AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Haribo c'est bon la vie, pour les grands et les petits ! [Livre I - Terminé]
MessageSujet: Haribo c'est bon la vie, pour les grands et les petits ! [Livre I - Terminé]   Sam 20 Juin - 16:17


Haribo c'est bon la vie, pour les grands et les petits


Ryan  "le beau gosse" & Laïla "la dévoreuse de Haribo"

Oh putain regardes moi ça ! c’est la caverne d’Alibaba ici ! C’est encore mieux que la chocolaterie de Charlie !. Je sautillais comme une vraie gosse devant le placard rempli de bonbons en tout genre. L’autre percé dans sa tête m’avait envoyé dehors avec Ryan Tannen, chercher de quoi manger. On s’était déplacé sans décrocher le moindre mot, histoire de pas attirer les zombies et se faire bouffer une jambe. J’avais laissé la Sorcière à l’Eglise, et même si elle avait rouspété, elle avait fini par ne pas bouger comme un bon chienchien à sa mémère. Je n’avais pas besoin d’elle et plus on sortait nombreux, plus on prenait de risque. Hors, moi je tenais à la vie. J’étais bien trop jeune et bien trop sexy pour mourir maintenant. J’étais en train de fouiller la cuisine d’une demeure quand j’avais fait cette superbe découverte. Ni une ni deux, j’avais déboulé dans le salon, pris la main du jeune homme pour l’entrainer dans la cuisine sans même lui expliquer. Je nous avais plantés devant le placard, pour lui montrer ma superbe trouvaille. Je m’approchais et fouillais dans les paquets de bonbèques pour voir ce qu’il y avait. Je me ruais sur le sachet de fraises tagada, en l’ouvrant dès que j’eus mis la main dessus. J’en engloutissais une bonne poignée, avant de le tendre au jeune homme. J’avalais les bonbons que j’avais dans la bouche, avant de lui dire Vas y fais toi plaiz’ ! Par contre, laisse en moi s’il te plait ! Je lui laissais mon péché mignon, pour regarder ce qu’il y avait d’autres. Je laissais de côté tout ce qui était à base de caramel. Berk, je détestais ça. Hors de questions que j’en mange. Et puis, vous imaginez le poids que ça fait prendre ce genre de choses ? C’était d’ailleurs pour ça que j’en avais jamais acheté ni pris chez moi. Les bonbons étaient interdits chez moi et toutes mes copines le savaient très bien. Une cheerleader obèse, c’est pas beau à regarder et surtout, ça vole beaucoup moins haut et ça peut pas non plus monter en haut d’une pyramide. Hors il était juste pas question que je laisse quelqu’un d’autre être en haut de cette figure donc les bonbons, bah c’était niet. Et maintenant que le monde s’était écroulé, et bien j’avais bien le droit d’en remanger un peu nan ? Sans devenir une grosse vache pour autant, je pouvais quand même me lâcher un peu et me faire plaisir sur les sucreries. Oh oui putain ! m’exclamais-je doucement en trouvant un paquet de banane Bams ! Oublié les tagadas, j’avais trouvé mieux. Je me tournais vers Ryan, ouvris en grand le paquet et me mis à picorer les sucreries jaunes fluo J’te préviens, c’est juste mort pour que je partage.   lui dis-je le plus sérieusement du monde. J’aimais juste vraiment TROP ça pour vouloir lui en donner ne serait-ce qu’une. S’il en voulait, il allait devoir se battre pour. Et j’étais du genre très rapide et têtue quand je m’y mettais. On parlait de bams après tout ! J’en repris une, avant de pousser un soupir de plaisir. C’était juste trop le pied. Bon allez ok, je veux bien partager parce que c’est juste trop bon et que je peux pas priver un mec aussi mignon que toi de Bams… Mais ce ne sera pas gratuit par contre ! Tu sais quoi, j’ai une idée ! On a qu’à faire un action ou vérité ! Et dès qu’on a accomplie une action ou dit une vérité, on a le droit à une bams. Et comme ça on apprendra à se connaitre un peu, t’en penses quoi ? J’veux bien commencer d’ailleurs ! Et pour moi, ce sera une vérité   lui dis-je totalement emballé et enthousiasmée par mon idée. Ca faisait des années que j’avais pas joué à ce jeu là. Ca avait mal tourné une fois pour Kim, si bien qu’elle avait mis un terme définitivement à ce jeu que j’avais toujours adoré. Et vu qu’elle était ma meilleure amie, bah j’avais pas eu le choix.


_________________

Chewbacca a dit un jour : "Uuuuuuuuuuuuur Ahhhrrrrrrrrr Uhrrrrrrrrrrrrrr Ahhhhhhhhhrr Aaaaaaaarhg"... Je sais pas pour vous, mais moi, je suis complètement d'accord avec lui.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 23
Avant j'étais branchée et habillée à la dernière mode... Mais ça c'était AVANT
Messages : 905
Membre du mois : 0
J'ai : 23 piges déjà ! Le temps ça passe trop vite mon gars !
Je suis incarné(e) par : Marie Avgeropoulos
Crédit(s) : (c)Halloween
Je suis un(e) : Black Widow.
Mes hauts faits :
Avant j'étais branchée et habillée à la dernière mode... Mais ça c'était AVANT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Haribo c'est bon la vie, pour les grands et les petits ! [Livre I - Terminé]   Dim 28 Juin - 19:55

Non pas que ça m’emmerdait de devoir aller chercher à bouffer. Il fallait bien, et après tout, je me débrouillais pas trop mal, donc pourquoi pas. Mais là, je me demandais sérieusement si on se foutait pas un peu de mal gueule ou tout du moins s’y en avait pas certains qui trouvaient ça drôle.
J’avais rien contre elle personnellement, je la connaissais même pas plus que ça. Mais elle était… J’sais pas, un poil exaspérante ? un peu trop… j’sais pas. Ouais, je juge un peu trop vite, elle et sa sœur venaient d’arriver après tout. Et oui, elles semblaient toujours moins tarés que les autres. C’est toujours ça.Et après, elle avait l’air de savoir se débrouiller, donc c’était pas forcément une mauvaise idée en soi.
Ok. Des petits groupes, des gens qui se dépatouillent pas trop mal. J’étais ptre juste de mauvais poil parce que Beth était avec je sais pas qui.
On avait avancés en silence, et on était rapidement arrivés. Jusque là, tout allait bien. La baraque semblait vide.

Je fouille salon, ouvrant tiroirs, meubles, et un peu tout et n’importe quoi. Et c’est là qu’elle arrive, qu’elle m’embarque dans la cuisine, devant ses trouvailles. Je reste planté devant le placard grand ouvert, dans lequel sont amoncelés un nombre impressionnant de paquets de bonbons. Je sais pas trop si y avait des gosses ou s’ils compter survivre à coup de sucrerie, mais c’est clair qu’y en avait un sacré paquet. C’est pas ça qui va nourrir le peuple, mais ouais, une vraie caverne d’Alibaba. Et ouais, sa joie est contagieuse. Je souris en la voyant sautiller comme une gamine. Elle finit par trouver un paquet de fraises. Je le prends alors qu’elle me le tend, après en avoir engouffré plus que je ne saurais le dire. J’en pique une ou deux. Bon, ouais, le truc qui fond sur la langue, j’avoue, c’est trop bon.

« Je vais essayer de pas tout manger ouais. »

Appuyé contre le plan de travail derrière, je l’observe alors qu’elle tri les paquets. Elle finit par se tourner vers moi, un paquet de bananes enter les mains. Et à les bouffer devant moi en insistant bien sur le fait qu’elle m’en filera pas. Pas de soucis, on partage, je préfère les tagadas. Mais elle continue. J’hausse un sourcil. Aussi mignon ? Elle essaie de me vendre quoi ? Elle me fait des compliments, juste pour ajouter que ce sera pas gratuit ? Elle parvient même à me faire rire. Sérieux, action ou vérité ? C’est les bonbecs qui la font retomber en enfance à ce point ? Elle veut vraiment jouer à ça ? Pourquoi j’trouve que ça craint ?
Mais bon, elle a l’air tellement emballé. Et bon, ça changerait de l’ambiance sinistre. Même si je voyais pas trop l’intérêt ou quoi lui demander. Mieux se connaître…

« Ok. Ca marche. Action ou vérité donc. » Je réfléchis. « Pourquoi tu appelles ta sœur la Sorcière ? C’est bien ta sœur hein, j’me goure pas ? »

Si j’arrivais à en garder sans qu’elle bouffe tout, j’arriverais peut-être à en ramener à Beth. Genre là, le paquet de nounours en gélatine. Je me penche et l’attrape pour le fourrer dans mon sac.

« Et ce sera vérité aussi pour moi, dans la foulée… »

Je sais pas trop si le pire avec elle sera action ou vérité en réalité.


Dernière édition par Ryan Tannen le Sam 11 Juil - 0:01, édité 2 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Haribo c'est bon la vie, pour les grands et les petits ! [Livre I - Terminé]   Lun 29 Juin - 13:35


Haribo c'est bon la vie, pour les grands et les petits


Ryan  "le beau gosse" & Laïla "la dévoreuse de Haribo"



Bon le jeune homme était septique, mais j’étais persuadée de pouvoir tirer quelque chose de lui. j’étais pas conne, j’avais bien vu qu’il tirait la tronche. Il ne voulait pas être en ma compagnie, se sentant surement trop « bien » pour trainer avec une fille dans mon genre. J’comptais lui prouver le contraire. J’avais toujours été assez populaire et très sociable. Hors de question qu’il ne s’entende pas avec moi. Franchement qui aurait envie de se mettre un beau gosse de son âge à dos ? Pas moi en tout cas. Surtout qu’ils étaient assez rares pour que je n’essaye pas de les chouchouter un minimum. Je fus satisfaite quand il se lâcha un peu pour rire. Bon c’était un bon début, même si j’allais devoir mettre les bouchées doubles. Il accepta de jouer – comme s’il avait le choix ! – et réfléchie à une question. Je fis une grimace quand il l’annonça. Vraiment ?  C’était ça qu’il voulait savoir ? Tu aurais pu me poser plein de questions et c’est par ça que tu commences ? T’es bizarre comme mec, en fait ! Mais bon, j’te pardonne, t’es trop mignon pour qu’on t’en veuille… Alors, pour te répondre, ouais c’est ma sœur jumelle, même si on dirait pas comme ça. Ce n’est pas moi qui lui ai donné ce surnom, je l’ai juste repris. Je haussais les épaules, avant de piquer dans le paquet de fraises tagada. J’en avalais une bonne poignée avant de continuer Quand on était gosses, elle n’était pas sociable et n’avait aucun ami. Vu qu’elle s’habillait souvent en noir, ils se sont mis à l’appeler la sorcière. Je sais ce que tu vas penser, que je suis une horrible sœur qui a fait comme tous les autres mais tu te trompes totalement. J’me suis mise à l’appeler ainsi pour qu’elle décompresse et qu’elle arrête de se prendre la tête avec ce surnom débile. Et ça a marché. Il était le premier à me poser cette question. Jamais personne ne m’avait questionné sur le sujet, pensant que je l’appelais ainsi pour lui faire du mal. Ce n’était pas le cas. J’avais beau ne pas spécialement l’aimer, elle restait ma sœur. J’étais jalouse de l’attention que mes parents lui avait toujours porté, mais ce n’était pas pour autant que je ne voulais pas qu’elle soit bien dans ses pompes. Tous ces trucs de bisounours, ce n’est pas pour moi. Je l’avais donc endurci en lui en mettant plein la poire et ça avait marché. Maintenant, elle affectionnait ce surnom que je continuais à lui donner.

Ayant répondu à sa question, je pris une bam que je mangeais aussitôt. Oh My God, c’était vraiment trop bon et jouissif comme bonbèque ! Passé ma dégustation, j’enchainais   Vérité pour toi ? Hmmmm ok, t’as pas envie de me prendre là tout de suite sur cette table ? Je souriais malicieusement, tout en faisant glisser une main le long de mon cou, jusqu'à ma poitrine. Je lâchais un rire avant de taper un poing contre son épaule. J’déconne ! T’aurais vu ta tête ! Décompresses mon vieux. On dirait un puceau j'te jure ! Enfin j’dis pas que je serais contre un p'tit corps à corps avec toi, surtout que t’es plutôt bien roulé mais j’suis pas ton genre blablablabla. dis-je en levant les yeux au ciel, et en faisant de grands signes avent les mains. C’est facile à deviner. T’as le physique d’un footballeur, mais t’en es pas un pas vrai ? Toi t’es du genre intello. Il suffit d’voir comment tu me regardes, avec ton p’tit air de « j’vaux mieux qu’une groupie de footballeur comme toi, t’es pas assez intelligente pour moi blablabla. » Même si, en passant, j’suis pas une groupie mais une athlète de haut niveau. Du coup, ma question est : «  tu faisais quoi comme étude et où ? » Il avait beau penser le contraire, je n’étais pas aussi sotte que j’en avais l’air et que je le laissais penser. Je me trainais trop de casseroles pour être réellement aussi insouciante que je le laissais voir. Ouais ok, j’avais pas inventé l’eau chaude ni le fil à couper le beurre mais bon j’étais pas non plus une abrutie. J’avais eu mon diplôme au lycée sans trop me fouler et j’avais des bonnes notes en cours, en dehors du cheerleading. Je suivais un cursus sportif ouais, mais j’avais pris l’option art en première année et avant le décès de ma mère, j’m’étais orientée vers l’architecture. Le regard qu’il portait sur moi, c’était celui qu’avaient tous les autres étudiants quand je me pointais en cours en retard à cause d’un entrainement qui avait duré trop longtemps. J’suis une Cheerleader, j’suis censée être bête. J’avais joué le jeu et je leur laissais penser que j’étais sotte… Pour mieux les écraser ensuite aux exam’ et m’en tirais avec les honneurs. La compétition, ça m’avait toujours plu et j’adorais gagner. Allez une action pour moi. Parler c’est bien, mais j’ai toujours préféré l’action Je lui fis de nouveau un sourire malicieux et séducteur, avant de manger de manière sensuelle une fraise tagada. Ouais, je voulais le décoincer un peu. Il était tellement sérieux, genre « Moi je rigole pas. C’est pour les nazes rigoler, je préfère étudier et regarder les autres de haut ». Puffff j’vous jure. Bon sang, on risquait de se faire bouffer d’un moment à un autre par un zombie. Perso, j’voulais pas mourir avec des regrets. Plus que jamais, nous devions arrêter de nous prendre la tête et prendre justement la vie comme elle venait. Si on se lâchait pas maintenant, on le ferait jamais. J’avais pour philosophie « no regret » et je l’appliquais plus que jamais.


_________________

Chewbacca a dit un jour : "Uuuuuuuuuuuuur Ahhhrrrrrrrrr Uhrrrrrrrrrrrrrr Ahhhhhhhhhrr Aaaaaaaarhg"... Je sais pas pour vous, mais moi, je suis complètement d'accord avec lui.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 23
Avant j'étais branchée et habillée à la dernière mode... Mais ça c'était AVANT
Messages : 905
Membre du mois : 0
J'ai : 23 piges déjà ! Le temps ça passe trop vite mon gars !
Je suis incarné(e) par : Marie Avgeropoulos
Crédit(s) : (c)Halloween
Je suis un(e) : Black Widow.
Mes hauts faits :
Avant j'étais branchée et habillée à la dernière mode... Mais ça c'était AVANT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Haribo c'est bon la vie, pour les grands et les petits ! [Livre I - Terminé]   Sam 11 Juil - 21:28

Elle grimace à ma question. Ah, si elle voulait rire, oublier toutes les emmerdes et juste déconner, elle était plutôt mal tombée. Pas que je sois chiant, enfin j’espère, mais bon, j’ai jamais été non plus le plus grand déconneur qui soit. J’hausse un sourcil. Cette fille… je sais pas comment elle s’y prend pour à la fois te casser et te faire des compliments. A l’écouter, on se croirait dans la cour de récré, j’vais pas être méchant, j’vais pas dire primaire, mais lycée, comme si rien n’avait changé, comme si tout allait bien. Si j’avais pas été à son goût, elle m’aurait laissé comme un gros con à fouiller la baraque, alors qu’elle s’empiffrait de bonbons ? Et après, on parle des mecs sans déconner. Je la laisse vider une nouvelle fois le paquet. A ce train-là, il va être vide super vite. Je fais aucun commentaire alors qu’elle parle de sa sœur, pas sociable, pas cool, pas à la mode. Déjà, ouais, je serais mal placé, j’suis fils unique. Pis même si ce qu’elle dit est franchement pas sympa, c’est pas méchant. Je crois. Elle a l’air de bien l’aimer malgré tout, sa sorcière de sœur, au moins un peu.

« Non, j’pense pas que tu sois une si horrible sœur. J’me demande comment ça a pu marcher, mais bon, j’ai pas de frangin, alors je te crois sur parole. Si ça a été mieux pour elle grâce à ça, c’est plutôt cool j’trouve. »

Je la laisse déguster son truc fluo, et je dois avoir l’air super con la seconde suivante à la fixer comme ça. Et mon regard suit sa main de son cou jusqu’à... Merde. Ouais, elle est super mignonne, j’vais pas mentir. Je la regarde. Et elle rit avant de continuer, sans oublier de me foutre un coup. Je secoue la tête. Elle se fout de moi. Mais sans dec, ça aurait été un autre… Putain, et dire que je pensais juger vite. Elle est pire que moi. Je lui souris, secouant à nouveau la tête.

« Alors, déjà, j’ai jamais pensé que je valais mieux que toi. J’ai pensé que t’étais un poil agaçante, mais c’est tout. Je te connais pas assez pour savoir si t’es conne ou pas. Et en gros, si t’as survécu jusqu’à aujourd’hui, c’est que t’es quand même assez débrouillarde et intelligente pour.
De deux, j’ai fait du foot. Donc j’ai le physique qui va avec je suppose. Et les groupies de footballeurs n’étaient pas toutes des simples d’esprit. »
Je souris amusé.  Si je sors à Beth qu’elle était une de mes groupies, ça lui plaira pas des masses. Ouais, autant pour le terme, que pour ‘l’une de mes’… Non pas que j’ai jamais trop fait attention aux autres après l’avoir rencontré.
« Et pour répondre à ta question, j’étudiais à Albany. J’étais en médecine. Enfin, j’ai pas fait bien longtemps non plus. »

Je la regarde, et pique une bams. Ok, les trucs chimiques et bourrés de sucre, ça me manque aussi.
Et elle continue de faire son p’tit manège. Sérieux, après elle va dire que je la prends pour plus conne qu’elle n’ait, mais elle joue un jeu dangereux là non ?

« Tu te rends compte que même si je te plais, ça pourrait carrément mal tourner pour toi ? »

Et après tout, qu’est-ce que ça peut me faire ? C’est pas moi qui lui sauterait dessus, aussi séduisante et mignonne soit-elle. Ok, oui, je la trouve malgré tout sexy. Mais, ouais, y a Beth. Y a qu’elle.
Action. Putain, mais dans quel truc à la con, je me suis embarqué. Je regarde le paquet de fraise. Elle veut faire des trucs de gosses ? Je lui tends le paquet.

« Je choisis action aussi. » Abruti. Tu réfléchis plus d’habitude. T’es censé être un p’tit malin non ? « Et je veux que tu me répondes et me parles avec autant de bonbons que possible dans la bouche. »

Je lui souris. N’importe quoi, c’est… ridicule ? stupide ? pas du tout ce qu'elle attendait ? Ouais, enfin, ça sans être méchant, je m'en fous un peu.


Dernière édition par Ryan Tannen le Mer 2 Sep - 19:20, édité 2 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Haribo c'est bon la vie, pour les grands et les petits ! [Livre I - Terminé]   Mer 12 Aoû - 18:01


Haribo c'est bon la vie, pour les grands et les petits


Ryan  "le beau gosse" & Laïla "la dévoreuse de Haribo"


Fils Tannen me semblait finalement moins fun tout à coup. Il était pas franchement drole et ça en était un peu déprimant quand même. Putain, ok le monde s’est cassé la tronche, mais on jeune. C’est aux vieux de jouer les fatalistes sérieux, pas à nous. Il voulait vraiment mourir avec des regrets ? Moi nan. Il était vachement plus sérieux que son paternel, qui lui était bien plus déluré et cash. Dommage. Il gachait son talent, mais j’étais personne pour lui pour lui en faire la remarque. Bon, je me donnais encore l’occasion de le décoincer même si ça semblait déjà joué d’avance. Rien que la première question qu’il me posa, et la manière dont il me regardait. Genre : oh putain une folle. Ouais, bah je préférais être folle que morte de trouille et flippée de la vie. Chacun son truc. Je lui répondais de manière un peu nonchalante mais sincère sur le sujet de Celya la sorcière. Bah ouais, c’était action ou vérité et je jouais le jeu à fond moi. J’essayais de le dérider, mais j’avais bien du mal. D’hab il en fallait pourtant pas beaucoup que j’y arrive. Décidément, on évoluait vraiment pas dans les mêmes univers tous les deux, même si canon comme il est, on aurait fait le couple canon de l’année. Je hausse les épaules, et finis d’avaler mes bonbons, lui répondant de manière vague ça a marché c’tout. Elle, la sorcière cancéreuse, et moi la trainée populaire. Chacun son truc. J’étais pas conne je savais très bien comment on me surnommait, et entre nous, je m’en foutais complètement parce que et bien ouais, j’étais du genre croqueuse de beaux mecs et la plus populaire du bahut. J’étais p’tète pas la sœur de l’année mais j’avais évité plein de problème à la sorcière. Personne voulait m’avoir à dos, et du coup, on avait tendance à très vite lui foutre la paix dès qu’on savait qu’elle était ma jumelle. J’étais une garce et la vengeance était un concept que je savais très parfaitement maitriser, et ce n’était un secret pour personne.

J’aguiche un peu le jeune homme pour voir comment il réagit et fus assez satisfaite de voir qu’il eut du mal à détourner son regard de mon simple geste. Bon il est pas gay, c’était tout ce que je voulais savoir pour l’instant. Yavait peut-être moyen de s’amuser un de ses quatre ensembles. Quoi qu’il faudrait pour ça qu’il arrête de me regarder de haut, comme je lui en fis la remarque. Je n’étais pas du genre à prendre des gants, j’vous ai prévenu. J’rentre les deux pieds dans le plat. Je ris franchement à sa réponse. Ouais, il était marrant le mec. Il affirmait qu’il m’avait pas jugé comme ça alors que putain, son regard disait le contraire. Et j’avais raison, il était dans un truc de science et il avait une haute estime de lui-même. Au moins avions-nous un point commun. Médecine Wouhahou. Rien que ça. Quand j’disais que t’étais un intello prétentieux, j’étais très près du but. Oh allez le prend pas mal mais assumes. Tu t’es entendu « j’ai le physique qui va avec » « n’était pas toutes des simples d’esprits. » Tu ne doutes pas de toi c’est clair. Et c’est un compliment venant de moi. Tu sais ce que tu vaux et tu sais jouer dessus. Pas mal. Pas mal du tout, tu m’impressionnes Tannen fils. Dommage que tu sois si coincé et prévisible, on aurait pu vraiment bien s’entendre tous les deux. j’haussais les épaules après lui avoir dit ce qui m’apparaissait comme une évidence. Je pris plusieurs bams que je fourrais dans ma bouche une par une. J’allais avoir méga soif après mais tant pis. Ca me faisait juste trop plaiz de pouvoir en remanger. Et vu que ‘était la fin du monde, j’savais que c’était pas près d’arriver de nouveau. Je rigole une nouvelle fois franchement à ses paroles, lui répondant entre deux rires. . Mal tournée ? Nan mais tu t’entends ? Tu parles comme un vieux. Prévisible et coincé c’est bien ce que j’disais. Tu te prends trop la tête. T’as quoi, vingt-ans, vingt-un à tout casser. Putain mais réveilles-toi Tannen Fils. Tu risques de crever dans une heure, demain, après demain. T’en a pas marre de te prendre autant la tête ? Si ya bien un truc à retenir de cette fin du monde c’est qu’la vie c’est de la merde et c’est court. Si t’as envie de crever avec des regrets, tant pis pour moi. Moi c’est pas mon cas. Ouais, t’es mignon et franchement entre nous ta copine, elle m’impressionne pas. Le prend pas mal, mais j’en ferais qu’une bouchée. Sans toi et Papa Tannen, elle aurait pas survécu. Ca veut tout dire. J’étais pas prétentieuse, je lui énonçais simplement les choses comme je les voyais. Sa cop’ était une looser et finalement, lui aussi surement. Yavait que Papa Tannen qui était fun dans cette famille.

Je levais les yeux au ciel, avant de sauter à terre. Je lui prenais des mains le paquet de fraise et fourrais un max de bonbons dans ma bouche, faisant exprès de le faire le plus sensuellement du monde. Une fois mes joues pleines, je me mis à réciter l’alphabet, à l’endroit, puis à l’envers, avant d’avaler petit à petit les tagadas. Une fois la bouche de nouveau vide, je lui dis, reprenant une partie de ses mots. Tu te rends compte que même si tu peux me plaire, t’es trop coincé et hypocrite pour être mon genre. T’es même pas foutue de t’avouer à toi-même que j’t’attire car ça ferait tache sur mon cv impeccable. Une action hein ? Fait quelque chose de fou, quelque chose que t’as toujours voulu faire et que t’as jamais fait car on t’a dit que c’était pas bien. Ouais Tannen Fils, montre-moi un peu ce que tu as dans le ventre et impressionnes moi. Lui laissant le temps de réfléchir, je récupérais un verre dans un placard pour me servir de l’eau du robinet. J’en bus deux pour étancher ma soif, avant de me remettre à fouiller les placards, histoire de voir si yavait pas d’autres découvertes à faire. Et action toujours pour moi. J’suis pas du genre dégonflée moi Ouais, j’étais peut-être pas douce, mais j’étais réaliste quand même. Tannen fils gâchait vraiment son potentiel et il avait crever avec pleins de regrets en tête s’il se bougeait pas un peu.



_________________

Chewbacca a dit un jour : "Uuuuuuuuuuuuur Ahhhrrrrrrrrr Uhrrrrrrrrrrrrrr Ahhhhhhhhhrr Aaaaaaaarhg"... Je sais pas pour vous, mais moi, je suis complètement d'accord avec lui.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 23
Avant j'étais branchée et habillée à la dernière mode... Mais ça c'était AVANT
Messages : 905
Membre du mois : 0
J'ai : 23 piges déjà ! Le temps ça passe trop vite mon gars !
Je suis incarné(e) par : Marie Avgeropoulos
Crédit(s) : (c)Halloween
Je suis un(e) : Black Widow.
Mes hauts faits :
Avant j'étais branchée et habillée à la dernière mode... Mais ça c'était AVANT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Haribo c'est bon la vie, pour les grands et les petits ! [Livre I - Terminé]   Mer 2 Sep - 19:20

Je la fixe, une tagada dans la bouche, alors qu’elle me parle d’elle et de sa frangine, balançant tranquillement dans la même phrase que sa sœur a un cancer et qu’elle était considérée comme une traînée. Ok, qu’elle assume ou qu’elle s’en tape, l’un comme l’autre, qu’elle soit une dragueuse chevronnée, je m’en fous un peu. Même si ok, qu’elle prenne les trucs comme ça, aussi facilement, je trouve ça cool. Et plutôt amusant.

« Ouais, je suppose. » Je fronce légèrement les sourcils. « Et ta sœur, Celya, c’est ça ? Elle a vraiment un cancer ou c’est juste façon de parler ? » J’esquisse un sourire. «Ouais, ça me regarde pas. » Je poursuis quand même pour le coup. « Et donc toi, t’enchainais les conquêtes. Non pas que je doute que les mecs devaient être limite à genoux, mais y en a pas un seul qui sortait du lot ? » Mon sourire s’agrandit. « Et non, ça me regarde pas davantage. Mais avoue qu’y a de quoi être curieux. »

Oui, c’est elle qui lance les sujets comme des bouteilles d’eau à la mer. Et ouais, je mentirais en disant que je la trouve pas mignonne, voire carrément sexy. Mais c’est pas Beth, et ça change tout. Elle rit, avant de m’en foutre plein la gueule. Enfin, façon de parler, quoiqu’encore une fois, je me demande comment elle fait pour allier aussi bien insultes et compliments. Je lui souris et hausse les épaules.

« Oui, je suis un intello, et oui, je suis bien foutu. J’ai bossé dur. Que ce soit pour la fac ou le sport. Alors oui, je sais ce que je vaux. Plus ou moins. Et c’est toi qui a dit qu’une groupie de footballeur n’était pas assez intelligente pour moi, pas moi, me fais pas dire ce que j’ai pas dit. » Je soupire. Elle va arrêter de m’appeler comme ça, parce que sérieux, pas que j’aime pas mon père, mais y a des limites.

Et elle se fout de ma gueule. Encore. Et à la limite, je m’en fous, elle est comme elle est. Sauf quand elle parle de Beth.

« Alors déjà, pitié, arrête de m’appeler Tannen fils, c’est gavant. De deux, ouais, je suis coincé et prévisible. Et tu sais quoi ? Ça me va très bien comme ça. Quoique t’en penses, je me prends pas la tête. C’est pas parce que je te renverse pas là, sur l’ilot, pour te sauter, que je suis malheureux, ou que je vais avoir des regrets. Ma vie se résume pas à savoir qui je vais baiser et comment. » J’inspire. « Tu la connais pas, tu lui as jamais parlé, et sans déc, c’est encore moi qui juge trop vite et qui me fait des idées ? T’es sérieuse ? Tu sais rien d’elle. Et si tu veux mon point de vue, sans elle, je serais pas là à papoter avec toi en bouffant des bonbons. J’aurais pas survécu sans elle. Ni sans Jack. Et je crois que ça vaut aussi pour lui. »

Ouais bon, dans le fond, je sais qu’elle a en partie raison pour Beth. Elle est trop fragile pour survivre seule pour le moment. Mais on s’en fout, on est là. Je suis là. Et ça change que dalle au fait qu’elle la connaisse pas. Je souris en secouant la tête alors qu’elle s’empiffre de bonbons, réalisant non pas mon fantasme ultime, mais mon stupide défi, à sa manière. Genre je t’allume cash.
Je ris à mon tour alors qu’elle reprend la parole. Je secoue la tête alors qu’elle se remplit un verre d’eau.

« Oh si tu m’attires. T’es canon. Faudrait être plus qu’hypocrite pour pas avouer te trouver carrément mignonne. Mais ce que t’as a pas l’air de capter, c’est que ça change que dalle. Tu vas trouver ça aussi débile et coincé et prévisible et c’que tu veux, mais je l’aime. Cherche pas plus loin. » Je me décolle du plan de travail, foutant les paquets vides dans un coin, et rassemblant les autres. « Tu veux me faire dire que je suis pire qu’un vieux con ennuyeux ? T’as gagné, j’ai rien qui me vient de fou à faire là maintenant de suite avec tous les morts qui trainent dans le coin. Soit parce que je suis pas suicidaire, et que je tenterais rien qui implique un zombie ou qui pourrait le faire venir alors qu’on est tranquille pour le moment. » Je m’approche d’elle, me penche légèrement en souriant, et passe mon bras derrière elle pour attraper un verre. « Soit parce que comme dit j’ai Beth. » Je me recule et me sers un verre d’eau. « Et comme en plus j’ai rien à prouver… Si le risque c’est qu’après tu penses que je suis un dégonflé, je le prends. »
Je hausse les épaules et lui souris, avant de finir mon verre. « Quant à te trouver une nouvelle action… Athlète de haut niveau hein… Tu faisais quoi ? Tu me montres ? Enfin, si c’est possible. »
Je pose mon verre. « Et on va rester sur une vérité pour moi. Si t’es toujours partante pour jouer avec quelqu’un d’aussi prévisible… »

HRP:
 
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Haribo c'est bon la vie, pour les grands et les petits ! [Livre I - Terminé]   Mer 30 Sep - 14:46


Haribo c'est bon la vie, pour les grands et les petits


Ryan  "le beau gosse" & Laïla "la dévoreuse de Haribo"


Je n’aimais pas parler de Celya. Si les choses allaient mieux avec elle ces dernières années, cela restait encore délicat entre nous. Et puis franchement j’étais bien plus intéressante qu’elle. Alors autant parler de moi et pas de ma sœur. Ouais ça te regarde pas. C’est à elle de te répondre, pas à moi. J’haussais les épaules, lui faisant comprendre que c’était pas contre lui, simplement que, s’il voulait en savoir plus sur ma frangine, il devait se tourner vers lui et non vers moi. Un qui sortait du lot ? Tu m’as bien regardé ? J’ai que 23 piges, j’ai le temps de m’attacher à quelqu’un et pondre des gosses. On est trop jeune pour se limiter et pour ne pas en profiter. Je préfère enchainer les conquêtes maintenant que plus tard. C’est pas mariée et mère que je vais aller voir à droite et à gauche ce qui se fait. Et puis comme le disait mon frangin, avant de tomber sur le Prince Charmant, faut en embrasser des crapauds ! lui dis-je un sourire triste sur le visage. Parler de mon ainé me rendait toujours malheureuse. J’avais du le tuer et cela m’avait traumatisé bien plus que je ne le montrais ni même ne le disait. D’ailleurs, c’était simple, c’était un sujet dont je ne parlais jamais. Evoquer des souvenirs de lui oui, mais indiquer comment il avait disparu, ça non, hors de question. Je me sentais déjà assez coupable comme ça. Mon père était mort en essayant de le sauver, et moi, je l’avais tué. Oui, je n’avais pas eu d’autre choix que de le faire mais les faits restaient les mêmes : j’avais ôté la vie à celui qui avait tant compté pour moi

Je rigolais doucement aux paroles du jeune homme. Au moins il était conscient de qui il était. Un bon point pour lui, même si, franchement, il gâchait son potentiel si vous voulez mon avis. Non, j’ai dit que c’était ce que les autres pensent, pas ce que je pense moi. Je suis peut-être pas Einstein, mais je suis pas une buse non plus, même si jouer à la sportive de base, ça peut aider parfois. T’as pas idée de ce que les gens se permettent de faire quand ils pensent que tu es une abrutie finie. J’en jouais beaucoup, je devais bien l’avouer. Cela servait bien plus qu’on peut se l’imaginer. Les gens osent plus de choses quand ils vous sous-estiment et c’est du coup hyper simple de les humilier ensuite. J’adorais ça, retourner la situation à mon avantage. Comme je lui avais dit, j’étais peut-être pas une génie mais je me défendais bien. J’étais peut-être spéciale aux yeux de certains, je n’étais pas conne pour autant.

Le jeune homme commença doucement à s’énerver et à s’exaspérer. J’avais souvent cette influence là sur les gens. Je ne prenais pas de gants. Certains aimaient bien, et d’autres et bien ils réagissaient violement et avec virulence, se voilant la face, comme le faisant Ryan en cet instant. J’haussais les épaules et lui répondais, toujours sur un ton assez neutre, sonnant comme une évidence Et pourquoi pas ? C’est qui tu es non ? Désolée mais mon truc c’est d’appeler les autres par leur nom de famille et vu que ton Père est avec toi, il faut bien vous différencier. Et de plus, t’es pas obligé de mordre non plus. Je faisais juste une constatation. Après tu vis ta vie comme tu l’entends. A mon sens c’est franchement con de s’enfermer aussi jeune et encore plus vu l’existence pourrie que nous sommes amenés à avoir. Si tu veux mourir avec des regrets, c’est ton problème, pas le mien. J’haussais une nouvelle fois les épaules, avant de froncer les sourcils quand il prit la défense de sa belle, comme le preux chevalier qu’il essayait d’elle avec sa nénette. évidence Justement, je connais son genre de fille. Tu crois quoi Tannen-fils ? Je te l’ai dit, j’suis loin d’être conne et j’ai bien vu comment elle me regardait. Franchement, j’en ai rien à carrer de qui elle est. Elle est insipide à mes yeux. C’est ta nana, ouais, mais c’est pas un loup, mais un agneau. Avec Tannen-Père, vous seriez arrivés ici, même sans elle. C’est la réalité. Celya est aussi un agneau, et je suis le loup. Dans cette vie pourrie qui nous reste à vivre, il n’y a plus que ses deux groupes qui comptent. Sans moi, ma jumelle se ferait bouffer. Et sans elle, je continuerais à avancer. C’est pas une insulte alors ne monte pas sur ton beau cheval blanc pour défendre ta princesse. Ah ! Quelle naïveté. Elle va te briser le cœur mon gars. Le jour où tu voudras ouvrir les yeux, vient me voir. J’suis sûre que ce que j’aurais à dire à ce sujet t’intéressera au plus haut point ! Je lui avais dit, j’étais pas une imbécile et j’avais bien vu comme sa Belle matait son propre Père. Oki Tannen-Père était un bon coup, très sexy et tout ce que vous voulez. N’empêche que ça restait le père de son copain et son soi-disant amour de sa vie. C’était… Glauque, vraiment glauque. Et pourtant, il en faut pour choquer une nénette dans mon genre. Enfin se taper le frère, ok, mais le père ? Faut vraiment qu’il ait fait une putain de connerie de merde pour mériter ça. Et vu le genre dont Ryan était issu, il avait absolument rien fait. Je le plaignais, vraiment. Il était tellement aveuglé qu’il ne voyait même pas ce qui se tramait sous ses yeux. J’aurais pu lui dire ouais, mais j’étais pas non plus une fouteuse de merde et en plus, il aimait se bercer d’illusions. S’il voulait savoir, je ne lui mentirais pas. Mais entre nous, je savais très bien qu’il ne chercherait pas à me questionner. Pas son genre après tout !

Je relevais son défi sans trop de difficulté, avant de servir un grand verre d’eau. Tout ce sucre m’avait donné soif. Je lui lançais une action, qui, je le savais à l’avance, il ne réalisera pas. Il n’était pas assez impulsif pour cela. C’était tellement… Dommage. Je soupirais et lui répondais. Tu vois ? Tu n’arrives pas à être spontané, à prendre des risques et voir où le vent te porte. Tu passes tellement à côté de tant de choses. Si avant la vie devait être vécue à cent pourcents, maintenant c’est à deux-cent pourcents qu’elle doit l’être. Réfléchis-y. Mais il ne le ferait pas, réfléchir à ce que je venais de lui dire. Il avait une vision si étriquée des choses, c’était si réducteur. Surtout maintenant que la vie était aussi pourrie. Si mon frère ou mon père avait su le peu de temps qui leur restait à vivre, ils l’auraient fait à fond. S’ils n’étaient pas morts aussi tôt dans cette épidémie, ils n’auraient pas laissé de vague barrière les empêcher de vivre sans regret. C’était injuste, injuste qu’ils n’aient pas survécu, eux qui auraient su profiter de la vie et non pas flipper sans arrêt.

Je soupirais un peu de lassitude, avant de poser le verre que j’avais utilisé dans l’évier machinalement sans réellement me rendre compte que j’avais quelques habitudes de ma vie passée. Ouais ma vie passée, car c’était ce qu’elle était. Une nouvelle page avait été tournée et je m’adaptais. Ce que je faisais ? Je volais. Désolée mais y’a pas assez de place pour que je te montre l’étendu de mes talents. Au moins, je peux faire deux flips arrière dans le couloir. Je lui fis un signe de la tête pour qu’il me suive. Je dégageais de l’espace, en posant les paires de pompes sur les marches de l’escalier, puis me positionnais à l’autre bout. Je me concentrais, soufflais avant de m’élancer. Je fis une roue puis deux flips et m’arrêtais avant de toucher l’autre bout du couloir. Avec l’espace qu’il y avait, je ne pouvais pas faire même. J’haussais les épaules, pas essoufflée pour un rond et lui dis J’pense surtout que tu devrais rentrer. J’vais finir de fouiller cette baraque. J’peux le faire toute seule et comme ça, tu seras pas obligé de me supporter. Sans attendre sa réponse, je grimpais les marches de l’escalier deux à deux pour me rendre à l’étage et voir ce que je pouvais trouver. Je n’avais pas besoin de lui et lui en avait marre de moi. Alors autant qu’il retourne voir sa dulcinée. Cela nous ferait des vacances, et à lui et à moi.

_________________

Chewbacca a dit un jour : "Uuuuuuuuuuuuur Ahhhrrrrrrrrr Uhrrrrrrrrrrrrrr Ahhhhhhhhhrr Aaaaaaaarhg"... Je sais pas pour vous, mais moi, je suis complètement d'accord avec lui.
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 23
Avant j'étais branchée et habillée à la dernière mode... Mais ça c'était AVANT
Messages : 905
Membre du mois : 0
J'ai : 23 piges déjà ! Le temps ça passe trop vite mon gars !
Je suis incarné(e) par : Marie Avgeropoulos
Crédit(s) : (c)Halloween
Je suis un(e) : Black Widow.
Mes hauts faits :
Avant j'étais branchée et habillée à la dernière mode... Mais ça c'était AVANT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Haribo c'est bon la vie, pour les grands et les petits ! [Livre I - Terminé]   Mer 14 Oct - 23:38

Je me contente de hausser les épaules. Ok, on ne parle pas de sa sœur, et je comprends. Enfin, je crois, c’est elle qu’à lancer le sujet après tout.
Je souris, avant de rire alors qu’elle me parle d’elle et de ses conquêtes. Je secoue la tête. Tu m’étonnes qu’elle me trouve vieux jeu et casanier. Si j’avais pas rencontré Beth, oui, j’aurais sans doute enchaîné comme elle. Ou pas. J’ai carrément pas envie de ressembler au vieux en fait et ça fait toute la différence j’crois bien. Ah, elle a un frère aussi ? … enfin, vu qu’il n’est pas là, avait sans doute.

« 23 ans ? Je te donnais moins.
Et je parlais pas non plus de faire des gosses ou quoi… Que t’en ai profité je comprends. Mais ça peut arriver qu’y ait un mec qui te plaise plus non ? Qui soit un peu prince charmant, comme tu dis, même si c’est pas totalement.
Et de toute façon, c’est pas avec la fin du monde que c’est le moment de s’attacher c’est clair. »


Oui, j’ai Beth et Jack, mais c’était d’avant. C’était… Beth. Et mon père.
Vu comment elle est déjà récalcitrante à parler sa frangine, je vais pas tenter de parler de son frère qui a disparu ou qui est mort. Si elle avait voulu en parler, elle l’aurait fait. Et puis bon, c’était déjà assez éprouvant comme ça.
Au moins, le bon côté, c’est que je pourrais dire que j’ai réussi à la faire rire, à mes dépends, mais c’est quoi qu’on dit déjà ? Qu’il faut rire 10 minutes par jour ? Le quota est atteint là non ?

« Ouais, un moyen comme un autre de jouer sur les préjugés. J’ai une vague idée si, de ce que les gens peuvent s’imaginer et faire quand ils te pensent pas assez bien. Ou assez intelligente en l’occurrence. »

C’est dingue d’ailleurs comment marche le bourrage de crâne et l’ancrage des idées préconçues. Les voisins, avant quand ce terme signifiait encore quelque chose, avait une gamine de 7-8 ans. Elle était adorable et intelligente pour une gamine, vachement débrouillarde. Manque de pot, elle était blonde. Je l’avais croisé au moins deux fois en pleurs, parce que d’autres gamins se foutaient de sa gueule en insistant bien sur le fait qu’elle ferait jamais rien, et sérieux, heureusement qu’elle n’avait pas compris le reste des insultes. Les gosses ont toujours été des saloperies entre eux. Enfin, ça continue en grandissant, mais tu te renforces à force.
Ouais, je m’égare. Et je m’énerve, un peu. Parce qu’elle me juge, sans doute a-t-elle raison dans son jugement au fond, que j’étais prévisible et coincé, mais qu’est-ce que ça peut lui foutre ? Elle est frustrée parce que j’ai dit non et que je la prends pas là de suite ?
Et je m’énerve un peu plus. Comme souvent quand il s’agit de Beth.
Qu’elle pense que c’est louper un truc et s’enfermer que d’aimer quelqu’un, c’était dommage pour elle, mais c’était pas plus mon problème que ma vie n’était le sien.

« Appelles-le Tannen père dans ce cas. »  J’esquisse un sourire. Si elle veut m’appeler comme ça, je m’y ferais bien.
« Et c’était pas juste une constatation. Ça te plait pas, ou tu piges pas que tout le monde ne soit pas forcément bouffer par des regrets en ne faisant pas les trucs les plus cons ou les plus fous à chaque seconde qui passe. Oui, on peut mourir la maintenant, demain, dans une semaine. Alors le but c’est quoi ? Cumuler tout un tas de trucs et de conquêtes pour dire que t’as vécu et que tu peux mourir tranquille ? Moi, j’ai choisi ce qui me rendait heureux. C’est aussi simple que ça. Pourquoi j’en aurais des regrets ? »

Je hausse simplement les épaules. Je n’en ai pas eu jusqu’à présent. Et je n’ai toujours pas envie de la déshabiller pour autant. Pourtant, j’ai pas l’impression de m’enfermer ou de ne pas vivre. Je suis bien avec ce que j’ai. J’en demande pas plus. J’en veux pas davantage.
Je la fixe alors qu’elle poursuit sur Beth. Ma mâchoire se contracte. Même si ouais, elle a sans doute raison. Jugement dur, mais sans doute réaliste. J’aurais peut-être réussi à arriver là sans Beth. Mais ce ne serait plus vraiment moi. C’est elle qui me maintient. C’est aussi simple que ça.
Je plisse les yeux. Terrain glissant, et j’ai une boule au ventre qui apparait malgré moi.

« Le jour où … Ouvrir les yeux sur quoi ? Et quoi, ce que t’auras à me dire ? Tu veux dire plus que me dire à quel point elle est fragile et que sans nous, elle serait morte ? Chose sur laquelle tu as sans doute raison en réalité. Tu crois vraiment la connaître mieux que moi ? Tu as raison. Elle est bien trop gentille pour ce monde. C’est pour ça que je suis là. Et que je joue au loup. Elle me rend heureux. Et moi… j’essaie aussi… »

J’ai pas besoin d’elle pour me dire que Beth ne va pas bien. Et au final, j’ai pas vraiment envie de savoir ce qu’elle peut avoir à dire.
Je passe à autre chose, avant de laisser tomber aussi. Je sais pas vraiment si c’est le fait qu’elle ait raison qui m’énerve ou si c’est elle et ses incessants verdicts. Non, j’ai toujours su que j’étais renfermé et pas vraiment plus réfléchi que spontané, ça m’a jamais posé de problème. Au final, elle se prend la tête, et me prend la tête, pour un truc qui a toujours été et qui me va fort bien.  

« P’tre. P’tre qu’il faut faire encore plus de conneries qu’avant parce qu’on a encore moins de temps. Mais comme tu dis, j’suis pas comme ça. Je l’ai jamais été. »

Je hausse les épaules, après tout je m’en fous.
Et je crois que j’arrive aussi à l’excéder un peu. J’esquisse un sourire. C’est plus amusant quand c’est réciproque non ? Elle volait ? Une cheers ? Je la suis dans le couloir, et m’appuie contre le chambranle de la porte. Vu le peu d’espace dispo, ça reste impressionnant. Je fronce les sourcils alors qu’elle me congédie gentiment. Sans déconner ? J’ouvre la bouche et la suis du regard alors qu’elle grimpe les escaliers sans demander son reste. Okay. Je me dirige vers la porte. Putain. Elle a raison, je suis franchement trop prévisible. Enfin, non, elle, elle veut sans doute me voir vraiment dégager. Mais je ne peux pas la laisser seule. Nana ou pas, ce n’est même pas le souci. Ça craint de trainer seul.

J’engouffre des paquets de bonbons dans mon sac, et ouvre quelques placards supplémentaires.

Type d'action Je fouille des meubles en attendant la miss

Je souris et secoue la tête. Bon, c’est toujours ça de pris en dehors des bonbons. Je sors un paquet de pâtes que je fourre à son tour dans mon sac. J’ouvre quelques autres portes, mais plus rien.
Je soupire avant de jeter un coup d'oeil à l'étage. Bon, on est pas si loin que ça du camp... Me saisissant de mon sac à dos, j'ouvre la porte d'entrée en silence avant de sortir et de rentrer pour de bon.



Dernière édition par Ryan Tannen le Jeu 29 Oct - 12:01, édité 4 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Haribo c'est bon la vie, pour les grands et les petits ! [Livre I - Terminé]   Mer 14 Oct - 23:38

Le membre 'Ryan Tannen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Fouille' :
avatar

I'm a legend
Compétences:
Points de vie : 25
Messages : 4465
Membre du mois : 6369
Je suis incarné(e) par : .
Crédit(s) : (c)Kanala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Haribo c'est bon la vie, pour les grands et les petits ! [Livre I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Haribo c'est bon la vie, pour les grands et les petits ! [Livre I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haribo c'est bon la vie, pour les grands et les petits ! [Livre I - Terminé]
» Gaël • haribo c'est beau la vie, pour les grands et les petits
» Suis-je simplement ici pour me remémorer un souvenir ? [Livre 1 - Terminé]
» La magie c'est bon la vie, pour les grands et les petits ♫ [FINI]
» Le toit, super endroit pour une sièste... Ou pas. [PV May Willis] [terminé => suite à l'infirmerie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fall of Man :: 
Anciennes zones de jeux
 :: Coaticook et la Route vers le Nord :: Main O :: Habitations
-
Sauter vers: