit que ce serait mieux pour elle de plus nous avoir dans les pattes ?Un peu comme mes parents ? J'ai dit qu'on était cons de toute façon.

Je finis par lui balancer son cadeau, pas comme j'aurais voulu mais au moins, ça a l'air de marcher. Un peu. Elle retrouve son sourire, c'est déjà pas mal non ? Ca rattrape pas le reste, comme d'habitude, comme avec les autres. Ca change rien en fait. Je tousse un rire à sa répartie, haussant les épaules avant de souffler, non sans ironie.

"En même temps, t'attends pas à mieux de ma part, tu risquerais d'être déçue. Au moins, à force d'être à ras les pâquerettes, je suis sûr de décevoir personne."

Je hausse de nouveau les épaules et je reprends, d'un ton neutre, sans la regarder.

"J'avoue, j'ai pas trop réfléchi, je voulais être sûr de pas éventer la surprise et je voulais pas te mentir si tu posais la question. Et je me disais que ça te ferait plaisir, même si c'est pas grand-chose en fait."

C'est con, mais tellement con. J'essaie de pas relever quand elle dit qu'elle part avec Dean. Ca normalement, je suis sensé m'en foutre, ok ? Je secoue la tête et je fais quelques pas, un peu nerveux. Limite je préfère être en colère en fait, c'est plus simple à gérer que cette foutue mauvaise conscience qui ne fait que prendre un peu plus de place à chaque instant. J'ai envie de péter un truc en fait et son sourire n'aide pas vraiment non plus. Alors j'essaie de me focaliser sur ce qu'elle dit et j'ai un hochement de tête, fixant la neige, ses bottes, n'importe quoi, tant que je ne croise pas ses yeux quoi.

"Ouais, des bombes de peinture ce serait cool, il pourra varier les couleurs. Ou des trucs marrants qui l'occupent."

Le rire que je lâche à sa réplique est plus sincère par contre et je la fixe quelques secondes, le regard malicieux, avant de souffler, narquois.

"Quoi, tu préfères que je t'appelles princesse ? Ou que je trouve pire encore ?"

Sa réaction quand elle déballe ce foutu paquet vaut son pesant d'or et, je penche la tête sur le coté pour regarder le tatouage.

"Oh, classe. J'aime beaucoup. T'en as d'autres ? Je te dirais bien que je te montrerais bien les miens mais t'as dit que tu voulais pas voir mon cul donc…"

Bon, j'en ai bien évidemment ailleurs mais j'ai juste envie de rebalancer une connerie pour éviter que ça devienne trop sérieux.

"Et de rien blondie."

Je la suis alors qu'on arrive enfin dans le magasin dont la porte s'ouvre sans soucis. J'ai une grimace en voyant le carnage. Tout est cassé, c'est un bordel pas possible et je commence à me dire que c'était pas l'idée du siècle. Enfin, si on fouine un peu, on trouvera peut-être un truc intéressant. J'aimerais bien, ça éviterait qu'on soit venus là pour rien. Et quand elle m'interpelle, je me retourne, un rien perplexe avant de regarder les paquets qu'elle me tend.

"Et tu comptais les garder longtemps dans ton sac ? Nan parce que mon anniversaire c'est dans des mois hein. Joli paquet cadeau, on dirait moi quand j'ai emballé les trucs pour Zak."

Mais je les ouvre et j'ai un sourire en découvrant ce que c'est.

"Ca fait longtemps que je les ai pas lus tiens. C'est cool."

Je l'attire contre moi et je lui embrasse le haut du crâne avant de la relâcher aussi sec et de souffler, amusé.

"Merci Lancaster. Mais on va calmer le jeu là, sinon ça va carrément virer guimauve."

Type d'action Je fouille les bacs à l'entrée de la boutique.

Je m'éloigne un peu, histoire de retrouver une contenance et je commence à fouiner dans les bacs, réprimant des jurons. Des trucs cassés, des bouteilles d'encre pétées. Ils ont vraiment fait n'importe quoi.

"A croire qu'ils cherchaient à se défouler ces abrutis. Mais on va trouver des trucs, je suis sûr."

Le magasin est gigantesque, y a même des escalators. On a de quoi faire non ? Et puis, ça a l'air plutôt tranquille. Pourvu que ça dure.

_________________

   
   
Just relax, take it easy



Dernière édition par Ethaniel M. Griffin le Mar 10 Mai - 19:05, édité 1 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2462
Membre du mois : 35
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Mar 10 Mai - 18:55

Le membre 'Ethaniel M. Griffin' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4403
Membre du mois : 6291
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Mer 11 Mai - 7:52

Je fronce les sourcils. Il est un peu chiant là non ? Enfin, je veux dire, vraiment chiant. Pas juste parce qu’il râle ou qu’il me tape sur les nerfs ou quoi. Je plisse les yeux en le regardant.

« Ouais… A se demander comment t’as survécu ces 12 dernières années… » Je hausse une épaule. « Merveilleux, j’en sais rien… Peut-être que ça marche sur ceux qui te connaissent pas ouais ou qui t’ont pas déjà vu lire tes bouquins à la con… Parce que bon, ton image de simplet s’envole un peu en général… »

Autant dès fois, je pourrais éviter de trop faire chier, autant là, j’aurais pu éviter aussi. Parce que c’est lui qui va m’emmerder… Ou pas. On zappera hein… Mais il est lourd non ? Que je le casse, moi, c’est normal, c’est Ethan quoi. Mais… qu’il le fasse lui-même… ça me dérange ouais. Même s’il m’énerve quand même. Et pas qu’un peu en vérité.
Et je sais que je l’ai cherché, mais l’entendre dire, c’est vexant. Et énervant aussi, ouais. Y a beaucoup de trucs saoulant avec lui. Je réponds presque aussi sèchement que lui.

« Y a qu’avec toi que j’ai du mal Griffin. » Bon, c’est faux, mais chut. « J’ai pas envie de le voir, pour c’qui a à voir, donc on est d’accord, c’est cool… » J’ai néanmoins un sourire narquois qui apparait sur mes lèvres, alors que ses yeux dérivent sur moi. « Mais tu veux peut-être que j’enlève le blouson pour que tu puisses mieux imaginer que je te fais pas envie ? »

Non mais sérieux ? Enfin, je veux bien qu’il ait pas grand-chose à se mettre sous la dent, mais y a Marina quoi ! Même si… Mais je suis pas censée être la gamine avec les couettes ? Ouais, je sais, je suis cette gamine plus depuis longtemps. Et il est loin d’être dégueu et… et stop. Arrête de délirer autant que lui là. C’est Ethan bordel.
Je ris un peu alors qu’il poursuit, tout en serrant les poings, avant de reprendre, continuer, tout comme lui.

« Quand ça t’arrive d’avoir raison, ouais, je t’écoute. Ah ouais ? Et t’as perdu le manuel en cours de route ? Et je passe pas mon temps à… Aaah bordel ! Oui, je m’inquiète pour les autres ! Oui, ça m’arrive de penser à autre chose qu’à mon cul sur lequel tu louches ! Et oui, aussi surprenant que ce soit, j’ai pas envie qu’il arrive des trucs moches aux gens à qui je tiens ! J’suis pas une putain de connasse, malgré ce que tu penses ! »

Je fais un pas en arrière, et détourne les yeux, tachant de reprendre ma respiration. Au moins, si y a des zacks qui tiennent encore debout, on va le savoir vite fait. Merde. Je ferais mieux de faire demi-tour et de rentrer, parce qu’à ce rythme-là, je vais lui en coller une et ça va vraiment partir en cacahouète. Je réponds, les dents serrées, secouant la tête, évitant son regard.

« Ouais, ça doit être ça. Si tu piges pas, laisses-tomber, je perdrais pas de temps à essayer de te faire un dessin. »

Pas mon problème. Ouais, bon, okay, j’ai du mal à y voir moi-même, ou à ce que ce soit clair… mais ce qu’il en pense, je m’en fous royalement. Mais clairement, j’ai jamais dit que je me foutais de sa gueule ou de ce qui pouvait lui arriver… Si ? Merde. Voilà. Mieux ?
Toujours est-il qu’en fait, ça part aussi vite que c’est venu. Ça pourrait presque être amusant si c’était pas aussi dérangeant. Et si le sujet en soi n’était pas si déprimant. Et je le vois presque prendre sur lui pour se redresser, et poursuivre, alors qu’il ne voulait pas… Et j’ai mal pour lui parce qu’il a tellement l’air de s’en vouloir. Il est plus qu’un peu con en fait.

« Et tu as sauvé ton frère. »

Réalité assez simple pour que même lui comprenne. Mais je comprends qu’il bloque autant. Si promis, pour le coup, carrément. Seulement… Si c’était à refaire, il le referait. Parce qu’y avait Zak. Et durant une seconde, je me dis qu’heureusement que Zak était là, sinon je sais pas s’il aurait eu le courage de le faire et alors…
Et je bloque un peu. Il détourne à nouveau les yeux et ma main va agripper son blouson. Et ma voix se fait plus douce, un peu. Ouais, ça craint, mais j’aime pas le voir comme ça.

« Hé. T’as fini de dire des conneries ? Tout le monde fait des erreurs, okay ? Mais t’as été là quand il t’a demandé de prendre soin de Zak non ? Il savait qu’il pouvait compter sur toi. Ça veut bien dire que t’as fait des trucs biens pour qu’il le pense non ? Et tu maintiens ses deux gosses en vie. C’est pas si mal je trouve moi. »

Je le fixe un instant avant de le lâcher et de cligner des yeux quand il reprend.

« Sans doute. D’un autre côté, tu te foutais assez de ma gueule sur une tonne de trucs, genre de mes couettes, pour pas chercher à avoir pitié. » Je passe machinalement ma main dans mes cheveux en en parlant et esquisse un sourire. « Mais c’était cool. »

Evidemment que c’était cool. Y avait Sidney. Et lui ouais okay. Lui qui s’est barré malgré ce qu’il avait pu promettre. Alors je vois pas ce qu’y a d’aussi étonnant à ce que je ne le crois plus comme avant sérieux. Et puis évidemment que du coup, je pense qu’il veut se barrer. Et il est vraiment chiant à pas vouloir entendre que ouais, je m’inquiète pour lui malgré tout, pauvre conne que je suis. Tellement conne que ouais, je suis soulagée à ses paroles…  

« Assez à penser avec quoi ? Dean veille sur Marina, Raf sur Charisma, Ashley sur vous deux, toi sur eux. Je… » Je suis juste… de trop. « Et je les connais pas les autres, ils se débrouillent, j’ai pas besoin de… » Je soupire, croise à nouveau les bras et fronce les sourcils en le regardant. « Toi, t’es une équipe de bras cassé à toi tout seul. Et si tu te barres pas, faut bien… »

Merde. Rien. C’est bon quoi. Enfin non, c’est pas bon. Ça empire. Ouais, il m’a parlé de son père, ça l’a fait chier, retour de karma. Je me retrouve à parler de Sid et de lui. Ou plutôt des deux abrutis qui ont trouvé le moyen de me lâcher tous les deux. Et putain, même 12 ans après, ça fait mal. C’est vraiment nul, je suis pas douée non plus. Et je parle pas fort, je le vois se rapprocher pour entendre, même si j’ose pas lever les yeux vers lui, et que je regarde partout ailleurs, sauf en face.
Je le regarde, blessée sans trop savoir pourquoi, et je dois me forcer à respirer normalement, et je continue sur le même ton, de peur de… de je sais pas trop quoi…

« Mieux ? Mais c’étaient tes parents, ils t’aimaient bordel. Ils se sont inquiétés. Je me suis inquiétée. Et comment t’as pu penser que moi, je serais mieux sans… »

Et je me tais, les yeux un peu trop écarquillés, je secoue la tête et ferme les yeux. Non, je lui ferais pas ce plaisir. Et puis, j’ai surtout carrément pas envie de me mettre à chialer là maintenant devant lui pour ça. Et sérieux, j’ai déjà la gorge qui picote, donc c’est mort.

« Ouais. T’étais un sacré con. Vous étiez de sacrés cons. Pas un pour rattraper l’autre. »

Ça je l’avais su dès le départ, mais bon… là il se pose. Mieux… sérieusement ? Je soupire et rouvre les yeux, me renfermant un peu. Pas pour longtemps, mais ce coup-ci, ça passe mieux. Et je me retrouve avec une boite dans les mains et un joyeux anniversaire un peu balancé à la gueule.
Je le fixe et fronce à nouveau les sourcils.

« Bon, on va mettre les choses au clair parce que ça me saoule. C’est mon boulot à moi de te casser. Pas le tien. D’accord ?
Donc la prochaine fois que tu recommences à te descendre tout seul, je te cogne avec mon petit poing de fillette. On est d’accord ? »


Sérieux, je suis en train de l'engueuler parce qu'il se critique trop ? Comment j'en suis arrivée là ??
Et le voilà embarrassé de faire un truc gentil pour moi. Non c’est pas ça ? Je dois le prendre comment du coup ? Qu’il l’a fait mais que ça l’a fait chier de devoir le faire ?
Je le suis des yeux sans rien répondre alors qu’il fait quelques pas et évite carrément et totalement de regarder vers moi. J’ai rien dit pourtant. Non, mais je veux dire là, dans les dernières minutes quoi. Et je sais, y a pas 10 minutes, je lui aurais volontiers cassé sa jolie p’tite gueule… mais…

« Je m’attendais même pas à m’en souvenir moi-même de mon anniv tu vois, et à vrai dire, j’ai tilté que ça venait de passer que grâce au…
Bref ! C’est super gentil. Vraiment. Que tu y aies pensé et que tu te sois cassé le cul…
Ça me fait vraiment plaisir Ethan. T’imagines pas. »


Pourquoi il fait la gueule ? Ouais, il a pleins de raisons de la faire, dont quelques-unes grâce à moi ouais. Mais… pourtant, c’est pas qu’il fasse vraiment la gueule. Enfin si, il est peut-être énervé, mais… Je secoue la tête. Je lui prends peut-être juste trop la tête. C’est pas comme si je venais de faire foirer ce qu’il me préparait… et je sais pas si je dois sourire ou grimacer pour le coup. Quoi ? il me prend la tête aussi ! C’est un juste retour des choses. Il serait moins chiant, je le serais…. Non, je le serais pas forcément moins…

« On trouvera des trucs t’en fais pas. T’auras de quoi lui faire plaisir aussi. »

Oui, je suis gentille. Oui, ça m’arrive. Je parviens à le faire rire, même si c’était pas mon intention première… Je lui rends son regard et plisse les yeux.

« Pourquoi, tu m’as trouvé un prince sur son cheval blanc ? » ourcil. [color=#ff3366]« Non. J’ai un prénom et un nom. Et si tu t’avises de m’appeler princesse, je te pète un genou. »

Mais ouais, je suis contente d’être arrivée à le distraire. Je préfère quand on s’engueule en fait que de le voir pas bien. Enfin, là, on s’engueule pas vraiment, mais on ne sait jamais… Et c’est mieux quand même…
Et puis… ça pourrait presque valoir le coup de s’être autant pris la tête. Je sais pas s’il capte, mais j’adore vraiment ce collier. Mon idiot de sourire me quitte pas alors que je lui montre mon tatouage. Je grimace et secoue la tête en souriant.

« Et ça m’intéresse toujours pas ! Et je veux surtout pas savoir ce que t’as pu te faire tatouer là.
Quant à mon hibou, il est forcément classe, merci, comme quoi je perds pas mon temps à dessiner. »
Je hoche la tête, et mon regard se fait espiègle. « J’en ai d’autres. Un que tu as pu voir, mais t’as pas du faire gaffe. Et les autres, je te les montrerais pas. »

Et pour le principe, je lui donne un coup dans l’épaule.

« Pour le blondie ! »

Non mais je sais, je vais y avoir droit tout le temps maintenant… sauf s’il trouve un truc pire. sauf que là, je suis presque de bonne humeur, maintenant ouais, donc ça m’énerve pas trop. Mais il va abuser quand même. C’est toujours comme ça.
Et on arrive au magasin… enfin, ce qu’il en reste. Et avant de plus avoir le courage, je lui tends ses putains de livres que je transporte depuis des mois.

« Je les ai trouvé y a un moment… J’avais pensé te les filer à Noël et… » Je hausse les épaules. « Alors ouais, je les ai gardés longtemps. Et on verra pour ton anniv, si t’arrête de faire le con. Et c’est pas gagné on est bien d’accord. » Je souris un peu. « Non, les miens sont bien emballés, tu peux pas teste… Mais ouais, quand je l’ai vu, le truc rose fluo avec des cœurs et Kitty, j’ai direct pensé à ta grande gueule. »

Je reste comme une conne, un peu rembrunie, à attendre qu’il ouvre. Et je soupire en silence en voyant son sourire. Ouais, bon, me doutais bien qu’il les avait déjà lu… Et cligne des yeux, alors qu’il me relâche déjà. Je camoufle un sourire quand il s’éloigne rapidement.

« De rien simplet.
Et c’est à toi de te calmer, c’est pas moi qui t’aies sauté dessus. »


Et je m’éloigne de l’autre côté, en regardant autour de moi. Les gens sont vraiment des abrutis patentés… Quel intérêt peut y avoir à démolir un putain de magasin de ce genre ?? Je lui jette un coup d’œil.

« Ouais, je me faisais la même réflexion. Sur les abrutis. Mais ouais, on trouvera, ils sont quand même pas assez con pour avoir emporté tous les trucs cool… »

Je secoue la tête et aperçoit une porte.

Type d'action Je tente d'aller dans une pièce adjacente
Type d'action Je fouille la pièce

Je la pousse, mais elle bouge pas. Je tends l’oreille, sans rien entendre, ce qui est plutôt cool, et j’essaie de la forcer un peu. J’entends un truc tomber, mais elle bouge pas plus. Super. Quoique que ce soit, ça s’est cassé la gueule juste derrière. Et je l’entends déjà lui là. Parce que non, moi, je me gênerais clairement pas à sa place… Fais chier.
Je donne un coup de pied dedans, même si c’est ridicule de m’énerver contre une saloperie de porte.

_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.© by anaëlle.


Dernière édition par Eliott Lancaster le Dim 22 Mai - 9:57, édité 4 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1155
Membre du mois : 29
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Mer 11 Mai - 7:52

Le membre 'Eliott Lancaster' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Mouvement' :


--------------------------------

#2 'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4403
Membre du mois : 6291
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Ven 13 Mai - 9:02

Ok. Surtout, reste zen et ne pas gueuler trop fort. Même si à la tête j’ai franchement envie de le faire. Ca risquerait plus de nous apporter des emmerdes qu’autre chose alors faut que j’arrive à être un peu intelligent. Si, je vous jure, ça m’arrive. Des fois. Quand elle est pas là pour m’embrouiller la tête en tout cas.

Je laisse quand même échapper un ricanement à sa remarque et je hausse les épaules, comme si le sujet ne me touchait pas plus que ça.

"Y a des trucs que tu veux pas savoir Lancaster, crois-moi. Et genre parce que je sais lire autre chose que des bds je suis pas aussi con que j’en ai l’air, c’est ça ? Gaffe, je vais presque croire que c’est un compliment."

Enfin, j’ai même pas le temps de faire mine de me calmer qu’elle arrive à me gonfler de nouveau. Sérieux, elle peut pas juste me dire les choses au lieu de péter un câble comme ça ? Je finis par même plus savoir si elle m’en veut, si elle s’en fout ou je sais pas quoi d’autre. Putain de femelle compliquée. J’arque un sourcil à sa réplique je souffle, d’un ton vraiment plus sec, le sujet me touchant plus que je l’aurais cru.

"Je te dirais bien que t’es pas la seule à avoir du mal avec moi mais le fan club a été drastiquement réduit ces derniers temps. Mais tu pourras toujours trouver des gens qui pensent que je suis un pauvre con, t’en fais pas pour ça. Et au moins on est d’accord sur un truc, c’est parfait."

Je la toise de base en haut avant de lâcher, toujours avec cette ironie teintée d’une colère que je n’arrive pas à faire baisser.

"T’en fais pas, j’ai assez d’imagination pour penser à ce qu’il y a là-dessous si j’en ai envie. Pas besoin de te foutre à poil au milieu de la rue."

Bref, je vais éviter de trop en dire sur le sujet, elle va finir par s’imaginer des trucs. Et autant je la trouve bonne, on va pas se leurrer, autant j’ai pas envie de mourir parce que j’aurais pas su me tenir. En tout cas, si elle serre les poings, moi je tiens tellement fort mon fusil que je commence à avoir des crampes. Niveau maitrise de soi là, on tient le bon bout c’est certain.

"Ca se saurait si j’avais eu un manuel pour te comprendre. J’ai pas dit que ça t’arrivait pas de penser à autre chose qu’à ton cul, sur lequel je louche pas tant que ça d’ailleurs, mais que t’en avais clairement rien à faire du mien. Nuance importante. Donc veille sur les gens à qui tu tiens, c’est parfait, mais me fais pas des putains de crises sans que je comprenne pourquoi. Ou alors tu t’expliques, comme une putain d’adulte que t’es sensée être."

Ouais je sais, venant de moi, on dirait une blague. Et pourtant, je le pense vraiment. Au lieu de tourner autour du pot et croire que je me tire, elle aurait juste posé la question on serait pas là en train de se gueuler dessus. Parce que ouais, clairement, le volume est monté là. Et quand elle détourne les yeux, j’ai un profond soupir et je lâche, à mi-voix.

"Pas de temps à perdre avec un crétin à ce que je vois, ok."

Niveau dialogue, je me pose là, j’avoue. Mais je suis largué et en plus de mauvais poil. Donc faut pas trop m’en demander non plus d’accord ? Et voilà qu’elle parle du paternel. Ou alors, c’est moi. J’en sais rien. Je sais juste que ça me plait toujours pas d’en parler, que j’évite le sujet autant que possible parce que je sais pas si je suis en colère, triste, honteux. Un peu tout ça en fait. Je me contente de hausser les épaules à sa réponse, incapable de m’arrêter sur ce qu’elle dit. Je sens mes mâchoires se contracter et je souffle, dans un murmure.

"Ouais, il aurait pas été en danger comme ça si j’avais pas fait la connerie de l’emmener ici."

Je garde les yeux baissés et je cille quand je vois sa main accrocher mon blouson. J’ai pas envie d’entendre ce qu’elle dit parce qu’elle se rend pas compte de tout ce que ça sous-entend. Et que je suis pas prêt pour ça. Alors je lâche, avec un sourire sans joie.

"Tout le monde en fait. Et certains plus que d’autres. On va dire qu’ils ont pensé que j’étais assez débrouillard pour aller le chercher au milieu des zombies. Ou une connerie dans le genre."

Je prends une profonde inspiration avant de reprendre, avec un peu plus d’entrain.

"Faut dire que t’étais tellement mignonne avec tes couettes. Mais ouais, c’était cool."

Je laisse filer un temps de silence, un rien perdu dans ce mélange de souvenirs doux amers qui remontent à la surface avant de tiquer qu’en fait, elle a vraiment l’air de s’en faire pour moi. Merde alors. Enfin, vu la façon dont elle l’exprime, j’ai le droit de pas piger quand même si ?

Je comprends ce qu’elle dit et surtout, pour une fois, j’ai l’impression de comprendre ce qu’elle dit pas.  Et je réponds, avec un sourire en coin.

"… faut bien que tu veilles sur moi ? Ca me va Lancaster, si t’arrêtes de me gueuler dessus dès que je fais un pas de travers."

Forcément à parler de Sidney, on effleure un autre problème vachement plus complexe et c’est peut-être pas le meilleur endroit pour faire ça. Surtout quand ça touche aux parents, là forcément, je me crispe et j’ai envie d’aller péter un truc pour me défouler. Et le fait qu’elle évite mon regard aide pas du tout, même si je m’efforce de parler aussi bas qu’elle. Comme si on racontait un secret que personne doit savoir.

"Mieux ouais. J’étais incapable d’avoir une bonne influence sur toi et j’imagine même pas ce que ça aurait donné avec Zak. J’aurais juste foutu un peu plus la merde si j’étais resté. Et j’avais plus ma place nulle part. Bref…"

C’est à peine mieux maintenant. Mais bon, si je dois espérer une fin du monde pour savoir qui je suis c’est quand même un peu pathétique. Bon, pas qu’un peu, ok. J’ai un sourire à sa répartie et je hoche la tête.

"Tiens, on est encore d’accord sur un truc."

J’espère que Sid’ est toujours en vie et toujours aussi con. Je sais pas pourquoi je me raccroche à cette idée alors que bon, faut être lucide, il est forcément mort. Surtout s’il a suivi les petits mots que je lui ai laissés. Et merde. Tiens, voilà qu’elle s’énerve encore. Je hausse les sourcils et je la fixe, un rien perplexe avant de secouer la tête.

"Pas d’accord. J’ai encore le privilège de me pourrir quand j’en ai envie non ? T’as qu’à me frapper, ça m’inquiète pas."

Bon la surprise de l’anniversaire, c’est foiré et je me sens pas du tout, mais alors pas du tout mal à l’aise. A cause de ça, de ce qu’elle dit et limite de sa réaction en fait. Mais elle a quand même l’air contente, ça change, je vais me focaliser là-dessus. Et zapper le reste, ça vaut mieux.

"C’est cool si t’es contente. C’était un peu le but quand même. Et ouais j’aimerais bien qu’on trouve des trucs au gamin avant qu’il épuise le stock de piles de tout le Canada."

Et là, on sera vraiment dans la merde. Pour le coup, à sa répartie, j’ai un vrai large sourire alors que je secoue la tête.

"Déconne pas, je lui ferais pas ça au prince. Si t’en veux un t’as qu’à le trouver toute seule. Et essaie donc de me péter un genou Lancaster qu’on rigole."

A sa grimace et surtout, à son sourire, je fais mine de me tourner pour lui montrer mes fesses avant de me raviser et de me faire un rien plus sérieux.

"Tu serais étonnée de ce que je me suis tatoué. Et où. Mais j’avoue, c’est vraiment classe. Par contre pour celui que j’ai vu… j’ai le droit à un indice ou tu dis juste ça pour que je passe mon temps à te mater pour deviner où c’est ?"

Quand elle me met un coup, j’ai un rire et je lâche un
"aïe" pour le principe. On finit par reprendre la route et par débarquer dans le magasin qui est dans un état pire que la dernière fois. Ca me rassure pas des masses mais je vais éviter de lui dire hein.
Je reste un peu quand elle me file des cadeaux et je lâche, avec un large sourire quand je vois ce que c’est, zappant la pique sur le papier cadeau avec beaucoup de classe.

"Entre Zak et toi, je vais être blindé de livres. Je vais finir par me croire intelligent, faut arrêter les conneries."

Si ça me parait naturel de la serrer dans mes bras pour la remercier, je me dis pas que ça peut lui faire bizarre. Enfin si, je me le dis, mais après coup. Toujours un train de retard quoi. Et à sa pique, quand je m’éloigne, je rétorque, après l’avoir bien volontairement matée.

"Tu sais Lancaster, si un jour je te saute dessus tu verras la différence."

Bon, on arrête les conneries là. Je peste un peu en voyant l’état du magasin et le premier bac vide mais je désespère pas. J’ai un sourire à sa réplique avant de lâcher un rire quand elle essaie d’ouvrir une porte.

"Si tu veux qu’on soit enfermés tous les deux dans un cagibis, faut bloquer la porte après princesse."

Je lui décoche un clin d’œil avant d’avancer un peu et d’ouvrir un porte quelques mètres plus loin.

Type d'action J’ouvre la porte d’à coté.

Je penche la tête, silencieux, avant de l’ouvrir en grand.

"Hey une réserve ! On va p’tet trouver des trucs."

Je fais quelques pas et je regarde autour de moi, curieux. C’est toujours aussi calme quand même, c’est presque flippant. Je vois quelques bloc notes et je les attrape, les agitant en direction d’Eliott avant d’aviser une étagère qui là, d’un coup, me plait bien aussi.

Type d'action Je fouille l’étagère.

"Eliott… j’ai trouvé du chocolat."

J’en connais qui vont être contents là. Bon c‘est pas des feutres, ok. Mais c’est cool. Hey mais tiens, c’est quoi ces boites à coté ?

Points de vie restants : 25/25
Munitions restantes :
1 M249 (30 balles) - 1 fusil à pompe (28 balles)
Gains des fouilles : De la nourriture
Endroit où je me trouve :  Réserve du magasin
Endroit où se trouvent mes ennemis : ?

_________________

   
   
Just relax, take it easy



Dernière édition par Ethaniel M. Griffin le Ven 13 Mai - 9:12, édité 1 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2462
Membre du mois : 35
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Ven 13 Mai - 9:02

Le membre 'Ethaniel M. Griffin' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Mouvement' :


--------------------------------

#2 'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4403
Membre du mois : 6291
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Sam 14 Mai - 18:42

Je pourrais me dire de rester calme et de pas m’énerver. Sauf qu’en fait, il me gave. Non, même pire, depuis que je suis sortie pour le suivre, je suis énervée. Et oui, évidemment que c’est de sa faute. Et de toute manière, je m’en fous, moi, de gueuler.
Je grimace à sa remarque et secoue la tête. Ouais, ça veut sans doute dire ça.

« Ah, je confirme, y a pleins de trucs qui m’intéresse pas. Et t’as raison, ça veut rien dire. Pour le peu que tu glisses un playboy dans une couverture stylée, ce serait pas étonnant…  »

Bon, même si je sais très bien que non. Et qu’un playboy ça a pas trop le même format que…. Bref ! Il est trop chiant pour que je dise que ouais, il est pas aussi con qu’il en a l’air. Alors laisses tomber. Et toute façon, plus il parle, plus il dit de conneries. Donc pour le peu, non, il est vraiment con. Non, je me contredis pas.

« Ouais, pas étonnant que je sois pas la seule.
Mais si ça peut te remonter le moral, pour le moment j’ai pas trouvé grand monde. T’en as de la chance. Apparemment, ils aiment bien les simplets dans ton genre. »


Sérieux, ça aussi j’aurais pu me taire. Non mais entre Charisma qui s’extasie devant lui, Dean et Raf qui le trouvent cool et réfléchi, je suis quand même tombée sur des cas faut le dire… Le seul à peu près lucide à son sujet, à part lui et moi visiblement, c’est Zak…. Comme quoi, y a que sur la famille qu’on peut compter hein…
Je hausse un sourcil alors qu’il me dévisage… enfin, non, pas vraiment dévisager là…

« Heureusement que t’en as pas envie d’y penser alors. Rien que d’imaginer que tu pourrais, ça me fout des frissons.
Et je me foutrais pas à poil pour toi, aucun risque va. »


Connard. Qu’il fantasme donc sur qui il veut, tant que je l’entends pas crier mon nom en pleine nuit… Même si je suis pas sûre d’apprécier d’entendre autre chose… Mais bref !  
Et je saurais pas dire lequel de nous deux va péter un câble pour de bon en premier, parce que c’est serré là quand même…

« Tu sais ce qu’on dit sur l’hôpital et la charité ? Non parce que là, l’adulte que je suis censée être se gausse doucement en t’entendant !
Ouais, je veille sur ceux que j’aime ! T’es vraiment, mais vraiment un abruti. J’y suis pour rien si tu captes que dalle ! »


Non mais merde quoi ! Je suis en train de me geler les miches dans ce putain de froid pour sa gueule et il me sort des conneries plus grosses que lui. Oui, okay, je l’emmerde et je m’en fous. Mais… Merde quoi ! Ouais, je veille sur les gens à qui je tiens et je fais pas de putain de crises pour rien. Il est trop con. C’est tout. Et il persiste et signe. Je soupire à mon tour. Non, j’ai rien à répondre. Oui, c’est un crétin. Non, j’ai pas de temps à perdre avec lui. Voilà. Même si je suis là à le faire. Et merde.
Mais d’un autre côté, je peux pas le laisser là, alors qu’il semble… je sais pas. Mais c’était pas une bonne idée de parler de son père. Ou si sans doute que si. Mais il a l’air tellement mal. Ce qui, malheureusement ou pas, je sais pas encore, anéanti un peu ma colère…
Je souffle un rire.

« T’es sérieux ?  En danger ? C’était plus sûr de le laisser crever dans la ferme ? Seul au milieu des zacks ? » Je secoue la tête et le fixe. « Il est plus en sécurité avec toi que n’importe où ailleurs Ethan. Et c’est moi qui parle. Crois-moi, si tu faisais des conneries avec le nain je serais la première à gentiment te le signaler. »

Ouais, gentiment, à coup de poings. Quand il dit ou fait des conneries, je me suis jamais gênée de lui dire. Et ouais, ça arrive souvent. Mais avec Zak, étrangement, et malgré ce qu’il en pense visiblement, il gère. Même si ça me fait mal de le reconnaître un peu oui.

« Une connerie du genre ouais. Que ce soit parce qu’ils te pensaient assez débrouillard, ou malin, ou n’importe quoi… Ils avaient confiance en toi. Et ils avaient raison. Ils se sont pas plantés, ton père te connaissait… Ne lui enlève pas ça. »

Je sais. Je lui gueule dessus, avec juste l’envie de lui démolir son sourire de petit con, et la minute d’après, j’en arrive juste à vouloir le revoir, son sourire… Mais il… il est chiant !

« Mignonne… ouais. T’as oublié l’appareil dentaire. C’était chou aussi, c’est ça ? »

Ça me manquerait presque. Non, pas l’appareil non. Mais quand c’était aussi simple. Même si c’était que des idiots… c’était les miens après tout… même s’il se rend pas compte. Bon, je suis pas forcément très claire… Un peu… Peut-être… Mais c’est pas super simple non plus pour moi… enfin…
Je me crispe un peu en voyant son sourire.

« Faut bien que quelqu’un le fasse vu que t'es pas foutu de le faire… Et je vais pas arrêter de gueuler si tu continues à faire ou dire des conneries. T’as qu’à être moins con, j’aurais pas besoin de m’énerver. »

Mauvaise foi ? Non, je vois pas de quoi vous parlez.
Et pour continuer, ou empirer, dans le genre guimauve sentimentaliste, il faut qu’il parle de Sid. Ou c’est moi peut-être qui ait lancé une énième fois le truc. On s’en fout. Pourtant, une petite flamme de colère se rallume à ses paroles.

« En quoi c’est à toi de décider si t’as une bonne influence ? Tu te prends pour dieu le père ? Mais t’es vraiment bouché ou quoi ? C’est à cause de qui que j’adore trifouiller les moteurs des bagnoles ?  C’est à cause de qui tu crois que je lis des bouquins qui font tache pour une apprentie mécano et que j’adore passer du temps dans une saloperie de bibliothèque poussiéreuse ? » Je me tais, la mâchoire serrée, avant de reprendre plus faiblement. « Si tu te sentais pas bien avec eux, t’avais ta place avec Sid et moi… même après que Sid… t’avais ta place avec… »

Moi. Quel abruti. Je sais bien qu’il se sentait de trop, je comprends carrément, c’était, c’est pareil pour moi. Mais ça reste con pour lui. C’était son père. Sa famille. On était ses amis. Non ? C’était que Sid ? Il pense sérieusement qu’il aurait pas été cool pour Zak ?? Merde, j’aurais mieux fait de me taire en vrai non ? Je lui retourne néanmoins son sourire. Ouais, on est d’accord, c’était des boulets.

« Non, c’est chiant de t’entendre toujours te dénigrer. » Je hausse les épaules. « J’ai plus rien à faire si tu t’en charges… Et puis clairement, oui, c’est lourd.
Et arrête de sous-entendre que je sais pas frapper, okay ? »


Même si c’est moi qui vient de le dire ça. Mais pour de vrai de vrai, il est méga chiant à se sous-estimer comme ça. Non, quand c’est moi, c’est pas pareil. Et non, c’est pas de ma faute s’il pense ça. C’est juste un boulet comme dit.

Boulet qui pense néanmoins à mon anniversaire… et qui a l’air partagé entre l’envie de péter un truc, l’envie de se planquer, l’envie de… je sais pas… Mais c’est chelou.

« Alors t’as réussi ton coup. » Je lui souris doucement, avant de hocher la tête. « On trouvera. Et je l’occuperais pour le sortir de sa console. Oh, je pourrais même lui apprendre à dessiner ! Histoire qu’il fasse plus que de juste utiliser ses bombes de peintures. Même si ça fait chouette hein, je dis pas le contraire. »

Et ça m’occuperait aussi. Même si je risque de l’envoyer chier… non, j’aime bien dessiner, ça pourrait être cool.
Il me répond par un sourire, ce qui me fait plisser à nouveau les yeux. Même si j’esquisse un sourire amusé, que je camoufle rapidement.

« Mais t’es un enfoiré ! Il aurait bien de la chance de m’avoir, je suis super cool ! » Je secoue la tête. « Et j’en veux pas de ta saloperie de prince, j’ai déjà donné, je passe mon tour.
Et j’ai une batte en alu, méfies-toi, je sais m’en servir, Sid m’a appris comment bien viser. »


Je souris, grimace, un mélange des deux, avant de le pousser doucement quand il fait genre de se retourner.

« T’as un cœur avec… Merde, comment elle s’appelait cette pétasse avec qui tu sortais ? Vanessa, Beverly, Kelly, un prénom qui lui allait super bien, qui représentait bien…. C’était quoi déjà ? » Je souris davantage. « T’as un cœur avec son prénom marqué dessous ? Ce serait même pas étonnant, t’étais tellement idiot avec elle… » Idiot, amoureux, abruti, stupide. Non, j’avais pas du tout été jalouse de cette greluche. « Et non, pas besoin de me mater, je m’en passe bien, merci.
Quand t’as accroché le collier. C’est pas trop loin dans tes souvenirs pour ta petite tête ? »


Et il se marre ce con quand je le frappe. Ouais, bon… mais quand même, il aurait été plus convaincant sans se marrer en même temps. Bon, j’avoue, je préfère ça à sa gueule de tout à l’heure. Même si je sais que je suis encore en colère, un peu, contre lui. Même si je sais pas trop pourquoi. Mais j’ai jamais trop eu besoin de raisons pour ça. Et puis, là, pour l’instant, malgré tout… c’est plutôt cool. Mieux du moins. Même si je me retrouve à nouveau un peu conne avec mes paquets.

]« Ah, il t’en as trouvé aussi ? » Je cligne des yeux. « Pas les mêmes rassures-moi ? » Ce serait quand même un manque de pot phénoménal… « La prochaine fois, je te ramènerais un Tchoupi ou un truc avec Winnie l’Ourson, pour pas trop de traumatiser va. Ça équilibrera… »

Je souris, parce que oui, je le ferais, avant qu’il ne fasse disparaître le sourire par son geste. Bon, le sourire revient, après, quand il a le dos tourné, mais bref. Je tourne la tête alors qu’il s’attarde trop longtemps sur moi.

« Ouais, je suppose… Et j’espère pour toi. Mais pas besoin de vouloir me le montrer, je te crois. Gardes ça pour les autres Griffin. »  

Je regarde autour de moi, sans rien trouver de bien intéressant. Je comprends pas l’intérêt d’autant tout péter en vérité. Ah, je dis pas que ça m’est jamais arrivé de démolir ce que j’avais sous la main, mais bon, quand même…
Et voilà. Je le savais. Il se marre. J’aurais fait pareil. Et j’aurais sans doute sorti le même genre de conneries en plus…

« C’est comme ça que tu fais pour faire céder les filles ? Te retrouver bloqué avec dans un cagibi ? Ça marche ? » Je ramasse un truc de peinture que je lui lance. Non, c’est pas assez lourd pour faire mal. « Et la princesse t’emmerde. »

Et bien sûr lui trouve des trucs, histoire de bien en rajouter à mon manque de pot. Je continue de farfouiller, alors qu’il regarde à l’intérieur. J’ai un sourire ravi quand il me montre les carnets. Manque plus que les crayons. Et les fusains, je veux des fusains. Je rejette une boite complètement écrasée avant de me figer. Je relève la tête et de me déplacer jusqu’à lui, les yeux rivés sur sa trouvaille. Oublié crayons, blocs-notes et autres conneries. Soyons sérieux un peu.
Oui bon… non. Enfin… oh merde. Du chocolat. Du putain de chocolat. Je cligne des yeux, avant de reprendre presque avec hésitation.

«  Tu devrais la ranger avant de la paumer. » Je tourne la tête et regarde l’étagère. « Ou avant que je te l’arrache des mains pour la bouffer plus probablement. »

Je tends la main et m’empare des boites qu’il regardait à mon arrivée. Je les ouvre et souris. Des feutres. Et des crayons. Trop cool. J’ouvre mon sac et les fourre dedans, essayant de les ranger un peu, histoire de pas les abimer.

Je fais quelques pas et grimace. Je sais pas trop ce que j’espère y trouver, mais bon, on peut tenter…  

Type d'action J’entre dans les toilettes

Et là encore, vide et carnage… Sauf que le carnage en question, c’est plus vraiment de la peinture renversée ou des crayons écrasés à terre… Du sang… un peu beaucoup trop… Je déglutis, et pousse les portes des trucs du bout de mon pied de biche.

Type d'action Je fouille les chiottes

Mais rien. Ah si là… je m’approche lentement du… reste de cadavre. Je doute qu’il soit transformé, vu ce qu’il reste, mais on sait jamais, autant s’en assurer. Ce que je fais, rapidement, avant d’essuyer mon arme. Bien non ? Ouais, c’est cool qu’y ai pas de zombies, carrément, youpi. Sauf qu’ils sont peut-être juste allés ailleurs, ceux qui ont laissés des morceaux d’eux derrière. J’en sors rapidement, et non je ne vomirais pas pour le reste de corps, ou pour un bout de… je sais pas quoi mâchouillé dans l’évier. Je regarde Ethan et lui fait un signe. Non, je suis pas blanche, oui, je vais bien.

« On continue ? Faut de la peinture pour Zak… et je veux ces putains de fusains… et qui sait, t’arrivera peut-être à nous trouver des sucettes. »

Je souris. Ouais, focalises-toi sur les trucs cools qu’on peut trouver, et sur les conneries qu'il va te sortir pour les sucettes. Bonne idée.

_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.© by anaëlle.


Dernière édition par Eliott Lancaster le Dim 22 Mai - 10:01, édité 5 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1155
Membre du mois : 29
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Sam 14 Mai - 18:42

Le membre 'Eliott Lancaster' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Mouvement' :


--------------------------------

#2 'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4403
Membre du mois : 6291
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Lun 16 Mai - 22:19


C'est dingue ça quand même. En fait, quoi que je dise, j'ai comme l'impression que je vais m'en prendre plein la gueule. Et j'arrive même pas à piger pourquoi. Bon ça doit être parce que je suis encore plus con que ce que je croyais, probablement même. J'arque un sourcil à sa réplique et je grimace, comme en miroir de sa réaction.

"Ouais voilà, un bon vieux magasine cochon parce que je suis infoutu de lire autre chose. Parfait."

Sur le coup, si ça m'a presque fait marrer, en fait au final, ça commence à m'énerver encore un peu plus. Et puis, le sujet des bouquins est un peu sensible en fait. Et elle doit le savoir. Si elle s'en rappelle, ce qui est pas franchement gagné. Je me crispe un peu quand elle m'en balance une autre et je manque de rétorquer un truc un peu vache. Mais je sais pas pourquoi, je laisse couler, me contentant d'un haussement d'épaules alors que j'ai une moue. Et je prends une profonde inspiration, essayant tant bien que mal de me canaliser. Autant dire que ça a un succès tout relatif, d'autant qu'elle arrive très bien à me refaire démarrer au quart de tour.

J'ai un ricanement mauvais au reste de ses propos et je secoue la tête avant de lâcher, toujours sur un ton aussi agacé.

"Je sais que je suis pas ton genre mais t'es pas non obligée d'être une connasse à chaque fois que t'ouvres la gueule hein. Mais je note l'info et je te demanderais jamais de te foutre à poil va."

Et elle continue. Et je pige encore moins, bien évidemment. Elle me traite de simplet, de connard et deux secondes après dit qu'elle veille sur les gens qu'elle aime. Si j'en fais partie, va vraiment falloir qu'elle revoir sa façon de le montrer parce que là, j'ai juste envie de l'emplâtrer contre un putain de mur. Alors je lâche, d'un ton encore plus sec que ce que je croyais capable.

"Et bah veille sur les gens que t'aimes et fous-moi la paix."

Qu'elle arrête de perdre du temps à me casser du sucre sur le dos et comme ça, tout le monde sera content. L'espace d'un instant, j'ai quand même envie de la planter là mais je suis encore assez con pour pas qu'elle ait à faire le trajet toute seule. Ou, pire encore, je me dis que c'est un coup à ce qu'elle soit assez vexée pour se tirer. Et j'ai pas envie qu'elle le fasse, aussi chiante soit elle. Même si ça me ferait des vacances.

Point positif, quand elle parle de mon père, ça a le don de faire fondre la colère qui commençait à monter. Enfin la colère se dirige ailleurs, contre moi surtout et ça, j'arrive pas à m'en empêcher. Je fronce les sourcils et je secoue la tête à ses propos, sans bien savoir comment dire ce qui me trotte dans la tête.

"Nan pas le laisser tout seul. Juste rester avec lui. Ses parents seraient venus et… enfin ça aurait pas fini comme ça."

Ouais, ça aurait pu être pire encore, j'en sais rien. Je sais juste qu'il y a pas une journée où je regrette pas les putains de choix que j'ai fait depuis que j'ai raccroché le téléphone avec p'pa il y a des siècles de ça. J'arrive même pas à sourire quand elle me dit qu'elle serait la première à me le dire si je faisais des conneries avec Zak parce que j'y crois pas. Pas une seconde. Alors je me contente de souffler, dans un murmure.

"Ouais, si tu le dis."

Ca pète un peu toute tentative de discussion, j'avoue, mais je peux pas en parler. Et ce qu'elle dit me fait vachement plus mal que ce que je pensais. Ne pas lui enlever ça. Qu'il me connaissait. Et merde.

Je mets un coup de pied dans un talus de neige et je prends une profonde inspiration avant de lâcher, d'une voix un peu tremblante.

"Ne redis jamais ce genre de trucs. Jamais."

Et je laisse filer un instant de silence avant de changer de sujet avec soulagement. L'imaginer gamine a quelque chose d'apaisant alors que j'étais encore sur le point de péter un câble. J'arrive à esquisser un sourire alors que je lui jette un regard en coin.

"Ah ouais l'appareil dentaire. J'avais oublié. C'était chou quand même. T'étais mignonne comme tout quand t'étais gosse. Bon, au moins, y a un truc qui a pas changé quoi."

Et mon sourire se fait plus large au reste de ses propos alors que je secoue la tête.

"Si je suis moins con tu trouveras bien quelque chose pour me gueuler dessus, me fais pas croire le contraire."

Mais elle arrive encore à remuer le couteau dans la plaie. Je sais pas si elle sait vraiment où elle cogne ou si c'est juste le hasard, mais putain, elle fait sacrément mouche pour le coup.

"Je pense que je suis encore capable de savoir quand je fais de la merde ou pas. Et Ashley qui arrêtait pas de me répéter de mieux me comporter, d'être un exemple pour lui, les conneries dans le genre. Donc bon, j'avais vraiment une mauvaise influence. T'as juste eu du bol de retenir quelques bons trucs dans toutes les conneries qu'on a faites et dans lesquelles on t'a embarquée. Et c'est pas comme si c'était allé en s'arrangeant avec le temps. J'ai bien fait de me barrer."

Et je laisse filer un temps, sans bien savoir comment lui dire le reste. J'hésite et je secoue la tête avant de souffler, d'un ton naturel, comme si ça me touchait pas, comme si je m'en foutais.

"Vous auriez pas été là, je me serais tiré avant. Et quand y a eu tout ce merdier, je me suis dit que rien de bon pourrait t'arriver si je restais dans les parages. Boulet ou pas boulet."

J'ai un soupir, incapable d'en dire plus, même si j'arrive à lui sourire. Et à changer de sujet. Je préfère quand elle me balance des piques de façon légère, ça me donne presque l'impression que tout va bien.

"Ce serait cool qu'il apprenne à dessiner ouais. On a plein de feuilles de brouillon ou de je sais pas quoi dans un des bureaux. Et ce serait bien qu'il ait encore des activités… normales. Qui soient pas de savoir comment on va bouffer demain ou comment zigouiller un zombie correctement. Tu vois le truc quoi…"

Putain, pour un peu, je me ferais l'effet d'un rabat-joie. Faut dire que j'aurais aimé qu'il ait une autre vie. Quitte à pas en faire partie. Que son plus gros problème soit de savoir comment tirer les couettes de sa voisine de maths ou de gagner le championnat. Pas toute cette merde. Enfin, au moins un truc qui m'énerve mais pour lequel j'y suis pour rien. Ca change tiens.

Et, je sais pas pourquoi, j'arrive à vraiment déconner à ses propos, lui adressant mon plus beau sourire.

"Enfoiré, carrément ? Et au moins avec ta batte en alu tu seras sûre de me faire mal fillette. J'ai aucun doute sur ta capacité à viser en tout cas, t'en fais pas pour ça."

Je la fixe, perplexe, quand elle parle de je sais pas quelle nana dont j'aurais le nom tatoué. Et il me faut un moment pour tiquer de qui elle parle. Pour le coup, j'ai un rire alors que je souffle, amusé.

"Elle s'appelait Donna. Marrant que tu te rappelles d'elle. Mais elle était super sympa avec toi si je me souviens bien. M'enfin, j'ai pas vraiment donné de nouvelles après que je me sois tiré, parait qu'elle s'est mariée et qu'elle a une tripotée de gosses. Avait… bref…" Je fronce les sourcils et je secoue la tête avant de reprendre, mon air amusé un peu moins naturel. "Mais nan, c'est pas ça. Je suis pas assez con pour me tatouer le nom d'une fille quand même."

Quand elle me parle de son cou, je penche la tête, comme pour essayer de le revoir mais bon sans succès évidemment.

"Merde, j'ai fait un tour de bocal et j'ai oublié. C'est quoi ?"

Bon, c'est pas tout ça mais on va pas rester plantés dans le froid à se les geler. Quitte à ce qu'elle soit là, autant qu'elle vienne avec moi non ? Et, dans le magasin, je reste un peu con quand elle me fait un cadeau. Et avec elle, je sais même pas si je dois dire merci ou si je risque pas de m'en prendre une.

"Nan c'est pas les mêmes. Ceux-là sont moins connus, c'est cool. Et je préfère Picsou si ça te dérange pas."

Et je lui décoche un clin d'œil avant de la remercier, à mes risques et périls. Mais ça va, elle me cogne pas. C'est cool. J'en profite pour me rincer un peu l'œil alors qu'on continue de déconner et je secoue la tête.

"T'es sûre ? Parce que tu sais pas ce que rates."

On essaie quand même d'explorer les environs, sans grand succès pour le moment. Ces connards ont tout saccagé. Ils auraient au moins pu embarquer les trucs, parce que là c'est juste de la pure connerie. Et c'est le roi des conneries qui parle. Je continue de rire à sa réplique et je rattrape le tube de peinture que je glisse dans mon sac avant de souffler, avec un clin d'œil.

"T'imagines pas tout ce qu'on peut faire dans un cagibi princesse. Et ça a toujours marché en tout cas. Pas de bol, je peux pas te montrer."

Je finis quand même par trouver quelques trucs, rien de bien transcendant mais au moins, ça a l'air de lui faire plaisir. Jusqu'à ce que je trouve le chocolat. Là, bingo, ça a l'air de marcher. Mais elle fait pas plus de commentaires que ça, pourtant j'ai vu son regard brillant. Je range quand même le chocolat avec soin dans la poche de ma veste avant de la suivre. Mais j'ai pas le temps de trop voir ce qui se passe qu'elle ressort aussitôt avec une gueule de déterrée. Enfin elle essaie de faire mine que tout va bien mais je la connais la blonde. Elle se donne juste un genre.

J'ai quand même un bref regard en direction des toilettes histoire de piger de quoi il retourne et j'ai pas besoin de trop en voir pour comprendre pourquoi elle fait cette gueule. Je vais pas me la jouer compatissant, à sa place, c'est le truc qui me gonflerait.

"De la peinture. Ok. On va voir dans les vestiaires et après on monte à l'étage. Ca te va ?"

Je pose ma main sur la sienne et je la presse quand même sans rien dire de plus. Et je finis par lâcher, d'une voix douce.

"Allez, on continue."

Type d'action J’ouvre la porte du fond.

J'ouvre la porte des vestiaires sans soucis et je regarde autour de moi, avant de trifouiller quelques casiers. Le coin est vraiment petit, sombre et on peut pas vraiment y passer à deux. Je souffle, en direction d'Eliott que je sens juste derrière moi.

Type d'action Je fouille.

"Hey ça a l'air tranquille ce coin quand m…"

Pas le temps d'en dire plus que je sens un truc m'agripper la jambe. J'essaie de me reculer mais je me cogne contre le vestiaires. Ok, on reste calme, je suis juste coincé dans un recoin avec un zack qui me tient la patte. Ca faisait longtemps certes, mais j'ai l'habitude non ? Je lâche alors, le plus tranquillement du monde.

"Hey blondie, ça te dirait de venir jouer de la batte ici et de venir me sauver la vie ? Genre, avant que je me fasse bouffer, ce serait pas mal."

Nan parce que là, pour tirer, ça va être marrant. Et pour choper la machette aussi. Tout va bien, vraiment.

Points de vie restants : 25/25
Munitions restantes :
1 M249 (30 balles) - 1 fusil à pompe (28 balles)
Gains des fouilles : De la nourriture
Endroit où je me trouve :  Vestiaires du magasin
Endroit où se trouvent mes ennemis : 1 au càc

_________________

   
   
Just relax, take it easy



Dernière édition par Ethaniel M. Griffin le Lun 16 Mai - 22:32, édité 1 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2462
Membre du mois : 35
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Lun 16 Mai - 22:19

Le membre 'Ethaniel M. Griffin' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Mouvement' :


--------------------------------

#2 'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4403
Membre du mois : 6291
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Mar 17 Mai - 21:00

Il m’énerve. Il me saoule. Sérieux. Je l’ai déjà dit ? Ouais, sans doute, vu que c’est redondant avec lui. Je me retrouve à gueuler sur lui pour des trucs débiles. Et je me retrouve à sortir des conneries, que je sais pertinemment fausse, juste parce qu’il me gave. Alors que je sais qu’il s’était pris la tête plus ou moins d’ailleurs en parlant de bouquins, enfin avant… Y a longtemps... J’ai un léger pincement au cœur alors qu’il répond. Abruti. Ma mâchoire se crispe et je chasse rapidement le peu de culpabilité que j’aurais peut-être pu sentir. Je vois pas pourquoi j’essayerais de faire des efforts quand il en fait aucun et qu’il en rajoute. Oui, c’est lui, évidemment… Bon, ok, là, il en rajoute pas, se contente d’ignorer le truc… Mais ça me saoule quand même.
Je plisse les yeux  et grimace alors qu’il rit.

« Je serais pas obligé d’être une connasse si tu te comportais pas comme un con de bas étage Griffin ! »

Et laisse tomber. Ça sert à rien de continuer. J’ai compris, et je m’en fous. Mais putain, c’est pas possible d’être aussi obtus. Ouais bon, d’accord, je suis pas toujours facile à suivre, mais merde, ça fait plus de 10 ans qu’il me connait bordel ! Non, chut, je veux rien entendre sur le fait qu’on s’est recroisés y a juste quelques mois. Je m’en fous aussi. Et il a pas à se comporter comme ça avec moi. Et puis s’il était moins con… Merde voilà !
Je me fige une demi-seconde, avant de lui répondre sur un ton identique.

« Ouais, bonne idée. »

Sauf que dire que je lui foutrais la paix, alors que je l’ai suivi jusque-là, c’est pas hyper crédible. Mais on en revient au problème de départ : il avait qu’à pas partir seul. C’est tout. S’il voulait pas que je m’inquiète… qu’on s’inquiète il avait qu’à attendre et embarquer quelqu’un. C’est quand même pas sorcier quoi. Je serais pas là, à gueuler et à me programmer une putain de migraine parce que Monsieur veut se la jouer solo. Je devrais me barrer. Et le laisser aller seul… là où il voulait. Parce que je m’en fous en vrai. Non ? sauf que ça dérive sur un sujet plus sensible. Sauf qu’il commence carrément à… ouais bon, à me faire de la peine. Parce que oui, je me rends compte à quel point ça doit être dur pour lui, à quel point ça a dû être difficile tout ça pour lui. C’est pas comme si sa relation avec ses vieux avait été simple…

« Tu es resté avec lui. Tu as pris soin de lui. » Je fronce les sourcils. Têtu et saoulant en vrai. « Peut-être que non. Peut-être que vous auriez été attaqué à la ferme. Peut-être que bordel, Ashley serait morte aussi en voulant protéger Zak à un moment. Vous aviez plus rien à bouffer, ça faisait des semaines, tu as fait ce que tu estimais être le mieux. » Je prends son menton entre mes doigts pour le forcer à nouveau à me regarder. J’articule et détache mes mots. « Tu lui as sauvé la vie. Point ! Arrête de te prendre la tête avec des si Ethan. Il est vivant grâce à toi ! Accepte-le et cherche pas plus loin ! »

Je serre les dents et le relâche, mes yeux toujours rivés aux siens. Il me croit pas en plus…

« Quand tu te conduis comme un con, je suis la première à le dire. Vrai ? » Je hausse les sourcils interrogative, avant de reprendre. « Et… Si tu lui répètes, je nierais en bloc et je te traiterais sans doute d’abruti mou du bulbe, mais… je l’adore le nain. » J’esquisse un sourire. « Il est insupportable et casse-couille. Mais je tiens vraiment à lui.
Alors si quelque chose, ou quelqu’un, était dangereux pour lui… hormis moi évidemment parce que c’est pas pareil… je le dirais. Et si c’était toi, je te cognerais en t’engueulant pour te remettre les idées en place. Comme je fais toujours. »


Je fronce les sourcils et secoue la tête. Ça me fait chier qu’il ne me croit pas sans que je sache trop pourquoi… Enfin, au pire, quand ça arrivera, il se rendra compte que je mentais pas pour le coup… Et je plisse les yeux quand il shoote dans la neige. Ah point sensible encore plus que le reste ? Je devrais me taire et acquiescer. Je devrais ne pas insister et passer à autre chose. Mais il se leurre tellement…  Je soupire. Laisse couler. Il a pas besoin que t’en rajoutes, il est déjà pas bien. Sauf que justement. C’est ridicule. Ma voix redevient un peu sèche malgré moi.

« Ne jamais redire quoi ? » Voyons voir à quel point je joue avec le feu exactement. Je croise les bras et le dévisage, dans toute ma splendeur de connasse arrogante. « Qu’il te connaissait ? Qu’il avait confiance en toi ? Ou alors que t’es en train d’écraser tout le boulot qu’il a fait avec vous deux parce que t’es pas content du résultat ? » Bon, ok, je sais que ça va pas lui plaire. Mais c’est pas mon genre de fermer ma gueule, pas vrai ? Au pire, je me mange une droite. J’ai connu pire.
« Quand tu merdes, je te le dis tu vois. Et là tu déconnes Ethan. Ton vieux t’aimait. Il aimait Zak. Il aimait Ashley. Et que ça te plaise ou pas, vous êtes tous les trois en vie et en sécurité grâce à toi.
Alors tu peux te morfondre et te dire que tout est de ta faute. Que tu aurais dû rester à la ferme. Que ça ce serait merveilleusement bien passé. Mais toi et moi on sait que c’est faux. On sait que ça aurait merdé. Et on sait que si ça avait été toi ou Zak à qui il était arrivé quelque chose, tout aurait explosé. Et si tu t’en rends pas compte, il va falloir que t’arrêtes de te leurrer. »
J’inspire, avant de soupirer et de reprendre d’une voix à nouveau plus douce, sans qu’il puisse répondre.
« Alors... Je suis vraiment désolée pour ton père. Je l’aimais beaucoup. Je suis désolée que tu aies dû faire ça. Et je suis désolée que tu n’aies pas pu protéger Zak de ça. Vraiment Ethan. Mais arrête de te torturer. Ça ne changera rien, ça va juste te faire plus de mal qu’autre chose, crois-moi. Alors arrête. S’il te plait. »

Je le fixe un instant, avant de cligner des yeux et de détourner la tête. Merde. J’aime pas le voir comme ça, mais quand même… Je secoue la tête.

« Désolée. J’aurais pas dû… Mais… »

Je secoue à nouveau la tête. T’as l’air malin maintenant. Autant changer de sujet, même si c’est pas à mon avantage. Au moins, il sourit… même si je m’en fous ouais.
Je le fixe à nouveau, mais pas trop pour la même raison. Et la ça craint, genre vraiment, parce que je crois que je rougis. Mais je suis pas sûre. On va dire que non hein.

« C’était ni chou, ni mignon. C’était affreux et emmerdant. »

Je lui jette un coup d’œil, à lui et à son sourire, et je peux pas m’empêcher de sourire légèrement en retour.  

« Peut-être oui. » Je hausse doucement les épaules. « Mais vu que t’auras du mal, la question va pas trop se poser… »

Et voilà, comme si j’avais besoin d’une preuve, il recommence déjà à dire des conneries, faut le faire quand même…

« Ashley se plantait ! Elle… voulait trop… Elle essayait d’être gentille sauf qu’elle te connaissait pas assez et…
Et j’ai pas oublié les conneries. C’est simplement qu’à la fin… tu retiens juste… le bon… ce qui est cool et qui t’a rendu heureux… »


Et il fait mal. Parce qu’en gros, il s’est barré et il croit toujours que c’est bien. Parce qu’il reste aussi entêté et buté que dans mon souvenir. Et qu’il se rend pas compte de ce que ça m’a fait à moi, de les perdre tous les deux. Et je cille quand il reprend, l’air de rien. Alors que je sais que c’est pas rien. Même pour lui. Pour moi ? Je fixe son sourire, et baisse la tête alors que ma gorge se serre. C’est pas le moment de lui dire que ça m’a cassé un peu, pas vrai ? Que je me suis retrouvée sur les routes à 15 ans parce que je les avais plus ? Non, c’est pas trop le moment…
Alors je me contente de hocher doucement la tête et d’inspirer lentement.

« C’est bien si on t’a fait rester. C’est bien si… C’est gentil d’avoir fait… ça… pour moi. »

Idiot. Et cruel. Et… adorable… dans un sens. Je déglutis. Et chasse ses pensées. Parlons d’autres choses. Mon anniv, c’est cool. Zak aussi. Et si je peux le taquiner, c’est encore mieux. Mieux que de se morfondre. Je hoche la tête.

« Je vois le truc oui. Entre deux cours de pose de pièges et d’esquive, on peut placer d’autres trucs plus sympa. Dessins et mécano, ça pourrait être fun. » J’esquisse un sourire. « Je pourrais lui donner des cours de maths aussi, mais je suis pas certaine qu’il apprécie autant. »

Bon, pis je serais un peu une quiche, même si je me suis toujours débrouillée pour calculer mes pourboires, c’est pas une référence. Mais il a raison. Il faut quelques trucs en plus, plus légers et plus normaux à la fois.
Mon sourire que j’avais essayé de cacher m’échappe et se fait aussi grand que le sien. Je hausse les épaules.

« N’abuses pas de mon extrême patience. Je te ferais même trop mal, je m’en voudrais après… M’oblige pas à en arriver là du coup, ça me ferait chier de me sentir coupable pour ta gueule… »

Et genre il se souvient pas d’elle ? Je reste là à réfléchir, ou pas, parce que bon, dans le fond, je m’en fous de son nom. Je fronce les sourcils et plisse les yeux. Je grimace malgré moi. Sympa… ouais, si on veut. Un peu garce qui savait très bien que je craquais pour son mec et qui adorait jouer avec mon petit cœur tout mou. Connasse ouais. Et heureusement qu’il lui avait pas donné de nouvelles. Il aurait plus manqué qu’il lui en file à elle et pas à…
Bref. Passons, c’est pas un sujet super joyeux en fait… comme ce qui doit concerner la plupart des gens qu’on a connu ouais…

« T’étais suffisamment con avec elle pour le faire si. Clairement. Un vrai Romeo… c’était à mourir de rire. »

Ou pas. Mais ça, jamais je lui dirais. Mon sourire réapparait alors qu’il penche la tête.

« Un chat…. »

Je souris et penche la tête sur le côté, virant mes cheveux, pour lui montrer mon chat derrière l’oreille. Vachement plus discret que le hibou oui. Mais mignon. Bref.
Et on finit par arriver à sa destination première, avant que je vienne le faire chier oui. Et je souris de soulagement. Tant mieux. Ça m’aurait grave fait chier en vérité. D’autant plus alors que je lui ai balancé des saloperies sur ses lectures tout à l’heure…

« Tant mieux, je suis contente. Et va pour des Picsou… Mais tu sais que les Tchoupi sont plus simples quand même ? »

Oui, bon, j’arrête. Mais là, c’était drôle. Non ? Toujours est-il qu’il me remercie, et je m’éloigne aussi vite que lui. Je ris alors qu’il insiste.

« Pourquoi tu tiens tant que ça à me sauter dessus ? Je croyais que j’étais pas ton genre ? » Je claque des doigts et le désigne. « Mais je suis con, Marina t’a envoyé bouler et t’as pas touché de nana depuis des mois du coup ? C’est moche… »

Quoi ? Non, c’est innocent. Totalement. M’en fous. Je poursuis les fouilles de mon côté, sans rien de probant, si ce n’est une porte bloquée. Ahah. Ce qui le fait rire. Forcément.

« Ouais, je suis vraiment désolée de louper ça. » Je lui lance un coup d’œil, avec un simili sourire. « Mais en fait, t’en fais pas, je sais très bien ce qu’on peut faire dans un cagibi. Pas de regret à avoir du coup. »

Et que dalle, niet, nada. Un tube de peinture, et c’est tout. Lamentables. Les gens je parle. Sauf qu’il trouve lui. Et pas n’importe quoi. Du chocolat. Genre du bon en plus. Mais j’essaie d’être sage. Même si je peux pas m’empêcher de le suivre des yeux quand il le range dans son sac. J’ai presque envie de lui prendre des mains et  de lui dire que j’ai changé d’avis… Mais non. Je prends les crayons et vais fouiller une autre pièce. Rapidement, car vide. Ou presque. Et je suis fatiguée de voir qu’y a toujours des trucs dégueu qui peuvent me déranger. Depuis le temps, je devrais être habituée non ?
Heureusement, il fait pas la connerie d’essayer d’être gentil. Remarque, je lui en aurais foutu une, ça m’aurait peut-être soulagée. Je hoche la tête. Ouais, bon plan. Je me fige un quart de seconde, avant de serrer sa main en retour, en esquissant un sourire. Ouais, on continue.
Je le laisse passer devant, chacun son tour pas vrai, continuant de regarde autour de moi si je trouve pas quelques trésors cachés.

Sauf que j’ai pas trop le temps parce qu’évidemment, avec son pot habituel, il a parlé trop vite et… Oh merde. Je décroche ma batte et m’approche. J’essaye de le viser, mais comment tu veux que j’y arrive avec Ethan au milieu…. Pas que j’ai pas envie de le toucher, mais quand même…

Type d'action J’attaque le zombie

Je lève ma batte comme je peux mais c’est vraiment pas grand bordel, et non seulement je loupe ce zack de merde accroché à sa jambe, mais je me bouffe méchamment le coin d’un vestiaire avec l’élan, la batte faisant très bien office de bélier sur ma main. Je jure, je gueule même je crois, avant que ma mâchoire se crispe. Il va encore se foutre de moi. J’approche encore, sans doute trop, mais j’y réfléchirais plus tard, juste pour shooter dans la gueule du zombie de rage, en me tenant le bras. Putain ça fait mal. J’inspire, avant de m’arrêter et de relever la tête. Ah, c’est maintenant que j’y réfléchis. Ouais, trop petit. Trop proche. Carrément… Je grimace un sourire.

« Comme j’ai éventé le truc de la porte de cagibi qui coince, tu t’es dis que le zack dans les vestiaires marcherait mieux, c’est ça ? » Mon sourire s’agrandit, alors que non, clairement, c’est pas le moment. « C’est pas le prince qu’est censé sauver la princesse dans les histoires ? »


Points de vie restants : 18/22    
Munitions restantes : /    
Gains des fouilles : /    
Endroit où je me trouve :  Dans les vestiaires    
Endroit où se trouvent mes ennemis : 1 au corps à corps

_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.© by anaëlle.


Dernière édition par Eliott Lancaster le Dim 22 Mai - 10:05, édité 5 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1155
Membre du mois : 29
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Mar 17 Mai - 21:00

Le membre 'Eliott Lancaster' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Arme Blanche' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4403
Membre du mois : 6291
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Mer 18 Mai - 13:02

Y a pas à dire, cette fille a vraiment un don pour me faire péter un câble. Alors ok, y a des sujets qui aident pas et je pense qu’elle serait pas la seule à me mettre sur les nerfs en en parlant. Mais putain, elle y va fort là. Et puis, c’est pas comme si elle se doutait pas que ça me gave non ? Enfin bref… je me fais un rien plus sec et pour un peu, j’aurais presque mauvaise conscience de lui répondre comme ça, enfin si elle s’obstinait pas à faire la connasse.

"Bin voyons, ça va être de ma faute si tu fais la connasse. Enfin, si ça peut te faire plaisir, on a qu’à dire ça."

Je secoue la tête, dépité. Et quand elle se fige, je la regarde longuement, mâchoires contractées, hésitant à lui répondre avant de laisser tomber. De toute façon, ça changerait quoi ? Et pareil, ce qu’elle dit, au fond, ça change rien non plus. Que j’ai pris de bonnes ou de mauvaises décisions, au final, le résultat est le même. On se retrouve au fin fond du Canada alors qu’on se gèle le cul et qu’on sait même pas si demain on aura de quoi bouffer alors que… alors que quoi ? J’en sais rien et c’est probablement ça le pire. J’ai jamais réfléchi aux différentes options et je me suis contenté de suivre mon instinct. Et depuis quand j’ai des bonnes idées ? Ca se saurait non ?

Je sens qu’elle relève mon menton pour me forcer à la regarder mais j’ai du mal, beaucoup de mal. Parce que ça ne fait que remuer ce qui m’empêche de dormir depuis des mois et l’entendre à haute voix n’aide pas vraiment. Mais il faut bien que je réponde quelque chose, sinon elle va s’énerver encore plus.

"Possible. Enfin c’est pas comme si on pouvait savoir ce qui se serait passé hein. Si ça aurait été pire ou mieux. Et c’est pas comme si je me répétais toutes les options possibles depuis que j’ai raccroché de putain de téléphone l’été dernier et que ça m’empêchait de dormir hein… enfin, laisse tomber va."

Bon, évidemment, elle le fait pas et en rajoute une couche. Même si j’ai qu’une envie c’est de me tirer de là, je peux pas m’empêcher de lâcher, avec une ombre de sourire.

"Tu passes pas ton temps à me traiter de con ? Non parce que bon, je dis ça…"

Mais au moins, quand elle parle de Zak, ça percute un peu plus. Je sais qu’elle se priverait pas de me dire que je fais de la merde le concernant et qu’elle l’adore. Et c’est réciproque d’ailleurs. Pourtant, j’arrive pas à répondre quoi que ce soit et je me ferme un peu plus, quand bien même je pensais pas que c’était possible vu mon état de nerfs. Et je l’envoie bouler, pas méchamment mais c’est clair que j’ai pas envie qu’elle aborde le sujet.

Et elle le fait. Sinon ce serait pas l’emmerdeuse que je connais depuis toutes ces années. Et j’aime pas ce que j’entends. Vraiment pas. Chacun de ses mots résonne dans mon esprit mais se cogne aussi au reste, à tout ce qui n’allait pas et que j’ai jamais affronté. Alors je peux pas. J’arrive pas à digérer ça, ce qu’elle raconte. Ca s’intègre pas dans mon mode de fonctionnement.

Je lâche alors avec un sourire mauvais en réponse à sa mine arrogante.

"Ca fait plus de 15 que je m’efforce de foutre en l’air le boulot qu’il a fait avec moi. Je vois pas pourquoi je continuerais pas. D’autant qu’il est plus là pour voir ça de toute façon."

Elle aura beau prétendre le contraire, j’ai grave ma part de responsabilité dans tout ça. Et la voix d’Eliott se fait plus douce. C’est pire encore en fait, surtout vu ce qu’elle me balance. Ca devrait m’apaiser et peut-être que ça le fera dans quelques temps, mais j’ai trop de colère pour ça pour le moment. Alors je me contente de lâcher, d’une voix sourde alors que mon regard fixe le vide.

"Tu fais chier Lancaster. Vraiment."

Ca se voit là que j’ai plus envie d’en parler ? Ou pas ? Ou il faut que je lui en colle une pour la faire taire ? Parce que là, ça devient plus que limite et elle doit bien le voir à ma tronche quand même non ? Je déglutis et je laisse filer quelques instants de silence, avant de bénir le fait qu’elle se décide enfin à changer de sujet. Bon, c’est encore un truc un peu sensible mais j’arrive à retrouver un semblant de contenance quoi. Et je souffle, non sans un sourire.

"Je te garantis que c’était mignon comme tout."

Et mon sourire se fait plus assuré au reste de ses propos. Avant de disparaitre à nouveau totalement. Et merde. Vraiment. Parler d’Ashley ? Dans le genre deuxième plan foireux, elle se pose là. Et après, elle va me parler de quoi ? De ma mère ? Qu’elle essaie tient, qu’on rigole.

"Ashley était la belle-mère parfaite. Elle est juste mal tombée avec moi. Mais c’est cool, au moins j’ai l’impression de pas avoir été totalement con avec toi."

Je plisse des yeux quand elle hoche la tête à ce que je lui balance et je souffle, à mi-voix.

"Si quoi ? Vous étiez les seuls avec qui j’avais pas l’impression de faire tâche, surtout avec la petite famille parfait qu’il y avait chez moi. Le seul moment où j’ai pas pensé à ma gueule c’est quand je me suis dit qu’il valait mieux que personne t’associe à nos conneries."

Enfin bref… Je sais pas comment on arrive à parler de sujets moins déprimants, mais c'est cool. Bon déjà, son anniversaire. Au moins ça lui a fait plaisir c’est déjà pas mal. Et Zak. J’ai un sourire quand elle parle des cours et je hoche la tête, non sans laisser échapper un ricanement.

"Ok, je veux être là quand tu lui proposeras de reprendre les cours. Déjà que je suis étonné qu’Ashley y ait pas pensé. Le pauvre va devoir se taper des cahiers de vacances ou je sais pas quelle connerie. On parie ? Et pour les cours de maths…. Je te souhaite bien du courage."

Et mon sourire se fait plus large alors que je reprends, après l’avoir fixée, la mine vaguement perplexe.

"Ton extrême quoi ? Je savais même pas que tu connaissais ce mot-là blondie. Et j’ai du mal à croire que tu pourrais te sentir coupable pour moi tiens."

Je sais pas pourquoi elle en vient à me parler de ma copine du lycée. Des mois, pour pas dire des années que j’ai pas pensé à elle tiens. Ca fait bizarre un peu mais bon, c’est pas comme si j’avais pas connu d’autres filles entre temps ou que j’avais vraiment été amoureux d’elle. Bon si, je l’ai été, mais j’avais 15 ans quoi. Alors, je me contente d’arquer un sourcil avant de répondre, pensif.

"Un vrai Roméo ? Carrément ? Pourtant moi et les trucs romantiques… comment dire…"

Quand elle se décide à me dire pour le tatouage, je jette un œil derrière son oreille et j’ai un mince sourire. Je me contente pourtant de lâcher, plus sobrement que d’habitude.

"Mignon ça."

Bon, on arrive quand même à décoller et si j’aurais bien aimé qu’elle se tire il y a quelques minutes, j’avoue, je suis plutôt content qu’elle soit là. Enfin tant qu’elle en remet pas une couche sur ce qui peut me prendre la tête, ça le fait bien.

Je suis content pour les bouquins. Mais vraiment. C’est bien le seul truc qui me fait penser à mon père sans que j’ai envie de péter un truc en ce moment, ce qui est plutôt une bonne chose. Et à sa répartie, j’ai un large sourire avant de lâcher, l’air de rien.

"Arrête, je vais croire que c’est ta lecture principale à force."

Et quand elle rit, je la dévisage de nouveau avant de rétorquer, toujours sur le même ton.

"Qui a dit que t’étais pas mon genre ? C’est moi qui suis pas le tiens, oublie pas. Et j’ai même pas essayé de toucher Marina, je tiens à ma peau. Par contre, pour le reste, à part une cinglée qui m’a roulé une pelle alors qu’on était en train de se faire courser par des zombies et qui m’a planté juste derrière, ouais on peut pas dire que ce soit la fête. Mais t’en fais pas, je sais encore me tenir va."

Je me contente de lui décocher un clin d’œil pour le coup du cagibi. Pas besoin d’en rajouter une couche, je suis assez lourd comme ça non ? Mais au moins, ça a le mérite de me détendre un peu. Trop en fait. Je commence à plus faire aussi gaffe et pour un peu, j’en oublierais ces saloperies. Surtout qu’on trouve des trucs pas mal. Même si l’épisode des toilettes est pas génial.

Enfin… au final, je me sens un peu trop sûr de moi et bien évidemment il faut qu’une saloperie de zack se rappelle à nous. Je déteste quand ils me touchent mais alors vraiment. Je me suis toujours pas habitué et à chaque fois que j’y pense, j’ai un vieux frisson dans le dos. Donc là, même si je prends l’air de rien, autant dire que je suis pas vraiment à mon aise quand j’appelle Eliott.

Et elle essaie de m’aider… pour se manger un coin d’un vestiaire. Putain, c’est pas le moment d’éclater de rire mais là, je sens les nerfs qui lâchent un peu. Je prends une inspiration alors que cette saloperie me lâche toujours pas et qu’il commence même à remonter vers moi. Je le quitte pas des yeux alors qu’Eliott balance un commentaire à la con.

"Ouais je me suis dit que tu trouverais ça hyper excitant et que j’arriverais à conclure comme ça. J’ai raté mon coup ? Bon, tant pis."

Je chope mon fusil à pompes. Ouais, même pas peur. Si je me rate, c’est un coup à perdre un bras. Ou pire encore. Je souffle doucement et je vise comme je peux.

Type d'action Je tire sur le zombie – utilisation de ma compétence.

Et là, gros coup de bol, je fais mouche. Je laisse tomber le fusil à coté de moi et je me laisse aller au fou-rire nerveux que la répartie d’Eliott avait provoqué avant de m’ébrouer et de me rapprocher d’elle. Je suis évidemment couvert de sang et de ... trucs de zombies quoi, normal quand on vise à cette distance. Mais je m’arrête à quelques centimètres à peine de son visage, la fixant longuement avant de lâcher, l’air de rien.

"Je saurais pour la prochaine fois alors. Juste le vestiaire mais pas de zack."

Je me recule alors et j’ai un sourire en coin alors que j’attrape son bras pour y jeter un œil.

"Je croyais que t’étais pas une princesse… Ca va aller ton bras ?"

Points de vie restants : 25/25
Munitions restantes :
1 M249 (30 balles) - 1 fusil à pompe (27 balles)
Gains des fouilles : De la nourriture
Endroit où je me trouve :  Vestiaires du magasin
Endroit où se trouvent mes ennemis : *

_________________

   
   
Just relax, take it easy



Dernière édition par Ethaniel M. Griffin le Mer 18 Mai - 13:21, édité 2 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2462
Membre du mois : 35
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Mer 18 Mai - 13:02

Le membre 'Ethaniel M. Griffin' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Arme à Feu' :


--------------------------------

#2 'Arme à Feu' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4403
Membre du mois : 6291
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Mer 18 Mai - 22:00

Je me renferme et ma mâchoire se crispe. Encore. C’est super chiant avec lui. C’est tout le temps comme ça. Alors ouais, ok, j’avoue. C’est peut-être un peu de ma faute. Ouais, un peu. Mais je suis certainement pas la seule responsable. Carrément pas. Il est super doué pour me porter sur les nerfs en moins de deux. Et pour en rajouter. Et non je vais pas fermer ma gueule, donc ça devient un ping-pong en règle.
Je secoue la tête alors qu’il détourne encore mes paroles. Non, c’est pas ce que j’ai dit. J’ai pas dit que c’était de sa faute. J’ai dit que si lui se comportait pas comme un con, je serais pas obligée de…. Oh et puis merde, voilà. Putain mais sérieux, c’est pas comme si j’étais venue juste parce que je m’inquiétais pour sa gueule quoi. C’est pas comme si je connaissais cet abruti depuis la moitié de ma vie. C’est pas comme si ça me ferait un peu chier qui lui arrive quelque chose.
Aussi aimable qu’une porte de prison et aussi futé d’un mec lobotomisé… Je soupire. Ouais, j’exagère… un peu…
Mais même quand je fais des efforts, quand je suis gentille, il veut pas capter. J’essaie pourtant. Parce qu’il se trompe. Parce qu’il se fait mal pour rien. Je sais bien que c’est pas si facile, je le sais mieux que quiconque, mais… j’ai pas envie qu’il… alors j’essaie en lui parlant, en m’énervant un peu, gentiment oui, en le forçant à m’écouter.

« Non on peut pas savoir… et je sais oui, que c’est difficile. » Ma main passe de son menton à sa joue, et la douceur du geste me dérange presque. Parce qu’il va me le renvoyer dans les dents à un moment. Ou simplement parce que c’est tellement à l’opposé de mon… notre pétage de plomb 5 minutes plus tôt. « Mais vous êtes là, vivants. Et heureusement… parce que sinon moi, j’y serais pas non plus… »

Je retire ma main et soupire. Ouais, bon… Et du coup, peut-être que Sid… ET voilà, on peut refaire avec des si de mon côté aussi. Il s’en rend compte de ça aussi ? Que je les ai suivi, que j’ai laissé Sid derrière… pour lu… eux ? Ou plus probablement que j’aurais fini par me faire bouffer aussi s’il était pas venu ?
Je le vois se renfermer, putain, alors que je sais que j’ai raison. Je sais bien que je l’engueulerais, encore davantage pour Zak. J’esquisse néanmoins un sourire.

« Bah si je te traite de con, c’est pas sans raison… Poses-toi des questions alors… »

Et je sais bien qu’il veut plus en parler, mais pourtant, ça m’énerve. Et en général, me faut pas grand-chose pour que j’en rajoute. Or, là, il me tend carrément le bâton pour se faire battre quoi. Je sais bien que je devrais pas jouer avec le feu, je sais bien qu’il est, était ?, légèrement soupe au lait lui aussi… Mais c’est insupportable en vérité. Qu’il refuse tellement tout. Qu’il veuille même pas essayer de comprendre.
Et dès qu’il apparaît j’ai envie de faire disparaître ce sourire. Et je retiens de vraiment peu la gifle qui menace de partir, serrant davantage mes bras contre moi. Il n’a pas le droit de parler comme ça. De dire ça. Sans déconner, c’est pas lui… Ou peut-être que si. Mais j’aime pas moi. Parce qu’il pense sincèrement être… Ça m’horripile et j’en suis désolée pour lui en même temps… Mais plutôt que de le calmer, quand moi je me calme, ça a plutôt l’effet inverse au vu de son regard qu’il détourne et de la colère sourde qui émane à nouveau de lui. Je plisse les yeux et la bouche. Ouais, je fais chier, c’est pas nouveau. Je suis pas la seule à être de mauvaise foi hein ? Ça fait mal quand je touche juste pas vrai ? Mon regard se durcit, mais je rajoute rien pour le moment. Oh, pas tant parce que je crains de m’en prendre une… Mais il écoutera rien. Borné comme il est là, je parlerais dans le vent et ça alimentera juste sa colère puérile. Ouais, puérile.
Je passe à autre chose, et je le dévisage, alors que son sourire de p’tit con, même léger, est de retour. Je lève les yeux au ciel et secoue la tête.

« Je sais plus trop ce que vous picoliez ou fumiez à ce moment-là, mais ça devait être plus fort que ce que je pensais. »

Mignon mon cul ouais. C’était horrible point.
Et son sourire disparait aussi vite qu’il était revenu ou presque. Oh putain, mais sérieux ? Faut qu’il fasse la liste des sujets qui fâchent là bordel, parce que c’est bon quoi. Je grimace, levant à nouveau les yeux au ciel en soupirant.

« Pitié, arrête… »Je l’observe. « T’es sérieux ? T’y crois là ? Merde… Ok.
Alors j’aime bien Ashley hein. Mais… Mais non. Déjà, parce qu’un parent parfait, ça n’existe que dans l’esprit d’un môme de 8 ans. Déjà.
Et parce que si elle avait eu deux sous de jugeote, elle aurait arrêté de vouloir faire concurrence à la mère Ingalls dans sa prairie. Alors ouais, t’étais un sacré con, je dis pas le contraire. Mais elle a juste cherché à t’étouffer sous la bouffe et les leçons, sans même chercher à te comprendre ou même à te connaître bordel ! Alors non. Vous étiez de sacrés cons tous les deux. Y a pas que toi dans l’histoire. »
Même du haut de mes 12 ans à l’époque je le savais… Comment il… Sérieux, mais il compte se sentir coupable pour les malheurs de la terre entière ?? J’inspire et esquisse un sourire, rempli de… j’en sais rien… ça existe les sourires nostalgiques ?
« Non, t’as pas été totalement con avec moi. Pas tout le temps du moins. »

Même si j’aurais préféré qu’il parte pas. Même s’il pense avoir tout foiré. Même s’il m’a fait plus de mal que de bien en partant. Mais ça c’est pas le genre de vacheries que je lui balancerais, elles pourraient faire bien trop mal.
Je relève la tête et le fixe. Et mon cœur fait une embardée. Quel abruti… Adorable abruti ouais pour le coup.

« Si t’étais un peu heureux, avec nous…
Merci d’avoir pensé à moi. »


Quand bien même il s’est planté de décision pour le coup… c’était pour moi. Et ça me fait presque trop plaisir en vérité pour que je m’y attarde. Alors on parle de trucs plus… mieux. Et Zak, ça marche en général. Tant qu’on parle pas des décisions le concernant ouais. Je souris un peu à mon tour et je hausse les sourcils.

« Hé ! Mais c’est ça qu’il faut trouver ! Des cahiers d’exos ! » Mon sourire s’agrandit. « Ce sera super cool. Je me demande même s’il sera pas un peu heureux de se changer les idées, même pour des devoirs… Et je ferais du chantage. Facile. Pas de maths, pas de dessins. Pas de français, pas de mécano. Simple et efficace. Et j’attendrais que tu sois là t’en fais pas »

Je lui fais mon plus beau sourire. Avant de le perdre un peu, et de froncer les sourcils.

« Parce que ça fait plus de trois syllabes ? J’ai eu du mal à le retenir c’est vrai… Mais je suis vachement plus pa-ti-en-te qu’avant… ou pas. C’est pas un truc super important en soi… Mais bref ! Justement, n’abuses pas ! Et ouais… Enfin, pas forcément pour toi. Mais Zak m’en voudrait, Ashley aussi, et les autres aussi je suis sûre… Ce serait chiant quoi. »

Je lui souris amusée. Hé, pour une fois que c’est sur mon dos que je casse du sucre et pas le sien. Et je hoche la tête alors qu’il doute quand je parle de truc… Donna… l’autre fille quoi.

« Ah, j’ai pas été non plus voir si tu lui offrais des roses et autres trucs de gonzesses, mais putain, tu parlais d’elle sans arrêt, avec un sourire à la con, quand elle était là, tu avais du mal à te détacher d’elle plus de 5 minutes… le truc insupportable. »

Je lui souris, et lui jette un regard quand il regarde mon tatouage. Ouais, mignon. Le tatouage hein.
Et je finis par enfin pouvoir lui offrir ces satanés bouquins que je trimballe depuis des semaines dans mon sac. Et ça lui fait plaisir. Même si c’est pas autant que le collier pour moi, ça me va bien quand même.

« Y a des images. Et une morale derrière chaque histoire… J’en avais quand j’étais petite. Je crois. »

Je hausse les épaules. Ça, ça a aucune importance. Si sérieux, je m’en fous pour de vrai. Je ris à sa connerie, en rajoutant une couche. Je le dévisage à mon tour, les sourcils à moitié froncés, une moitié de sourire sur les lèvres. Battement, pas battement. Soulagement, exaspération. Un yoyo, que je m’efforce d’oublier. Non, ne relève pas. Je secoue la tête.

« Dean t’aime bien et Marina est plus vieille que moi, elle est assez grande pour… » T’essaie de faire quoi là au juste hum ? « Et donc, quand tu sors, tu rencontres des nanas qui t’embrasse avant de te donner en pâture aux zacks ? Tu as une vie trépidante dis donc quand tu te balades… »

Depuis quand je suis son genre ? Je fronce les sourcils, et entreprends de me concentrer sur autre chose. Genre faire un truc utile, trouver un truc utile. Ce qui réussit pas vraiment, me laissant plus en vrac qu’autre chose. Et je me sens pas du tout mal quand je suis super inutile en voulant aider Ethan, qui lui, oh surprise, a fini par dénicher un reste de zack qui trainait dans les vestiaires. Ou c’est plus le reste qui l’a trouvé. Enfin bref. Non seulement je sers à que dalle, mais j’arrive à me blesser, toute seule comme une grande, parce que je le vaux bien ouais. Sauf que bon, le truc est toujours là, et même s’il est pas très actif, le grand dadais est plus que pas à l’aise. Ce qui m’empêche pas de sortir une connerie, même si c’est pas le moment. Ou justement, peut-être parce que c’est pas le moment.

« Bah, c’était bien essayé… L’adrénaline, ça peut marcher, quand tu risques pas de te faire bouffer… »

Je le vois prendre son arme, et me tourne à moitié alors qu’il tire. Et heureusement pour lui, il l’explose. Sinon, ouais, je me serais foutue de lui ad vitam. Je souris alors qu’il se met à rire en lâchant son arme. Sourire qui s’efface alors qu’il se rapproche. Ma main me lance alors que je serre les poings, ce que j’arrête de faire. Et je fixe un peu trop longtemps ses lèvres alors qu’il parle. Merde. Je hoche la tête, avant de déglutir. Et de soupirer en silence quand il s’éloigne. Soulagée. Ou frustrée. Je sais pas trop. Pourquoi il a pas… Laisses tomber. Laisses…
J’acquiesce et esquisse un sourire en coin.

« Pas de zack non. C’est pas super glamour. »

Je grimace alors qu’il m’attrape le bras.

« J’en suis pas une. Mais t’es pas un prince non plus, donc on est quitte. » Je bouge un peu la main, pinçant les lèvres alors que des soubresauts d’électricité remontent jusqu’au coude. « Ouais. Ça ira. Tu peux même te foutre de moi va, t’as la permission. »

Je regarde le reste de zack à terre et réprime un frisson. J’attrape un chiffon, t-shirt, truc qui traine dans le vestiaire et m’approche de lui, essayant de le nettoyer un peu de ma main valide, parce que bon c’est un peu dégueu. Un peu. Je croise son regard et cligne des yeux.

« Ca devrait aller. T’as un miroir au pire derrière toi. »

Je lui file le chiffon un peu brusquement et me penche légèrement pour récupérer l’arme, que je lui rends.

« Allez, on bouge. »

Je sors et reprend le chemin vers les escalators, me demandant encore combien de surprises on va trouver. Je raccroche ma batte, et prends mon pied de biche. Que je prends de la main gauche. Fais chier. J’essaye de bouger doucement ma main droite, sans grimacer, parce que je suis une warrior… et que je veux pas qu’il s’inquiète pour rien. J’aime pas les escalators. Enfin si, quand ça marche. Mais sinon les marches sont super grandes, c’est chiant.

Type d'action Je monte à l’étage

Le bon côté, c’est qu’on peut monter, même si y a pas mal de merdes balancées en plein milieu. Je les dégage, les jetant par-dessus, avant de voir un petit sac que j’ouvre.

Type d'action Je fouille l’escalator

« Hé, je t’échange les balles contre le chocolat, ça te va ? »

Je stoppe et me tourne vers lui en souriant. Je grimace et soupire.

« Je plaisante, je plaisante. »

Enfin non. Mais bon. Je monte à nouveau, avant de m’arrêter à nouveau brutalement, le sentant s’arrêter juste derrière moi. Je pourrais râler qu’il essaie juste de me tripoter… et d’ailleurs.

« Arrête d’essayer, ça marchera pas mieux dans les escalators… » Je murmure presque, et tourne la tête vers lui. « T’as pas entendu un truc ? »

Points de vie restants : 18/22    
Munitions restantes : /    
Gains des fouilles :  3 balles de 9mm   
Endroit où je me trouve :  Dans les escalators
Endroit où se trouvent mes ennemis : Un à 2 zones

_________________
I'm still breathing
Don't talk, just act. Don't say, just show. Don't promise, just prove.© by anaëlle.


Dernière édition par Eliott Lancaster le Dim 22 Mai - 10:10, édité 5 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 22
Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Messages : 1155
Membre du mois : 29
J'ai : 26 ans
Je suis incarné(e) par : Margot Robbie
Crédit(s) : Shereen - Anaëlle
Je suis un(e) : Xena
Vos Liens :

Faut pas parler aux cons, ça les instruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Mer 18 Mai - 22:00

Le membre 'Eliott Lancaster' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Mouvement' :


--------------------------------

#2 'Fouille' :


Tu trouves 3 balles de 9mm
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4403
Membre du mois : 6291
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   Jeu 19 Mai - 13:15

Alors qu’on soit bien d’accord. Je ne suis pas de mauvaise foi et je ne comprends pas ce que j’ai envie de comprendre quand elle me cause. Eliott est surtout particulièrement chiante et en plus, elle tape là où ça fait mal. Pour ça, il faut me connaitre et je me rends compte qu’elle me connait probablement bien mieux que tous les gens du groupe en fait. Outre le fait que je suis pas sûr que ça me plaise vraiment, j’ai pas envie de réfléchir à ce que ça pourrait impliquer si elle s’inquiète vraiment pour moi.

Le fait qu’elle se calme  est pire encore en fait j’ai l’impression. Quand elle me frôle la joue, j’ai un sursaut nerveux mais je dis rien et je fais rien pour la repousser. C’est limite, mais je me retiens. Je me contente de pousser un profond soupir et je lâche, sans bien savoir pourquoi.

"Et tu regrettes pas d’être là ? J’veux dire… t’aurais peut-être pu mieux t’en tirer, je sais pas."

Et mon humeur continue à jouer aux montagnes russes. Enfin, je passe de grave saoulé à énervé ou encore à ruminer. C’est pas comme si j’étais vraiment de bonne humeur quoi. Mais elle arrive quand même à me faire sourire, je sais pas par quel miracle. Avant que j’ai envie de lui en coller une. Normal, tout est normal. J’arque un sourcil à sa réponse avant de rétorquer, avec une ombre de sourire.

"Donc, je suis con tout le temps en ce moment ?"

Si c’était qu’en ce moment, ça irait. Mais d’aussi loin que je me souvienne j’ai joué au con. Avec le paternel, avec Ashley, avec eux aussi. Et c’est pas avec la fin du monde que je vais pouvoir récupérer des années à faire de la merde. Quand bien même j’en aurais envie. Des fois, je me dis que j’ai une chance avec Zak, de pas trop faire n’importe quoi. Et puis je me dis que je vais fatalement finir par tout foutre en l’air de toute façon. Avec Eliott aussi. Je vais bien lui dire ou faire un truc qui va lui déplaire pour de bon. Je sais faire ça. Très bien d’ailleurs. Et ça me saoule, encore plus que le reste. Parce que j’ai pas envie de les perdre.

Et comme je suis pas du tout contradictoire, en même temps dans contradictoire, il y a con, donc bon… je continue de m’énerver sur elle. Faut dire qu’elle en rajoute une couche là où elle devrait pas. Foutue emmerdeuse blonde.

Heureusement qu’elle finit par changer de sujet. J’arrive même à laisser échapper un ricanement avant de secouer la tête.

"Picoler ouais, la drogue, je crois pas. Ou alors Sid’ me cachait des trucs. Mais je te garantis que t’étais mignonne. Et tu le serais toujours si t’arrêtais de tirer un peu la gueule. Enfin, je dis ça…"

Tiens, bah voilà, ça pouvait pas durer. Je me sens de nouveau bouillir alors qu’on parle d’Ashley. Sérieux quoi, elle sait pourtant que parler d’elle c’est un plan pourri. Ca l’a toujours été, d’aussi loin que je me souvienne. Bon c’était pire encore quand Sid’ me disait qu’elle avait un beau cul. Je crois que c’est la seule fois où on s’est vraiment battus. Et que j’ai réussi à lui mettre une raclée. Enfin bref, j’écoute Eliott, sans l’interrompre, je sais pas comment je fais d’ailleurs, alors que ça monte encore un peu plus.

"Bien sûr que je suis sérieux. Elle a accepté un gamin insupportable, une teigne alors qu’elle venait à peine de rencontrer mon père. Elle a tout fait pour que je me sente bien et j’avais beau faire des conneries, elle gardait son calme. Sérieux quoi, c’était juste trop pour moi. Je suis sûr qu’elle a cherché à me connaitre, elle a essayé quoi. Mais j’avais pas envie. C’était… bref…"

J’ai pas envie d’y penser en fait. Je sais pas si Eliott a raison ou pas, si Ashley a pas su me gérer ou si j’ai pas su accepter qu’elle soit aussi sympa. Je préfère penser à autre chose, même si c’est pas forcément plus joyeux. A sa réponse, j’ai une ombre de sourire et je souffle, à mi-voix.

"Cool, au moins y aura eu un truc de bien sur cette époque."

Et je sens son regard sur moi alors j’arrive à relever les yeux pour la fixer avant de lâcher, l’air de rien.

"Je l’étais ouais."

Je me contente de hausser les épaules pour le reste avant de me concentrer sur Zak. Voilà un sujet marrant, surtout quand on parle des tortures qu’on va pouvoir lui faire subir. J’ai un rire à l’imaginer et je souffle, amusé.

"T’es une vraie sadique en fait. Ca va qu’on t’a pas fait ça pour que tu bûches tes cours, t’imagine le drame ?"

Et le reste me fait marrer alors que je la fixe, un rien calmé. Bon, ça va pas durer nous connaissant, c’est obligé que ça finisse par repartir au quart de tour. Mais ça fait du bien un peu de répit.

"J’abuserais pas, c’est teeeellement pas mon genre en plus. Et j’ai pas envie que le gamin me fasse la gueule en plus."

Je zappe Ashley ouais, pas envie de repartir sur un sujet qui fâche de suite. Quand elle parle de Donna et qu’elle continue sur sa lancée, je dois franchement avoir ma tête de demeuré des grands jours. J’ai l’impression qu’elle se rappelle de vachement plus de trucs que moi la concernant. J’arque un sourcil avant de souffler, visiblement moins à fond qu’elle sur le sujet.

"C’était pas des roses mais des jonquilles. Et je faisais ça uniquement parce qu’elle aimait bien ça et que ça lui faisait plaisir. C’est pas trop mon délire mais c’est comme si je t’offrais des … c’est quoi déjà ? Ah ouais des coquelicots. Ou un pendentif hibou. C’est juste pour montrer que… bref t’as saisi l’idée quoi."

Pour le sourire à la con, on repassera. Pas mon genre du tout. Et si ses tatouages sont sympas, on s’attarde pas vraiment sur le sujet. J’ai même droit à des cadeaux. Comme quoi, tout peut arriver. J’ai une grimace quand elle parle des Tchoupis. Je sais qu’elle a pas beaucoup de souvenirs de quand elle était môme, en tout cas, elle a toujours essayé d’oublier et de se focaliser sur le présent. C’est l’impression que j’avais. Mais je dois probablement me gourer. En tout cas, je préfère pas en rajouter une couche et je secoue la tête au reste de ses propos.

"Je vois pas le rapport avec Dean. Et elle est assez grande pour… ? Vas-y, va au bout de tes pensées blondie. Ou t’as peur de me choquer peut-être ? Mais ouais, j’ai des sorties vachement marrantes. Je suis sorti tout seul deux autres fois. Une fois je me suis retrouvé avec une nana et on a picolé la moitié de la nuit dans la cave d’une maison tellement classe qu’on m’aurait jamais laissé rentrer dedans en temps normal et l’autre je me suis fait gueuler dessus par une jolie blonde. Comme quoi, je vais peut-être sortir plus souvent tout seul, c’est marrant."

Bon je vais arrêter d’en rajouter une couche ou elle va se démerder pour que je ne sorte jamais. Ou alors que je revienne pas entier de notre virée. Faut dire que c’est bien parti avec ce putain de zack, même si j’arrive quand même à balancer des conneries. C’est instinctif en même temps, sinon je vais me prendre un coup de stress.

"Tu noteras les efforts quand même."

Je me débarrasse quand même de cette saloperie avant de me rapprocher d’Eliott. Pourquoi je fais ça ? Parce que c’est marrant, j’avoue. J’attends le moment où elle va finir par m’en coller une et j’avoue que je suis tenté. Parce qu’elle est … bonnasse, on va pas se leurrer, et rien que pour voir sa gueule. Mais bon,  on va éviter hein. Ca pourrait être mal interprété. Même si je m’en fous, un peu.

"Donc là, y a pas de zack. Y en a plus quoi. Ca marche ou pas ?"

Je cherche même pas de réponse et je me recule un peu, me faisant plus sérieux alors que je regarde son bras. Je veux bien déconner deux minutes mais je préférerais autant pas avoir une éclopée avec moi quand même. Mais oui, c’est juste pour ça. J’ai un sourire absent à sa réplique, même si je continue de l’examiner.

"Qui te dit que je suis pas un prince ? Il doit bien rester une nana sur cette terre qui doit me voir comme ça non ? Et je me foutrais pas de toi. T’es venue à la rescousse quand j’ai demandé. C’est cool."

Je la regarde attraper le chiffon et essayer de virer un peu de cette bouillie de zack que j’ai sur moi. Je sais pas trop pourquoi elle fait cette gueule et je la fixe jusqu’à ce qu’elle détourne les yeux. Chelou cette fille quand même. Je prends le bout de tissu qu’elle me donne un peu brusquement et je fais pas de commentaire alors que je me débarbouille tant bien que mal. Ca ira bien, on fait pas un concours de beauté de toute façon. Et vu ma gueule, ce serait presque comique.

Je la suis après avoir jeté le chiffon par terre, sans même me retourner alors qu’on commence à grimper les escalators. Elle dégage le chemin alors que je regarde autour de nous, attentif et à sa réponse je lève les yeux dans sa direction. Je la regarde alors quelques secondes sans rien dire et j’hésite un instant avant de récupérer le chocolat dans la poche de ma veste et de le lui lancer, la mine impassible.

"Tu partages avec Zak. File-moi donc tes balles"

Elle s’arrête brusquement et me balance encore une connerie. Allez savoir pourquoi, sa réflexion m’agace. Non mais sérieux, comme si j’allais penser à un truc pareil dans un escalator ? Certes j’ai une vue imprenable sur son cul mais quand même, je sais me tenir. Mais je suis un peu con. Bon, pas qu’un peu en fait. Alors je monte d’une marche pour être à sa hauteur, je la plaque contre moi, la main posée sur son ventre, avant de souffler, contre son oreille.

"Alors Lancaster, là, je te tripote. Tu vois la différence ?"

Je la relâche tout aussi brusquement alors que je regarde autour de nous avec attention. Il y a du bruit effectivement. Et je lâche, d’un ton absent, les mâchoires un peu contractées, lui claquant les fesses quand même, histoire d’en rajouter une couche.

"Allez, je continuerais de te tripoter ailleurs si ça te dérange pas."

Je lui prends le bras, le valide, et je l’entraine avec moi sans lui demander son avis. J’aime pas ces bruits et je sens pas du tout là. Un zack c’était marrant, mais si ça commence à pulluler, ça va moins le faire.

Type d'action Je finis de monter les escalators pour aller au deuxième étage.

On fait quelques pas et je désigne une porte un peu plus loin, la seule qui reste dans le coin. En tout cas je crois. Mais le deuxième étage du magasin est plutôt grand. Tout aussi saccagé même si j’aperçois un sac par terre. Que je tire doucement.  

Type d'action Je fouille le sac.

Et j’ai un sourire en direction d’Eliott alors que je brandis une boite de feutres. Et du pain de mie. Il doit être totalement rassis mais il est pas vert. Ca doit bien se bouffer ça non ?

"Si tu bouffes pas toute ta demie tablette, tu pourras même te faire un pseudo sandwich au chocolat princesse. Et gribouiller avec des feutres."

Bon, on s’en sort pas mal non ? Un peu trop bien d’ailleurs. Je m’appuie contre un des bacs aux trois quart vide et je pousse un soupir alors que je continue à regarder autour de moi. On a peut-être rêvé le bruit y a deux minutes. Sinon, on sera vite fixés de toute façon. Et mes yeux se posent sur Eliott à nouveau avant que je n’esquisse un sourire.

"C’est cool que tu sois là."

Pour cette sortie ? Tout court ? J’en sais rien en fait. Mais c’est cool même si c’est une putain d’emmerdeuse.

Points de vie restants : 25/25
Munitions restantes :
1 M249 (30 balles) - 1 fusil à pompe (27 balles)
Gains des fouilles : De la nourriture *2
Endroit où je me trouve :  Deuxième étage du magasin
Endroit où se trouvent mes ennemis : *

_________________

   
   
Just relax, take it easy



Dernière édition par Ethaniel M. Griffin le Ven 20 Mai - 13:05, édité 2 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Just relax, take it easy...
Messages : 2462
Membre du mois : 35
Je suis incarné(e) par : Chris Pratt
Crédit(s) : Sheeren
Je suis un(e) : Lucky Luke
Vos Liens :
Spoiler:
 

Just relax, take it easy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Au royaume de Mistigri, devinons qui danse (mini flashback - fin janvier)
» Le Royaume perdu d'Arnor
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» Pétion –Ville ; mairesse Ludie Parent ap danse kompas !
» "Je veux qu'on rie...Je veux qu'on danse...Je veux qu'on s'amuse comme des fous !" [Julia]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall of Man :: 
Rive Nord, Trois-Rivières, Canada
 :: Le Port de Trois-Rivières :: Les Commerces
-
Sauter vers: