AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Jeu 15 Jan - 15:29


C'est bien beau d'être dans un nouveau groupe et d'avoir un peu de nourriture, mais ceci ne pourra pas durer indéfiniment. C'est bien pour ça que Javik a décidé de faire cavalier seul en partant à la recherche d'une possible réserve de nourriture. Au pire, il ne serait pas contre trouver un paquet de Mars ou de Twix histoire d'en manger un bout et de retrouver le gout des bonnes vieilles saveurs sucrées qu'il a toujours aimé. Quoi, il a bien le droit d'être un peu égoïste et de rêver à un petit gouté. Il est presque sûr, que n'importe qui ferait comme lui s'ils tomberaient sur un trésor comme celui-ci.

Danny était resté avec le groupe. Le duo d'amis était tombé d'accord sur le fait qu'il était plus sûr que l'un d'entre eux reste constamment là-bas, des fois que le groupe veuille les lâcher. Ce n'est pas comme s'ils étaient totalement les héros de la situation. A la base, ils étaient les ennemis ayant revêtit une cape de super héros en s'opposant à son groupe initial, avant de jeter sauvagement la cape pour prendre le dessus sur la situation. Bien sûr, l'arrivée de la horde avait tout fait tomber à l'eau. L'avantage, c'est quand se retrouvant avec le groupe de Morgane, ils ont l'a chance d'avoir de quoi manger, ce qui n'était pas le cas avec le groupe de Tyler.

Javik n'avait pas peur de se retrouver seul. Après tout, ce n'est pas comme-ci ça ne lui était pas déjà arrivé. Et puis, s'ils doivent toujours rester groupé, ils ne parviendront jamais à trouver de la nourriture ou des munitions... Sur une carte se trouvant sous un abri bus totalement déglingué, il avait localisé un centre commercial. Ce n'est certainement pas l'idée du siècle qu'il vient d'avoir, mais il doit certainement rester des choses. L'endroit n'est surement pas vide de vie. Tant pis, qui ne tente rien, n'a rien. Le jeune homme se mit en route avec prudence. Pour le moment, les rues étaient désertes et ça lui allait très bien. Toutefois, il parvenait à entendre des bruits, des sortes de râles s'échappant de certains étages des bâtiments alentour. De pauvre mort-vivant devaient être bloqué dans des appartements. En soit, ils ne devraient pas représenter un risque puisqu'ils sont enfermés. D'ailleurs, les Zack n'ont pas l'air assez intelligent pour ouvrir une porte en actionnant la poignée. C'est une chance qu'à la place des zombies, ce ne soit pas les Vélociraptor de Jurassic Park qui eut savent se servir d'une porte.

Bientôt, il arriva à plusieurs centaines de mètres du centre commercial. Devant l'entrée principale, il remarqua plusieurs cadavres ambulants, marchant l'air absent. La porte principale n'était pas une bonne idée, il va falloir trouver autre chose. Le jeune homme fit le tour, très discrètement se mettant le plus souvent à couvert derrière des véhicules abandonnés. L'entrée du parking était assez sombre et fit presque froid dans le dos à Javik. Entrer par-là, c'est un peu comme se jeter dans la gueule du loup. Il va falloir trouver autre chose. De nouveau, il reprit la route pour voir ce que lui offrait le reste du bâtiment comme alternative. L'entrée des livraisons pouvait être une alternative plutôt sympathique. Pouvant voir à l'intérieur, il siffla un gros mot en voyant au moins cinq salopards morts déambuler. Puis au loin, il remarqua une échelle menant au toit. Un sourire se dessina sur son visage. Avant de s'élancer, il vérifia qu'aucun Zack ne soit dans les parages. Rapidement, il grimpa à l'échelle pour se retrouver sur un toit totalement vide. A présent, il ne reste plus qu'à espérer que la porte soit ouverte, sinon, il va devoir trouver le moyen de l'ouvrir.

_________________
In the deep
Les règles morales sont, chez l'être doué de raison, l'équivalent pratique des règles de l'instinct. Seules elles permettent la survie.
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 26
Messages : 5602
Membre du mois : 0
J'ai : 29 ans
Je suis incarné(e) par : Bob Morley
Crédit(s) : Nono
Je suis un(e) : Lucky Luke
Mes hauts faits :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Dim 18 Jan - 15:42

Me voilà de nouveau à l'extérieur. Je ne demandais jamais la permission pour sortir seule, encore moins croiser Chris lorsque j'étais sur le point de sortir. Il aurait voulu aller avec moi, ne m'aurait sans doute pas laissé le choix. Là, j'étais seule, et j'en avais besoin ces derniers temps. J'étais restée dans le camp trois jours durant, aucune expédition. En même temps, avec celle que nous avions subie, il fallait encore du temps pour s'en remettre, mais on ne pouvait pas se permettre de rester inactif trop longtemps. J'avais vu que les réserves de nourriture étaient faible, si nous ne voulions pas mourir de faim, il fallait se bouger le cul, rapidement. Dans ma tête s'était très clair, et même si j'aurais pu demander de l'aide, un partenaire pour m'accompagner, je décidais de partir seule. Parce qu'au moins je n'aurais pas à surveiller une autre personne que moi-même, et je n'aurais pas le risque qu'elle meurt pendant le voyage. Si quelqu'un mourait, ça devait être moi. Je me dirigeais donc vers la ville de Coaticook. Je n'y étais jamais allé encore, mais je me disais qu'il y avait très certainement des boutiques, un centre commercial qui sait ? Bien sûr, je ne m'attendais pas à ce qu'il soit vide de Zack, mais j'arriverais à me faufiler. Il le fallait. J'avais pris un plus grand sac à dos au cas où je trouvais vraiment une mine d'or, histoire de ne pas ramener une petite quantité. Si je pouvais partir avec le sac rempli, ce serait vraiment mon jour de chance.

Je mis quelques heures, mais j'étais aux portes de la ville. Ce n'était pas encore ma destination, je parcourais les rues les plus désertes, me faufilais le long des murs, des ruelles, à la recherche du centre-ville. Même si le monde avait plongé, il restait les panneaux de signalisation, où était marqué encore le centre-ville justement. Ceci dit, ce n'était pas bien compliqué, la ville n'était pas immense non plus, rien à voir avec New York par exemple. New York... quand je repense à cette ville, j'ai de nouveau une sueur froide qui remonte le long de mon échine et me fait frissonner. Je me reconcentre sur mes pas qui se veulent furtif. Je tue quelques zombies sur mon passage, des cas isolés, évitant les groupes, même minime. Je n'ai pas de temps pour ça et je suis loin d'avoir atteint une certaine folie pour vouloir y aller juste pour les massacrer. Je range mes couteaux sur mon ceinturon alors que je m'arrête à un embranchement lorsque je vois un centre commercial. Je reste à moitié caché par le mur d'un bâtiment, entendant les cris désarticulés des Zack qui doivent être coincés dans ce même bâtiment. Je me suis assuré qu'ils étaient bien bloqués, qu'ils ne sortent pas et me prennent par l'arrière, ce serait con que je meurs avant même d'atteindre cet objectif que mes yeux observent.

En quelques minutes, je suis déjà en train de contourner le bâtiment, il y a trop de Zack à l'avant, mais je me ferais ma propre entrée par l'arrière. Je vois une porte close, verrouiller par une grosse chaîne et un cadenas. J'observe les environs, les fenêtres sont le plus plausibles. Je casse une vitre, mais attends le temps nécessaire au cas où les zombies m'attendraient derrière. Aucun bruit, aucun son. Je décide alors de pénétrer à l'intérieur. J'arrive dans un bureau où il y a une grande fenêtre qui donne sur un centre de stockage. La porte est ouverte, alors je m'avance aussi prudemment que possible. Mes sens sont en alerte, mon ouïe et ma vue beaucoup plus. Je prends un de mes couteaux et mes doigts s'enroulent avec force sur le manche. J'avance rapidement, méthodiquement, avant d'arriver enfin vers une grande porte, à moitié ouverte, qui donne vers le centre commercial, vers les rayons où il doit y avoir forcément des rayons. J'entends un bruit derrière moi, je me retourne d'une seule traite et mon bras balaye l'air. Le couteau atteint sa cible, le zombie tombe au sol. Je prends un autre couteau alors que deux autres zombies se dirigent vers moi. J'attaque la première, projetant avec mon pied l'un d'eux tandis que ma lame s'enfonce dans l'œil de l'autre. Je le laisse tomber, avant de saisir l'autre zombie, visant son front. Je repris mon autre couteau, m'essuyais du revers de ma manche mon front et pris un instant pour récupérer. Je rangeais mes couteaux, m'accroupis le long du mur avant d'observer les lieux. Je fus heureuse de constater que les rayons avaient l'air presque intact, mais aussi la difficulté de l'épreuve. Il y avait beaucoup de zombies, éparpillés, qui pouvaient très bien alerter tous les autres si un seul nous voyait. Il fallait que je sois efficace, trouver les rayons qui m'intéressaient. Mes yeux défilèrent sur la grande allée, avant de se stopper sur un rayon, à peu près à dix mètres.

Je ne pris pas la grande allée, trop de zombies l'arpentaient, alors je fis le tour par la droite, progressant penchée, semi-accroupie. Essayant de passer inaperçu en restant furtive. Une fois dans le rayon, j'étais prête à défaire mon sac pour remplir tout ce que je pouvais mettre, remplir mon sac au maximum, mais mon champ de vision sur la gauche m'alerta. Je me redressais alors qu'un zombie venait d'emprunter mon couloir. Je me redresse tout juste alors qu'il s'agrippe à moi et me fait basculer en arrière. Un cri étouffé dus au choc, puis le poignard transperce sa boîte crânienne. Je le pousse sur le côté, et j'en vois d'autres approcher. Je n'ai pas le temps de penser à la nourriture qui m'entoure, je pense à ma vie d'abord. Je me relève, et cours.

Je défonce une porte de mon épaule dans l'élan de ma course, alors qu'elle était certainement non verrouillée, je fais tout un tour alors qu'une horde est derrière moi. Je vois des escaliers, un panneau qui m'indique clairement une sortie, et je me dirige vers celui-ci. Je monte quatre à quatre les marches, une fois en haut, j'ouvre brusquement la porte pour la refermer par la suite. Je me retourne alors, prête à chercher comment m'enfuir d'ici, mais je me stoppe brusquement en voyant une personne devant moi, plus exactement un homme. Instinctivement, je resserre mon emprise sur mon poignard. Sa tête m'est familière, et je revois très bien dans mes souvenirs où je l'ai déjà vu. « Si tu as l'intention d'entrer là-dedans, tu t'es gouré de point d'entrée. » Non seulement je n'avais rien pu prendre, mais en plus, je faisais une rencontre qui ne me laissait rien présager de bon.


Dernière édition par Emily Ayleward le Sam 31 Jan - 12:50, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Dim 18 Jan - 22:33


Javik était plutôt satisfait, après tout, il était parvenu jusqu'au centre commercial sans encombre. Aucun zombies ne l'avaient vu, ce qui était un point très positif... Bon, il n'était pas encore à l'intérieur, mais au-dessus du centre commercial, sur le toit. Ce n'était pas une grande avancée, pas assez pour crier victoire. Mais, il n'était plus qu'à deux petits doigts d'être à l'intérieur et de pouvoir récupérer tout un tas de choses, du moins, c'est ce qu'il espère. Au milieu de ce grand toit, il y avait une porte devant accéder à des couloirs de maintenant pouvant mener aux différents magasins. Un sourire aux lèvres, il posa sa main sur la poignée pour l'actionner et... RIEN ! Le jeune homme força et actionna de nouveau la poignée de la porte mais c'était verrouiller. Bordel, c'était bien sa chance ça ! Une putain de porte de merde verrouillée, l'empêchant d'atteindre son fichu objectif. Alors, il jura plusieurs fois et se retourna pour chercher autour de lui. C'est là qu'il aperçut totalement à l'opposé du toit, une autre porte. Vu la grandeur du centre, il était logique qu'il y ait plus d'une sortie vers le toit. Celle-ci était peut-être ouverte, bien qu'il ne soit pas vraiment prêt à y croire. Ce doit être ce genre de porte qui s'ouvre de l'intérieur en appuyant sur une sorte de barre horizontal faisait la largeur de la porte. Ça ne devrait pas être trop difficile à crocheter. Enfin, ça reste à vérifier.

Avant de partir vers l'autre porte, il jeta un dernier coup d'oeil sur la première. Bizarrement, il avait cru entendre un bruit. Il allait s'approcher pour coller son oreille sur celle-ci histoire de vérifier ce qu'il avait entendu, quand la porte s'ouvrit à la volée laissant apparaitre quelqu'un. En premier lieu, il saisit son arme et la brandit devant lui prêt à tirer jusqu'à ce qu'il se rend compte que la jolie blonde devant lui n'était pas un Zack, mais humaine comme lui. Les bruits qui avaient l'air de gravir les marches se rapprochaient dangereusement, des grognements et de râles, le genre super rassurant quand on c'est ce que c'est. La jeune femme lui confirma que ce n'était pas la peine de passer par là. Vu le système d'ouverture de porte, il était inutile de la fermer, en s'agglutinant contre celle-ci, ils actionneront la barre qui ouvrira la porte. Fichu système d'ouverture à la con ! "C'est super sympa de faire venir tes petits copains avec toi !" lança ironiquement Javik en commençant à partir à l'opposé vers l'autre porte.

Cette porte pouvait être leur salut, les zombies ne pourront pas l'ouvrir, enfin en logique et en espérant qu'il n'y en ait pas de l'autre côté. "L'autre porte ! Vite !" indiqua l'ancien braqueur en détalant vers celle-ci. Quand, ils arrivèrent au niveau de la porte et qu'il testa si elle était fermée, il constata que ce fut un nouvel échec. De l'autre côté du toit, des Zack commençaient à faire leur apparition du même endroit où la jeune femme était sortie ! "Eh merde ! S'il approche, bute-les ! Je vais crocheter la serrure !" indiqua-t-il. Ok, le crochetage de serrure n'a jamais été son point fort. Oui, il a braqué des banques et donc ouvert des coffres, mais l'ouverture des coffres ce n'était pas son boulot et d'ailleurs, le plus souvent c'est la perceuse thermique qui s'occupait du boulot. Toutefois, ça lui est arrivé d'entrer par effraction dans des maisons, mais ça remonte à l'époque où il a fui ses parents. Qu'importe, vu la situation, c'est ça, mourir en se faisant dévorer ou repartir par l'échelle et il n'est pas sûr que la voie soit libre.

Type d'action Javik tente de crocheter la serrure pour ouvrir la porte.


Le jeune homme n'est pas du genre à stresser, mais là, avec le fil de fer qu'il avait trouvé, il se pressait et croisait presque les doigts pour parvenir à ouvrir cette fichu porte. Finalement, le déclic qu'il voulait entendre se fit et la porte s'ouvrit. Javik fut presque surpris d'être parvenu à le faire. Cela remontait à tellement longtemps le crochetage de porte qu'il avait du mal à croire qu'il savait encore faire ça. Il faut croire que c'est comme le vélo et que ça ne s'oublie pas. "C'est ouvert !" indiqua-t-il en passant la porte et la tenant ouverte pour la jeune femme avant de la refermer. Les zombies n'étaient qu'à quelques mètres, mais maintenant, ils n'ont plus à s'inquiéter d'eux. La porte ne peut s'ouvrir que de l'intérieur. Dans la précipitation, il n'avait pas regardé s'il y avait du monde dans l'escalier, mais celui-ci était vide et silencieux. A priori, ils devraient être au calme. Jav' se tourna vers la blonde pour lui parler. "On peut dire que tu sais faire tes entrées Blondie !" Pourquoi ne pas lui donner un surnom ? Et puis c'était mieux que de ne pas l'appeler du tout. Après ça, il commença à descendre les marches tout en pointant son arme devant lui si jamais il devait réagir très vite. "J'espère pour toi que tu ne vas pas attirer d'autres morts... Parce que si tu le fais, là, on a plus d'issue !" rappela le jeune homme.

Points de vie restants : 26/26
   Munitions restantes : 20/50
   Gains des fouilles :  /
   Endroit où je me trouve :  Sur le toit du centre commercial
   Endroit où se trouvent mes ennemis : ... Dans la cage d'escalier du toit du centre commercial

_________________
In the deep
Les règles morales sont, chez l'être doué de raison, l'équivalent pratique des règles de l'instinct. Seules elles permettent la survie.
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr



Dernière édition par Javik Lawson le Lun 19 Jan - 21:50, édité 4 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 26
Messages : 5602
Membre du mois : 0
J'ai : 29 ans
Je suis incarné(e) par : Bob Morley
Crédit(s) : Nono
Je suis un(e) : Lucky Luke
Mes hauts faits :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Dim 18 Jan - 22:33

Le membre 'Javik Lawson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé Action' : 6
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Sam 31 Jan - 13:22

Hj:
 

Sur le moment, je n'avais pas pensé à la porte derrière moi, le fait qu'ils pouvaient l'ouvrir sans problème. Tout un groupe arrivait, même s'ils étaient assez lents, bientôt, ils arriveraient sur le toit. Je ne m'étais pas posé la question de bloquer cette satané porte, car j'aurais déjà été loin d'après moi. Je ne voulais pas m'attarder plus que cela sur le toit, seulement, en présence d'une autre personne, je ne pouvais pas faire autre chose que de m'assurer de la dangerosité de l'homme que j'avais en face de moi. Qu'est-ce que j'avais déjà pu dire à Pelleas ? Que je préférais avoir affaire aux zombies plutôt qu'à l'homme ? Dans cette situation, je ne pensais pas que je m'en sortirais si je rebroussais chemin, en revanche, je ne savais toujours pas qui j'avais en face de moi. Son visage me disait fort bien quelque chose. Je l'avais déjà observé à l'œuvre, si je puis dire, et cela m'en disait déjà bien long sur ce personnage. Je n'avais pas envie de me battre, non pas que je ne voulais pas le blesser, sa santé m'importait peu, mais disons qu'au vu de la situation, j'aurais préféré partir et le laisser derrière moi. Que nos chemins ne se croisent plus jamais. Ma phrase vola dans l'air avant même que je n'ai pu bien réfléchir à mes mots. Ma main tenait toujours fermement mon couteau, mon sourcil s'arqua légèrement en entendant ses mots. Il faisait vraiment de l'humour, là ? Comme si je savais qu'il allait être présent sur le toit.

« Oh, mais si tu veux, je peux te laisser jouer avec eux. » répondis-je, presque sur le même ton que lui, mais avec un peu plus de poigne et d'agressivité. Comme si j'avais eu le choix, et ce n'était pas moi qui avais inventé ces portes d'évacuation qu'on ne pouvait pas fermer si on n'avait pas la clé. Je n'avais pas le temps de dire autre chose, ou de faire un quelconque mouvement, je l'entendis brailler et courir. Ma tête se tourna aussitôt, et du coin de l'œil, je vis la porte s'ouvrir. Mon sang ne fit qu'un tour, mon cœur s'accéléra et mes jambes étaient déjà en train de s'activer avant que mon regard se pose sur l'homme qui se dirigeait vers la porte opposée. Je le rejoignis rapidement, constatant en même temps que la porte était verrouillée. J'eus l'air surpris alors qu'il me donnait un ordre, il pensait quoi ? Que j'allais les laisser venir à nous peut-être ? Je ne m'étais pas sortie du pétrin pour mourir avec un inconnu. « Surtout prends ton temps, ils ne sont qu'à quelques mètres. » répliquais-je, un poil sarcastique alors que j'étais posté à côté de lui, étant face aux zombies qui rappliquaient. Je ne voulais pas me mettre derrière lui, j'étais loin de savoir quelles intentions il avait et je ne pouvais lui faire confiance. Je gardais toujours mon couteau, au cas où je devais m'en servir, mais je préférais le garder. Par chance, il réussit à ouvrir la porte et je le suivis aussitôt à l'intérieur, ne me demandant pas si la proximité pouvait m'être fatale. C'était un choix, soit partir avec l'homme, soit les zombies qui arrivaient sur nous, a même pas deux mètres lorsque nous refermions la porte. Je m'écartais alors, laissant une distance raisonnable entre nous alors que je le fusille du regard à l'écoute du surnom qu'il me donne.

« En plus d'être un amateur, tu essaies de faire de l'humour ? Ne m'appelle plus jamais comme ça. » C'était, on pouvait le dire, non-négociable. Il passa devant, et c'est là que je vis son arme qu'il pointa au fur et à mesure qu'il descendait. J'étais déjà en train de me dire que, finalement, la proximité valait peut-être mieux, si je voulais le désarmer rapidement. Je le suivis alors, rattrapant la distance entre lui et moi. Je lâchais un demi-sourire, était-il toujours comme cela ? Un poil agaçant ? Pour le moment, j'étais obligée d'être avec lui, et j'espérais qu'il n'allait pas sortir un truc du genre toutes les deux minutes. Je ne le regarde pas, j'observe aussi les escaliers, attentive. « C'est toi qui vas les attirer si tu la fermes pas un peu. Contente-toi d'avancer en silence pour que l'on puisse justement sortir de ce chemin sans issue. » Je le suivais toujours, ne prenant pas les devants pour pouvoir le surveiller. Nous tournions pour tomber de nouveau sur un escalier, et une porte au bout. Je m'arrêtais, posais mes yeux sur lui. « Tu as l'air plus doué que moi pour les portes, je t'en prie. » En vérité, ce n'était pas tout à fait vrai, mais s'il avait l'air si sûr de lui, si agaçant, qu'il aille donc faire l'essai d'ouvrir cette porte. Je n'entendais rien, pas de rugissement, rien. Donc j'imaginais qu'il ne pouvait pas y avoir grand monde de l'autre côté. Il ne risquait donc pas grand-chose finalement.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Sam 31 Jan - 14:43

Heureusement que le passé criminel de Javik est utile contrairement à certain survivant qui n'ont aucune compétence qui puisse servir. Le fait qu'il est déjà crocheté des serrures pour voler des magasins où des caisses, c'était presque du pain béni pour lui aujourd'hui. Il est vrai que c'était loin d'être son domaine favori et qu'il y a bien longtemps qu'il n'avait pas fait ça. Mais c'est un peu comme le vélo, ça ne s'oublie pas ! Avec de la concentration, car oui, il en faut quand on sait qu'un petit groupe de mort cannibale arrivent, la porte c'est ouverte. Ce n'est pas cette fille qui serait parvenue à faire ce qu'elle a fait. D'ailleurs, heureusement qu'il n'avait pas perdu patiente quand elle lui avait dit à sa manière de se dépêcher. Vous savez quoi, Javik à une sainte horreur qu'on lui donne des ordres. La situation lui avait imposé de ne pas prêter trop attention à ce qu'elle avait pu dire.

Bref, les voilà sauvés et hors de danger pour un petit moment, du moins il faut l'espérer. La porte ne s'ouvrira pas de l'extérieur, pas si du côté intérieur, un petit boutonnio n'est pas enclenché. En refermant la porte, Javik vérifia bien que ce petit bouton ne soit pas enclenché, on ne sait jamais qu'un zombie se prenne pour un Vélociraptor et apprenne d'un coup à ouvrir les portes. LA jeune femme n'avait pas l'air d'apprécier le nom que lui donnait le jeune homme. En même temps, elle aurait préféré quoi ? Qu'il l'appelle "Madame" ou "toi" ? Sincèrement, Blondie c'était beaucoup plus sympa. Par contre, il n'était pas d'accord sur le fait qu'elle le prenne pour un amateur. Mine de rien, la porte n'a pas résisté très longtemps au braqueur et elle n'aurait surement pas fait mieux. "Hey, ma jolie ! Ne me traite pas d'amateur ok ! A ce que je sache, j'ai ouvert cette putain de porte et on est encore vivant. Estime toi chanceuse d'être tombé sur un type qui sait comment crocheter une serrure et avec du matériel rudimentaire en plus de ça !" rétorqua-t-il comme le bon macho qu'il peut-être quand il en a envie. Oh oui, il devait passer pour le roi des connards avec sa manière de faire, d'agir et son franc parlé pas toujours très sympathique. Quant au surnom qu'il lui avait donné, il n'avait pas l'intention d'en trouver un autre, elle n'aura qu'à lui donner son prénom... Quoi que même en connaissant son prénom, il est capable de l'appeler encore "Blondie" juste pour l’embêter.

Ne voyant aucun intérêt à rester en haut de cette cage d'escalier, il commença à descendre les marches sans même prévenir la jeune femme. De toute manière, elle allait faire comme lui. Pour l'heure, l'endroit était calme et silencieux, hormis les râles et grognement des zombies qui se pressaient derrière la porte qu'ils ont refermé. Ajoutant une autre réflexion bien placée, il eut le droit à une réponse qui lui arracha un petit sourire amusé. Au moins, elle a du répondant, ça risque d'être plus amusant que prévu cette sortie au centre commercial. Cette fois-ci, il ne donna pas de réponse et continua d'avancer pour ne pas tarder à se retrouver en bas des escaliers. Une porte s'offrait à eux. Le jeune homme est presque sûr qu'elle donne sûr qu'elle donne sur un couloir de service passant derrière les magasins du centre. Le genre d'endroit réservé au personnel et non pas au client. En général, il faut une clef ou un badge pour entrer dans ce genre de couloir, ce qui voudrait dire qu'il ne doit pas y avoir beaucoup de mort ambulant par-là, du moins... en théorie. La blonde s'empressa de proposer au braqueur d'ouvrir la porte. Il tourna un regard légèrement amusé vers elle et se retourna vers son objectif. Dans un premier temps, il colla son oreille sur la porte afin de pouvoir distinguer si oui ou non, il y a du bruit derrière. Le silence total pour le moment. Puis, il posa sa main sur la poignée de porte et appuya dessus pour l'ouvrir et magie... elle s'ouvrit. "Tu viens de louper ton instant de gloire, Blondie ! Tu aurais pu ouvrir la porte !" lança-t-il avec un air narquois avant de se retrouver dans le couloir. L'endroit était sombre, de la lumière perçait par quelques petites fenêtre se trouvant en haut des murs. Au moins, ça leur permettait d'y voir un minimum sans se déplacer à tâtons en touchant les murs. Le jeune homme regretta de ne pas avoir de lampe de poche pour y voir un peu plus. Une fois de plus, il se remit en marche, avançant dans le couloir, son arme prête à agir si besoin. Parfois, il croisait des portes avec des noms de magasin, se devait être l'accès de la réserve. Il en testa plusieurs, mais toujours verrouillé. Il aurait pu rejouer son tour de passe-passe, mais il n'avait pas envie de se fatiguer à crocheter la porte d'un magasin de fringue bien connu. "Par où, tu es entrée tout à l'heure ?" demanda le jeune homme. Après tout, elle était sortie par le toit, ce qui impliquait qu'elle était entrée d'une manière ou d'une autre dans le centre commercial. "Et ou est-ce que tu étais quand tu t'es fait repérer ? Avec un peu de chance, il n'y a plus de saloperie dans ce coin-là !" imagina-t-il vu qu'elle avait été poursuivie par les Zack.

Points de vie restants : 26/26
Munitions restantes : 20/50
Gains des fouilles : /
Endroit où je me trouve : Sur le toit du centre commercial
Endroit où se trouvent mes ennemis : ... Dans la cage d'escalier du toit du centre commercial
[/quote]

_________________
In the deep
Les règles morales sont, chez l'être doué de raison, l'équivalent pratique des règles de l'instinct. Seules elles permettent la survie.
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr

avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 26
Messages : 5602
Membre du mois : 0
J'ai : 29 ans
Je suis incarné(e) par : Bob Morley
Crédit(s) : Nono
Je suis un(e) : Lucky Luke
Mes hauts faits :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Dim 1 Fév - 16:21


A ma remarque, il se défend, le contraire m'aurait vraiment surprise vu qu'il a un don inné pour la réplique, ainsi qu'un brin de légèreté mal placée. Bref, je n'étais pas là pour le juger, mais plutôt le jauger et que je puisse survivre à cette situation qui s'avérait de plus en plus merdique. Soyons assez clair, le fait de l'avoir à mes côtés ne me plaisait guère, tout comme le fait qu'on se retrouve de nouveau à l'intérieur du bâtiment. Si jamais on se retapait une autre horde que celle dont j'avais réchappé, on était vraiment mal barré. Mais pour l'instant, alors que nous étions apparemment seuls dans les escaliers, je me contentais d'être prudente et méfiante vis-à-vis de lui. J'avais vu comment il pouvait être, alors je préférais vraiment qu'il reste calme, quitte à ce qu'il garde son impudence, cela m'allait. Je m'abstins de lui répondre, de lui dire qu'elle aussi savait parfaitement crocheter les serrures, qu'elle aurait aussi été tout à fait capable de s'échapper du toit grâce à mes capacités acquises. Je le laissais donc croire qu'il m'avait sauvé la vie, si cela lui faisait vraiment plaisir. Je m'abstins également de le remercier ou de le féliciter, et puis, nous avions autre chose à faire, une autre menace à prendre en compte.

Actuellement devant une autre porte, celle qui donne certainement sur un autre problème, même si je n'entendais rien par-delà. Il y aurait forcément des zombies qui traînent, autant être rapide et que je puisse reprendre le chemin du retour et pouvoir un peu plus respirer alors que je serais de nouveau seule. C'était étrange, cette situation me rappelait fort bien les missions d'infiltration, toujours sur le qui-vive, faire attention au moindre mouvement de son adversaire. L'adversaire ? C'était cet homme. Je l'avais toujours dans mon champ de vision, je faisais tout pour en tout cas. C'était peut-être un peu pour cela aussi que je l'avais invité à ouvrir la porte, et toujours pour lui faire croire que je ne savais pas me débrouiller. Il me répondit, comme à son habitude, après avoir ouvert la porte. Je m'approche de lui, ma paume de main se positionne sur son torse et je le pousse légèrement contre le chambranle. « Pour t'éviter une éventuelle blessure totalement involontaire de ma part, je m'appelle Emily, alors fait en sorte de t'en souvenir lorsque tu voudras une nouvelle fois m'appeler. » Ton sec et clair, mes yeux ne le fusillaient pas, bien au contraire, ils transmettaient un certain calme. Au moins, il avait mon prénom, aussi cela lui suffira-t-il pour que ce surnom ne passe plus jamais entre ses lèvres. Je le laisse passer devant, le suivant toujours alors que j'observais les lieux. Mes yeux n'avaient pas de mal à s'habituer à l'obscurité, mais cela m'empêchait d'être un peu plus décontracté. Je ne voulais pas qu'un zombie me surprenne, je ne sais guère si ce « partenaire » m'aiderait. Tandis qu'il testait plusieurs portes, je me contentais de rester à quelques mètres derrière, mes yeux scrutaient les recoins les plus sombres, mais le calme régnait en maître.

« Par l'arrière, du côté des entrepôts. » Je ne suis pas sûre que la suite de ma réponse le satisfasse vraiment. « J'étais dans un rayon, un grand nombre à dû me suivre, mais je ne peux pas affirmer que l'endroit est vide à présent. Je pense que le mieux, c'est de trouver une fenêtre et de se barrer, c'est beaucoup plus facile de péter une vitre que d'essayer d'ouvrir des portes closes avec peut-être notre mort de l'autre côté. » Je suggérais qu'on sorte très vite, mais aussi que l'on prenne une sortie qu'on soit sûre de pouvoir franchir. J'observais les petites fenêtres en haut des murs, vraisemblablement, dans une situation critique, on aurait pu tout simplement emprunter ce chemin, mais pour l'heure, nous étions encore maîtres de la situation. Tout pouvait basculer, et en cruel manque d'informations, notamment sur le bâtiment en lui-même, où était positionner toutes les sorties, le plan en somme. Nous ne pouvions pas nous permettre un faux pas, sinon ce centre commercial sera notre tombe. Et, franchement, je ne voulais pas vivre mes derniers instants avec cet homme.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Dim 1 Fév - 22:56


Le petit surnom que le jeune homme avait donné à sa partenaire du moment ne semblait pas être apprécié. Ce ne fut pas difficile à comprendre quand la deuxième fois qu'il l'appela "Blondie", elle vint le pousser gentiment en posant sa main sur son torse. Si c'était fait pour l'impressionner, c'est dommage, car ça ne marcha pas. Javik est loin d'être le genre de mec qu'on peut impressionner de cette manière. En fait, ceci l'amusa d'avantages et il afficha même un sourire amusé. C'est une tête brulé notre braqueur, il en a vu des biens pires... non, il a déjà vu pire et il ne craint pas de se faire tabasser. Mais au moins, il apprit le nom de la jeune femme : Emily. Dommage, il aimait bien le petit surnom qu'il lui avait donné. "Pas besoin de t'énerver... Emily ! C'est pas comme si on avait eu le temps de faire les présentations," remarqua-t-il en se montrant absolument pas intimidé par ses manières. D'ailleurs, il attrapa sa main et la repoussa avec une certaine nonchalance avant de passer devant. Sauf qu'il s'arrêta après avoir fait deux pas et se retourna vers elle, avant de dire : "C'est dommage, j'aimais bien Blondie !" C'était une manière de la narguer ou de montrer qu'il n'avait peur de rien. Si elle veut le gifler où autre, qu'elle le fasse ça ne lui fait pas peur. Puis, il reprit sa route, avançant dans le sombre couloir.

Emily, répondit à sa question concernant l'endroit par où elle était entrée. Pour le moment, ils ne sont pas prêts de trouver un coin comme celui-ci. C'est surement à l'autre bout du centre commercial, du côté du supermarché. Au passage, il apprit qu'elle voulait déjà partir. Quoi ! Maintenant ? Il tourna sa tête vers elle en haussant un sourcil un peu surpris. Dommage pour elle, il ne compte pas s'en aller alors qu'il vient à peine d'arriver. Jav' est bien conscient du danger, mais avoir fait tout ce chemin pour rien, ça serait vraiment trop bête de repartir sans quelque chose. "Il ne reste plus qu'à espérer qu'il y en ait beaucoup qui t’ais suivi tout à l'heure !" informa le braqueur. Puis, il s’arrêta devant une porte qui portait le nom d'un restaurant, du moins c'est ce qu'il imagine vu que ça avait l'air d'être de l'Italien. Une pizzeria ou quelque chose dans ce style-là. Avec un peu de chance, il peut trouver de la nourriture, des boites ou pourquoi pas des pâtes. Si ses souvenirs sont bons, c'est une chaine des restaurations et les pâtes ne sont pas des pâtes fraiches. "Tu fais ce que tu veux, mais moi, je suis venu ici pour repartir avec pleins de choses !"

Une seconde plus tard, sa main actionnait la poignée de la porte et celle-ci n'était pas verrouillée. C'est une bonne chose ! Le jeune homme entra sans faire de bruit et observa les lieux, pour le moment, il n'y avait personne. C'était un peu le bordel, des étagères étaient sur le sol, il y avait même un cadavre avec le crâne explosés en train de pourrir. Ne perdant pas de temps, il se mit en quête de trouver de la nourriture en fouillant directement dans les placards.

Type d'action Javik fouille les placards à la recherche de nouriture


Malheureusement, la fouille ne donna pas grand-chose, juste des boites vides ou éventrés n'inspirant pas vraiment confiance au jeune homme. Ce n'est pas pour autant qu'il allait se décourager. Sauf qu'il fut interrompu par l'arrivée imprévue d'un Zack. Il devait se trouver dans la pièce juste à côté qui doit être la cuisine. Pourquoi penser à la cuisine ? Peut-être car il a encore un tablier blanc... enfin blanc disons plutôt cramoisi de sang séché et pourri... la couleur est à présent plus jaunâtre et marronnasse que blanc. Le jeune homme sortit son marteau qui se trouve en général toujours à sa ceinture. Pour un mort, pas besoin d'avertir tous les autres en utilisant son fusil. Il se mit en position d'attaque, attendant qu'il se rapproche pour l'avoir plus facilement et surtout évité de sa fatiguer pour rien.

Points de vie restants : 26/26
  Munitions restantes : 20/50
  Gains des fouilles :  /
  Endroit où je me trouve :  Dans la réserve d'un restaurant italien du centre commercial
  Endroit où se trouvent mes ennemis : 1 Zombie dans la même pièce que moi

_________________
In the deep
Les règles morales sont, chez l'être doué de raison, l'équivalent pratique des règles de l'instinct. Seules elles permettent la survie.
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr



Dernière édition par Javik Lawson le Dim 1 Fév - 23:02, édité 1 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 26
Messages : 5602
Membre du mois : 0
J'ai : 29 ans
Je suis incarné(e) par : Bob Morley
Crédit(s) : Nono
Je suis un(e) : Lucky Luke
Mes hauts faits :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Dim 1 Fév - 22:56

Le membre 'Javik Lawson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Sam 7 Mar - 12:12


Il était d'une nonchalance certaine et il était loin d'être facile à intimider. Je ne cherchais pas la peur dans ses yeux, dans ce nouveau monde, il y a des gens qui savent très bien s'adapter et cet homme en faisait certainement partie. Je ne savais en revanche s'il était digne de confiance ou s'il avait de la lâcheté en lui. L'altruisme ne s'apprend pas, il est inné, inscrit dans nos gênes. Il l'est pour ma part, mais jusqu'à un certain degré. Alors il repousse ma main, comme si cela ne l'avait absolument pas atteint, mais au moins avait-il prononcé mon prénom et non ce surnom débile. Je n'étais pas là pour jouer, nous risquions notre vie, ma vie, à chaque instant. Et j'étais loin de vouloir mettre ma vie entre ses mains, non merci. Il passa donc devant, avant de faire une dernière remarque plutôt puérile, et je me demandais comment il avait bien fait pour survivre tout ce temps. ET s'il avait un groupe, comment les gens faisaient pour le supporter sincèrement ? J'étais assez simple comme femme, on me laissait tranquille, tout allait bien, on me marchait sur les pieds, se mettait en travers de mon chemin, je passais à l'offensive. Quoiqu'il en soit, je ne relevais pas, parce que cela n'en valait pas la peine. Et puis qui sait ? Ne le reverrais-je peut-être jamais.

Je lui suggérais une porte de sortie, histoire de ne pas encore se foutre dans une situation critique et brûler de l'énergie pour rien. Je me serais déjà enfuit bien loin s'il n'avait pas été sur mon chemin. En observant son visage lorsqu'il se retourna, je lus instantanément, avant qu'un mot ne sorte de sa bouche, qu'il avait l'air de ne pas du tout vouloir partir de cet endroit. Je lui avais déjà dit que je ne savais combien il y avait de zombies à l'intérieur, ni même combien m'avait suivi. Risquerai-je ma vie pour lui ? Absolument pas. J'entends ses mots, sa phrase, alors qu'il semble déterminer à continuer, avant qu'il ouvre la porte presque aussitôt. Je restais derrière lui, silencieuse, alors que mon regard ne le quittait pas. Je m'avançais jusqu'au chambranle et m'arrêtais pour seulement pouvoir observer les lieux. Le gros bazar, ça c'était sûr, mais on ne trouvait plus des magasins, ni même des bâtiments quels qu'ils soient bien propres et bien carrés. Il y avait toujours quelque chose qui nous rappelait à la réalité, à ce chaos qui nous avait touchés. En soi, j'étais d'accord avec lui, j'étais venue chercher de la nourriture, mais pas au péril de ma vie. J'étais assez lucide pour comprendre ça, peut-être pas pour Javik. Il était peut-être trop impulsif, pas assez réfléchi. Et puis soudain, je le vois avant de l'entendre. Un mouvement, puis un grognement. Je jure entre mes lèvres, ne réfléchissant pas et m'avançant vers lui presque aussitôt. J'aurais pu laisser faire Javik, mais c'était un réflexe, l'instinct. Mes doigts s'enroulèrent autour du manche d'un de mes couteaux sur mon ceinturon avant de balancer mon bras vers l'arrière et de frapper l'air d'un mouvement calculé et fluide. Je l'avais fait tant de fois...

Type d'action Je lance mon couteau ciblant la tête du zombie (bonus compétence)

Et aller savoir, parfois ça rate, c’était mon cas. Mon couteau se loge dans son épaule, ne l’affectant absolument pas. Peut-être seulement un petit mouvement de recul, mais rien de plus. Allez, vas-y mon cher partenaire, trou lui la tête qu’on en finisse et que tu puisses encore ouvrir ta gueule concernant mon tire. Cependant, je reste sur le qui-vive, empoignant mon poignard cette fois-ci, me préparant au corps à corps s’il le fallait. Espérons seulement qu’il était le seul zombie dans ce resto.


Points de vie restants : 30/30
Munitions restantes : 0
Gains des fouilles : Rien.
Endroit où je me trouve :  Réserve d’un resto italien du centre commercial
Endroit où se trouvent mes ennemis : Un zombie dans la même pièce


Dernière édition par Emily Ayleward le Sam 7 Mar - 12:15, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Sam 7 Mar - 12:12

Le membre 'Emily Ayleward' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Arme Blanche' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Sam 7 Mar - 15:40


Bon, rester était peut-être une mauvaise idée. Cette fille avait certainement raison en lui disant qu'il vaut mieux partir. Sauf que si elle est ici depuis un moment, lui vient juste d'arriver. Il se trouve qu'il n'a pas envie d'avoir fait tout ce chemin pour devoir repartir à cause d'une idiote qui attire les zombies comme des aimants. De toute manière, rien ne l'oblige de rester, ce n'est pas comme si elle faisait partie du même groupe que Javik ou qu'il se connaissait. Pour l'heure, il pense surtout à lui et un tout petit peu à son groupe qui aimerait probablement voir de la nourriture. Dans le fond, s'il veut à tout pris ramener des choses, c'est pour passer pour un héros, non pas que ce rôle lui aille vraiment bien. Mais jusque-là, on le voit encore comme le type qui a failli les piller. Alors, si tout le monde pouvait changer d'opinion sur lui ou arrêter de le regarder avec un air méfiant, c'est une chose qu'il aimerait. Se sentir épié toute la journée... c'est assez insupportable. Vous vous imaginez aller pisser et avoir toujours l'impression qu'on est en train de vous observer ? C'est tout simplement désagréable.

C'est sans se soucier de sa propre vie qu'il ouvrit la porte pour entrer dans ce qui restait de ce restaurant Italien. Oui, c'était dangereux, il pourrait très bien y avoir une colonie de zombie, mais peu-importe, les risques ne font pas peur aux jeunes hommes. Ceci vient surement du fait qu'avant tout ça, il risquait volontairement sa vie en braquant des banques. Combien de fois aurait-il pu se faire tuer en se prenant une balle ? Il aurait pu se faire attraper et se retrouver en prison et peut-être même dans le couloir de la mort selon l'état dans lequel on l'aurait attrapé. Finalement, les morts sont moins effrayants que les flics ou les agents du SWAT. Sans plus tarder, il se mit à fouiller, ignorant Emily du moins jusqu'à ce qu'un de ces clown de Zack n'arrive pour s'inviter à la fête. Un seul zombie ce n'est rien, il pourra facilement s'en débarrasser, mais voilà que la Blondie arrive et lance un couteau qui vient misérablement se planter dans l'épaule du mort. Heu...c'était censé l'impression ce geste ? Nan, car si c'était ça, franchement, elle venait de se louper en beauté. Mais vous savez quoi, il ne va pas lui en tenir rigueur, parfois, ça lui arrive à lui aussi de ne pas parvenir à éliminer une de ces choses du premier coup. La vie ne les habites peut-être plus, mais il reste tenace et résistant. On dirait bien que c'est au tour de Javik de jouer...

Type d'action Javik attaque le Zack avec son marteau


La patience du jeune homme n'étant pas vraiment à son maximum aujourd'hui, il décida de ne pas attendre que le monstre soit totalement à porter. Il décida de lui sauter dessus le déséquilibrant pour qu'il tombe par terre et là, il lui explosa la boite crânienne à l'aide de plusieurs coups de marteau jusqu'à ce qu'il n'en reste plus rien hormis une bouillie étrange. Autant de violence n'était peut-être pas nécessaire, mais l'ambiance de son groupe le mettait à cran et finalement ce mort vivant venait de servir de défouloir malgré lui. Au passage, il retira le couteau planté dans l'épaule de celui-ci et l'essuya sur les vêtements du cadavre tout comme son marteau avant de se relever. Le jeune homme se tourna vers Emily et lui tendit l'arme qui était à elle. "Je crois que ça t'appartient !" dit-il très naturellement comme si l'assassinat de ce zombie ne l'avait pas perturbé. "Je ne t'oblige pas à me suivre, mais pour le moment, j'ai l'intention de continuer mon expédition," expliqua-t-il en se déplaçant vers la salle du restaurant. "Mais sache que si tu restes et que je trouve quelque chose, je serai prêt à partager avec toi..." Pourquoi tant de gentillesse ? Quoi que non, ceci n'a rien à voir avec le fait d'être gentil, surtout quand on se trouve face à Javik. Disons qu'elle peut-être utile, elle n'a pas l'air d'avoir froid aux yeux et semble savoir se défendre. Être deux n'est certainement pas de trop.

Points de vie restants : 26/26
 Munitions restantes : 20/50
 Gains des fouilles :  /
 Endroit où je me trouve :  Dans la réserve d'un restaurant italien du centre commercial
 Endroit où se trouvent mes ennemis : //

_________________
In the deep
Les règles morales sont, chez l'être doué de raison, l'équivalent pratique des règles de l'instinct. Seules elles permettent la survie.
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr



Dernière édition par Javik Lawson le Sam 7 Mar - 15:49, édité 1 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 26
Messages : 5602
Membre du mois : 0
J'ai : 29 ans
Je suis incarné(e) par : Bob Morley
Crédit(s) : Nono
Je suis un(e) : Lucky Luke
Mes hauts faits :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Sam 7 Mar - 15:40

Le membre 'Javik Lawson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Arme Blanche' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Dim 15 Mar - 14:30


Parfois, la cible est atteinte en plein milieu, parfois, c'est raté. Quoiqu'il en soit, il reste toujours que la victime est touchée, blessée, ce qui peut la ralentir voire la déséquilibrée un tant soit peu. Avec les zombies, à part les déséquilibrer, si on ne vise pas la tête, il reste encore bien vivant et s'acharne sur vous comme s'il ne s'était rien passé. Et bien, c'était le cas avec mon couteau qui se planta dans son épaule. Il eut un léger recul, mais rien de plus, il s'avançait toujours vers Javik. En soi, en avais-je quelque chose à foutre de ce gars ? Absolument pas, mais j'avais toujours cet entrain à sauver les gens, on m'avait formé pour cela, comment est-ce que je pourrais m'en défaire ? Impossible. Je saisis un autre couteau, mon poignard plus exactement alors que j'observe le zombie, puis Javik. Le souvenir de lui que j'ai en mémoire me conforte dans le fait qu'il va lui exploser la cervelle sans plus attendre. Si j'avais dû parier, j'aurais sans doute gagné, pas pour le fait qu'il tue le zombie, mais pour qu'il le fasse avec une telle agressivité. Une question me trotta dans la tête tout de suite... y prenait-il du plaisir ? Je la laissais de côté alors que je rengaine mon poignard dans mon ceinturon. J'étais totalement imperméable, même si dans ma tête beaucoup de questions s'entrechoquaient et pas beaucoup de réponses à apporter à l'ensemble. Il se releva donc alors que j'avais fait quelque pas avant qu'il ne me tende mon couteau.

« Merci. » ajoutais-je simplement avant de prendre le couteau et de le ranger. « En soi, cela ne me dérange pas, généralement, en groupe on arrive bien plus à s'en sortir... » Je parlais ensuite dans ma barbe « ... quoique ça dépend du dit partenaire en question... » avant de reprendre un ton normal et de lever presque un sourcil aux paroles qu'il avait dites pour finir. « Vraiment ? Ooh, trop aimable. Tu veux quelque chose pour te récompenser d'avoir une once de partage en toi ? » Sarcasme, oui, mais dit avec légèreté. Je savais qu'il n'allait pas le prendre mal, ne me titillait-il pas depuis tout à l'heure ? Je passe devant lui en lui jetant un léger coup d'œil et prends les devants alors que je pénètre dans la cuisine à pas feutrés. Je ne voulais pas attirer d'autres zombies et j'aimerais apercevoir l'un d'eux s'il y en avait encore un dans la pièce. Tout semble calme, je me dirige vers des grands placards, peut-être y aura-t-il quelque chose à l'intérieur.

Type d'action Je fouille les placards.

« Cartouches 9mm, je ne pensais pas trouver ce genre de chose dans une cuisine. Comme quoi tout arrive… » Je retire mon sac et l’ouvre pour y glisser la moitié des cartouches avant de tendre le reste à mon ‘partenaire’. « J’attends de voir si tu me rendras la pareil si tu trouves quelque chose également. Les paroles ne sont jamais bonnes à prendre. » C’était vrai pour la plupart des personnes, mais d’autres en revanche on pouvait avoir toute confiance. Je ne le connaissais pas, mais là au moins, s’il trouvait quelque chose par la suite, je pourrais savoir ce que valent ses paroles. Je balaye du regard la pièce avant que mes yeux ne s’arrêtent à une porte un peu plus loin. « J’imagine qu’elle mène à la salle du resto. Ramène pas d’autres zombies, parce que si tu penses que je les attire, tu n’es pas mal non plus dans le genre. »

Points de vie restants : 30/30
Munitions restantes : 0
Gains des fouilles : 3 cartouches 9mm.
Endroit où je me trouve :  Dans les cuisines d’un resto italien du centre commercial
Endroit où se trouvent mes ennemis : //


Dernière édition par Emily Ayleward le Dim 15 Mar - 14:39, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Dim 15 Mar - 14:30

Le membre 'Emily Ayleward' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Dim 15 Mar - 23:19


Le zombie n'avait pas fait long feu, au moins, il n'a pas perdu la main. Non, car dernièrement quand il s'agissait abattre un de ses enfoirés, ça se passait toujours mal. Certes, son bras gauche avait été blessé par Naomi lors d'un duel, mais ça allait mieux. Seul le muscle avait été touché et n'étant pas une chochotte, il pouvait lever ou baisser le bras sans grimacer. Depuis les quelques semaines ou c'est arrivé, autant dire qu'il n'a plus grand-chose. Alors, la mort de ce Zack c'était un peu comme une victoire pour lui. Ben quoi ! Il faut bien se satisfaire de petites choses de la vie ! Tuer un mort, c'est une bonne chose, ça en fait toujours un de moins sur cette terre. Certes, c'est loin de faire la différence, mais c'est toujours mieux que rien.

Blondie était d'accord pour continuer avec lui pour continuer l'exploration bien qu'elle était réticente au début. Bon, plus on est de fou, plus on rit, c'est ce qu'on dit, non ? Il n'entendit pas ce qu'elle marmonna et franchement ça ne l'intéressait pas. Il admira son sarcasme et lui renvoya un grand sourire tout aussi cynique en lui répondant : "Si tu trouves une médaille en chocolat, t'auras qu'à me la donner pour me féliciter !" Si elle veut jouer à ça, pas de souci, Javik est partant. Vous savez les petites joutes verbales ça passe le temps et en plus de ça c'est marrant. Juste après, il l'observa fouiller les placards de la cuisine. Pour la plupart tous vide ou rempli d'un bordel inutile tel que des assiettes, des plats, des casseroles... Bref, le genre d'ustensile qu'on trouve dans une cuisine de restaurant. Finalement, elle tomba sur le gros lot, des munitions. Le jeune homme leva un sourcil intéressé. Ce n'est pas ici qu'il aurait imaginé trouver ce genre de choses. Elle en prit une partie et donna l'autre à Jav'. Elle a compris les thermes du "contrat" et le respecte, finalement, faire équipe avec elle sera peut-être bénéfique. Il accepte les munitions et les ranges dans les poches de sa veste pour le moment. "Croise les doigts pour que je trouve quelque chose !" murmura-t-il en espérant bien avoir un peu de chance. La cuisine étant fouillée, c'est inutile de rester. Une porte se trouve devant eux, c'est surement celle de la salle du restaurant. Elle lui demanda de ne pas attirer d'autre zombie, c'est une chose qu'il aimerait bien... Le jeune homme s'avança et actionna la poignée.

Type d'action Javik ouvre la porte pour entrer dans la salle du restaurant


La porte s'ouvrit avec un léger grincement ce qui fit serrer les dents du jeune homme. Pourvu qu'il n'y ait pas une saloperie de monstre dans le coin. Sa tête passa doucement la porte et il remarqua bien rapidement qu'il n'y avait pas la moindre trace de mort ambulant. En voilà une bonne nouvelle, pourquoi fois qu'il a de la chance. Son regarda parcourra la salle, de nombreuse tables étaient un peu partout, certaine renversé ou cassé, idem pour les chaises. On dirait qu'un vent de panique à foutu le bordel dans cet endroit.

Type d'action Javik commence à fouiller la salle


Le braqueur s'intéressa au grand comptoir plus loin. Parfois dans ce genre d'endroit, il a de la nourriture exposée pour que les gens consomme plus ou achète pour déguster plus tard des produits un peu plus originaux chez eux. La chance fut avec lui pour une fois, certes le butin n'était pas florissant, mais deux pauvres paquets de pâte italienne de type coquillette, trainaient là. Plutôt maigre comme trouvaille, mais ça peut donner l'occasion d'un repas un peu plus sympa. Il prit l'un des paquets et le tendit à la demoiselle. "Je respecte ma parole, comme prévu !" Il rangea le sien dans son sac et regarda de nouveau la salle. C'est sûr qu'il n'y avait plus rien à trouver ici à présent. "On devrait aller voir ce qu'il y a à côté. Pour le moment, je ne vois rien en dehors," confia-t-il en poussant la porte du restaurant pour se retrouver dans la grande allée du centre commercial.

Points de vie restants : 26/26
Munitions restantes : 20/50
Gains des fouilles : 3 balles de 9mm, un paquet de pâte.
Endroit où je me trouve : Dans l'allée principal du centre commercial
Endroit où se trouvent mes ennemis : //

_________________
In the deep
Les règles morales sont, chez l'être doué de raison, l'équivalent pratique des règles de l'instinct. Seules elles permettent la survie.
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr



Dernière édition par Javik Lawson le Dim 15 Mar - 23:31, édité 1 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 26
Messages : 5602
Membre du mois : 0
J'ai : 29 ans
Je suis incarné(e) par : Bob Morley
Crédit(s) : Nono
Je suis un(e) : Lucky Luke
Mes hauts faits :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Dim 15 Mar - 23:19

Le membre 'Javik Lawson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Mouvement' :


--------------------------------

#2 'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Sam 21 Mar - 15:10


Comme à son habitude, j'aurais pu le parier, il me répond toujours sur ce ton léger et cet humour. Une médaille en chocolat ? Sérieusement, si je trouvais du chocolat, je n'allais pas lui donner, j'allais le bouffer sans même qu'il puisse avoir le temps de me dire quoi que ce soit. Ce serait déjà mâché et ingéré, pour sûr. Peut-être que d'autres aimeront manger d'autres choses, nous avions tous nos péchés mignons, mais à l'heure actuelle, je pense que chaque chose est précieuse, le chocolat encore plus d'après moi, voilà tout. Je gardais cette réplique pour moi, autant ne pas lui dévoiler que je ne partagerais pas cette dite médaille, et puis, je me focalisais sur autre chose désormais. La suite de l'aventure et de la fouille en y mettant un peu plus ma vigilance, puisque Javik avait l'air plutôt rentre dedans. Je prends les devants, prends l'initiative de rentrer dans la cuisine et de faire une trouvaille plutôt peu commune. Je partageais mon butin avec mon dit partenaire et lui faisais la remarque en même temps. J'eus légèrement les yeux qui regardaient vers le haut à sa réponse avant de lui suggérer une autre porte, celle qui menait vers la salle de restaurant. Je le laissais faire les premiers pas et ouvrir la porte, car, sait-on jamais, peut-être y a-t-il encore des clients, zombifiés désormais, dans cette salle. Je n'étais pas pour faire prendre des risques aux autres, j'étais du genre à tout contrôler pour éviter des pertes, car je me disais que j'avais mon expérience derrière moi pour m'aider. Ce que les civils n'avaient pas.

Un léger grincement, puis Javik regarda à l'intérieur avant d'ouvrir totalement la porte. Je le suivis et observais les lieux. Le bazar qui y régnait ne m'atteignait même plus, on ne trouvait plus des endroits bien ordonnés, ou alors, si jamais on en trouvait, là on pouvait voir sur mon visage de la surprise. Javik partit vers le comptoir, je ne le suivis pas, regardant par les grandes fenêtres alors que j'apercevais quelques zombies un peu plus loin. J'évitais de me coller aux vitres, bien entendu, et tourna la tête vers Javik alors qu'il ne revenait pas les mains vides. J'eus comme un air surpris qui passa sur mon visage, comme s'il venait vraiment de me surprendre par le fait d'avoir véritablement trouvé quelque chose. Jusque-là, il avait fait chou blanc. Je prends le paquet de pâtes et le fourrais dans mon sac. « Je vois en effet, espérons que ce ne soit pas le seul acte positif que tu puisses faire. » Puis je le vis ouvrir la porte, après qu'il m'ait dit qu'il n'y avait rien au dehors. Rapidement, j'étais derrière lui et l'avais tiré par le bras pour le bloquer sur le chambranle de porte. « Bordel, mais tu as besoin de lunettes aussi ? » Je m'étais collé à lui pour l'empêcher de s'extirper de ma prise, qui n'était pas du tout pour lui faire mal, mais disons que je voulais simplement lui montrer quelque chose. Mon visage était proche du sien quand ma tête se tourna, juste pour qu'il visualise aussi bien que moi mon pointé de doigt. « Un à onz... là-bas et un autre de ce côté. » J'allais parler en langage militaire, mais je ne voulais pas me dévoiler devant un inconnu. Je tourne la tête pour l'observer de nouveau alors que je me décale. « Je te laisserai pourrir ici si tu n'arrives pas à être un minimum vigilant. Je veux pas mourir ici, c'est clair ? » Mon ton était calme mais néanmoins sec. Je soupirais un grand coup avant d'observer la grande allée, qui était pratiquement vide désormais. « On a de la chance, j'ai fait venir pas mal de zombies avec moi, il y en avait beaucoup plus tout à l'heure dans cette grande allée. Je pense que l'on peut contourner par la gauche et gagner les allées qui nous intéressent. » Je n'aimais généralement jamais prendre les grands chemins tout tracés, nous étions trop repérables.

Type d'action Je me dirige vers la gauche, souhaitant gagner l’allée de gauche.

J’essaie d’être le plus rapide et furtive possible, mais je vois bien qu’un zombie à repérer notre mouvement. J’espère qu’il est le seul. Ayant longé le mur, je m’arrête au coin. Je fais signe à Javik pour le zombie, même si j’imaginais qu’il l’avait déjà vu. « Je pense que le mieux c’est de l’attirer et de le tuer pour éviter qu’il rameute tout le monde. » Je fais une pause, l’observant plus attentivement avant que mon regard ne glisse pour scruter les environs. « A toi l’honneur, tu as tellement aimé ça tout à l’heure… » Une simple remarque, qui pourrait peut-être m’en apprendre un peu plus sur lui s’il tombait dans le panneau, qui sait ?


Points de vie restants : 30/30
Munitions restantes : 0
Gains des fouilles : 3 cartouches 9mm + un paquet de pâtes.
Endroit où je me trouve :  Dans le centre commercial, du côté gauche.
Endroit où se trouvent mes ennemis : Un zombie à deux zones.


Dernière édition par Emily Ayleward le Sam 21 Mar - 15:17, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Sam 21 Mar - 15:10

Le membre 'Emily Ayleward' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Mouvement' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Sam 21 Mar - 23:48


Pour une fois, Javik venait de trouver quelque chose d'utile... enfin de mangeable car si vous trouvez une autre utilitées à un paquet de pâte... il faudra me le faire savoir ! Ah... je vous vois venir, l'éternel collier de pâte... Mouais... permettez-moi de douter en tant que votre narrateur bienfaiteur que ceci puisse repousser un zombie tel un collier d'ail pour un zombie. Mais si d'occasion il vous vient à l'idée de tester ce gri-gri n'oubliez pas de m'appeler pour que je sois au première loge du carnage ! Notre brave braqueur partagea sa trouvaille. Inutile de la rouler, si jamais elle fait une nouvelle trouvaille tout aussi intéressante, il a bien envie d'en avoir la moitié. Oui, c'est une attitude totalement opportuniste, mais c'est ce qu'est Lawson : un connard opportuniste.

La salle du restaurant n'ayant plus rien à offrir à présent, il se presse pour sortir dans l'allée c'est là que Blondie le retient. Merde ! Qu'est-ce qu'elle lui veut ? Elle va surement jouer les mère Theresa en lui demandant de ne pas sortir, car c'est trop dangereux. Tout de suite, elle commence à l'agacer par la présence de deux pauvres zombies. Quoi ? Sérieux ? Il faut qu'il se mette à trembler, qu'il se pisse dessus et qu'il chie dans son froc pour lui faire plaisir ? Ce n'est pas deux morts vivants qui ne pourront jamais battre Usain Bolt qui vont le faire pâlir. Vu la distance qui les sépare, ils ont largement le temps de les tuer ou de partir avant qu'ils ne les rattrapent. Et pour l'heure, aucun d'eux ne les a repérés. Par contre, en l'arrêtant ainsi, elle leur fait prendre des risques idiots. "Ne me dit pas que tu as peur de deux de ses trucs là ? A moins que ton plan était juste de te retrouver plus proche de moi ?" murmura-t-il pour lui faire remarquer la proximité soudaine qu'elle avait mise entre eux. Oui, ça l'amusait malgré la situation. De toute manière, ce n'est pas le style de Javik de paniquer pour un rien. Au cours de sa carrière de braqueur, il avait vu des situations bien pires que celle-là. Imaginez la banque entourée de flic et les agents du SWAT qui commence à donner l'assaut, ça c'est un véritable challenge et une situation qui put ! Rien à voir avec ce qu'il se passe ici dans ce centre commercial désert ou deux pauvres zombies restent là en monde blasé de la vie. Pour montrer son désaccord, elle le menace même de le laisser tomber si besoin, ce qui lui arracha un petit rire silencieux. Si elle n'est pas contente, elle peut partir, il ne la retient pas. "Ne viens pas pleurer maintenant, je ne t'ai jamais obligé à me suivre. Alors, si mes méthodes ne te plaisent pas, tu n'as qu'à partir... Oups... c'est vrai que grâce à toi, notre sortir "principal" est condamné par les zombies !" la nargua-t-il toujours avec un ton assez bas pour ne pas être entendu par les Zack du coin.

Par la suite, elle décide de prendre les devants en disant ou aller. Très bien, on va voir si elle joue si bien les chefs... Elle commence par prendre sur la gauche et Lawson lui emboite le pas. Bien sûr, elle s'était faite repérer par un mort vivant. Comme quoi, elle n'est peut-être pas aussi douée qu'elle veut le prétendre. Bien sûr, elle trouve le moyen de continuer et de lui donner des ordres. Des ordres ? Sérieusement... Des ordres pour Javik Lawson ? Mais pour qui l'a telle prit ? Son larbin ? Jav' n'écoute les ordres de personne et encore moins d'une femme qui se croit plus intelligente que lui, oh ça non. "C'est ton zombie... à toi l'honneur, non ?" répondit simplement Javik avec un sourire narquois qui peut être très agaçant. "Ou on peut continuer et disparaitre avant qu'il ne nous rattrape..." ajouta-t-il en montrant le drugstore se trouvant à quelques mètres d'eux.

Type d'action Javik tente d'entrer dans le drugstore


N'attendant pas plus, il se dirige vers la porte et la pousse... rien ne se passe. Bon sang, l'endroit est verrouillé. Attendez, non ! Des idiots ont bloqués la porte avec des chaines de l'autre côté, en gros impossible d'entrer. Super... En gros c'est perdu pour cet endroit. L'unique moyen d'entrer c'est de casser la vitrine ou de faire le tour par le couloir se trouvant de l'autre côté en passant par le restaurant. Enfin, encore faut-il que la porte arrière du magasin ne soit pas elle aussi fermée.

Type d'action Javik fouille autour de lui


Avec un faible espoir, il regarda autour de lui des fois qu'il trouve la solution miracle. Mais non, il n'y a rien d'utile, juste des vieux prospectus et des tâches de sang, en soit rien qui ne sera utile. Reste toujours la possibilité de tuer le zombie ou de continuer plus loin, il n'est pas trop tard.

Points de vie restants : 26/26
Munitions restantes : 20/50
Gains des fouilles : 3 balles de 9mm, un paquet de pâte.
Endroit où je me trouve :  Dans l'allée sur la gauche
Endroit où se trouvent mes ennemis : a 2 zone

_________________
In the deep
Les règles morales sont, chez l'être doué de raison, l'équivalent pratique des règles de l'instinct. Seules elles permettent la survie.
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr



Dernière édition par Javik Lawson le Sam 21 Mar - 23:57, édité 1 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 26
Messages : 5602
Membre du mois : 0
J'ai : 29 ans
Je suis incarné(e) par : Bob Morley
Crédit(s) : Nono
Je suis un(e) : Lucky Luke
Mes hauts faits :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Sam 21 Mar - 23:48

Le membre 'Javik Lawson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Mouvement' :


--------------------------------

#2 'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Sam 28 Mar - 19:25


Décidément, il n'avait pas l'air de comprendre tout à fait. Peut-être n'avait-il pas erré assez longtemps comme j'avais pu le faire. Ce n'est pas deux zombies qui me font peur non, mais deux zombies qui peuvent potentiellement appeler leur pote. N'y avait-il aucun cerveau dans son stupide crâne ? Je laissais de côté ma réplique, qui consistait à lui donner un conseil et une leçon par la même occasion, mais il n'en vaut pas la peine. De plus, ce fut ses mots prononcés peu après qui me firent me reculer, l'observant d'un regard étrange. « Je ne suis pas intéressée par les hommes. » Aucune réflexion, je n'ai pas tourné ma langue sept fois dans ma bouche avant de répondre. C'était instinctif. Je lui avais menti ouvertement, mais au moins cela le repousserait si jamais il avait eu dans l'idée qu'il pourrait se faire une bonne partie de jambes en l'air. Et de toute façon, depuis la mort de mes enfants et de mon mari, je ne regardais plus la beauté des hommes, ce n'était pas mon objectif premier. Je ne recherchais pas le bonheur ni l'amour. Non, je ne faisais que survivre, c'est tout.

« Pleurer ? Tu me vois pleurer peut-être ? Non, je ne fais qu'expliquer les faits et te tenir au courant. Et tu n'es pas très observateur... j'ai déjà pu trouver plusieurs sorties. » Ce qui était vrai, et franchement, si les choses se gâtent, qu'il me suive ou non durant ma fuite, j'irais jusqu'au bout de mon échappatoire. Il commençait sérieusement à me taper sur le système. Mais désormais arrivée au coin, je ne pouvais pas faire marche arrière, surtout que j'avais attiré un zombie. Je lui indiquais qu'il pouvait tout à fait le faire lui-même, mais il me renvoya l'ascenseur. Un air de lassitude passa sur mon visage en plus de l'exaspération qu'on pouvait aussi lire sur mes traits. Puis il m'indique un drugstore, je décide de le suivre, mais c'est l'échec total. « Très bien, le génie, tu as une autre idée formidable ? » répliquais-je, toujours le ton assez bas. Je me retourne alors que je vois le zombie proche de nous, trop proche d'après moi. Je décide alors d'entreprendre de le tuer alors que ma main possède déjà mon poignard.

Type d'action Je fonce sur le zombie.

Croyez-le ou non, j'étais positive quant à lui briser le crâne. Sauf qu'au dernier moment, le zombie perd l'équilibre sur quelque chose et dérive vers l'avant. Impossible pour moi de lui assener un coup, je me protège en mettant mon avant-bras sur son cou. Il ne va pas m'avoir, oh que non. Pourtant, je sens mes muscles endoloris, mes jambes trembler. J'ai l'impression que je ne vais pas tenir longtemps dans cette position, même si j'arrive présentement à laisser sa mâchoire qui claque à une certaine distance de mon visage, je sens mes muscles se tendre de plus en plus, ma main serrant d'une poigne de fer mon poignard dont je ne peux pas me servir.

Type d'action Je me déplace de quelques allées pour me diriger vers le rayon des boîtes de conserve.





Points de vie restants : 27/30
Munitions restantes : 0
Gains des fouilles : 3 cartouches 9mm + un paquet de pâtes.
Endroit où je me trouve :  Dans le centre commercial, du côté gauche, aux cac avec le zombie.
Endroit où se trouvent mes ennemis : Un zombie à une zone.


Hj:
 


Dernière édition par Emily Ayleward le Sam 28 Mar - 19:31, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Sam 28 Mar - 19:25

Le membre 'Emily Ayleward' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Arme Blanche' :


--------------------------------

#2 'Mouvement' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Sam 28 Mar - 23:33


La jeune femme pensait pouvoir repousser Javik en revendiquant qu'elle n'aimait pas la gente masculine ? Sincèrement ? Javik la regarda en haussant un sourcil avant d'afficher un sourire amusé. Tant mieux pour elle si elle préfère les femmes, ça leur fait un point en commun, non ? La réflexion qu'il avait fait juste avant ne voulait pas pour autant dire qu'il voulait coucher avec elle. C'est juste que Jav' est comme ça. Il aime taquiner les gens et les mettre mal à l'aise.

Leur entente est assez difficile. Elle a l'air de prendre le jeune homme pour un débutant irréfléchi. C'est faux, c'est juste une tête brulé qui n'hésite pas à foncer dans le tas. C'est un impulsif du genre à agir d'abord et parler ensuite. Pour l'heure, deux zombies ne représentaient pas une grande menace. Il ne va pas fuir la queue entre les jambes à cause de leur présence. S'il peut rentrer au camp avec plus qu'un paquet de patte, ça pourrait être une bonne chose. "Oh c'est gentil de me tenir au courant... C'est vrai que j'ai l'air aveugle !" rétorqua-t-il sur un ton sarcastique comme lui seul peut le faire pour vous énerver. Dans son ton, il avait un petit quelque chose qui disait clairement qu'il se fichait pas mal de ce qu'elle pense de lui. "Pour le moment, je n'ai pas envie de sortir !" ajouta-t-il pour lui faire comprendre qu'il s'occupera de ça plus tard.

Le drugstore étant fermé, impossible de pouvoir y faire un tour, à moins de briser une vitre, mais ceci fera trop de bruit. Emily se fit une joie de le rabaisser et partie s'occuper du zombie. Visiblement, elle était dans la merde vue que le mort se tenait au-dessus d'elle, alors qu'elle était sur le sol. Que doit-il faire ? La laisse se faire dévorer ou il venir en aide ? J'ai n'intervient pas tout de suite, peut-être qu'il n'était pas de si bonne humeur que ça aujourd'hui... Il attendait de voir si elle allait réussir à se sauver, mais ça semblait vraiment mal partie. Il finit par soupirer et alla l'aider.

Type d'action Javik attaque le zombie au marteau.


Il étudia rapidement la configuration de ce combat, logiquement, ça ne devrait pas être difficile de le tuer. Quoi que sa tête ne cessant de bouger encore et encore pour tenter de mordre le visage d'Emily, il pouvait le louper à tout moment et frapper la blonde. Oh, ça ne serait surement pas une grosse perte ? Non, inutile de penser à ça. Alors, plutôt que de risquer de tuer sa partenaire du moment, il frappe la colonne du mort, au moins pour que ça le déconcentre et attire son attention sur lui. Vous savez quoi, ça marcha à merveille car il tourna la tête vers lui. Eh oui, regarde petit zombie, tu as de la viande fraiche rien que pour toi. Se désintéressant de la jeune femme, il se relève tandis que le braqueur recule. Oui c'est ça, approche saleté de monstre, Javik t'attend.

Type d'action Javik pousse la porte d'un magasin


Tout se passe très vite, le monstre le suit toujours en claquant sa mâchoire. Oui, il n'a qu'une envie, lui déchiqueter la peau et dévorer ses entrailles. Le temps que la jeune femme se ressaisisse, il continue de reculer, se trouvant contre une porte d'un magasin dont il n'a pas regardé l'enseigne. Il la pousse et laisse la porte ouverte pour que le zombie l'accompagne. C'est dangereux, mais là, a-t-il vraiment le choix ? Au pire, Blondie viendra encore lui dire que c'est un idiot. En attendant, il vient de lui sauver la vie.

Points de vie restants : 26/26
Munitions restantes : 20/50
Gains des fouilles : 3 balles de 9mm, un paquet de pâte.
Endroit où je me trouve :  Dans un magasin
Endroit où se trouvent mes ennemis : au corps à corps

_________________
In the deep
Les règles morales sont, chez l'être doué de raison, l'équivalent pratique des règles de l'instinct. Seules elles permettent la survie.
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr



Dernière édition par Javik Lawson le Sam 28 Mar - 23:44, édité 2 fois
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 26
Messages : 5602
Membre du mois : 0
J'ai : 29 ans
Je suis incarné(e) par : Bob Morley
Crédit(s) : Nono
Je suis un(e) : Lucky Luke
Mes hauts faits :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   Sam 28 Mar - 23:33

Le membre 'Javik Lawson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Arme Blanche' :


--------------------------------

#2 'Mouvement' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Frank West, Chuck Greene, Nick Ramos ? Pourquoi ne sont-ils pas là pour nous sauver ? [Livre I - Terminé]
» SPEED DATING ✤ chuck & nick.
» Le boulangisme politique de Préval
» Des inspecteurs forestiers pour proteger les parcs nationaux
» Retour en Enfer? [Pv Rayquaza]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall of Man :: 
Anciennes zones de jeux
 :: Coaticook et la Route vers le Nord :: Le Centre-ville :: Centre Commercial
-
Sauter vers: